C3RF Member Update - 04 Oct, 2019


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Commentary! Dogan Akman responds to C3RF article, “Justin Trudeau's brownface pseudo-controversy”
Commentary! “I am a PPC candidate and I am not a racist” by Salim Mansur

The “bread and circuses” election of 2019

As in the days of the Roman gladiator, the third week of electioneering in Canada has seen a plethora of “bread and circus” promises and distractions. By way of whetting the electorate’s appetite for “freebies”, the established political parties have been feverishly promising all manner of expensive goodies. Perhaps the most profligate are the Liberals with spending plans that see the next four years, if elected, encumbered with no less than $100 billion in new debt. The NDP are not that far behind with major, national programs in the offing such as “pharmacare”, free dental programs and 500,000 new affordable homes while the Conservatives promise medical equipment along with tax breaks and credits. Not to be undone, the Greens have promised to phase out Canada’s oil and gas sector by 2030 and are, ominously, planning on transitioning related workers into the renewable energy industry. Shades of China’s “Great Leap Forward” of the 60’s?

By way of circus-type distractions, look no further than the “climate emergency” that motivated all established parties to flock before Greta Thunberg on bended knee as she affected her “climate strike”. Indeed, if there was one ballot-box question that these parties would like to see come to the fore it would be the breathless and coming climate catastrophe. How better to organize a panicked public to fund the billions, if not trillions, required to float the financial instruments required to transition to a “green new deal” world order. Problem is, the public refuses to take the bait as its support for “climate change” remains a “mile wide but an inch deep”. How else to explain the fact that only 10% of us regular folk would be willing to spend more than $500 per year to cure the “climate change” dilemma? In the meantime, critical issues related to both foreign and domestic circumstances linger unaddressed in the background. These include a deepening crisis with China and a looming national unity impasse as the West contemplates separation. The need to only address politically correct issues, like “climate change”, is taking all of the oxygen out of the room and leaving other, more pressing issues like globalism, Islamism and the diminishment of personal freedoms sucking for air.

The Canadian voter, gagged

Let’s face it, pressing issues of the day, issues that Canadians are really worried about, go unaddressed if they do not meet muster with the progressive Left. The evidence is everywhere and most pronounced in the area of immigration policy. All one need do is breach the subject or express the need for new Canadians to assimilate within a Canadian society characterized by personal freedoms and the responsibility to respect a “rule of law” that sees all equal before it – the response will be immediate and inevitably include a barrage of invective. A case in point was on display on 29 September at Mohawk College in Hamilton, Ontario.

The occasion was a “free speech” rally and event hosted jointly by Max Bernier of the People’s Party of Canada and David Rubin of YouTube’s “Rubin Report”. The pushback from so-called “anti-hate” groups was intense and became the stuff of international comment on such program’s as Fox News Channel’s Tucker Carlson. “Anti-hate” representatives took to the media as well and complained that “hate speech” should not be allowed and Mohawk College had a duty to cancel the event. This Op-Ed request was answered by another from People’s Party candidate Salim Mansur. He stated that too many Canadians gave up too much for present day Canadians to allow free speech to be “stifled”. The acrimony continued to the venue site where there were fights and multiple arrests. Perhaps the most telling incident came when a group of Antifa intercepted an older couple as they attempted to cross the street to gain entrance to the rally. The elderly lady used a walker to make her way and the two of them were verbally assaulted by the protesters and called “Nazi scum”. The altercation was a study in regrettable bully tactics and wound up on Twitter with millions of views worldwide at last count. In writing of his Mother’s experience afterwards, the son affirmed she was not a Nazi as claimed by the “uneducated” Anitfa rabble. He went on to wonder, “If you need to wear a mask when you assault people, who exactly are you?

The Canadian voter, disenchanted

Rank and file Canadians can be forgiven if they find themselves in a state of disenchantment. After all, not only do they feel coerced into silence but those charged with protecting their personal rights are nowhere to be seen. Such was the case in the Mohawk College instance when no authorities intervened to validate the “free speech” rights of the participants. Rather than this, Rubin and Bernier were forced to cough up 10X the original security costs so that the event might proceed. Obviously, “free speech” is not so free in Canada in 2019. Indeed, it would appear the totalitarians are winding the clock back to “1984”.

Given the disenchantment, one wonders just how accurate election polls and surveys could be. Who would bother to give their truthful response if it opened one up to ridicule and invective? Could this be why, regardless of “gotcha” events like the Trudeau “blackface”, the needles barely budge on party and leader favourability scores? Could it be an indication that many will decide to sit out a frustrating and lackluster election cycle that refuses to address real Canadian concerns? Could it be that those who do vote will do so for parties, none of which happen to be of the established variety, that are prepared to discuss their concerns honestly and forthrightly? Finally, could it be that we are in for some real surprises in election, 2019?

Thanks for your continued support
Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

Co-Chair C3RF

Version française

Commentaire! Dogan Akman répond à l'article de C3RF, “La pseudo-controverse de Brownface de Justin Trudeau”
Commentaire! "Je suis candidat au PPC et je ne suis pas raciste" par Salim Mansur
L'élection "pain et cirques" de 2019

Comme à l'époque du gladiateur romain, la troisième semaine de campagne électorale au Canada a été marquée par une pléthore de promesses et de distractions "du pain et du cirque". En faisant appel à l'appétit de l'électorat pour les "cadeaux", les partis politiques établis promettent fébrilement toutes sortes de bonbons coûteux. Les libéraux, qui ont des plans de dépenses qui, s'ils sont élus, prévoient que les quatre prochaines années, verront la dette s’accroitre d'au moins 100 milliards de dollars, sont peut-être les plus prodigues. Le NPD n'est pas très loin derrière, avec des programmes nationaux d'envergure, comme le régime d'assurance-médicaments, des programmes dentaires gratuits et 500 000 nouveaux logements abordables, tandis que les conservateurs promettent de l'équipement médical ainsi que des crédits et des allégements fiscaux. Pour ne pas être défait, les Verts ont promis d'éliminer progressivement le secteur pétrolier et gazier du Canada d'ici 2030 et prévoient, de façon inquiétante, la transition des travailleurs de ce secteur dans l'industrie de l'énergie renouvelable. Cela ne rappelle-t-il pas le "Grand bond en avant" de la Chine de Mao dans les années 60?

En guise de distractions qui semblent tout droit sorties du cirque, ne cherchez pas plus loin que l'"urgence climatique" qui a motivé toutes les partie de l’establishment à se rassembler devant Greta Thunberg à genoux lorsqu'elle a affecté sa "grève climatique". En fait, s'il y avait une question que ces partis aimeraient voir passer au premier plan, ce serait la catastrophe climatique. Comment mieux organiser un public paniqué pour financer les milliards, sinon les billions, nécessaires pour faire flotter les instruments financiers nécessaires à la transition vers un ordre mondial du "new deal vert". Le problème, c'est que le public refuse de mordre à l'hameçon car son soutien au "changement climatique" reste "d'un mille de large mais d'un pouce de profondeur". Comment expliquer autrement le fait que seulement 10 % d'entre nous, les gens ordinaires, serions prêts à dépenser plus de 500$ par année pour résoudre le dilemme du " changement climatique "? Dans l'intervalle, des questions cruciales liées à la situation tant à l'étranger qu'au pays demeurent sans réponse en arrière-plan. Il s'agit notamment de l'aggravation de la crise avec la Chine et de l'imminence d'une impasse sur l'unité nationale alors que les provinces de l’Ouest envisagent la séparation. La nécessité de ne s'attaquer qu'à des questions politiquement correctes, comme le "changement climatique", c'est retirer tout l'oxygène de la salle et laisser d'autres questions plus urgentes comme le mondialisme, l'islamisme et la diminution des libertés individuelles aspirer l'air.

L'électeur canadien, bâillonné
Regardons les choses en face, les problèmes urgents au quotidien, les problèmes qui préoccupent vraiment les Canadiens, ne sont pas réglés s'ils ne se réunissent pas avec la gauche progressiste. C'est dans le domaine de la politique d'immigration que l'on en trouve le plus de preuves partout et de la façon la plus prononcée. Il suffit de violer le sujet ou d'exprimer le besoin pour les néo-Canadiens de s'assimiler au sein d'une société canadienne caractérisée par les libertés individuelles et la responsabilité de respecter une "règle de droit" où tous sont égaux devant elle - la réponse sera immédiate et comprendra inévitablement un barrage d'invectives. Le 29 septembre, le Collège Mohawk de Hamilton, en Ontario, en a eu un exemple concret.

Il s'agissait d'un rassemblement et d'un événement sur la "liberté d'expression" organisé conjointement par Max Bernier du Parti populaire du Canada et David Rubin du "Rapport Rubin" de YouTube. Le refoulement des groupes dits "antihaineux" a été intense et a fait l'objet de commentaires internationaux sur des émissions telles que Tucker Carlson de Fox News. Des représentants "anti-haine" se sont également adressés aux médias et se sont plaints que le "discours haineux" ne devrait pas être permis et que le Collège Mohawk avait le devoir d'annuler l'événement. Une autre personne du candidat du Parti populaire, Salim Mansur, a répondu à cette demande d'éditorial. Il a déclaré qu'un trop grand nombre de Canadiens ont trop renoncé pour que les Canadiens d'aujourd'hui laissent la liberté d'expression être "étouffée". L'acrimonie s'est poursuivie jusqu'au lieu des combats et des arrestations multiples. L'incident peut-être le plus révélateur est survenu lorsqu'un groupe d'Antifa a intercepté un couple de personnes âgées alors qu'elles tentaient de traverser la rue pour entrer dans le rassemblement. La dame âgée a utilisé un déambulateur pour se frayer un chemin et tous les deux ont été agressés verbalement par les manifestants et appelés "ordures nazies". L'altercation a été une étude sur des tactiques d'intimidation regrettables et s'est terminée sur Twitter avec des millions de vues dans le monde entier au dernier décompte. En écrivant l'expérience de sa mère par la suite, le fils affirma qu'elle n'était pas une nazie comme l'affirmait la meute d’Anitfa "inculte". Il s'est ensuite demandé : "Si vous devez porter un masque quand vous agressez des gens, qui êtes-vous exactement?’’

L'électeur canadien, désabusé

On ne peut en vouloir aux Canadiens s'ils se trouvent dans un état de désenchantement. Après tout, non seulement ils se sentent contraints au silence, mais les personnes chargées de protéger leurs droits personnels ne sont pas visibles. Ce fut le cas dans l'instance du Collège Mohawk où aucune autorité n'est intervenue pour valider les droits des participants en matière de "liberté d'expression". Au lieu de cela, Rubin et Bernier ont été forcés de débourser 10 fois les frais de sécurité d'origine pour que l'événement puisse avoir lieu. Évidemment, la "liberté d'expression" n'est pas aussi libre au Canada en 2019. En effet, il semblerait que les totalitaires remontent à "1984".

Étant donné le désenchantement, on peut se demander jusqu'à quel point les sondages et pourraient être exacts. Qui se donnerait la peine de dire la vérité s'il risquait de se voir ridiculisé et invectivé? Se pourrait-il que ce soit pour cette raison que, peu importe les événements comme le "visage noir" de Trudeau, les aiguilles bougent à peine sur les scores de préférence des partis et des chefs? Serait-ce une indication que bon nombre d'entre eux décideront de ne pas participer à un cycle électoral frustrant et peu reluisant qui refuse de répondre aux véritables préoccupations des Canadiens? Se pourrait-il que ceux qui votent le fassent pour des partis qui ne font pas partie de l’establishment, qui sont prêts à discuter honnêtement et franchement de leurs préoccupations? Enfin, se pourrait-il que nous ayons de vraies surprises aux élections de 2019?

Merci pour votre soutien continu
Votre soutien fait toute la différence et permet à C3RF d’éduquer, de défendre et d’agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais il n'en demeure pas moins que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la tenue de livres, aux coûts de la technologie et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens dans un Canada fort et libre. Nous contribuons également à des procédures judiciaires et à des activités de bienfaisance connexes lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!
Et pendant que vous songez faire une différence, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon