C3RF Member Update - 10 Jan, 2020

January 10, 2020

Remarque! La version française suit un peu plus bas
Happy New Year from C3RF

 

C3RF wishes all of its freedom-loving members, fans and followers the very best in 2020. There can be little doubt that 2020 will be a very interesting one. One rife with opportunities to turn back the relentless attacks on the “fundamental” rights of individual Canadians to freedom of speech, religion, conscience, peaceful assembly and association – not to mention the attacks on their “legal” right to life, liberty and the security of the person. After all, we are now dealing with a minority Liberal government lacking the dictatorial powers of a majority mandate. House of Commons committees are no longer controlled by one party. Compromises on legislation and issues will need to be made and all parties will be that much more susceptible to public input and pressure - input and pressure that can be applied by organizations like C3RF. Given C3RF’s past successes in dealing with a recalcitrant Liberal, majority government, there is every reason to believe that our ministrations will be even more effective in 2020.

 

You’d think a minority government would proceed cautiously
 
Given the power-sharing characteristics of a minority government, you’d think the party-in-power would want to proceed tentatively. You would think they’d take the time to research the issues, make trade-offs and seek alliances accordingly. This, apparently, is not the case with the Liberal government in the 43rd parliamentary session as they have come crashing out-of-the-gate looking to curtail the Charter Rights mentioned above. These headstrong efforts are evidenced in two initiatives. The first is resident within the mandate letter passed from the Prime Minister (would that be Trudeau or Freeland?) to the Heritage Minister. It calls for the regulation of undefined, social media "hate speech". The second is found within a similar mandate letter addressed to the Minister of Justice. It stipulates the requirement to criminalize same-sex or gender identity orientation "conversion therapy". Both are concerning from a Charter Rights perspective but the latter stands to decimate the ability of Canadians to control their lives and secure the well-being of their children.
Bill S-202 (conversion therapy), an Act to amend the Criminal Code
 
The Minister of Justice is well on his way to delivering on his mandate to criminalize “conversion therapy”. His efforts have been aided by a Senate initiative in the form of Bill S-202 - a legislative effort aimed at jailing the advertisers and purveyors of the therapies in question. S-202 is the twin of Senate Bill S-260 which failed to gain traction in the latter months of the 42nd parliamentary session. This, as the government of the day fobbed the issue off to the provinces as a “health” concern. The fact that this “provincial” approach has been abandoned and replaced with a Minister of Justice mandate to criminalize “conversion therapy” speaks to the power of the LGBT lobby - a power obviously capable of overwhelming the many Charter Rights issues raised by multiple advocacy and citizen’s groups regards this issue. Indeed, C3RF raised several relevant and salient points in its latest update from 2019. Like Motion M-103 (Islamophobia), Bill S-202 has the look of being propelled through the legislative process as a “slam dunk” aimed at addressing a political agenda - regardless of the Charter Rights being trampled upon. After all, an “identifiable group” has self-declared its own victimization and delaying immediate remedy by instituting a full, frank and factual debate would only add insult to injury.
 
 
Bill S-202 is unusual in that it originated in the Senate rather than the House of Commons. The reasons for this are unclear but it does follow the lead set by its predecessor, Bill S-260. Perhaps both were intended to side-step the cut and thrust of a robust debate conducted by elected representatives in the House. Perhaps the Senate bill is intended to keep the issue front and center as a means of prompting the minority Liberal government to take up its cause. In any event, the Bill is characterized by three sections dealing with conversion therapy “definition”, “advertisement” and “material benefit” respectively - all of which are problematic from a Charter Rights perspective.
What is “conversion therapy”?
 
The “definition” portion of S-202 postulates that “conversion therapy” is any “practice, treatment or service designed to change an individual’s sexual orientation or gender identity”. The use of the term “any” is problematic as it fails to distinguish differences between the array of treatments in, and out of, use in Canada. This is a critical consideration as some of the more coercive therapies cited by S-202 proponents, such as electroshock, fell out of use decades ago. The use of such “harmful” treatments to showcase the “conversion therapy” initiative is unfortunate and detracts from other “talk therapies” that use counselling techniques on patients motivated to deal with their own, unwanted attractions and/ or feelings. These latter techniques have been shown to be effective but, unfortunately, are not recognized as such by the proposed S-202 legislation. Indeed, the legislation goes on to purposely excise the elimination or reduction of “sexual attraction or sexual behaviour between persons of the same sex” from its definition of “conversion therapy” even as it excludes “a surgical sex change or any related service”
 

 

It would appear that the new criminal code provisions being proposed are a one-way street – bad therapies are those that seek to implement traditional sexual behaviours and gender/ biology linkages. Good therapies are those that take a person from traditional sexual and gender configurations to ones that are alternative in nature – even if irreversible hormone treatments or surgical interventions are involved. One wonders how the introduction of such criminal provisions could be seen to be in line with the Section 7 Charter Rights of “due process” and “security of the person” when protections are afforded differently depending on which way one transitions. This offers no therapies for those desiring to travel away from an “identifiable group” but full-on support for those travelling towards it. Where’s “equality before the law”? Is this really about therapy or about recruiting for the cause? 

 

“Conversion therapy and Section 7 “legal” Charter Rights
 
As noted, Bill S-202 is quite worrisome from a Charter perspective given the latter’s Section 7, “legal” provisions. These state that “everyone has the right to life, liberty and security of the person and the right not to be deprived thereof except in accordance with the principles of fundamental justice.” The “fundamental justice” requirement brings forward concepts like “due process” and “natural law” - both of which are impacted adversely by the Bill’s application to minors under the age of 18. When it comes to these considerations the Supreme Court of Canada has been quite vocal and has ruled that it is “plain that the right to nurture a child, to care for its development, and to make decisions for it in fundamental matters… are part of the liberty interest of a parent.” How can it be, then, that S-202 can insert itself between the parent and the child for “conversion therapy” purposes? Perhaps a reasonable restriction could be placed on this parental right if there was a potential for harm capable of justifying a Section 1 Charter limitation. But is that the case here? It might be if we were talking about electro-shock therapies but, as noted above, it’s more likely about the criminalization of “talk” or prayerful counselling. Is the State overreaching with its S-202 legislation and capriciously trampling on the “legal” Charter Rights of parents?
“Conversion therapy” and Section 2 “fundamental” Charter Rights
 
Given the gaping holes in the “definition” provisions of Bill S-202, the “fundamental”, Section 2 Charter Rights of Canadians also stand to be unnecessarily and adversely impacted. These rights include freedom of speech, religion, conscience, peaceful assembly and association. The five year prison sentence the Bill affords for “advertising” conversion therapy services not only serves to “chill” related speech rights but stymies the ability of individuals to live their lives in accordance with their religious beliefs and conscience and seek treatments that deal with sexual orientation or aid the “de-transition” from an unwanted one.

 

 

The remaining Section 2 freedoms can all be seen to be impacted in religious scenarios where folks assemble and associate to share and promote their beliefs. Is it any wonder that proponents of Bill S-202 are hot on the trail of such religious venues to relieve them of their operating licenses and charitable statuses? After all and in accordance with a Canadian Research Chair study, “the federal government can also revoke the charitable status of any organization that practices conversion therapy, which is an affront to Canadian values”. It matters not that fundamental Charter Rights may be unjustifiably steamrollered in the process.

What to do?
 
It is becoming obvious that the Canadian legislative process has lost its sense of Canada as a nation based on the supremacy of the rights of its greatest minority – the individual. This wayward tendency has accelerated over the past four years as evidenced by a free speech-crushing Motion M-103 (Islamophobia), a Bill C-16 (gender identity and expression) and, now, a Bill S-202. It has become equally obvious that the ruling elite is less than willing to even consider reversing course. After all, identity politics has proven to be a successful, if not cynical, political ploy that has leveraged election wins and arguably seen the politicization of all government offices and agencies. There is only one thing for it; the public-writ large needs to get involved and remind these elites just what its true priorities need to be in a responsible, representative democracy. C3RF looks forward to contributing to this process.
Thanks for your continued support

 

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

 

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitteron Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

 

 

Major Russ Cooper (Ret’d)
Co-Chair C3RF

 

Version française

Bonne année de la part de C3RF

 

C3RF souhaite à tous ses membres et sympathisants épris de liberté le meilleur en 2020. Il ne fait aucun doute que 2020 sera une année très intéressante. Une année remplie d'occasions de repousser les attaques incessantes contre les droits "fondamentaux" des Canadiens à la liberté d'expression, de religion, de conscience, de réunion pacifique et d'association - sans parler des attaques contre leur droit "légal" à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne. Après tout, nous avons maintenant affaire à un gouvernement libéral minoritaire qui n'a pas les pouvoirs dictatoriaux d'un mandat majoritaire. Les comités de la Chambre des communes ne sont plus contrôlés par un seul parti. Il faudra faire des compromis sur les lois et les questions et tous les partis seront d'autant plus sensibles aux commentaires et aux pressions du public - commentaires et pressions qui peuvent être appliqués par des organismes comme C3RF. Étant donné les succès passés de C3RF face à un gouvernement libéral majoritaire et récalcitrant, il y a tout lieu de croire que nos ministères seront encore plus efficaces en 2020.

 

On pourrait penser qu'un gouvernement minoritaire agirait avec prudence

 
​​Étant donné le partage du pouvoir qui caractérise un gouvernement minoritaire, on pourrait penser que le parti au pouvoir voudrait procéder avec hésitation. On pourrait penser qu'il prendrait le temps de faire des recherches sur les enjeux, de faire des compromis et de chercher des alliances en conséquence. Apparemment, ce n'est pas le cas du gouvernement libéral de la 43e session parlementaire, qui s'est écrasé en cherchant à restreindre les droits garantis par la Charte mentionnés plus haut. Ces efforts acharnés se manifestent dans deux initiatives. La première s'inscrit dans le cadre de la lettre de mandat transmise par le premier ministre (serait-ce Trudeau ou Freeland?) à la Ministre du Patrimoine. Elle demande la réglementation de la " propagande haineuse " non définie dans les médias sociaux. La seconde se trouve dans une lettre de mandat similaire adressée à la Ministre de la Justice. Elle stipule l'exigence de criminaliser la "thérapie de conversion" axée sur l'orientation sexuelle ou l'identité sexuelle des personnes de même sexe. Les deux sont préoccupantes du point de vue des droits garantis par la Charte, mais la seconde risque de décimer la capacité des Canadiens de contrôler leur vie et d'assurer le bien-être de leurs enfants.
Projet de loi S-202 (thérapie de conversion), Loi modifiant le Code criminel 

 

Le ministre de la Justice est en bonne voie de s'acquitter de son mandat de criminaliser la "thérapie de conversion". Ses efforts ont été soutenus par une initiative du Sénat sous la forme du projet de loi S-202 - un effort législatif visant à emprisonner les annonceurs et les fournisseurs des thérapies en question. Le projet de loi S-202 est le jumeau du projet de loi S-260 du Sénat qui n'a pas été adopté dans les derniers mois de la 42e session parlementaire. Cela, alors que le gouvernement de l'époque a reporté la question aux provinces, la considérant comme une préoccupation de "santé". Le fait que cette approche "provinciale" ait été abandonnée et remplacée par un mandat du ministre de la Justice visant à criminaliser la "thérapie de conversion" témoigne du pouvoir du lobby LGBT - un pouvoir manifestement capable d'écraser les nombreuses questions relatives aux droits de la Charte soulevées par de multiples groupes de défense des droits et de citoyens à l'égard de cette question. En effet, le C3RF a soulevé plusieurs points pertinents et saillants dans sa dernière mise à jour de 2019. Tout comme la motion M-103 (islamophobie), le projet de loi S-202 a l'air d'être propulsé dans le processus législatif comme un "slam dunk" visant à aborder un programme politique - sans égard aux droits garantis par la Charte qui sont bafoués. Après tout, un "groupe identifiable" s'est autodéclaré victime et retarder la réparation immédiate en instituant un débat complet, franc et factuel ne ferait qu'ajouter l'insulte à l'injure. 

 

 

​​Le projet de loi S-202 est inhabituel en ce sens qu'il a été présenté au Sénat plutôt qu'à la Chambre des communes. Les raisons de cette situation ne sont pas claires, mais il suit la voie tracée par son prédécesseur, le projet de loi S-260. Peut-être que les deux projets de loi visaient à éviter le débat vigoureux mené par les représentants élus à la Chambre. Peut-être que le projet de loi du Sénat vise à garder la question à l'avant-scène pour inciter le gouvernement libéral minoritaire à prendre fait et cause pour lui. Quoi qu'il en soit, le projet de loi est caractérisé par trois articles traitant respectivement de la "définition", de la "publicité" et de l'"avantage matériel" des thérapies de conversion - qui sont tous problématiques du point de vue des droits garantis par la Charte.

Qu'est-ce que la "thérapie de conversion" ?

 

La partie "définition" du projet de loi S-202 postule que la "thérapie de conversion" est "toute pratique, tout traitement ou tout service visant à modifier l'orientation ou l'identité sexuelle d'une personne". L'utilisation du terme "tout" est problématique, car il ne permet pas de distinguer les différences entre la gamme de traitements utilisés au Canada et ceux qui ne le sont pas. Il s'agit là d'un point critique, car certaines des thérapies les plus coercitives citées par les partisans du projet de loi S-202, comme les électrochocs, ont cessé d'être utilisées il y a des décennies. L'utilisation de ces traitements "nuisibles" pour mettre en valeur l'initiative de "thérapie de conversion" est malheureuse et nuit aux autres "thérapies par la parole" qui utilisent des techniques de counselling sur des patients motivés à faire face à leurs propres attirances et/ou sentiments non désirés. Ces dernières techniques se sont avérées efficaces mais, malheureusement, ne sont pas reconnues comme telles par le projet de loi S-202. En fait, la loi retire délibérément l'élimination ou la réduction de "l'attirance sexuelle ou du comportement sexuel entre personnes du même sexe" de sa définition de "thérapie de conversion", même si elle exclut "un changement chirurgical de sexe ou tout service connexe".

 

 

Il semblerait que les nouvelles dispositions du Code criminel qui sont proposées soient à sens unique - les mauvaises thérapies sont celles qui cherchent à mettre en œuvre des comportements sexuels traditionnels et des liens entre le sexe et la biologie. Les bonnes thérapies sont celles qui amènent une personne à passer des configurations sexuelles et de genre traditionnelles à des configurations de nature alternative - même s'il s'agit de traitements hormonaux irréversibles ou d'interventions chirurgicales. On peut se demander comment l'introduction de telles dispositions pénales pourrait être considérée comme conforme aux droits de " l'application régulière de la loi " et de " la sécurité de la personne " prévus à l'article 7 de la Charte, alors que les protections sont accordées différemment selon la façon dont on fait la transition. Pas de thérapies pour ceux qui désirent s'éloigner d'un "groupe identifiable", mais un soutien complet pour ceux qui s'en rapprochent. Où est l'"égalité devant la loi" ? S'agit-il vraiment de thérapie ou de recrutement pour la cause?

 

"Thérapie de conversion et droits "légaux" de l'article 7 de la Charte

 

​​Comme nous l'avons mentionné, le projet de loi S-202 est assez inquiétant du point de vue de la Charte, étant donné les dispositions "légales" de l'article 7. Ces dispositions stipulent que "chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne et il ne peut être porté atteinte à ce droit qu'en conformité avec les principes de justice fondamentale". L'exigence de "justice fondamentale" met de l'avant des concepts comme l'"application régulière de la loi" et le "droit naturel" - deux concepts qui sont touchés de façon négative par l'application du projet de loi aux mineurs de moins de 18 ans. En ce qui concerne ces considérations, la Cour suprême du Canada s'est prononcée haut et fort et a statué qu'il est "évident que le droit d'élever un enfant, de prendre soin de son développement et de prendre des décisions pour lui sur des questions fondamentales [...] fait partie de l'intérêt de liberté d'un parent". Comment se peut-il donc que le S-202 puisse s'insérer entre le parent et l'enfant à des fins de "thérapie de conversion"? On pourrait peut-être imposer une restriction raisonnable à ce droit parental s'il y avait un risque de préjudice pouvant justifier une limitation en vertu de l'article 1 de la Charte. Mais est-ce le cas ici? Ce pourrait l'être si nous parlions de thérapies par électrochocs mais, comme nous l'avons mentionné plus haut, il est plus probable qu'il s'agisse de la criminalisation de la "conversation" ou du counselling par la prière. Est-ce que l'État va trop loin avec sa loi S-202 et piétine capricieusement les droits "légaux" des parents en vertu de la Charte?

"Thérapie de conversion" et les droits "fondamentaux" de l'article 2 de la Charte

 

Étant donné les trous béants dans les dispositions de "définition" du projet de loi S-202, les droits "fondamentaux" des Canadiens en vertu de l'article 2 de la Charte risquent également d'être touchés inutilement et négativement. Ces droits comprennent la liberté de parole, de religion, de conscience, de réunion et d'association pacifiques. La peine d'emprisonnement de cinq ans que le projet de loi prévoit pour la "publicité" des services de thérapie de conversion sert non seulement à "refroidir" les droits à la liberté d'expression mais elle entrave la capacité des personnes de vivre leur vie conformément à leurs croyances religieuses et à leur conscience et de chercher des traitements qui traitent de l'orientation sexuelle ou qui aident à "se défaire" d'une orientation non désirée.

 

Les libertés de la section 2 restantes peuvent toutes être considérées comme affectées dans des scénarios religieux où les gens se réunissent et s'associent pour partager et promouvoir leurs croyances. Faut-il s'étonner que les partisans du projet de loi S-202 soient sur la piste de ces lieux de culte pour les soulager de leur permis d'exploitation et de leur statut d'organisme de bienfaisance? Après tout et conformément à une étude du Programme des chaires de recherche du Canada, "le gouvernement fédéral peut également révoquer le statut d'organisme de bienfaisance de tout organisme qui pratique la thérapie de conversion, ce qui est un affront aux valeurs canadiennes". Il importe peu que les droits fondamentaux garantis par la Charte puissent être injustement bafoués dans le processus.

Que faire ?

 

Il devient évident que le processus législatif canadien a perdu son sens du Canada en tant que nation fondée sur la suprématie des droits de sa plus grande minorité - l'individu. Cette tendance à la dérive s'est accélérée au cours des quatre dernières années, comme en témoignent la motion M-103 (islamophobie), le projet de loi C-16 (identité et expression sexuelles) et, maintenant, le projet de loi S-202. Il est devenu tout aussi évident que l'élite dirigeante est loin d'être disposée à envisager de faire marche arrière. Après tout, la politique identitaire s'est révélée être un stratagème politique efficace, voire cynique, qui a permis de remporter des élections et a sans doute entraîné la politisation de tous les bureaux et organismes gouvernementaux. Il n'y a qu'une chose à faire, c'est que le grand public doit s'impliquer et rappeler à ces élites quelles doivent être ses véritables priorités dans une démocratie responsable et représentative. Le C3RF se réjouit de contribuer à ce processus.

Merci pour votre soutien continu

 

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité de C3RF à éinformer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment malheureux que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués par tous les milieux, y compris nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la tenue de livres, aux coûts de la technologie et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de bienfaisance lorsque nous le pouvons. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

 

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

 

 

Major Russ Cooper (retraité)
Coprésident C3RF