C3RF Member Update - 14 June, 2019

June 13, 2019

 
Remarque!  La version française suit un peu plus bas
The "pseudo-realities" take charge in Canada
 

Recent observations in these same “update” pages have noted the rise of a host of “pseudo-realities” that have come to displace “traditional truths long understood to be ‘self-evident’”. They were seen to be dangerous distractions as they sapped the will of representative authorities to protect the right of the individual to express contrary views that offended the sensibilities of powerful, “identifiable groups”. The evidence offered included the decision of Canadian military brass to dedicate an Afghanistan War Memorial in secret and out of sight of families that suffered losses in the fight against the global jihad. Reasons for such a clandestine ceremony included the possibility of “vandalism” and, arguably, the alleviation of any hurt to those who might be offended by such a Memorial. 
 

 

Another, more recent, example of such fawning submission can be seen in the parliamentary “expungement” of MP Cooper’s remarks during House of Commons Justice Committee proceedings. He had the temerity to challenge a witness’ linkage of “conservatism” with “extremist violence” by quoting the “Christchurch Manifesto”. An act that more properly situated the motivations behind the massacre but were seen to be “hurtful” given the fact that the witness in question was a Muslim. By virtue of the House’s own procedures and practices, Member statements in such debates can only be edited or altered to correct a “misstatement on the part of the Member”. This was not the case in this instance as MP Cooper’s statements were true and known to be so. It appears that Motion M-103’s stated objective of “quelling” Islamophobia has penetrated into the heart of Canadian democracy. But wait, it gets worse.

What links Canada, Nazi Germany, Pol Pot Cambodia and Hutu-led Rwanda?
 
Yet another pseudo-reality that has been percolating in the Canadian background is the one that declares Canada to be a genocidal nation. The target of said genocide are the country’s aboriginal, Inuit and Metis populations and the proof is in the “colonization” measures imposed by the Crown on these communities. This stunning charge places Canada on the same footing as Nazi Germany and can be seen to be promulgated in earnest as early as 2013 when the United Nations was approached by advocates of this mass crime. The charge was then echoed in a somewhat muted form as a “cultural genocide” in the findings of the Truth and Reconciliation Commission in 2015.  Not to be outdone, the recent National Inquiry on Missing and Murdered Indigenous Women and Girls (MMIWG) has reported that aboriginal, Inuit, Metis and, interestingly, 2SLGBTQQIA [two-spirit, lesbian, gay, bisexual, transgender, queer, questioning, intersex and asexual] Canadians have undergone, and are undergoing, a “coordinated plan of different actions aiming at the destruction of essential foundations of the life of national groups, with the aim of annihilating the groups themselves”. Strong stuff that one would think worthy of concerted debate throughout the public square. One wonders why Canadians would fight and die for such a Canada.  Were their lives wasted on the WWI and II battlefields of Europe? On those of Korea? On those of Afghanistan?
 
Pseudo-reality trumps free speech yet again
 
As we have seen in many other instances, what one might think is quickly discarded in the face of a pseudo-reality proffered by a vocal and powerful “identifiable group”. So powerful was this particular narrative that the Prime Minister affirmed the “genocide”, on behalf of all Canadians, within 24 hours of the release of the Inquiry’s Final Report. It mattered not that related testimony concentrated on the telling of the victim’s side of the story with no discernible attempt to provide a balanced accounting of the facts. Indeed, outside of a tangential mention of “family members and partners, casual acquaintances, and serial killers” there was no mention of the actual perpetrators of violence. It was “colonization” that was the problem and this narrative stood stump-like as an immutable and unassailable fact.  Additionally, it mattered not that the United Nations definition of genocide entails “proven intent on the part of perpetrators to physically destroy a national, ethnical, racial or religious group” and that “cultural destruction does not suffice, nor does an intention to simply disperse a group”. The whole matter of “intent” was brushed aside by the Report with a rush to claim that “colonization” was the culprit and its nature was proof enough of malevolent purpose. Was this truly the case though?

 

The Report itself notes that the balance of power between indigenous and colonialist communities was fairly even over the period 1650 to 1815 and that marked changes were not noted until the confederation time frame of 1867. A review of this latter time period reveals seminal and relevant legislation in the form of the:

 

 

Given this formative legislative record, it could be argued that the treatment of First Nations people, although decidedly paternalistic, did not intend genocide as defined by the United Nations. Rather than this, the objective could be seen as one of assimilation and the enfranchisement of indigenous communities with the rights and freedoms of a Western-style liberal democracy. Unfortunately, this possibility runs counter to the victim narrative that always seeks to serve the “identifiable group” in a pseudo-reality. How else to explain the Prime Minister’s refusal to identify ISIS as a genocidal entity even as he rushed to accept the charge that everyday Canadians, past and present, are guilty of genocide as charged?

 

Is it time for free speech to make a comeback?
 

The damage done by the MMIWG National Inquiry is incalculable.  The damage is not limited to Canada’s national well-being but to its international stature and prospects as well. Nationally, it puts us on a course towards deep division as non-indigenous citizens see themselves to be deeply offended. This, even as they have no recourse to confront and debate the charge of genocide. After all and as they have seen over and over again, arguing against the pseudo-reality only brings more recriminations and the threat of punishment by government sanctioned human rights agencies. Internationally, it’s difficult to see how Canada’s enemies and competitors could resist using the self-confessed charge of genocide to take advantage both strategically and economically. There certainly will be no more Canadian tut-tutting of human rights abuses by other nations such as China, Venezuela and North Korea. After all, are we not birds of a feather?

 

 

To their credit, some are speaking out against the unfounded charges laid out in the MMIWG Report. General Dallaire, who knows a genocide when he sees one, has come out squarely against the charge while Irwin Cotler, bulwark of Canada’s human rights conscience, worries that the misuse of the term “genocide” will see it cease to have its singular importance. Perhaps they also see the danger posed by the unquestioned acceptance of pseudo-realities by weak and wilfully blind members of the elite, including political leaders who have ceased to serve their electorate and the truth as they are sworn to do. One wonders, do Canadians deserve such insults from their elected officials? Perhaps it’s time to speak out and reclaim the right to free expression through the ballot-box?

Thanks for your continued support
 
Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

 

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitteron Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

 

 

Major Russ Cooper (Ret’d)

 

Co-Chair C3RF

 

Version française
 
Les "pseudo-réalités" prennent le pouvoir au Canada
 

Des observations récentes dans ces mêmes pages de "mise à jour" ont noté la montée en puissance d'une multitude de "pseudo-réalités" qui ont fini par supplanter "les vérités traditionnelles longtemps considérées comme ‘évidente’ ". Elles ont été perçues comme des distractions dangereuses, car elles ont sapé la volonté des autorités représentatives de protéger le droit de l'individu d'exprimer des opinions contraires qui offensent la sensibilité de "groupes puissants et identifiables". Parmi les preuves présentées, mentionnons la décision des hauts gradés militaires canadiens d'inaugurer un monument commémoratif de guerre en Afghanistan en secret et à l'abri des regards des familles qui ont subi des pertes dans la lutte contre le jihad mondial. Les raisons d'une telle cérémonie clandestine incluaient la possibilité de "vandalisme" et, sans doute, de ne pas heurter ceux qui pourraient être offensés par un tel Mémorial.

 

 

​​On peut également voir un autre exemple, plus récent, d'une telle présentation fallacieuse dans la ‘’radiation’’ parlementaire des remarques du député Cooper pendant les travaux du Comité de la justice de la Chambre des communes. Il a eu la témérité de contester le lien entre "conservatisme" et "violence extrémiste" d'un témoin en citant le "Manifeste de Christchurch". Un acte qui situait mieux les motivations du massacre, mais qui était considéré comme "blessant" étant donné que le témoin en question était un musulman. En vertu des procédures et pratiques de la Chambre, les déclarations des députés lors de ces débats ne peuvent être éditées ou modifiées que pour corriger une "déclaration erronée de la part du député". Ce n'était pas le cas en soi, car les déclarations du député Cooper étaient vraies et connues pour l'être.  Il semble que l'objectif déclaré de la motion M-103 de "réprimer" l'islamophobie ait pénétré au cœur de la démocratie canadienne. Mais attendez, ça empire.

Qu'est-ce qui relie le Canada, l'Allemagne nazie, le Cambodge de Pol Pot et le Rwanda dirigé par les Hutus ?
 

Une autre pseudo-réalité qui s'est répandue dans le contexte canadien est celle qui déclare que le Canada est un pays génocidaire. La cible de ce génocide sont les populations autochtones, inuites et métisses du pays et la preuve en est les mesures de "colonisation" imposées par la Couronne à ces communautés. Cette accusation stupéfiante place le Canada sur un pied d'égalité avec l'Allemagne nazie et peut être considérée comme ayant été promulguée sérieusement dès 2013 lorsque les Nations Unies ont été approchées par ceux qui défendent cette accusation de crime de masse. Dans les conclusions de la Commission Vérité et Réconciliation en 2015, l'accusation a ensuite été reprise sous une forme quelque peu feutrée de "génocide culturel". Pour ne pas être en reste, la récente Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées a rapporté que les Canadiens autochtones, inuits, métis et, fait intéressant, les 2SLGBTQTQIA [bispirituel, lesbienne, gay, bisexuel, transgenre, queer, questionnement, intersexuel et asexuel] ont subi et subissent un "plan coordonné de différentes actions visant à détruire les fondations essentielles à la vie des groupes nationaux, dans le but de détruire les groupes eux-mêmes". Des choses fortes qu'on pourrait juger dignes d'un débat concerté dans toute la place publique. On se demande pourquoi les Canadiens se battent et meurent pour un tel Canada. Ont-ils sacrifié leur vie sans raison sur les champs de bataille de la Première et de la Seconde Guerre mondiale en Europe; ou encore sur ceux de Corée et d'Afghanistan?

 

La pseudo-réalité l'emporte une fois de plus sur la liberté d'expression
 

Comme nous l'avons vu dans bien d'autres cas, ce que l'on pourrait penser est rapidement écarté face à une pseudo-réalité présentée par un "groupe identifiable" influents qui se fait entendre. Ce récit était si puissant que le premier ministre a reconnu le "génocide", au nom de tous les Canadiens, dans les 24 heures suivant la publication du rapport final de la Commission d'enquête. Il importait peu que les témoignages connexes se concentrent sur la version de l'histoire de la victime sans que l'on puisse discerner une tentative de présenter un compte rendu équilibré des faits. En effet, en dehors d'une mention tangentielle des "membres de la famille et des partenaires, des connaissances occasionnelles et des tueurs en série", il n'y avait aucune mention des auteurs de la violence. Il s'agissait d'un récit de "colonisation" qui se présentait comme une hypothèse immuable et inattaquable. En outre, il importe peu que la définition du génocide donnée par les Nations Unies implique "une intention avérée de la part de ses auteurs de détruire physiquement un groupe national, ethnique, racial ou religieux" et que "la destruction culturelle ne suffit pas, ni l'intention de simplement disperser un groupe". Toute la question de l'"intention" a été écartée par le Rapport avec une ruée pour prétendre que la "colonisation" était le coupable et que sa nature était une preuve suffisante d'intention malveillante. Était-ce vraiment le cas ?

 

Le rapport lui-même note que l'équilibre des pouvoirs entre les communautés autochtones et les communautés colonialistes a été relativement stable entre 1650 et 1815 et que des changements marqués n'ont été constatés qu'à l'époque de la Confédération, en 1867. L'examen de cette dernière période révèle l'existence d'une législation fondamentale et pertinente sous la forme de l'extension:

 

 

Compte tenu de ce bilan législatif, on pourrait soutenir que le traitement des membres des Premières nations, bien que résolument paternaliste, ne visait pas le génocide tel que défini par les Nations Unies. Plutôt que cela, l'objectif pourrait être considéré comme un objectif d'assimilation et d'émancipation des communautés autochtones avec les droits et libertés d'une démocratie libérale à l'occidentale. Malheureusement, cette possibilité va à l'encontre du récit de la victime qui cherche toujours à servir le "groupe identifiable" dans une pseudo-réalité. Comment expliquer autrement le refus du premier ministre d'identifier le groupe État islamique d’être une entité génocidaire alors qu'il s'est empressé d'accepter l'accusation que les Canadiens ordinaires, passés et présents, sont coupables de génocide?

 

Est-il temps pour la liberté d'expression de faire un retour en arrière ?
 

 

​​Les dommages causés par l'enquête nationale de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées sont incalculables. Les dommages ne se limitent pas au bien-être national du Canada, mais aussi à sa stature internationale et à ses perspectives. À l'échelle nationale, elle nous met sur la voie d'une profonde division, car les citoyens non autochtones se sentent profondément offensés. Et ce, alors même qu'ils n'ont aucun recours pour faire face et débattre de l'accusation de génocide. Après tout, et comme ils l'ont vu à maintes reprises, le fait de s'opposer à cette pseudo-réalité ne fait qu'accroître les récriminations et la menace de sanctions de la part d'organismes de défense des droits humains sanctionnés par le gouvernement. À l'échelle internationale, il est difficile de voir comment les ennemis et les concurrents du Canada pourraient résister à l'accusation avouée de génocide pour en tirer un avantage stratégique et économique. Il n'y aura certainement plus de dénonciation de violations des droits de la personne par d'autres pays comme la Chine, le Venezuela et la Corée du Nord. Après tout, ne sommes-nous pas des oiseaux d'une plume?

 

 

À leur honneur, certains dénoncent les accusations non fondées énoncées dans le rapport de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. Le général Dallaire, qui sait reconnaître un génocide lorsqu'il en voit un, s'est prononcé carrément contre l'accusation tandis qu'Irwin Cotler, rempart de la conscience des droits de la personne au Canada, craint que l'utilisation abusive du terme "génocide" ne perde son importance singulière. Ils voient peut-être aussi le danger que représente l'acceptation incontestée de pseudo-réalités par des membres faibles et volontairement aveugles de l'élite, y compris des dirigeants politiques qui ont cessé de servir leur électorat et la vérité, comme ils l'ont juré de le faire. On peut se demander si les Canadiens méritent de telles insultes de la part de leurs représentants élus. Peut-être est-il temps de s'exprimer et de réclamer le droit à la liberté d'expression par les urnes?

Merci pour votre soutien continu
 
Votre soutien fait toute la différence et permet à C3RF d’éduquer, de défendre et d’agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais il n'en demeure pas moins que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la tenue de livres, aux coûts de la technologie et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens dans un Canada fort et libre. Nous contribuons également à des procédures judiciaires et à des activités de bienfaisance connexes lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!
 
Et pendant que vous songez faire une différence, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada.  Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.   

 

 

Major Russ Cooper (retraité)

 

Coprésident C3RF

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Featured Posts

PETITION: Say “NO” to a Day of Action on Islamophobia in Canada

March 16, 2018

1/6
Please reload

Recent Posts