C3RF Member Update - 13 Dec, 2019


Remarque! La version française suit un peu plus bas
The Charter and the 42nd Parliament of Canada

As we look over our shoulders at the 42nd Parliament of Canada, we see a session that did its best to hollow out individual and “fundamental” rights to speech, religion and conscience in favour of the “equality rights” of “identifiable groups”. It got off to a quick start with the ambiguous “Motion M-103” - a motion that failed to define the term “Islamophobia” and now operates as a shield against speech that would criticize aspects of Islam or related government policies. And so, we see the Prime Minister complaining that opposition leaders were “Islamophobic” for querying the government’s naïve plan for dealing with returning ISIS fighters. And then there was the passage of a complete piece of legislation in the form of Bill C-16. This “gender identity and expression” initiative actually compelled the use of exotic pronouns to describe the myriad of genders that one can now identify as in Canada. Thing is, the onset of both M-103 and C-16 featured stunted debates that would not countenance inconvenient counter arguments that didn’t pass muster with the social pieties of the day. Who dared to bring up Sharia Law or jihad during M-103 deliberations and who would even question the pseudo-science that underpins “gender theory”? One wonders, what will the minority, 43rd Parliament of Canada give us? Will it continue to chisel away at our individual rights and freedoms as Canadian citizens or will it relent?

Looking ahead to the 43rd Parliament of Canada

Less than two months into the 43rd Parliament of Canada and it already appears that we have our answer. It would appear that the Liberal Party remains keen on reviving a particularly nasty piece of legislation in the form of Bill S-260. S-260 fell off of the legislative table in September when it failed to attain Royal Assent prior to the writ being dropped for election 2019. This bill sought to prevent the practice of using “conversion therapy” to change a person’s sexual orientation or gender identity and aimed to do so by criminalizing such practices through Criminal Code of Canada amendment. This draconian legislation would see prison sentences of up to five years handed out for advertising such services or making a material gain by providing same to persons under the age of eighteen. In one fell swoop, S-260 proposed to sweep away the individual Charter Rights of freedom of speech, religion and conscience. Sad to say for those of us who prize these same Charter Rights, the Liberal Justice Minister, David Lametti, went on record as remaining committed to criminalizing “conversion therapy” and carrying the initiative into the 43rd parliamentary session.

S-260 and the “cookie cutter” process

Bill S-260 can be seen as one of many government-mandated measures aimed at addressing the “victims” of an “identifiable group”. The progression of such measures has become so commonplace now that they can be seen in step-by-step, cookie-cutter terms. As mentioned in these pages over a year ago, “first comes the formation of a victim group identifiable by its adherence to a cause or set of practises that do not resonate within the host community”. Then come the calls of discrimination with demands for redress followed by accusations of “bigot”, “racist” and “denier” to the point where any meaningful opposition, even from political and judicial authorities, is silenced. Finally, with these battlefield preparations accomplished, it is time for the judicial or legislative push to solidify gains and establish an official capacity to “quell” any and all opposition through all the levers of power legally available to the government of the day.

In the case of Bill S-260, the “victim” groups involved were established through previous cookie-cutter operations that mandated the equality rights of same-sex arrangements and gender identity and expression. In a similar fashion, the Bill was able to complete battlefield preparations by virtue of the accusatory legwork effected by these same initiatives. All that was left to do was to crank up a legislative push to make everything official and binding. This was done in Motion M-103 fashion with an official House of Commons “e-petition” that introduced the matter to the Government of Canada legislative process. And there you have it, Bill S-260 prepped and ready to go in parliament’s 43rd session.

Problem is

The cookie-cutter process of victimization, name-calling and ultimate judicial or legislative remedy may yield unrivalled gain for the “identifiable group” involved but it does very little to clear the air on any given issue. This is the case as those who would proffer counterarguments to the victim play-of-the-day are effectively frozen out of the conversation through bully tactics and threats of real social harm. And so, we saw the drive for same-sex rights accompanied by accusations of “homophobia” even as the M-103 and C-16 assaults on free speech were attended by allegations of “Islamophobia” and “transphobia” respectively. The resulting “chilled” debate environment left the field wide open for the floating of false assumptions and unfounded assertions that ultimately drove the decision-making cycle.

The S-260 process was yet another case in point in this regard. It followed the M-103 formula of priming the legislative phase of the project with an official House of Commons “e-petition”. As was the case with M-103 and its vanguard e-petition 411 (Islamophobia), e-petition 1833 (conversion therapy) made several bold statements that were presented as fact when they were, in the very least, contestable. These included claims that conversion therapy is “seriously harmful” and discriminates against children. Given the final product offered for first reading by the S-260 legislators and the governments response to e-petition 1833, it is obvious that these assertions were accepted at face value with little consideration given to countervailing arguments. For example, authoritative research indicates that:

On a final note, it is very interesting to see that Bill S-260 was unidirectional in nature. Banned conversions are those that result in heterosexuality or a return to a gender “assigned” at birth – not the other way around. Some might see this as an obvious bias that has no place in a society dedicated to equality before the law.

What’s next
All this to say, the cookie-cutter approach to legislation in Canada is not-so-gradually killing individual rights and freedoms in favour of the equality rights of newly formed “identifiable groups”. In sidelining individual rights that are common to all, governments of the day are choosing to divide the nation along lines of tribe and clan and are failing in their mandate to secure “peace, order and good government. As the 43rd Parliamentary Session plods on, it will very likely entail a revived S-260 initiative along with the raising of the notorious, free speech-crushing Section 13 of the Canadian Human Rights Code. C3RF will be there at every turn providing you with the information and arguments you need to better understand the issues at hand. Information and arguments that you will not receive from our political, media, academic, security and judicial elites.

Merry Christmas and Happy Hanukkah

With the last “update” of 2019, C3RF would like to wish all of our members and friends a Merry Christmas and a Happy Hanukkah. We will be back with you in the new year and look forward to yet another year of fighting against efforts that aim to diminish your individual, fundamental Charter Rights.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d) Co-Chair C3RF

Version française

La Charte et le 42e Parlement du Canada

En regardant de plus près la 42e législature du Canada, force est de constater qu’elle se caractérise par un effort soutenu de vider les droits individuels et "fondamentaux" de parole, de religion et de conscience en faveur des "droits à l'égalité" des "groupes identifiables". La motion M-103, ambiguë, qui ne définit pas le terme "islamophobie" et qui sert maintenant de bouclier contre les discours critiquent de certains aspects de l'islam ou de certaines politiques gouvernementales, a rapidement fait son apparition. Ainsi, nous voyons le Premier ministre se plaindre que les chefs de l'opposition étaient "islamophobes" pour avoir remis en question le plan naïf du gouvernement pour faire face au retour des combattants du groupe État islamique. Puis, il y a eu l'adoption d'une mesure législative complète sous la forme du projet de loi C-16. Cette initiative " identité et expression sexuelles " a en fait forcé l'utilisation de pronoms exotiques pour décrire la myriade de genres que l'on peut maintenant identifier comme au Canada. Le fait est que le début du projet de loi M-103 et du projet de loi C-16 a été marqué par des débats retardés qui n'ont pas toléré les contre-arguments gênants qui n'ont pas réussi à s'accorder avec la dernière mode politiquement correcte de l’heure. Qui a osé évoquer la charia ou le djihad lors des délibérations du M-103 et qui remettrait même en question la pseudoscience qui sous-tend la "théorie du genre"? On se demande ce que le gouvernement minoritaire, de la 43e législature du Canada, nous donnera. Va-t-il continuer de s'en prendre à nos droits et libertés individuels en tant que citoyens canadiens ou va-t-il céder?

Dans la perspective de la 43e législature du Canada
Moins de deux mois après le début de la 43e législature du Canada, il semble que nous ayons déjà notre réponse. En effet, il semble que le Parti libéral tienne à faire revivre un projet de loi particulièrement désagréable sous la forme du projet de loi S-260. Le projet de loi S-260 a été retiré de la table législative en Septembre lorsqu'il n'a pas reçu la sanction royale avant que le décret ne soit abandonné pour l'élection de 2019. Ce projet de loi visait à empêcher l'utilisation de la "thérapie de conversion" pour changer l'orientation sexuelle ou l'identité sexuelle d'une personne et visait à le faire en criminalisant de telles pratiques par une modification du Code criminel du Canada. Cette loi draconienne prévoit des peines d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à cinq ans pour avoir fait de la publicité pour de tels services ou pour avoir réalisé un gain matériel en les fournissant à des personnes âgées de moins de dix-huit ans. D'un seul coup, le projet de loi S-260 proposait de balayer d'un revers de main les droits individuels garantis par la Charte à la liberté de parole, de religion et de conscience. Malheureusement pour ceux d'entre nous qui attachent de l'importance à ces mêmes droits garantis par la Charte, le ministre libéral de la Justice, David Lametti, a déclaré publiquement qu'il demeurait déterminé à criminaliser la "thérapie de conversion" et à mener cette initiative jusqu'à la 43e session parlementaire.
S-260 et le procédé "à l'emporte-pièce
Le projet de loi S-260 peut être considéré comme l'une des nombreuses mesures imposées par le gouvernement pour s'occuper des "victimes" d'un "groupe identifiable". La progression de ces mesures est devenue si courante aujourd'hui qu'on peut observer leur croissance, et ce, étape par étape. Comme mentionné dans ces pages il y a plus d'un an, "d'abord vient la formation d'un groupe de victimes identifiable par son adhésion à une cause ou à un ensemble de pratiques qui ne trouvent pas de résonance dans la communauté d'accueil". Viennent ensuite les appels à la discrimination avec des demandes de réparation suivies d'accusations de "bigoterie", de "raciste" et de "négationnisme" au point que toute opposition significative, même des autorités politiques et judiciaires, est réduite au silence. Enfin, une fois ces préparatifs du champ de bataille terminés, il est temps que l'impulsion judiciaire ou législative consolide les acquis et établisse une capacité officielle à "réprimer" toute opposition par tous les leviers du pouvoir dont dispose légalement le gouvernement en place.

Dans le cas du projet de loi S-260, les groupes de "victimes" en cause ont été établis dans le cadre d'opérations antérieures à l'emporte-pièce qui rendaient obligatoires les droits à l'égalité des conjoints de même sexe et l'identité et l'expression sexuelles. De la même manière, le projet de loi a pu achever les préparatifs du champ de bataille grâce au travail préparatoire accusatoire effectué par ces mêmes initiatives. Il ne restait plus qu'à donner une impulsion législative pour rendre tout cela officiel et contraignant. C'est ce qui a été fait dans la motion M-103 avec une "pétition électronique" officielle de la Chambre des communes qui a introduit la question dans le processus législatif du gouvernement du Canada. Et voilà, le projet de loi S-260 est prêt pour la 43e session du Parlement.

Voici ce qui pose problème

Le processus à de victimisation, d'injures et de recours judiciaire ou législatif peut donner lieu à des gains inégalés pour le "groupe identifiable" en cause, mais il ne fait pas grand-chose pour clarifier les choses sur une question donnée. C'est le cas, car ceux qui proposent des contre-arguments à la victime sont effectivement exclus de la conversation par des tactiques d'intimidation et des menaces de préjudice social réel. C'est ainsi que l'on a vu le mouvement en faveur des droits des homosexuels s'accompagner d'accusations d'"homophobie", alors même que les agressions contre la liberté d'expression par le M-103 et le C-16 ont été suivies d'allégations d'"islamophobie" et de "transphobie". L'environnement de débat "refroidi" qui en a résulté a laissé le champ libre à l'émergence d'hypothèses erronées et d'affirmations non fondées qui ont finalement conduit au cycle décisionnel.

Le processus S-260 en est un autre exemple. Elle a suivi la formule M-103 qui consiste à amorcer la phase législative du projet par une "pétition électronique" officielle de la Chambre des communes. Comme dans le cas du M-103 et de sa pétition électronique d'avant-garde 411 (islamophobie), la pétition électronique 1833 (thérapie de conversion) a fait plusieurs déclarations audacieuses qui ont été présentées comme des faits alors qu'elles étaient, à tout le moins, contestables. Il s'agit notamment d'allégations selon lesquelles la thérapie de conversion est "gravement préjudiciable" et discriminatoire à l'égard des enfants. Compte tenu du produit final offert en première lecture par les législateurs du projet de loi S-260 et de la réponse des gouvernements à la pétition électronique 1833, il est évident que ces affirmations ont été acceptées à leur valeur nominale sans que l'on tienne compte des arguments contraires. Par exemple, des recherches qui font autorité en la matière l'indiquent:

En terminant, il est très intéressant de constater que le projet de loi S-260 était unidirectionnel de par sa nature. Les conversions interdites sont celles qui entraînent l'hétérosexualité ou le retour à un sexe "assigné" à la naissance - et non l'inverse. Certains pourraient y voir un préjugé évident qui n'a pas sa place dans une société vouée à l'égalité devant la loi.

Quelle est la prochaine étape ?

Tout cela pour dire que l'approche à l'emporte-pièce de la législation au Canada ne donne pas dans la dentelle pour ce qui est de tuer les droits et libertés individuels en faveur des droits à l'égalité des "groupes identifiables" nouvellement constitués. En mettant de côté les droits individuels qui sont communs à tous, les gouvernements du jour choisissent de diviser la nation selon les lignes de la tribu et du clan et manquent à leur mandat d'assurer "la paix, l'ordre et le bon gouvernement". Au fur et à mesure que la 43e session parlementaire avancera, il est fort probable qu'il faudra relancer l'initiative S-260 en même temps que l'abrogation de l'article 13 du Code Canadien des Droits de la Personne, qui est notoire et qui écrase la liberté de parole. C3RF sera présent à chaque étape pour vous fournir l'information et les arguments dont vous avez besoin pour mieux comprendre les enjeux. Informations et arguments que vous ne recevrez pas de nos élites politiques, médiatiques, académiques, sécuritaires et judiciaires.

Joyeux Noël et joyeux Hanoucca

Avec la dernière "mise à jour" de 2019, C3RF souhaite à tous ses membres et amis un Joyeux Noël et une joyeuse fête de Hanoukka. Nous serons de retour avec vous au cours de la nouvelle année et nous nous réjouissons à la perspective d'une autre année de lutte contre les efforts qui visent à réduire vos droits individuels et fondamentaux garantis par la Charte.

Merci pour votre soutien continu
Votre appui fait toute la différence dans la capacité de C3RF à informer, défendre et agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais il n'en demeure pas moins que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la tenue de livres, aux coûts de la technologie et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens dans un Canada fort et libre. Nous contribuons également à des procédures judiciaires et à des activités de bienfaisance connexes lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous songez à faire une différence, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité) Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon