C3RF Member Update - 24 May, 2019

May 23, 2019

Remarque! La version française suit un peu plus bas
 
Note! Consider supporting Tom Quiggin “Operation Killswitch” legal defence fund
 
Note! Consider, sign and distribute this petition. Make it go viral. An Ontario “Day against Islamophobia” is a bigoted initiative that insults you!
 
Note! Join the Media Action Group letter-writing campaign to defeat the passage of Ontario Bill 83 for a Day against Islamophobia
 
State attacks on your free speech rights
 
As seen in last week’s “update”, freedom of expression does not just include the right to express an opinion but to hear one as well. It is meant to protect “both speaker and listener” and may include “all phases of the communication, from maker or originator through supplier, distributor, retailer, renter or exhibitor to receiver, whether listener or viewer”. Here we begin to see expression as a complex process that can be confounded by a number of players at various points along the speaker/ listener continuum. Last week we saw how the government could use its power as a legislator and regulator to control the message that ultimately arrives at your doorstep. These interventions included message censorship and modification. The former case was illustrated by the City of Ottawa, through its public library, when it disallowed the presentation of a controversial documentary film; Killing Europe. The latter was demonstrated in the Government of Canada’s twisting of national security lexicon to save certain communities from threat analysis processes. Other examples of state-sponsored trampling of free expression include the misleading and ambiguous “Islamophobia” issue raised by Motion M-103 and the more recent “Christchurch Call” to control social media messaging. So much for the state’s efforts to control your access to speech, what about the impact of non-state players on these same free speech rights?
Non-state attacks on your free speech rights

 

Non-state players that are neck-deep in denying your ability to speak and seek the truth of things include the media industry’s news and entertainment divisions. In Canada, mainstream news outlets are notoriously partial to playing up a progressive agenda while ignoring conservative viewpoints. This is quite evident in their treatment of progressive causes including gay marriage, global warming, abortion, and gun control. Additionally, the phenomenon is exacerbated by government policies that shamelessly reward “qualified news organizations” with tax payer funds and credits. As bad as it is with Canadian news organizations, it is equally bad in the entertainment sector.

 

A case in point that illustrates the impedance of free speech rights by the Canadian entertainment industry comes in the form of the non-distribution of the American movie; “Unplanned”. The movie follows the real-life story of Abby Johnson, a Planned Parenthood clinic director, who changed her mind about abortion after witnessing a particularly distressing procedure. I leave the reader to judge the subject matter but it is important to note that Canadian film distributors have refused to show the film in Canada. They are doing so out of concerns for the film’s “content” and they, therefore, have decided to abrogate the public’s right to form its own opinion. This raises the question, do non-state enterprises have the right to restrict public access to expressive materials like the film; “Unplanned”?

Free speech in the private sector

 

The Charter is a federal Government of Canada instrument that secures the rights of Canadians relative to governing bodies at the federal, provincial and territorial levels. It is not intended to govern relations between private actors. Governments may inform these relations through regulatory means but protection from discrimination in private interactions are the purview of provincial human rights codes. The first and foremost of these is the Ontario Human Rights Code established in 1962.

 

As it happens in the broadcasting sector, the responsibility of broadcasters to the consuming public is outlined in the Broadcasting Policy for Canada. This Parliament of Canada document states plainly that programming needs to “provide a reasonable opportunity for the public to be exposed to the expression of differing views on matters of public concern”. This provision to respect and promote the expression of “differing” points of view works hand in hand with the Ontario Human Rights Code which protects citizens from discrimination on a number of grounds.  These grounds include “creed” or a “system of religious belief”. Indeed, the same code states categorically that freedom of expression of opinion shall not be interfered with regards listed grounds for discrimination including creed. How is it then that Canadian film distributors can bully certain opinions and expressions out of the public realm to ensure their own are not challenged?

What to do?
 

Obviously, both state and non-state players are accelerating efforts to constrain your access to information and knowledge. Information and knowledge that you require to live a free and meaningful life and pass on the same for your kids and grandkids. Pushing back against the state’s attempt to control the information that reaches you is difficult as you are one and the state has all the powers of government at its disposal. Fact is though, the state in a Western liberal democracy remains responsible to you and, given a voice powerful enough, you can bring it to heel. This has been done effectively with voices coming together and being magnified in organizations like C3RF. The proof is in the pudding and we see related successes engineered by members of C3RF.  These successes include:

 

In the realm of “non-state” actors seeking to control your access to “expressive materials”, we could all take lessons from “progressives” who exploit provincial human rights codes.  These politically correct individuals and groups use related commissions and tribunals to punish those who would discriminate against them in the private sector. Their successes include the BC Human Rights Tribunal fining a man $55,000 for calling a “transwoman” a man in recognition of the latter’s biological attributes. The lesson is clear, provincial Human Rights Tribunals rule over private relationships in areas such as employment, services, accommodation and contracts and they can be employed to punish those who discriminate on specific grounds, including “creed”, in these areas. Indeed, they even offer dedicated and free legal assistance to help an “applicant” build a successful case through “Human Rights Legal Support Centres”. Accordingly, and in the case of the movie “Unplanned”, a person could argue he was being discriminated against as certain film distributors were keeping materials related to certain religious belief systems, or “creeds”, from his attention. Given the history of Human Rights Tribunal decisions, bringing such a case would truly represent an ironic turn of events.

May is C3RF fund drive month

 

The year to date has been extremely busy for C3RF as attacks on your Charter Rights accelerate and spread over an increasing number of initiatives. With your help, we have been able to push back on many fronts including against the formation of political parties partial to the installation of Sharia Law and the entrenchment of free-speech crushing “Islamophobia” in the nation’s political lexicon. In this election year, we also note an increasing propensity for powerful government agencies to control your access to expressive materials even as some of our friends and allies are taken to court in an effort to “chill” their free speech rights.


All this to say we are defenseless without your financial support and that support is required now as the threats continue to pile up. Accordingly, we have decided to dedicate the month of May to replenishing our coffers in advance of a very busy fall and winter season upcoming. Hopefully this approach will meet with your favour and keep us from talking of such things on a continuous basis throughout the year. We suggest an amount of $50.00 annually to help us fight for Canadian security, freedoms and values so that you, your children and grandchildren will continue to enjoy the free country that Canada has been to this point. Click here to support C3RF today.

Keep in mind that Monthly donations, no matter how small, even $5/month, help us plan our finances in advance and provide us with greater flexibility. Also keep in mind that donations in kind, such as computer services and even legal advice can help greatly. And while you're considering making an annual contribution this May, please follow C3RF on on Twitteron Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

 

Major Russ Cooper (Ret'd)

 

Co-Chair C3RF

 

Version française

 

 

Envisagez de soutenir le fonds de défense juridique Tom Quiggin "Opération Killswitch".
 
Lisez, signez et distribuez cette pétition. Fais en sorte que ça devienne viral. Une "Journée ontarienne contre l'islamophobie" est une initiative sectaire qui vous insulte !
 
Joignez-vous à la campagne de lettres du Media Action Group pour faire échec à l'adoption du projet de loi 83 de l'Ontario pour une journée contre l'islamophobie.
Les attaques de l'État contre vos droits à la liberté d'expression
 

Comme nous l'avons vu dans la "mise à jour" de la semaine dernière, la liberté d'expression n'inclut pas seulement le droit d'exprimer une opinion, mais aussi d'en entendre une. Elle vise à protéger "le locuteur et l'auditeur" et peut englober "toutes les phases de la communication, depuis le producteur ou l'auteur jusqu'au récepteur, en passant par le fournisseur, le distributeur, le détaillant, le locataire ou l'exposant, que l'auditeur ou le téléspectateur". Nous commençons ici à voir l'expression comme un processus complexe qui peut être confondu par un certain nombre d'acteurs à différents moments du continuum orateur/auditeur. La semaine dernière, nous avons vu comment le gouvernement pourrait utiliser son pouvoir en tant que législateur et organisme de réglementation pour contrôler le message qui arrive finalement à votre porte. Ces interventions comprenaient la censure et la modification des messages. Le premier cas a été illustré par la Ville d'Ottawa, par l'entremise de sa bibliothèque publique, lorsqu'elle a refusé la présentation d'un film documentaire controversé, Killing Europe. C'est ce dernier aspect qui a été démontré par la déformation du lexique de la sécurité nationale par le gouvernement du Canada afin de sauver certaines collectivités des processus d'analyse de la menace. Parmi les autres exemples de piétinement de la liberté d'expression parrainé par l'État, mentionnons la question trompeuse et ambiguë de l'"islamophobie" soulevée par la motion M-103 et, plus récemment, l'"appel de Christchurch" pour contrôler la diffusion de messages dans les médias sociaux. Qu'en est-il des efforts de l'État pour contrôler votre accès à la parole, qu'en est-il de l'impact des acteurs non étatiques sur ces mêmes droits à la liberté d'expression ?

Atteintes non étatiques à vos droits à la liberté d'expression
 

Les acteurs non étatiques qui nient votre capacité à parler et à chercher la vérité comprennent les divisions des nouvelles et du divertissement de l'industrie des médias. Au Canada, les grands médias d'information sont notoirement réticents à adopter un programme progressiste tout en ignorant les points de vue conservateurs. C'est assez évident dans leur traitement des causes progressistes, y compris le mariage homosexuel, le réchauffement planétaire, l'avortement et le contrôle des armes à feu. De plus, le phénomène est exacerbé par les politiques gouvernementales qui récompensent sans vergogne les "organismes de presse qualifiés" avec des fonds et des crédits de contribuables. La situation est très mauvaise pour les organismes de presse canadiens, mais elle l'est tout autant dans le secteur du divertissement.

 

Un exemple qui illustre l'entrave à la liberté d'expression de l'industrie canadienne du divertissement est celui de la non-distribution du film américain "Unplanned". Le film suit l'histoire réelle d'Abby Johnson, directrice de la clinique Planning des naissances, qui a changé d'avis sur l'avortement après avoir été témoin d'une intervention particulièrement pénible. Je laisse au lecteur le soin de juger le sujet, mais il est important de noter que les distributeurs de films canadiens ont refusé de montrer le film au Canada. Ils le font par souci du "contenu" du film et ils ont donc décidé d'abroger le droit du public à se forger sa propre opinion. Cela soulève la question de savoir si les entreprises non étatiques ont le droit de restreindre l'accès du public à u matériel comme le film "Unplanned" ?

La liberté d'expression dans le secteur privé
 

La Charte est un instrument du gouvernement fédéral du Canada qui garantit les droits des Canadiens par rapport aux organes directeurs aux niveaux fédéral, provincial et territorial. Elle n'est pas destinée à régir les relations entre acteurs privés. Les gouvernements peuvent éclairer ces relations par des moyens réglementaires, mais la protection contre la discrimination dans les interactions privées est le prétexte des codes provinciaux des droits de la personne. Le premier et le plus important d'entre eux est le Code des droits de la personne de l'Ontario, établi en 1962.

 

Comme c'est le cas dans le secteur de la radiodiffusion, la responsabilité des radiodiffuseurs envers le public consommateur est énoncée dans la Politique de radiodiffusion du Canada. Ce document du Parlement du Canada énonce clairement que la programmation doit "offrir au public une occasion raisonnable d'être exposé à l'expression d'opinions divergentes sur des questions d'intérêt public ". Cette disposition visant à respecter et à promouvoir l'expression de points de vue "différents" va de pair avec le Code des droits de la personne de l'Ontario qui protège les citoyens contre la discrimination fondée sur un certain nombre de motifs.  Ces motifs comprennent la "croyance" ou un "système de croyance religieuse". En effet, le même code stipule catégoriquement que la liberté d'expression d'opinion ne doit pas être entravée en ce qui concerne les motifs de discrimination énumérés, y compris la croyance. Comment se fait-il alors que les distributeurs de films canadiens peuvent intimider certaines opinions et expressions hors du domaine public pour s'assurer que les leurs ne sont pas contestées ?

Que faire ?
 

De toute évidence, les acteurs étatiques et non étatiques redoublent d'efforts pour restreindre votre accès à l'information et au savoir. L'information fait partie des connaissances dont vous avez besoin pour vivre une vie libre et remplie et les transmettre à vos enfants et petits-enfants. Il est difficile de repousser la tentative de l'État de contrôler l'information qui vous parvient, car l'État a tous les pouvoirs du gouvernement à sa disposition.  Le fait est que, dans une démocratie libérale occidentale, l'État reste imputable auprès de vous et, si votre voix est assez puissante, vous pouvez le faire plier. Cela s'est fait de manière efficace grâce à l'union et à l'amplification des voix dans des organisations comme C3RF. Nous voyons les succès dans d’autres secteurs obtenus grâce aux efforts initiés par les membres de C3RF. Parmi ces succès, mentionnons :

Dans le domaine des acteurs "non étatiques" qui cherchent à contrôler votre accès à des "documents expressifs", nous pourrions tous tirer des leçons des " progressistes "qui exploitent les codes provinciaux des droits humains. Ces personnes et ces groupes politiquement corrects ont recours à des commissions et à des tribunaux connexes pour punir ceux qui exerceraient une discrimination contre eux dans le secteur privé. Le Tribunal des droits de la personne de la Colombie-Britannique a notamment condamné un homme à une amende de 55 000 $ pour avoir traité une " transsexuelle" d'homme en reconnaissance des attributs biologiques de cette dernière. La leçon est claire : les tribunaux provinciaux des droits de la personne régissent les relations privées dans des domaines comme l'emploi, les services, le logement et les contrats, et ils peuvent être utilisés pour punir ceux qui font de la discrimination fondée sur des motifs précis, y compris la "croyance", dans ces domaines. En effet, ils offrent même une assistance juridique dédiée et gratuite pour aider un "demandeur" à constituer un dossier réussi à travers les "Human Rights Legal Support Centres". En conséquence, et dans le cas du film "Unplanned", une personne pourrait faire valoir qu'il faisait l'objet d'une discrimination car certains distributeurs de films cachaient à son attention des documents relatifs à certains systèmes de croyances religieuses, ou "credo". Compte tenu de l'historique des décisions du Tribunal des droits de la personne, porter une telle affaire représenterait vraiment une tournure ironique des événements.

Mai est le mois de la collecte de fonds pour C3RF

 

Depuis le début de l'année, le C3RF a été extrêmement occupé, car les atteintes à vos droits garantis par la Charte s'accélèrent et s'étendent sur un nombre croissant d'initiatives. Avec votre aide, nous avons pu reculer sur de nombreux fronts, y compris contre la formation de partis politiques partiaux à la mise en place de la charia et l'enracinement de l'islamophobie écrasante dans le lexique politique du pays. Au cours de cette année électorale, nous constatons également une propension croissante des organismes gouvernementaux puissants à contrôler votre accès à du matériel expressif, alors même que certains de nos amis et alliés sont traînés devant les tribunaux dans le but de " réduire " leur droit à la liberté d'expression.

 

Tout cela pour dire que nous sommes sans défense sans votre soutien financier et que ce soutien est nécessaire maintenant que les menaces continuent de s'accumuler. Par conséquent, nous avons décidé de consacrer le mois de mai à renflouer nos coffres en prévision d'une saison d'automne et d'hiver très chargée. Nous espérons que cette approche vous sera favorable et nous empêchera de parler de telles choses de façon continue tout au long de l'année. Nous suggérons un montant de 50 $ par année pour nous aider à lutter pour la sécurité, les libertés et les valeurs canadiennes afin que vous, vos enfants et vos petits-enfants puissiez continuer à profiter du pays libre que le Canada a été jusqu'à maintenant.

 

N'oubliez pas que les dons mensuels, aussi petits soient-ils, même de 5 $/mois, nous aident à planifier nos finances à l'avance et nous offrent une plus grande flexibilité. N'oubliez pas non plus que les dons en nature, comme les services informatiques et même les conseils juridiques, peuvent être très utiles. Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

 

Et pendant que vous songez à faire une contribution annuelle en mai, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web, et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour défendre droits reconnus par la Charte au Canada.  Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.  

 

 

Major Russ Cooper (retraité)

 

Coprésident C3RF

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Featured Posts

A post election 2019 analysis by Salim Mansur

December 3, 2019

1/4
Please reload

Recent Posts