C3RF Member Update - 24 Apr, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas

Note! C3RF is in need of a volunteer English-French translator for the “update”. Please contact r.cooper@canadiancitizens.org if interested in helping out.

Wartime leadership

Prime Minister Trudeau is fond of conflating the Wuhan virus predicament with the nation’s life and death struggle against totalitarianism and fascism during WWII. He notes that the country is in the midst of its “most significant civic mobilization” since that conflict and it is up to Canadians to sacrifice their routines and their liberties to gain normalcy at some unknown time in the future. This new war will be difficult as “the frontlines are everywhere” but rest assured as our wartime leaders are up to the task – or are they? Do they have the credibility and integrity that are the hallmarks of effective wartime leaders? The credibility and integrity of the likes of a Winston Churchill or a combat veteran of the 2006 Battle for Panjwai like Master Warrant Officer John Barnes from the 3rd Battalion of the Royal Canadian Regiment?

Credibility

The leadership trait of “credibility” speaks to an ability to inspire confidence by virtue of one’s proven ability to do the job. Those who follow a leader endowed with this characteristic trust and believe in his or her capacity to maneuver in the battlespace, smartly employ assigned personnel and assets and attain the desired effect – not just once, but consistently. How to judge the Canadian leadership cadre responsible for the nation’s “war” on the Wuhan virus in this regard? The following points spring to mind:

When it comes to having the credibility to lead a nation into the “war” against the Wuhan virus, it would seem the Canadian leadership cadre has much “sp’lainin to do” before Canadians-at-large fall into line behind it.

Integrity

Integrity speaks to a commitment to do right by the mission and to those who choose to pursue it. Followers must believe that their leader is principled, will remain true to shared beliefs and will not turn and run to leave them in a bind. The leader needs to be more than just a leader, he or she needs to be a leader-servant dedicated to serving the cause at hand. This, rather than seeking personal aggrandizement or pursuing objectives that are antithetical to the shared values and beliefs that underpin the mission. The values and beliefs that Canadians want their leaders to share with them include an emphasis on public safety, personal freedom and responsibility and a voter-based system of governance. In the American sense this would be characterized as “life, liberty and the pursuit of happiness”. In the Canadian sense it would be capsulized as “peace, order and good government”. When it comes to leading the nation in the war against the Wuhan virus, these developments seem to indicate that our leaders are straying far from these concepts:

This latest development is of great concern. In the midst of a national emergency and quarantine our political leaders have abandoned us and given up on the concept of “responsible government”. What form of government awaits us now?

Canada – a new “one-party” state?

The system of Canadian governance has undergone a massive change with the onset of the Wuhan virus. Our once robust system, characterized by the cut and thrust of democratic debate, has devolved into a collection of 32 clapping seals with each political party selecting an assigned ratio of MPs – just enough to clear “quorum” rules that, since 1867, have required a minimum of 20 members to conduct business. Problem is, this culling of MPs is done in accordance with the interests of the party rather than that of individual Canadians – Canadians who have now lost their voice in the House of Commons. Simply put, everyday citizens have had their votes annulled by a new system of governance! The related abuses of power were not long in showing up and included the brazen attempt by the government-of-the-day to secure unlimited spending and taxation powers until 2022. Luckily, this attempt was thwarted by a lone MP, Scott Reid, who, in a written letter of opposition, wondered why all elected representatives could not be consulted safely in a larger venue – a venue such as the Ottawa Convention Centre. Why not indeed?

So, Canadians now have a cabal of some 32 MPs who meet haphazardly even as the nation moves through the existential Wuhan virus crisis. Problem is, the makeup of the 32 sees over 60% of these representatives coming from parties that are decidedly progressive in nature and committed to the institution of socialist policies. These policies include the hallmark of Marxist, “from each according to ability, to each according to need” initiatives in the form of a guaranteed annual wage. It would appear that, given the erosion of our representative democracy in the name of the Wuhan virus, we have established ourselves on “the road to serfdom”.

The Road to Serfdom

Writing during the years of WWII, Austrian economist Friedrich Hayek wrote that socialist, totalitarian ideas of harnessing the economy gradually overtook the “basic ideas on which western civilization had been built”. By the turn of the 20th century the success of liberalism had come to be regarded as “secure and imperishable” and the “eyes of the people became fixed on new demands the rapid satisfaction of which seemed to be barred by the adherence to the old principals”. And so, today our ears are tickled by the siren call to completely remodel our society by “scraping and replacing it”. What better time to effect such ideologically-based transitions than when one collection of progressive parties has unimpeded access to the levers of political power – even as they have the wind of a national emergency at their back.

The problem of one-party rule, however, is that opposing ideas, be they reasonable or not, have a hard time rising to the surface. Accordingly, serological surveys, such as the one recently conducted in Santa Clara County, California, never come forward for public awareness and debate. This particular survey indicated that the presence of the Wuhan virus in the general public, despite lockdown protocols, was 50 to 85 times greater than the incidence of “confirmed cases” would indicate. The implications are startling as they speak to the fact that actual fatality rates associated with the virus are much lower than previously surmised. Indeed, they seem to be in line with the rates of seasonal flu. One wonders; should the knee-jerk lockdown of an entire economy be mandated by death rates that are comparable to those of the seasonal flu? One also wonders; isn’t one-party rule just another name for communism or fascism? Is it ironic that the wartime heroes our current leadership compares themselves to are those who fought such totalitarian constructs – even as they themselves pursue the path to serfdom?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

Co-Chair C3RF

Version française
Note! Le C3RF a besoin d'un traducteur bénévole anglais-français pour la "mise à jour". Veuillez contacter r.cooper@canadiancitizens.org si vous souhaitez nous aider.
Le leadership en temps de guerre

​​Le Premier ministre Trudeau aime à associer la situation du virus de Wuhan à la lutte de la nation contre le totalitarisme et le fascisme pendant la Seconde Guerre Mondiale. Il note que le pays est en pleine "mobilisation civique la plus importante" depuis ce conflit et qu'il appartient aux Canadiens de sacrifier leurs routines et leurs libertés pour retrouver une vie normale à un moment inconnu dans l'avenir. Cette nouvelle guerre sera difficile car "les lignes de front sont partout", mais soyez assurés que nos dirigeants en temps de guerre sont à la hauteur de la tâche - ou le sont-ils? Ont-ils la crédibilité et l'intégrité qui caractérisent les dirigeants efficaces en temps de guerre? La crédibilité et l'intégrité d'un Winston Churchill ou d'un ancien combattant de la bataille de 2006 pour Panjwai comme l'Adjudant-Maître John Barnes du 3e bataillon du Royal Canadian Regiment?​​

La crédibilité

Le trait de leadership de la "crédibilité" désigne la capacité d'inspirer confiance en raison de la capacité avérée d'une personne à faire le travail. Ceux qui suivent un leader doté de cette confiance caractéristique croient en sa capacité à manœuvrer dans l'espace de combat, à employer intelligemment le personnel et les biens qui lui sont assignés et à obtenir l'effet souhaité - pas seulement une fois, mais de façon constante. Comment juger à cet égard le cadre dirigeant Canadien responsable de la "guerre" de la nation contre le virus de Wuhan? Les points suivants me viennent à l'esprit:

Lorsqu'il s'agit d'avoir la crédibilité nécessaire pour mener une nation dans la "guerre" contre le virus de Wuhan, il semblerait que les dirigeants Canadiens aient besoin de justifier bien des choses avant que les Canadiens en général ne se rangent derrière.

L'intégrité

L'intégrité se traduit par un engagement à bien faire les choses dans le cadre de la mission et à l'égard de ceux qui choisissent de la poursuivre. Les partisans doivent croire que leur chef est guidé par des principes, qu'il restera fidèle à ses convictions communes et qu'il ne se retournera pas pour les laisser dans l'embarras. Le leader doit être plus qu'un simple dirigeant, il doit être un leader-serviteur dévoué à la cause qu'il sert. Cela, plutôt que de chercher à s'épanouir personnellement ou de poursuivre des objectifs contraires aux valeurs et croyances communes qui sous-tendent la mission. Les valeurs et les convictions que les Canadiens veulent que leurs dirigeants partagent avec eux comprennent l'accent mis sur la sécurité publique, la liberté et la responsabilité personnelles et un système de gouvernance basé sur l'électorat. Au sens américain du terme, cela serait caractérisé par "la vie, la liberté et la poursuite du bonheur". Au sens Canadien, il s'agirait de "la paix, l'ordre et le bon gouvernement". Lorsqu'il s'agit de mener la nation dans la guerre contre le virus de Wuhan, ces développements semblent indiquer que nos dirigeants s'éloignent de ces concepts:

Cette dernière évolution est très préoccupante. Au milieu d'une situation d'urgence nationale et de quarantaine, nos dirigeants politiques nous ont abandonnés et ont renoncé au concept de "gouvernement responsable". Quelle forme de gouvernement nous attend maintenant?

Le Canada, un nouvel État à parti unique?

​​Le système de gouvernance Canadien a subi un changement massif avec l'apparition du virus de Wuhan. Notre système autrefois solide, caractérisé par l'intensité du débat démocratique, s'est transformé en une collection de 32 animaux de cirque domptés, chaque parti politique choisissant un nombre de députés déterminé, juste assez pour respecter les règles de quorum qui, depuis 1867, exigent un minimum de 20 membres pour la conduite des affaires. Le problème est que cette sélection des députés se fait en fonction des intérêts du parti plutôt que de ceux des Canadiens - des Canadiens qui ont maintenant perdu leur voix à la Chambre des communes. En d'autres termes, les citoyens ordinaires ont vu leur vote annulé par un nouveau système de gouvernance! Les abus de pouvoir qui en découlent ne tardent pas à se manifester, notamment la tentative effrontée du gouvernement actuel d'obtenir des pouvoirs illimités en matière de dépenses et de fiscalité jusqu'en 2022. Heureusement, cette tentative a été contrecarrée par un député isolé, Scott Reid, qui, dans une lettre d'opposition écrite, s'est demandé pourquoi tous les représentants élus ne pouvaient pas être consultés en toute sécurité dans un lieu plus grand - un lieu tel que le Centre de convention d'Ottawa. Pourquoi pas?

​​Ainsi, les Canadiens ont maintenant une cabale de quelque 32 députés qui se réunissent au hasard alors même que la nation traverse la crise existentielle du virus de Wuhan. Le problème, c'est que la composition de ces 32 députés fait que plus de 60 % d'entre eux sont issus de partis qui sont résolument progressistes par nature et attachés à l'instauration de politiques socialistes. Ces politiques comprennent la marque de fabrique des initiatives marxistes, "de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins" sous la forme d'un salaire annuel garanti. Il semblerait que, face à l'érosion de notre démocratie représentative au nom du virus de Wuhan, nous nous sommes engagés sur "la route de la servitude".

La Route de la Servitude

​​Au cours des années de la Seconde Guerre mondiale, l'économiste autrichien Friedrich Hayek a écrit que les idées socialistes et totalitaires d'exploitation de l'économie ont progressivement dépassé les "idées de base sur lesquelles la civilisation occidentale avait été construite". Au tournant du XXe siècle, le succès du libéralisme était désormais considéré comme "sûr et invincible" et "les yeux du peuple se sont fixés sur de nouvelles exigences dont la satisfaction rapide semblait être empêchée par l'adhésion aux anciens principes". C'est ainsi qu'aujourd'hui, nos oreilles sont chatouillées par le chant des sirènes qui nous invitent à remodeler complètement notre société en "la rasant et en la remplaçant". Quel meilleur moment pour effectuer de telles transitions fondées sur l'idéologie que lorsqu'un groupe de partis progressistes a librement accès aux leviers du pouvoir politique - alors même qu'ils ont le vent de l'urgence nationale dans le dos.

​​Le problème de la règle du parti unique, cependant, est que les idées opposées, qu'elles soient raisonnables ou non, ont du mal à se trouver une place dans le débat. Par conséquent, les enquêtes sérologiques, comme celle récemment menée dans le comté de Santa Clara, en Californie, ne se présentent jamais pour la sensibilisation et le débat public. Cette enquête particulière a indiqué que la présence du virus de Wuhan dans le grand public, malgré les protocoles de verrouillage, était 50 à 85 fois plus importante que l'incidence des "cas confirmés" ne l'indiquerait. Les implications sont surprenantes car elles montrent que les taux réels de mortalité associés au virus sont beaucoup plus faibles que ce que l'on pensait auparavant. En effet, ils semblent correspondre aux taux de la grippe saisonnière. On se demande alors si le blocage de toute une économie devrait vraiment être imposé par des taux de mortalité comparables à ceux de la grippe saisonnière. Et puis, le concept du parti unique, n'est-ce pas simplement une façon différente de nommer le communisme ou le fascisme? Est-il ironique que les héros de guerre auxquels nos dirigeants actuels se comparent soient ceux qui ont combattu de telles entités totalitaires - alors même qu'ils poursuivent eux-mêmes la route de la servitude?

Merci pour votre soutien continu

Votre parrainage fait toute la différence dans la capacité du C3RF à informer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités caritatives lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon