C3RF Member Update - 10 May, 2019


Remarque! La version française suit
Note! Join the Media Action Group letter-writing campaign to defeat the passage of Ontario Bill 83 for a Day against Islamophobia
Note! Consider, sign and distribute this petition. Make it go viral. An Ontario “Day against Islamophobia” is a bigoted initiative that insults you!
What’s going down?
From the song, “What it’s Worth” by Buffalo Springfield, 1967

“There's something happening here But what it is ain't exactly clear There's a man with a gun over there Telling me I got to beware I think it's time we stop Children, what's that sound? Every body look – what’s going down?”

The classic “Buffalo Springfield” song, “For What its Worth”, was the first of many that fueled the protest movement of the 60’s and 70’s. Recall that this movement was all about breaking free from the all-consuming grasp of “the man” – a euphemism for an established order committed to forcing all to conform with traditional doctrines and lifestyles from days gone by. Indeed, the young of the time, in the form of the baby boom generation, would dedicate itself to consigning traditional life-lessons of generations past to the dustbins of history. Mind you, the movement was not particularly high-minded in nature as it did not seek to complement Western freedoms with a new set of dovetailing responsibilities. It simply sought freedoms void of any need to deal with related consequences. It sought a “sexual revolution” and “the man” stood in the way.

Natural Law, Common Law and “the man
Up to the point of the patriation of the Canadian Constitution and its embedded Charter of Rights and Freedoms, the country’s judicial system was underpinned by the principles of “natural justice” and “common law”. One might think of the former in terms of a system of jurisprudence that ensures that “nothing that is against reason can be lawful”. In this fashion, the legal system is committed to respecting “self evident truths” that are built into the world and written on the hearts of humankind. How better to assure reasonable and respected legal outcomes? In the matter of the latter, common law presumed in favor of precedents set in cases past and prized the “tried and true over innovation.
The complementary judicial arrangement formed by natural and common law was proven to be flexible over time and capable of accommodating social change. The Canadian Divorce Act of 1968 is one suce case point. Another such case from the 60’s can be seen in the form of Justice Minister P.E. Trudeau’s introduction of the 1967 “Omnibus Bill” - a Bill that took the State “out of the bedrooms of the nation”. The fact is, though, such change required considerable public support as long-established truths, customs and traditions took time and effort to overcome. The established order represented a controlling entity in such legal regimes and could be seen, as in the Buffalo Springfield song, as “the man”.
Constitutional law and a new “man”
Although the natural/ common law combination had the wherewithal to accommodate change it could only do so in matters that rang true with the public-at-large. This could hardly do in a new, post-modern Canada dedicated to rejecting traditional ideologies that are seen as oppressive by an ever-increasing number of “identifiable groups”. After all, a dizzying array of new needs are now required to be addressed and their accommodation could ill afford to wait for the mustering of public support against a stubborn, established order. A new order or, “man”, was required to allow for the acceleration of change and new tools were needed to help the process along. One such tool would arrive in the form of the Constitution Act of 1982 and its embedded Charter of Rights and Freedoms. This would come as a surprise to most Canadians. After all, the Act, with a “preamble” that promised a Canada “founded upon principles that recognize the supremacy of God and the rule of law” and a Section 2 dedicated to the inviolability of “fundamental, individual rights, seemed to intend a healthy respect for the principles of “natural” and “common” law.

Problem is, the Charter’s preamble and Section 2 “rights” would be effectively nixed by a number of countervailing, group-based rights even as they are constrained by powerful limitations set out in the Charter’s own Section 1. The group-based rights included those that detail special accommodation for the “disadvantaged” (S. 15(2)) and “multicultural heritage” (S. 27). Section 1, on the other hand, allowed for the placement of reasonable limits” on “fundamental” and equality rights if they could be demonstrated to be justifiable in a democratic society. The corollary to that, of course, is that new rights could be “read in” if they couldn’t be demonstrated to be harmful. Such was the case in the landmark Ontario Court of Appeal decision in the matter of same-sex marriage in 2003. It declared that social science was not sufficiently advanced to make a determination of harm thereby clearing the way for the “right” of same-sex marriage. In a similar fashion, we have seen the “reading in” of gender identity and expression as an equality right deserving of protection from discrimination.

So, if you can present yourself as a member of a small “identifiable group” whose societal harm cannot be demonstrated, you may have recourse to the Charter’s Section 15 “equality rights” provisions. More importantly though, you may be able to seek similar protections afforded by the Human Rights Codes of individual Provinces that extend to every aspect of daily life, work and play. Forget about the established order being the “man”. The power now resides with the “man” in the “identifiable group” and the men and women who sit in Courts as judges across the land. These judges, now de-coupled from “natural” and “common” law principles, are free to “balance away” “fundamental” freedoms, such as the right to free expression, to prove their bona fides as virtuous members of a new, post-national Canada. A worrisome prospect now that Canadian politicians are committed to stacking courts with “more diversity”. This new “man”, buttressed by his allies in the judiciary, wins big when his cause gets “read-in” to the Charter. After all, it will then be supported by the full force of the executive, legislative and judicial powers of the country and it will matter not what the public thinks. Makes one think, has the harm denied by the Ontario Court of Appeal in 2003 now being visited upon the “fundamental” rights of individual, everyday Canadians? Is it time to remedy such a national tragedy?

Bedrooms at your kitchen table, coins in your pocket
And so, we saw the Omnibus Bill of 1967, supported by the public-at-large within a legal system respectful of both natural and common law, move criminal code provisions that took the nation out of the bedroom. This made sense as Canadians did not want to see anyone jailed for consensual, private activities and there was no hint that such activities sought public approval and validation. This all changed, however, as the nation moved from “common” to “constitutional” law and “identifiable groups” took the high ground afforded by Section 15 of the Charter. Now it was not good enough to “live and let live” as it was in the natural/ common law era as words critical of newfound equality rights could be seen as discriminatory, or hateful, and subject to Human Rights, if not criminal, punishments. As such, the bedrooms of the nation have been ushered into seats at your kitchen table. It matters not what you believe as you are expected to tote the politically correct line when you discuss these “read in” rights with your family and friends. Don’t want to? Take care you don’t end up like the B.C. father charged with “family violence” for resisting the State’s order to initiate potentially harmful sex change protocols on his 14 year-old daughter. And in case you forget, the government will make sure you remember your fealty to the “new Canada” by placing coins in your pocket that remind you of the day the State moved out of the nation’s bedrooms and into your kitchen. Again, is it time to study and remedy such intrusions on the “fundamental” Charter Rights of Canadian citizens?
May is C3RF fund drive month
The year to date has been extremely busy for C3RF as attacks on your Charter Rights accelerate and spread over an increasing number of initiatives. With your help, we have been able to push back on many fronts including against the formation of political parties partial to the installation of Sharia Law and the entrenchment of free-speech crushing “Islamophobia” in the nation’s political lexicon. In this election year, we also note an increasing propensity for powerful government agencies to control your access to expressive materials even as some of our friends and allies are taken to court in an effort to “chill” their free speech rights.
All this to say we are defenseless without your financial support and that support is required now as the threats continue to pile up. Accordingly, we have decided to dedicate the month of May to replenishing our coffers in advance of a very busy fall and winter season upcoming. Hopefully this approach will meet with your favour and keep us from talking of such things on a continuous basis throughout the year. We suggest an amount of $50.00 annually to help us fight for Canadian security, freedoms and values so that you, your children and grandchildren will continue to enjoy the free country that Canada has been to this point.
Keep in mind that Monthly donations, no matter how small, even $5/month, help us plan our finances in advance and provide us with greater flexibility. Also keep in mind that donations in kind, such as computer services and even legal advice can help greatly. Click here to support C3RF today!

And while you're considering making an annual contribution this May, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

Co-Chair C3RF

Version française

Note ! Joignez-vous à la campagne de lettres du Media Action Group pour faire échec à l'adoption du projet de loi 83 de l'Ontario pour une journée contre l'islamophobie.
Note ! Examinez, signez et distribuez cette pétition. Fais en sorte que ça devienne viral. Une "Journée ontarienne contre l'islamophobie" est une initiative sectaire qui vous insulte!
Qu'est-ce qui se passe ?
Extrait de la chanson "What it’s Worth" du Buffalo Springfield, 1967

"Il se passe quelque chose ici Mais ce n'est pas vraiment clair. Il y a un homme armé là-bas. Me dire u'il faut que je me méfie

Je pense qu'il est temps d'arrêter Les enfants, c'est quoi ce bruit ? Tout le monde regarde, qu'est-ce qui se passe ?"

La chanson classique "Buffalo Springfield", "For What It’s Worth", a été la première d'une longue série qui a alimenté le mouvement de protestation dans les années 60 et 70. Rappelons que ce mouvement avait pour but de se libérer de l'emprise consumériste de "l'homme", euphémisme d'un ordre établi qui s'engageait à forcer tout le monde à se conformer aux doctrines et aux modes de vie traditionnels d'antan. En effet, les jeunes de l'époque, sous la forme de la génération du baby-boom, se consacraient à jeter aux poubelles de l'histoire les leçons de vie traditionnelles des générations passées. Le mouvement n'avait pas un esprit particulièrement élevé, car il ne cherchait pas à compléter les libertés occidentales par un nouvel ensemble de responsabilités qui s'articuleraient. Elle cherchait simplement à obtenir des libertés sans qu'il soit nécessaire d'en traiter les conséquences. Elle cherchait une "révolution sexuelle" et "l'homme" s'y opposait.

Loi naturelle, Common Law et "l'homme".
Jusqu'au rapatriement de la Constitution canadienne et de sa Charte des droits et libertés, le système judiciaire du pays était fondé sur les principes de " justice naturelle " et de "common law". On pourrait penser à la première en termes d'un système de jurisprudence qui garantit que "rien de ce qui est contre la raison ne peut être licite". De cette façon, le système juridique s'engage à respecter les " vérités évidentes " qui sont construites dans le monde et écrites dans le cœur de l'humanité. Comment mieux assurer des résultats juridiques raisonnables et respectés ? Dans ce dernier cas, la common law a présumé en faveur de précédents établis dans des affaires antérieures et a prisé le "fait éprouvé plutôt que l'innovation".
L'arrangement judiciaire complémentaire formé par le droit naturel et la common law s'est avéré souple au fil du temps et capable de s'adapter au changement social. La Loi sur le divorce de 1968 en est un exemple. Un autre exemple de ce type de cas des années 60 peut être vu sous la forme de la présentation par le ministre de la Justice P.E. Trudeau du "projet de loi omnibus" de 1967 - un projet de loi qui a sorti l'État "des chambres à coucher de la nation". Il n'en reste pas moins qu'un tel changement a nécessité un soutien public considérable, car il a fallu du temps et des efforts pour surmonter des vérités, des coutumes et des traditions établies de longue date. L'ordre établi représentait une entité de contrôle dans ces régimes juridiques et pouvait être considéré, comme dans la chanson de Buffalo Springfield, comme "l'homme".
Le droit constitutionnel et un "homme" nouveau
Bien que la combinaison du droit naturel et de la common law ait les moyens de s'adapter au changement, elle ne pouvait le faire que dans des domaines qui s'appliquaient au grand public. Cela pourrait difficilement se faire dans un nouveau Canada postmoderne voué à rejeter les idéologies traditionnelles qui sont perçues comme oppressives par un nombre sans cesse croissant de "groupes identifiables". Après tout, il faut maintenant répondre à un éventail vertigineux de nouveaux besoins, et leur accommodement pourrait difficilement se permettre d'attendre que l'appui du public se rassemble contre un ordre établi et obstiné. Un nouvel ordre, ou "homme", était nécessaire pour permettre l'accélération du changement et de nouveaux outils étaient nécessaires pour faciliter le processus. L'un de ces outils prendrait la forme de la Loi constitutionnelle de 1982 et de sa Charte des droits et libertés intégrée. Cela surprendrait la plupart des Canadiens. Après tout, la Loi, avec un "préambule" qui promettait un Canada "fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit" et un article 2 consacré à l'inviolabilité des "droits fondamentaux et individuels", semblait vouloir un sain respect des principes du droit "naturel" et "commun".

Le problème est que le préambule de la Charte et les " droits " de l'article 2 seraient en fait contredits par un certain nombre de droits compensatoires fondés sur le groupe, même s'ils sont limités par de puissantes restrictions énoncées à l'article 1 de la Charte. Les droits fondés sur le groupe comprenaient ceux qui prévoient des aménagements spéciaux pour les "défavorisés" (art. 15(2)) et le "patrimoine multiculturel" (art. 27). L'article 1, par contre, permettait d'imposer des " limites raisonnables " aux droits " fondamentaux " et aux droits à l'égalité s'il pouvait être démontré qu'ils sont justifiables dans une société démocratique. Le corollaire à cela, bien sûr, est que de nouveaux droits pourraient être "lus" s'il n'était pas possible de démontrer qu'ils sont nuisibles. Ce fut le cas dans la décision historique de la Cour d'appel de l'Ontario dans l'affaire du mariage homosexuel en 2003. Elle a déclaré que les sciences sociales n'étaient pas suffisamment avancées pour déterminer le préjudice, ouvrant ainsi la voie au "droit" au mariage homosexuel. De la même manière, nous avons vu la " lecture " de l'identité et de l'expression sexuelles comme un droit à l'égalité méritant d'être protégé contre la discrimination.

Ainsi, si vous pouvez vous présenter comme membre d'un petit "groupe identifiable" dont le préjudice social ne peut être démontré, vous pouvez avoir recours aux dispositions de l'article 15 "droits à l'égalité" de la Charte. Plus important encore, cependant, vous pourriez être en mesure d'obtenir des protections semblables à celles offertes par les codes des droits de la personne de chaque province, qui s'appliquent à tous les aspects de la vie quotidienne, du travail et des loisirs. Oubliez que l'ordre établi est "l'homme". Le pouvoir appartient maintenant à "l'homme" dans le "groupe identifiable" et aux hommes et aux femmes qui siègent dans les tribunaux en tant que juges à travers le pays. Ces juges, maintenant dissociés des principes de droit "naturel" et "de common law", sont libres d'"équilibrer" les libertés "fondamentales", comme le droit à la libre expression, pour prouver leur bonne foi en tant que membres vertueux d'un nouveau Canada post-national. Une perspective inquiétante maintenant que les politiciens canadiens se sont engagés à empiler les tribunaux avec "plus de diversité". Ce nouvel " homme ", soutenu par ses alliés de la magistrature, gagne gros lorsque sa cause est " lue " dans la Charte. Après tout, elle sera alors soutenue par la pleine force des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire du pays et peu importe ce que le public en pense. On peut se demander si le tort nié par la Cour d'appel de l'Ontario en 2003 est maintenant porté aux droits "fondamentaux" des Canadiens et des Canadiennes ordinaires. Est-il temps de remédier à une telle tragédie nationale?

Chambres à coucher à votre table de cuisine, pièces de monnaie dans votre poche
Ainsi, nous avons vu le projet de loi omnibus de 1967, appuyé par le grand public au sein d'un système juridique respectueux du droit naturel et de la common law, déplacer les dispositions du Code criminel qui ont sorti la nation de sa chambre à coucher. Cela était logique, car les Canadiens ne voulaient pas que quiconque soit emprisonné pour des activités consensuelles et privées, et rien n'indiquait que de telles activités demandaient l'approbation et la validation du public. Tout cela a toutefois changé lorsque la nation est passée du droit "commun" au droit "constitutionnel" et que les "groupes identifiables" ont pris le haut du pavé de l'article 15 de la Charte. Il ne suffisait plus de " vivre et de laisser vivre ", comme c'était le cas à l'époque du droit naturel et de la common law, car les mots critiques à l'égard des nouveaux droits à l'égalité pouvaient être considérés comme discriminatoires, ou haineux, et passibles de sanctions, sinon criminelles, en matière de droits de la personne. Ainsi, les chambres à coucher de la nation ont été transformées en sièges à votre table de cuisine. Peu importe ce que vous croyez, car on attend de vous que vous défendiez la ligne politiquement correcte lorsque vous discutez de ces droits avec votre famille et vos amis. Vous ne voulez pas ? Prenez garde de ne pas finir comme le père de la Colombie-Britannique accusé de " violence familiale " pour avoir résisté à l'ordre de l'État d'initier des protocoles de changement de sexe potentiellement dangereux sur sa fille de 14 ans. Et au cas où vous l'oublieriez, le gouvernement s'assurera que vous vous souvenez de votre fidélité au "nouveau Canada" en plaçant dans votre poche des pièces de monnaie qui vous rappellent le jour où l'État a quitté les chambres du pays pour s'installer dans votre cuisine. Encore une fois, est-il temps d'étudier et de remédier à de telles intrusions dans les droits " fondamentaux " des citoyens canadiens garantis par la Charte ?
Mai est le mois de la collecte de fonds pour C3RF
Depuis le début de l'année, le C3RF a été extrêmement occupé, car les atteintes à vos droits garantis par la Charte s'accélèrent et s'étendent sur un nombre croissant d'initiatives. Avec votre aide, nous avons pu reculer sur de nombreux fronts, y compris contre la formation de partis politiques partiaux à la mise en place de la charia et l'enracinement de l'islamophobie écrasante dans le lexique politique du pays. Au cours de cette année électorale, nous constatons également une propension croissante des organismes gouvernementaux puissants à contrôler votre accès à du matériel expressif, alors même que certains de nos amis et alliés sont traînés devant les tribunaux dans le but de " réduire " leur droit à la liberté d'expression
Tout cela pour dire que nous sommes sans défense sans votre soutien financier et que ce soutien est nécessaire maintenant que les menaces continuent de s'accumuler. Par conséquent, nous avons décidé de consacrer le mois de mai à renflouer nos coffres en prévision d'une saison d'automne et d'hiver très chargée. Nous espérons que cette approche vous sera favorable et nous empêchera de parler de telles choses de façon continue tout au long de l'année. Nous suggérons un montant de 50 $ par année pour nous aider à lutter pour la sécurité, les libertés et les valeurs canadiennes afin que vous, vos enfants et vos petits-enfants puissiez continuer à profiter du pays libre que le Canada a été jusqu'à maintenant.
N'oubliez pas que les dons mensuels, aussi petits soient-ils, même 5 $/mois, nous aident à planifier nos finances à l'avance et nous offrent une plus grande flexibilité. N'oubliez pas non plus que les dons en nature, comme les services informatiques et même les conseils juridiques, peuvent être très utiles. Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!
Et pendant que vous songez à faire une contribution annuelle, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon