C3RF Member Update - 28 June, 2019


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Do political elites have the ballot-box question of 2019 wrong?
By all accounts, our political and media elites would have us believe that the ballot-box question for this fall’s federal election will be a toss-up between “climate change” (the Liberals) and the need to punish leaders who have not performed “as advertised” (the Conservatives). Do you really believe that these issues have the capability of driving your vote one way or the other? Are these issues really central in your life and representative of what you believe needs to occupy the nation’s attention? In the case of the former, public support for “climate change” seems to be a mile wide and an inch deep as the majority of Canadians feel that something must be done - but not with their money. Indeed, only 10% would spend more than $500 per year to make it happen. Not much enthusiasm there. In the case of the latter, the “not as advertised” mantra smacks of the last election’s “he’s not ready” meme. It was spectacularly unsuccessful in 2015 and it’s hard to believe the Conservatives would attempt a repeat in 2019. Good luck with that!
"Climate change" as the ballot-box question

In looking at the “mile wide, inch deep” level of support for “climate change”, one can see a parallel in Australia’s election results from May, 2019. In this instance, we saw the inevitability of “climate change” winning the day for the Labour Party fizzle when the actual costs of this virtuous initiative were figured into the debate. It would seem that “caring in the abstract isn’t the same as doing something that has tangible costs. Faced with lost jobs, higher taxes and a higher cost of living, voters in democracies time and again have rejected climate-change policies that wouldn’t in the end matter all that much to the climate.” Good luck to the Liberal Party on hanging their hat on “climate change” – particularly when the everyday voter will spend no more than a few hundred bucks a year on making it happen.

What should the ballot-box question be?

What should a real ballot-box question look like? Surely it would have to represent a critical concern to the public at large and, for a federal election, be of national importance. It might, for example, be seen as having the potential to undermine a national area of responsibility, an area such as security, the economy or even intra-provincial relations. What about an issue that severely hampers Canada’s ability to address problems in all three of these areas? What about the diminishment of our ability to even discuss these problems for fear of transgressing the boundaries of politically correct, but false, narratives? What about the state of the ability of rank and file Canadians to express themselves freely so that they might fully engage such thorny issues? What about a ballot-box question that addresses the very real diminishment of fundamental, individual rights and freedoms with “free speech” at the fore? Is “free speech” the ballot-box question of 2019?

No freedom of speech - no security

The inability to drill down into the root causes of the nation’s most pressing foreign and domestic security concerns is dangerous. The protection of life, limb and property depends on a solid understanding of the motivations driving the threat. The formulation of effective resolutions will not be possible without this knowledge. In the case of foreign-based threats, we know from European experience that “open-door” policies that permit unvetted, mass and illegal migration lead to catastrophic terrorist attacks. There can be no doubt that the same threat, in the form of ISIS and other Islamic terrorist groups infiltrating migration flows into Canada, is poised to take advantage of lax Canadian border controls. Canadians, therefore, can be forgiven for having qualms about the “Global Compact on Migration”, a Compact that caveats the nation’s ability to prevent such eventualities with the need to coordinate with international authorities under their rules and restrictions. Most certainly, Canadians do not deserve to be ridiculed by their own leaders for suggesting migration policies need to be a sovereign concern free from international oversight. Such is the case now as such observations result in accusations of being “not Canadian” by wilfully blind leaders oblivious to the looming threat. This failure to communicate, by virtue of the active chilling of speech, leaves the nation open to the importation of deadly threats.

In the domestic arena, the chilling of politically incorrect speech can manifest itself in the politization of domestic security forces. A case in point is CSIS as demonstrated in their annual report of 2018. This report went out of its way to assure the “diversity is our strength” credo by misrepresenting the threat posed by certain “identifiable groups”. It is noteworthy that the report did not forthrightly highlight the threat posed by Islamic terrorism even as it gave the threat posed by “right wing extremism” its own dedicated section. This, even as the threat posed by the former is known to be considerably greater than the latter as authoritative research indicates that “71% of terrorist attacks were Sunni-Salafi-Jihadi, 15% were leftist secular-political-anarchist and 1% were right-wing nationalist”. Again, a recipe for security failure and catastrophe.

No freedom of speech - no economic prosperity

Limits on speech related to the critical review of international migration policies, as spelled out in the UN’s Global Compact on Safe, Orderly and Regular Migration, apply across the spectrum to other initiatives embodied in the UN’s “Agenda 2030”. This “Agenda” contains 17 Sustainability Development Goals (SDG) with the “climate change” initiative figuring amongst them. In its case, critics who question the assumptions, data and/ or modelling that underpin this SDG are labelled “deniers” and bullied out of the debate. Any speech that pushes back on the narrative that declares CO2, an essential element of life, a “pollutant” is immediately “chilled”. Accordingly, the subject matter remains safe from any reasoned debate and the most damaging economic policies are free to be floated and then foisted upon a silenced Canadian public. These include the Prime Minister’s own musings on “phasing out the oil sands” even as his government implemented legislation that stymies pipeline construction with a quagmire of environmental assessments (Bill C-69) and curtails the possibility of shipping it by tanker to overseas markets (Bill C-48).

This all prompts the question, would such measures, so obviously damaging to a resource-based country like Canada, be instituted had a rational debate on their related consequences been allowed? Would Canada be proceeding down this suicidal path had it been known that reductions in an already insignificant carbon footprint, in the worldwide scheme of things, would do nothing to ameliorate “climate change”? Would they be proceeding down this path if they were aware of the fact that the UN’s own data refutes the claims of Canadian political elites that floods and fires are proof of a “climate emergency”? One thing is sure, given the ability to raise such considerations the answer would very likely be a resounding, NO!

No freedom of speech - no united Canada
The economic hardship that is about to be visited upon the Canadian economy threatens national unity. Western resource-based provinces like Alberta and Saskatchewan have much to lose in an environment adverse to the standing up of major capital projects, such as pipelines, and shipping energy products to foreign markets. These two provinces are already feeling the pinch of policies that have been bullied into existence. So much so that the talk of separation is being seriously engaged by proud Canadians who feel they are being discounted by the “Laurentide elites”. Such talk is understandable given the scope of the economic damage at hand and the fact that the concerns of rank and file Westerners have been ignored by the “climate change” juggernaut riding out from Parliament Hill. Fully 56% of Albertans and 53% of Saskatchewanians believe separation is the way to go. After all, what do they have to lose? Indeed, perhaps they have their own “free speech” to gain if they leave a country that is so averse to permitting it.
The "no-brainer" ballot-box question - "free speech"
From security to the economy to national unity, the inability of Canadians to speak their minds and hear the expressed thoughts of other Canadians is jeopardizing these vital components of a once strong and free nation. The false assumptions and clichés associated with “Islamophobia”, “diversity is our strength” and “climate change” have taken over the public discourse with countervailing arguments labeled as “hate speech” or scientific heresy offered up by “deplorables”. Can there be any doubt that “free speech” needs to be restored if Canadians are to find their way through to solving the thorny issues of their time? Can there be any doubt that this is the time to secure leadership that will not shrink from the task of doing so - even if it means disagreeing with Party authorities. After all, if political parties refuse to engage in this fundamental battle it will be up to good men and women to do so. It is these men and women who deserve your vote - not the Party that would bully “free speech” out of the marketplace of ideas.
Summer schedule
C3RF will be active over the summer vacation period as it monitors national developments in the “free speech” arena. We will be particularly engaged with “election 2019” developments in this regard along with those that evolve from the Ottawa Public Library and Tom Quiggin “free speech” and defamation law suits respectively. It is anticipated that we will be able to do so, given the nature of the season, with bi-monthly “updates” over the July/ August time frame. Strap in for normal operations in September as the election approaches and C3RF does the best it can to make “free speech” the ballot-box question of that critical contest.
Thank you for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today. And while you're considering making a difference, please follow C3RF on on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret'd)

Co-Chair C3RF

Version française

Les élites politiques ont-elles mal compris la question des urnes de 2019?

Au dire de tous, nos élites politiques et médiatiques voudraient nous faire croire que la question des urnes pour l'élection fédérale de cet automne sera un affrontement entre le "changement climatique" (les libéraux) et la nécessité de punir les dirigeants qui n’ont pas agi "comme annoncé" (les conservateurs). Croyez-vous vraiment que ces questions ont la capacité d'influencer votre façon de voter d'une façon ou d'une autre? Ces questions sont-elles vraiment centrales dans votre vie et représentatives de ce qui, selon vous, doit retenir l'attention de la nation? Dans le premier cas, l'appui du public au "changement climatique" est à prendre avec des pincettes, car la majorité des Canadiens estiment que quelque chose doit être fait - mais pas avec leur argent. En effet, seulement 10 % dépenseraient plus de 500 $ par année pour y parvenir. Pas beaucoup d'enthousiasme. Dans ce dernier cas, le mantra "pas comme annoncé" rappelle le slogan "il n'est pas prêt" de la dernière élection. L'échec a été spectaculaire en 2015 et il est difficile de comprendre pourquoi les conservateurs répèteront la même stratégie en 2019. Bonne chance avec ça!

Le "changement climatique" en tant que question soumise aux urnes

Si l'on regarde le niveau d'appui au mantra du "changement climatique", on peut voir un parallèle dans les résultats des élections australiennes à partir de mai 2019. En l'occurrence, nous avons vu l'inévitable victoire du "changement climatique" sur le Parti travailliste lorsque les coûts réels de cette initiative vertueuse ont été pris en compte dans le débat. Il semblerait que "se soucier des autres dans l'abstraction n'est pas la même chose que de poser des gestes qui ont des coûts tangibles. Confrontés à des pertes d'emplois, à des impôts plus élevés et à un coût de la vie plus élevé, les électeurs des démocraties ont rejeté à maintes reprises des politiques sur les changements climatiques qui, en fin de compte, n'auraient pas beaucoup d'importance pour le climat". Bonne chance au Parti libéral qui s'accroche au "changement climatique" - surtout quand on sait l'électeur moyen ne dépensera pas plus de quelques centaines de dollars par année pour y parvenir.

Quelle devrait être la question des urnes?

À quoi devrait ressembler une vraie question d'urne? Il ne fait aucun doute que cela devrait représenter une préoccupation critique pour le grand public et, dans le cas d'une élection fédérale, être d'importance nationale. Elle peut, par exemple, être perçue comme ayant le potentiel de miner une zone de responsabilité nationale, un domaine comme la sécurité, l'économie ou même les relations interprovinciales. Qu'en est-il d'une question qui nuit gravement à la capacité du Canada de régler les problèmes dans ces trois domaines? Qu'en est-il de la diminution de notre capacité de discuter de ces problèmes par crainte de transgresser les limites des récits politiquement corrects, mais faux? Qu'en est-il de la capacité des Canadiens citoyens ordinaires de s'exprimer librement afin qu'ils puissent s'engager pleinement dans des dossiers aussi épineux? Qu'en est-il d'une question d'urne qui traite de l'affaiblissement très réel des droits et libertés fondamentaux et individuels, avec la "liberté d'expression" au premier plan? La "liberté d'expression" est-elle la question des urnes de 2019?

Pas de liberté d'expression - pas de sécurité

L'incapacité de s'attaquer aux causes profondes des préoccupations les plus pressantes de la nation en matière de sécurité nationale et étrangère est dangereuse. La protection de la vie, de l'intégrité physique et des biens dépend d'une bonne compréhension des motivations qui sous-tendent la menace. La formulation de résolutions efficaces ne sera pas possible sans cette connaissance. Dans le cas des menaces d'origine étrangère, l'expérience européenne nous a appris que les politiques de "porte ouverte" qui engendrent des migrations massives et illégales conduisent à des attaques terroristes catastrophiques. Il ne fait aucun doute que la même menace, sous la forme du froute État islamique et d'autres groupes terroristes islamiques infiltrant les flux migratoires vers le Canada, est prête à tirer parti du relâchement des contrôles aux frontières canadiennes. On peut donc pardonner aux Canadiens d'avoir des réticences à l'égard du "Pacte mondial sur la migration", qui mine la capacité du pays de prévenir de telles éventualités en la contraignant à coordonner avec les autorités internationales en vertu de ses règles et ses restrictions à elle. Les Canadiens ne méritent certainement pas d'être ridiculisés par leurs propres dirigeants pour avoir laissé entendre que les politiques migratoires doivent être une préoccupation souveraine et exempte de supervision internationale. Or, c'est bien ce à quoi nous assistons aujourd'hui, car tenir ce qui s’opposent à cette diminution de la souveraineté du pays se voient accusés d’agir de façon qui viole les valeurs du Canada de la part de dirigeants volontairement aveugles et inconscients de la menace qui nous guette. Cette incapacité à communiquer, en raison de cette censure, expose le pays à l'importation de menaces mortelles.

Au niveau de la politique intérieure, la politisation des forces de sécurité nationales peut être le reflet d'un discours politiquement incorrect. Le SCRS en est un bon exemple, comme en fait foi son rapport annuel de 2018. Ce rapport a fait tout son possible pour s'assurer que le credo " la diversité est notre force " en déformant la menace posée par certains "groupes identifiables". Il convient de noter que le rapport n'a pas directement mis en lumière la menace que représente le terrorisme islamique, même s'il a accordé à la menace que représente l'"extrémisme de droite" sa propre section spécialisée. Ceci, même si la menace posée par la première est connue pour être considérablement plus grande que la seconde, car des recherches faisant autorité indiquent que "71% des attaques terroristes étaient des jihadistes salafistes sunnites, 15% étaient des laïques, des politico-anarchistes de gauche et 1% étaient nationalistes de droite". Encore une fois, cet aveuglement est une recette qui nous dirige tout droit l'échec en matière de sécurité et la catastrophe.

Pas de liberté d'expression - pas de prospérité économique

Les limites à la liberté d'expression liées à l'examen critique des politiques migratoires internationales, telles qu'elles sont énoncées dans le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières de l'ONU, s'appliquent à toutes les autres initiatives inscrites dans l'"Agenda 2030" de l'ONU. Cet "Agenda" contient 17 objectifs de développement durable (ODD) dont l'initiative "changement climatique" fait partie. Dans son cas, les critiques qui remettent en question les hypothèses, les données et/ou la modélisation qui sous-tendent le présent document sont qualifiés de "négationnistes" et sont exclus du débat. Tout discours qui repousse le récit déclarant que le CO2, élément essentiel de la vie, est un "polluant", est immédiatement délégitimé. Par conséquent, le sujet demeure à l'abri de tout débat raisonné et les politiques économiques les plus nuisibles sont libres d'être diffusées, puis imposées à un public canadien réduit au silence. Il s'agit notamment des réflexions du premier ministre sur l'"élimination progressive des sables bitumineux", alors même que son gouvernement a adopté une loi qui entrave la construction de pipelines avec un bourbier d'évaluations environnementales (projet de loi C-69) et restreint la possibilité de les expédier par pétrolier vers les marchés étrangers (projet de loi C-48).

Tout cela nous amène à nous demander si de telles mesures, si dommageables pour un pays comme le Canada, qui repose sur l'exploitation des ressources naturelles, ne seraient pas instituées si un débat rationnel sur les conséquences de ces mesures était autorisé? Le Canada s'engagerait-il sur cette voie suicidaire s'il avait su que la réduction d'une empreinte carbone déjà insignifiante, dans l'ordre mondial des choses, ne ferait rien pour atténuer les "changements climatiques"? S'engageraient-ils dans cette voie s'ils savaient que les données de l'ONU réfutent les affirmations des élites politiques canadiennes selon lesquelles les inondations et les incendies sont la preuve d'une "urgence climatique"? Une chose est sûre, étant donné la capacité de soulever de telles considérations, la réponse serait très probablement un NON retentissant!

Pas de liberté d'expression - pas de Canada uni

Les difficultés économiques qui sont sur le point d'affecter l'économie canadienne menacent l'unité nationale. Les provinces de l'Ouest axées sur les ressources comme l'Alberta et la Saskatchewan ont beaucoup à perdre dans un environnement défavorable à la réalisation de grands projets, comme les pipelines et l'exportation de produits énergétiques vers les marchés étrangers. Ces deux provinces ressentent déjà les effets de cette intimidation politique. Tant et si bien que le discours de la séparation est sérieusement engagé par de fiers Canadiens qui ont l'impression d'être mis à l'écart par les "élites laurentidiennes". Un tel discours est compréhensible étant donné l'ampleur des dommages économiques en cause et le fait que les préoccupations de la population des provinces de l'Ouest ont été ignorées par le rouleau compresseur du " changement climatique " qui quitte la colline du Parlement. Cinquante-six pour cent des Albertains et 53 % des Saskatchewanais croient que la séparation est la voie à suivre. Après tout, qu'ont-ils à perdre ? En effet, ils ont peut-être leur propre "liberté d'expression" à gagner s'ils quittent un pays qui est si peu enclin à le permettre.

La question des urnes "sans réfléchir" - "la liberté d'expression".

De la sécurité à l'économie en passant par l'unité nationale, l'incapacité des Canadiens de dire ce qu'ils pensent et d'entendre les opinions exprimées par les autres Canadiens met en péril ces éléments essentiels d'une nation autrefois forte et libre. Les idées fausses et les clichés associés à l'"islamophobie", à la "diversité est notre force" et au "changement climatique" ont pris le pas sur le discours public qualifiant de "discours de haine" ou d'hérésie scientifique proposée par des "déplorables" tout discours n’allant pas dans cette direction. Peut-on douter que la " liberté d'expression " doit être rétablie si l'on veut que les Canadiens parviennent à résoudre les questions épineuses de leur époque? Peut-on douter que le moment est venu d'assurer un leadership qui ne se dérobera pas à la tâche de le faire - même si cela signifie être en désaccord avec les autorités du Parti? Après tout, si les partis politiques refusent de s'engager dans cette bataille fondamentale, c'est aux hommes et aux femmes de bonne volonté à qui revient le fardeau. Ce sont ces hommes et ces femmes qui méritent votre vote - et non le Parti - qui entend éliminer la liberté d’expression par la voie de l’intimidation.

Horaire d'été

Le C3RF sera actif pendant les vacances d'été et suivra l'évolution de la situation nationale dans le domaine de la "liberté d'expression". Nous serons particulièrement engagés dans les développements de "l'élection 2019" à cet égard ainsi que ceux qui découlent de la Bibliothèque publique d'Ottawa et des poursuites en diffamation de Tom Quiggin et de la "liberté d'expression". On s'attend à ce que nous soyons en mesure de le faire avec des "mises à jour" bimensuelles au cours de la période de juillet à août. En septembre, à l'approche des élections, le C3RF fait de son mieux pour faire de la " liberté d'expression " la question des urnes de cette compétition critique.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité de C3RF à éduquer, défendre et agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais il n'en demeure pas moins que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et sécuritaires. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la tenue de livres, aux coûts de la technologie et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens dans un Canada fort et libre. Nous contribuons également à des procédures judiciaires et à des activités de bienfaisance connexes lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous songez à faire une différence, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraite)

Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon