C3RF Member Update - 27 Mar, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas

Note! Sign petition and say “NO” to Bills S-202 and C-8 (Conversion Therapy)

Note! C3RF is in need of a volunteer English-French translator for the “update”. Please contact r.cooper@canadiancitizens.org if interested in helping out

Is China done?

China’s economy was devastated in the new year due to the impact of the “Wuhan virus” on its companies and labour force. Perhaps more damaging than this, however, was the hit to the nation’s reputation as a reliable supplier of first resort. Countries around the world were dismayed by China’s deceit in initially hiding the seriousness of the contagion and then shocked to find out how critical China was to the supply of their essential products - products such as life saving pharmaceuticals and rare minerals. This latter realization was brought home in spades when China began to restrict the distribution of medical supplies for its own use and then threatened to withhold same over perceived insults to its status as a world power.

This belligerence shouldn’t come as a surprise though. China has been short-tempered with those it deems disrespectful for some time now and Canada has to be near the top of that list. The situation with the “two Michaels” springs to mind here as does China’s stranglehold over rare earth elements and its aggressive attempts to keep Canada out of that market. Attempts that have included threats of harsh reprisals – as if holding two Canadian citizens hostage in a Chinese jail was not enough. Such behaviours reinforce the world’s growing recognition of China as a bully and a less-than-truthful business partner – traits that call into question its use as a supplier of goods critical to the national interest. China may not be done but it has certainly stepped away from being a nation that deserves its “most favoured status”. It goes without saying that a worldwide move away from the use of China as a supplier of critical products will hit the Chinese economy hard. It also goes without saying that the knock-on effect of such a movement will be a blow to globalism. After all, who wants a more interdependent world if it means being the subject of extortion?

Is globalism done?

Actually, globalism can already be seen to be on the wane if one looks to developments within its poster child - the European Union. The “Wuhan virus” crisis has created such havoc in the Union that its motto, “United in diversity” has lost all meaning. How else to explain the rebuff of Italy’s desperate call for medical supplies by the rest of the Union’s membership. Its every country for itself as demonstrated by the Union’s dismissal of its much lauded policy of open borders. This policy, derived from United Nations’ “Agenda 2030” Sustainability Development Goals (SDG) #10 – Reduce Inequality, has gone by the wayside. Mass migration is now a thing of the past as individual nations rush to close borders to secure their own populations. How can globalism flourish in an environment of such self interest?

Further afield in the Western hemisphere, we see alliances forming to take on the Chinese juggernaut. One of them involves both the United States and Canada as they try to break into the rare earth element market that was mentioned above. These nations have begun talks aimed at developing their own rare earth assets – even in the face of Chinese bullying and threats to restrict the supply of such minerals. These efforts could preclude China from maintaining its catbird seat in the worldwide production and distribution of rare earth elements that are so vital to other high end industries - industries that include mobile phones and electric cars. Here we see Canada actually moving towards self sufficiency and away from global dependence – even as it seems to be putting a spike in its own oil and gas sector. Which way will it ultimately go?

Is Canada done?

If Canada’s early actions in dealing with the “Wuhan virus” crisis are any indication, it would appear it prizes its self-proclaimed status as the world’s first “post-national” state over the health of its citizens. A virtuous state happy to look out for the interests of its global neighbours and live the lie that all cultures are equal. The evidence is clear as Canadian political and medical elites quickly and voraciously attacked anyone who used terms like “Wuhan virus” to describe the virus that originated in the Chinese city of Wuhan. They were pilloried as racists , bigots and xenophobes even as Canada’s virtue-signalling elites refused to curtail both legal and illegal migration flows by air and by Roxham Road respectively. These lax protocols, blessed by the United Nations and its World Health Organization (WHO), flew in the face of strategies demonstrated to be successful in Hong Kong, South Korea and Singapore. These latter jurisdictions employed travel restrictions and social media technology innovations to boost both testing and tracking of suspected virus carriers. How racist can you get?

Accordingly, Canada now finds itself behind the power curve with an undetermined number of infected even as it’s forced to apply across-the-board social distancing techniques. This strategy, although effective, stands to do irreparable harm to the economy and can be seen as a prelude to the institution of involuntary quarantine measures through the declaration of the Emergencies Act. This Act entails the loss of personal freedoms with no guarantee that they will be subsequently restored. The government will be able to jail you without due process, force your labour and take away your personal property in aid of their declared objectives. Given the record of the current government regards the diminishment of free speech through legislation like Motion M-103 (Islamophobia), Bill C-16 (gender identity) and Bill C-8 (conversion therapy), can Canadians trust that their personal liberties will be safeguarded in the end? Perhaps Canada needs to consider other measures to defeat the “Wuhan virus” before it destroys the economy along with the Charter Rights of its citizens.

Other possibilities

For a government that states it will employ science and the best medical advice to defeat the “Wuhan virus”, it has certainly failed to pay attention to related best practices and data. Singapore, Taiwan and Hong Kong, who obviously paid more attention to the lessons learned from the SARS crisis of 2003 than Canada did, have paved the way forward in dealing with the virus while keeping folks at work. On the data front, a Nobel Prize winner, Michael Levitt, notes that the rate of growth of viral infections worldwide seems to be declining – a harbinger of better things to come?

In addition, other data points seem to indicate that it is the elderly and those with underlying medical conditions that have the greatest problem with the virus. Would it be possible, then, to devise isolation techniques that safeguarded these populations while freeing up the least susceptible to work and keep the economy from collapsing? This latter approach has been proposed by Israel’s Defence Minister, Naftali Bennet and would concurrently save both the economy and the civil liberties so critical to our Western liberal democracy. No doubt, the data needs to be firmed up but isn’t such an approach better than our current government’s proclivity to blindly follow the advice coming out of the globalist entity that is the United Nations and its Chinese ally; the World Health Organization? Isn’t it better to address the Wuhan virus as free men and women than as vassals of a dictatorship? After all, didn’t the virus have its genesis in such a dictatorship?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d) Co-Chair C3RF

Version française
A noter! Signez la pétition et dites "NON" aux projets de loi S-202 et C-8 (thérapie de conversion)
A noter! Le C3RF a besoin d'un traducteur bénévole anglais-français pour la "mise à jour". Veuillez contacter r.cooper@canadiancitizens.org si vous souhaitez aider.
La Chine est-elle foutue?

L'économie chinoise a été dévastée au cours de la nouvelle année en raison de l'impact du "virus de Wuhan" sur ses entreprises et sa main-d'œuvre. Mais ce qui a peut-être été le plus nuisible, c'est le coup porté à la réputation du pays en tant que fournisseur fiable de premier recours. Les pays du monde entier ont été consternés par la supercherie de la Chine, qui a d'abord dissimulé la gravité de la contagion, puis choqués de découvrir à quel point la Chine était critique pour l'approvisionnement de leurs produits essentiels - des produits tels que des produits pharmaceutiques vitaux et des minéraux rares. Cette dernière prise de conscience a été confirmée par la Chine, qui a commencé à restreindre la distribution de fournitures médicales pour son propre usage et a ensuite menacé de ne plus en faire autant en raison de ce qu'elle considérait comme une insulte à son statut de puissance mondiale.

Cette belligérance ne devrait pas être une surprise. Depuis quelque temps déjà, la Chine est colérique avec ceux qu'elle juge irrespectueux et le Canada doit être en tête de liste. La situation des "deux Michaels" me vient à l'esprit ici, tout comme l'étranglement de la Chine sur les éléments des terres rares et ses tentatives agressives pour tenir le Canada à l'écart de ce marché. Ces tentatives ont comporté des menaces de représailles sévères - comme si le fait de retenir deux citoyens Canadiens en otage dans une prison chinoise ne suffisait pas. De tels comportements renforcent la reconnaissance mondiale croissante de la Chine comme un tyran et un partenaire commercial peu honnête - des traits qui remettent en question son utilisation comme fournisseur de biens essentiels à l'intérêt national. La Chine n'en a peut-être pas fini, mais elle a certainement cessé d'être une nation qui mérite son "statut le plus favorisé". Il va sans dire que l'économie chinoise sera durement touchée si le monde renonce à utiliser la Chine comme fournisseur de produits essentiels. Il va également sans dire que l'effet d'entraînement d'un tel mouvement sera un coup porté au mondialisme. Après tout, qui veut un monde minéralement interdépendant si cela signifie faire l'objet d'extorsions?

En finir avec la mondialisation?

En fait, on peut déjà constater que le mondialisme est en déclin si l'on regarde les développements au sein de son enfant prodigue - l'Union européenne. La crise du "virus de Wuhan" a créé de tels ravages dans l'Union que sa devise, "Unis dans la diversité", a perdu tout son sens. Comment expliquer autrement le rejet de l'appel désespéré de l'Italie pour du matériel médical par le reste des membres de l'Union. C'est chacun pour soi, comme le démontre le rejet par l'Union de sa politique d'ouverture des frontières, tant vantée. Cette politique, dérivée de l'"Agenda 2030" des Nations unies "Objectifs de développement durable (SDG) #10 - Réduire les inégalités", est passé le bord de la route. Les migrations de masse font désormais partie du passé, les nations se précipitant pour fermer leurs frontières afin de protéger leurs propres populations. Comment le mondialisme peut-il s'épanouir dans un environnement aussi renfermé?

Plus loin dans l'hémisphère occidental, on voit se former des alliances pour affronter le poids lourd chinois. L'une d'entre elles concerne les États-Unis et le Canada, qui tentent de pénétrer le marché des éléments de terres rares mentionné plus haut. Ces nations ont entamé des pourparlers visant à développer leurs propres ressources en terres rares, même face aux brimades et aux menaces chinoises de restreindre l'approvisionnement de ces minéraux. Ces efforts pourraient empêcher la Chine de conserver sa place de premier plan dans la production et la distribution mondiales d'éléments de terres rares qui sont si vitaux pour d'autres industries haut de gamme, notamment les téléphones portables et les voitures électriques. Nous voyons ici le Canada se rapprocher de l'autosuffisance et s'éloigner de la dépendance mondiale - alors même qu'il semble mettre un point d'orgue à son propre secteur pétrolier et gazier. Quelle direction prendra-t-il en fin de compte?

Le Canada est-il foutu?

Si les premières mesures prises par le Canada pour faire face à la crise du "virus de Wuhan" sont une indication quelconque, il semblerait qu'il accorde plus d'importance à son statut autoproclamé de premier État "post-national" au monde qu'à la santé de ses citoyens. Un État vertueux, heureux de veiller aux intérêts de ses voisins du monde entier et de vivre le mensonge selon lequel toutes les cultures sont égales. Les preuves sont claires: les élites politiques et médicales Canadiennes ont rapidement et voracement attaqué quiconque utilisait des termes tels que "virus de Wuhan" pour décrire le virus originaire de la ville chinoise de Wuhan. Ils ont été cloués au pilori comme étant racistes, bigots et xénophobes, alors même que ces élites Canadiens, en tant qu'exemple de vertu, ont refusé de réduire les flux migratoires légaux et illégaux par voie aérienne et par la Route Roxham respectivement. Ces protocoles laxistes, bénis par les Nations unies et leur Organisation mondiale de la santé (OMS), ont été mis en échec par des stratégies qui ont fait leurs preuves à Hong Kong, en Corée du Sud et à Singapour. Ces dernières juridictions ont eu recours aux restrictions de voyage et aux innovations technologiques des médias sociaux pour stimuler à la fois le dépistage et le suivi des porteurs de virus présumés. Mais comment peut-on être aussi raciste?

En conséquence, le Canada se trouve maintenant derrière la courbe de puissance avec un nombre indéterminé d'infectés alors même qu'il est obligé d'appliquer des techniques de distanciation sociale généralisées. Cette stratégie, bien qu'efficace, risque de causer des dommages irréparables à l'économie et peut être considérée comme un prélude à l'instauration de mesures de quarantaine involontaires par la déclaration de la Loi sur les situations d'urgence. Cette loi entraîne la perte des libertés individuelles sans garantie de leur rétablissement ultérieur. Le gouvernement pourra vous emprisonner sans procès, vous forcer à travailler et vous retirer vos biens personnels pour atteindre ses objectifs déclarés. Compte tenu du bilan du gouvernement actuel en ce qui concerne la diminution de la liberté d'expression par des lois telles que la motion M-103 (islamophobie), le projet de loi C-16 (identité sexuelle) et le projet de loi C-8 (thérapie de conversion), les Canadiens peuvent-ils avoir confiance que leurs libertés personnelles seront finalement sauvegardées? Peut-être le Canada doit-il envisager d'autres mesures pour battre le "virus de Wuhan" avant qu'il ne détruise l'économie ainsi que les droits de ses citoyens garantis par la Charte.

Autres possibilités

Pour un gouvernement qui affirme qu'il utilisera la science et les meilleurs conseils médicaux pour vaincre le "virus de Wuhan", il a certainement manqué de prêter attention aux meilleures pratiques et données connexes. Singapour, Taiwan et Hong Kong, qui ont manifestement accordé plus d'attention que le Canada aux leçons tirées de la crise du SRAS de 2003, ont ouvert la voie à la lutte contre le virus tout en maintenant les gens au travail. Sur le front des données, un prix Nobel, Michael Levitt, note que le taux de croissance des infections virales dans le monde semble être en déclin - un signe de meilleures choses à venir?

En outre, d'autres points de données semblent indiquer que ce sont les personnes âgées et celles souffrant de troubles médicaux sous-jacents qui ont le plus de problèmes avec le virus. Serait-il donc possible de mettre au point des techniques d'isolement qui permettraient de protéger ces populations tout en libérant les moins susceptibles de travailler et empêcher l'effondrement de l'économie? Cette dernière approche a été proposée par le ministre israélien de la défense, Naftali Bennet, et sauverait simultanément l'économie et les libertés civiles si essentielles à notre démocratie libérale occidentale. Il ne fait aucun doute que les données doivent être affinées, mais une telle approche n'est-elle pas meilleure que la tendance de notre gouvernement actuel à suivre aveuglément les conseils de l'entité mondialiste que sont les Nations Unies et son allié chinois, l'Organisation mondiale de la santé? N'est-il pas préférable de s'attaquer au virus de Wuhan en tant qu'hommes et femmes libres plutôt qu'en tant que vassaux d'une dictature? Après tout, le virus n'a-t-il pas eu sa genèse dans une telle dictature?

Merci pour votre soutien continu

Votre parrainage fait toute la différence dans la capacité du C3RF à informer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités caritatives lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité) Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon