C3RF Member Update - 21 Feb, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Is Canada a “Rule of Law” country

Canada prides itself on being a “rule of law” country. After all, didn’t Canada diligently follow extradition law to detain Huawei‘s Chief Financial Officer, Meng Wanzhou, in conjunction with an American request to do so? Canada paid a heavy price for doing so as a peeved China wasted no time in taking two Canadian citizens hostage - even as it cracked down on Canadian beef and pork exports. The beef and pork restrictions were subsequently lifted but the Canadian ex-pats are still cooling their heels in a Chinese slammer. Now that is dedication to the rule of law. How then to explain the same country’s recalcitrance when it comes to dealing with, so-called, indigenous protests that stand to shut down the national economy. These protests, launched in support of Wet’suwet’en hereditary chiefs and their opposition to British Columbia’s Coastal GasLink pipeline, are boldly illegal but are allowed to progress and grow. Meanwhile, Canada’s political elite play the part of a deer caught in the headlights as they stand by flaccidly pleading for dialogue with the disruptors. What gives?

The “Supremacy of God” and the “Rule of Law” in the Charter

The “rule of law” may be cited as a defining characteristic of Canada, one of its foundational values. Odd then that the concept is mentioned only once in the Charter of Rights and Freedoms in a short, concise “preamble” section that states, “Whereas Canada is founded upon principles that recognize the supremacy of God and the rule of law”. Unfortunately and unlike the “rule of law” clause, the “supremacy of God” clause in the same preamble is seen to be of “trifling importance” by those in scholarly legal halls and the news media.” After all, isn’t freedom of religion specifically protected as a “fundamental” right in Section 2 of the Charter and aren’t Canadians free to believe in a higher authority - or not. Accordingly, the judiciary sees the clause as a “contradiction, a dead letter stemming from inglorious origins” and steadfastly refuse to give it the attention they afford the “rule of law” clause that it is paired with. This is a problem that has the power to adversely impact both the Charter’s ability to balance one right against another and the nation’s ability to promote the “rule of law”.

The balancing away of individual rights

As noted by judicial experts and recorded in these pages, the Charter is in a continuous state of balancing fundamental, individual rights against those that favour the tribe, clan or collective. This is the case as our judiciary, untethered by any obligation to remain faithful to any original intent assigned to the Charter by its framers, has taken upon itself the right to interpret the Charter as a “living tree” amenable to being shaped in accordance with the “context of the times”. This approach is very suitable in a day and age chock full of victims seeking protection from discrimination - self-perceived or otherwise. The courts have a clear path to address such fears as the Charter gives them powerful, enumerated grounds for alleviating the pain of troubled collectives. Take for example:

  • Section 1 which allows for the imposition of limits on individual rights given reasonable considerations that can be demonstrated to be appropriate in a free and democratic society; or

  • Section 15(2) that allows discrimination if it aims to address the betterment of individuals or groups; or

  • Section 16(3) that opens the door to any measure that accommodates the establishment of the equality or status of the French or English language; or

  • Section 25 that authorizes aboriginal treaties and freedoms that pertain to aboriginal peoples to override the provisions of the Charter; or

  • Section 27 that states the need to interpret the Charter in line with the multicultural heritage of Canadians.

It is here we begin to see the ample means by which the courts can balance individual rights away in favour of the concerns of collectives or “identifiable groups”. But is this what the framers of the Charter intended? Was the preamble’s “supremacy of God” clause meant to provide a firewall against such bias? Have the courts exceeded their authority in cavalierly tossing such intent aside as a trifling consideration?

The concept of inalienable rights

Many centuries before the advent of the Charter, Western civilizations came to understand that each individual, made in the image of God, was a unique and valued entity worthy of both dignity and respect. Accordingly, each individual possessed “inalienable and universal rights” derived from sources beyond the control of the State. These rights were a function of nature and not the State. Indeed, the State had no authority to dispense them let alone take them away. Seen in this light, the “supremacy of God” clause operates as the “grand entrance hall to the castle of the Constitution” and, as such, sets an overall policy prescription meant to inform all of the positive, enumerated Charter provisions. Is this what the framers had in mind?

The framers speak

There can be little doubt that Pierre Elliot Trudeau was a first among equals when it came to framing the Charter. He was adamant that natural law dictated that “a constitutional charter is in keeping with the purest liberalism, according to which all members of a civil society enjoy certain fundamental, inalienable rights and cannot be deprived of them by any collectivity (state or government) or on behalf of any collectivity (nation, ethnic group, religious group, or other).” Obviously, he would see that the “supremacy of God” clause should not be treated as a political calculus or expedient. Rather, it should be seen as an essential piece of the Charter’s origins. Origins that are rooted in the inviolable concept of natural law.

A society of trust, a society of envy

Arguably, the absence of an organizing principle capable of stitching together all citizens in a society is a recipe for division and conflict. The principle of “inalienable and universal rights” for all Canadians is one such organizing mechanism that has a proven track record of creating societies characterized by strong levels of trust and cooperation. Another organizing principle is the one that sees a society raised up on the basis of tribe, clan or collective - each of which is based on familial standing or shared grievances rather than a unifying idea. And so, we see Canada proceeding down a path of division by attending to minority causes over and above those associated with the nation’s most important minority – the individual. And so, laws are bent and then broken to make accommodations for the victims amongst us rather than for the good of all free citizens. Collectives end up benefitting at the expense of those seen as less deserving and division, envy and, ultimately, violence ensue. In addition, and very importantly, such disunity opens the door for a nation so afflicted to be exploited by bad people intent on doing bad things.

Agenda-driven insurrection?

It is remarkable that within days of the Wet’suwet’en protests of the Coastal GasLink pipeline project we saw cross-country demonstrations impacting both national and international supply lines. One can be forgiven for believing that such strategic disruptions are part and parcel of a coordinated effort to truly “shut down Canada”. Is it possible that Canada’s indigenous altercations are being hijacked by foreign entities intent on forcing a political agenda on the nation-at-large? There is evidence that would suggest such a development and it comes in the form of prodigious funding over several years aimed at landlocking and shutting down Canada’s energy sector. Vivien Krause has done some exceptional research on where this money has come from in the past even as some news organizations detect similar flows of funds into Coastal GasLink protest initiatives. The dots are there to be connected. They include:

  • Canadian political, judicial and media elites continuing to take Canada down the path of soothing the sensibilities of collectives;

  • the nation moving from a society of individual freedoms and trust and to one of envy and strife;

  • a new society emerging that is prone to treating its citizens unequally while allowing for the abrogation of the rule of law; and

  • a path being cleared for hostile players to implement political agendas that are not in the country’s best interests.

As a final thought in stringing these dots together, it is worrisome to note that the definition of terror is “the use of violence and threats to intimidate or coerce - especially for political purposes”. If ever there was a time to reverse course, it appears Canada’s time is now

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d) Co-Chair C3RF

Version française
Le Canada est-il un pays "d'État de droit"?

Le Canada s'enorgueillit d'être un pays "d'État de droit". Après tout, le Canada n'a-t-il pas suivi avec diligence la loi d'extradition pour détenir le directeur financier de Huawei, Meng Wanzhou, en conjonction avec une demande américaine en ce sens? Le Canada a payé un lourd tribut pour avoir agi de la sorte, car une Chine énervée n'a pas perdu de temps pour prendre deux citoyens canadiens en otage - alors même qu'elle sévissait contre les exportations de bœuf et de porc canadiens. Les restrictions sur le bœuf et le porc ont été levées par la suite, mais les expatriés canadiens sont toujours en train de croupir dans une taule chinoise. C'est cela, l'attachement à l'État de droit. Comment expliquer alors la récalcitrance de ce même pays face aux soi-disant protestations indigènes qui risquent de paralyser l'économie nationale? Ces protestations, lancées pour soutenir les chefs héréditaires Wet'suwet'en et leur opposition au gazoduc Coastal GasLink de la Colombie-Britannique, sont franchement illégales, mais on les laisse progresser et se développer. Pendant ce temps, l'élite politique du Canada joue le rôle d'un cerf pris dans les phares en se tenant prête à plaider pour le dialogue avec les perturbateurs. Qu'est-ce qui se passe?

La "suprématie de Dieu" et l'"État de droit" dans la Charte

L'"État de droit" peut être cité comme une caractéristique déterminante du Canada, l'une de ses valeurs fondamentales. Il est donc étrange que ce concept ne soit mentionné qu'une seule fois dans la Charte des droits et libertés, dans un court et concis "préambule" qui déclare: "que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit". Malheureusement, et contrairement à la clause de "primauté du droit", la clause de "suprématie de Dieu" du même préambule est considérée comme "d'une importance insignifiante" par ceux qui se trouvent dans les salles d'étude juridique et les médias". Après tout, la liberté de religion n'est-elle pas spécifiquement protégée comme un droit "fondamental" dans l'article 2 de la Charte et les Canadiens ne sont-ils pas libres de croire en une autorité supérieure - ou non. En conséquence, les autorités judiciaires considèrent cette clause comme une "contradiction, une lettre morte aux origines peu glorieuses" et refusent catégoriquement de lui accorder l'attention qu'elles accordent à la clause de "primauté du droit" qui lui est associée. Il s'agit d'un problème qui a le pouvoir de nuire à la fois à la capacité de la Charte à équilibrer un droit par rapport à un autre et à la capacité de la nation à promouvoir ‘’l’État de droit".

L'équilibre des droits individuels

Comme l'ont noté les experts judiciaires et comme l'indiquent ces pages, la Charte est en permanence en train de mettre en équilibre les droits fondamentaux individuels et ceux qui favorisent la tribu, le clan ou la collectivité. C'est le cas car notre système judiciaire, libéré de toute obligation de rester fidèle à l'intention initiale assignée à la Charte par ses auteurs, s'est arrogé le droit d'interpréter la Charte comme un "arbre vivant" susceptible d'être façonné en fonction du "contexte de l'époque". Cette approche convient parfaitement à une époque où les victimes cherchent à se protéger contre la discrimination - qu'elle soit réelle ou non. Les tribunaux disposent d'une voie claire pour répondre à ces craintes, car la Charte leur donne des motifs puissants et énumérés pour atténuer la douleur des collectifs en difficulté. Prenons un exemple :

  • L'article 1 qui permet d'imposer des limites aux droits individuels en fonction de considérations raisonnables dont il peut être démontré qu'elles sont appropriées dans une société libre et démocratique ; ou

  • l'article 15, paragraphe 2, qui autorise la discrimination si elle vise à améliorer le sort d'individus ou de groupes ; ou

  • l'article 16(3) qui ouvre la porte à toute mesure permettant d'établir l'égalité ou le statut de la langue française ou anglaise ; ou

  • l'article 25 qui autorise les traités et les libertés autochtones qui concernent les peuples autochtones à déroger aux dispositions de la Charte ; ou

  • L'article 27 qui états la nécessité d'interpréter la Charte en fonction du patrimoine multiculturel des Canadiens.

C'est là que nous commençons à voir les nombreux moyens par lesquels les tribunaux peuvent mettre en équilibre les droits individuels et les préoccupations des collectifs ou des "groupes identifiables". Mais est-ce là l'intention des auteurs de la Charte? La clause de "suprématie de Dieu" du préambule visait-elle à fournir un pare-feu contre de tels préjugés? Les tribunaux ont-ils outrepassé leur autorité en rejetant cavalièrement une telle intention comme une considération insignifiante?

Le concept de droits inaliénables

Bien des siècles avant l'avènement de la Charte, les civilisations occidentales en sont venues à comprendre que chaque individu, fait à l'image de Dieu, était une entité unique et précieuse, digne à la fois de dignité et de respect. En conséquence, chaque individu possédait des "droits inaliénables et universels" provenant de sources échappant au contrôle de l'État. Ces droits étaient une fonction de la nature et non de l'État. En effet, l'État n'avait pas le pouvoir de les dispenser et encore moins de les supprimer. Vu sous cet angle, la clause de "suprématie de Dieu" fonctionne comme le "grand hall d'entrée du château de la Constitution" et, en tant que telle, établit une prescription politique globale destinée à informer toutes les dispositions positives et énumérées de la Charte. Est-ce là ce que les auteurs de la Charte avaient à l'esprit?

Les auteurs parlent

Il ne fait aucun doute que Pierre Elliot Trudeau a été un premier parmi ses pairs lorsqu'il s'est agi d'élaborer la Charte. Il était catégorique sur le fait que le droit naturel dictait qu'"une charte constitutionnelle s'inscrit dans le cadre du libéralisme le plus pur, selon lequel tous les membres d'une société civile jouissent de certains droits fondamentaux et inaliénables et ne peuvent en être privés par une collectivité (État ou gouvernement) ou au nom d'une collectivité (nation, ethnie, groupe religieux ou autre)". Il est évident qu'il verrait que la clause de "suprématie de Dieu" ne doit pas être traitée comme un calcul ou un expédient politique. Elle devrait plutôt être considérée comme une pièce essentielle des origines de la Charte. Des origines qui sont ancrées dans le concept inviolable de la loi naturelle.

Une société de confiance, une société d'envie

​​On peut dire que l'absence d'un principe d'organisation capable de rassembler tous les citoyens d'une société est une recette menant à la division et le conflit. Le principe des "droits inaliénables et universels" pour tous les Canadiens est l'un de ces mécanismes d'organisation qui a fait ses preuves en matière de création de sociétés caractérisées par de forts niveaux de confiance et de coopération. Un autre principe d'organisation est celui qui voit une société s'élever sur la base d'une tribu, d'un clan ou d'une collectivité - chacun d'entre eux étant fondé sur une position familiale ou des griefs partagés plutôt que sur une idée unificatrice. Ainsi, nous voyons le Canada s'engager sur la voie de la division en s'occupant des causes minoritaires en plus de celles associées à la minorité la plus importante de la nation - l'individu. Les lois sont dénaturées puis violées pour accommoder les victimes parmi nous plutôt que pour le bien de tous les citoyens libres. Les collectivités finissent par en profiter aux dépens de ceux qui sont considérés comme moins méritants et il s'ensuit des divisions, de l'envie et, en fin de compte, de la violence. En outre, et c'est très important de le noter, une telle désunion ouvre la porte à une nation si affligée pour être exploitée par des gens mauvais qui ont l'intention de faire de mauvaises choses.

Une insurrection motivée par un programme?

Il est remarquable que quelques jours après les protestations de Wet'suwet'en contre le projet de gazoduc Coastal GasLink, nous ayons assisté à des manifestations à travers le pays qui ont eu un impact sur les lignes d'approvisionnement nationales et internationales. Il est permis de croire que de telles perturbations stratégiques font partie intégrante d'un effort coordonné pour véritablement "fermer le Canada". Est-il possible que les altercations indigènes du Canada soient détournées par des entités étrangères désireuses d'imposer un programme politique à l'ensemble de la nation? Il existe des preuves qui suggèrent une telle évolution et elles se présentent sous la forme d'un financement prodigieux sur plusieurs années visant à enclaver et à fermer le secteur énergétique du Canada. Vivien Krause a fait des recherches exceptionnelles sur l'origine de ces fonds dans le passé, même si certains organismes de presse détectent des flux de fonds similaires dans les initiatives de protestation de Coastal GasLink. Les points sont là pour être reliés. Ils comprennent:

  • Les élites politiques, judiciaires et médiatiques canadiennes continuent à faire avancer le Canada sur la voie de l'apaisement des sensibilités collectives ;

  • la nation passe d'une société de libertés et de confiance individuelles à une société d'envie et de conflits ;

  • l'émergence d'une nouvelle société encline à traiter ses citoyens de façon inégale tout en permettant l'abrogation de l'État de droit

  • une voie qui est ouverte aux acteurs hostiles pour mettre en œuvre des programmes politiques qui ne sont pas dans l'intérêt du pays.

Pour conclure, il est inquiétant de constater que la définition de la terreur s’applique à cette situation : "l'usage de la violence et des menaces pour intimider ou contraindre- en particulier à des fins politiques". S'il y a jamais eu un temps pour faire marche arrière, il semble que le temps du Canada soit maintenant venu.

Merci pour votre soutien continu

Votre parrainage fait toute la différence dans la capacité du C3RF à informer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités caritatives lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité) Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon