C3RF Member Update - 03 May, 2019


​Remarque! La version française suit un peu plus bas
Note! Consider, sign and distribute this petition. Make it go viral. An Ontario “Day against Islamophobia” is a bigoted initiative that insults you!
Omar Khadr and Canada - a misinformed love affair?
Radio Canada’s interview of Omar Khadr, of Guantanamo fame, this past Easter Sunday was a curious undertaking. Not only did it take place on a day sacred to Christians but on the exact same day that Islamic jihadists proclaimed their hatred for Christianity through the bombing of Sri Lankan churches. These attacks led to the unceremonious loss of over 300 lives, with over 500 maimed and wounded. How in the world could Radio Canada’s “Tout le monde en parle” host such a show at such a time? The answer, it seems, is that Mr. Khadr has nothing to do with jihad terror but everything to do with the suppression of his civil rights, not only as a Canadian but, as a child soldier. Why not feature such an interview on Easter Sunday?
The saga of Omar Khadr as tragedy rather than jihadi was made clear at the start of the Radio Canada program. He entered the studio to an enthusiastic applause and the program’s host made it clear that Mr. Khadr had recently been liberated from all Canadian legal constraints and considerations. He was a free man! In all fairness, the host did press Khadr on the part he played in the death of American combat medic, Sergeant First Class (SFC) Christopher Speer, but Khadr’s answers confused more than elucidated. We learned that he initially thought he caused the Sergeant’s death by grenade but later came to doubt this fact, based on the interrogation techniques used on him at Guantanamo and the evidence raised at his related military tribunal.
Other observations that raised the eyebrows of those listening carefully included his stated “respect” for his father and his belief that his contact with other Guantanamo inmates was a “positive experience”. Indeed, they were just guys trying to get home. One might wonder if their relationships were healthy from Canada’s viewpoint, given Omar’s father’s penchant for jihad and the fact that 30% of freed Guantanamo prisoners return to the battlefield to kill again. At the end of the day, we are left with the impression that his damning confession to war crimes was tainted and not to be believed. An impression reinforced by the fact that the “Tout le monde en parle” format did not allow for any effective cross examination. This begs the question – what’s the other side of the story?
The other, less popular, side of the story
One could be forgiven for sensing that all evidence and factors driving the Khadr case justify his award of $10.5 million as compensation for Canada’s abrogation of his Charter Rights. After all, we have been told that by Supreme Court ruling and by the Prime Minister himself. To summarize, the award that made Mr. Khadr a rich man and took attention away from his confessed crimes was based on three claims:
  • that young Omar was a “child soldier”;

  • that his “due process” Charter rights were infringed upon; and

  • that he was “tortured” while imprisoned in Guantanamo.

Was Khadr a “child soldier”?
In accordance with the related conventions in place at the time of his capture, Mr. Khadr was not a “child” soldier. It needs to be noted that Mr. Khadr was plucked from a foreign battlefield in July, 2002 by American Forces and was subject to the international laws of war in place at that time. These conventions, regards the designation of a “child soldier”, were based on Geneva Convention protocols from 1949 and 1977 that prohibited the recruitment and use of children under 15 for military purposes. Omar Khadr was a few months shy of 16 when captured. The definition of “child soldier” would change to denote age 18 with the “Optional Protocol to the Convention on the Rights of the Child on the involvement of children in armed conflict”, but the United States would not ratify this treaty until after Khadr was captured. At best then, he could be considered a “youth” at the time of his capture but still eligible for treatment as an adult given the nature and severity of his crimes. Additionally, he could not be considered a “soldier” under these same conventions as he was an “unlawful enemy combatant”. As such, he could not even be considered to be a "Prisoner of War" but, rather, an irregular subject to trial by military tribunal.

Were Khadr’s Charter Rights abridged?

In addressing the second claim, it is important to note that Charter Rights are not intended to be a “suicide pact”. There is an important distinction here that speaks to the fact that Charter Rights need to be responsive to war time considerations that include matters of heightened national security and public safety. It is these special considerations that inform Canada’s treatment of Prisoners of War (POW) and dictate the need to militarily detain such individuals until the “cessation of hostilities. Individual rights and freedoms need to take a back seat in such circumstances in line with the Charter’s section 1 “reasonableness” clause. The Charter cannot be seen to sanction the release of POWs back onto the battlefield or onto our streets to create mayhem through acts of war or, in Khadr’s case, jihad.

Given the premise that Khadr, by virtue of his POW status, was not privy to a full set of rights and freedoms afforded a citizen, Canadian courts would have been more fully informed had they considered the Law of War that pertained to Khadr’s detainment and to which Canada was a signatory. Indeed, related Canadian Forces’ doctrine dictates that the interrogation of combatants, unlawful or not, shall always be conducted as if the subject had Prisoner of War status. It is important to note that this status does not afford the prisoner a right to have a lawyer present during such interrogations. In the matter of torture, this same doctrine is adamant that a prisoner not be subjected to “unpleasant or disadvantageous treatment”. At the same time, however, it requires that allegations of ill-treatment be supported by evidence that establishes proof of such “beyond a reasonable doubt. Should civil and criminal courts be subject to such considerations before they wander from their high, safe benches onto the battlefield? After all, there is much at stake in the way of national security and public safety if they don’t.

Was Khadr tortured?
Allegations of torture in Khadr’s case were floated by an affidavit that originated with the Khadr legal team. These allegations were investigated by the military judge, Patrick J. Parrish, who determined that no evidence existed to support the numerous accusations. All this to say there was no basis to conclude that Khadr was the target of mistreatment. This assessment was reinforced when video evidence was uncovered that proved Khadr took part in the building and implanting of IEDs. It was at this point that Khadr refused to take the stand and subject his claims of torture to cross examination. It was also at this point that he confessed to his crimes. At the end of the day, it can be said that Khadr was an unlawful enemy combatant who confessed his crimes due to the evidence against him – not because he was tortured. It can also be said that his right to Charter protections should not have been automatic but informed by Laws of War that serve both combatant and civilian populations. Neglecting such obligations may serve one’s virtue only to destroy another’s security.
May is C3RF fund drive month
The year to date has been extremely busy for C3RF as attacks on your Charter Rights accelerate and spread over an increasing number of initiatives. With your help, we have been able to push back on many fronts including against the formation of political parties partial to the installation of Sharia Law and the entrenchment of free-speech crushing “Islamophobia”. In this election year, we also note an increasing propensity for powerful government agencies to buy influence with “qualified news organizations” and increase control over social media even as some of our friends and allies are taken to court in an effort to “chill” their free speech rights.

All this is to say we are defenseless without your financial support and that support is required now as the threats continue to pile up. Accordingly, we have decided to dedicate the month of May to replenishing our coffers in advance of a very busy fall and winter season upcoming. Hopefully this approach will meet with your favour and keep us from talking of such things on a continuous basis throughout the year. We suggest an amount of $50.00 annually to help us fight for Canadian security, freedoms and values so that you, your children and grandchildren will continue to enjoy the free country that Canada has been to this point.

Click here to support C3RF today.

Keep in mind that Monthly donations, no matter how small, even $5/month, help us plan our finances in advance and provide us with greater flexibility. Also keep in mind that donations in kind, such as computer services and even legal advice, can help greatly. And while you're considering making an annual contribution this May, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret'd)

Co-Chair C3RF

Version française

Rappel! Veuillez signer et partagez cette pétition. Une "Journée ontarienne contre l'islamophobie" est une initiative sectaire et insultante!

Omar Khadr et le Canada - une histoire d'amour mal informée ?

L’interview d’Omar Khadr, le fameux prisonnier de Guantanamo, le dimanche de Pâques dernier, fut une curieuse initiative. Non seulement a-t-elle eu lieu un jour sacré pour les chrétiens, mais également le jour même où les djihadistes islamiques ont proclamé leur haine du christianisme en bombardant les églises sri-lankaises. Ces attaques ont fait plus de 300 morts, dont plus de 500 blessés et mutilés. Comment diable l'émission "Tout le monde en parle" de Radio Canada pouvait-elle organiser cette interview à ce moment-là? La réponse, semble-t-il, est que M. Khadr n'a rien à voir avec le terrorisme djihadiste, mais tout à voir avec la suppression de ses droits civils, non seulement en tant que Canadien mais en tant qu'enfant soldat. Pourquoi ne pas publier une telle interview le dimanche de Pâques?

La saga Omar Khadr, perçue comme tragédie plutôt que comme celle d’un djihadiste a été rendue claire au début de l'émission de Radio-Canada. Il est entré en studio sous les applaudissements enthousiastes, et l'animateur de l'émission a clairement indiqué que M. Khadr avait récemment été libéré de toutes les contraintes et considérations juridiques canadiennes. C'était un homme libre! En toute justice, l'animateur a interrogé Khadr sur le rôle qu'il a joué dans la mort de l'infirmier de combat américain, le sergent de première classe (SFC) Christopher Speer, mais les réponses de Khadr ont été plus confuses qu’éclaircissantes. Nous avons appris qu'il pensait d'abord avoir causé la mort du sergent par une grenade, mais nous en sommes venus plus tard à douter de ce fait, sur la base des techniques d'interrogatoire utilisées contre lui à Guantanamo et des preuves présentées devant le tribunal militaire.

Parmi les autres observations qui ont fait sourciller ceux qui l'écoutaient attentivement, citons son "respect" déclaré pour son père et son affirmation selon laquelle son contact avec d'autres détenus de Guantanamo était une "expérience positive". En fait, ce n'étaient que des types qui essayaient de rentrer chez eux. On peut se demander si leurs relations étaient saines du point de vue du Canada, étant donné le penchant du père d'Omar pour le djihad et le fait que 30% des prisonniers libérés de Guantanamo retournent sur le champ de bataille pour tuer à nouveau. En fin de compte, nous sommes restés sur l'impression que ses aveux, bien qu’accablants, au sujet des crimes dissimulaient quelque chose et qu’ils n’étaient pas fiables. Une impression renforcée par le fait que le format "Tout le monde en parle" ne permettait pas un contre-interrogatoire efficace. D'où la question: quelle est l'autre facette de l'histoire?

L'autre facette, moins populaire, de l'histoire
On pourrait, de prime abord, croire que tous les éléments de preuve et facteurs à l'origine de l'affaire Khadr justifient l'octroi de 10,5 millions de dollars à titre de compensation pour le non-respect par le Canada de ses droits garantis par la Charte. Après tout, c'est la décision de la Cour suprême et le premier ministre lui-même qui nous l'ont dit. En résumé, la sentence qui a fait de M. Khadr un homme riche et qui a détourné l'attention de ses crimes avoués était fondée sur trois allégations:
  • que le jeune Omar était un "enfant soldat"

  • que l’on a a porté atteinte à son droit à un procès en bonne et due forme tel par la Charte ; et

  • qu'il a été "torturé" alors qu'il était emprisonné à Guantanamo.

Khadr était-il un " enfant soldat " ?
Conformément aux conventions en vigueur au moment de sa capture, M. Khadr n'était pas un "enfant soldat". Il faut noter que M. Khadr a été arraché à un champ de bataille étranger en juillet 2002 par les forces américaines et qu'il était assujetti au droit international de la guerre en vigueur à cette époque. Ces conventions, en ce qui concerne la désignation d'un "enfant soldat", étaient fondées sur les protocoles de 1949 et 1977 de la Convention de Genève qui interdisaient le recrutement et l'utilisation d'enfants de moins de 15 ans à des fins militaires. Omar Khadr était à quelques mois de son 16e anniversaire au moment où il fut capturé. La définition d' "enfant soldat" fut modifée pour indiquer l'âge de 18 ans avec le "Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés", mais les États-Unis n'ont ratifié ce traité qu'après que Khadr eut été capturé. Dans le meilleur des cas, il pouvait être considéré comme un "jeune" au moment de sa capture, mais toujours admissible à un traitement en tant qu'adulte compte tenu de la nature et de la gravité de ses crimes. En outre, il ne pouvait pas être considéré comme un "soldat" au sens de ces mêmes conventions car il était un "combattant ennemi illégal". En tant que tel, il ne pouvait même pas être considéré comme un "prisonnier de guerre", mais plutôt comme un sujet irrégulier jugé par un tribunal militaire.
Les droits garantis par la Charte de Khadr ont-ils été abrégés ?
En examinant la deuxième allégation, il est important de noter que les droits garantis par la Charte n'ont pas pour but de constituer un "pacte de suicide". Il y a ici une distinction importante qui tient au fait que les droits garantis par la Charte doivent tenir compte des considérations liées au temps de guerre, y compris les questions de sécurité nationale et de sécurité publique accrue. Ce sont ces considérations spéciales qui guident le traitement des prisonniers de guerre (PG) par le Canada et dictent la nécessité de détenir militairement ces personnes jusqu'à la "cessation des hostilités". Les droits et libertés individuels doivent être relégués au second plan dans de telles circonstances, conformément à la clause de "caractère raisonnable" de l'article 1 de la Charte. La Charte ne peut être perçue comme sanctionnant la remise en liberté des prisonniers de guerre sur le champ de bataille ou dans nos rues pour créer le chaos par des actes de guerre ou, dans le cas de Khadr, le jihad.
Étant donné que Khadr, en raison de son statut de prisonnier de guerre, n'avait pas accès à l'ensemble des droits et libertés accordés à un citoyen, les tribunaux canadiens auraient été mieux informés s'ils avaient tenu compte du droit de la guerre relatif à la détention de Khadr, dont le Canada était signataire. En effet, la doctrine des Forces canadiennes stipule que l'interrogatoire des combattants, qu'il soit illégal ou non, doit toujours être mené comme si le sujet avait le statut de prisonnier de guerre. Il est important de noter que ce statut ne confère pas au détenu le droit d'avoir un avocat présent lors de ces interrogatoires. En matière de torture, cette même doctrine est catégorique sur le fait qu'un prisonnier ne doit pas être soumis à un "traitement désagréable ou désavantageux". En même temps, toutefois, elle exige que les allégations de mauvais traitements soient étayées par des éléments de preuve qui établissent la certitude de ces mauvais traitements "hors de tout doute raisonnable". Les tribunaux civils et pénaux devraient-ils être soumis à de telles considérations avant de quitter leurs hauts bancs sécuritaires et de s'aventurer sur le champ de bataille ? Après tout, s'ils ne le font pas, la sécurité nationale et la sécurité publique sont en jeu.
Khadr a-t-il été torturé ?
Les allégations de torture dans l'affaire Khadr ont été présentées dans un affidavit rédigé par l'équipe juridique de Khadr. Ces allégations ont fait l'objet d'une enquête du juge militaire, Patrick J. Parrish, qui a conclu qu'il n'existait aucune preuve à l'appui de ces nombreuses accusations. Tout cela pour dire qu'il n'y avait aucune raison de conclure que Khadr était la cible de mauvais traitements. Cette évaluation a été renforcée lorsqu'on a découvert des preuves vidéo prouvant que Khadr avait participé à la construction et à l'installation d'EEI. C'est à ce moment-là que Khadr a refusé de témoigner et de soumettre ses allégations de torture à un contre-interrogatoire. C'est également à ce moment qu'il a avoué ses crimes. En fin de compte, on peut dire que Khadr était un combattant ennemi illégal qui a avoué ses crimes en raison des preuves contre lui et non parce qu'il a été torturé. On peut aussi dire que son droit aux protections que confère la Charte n'aurait pas dû être automatique, mais qu'il aurait dû s'appuyer sur les lois de la guerre qui servent à la fois les combattants et les populations civiles. Négliger de telles obligations ne peut servir la vertu d'une personne que pour détruire la sécurité d'une autre.
Mai est le mois de la collecte de fonds pour C3RF
Depuis le début de l'année, le C3RF a été extrêmement occupé, car les atteintes à vos droits garantis par la Charte s'accélèrent et s'étendent par un nombre croissant d'initiatives. Avec votre aide, nous avons pu reculer sur de nombreux fronts, y compris contre la formation de partis politiques partiaux à la mise en place de la charia et l'enracinement d'un discours libre écrasant l'"islamophobie". En cette année électorale, nous constatons également une propension croissante des organismes gouvernementaux puissants à acheter de l'influence auprès d' "organismes de presse qualifiés" et à accroître le contrôle sur les médias sociaux, alors même que certains de nos amis et alliés sont traduits en justice dans le but de " réduire " leur droit à la liberté de parole.
Tout cela pour dire que nous sommes sans défense sans votre soutien financier et que ce soutien est nécessaire maintenant que les menaces continuent de s'accumuler. Par conséquent, nous avons décidé de consacrer le mois de mai à renflouer nos coffres en prévision d'une saison d'automne et d'hiver très chargée. Nous espérons que cette approche vous sera favorable et nous empêchera de parler de telles choses de façon continue tout au long de l'année. Nous suggérons un montant de 50 $ par année pour nous aider à lutter pour la sécurité, les libertés et les valeurs canadiennes afin que vous, vos enfants et vos petits-enfants puissiez continuer à profiter du pays libre que le Canada a été jusqu'à maintenant.
Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.
N'oubliez pas que les dons mensuels, aussi petits soient-ils, même de 5 $/mois, nous aident à planifier nos finances à l'avance et nous offrent une plus grande flexibilité. N'oubliez pas non plus que les dons en nature, comme les services informatiques et même les conseils juridiques, peuvent être très utiles. Et pendant que vous songez à faire une contribution annuelle en mai prochain, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte constante pour le maintien des droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon