C3RF Member Update - 10 July, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Watch! Canada Day Freedom Rally on Parliament Hill

Freedom Rally surprises

The Canada Day Freedom Rally took over Parliament Hill celebrations with a surprising turnout of Canadians from across the country. Prime among these contingents was the one arriving from Western Canada under the leadership of principals like Mark Friesen and Laura-Lynn Tyler Thompson. The end result was a gathering of polite, tax-paying, law-abiding citizens that numbered in the thousands rather than the hundreds of “white supremacists” that were forecast by some naysayers. A good overview of the day’s events can be had by reviewing the four-hour video at the Laura-Lynn Tyler Thompson TV channel. Here’s a few highlights from the speaker portion of the gathering:

Unfortunately, there was a dearth of Main Stream Media present at the Freedom Rally with those in attendance misrepresenting the size and intent of the protest. CBC reportage, for example, cited a dissatisfaction with the inconvenience of the Wuhan virus lockdown as being the prime motivation of the protesters and clocked the attendance in at several hundred. No effort was made to actually talk to protest participants to better understand what brought thousands of Canadians together from across the land. It is truly unfortunate as their lack of interest, or their bias, resulted in missing a very interesting twist to the Freedom Rally; the story of Norman Traversy and his attempt to bring Prime Minister Trudeau to justice.

David and Goliath

If ever there was a Canadian David and Goliath faceoff it would have to be retired firefighter Norman Traversy v Prime Minister Trudeau. Traversy, for his part, has been doggedly pursuing the “private prosecution” of the Prime Minister over the latter’s alleged obstruction of justice in the SNC Lavalin affair. His efforts to bring the charge into a court room have been stymied, since late last year, by bureaucratic intercessions that actually included the locking of court room doors and holding secret hearings that denied the submission of plaintiff evidence. Not to be outdone, Traversy countered with a 192-page submission that he and 1500 plus Freedom Rally protesters hand-delivered to American authorities at the U.S. embassy. This submission claimed that Prime Minister Trudeau actually breached the anti-corruption provisions of the new United States Mexico Canada Act (USMCA). The charges annotated three instances where these provisions were being flouted with one of them being the ongoing obstruction of justice in the SNC Lavalin affair. It goes without saying that, if proven true, these allegations have the power to weaken Canada’s international reputation and its position within the USMCA regime.

The USMCA and its Chapter 27 anti-corruption provisions

Traversy’s novel strategy of seeking justice through the international mechanism that is the USMCA can be seen to have legs when one considers the stated obligation of its signatories is “to adopt or maintain anti-corruption measures”. Most certainly, the maintenance of legal systems capable of resisting the obstruction of justice by the highest levels of authority can be seen as a prerequisite for candidate members to join or remain in the pact without penalty. The SNC Lavalin case points to a Canadian deficiency in this regard as the law of the land, in the form of the RCMP, seems incapable of progressing the obstruction of justice verdict levelled by none other than Canada’s own Ethics Commissioner in his “Trudeau II Report” from August, 2019. Problem is, the USMCA is ultimately a trade agreement and Chapter 27 can be seen to apply only to measures “that affect trade or investment between the parties”.

But what about charities?

Perhaps the SNC Lavalin obstruction of justice boondoggle can be seen as too “in-house” to merit the attention of an international trade panel. But what about charities - especially charities that operate on a worldwide basis with known connections between both Canada and the United States? Surely the USMCA Chapter 27 requirement that a member nation secure itself from “embezzlement, misappropriation, or another diversion by a public official of property entrusted to the public official” can be seen to apply to Canada’s ruling elite and its handling of such international charities. What about Canada’s track record in such cases? Consider the following:

From a USMCA Chapter 27 perspective, the WE incident can be seen to be the most problematic. It was a sole-sourced contract to an international, non-governmental agency that might have benefited a similarly intentioned charity based in another USMCA signatory country. Moreover, the WE contract was in effect during the USMCA start date of 01 July 2020 before it was unceremoniously cancelled. What are we to think?

A coincidental confluence of events?

One could be forgiven for wondering if the events that unfolded over the period 30 June to 03 July 2020 were coincidental and independent or somehow connected. The awarding of the sole-sourced WE contract on 30 June was followed in rapid succession by the Freedom Day Rally and its embedded initiative to present the U.S. embassy with a USMCA Chapter 27 violation – a violation dealing with obstruction of justice and conflict of interest at the highest levels of the Canadian government. Just as quickly, the WE contract was pulled and the Prime Minister announced, out of the blue, that he would not be attending a USMCA meeting of national heads of government on 8, 9 July 2020. He cited the threat of American tariffs on Canadian aluminium but how does that make sense? Surely a national leader under such a threat would want to take the first opportunity to mitigate such a tariff. Could it be that the timing of the meeting was inauspicious given the possibility that a Chapter 27 violation and a very recent and related conflict of interest scandal was in process? Could it be that retired fire-fighter Norman Traversy is finally having his day in court without even going to it?

Summer schedule

C3RF will be active over the summer vacation period as it monitors national developments in the “free speech” and civil liberties arenas. We will be particularly engaged with the Wuhan virus and parliamentary democracy files as both have the potential to send Canadians down the path to serfdom. It is anticipated that we will be able to do so, given the nature of the season, with bi-monthly “updates” over the July/ August time frame. Strap in for normal operations in September as, hopefully, our political leaders see fit to reinitiate that which we currently lack; a responsible, representative government.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF

Version française
Regarder! Rassemblement pour la liberté de la fête du Canada sur la Colline du Parlement
Le Freedom Rally: agréable surprise!

Le Rassemblement du Canada pour la liberté a dominé les célébrations de la colline parlementaire avec un taux de participation surprenant. Des Canadiens représentants toutes les régions sont venus. Le premier de ces contingents était celui qui venait de l'Ouest canadien sous la direction de Mark Friesen et Laura-Lynn Tyler Thompson entre autres. Ce fut un rassemblement de citoyens polis, payant des impôts et respectueux des lois, qui se comptaient dans les milliers et contrairement aux prévisions des opposants, ce ne fut pas un rassemblement d'une centaine de «suprémacistes blancs». Vous pouvez voir un bon aperçu des événements de la journée en regardant la vidéo de quatre heures sur la chaîne de télévision Laura-Lynn Tyler Thompson. Voici quelques faits saillants des discours prononcés lors du rassemblement:

Malheureusement, il y avait une pénurie de grands médias de masse au Rassemblement de la Liberté, et le peu présent, déformait l'ampleur et l'intention de la manifestation. Le reportage de la CBC, par exemple, a cité un mécontentement face aux inconvénients du confinement relié au virus de Wuhan comme étant la principale motivation des manifestants. De plus la CBC estima le nombre de manifestants à plusieurs centaines de spectateurs. Aucun effort n'a été fait pour parler aux manifestants afin de mieux comprendre ce qui a réuni des milliers de Canadiens. Il est vraiment regrettable que leur manque d'intérêt, ou leur parti pris, leur a permis d'ignorer un aspect intéressant de notre rally: l'histoire de M. Norman Traversy et sa tentative de traduire le Premier Ministre Trudeau en justice.

David et Goliath

S'il devait y avoir une confrontation entre David et Goliath au Canada, il faudrait que ce soit le pompier à la retraite M. Norman Traversy contre le Premier ministre Trudeau. M. Traversy, pour sa part, poursuit obstinément les «poursuites privées» contre le Premier ministre pour entrave présumée à la justice dans l’affaire SNC Lavalin. Ses efforts ont été contrecarrés, depuis la fin de l'année dernière, par des intercessions bureaucratiques qui comprenaient en fait le verrouillage des portes de la salle d'audience et la tenue d'audiences secrètes qui empêchait la présentation des preuves du plaignant. Pour ne pas être en reste, M. Traversy a répliqué avec une soumission de 192 pages que lui et 1500 manifestants du rassemblement de la liberté ont remis en mains propres aux autorités américaines à l'ambassade des États-Unis. Cette communication maintient que le Premier Ministre Trudeau avait effectivement enfreint les dispositions anticorruption du nouvel accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM). Les accusations ont indiqué trois cas où ces dispositions étaient violées, l'une d'entre elles étant l'entrave à la justice dans l'affaire SNC Lavalin. Il va sans dire que, que ces allégations ont le pouvoir d’affaiblir la réputation internationale du Canada et sa position au sein du régime de l’ACEUM.

L'ACEUM et ses dispositions anticorruption du chapitre 27

La nouvelle stratégie de M. Traversy visant à obtenir justice grâce au mécanisme international qu'est l’ACEUM peut être effective lorsque l'on considère l'obligation déclarée qu'un signataire «adopte ou maintient les mesures législatives et autres mesures pouvant être nécessaires pour conférer le caractère d’infraction criminelle en vertu de son droit, dans les domaines ayant une incidence sur le commerce ou l’investissement international». Certes, le maintien de systèmes juridiques capables de résister à l'entrave à la justice par les plus hauts niveaux du pouvoir peut être considéré comme une condition préalable pour que les membres adhèrent au pacte ou y restent sans pénalité. L'affaire SNC Lavalin souligne une lacune canadienne à cet égard, car la loi du pays - sous l'égide de la GRC - ne semble pas être appliquée. Personne ne donne suite aux accusations d'entrave à la justice rendue par nul autre que le commissaire à l'éthique du Canada dans son «rapport Trudeau II» en août 2019. Le problème est que l' ACEUM est en fin de compte un accord commercial et le chapitre 27 peut être considéré comme ne s'appliquant qu'aux mesures«qui affectent le commerce ou l'investissement entre les parties».

Mais qu'en est-il des organismes de bienfaisance?

L'entrave à la justice de SNC Lavalin est peut-être trop «interne» pour mériter l'attention d'un comité relevant du commerce international. Mais qu'en est-il des organismes de bienfaisance - en particulier des organismes de bienfaisance qui opèrent à l'échelle mondiale avec des liens entre le Canada et entre les États-Unis? Il est certain que l'exigence du chapitre 27 de l' ACEUM selon laquelle un pays membre doit se protéger contre le «le détournement, à la malversation ou à tout autre abus par un agent public à son profit ou au profit d’une autre personne ou entité, de biens, de fonds ou de titres publics ou privés ou de toute autre chose de valeur confiée à l’agent public du fait de son poste» peut être considérée comme s'appliquant à l'élite dirigeante du Canada et à la façon dont elle traite ces organismes de bienfaisance internationaux. Qu'en est-il des antécédents du Canada dans de tels cas? Considérez ce qui suit:

Du point de vue de chapitre 27 de l'ACEUM, l'incident «UNIS» peut être considéré comme le plus problématique. Il s'agissait d'un contrat à fournisseur unique avec une agence internationale non gouvernementale qui aurait pu bénéficier à un organisme de bienfaisance aux buts similaires, basé dans un autre pays signataire de l'ACEUM. De plus, le contrat UNIS était en vigueur pendant la date de début de l'ACEUM, le 1er juillet 2020, avant d'être annulé sans cérémonie. Que doit-on penser?

Un simple concours de circonstance?

On pourrait être pardonné de se demander si les événements qui se sont déroulés au cours de la période du 30 juin au 03 juillet 2020 ont été fortuits et indépendants ou en quelque sorte liés. L'attribution du contrat UNIS à un fournisseur unique le 30 juin a été suivie rapidement par le Freedom Day Rally et sa présentation à l'ambassade des États-Unis d'une violation du chapitre 27 de l'ACEUM - une violation portant sur l'entrave à la justice et les conflits d'intérêts aux plus hauts niveaux du gouvernement canadien. Tout aussi rapidement, le contrat UNIS a été retiré et le Premier ministre a annoncé, à l'improviste, qu'il n'assisterait pas à une réunion des chefs de gouvernement nationaux de l'ACEUM les 8 et 9 juillet 2020. Il a cité les menaces de tarifs américains sur l'aluminium canadien, mais quel est le rapport?

Un leader national sous une telle menace voudrait sûrement saisir la première occasion pour s'expliquer. Se pourrait-il que le moment de la réunion soit de mauvais augure étant donnée la possibilité qu'une violation du chapitre 27 et un scandale de conflit d'intérêts très récent et connexe soient en cours? Se pourrait-il que le pompier à la retraite M. Norman Traversy ait sa journée au tribunal sans avoir à y mettre les pieds?

Horaire d'été

Le C3RF sera actif pendant les vacances d'été car il surveille les développements nationaux dans les domaines de la «liberté d'expression» et des libertés civiles. Nous serons particulièrement impliqués dans le dossier du virus de Wuhan et de la démocratie parlementaire, car ils ont tous les deux le potentiel d'entraîner les Canadiens sur la voie de la servitude. Durant la période estivale juillet-août les «mises à jour» auront lieu à toutes les deux semaines. Nous retournerons à la normale en septembre, et espérons-le, nos dirigeants politiques jugeront bon de se remettre véritablement au travail dans un gouvernement responsable et représentatif.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon