Should reasonable people fear for free speech?

Remarque! La version française suit un peu plus bas

Editor’s note: In this companion-piece to his C3RF article “an Open Letter to Premiers Legault and Ford on the ‘decolonization’ of light” from 16 August 2020, Patrice Nishikawa moves on from the postmodern subversion of the scientific method to its related and much more dangerous attack on free speech. He asserts that it matters not whether you come from the left, the centre or the right, if you are a reasonable person you must come to the conclusion that it is objective reality that is at stake along with the common person’s ability to both recognize and deal with it. After all and as Patrice notes, even the most maleficent regimes known to mankind have taken care to preserve and apply the concept of free speech in dealing with the objective realities of hard science. How to feel anything but fearful, then, when Canadian authorities deem such respect to be wrong-think?

In a recent posting, Major Cooper, CEO of C3RF, graciously let me use C3RF's website to express my views on recent attempts to subvert the scientific method in Canada. The relationship between Free Speech and my “rant” was not obvious. To make matters worse, I pointed out that the scientific method is doing fine in dictatorial China and theocratic Iran, hardly beacons of free speech and human rights. So how can this be?

Freedom of Speech as the Individual Right to criticize authorities

Freedom of speech is most commonly understood as an individual’s inalienable right to criticize, or even insult, all things and ideas – even those related to a country's existence as a state: political system, leaders, parties, constitution, sacred symbols, official religions, etc...

In Canada, you are free to criticize the country itself: two strong separatist movements exist. To protect the citizens, it is legal without fear of libel, to insult and desecrate any of the aforementioned items. In countries like China or Iran, you can get into enormous trouble. So it is common to say that these countries have “no freedom of speech.”

But that statement applies to one aspect of freedom of speech.

Freedom of Speech as a tool for the search of objective knowledge

No country can function without the ability to solve problems: economic problems, social problems, technological problems and ultimately scientific problems.

As such, freedom of speech is a tool which allows individuals to hash out a problem by involving the collective wisdom of the specialists and even ordinary folks. On our own, we often fail to reach the truth if we do not confront our prejudices or ideas with polar opposites. The British “adversarial” system of tribunals taps into this failure by not even trying to have fair advocates: each is devoted to one side only.

Nothing is better than to submit our ideas to the acid test of criticism from peers.

Authoritarian Regimes

Authoritarian regimes are most successful if they strictly and clearly define the topics that are off limits and permit a free discussion on everything else.

In Nazi Germany, criticism of race ideology and the Führerprinzip was not permitted. If you were not a Jew or Roma and not involved in a topic having an impact on racial ideology, you were pretty free to discuss anything. Thus, most everyday problems could be addressed and discussed freely. Science and technology thrived despite the brain drain caused by Jewish migration.

In Deng Xiao Ping's China, before Xi Jinping or “Winnie-the-Pooh”, most scientific issues could be addressed provided questions of separatism (Taiwan, Tibet, Hong Kong, Western regions) and the Supremacy of the Communist Party, were left alone. In fact, scientists in China have recently published results on phrenology, a topic whose study would get you in deep trouble in Canada.

The Canadian Regime

In the Canadian regime citizens may be able to criticize many aspects of the State but, more and more, they meet resistance when certain post-modern notions are taken to task. These notions have been amply documented by C3RF but are now being expanded upon to include speech that seeks to solve intellectual and practical problems. These constraints on the scientific method itself can be seen as a cancer attacking the creative, human soul. The main source of this cancer comes from the postmodernist left that has completely subverted Canada’s educational system.

Postmodernism

Postmodernism is a doctrine which, in its most evil incarnation, rejects the existence of an objective reality. It is a French invention which led to a reinterpretation of standard Marxism that, in turn, has been weaponized politically by our American neighbours. Class struggle is now based on immutable characteristics such as race or gender. Americans have added new concepts such as “intersectionality” and “cultural appropriation” to further politicize what they imported from French philosophers.

Postmodernism rejects another French invention, Cartesianism. Without Cartesianism, it is hard to imagine how Pure Mathematics can survive. The hard sciences like physics are based on a practical mixture of Cartesianism and Aristotelian Empiricism. This attack is illustrated in an article which deconstructs free speech in the legal context.

The ultimate consequence of postmodernism is the partial or total rejection of an objective reality. Everything is a social construct and all ideologies, besides postmodernism, must be deconstructed - including science.

Boosted by postmodernism, professors in the X-studies (X=women, gender, black, etc...), in anthropology, and many of the humanities have been peddling the false tabula rasa theory. Man is born as a clean blank slate. While most of our body is the result of millions of years of evolution, our brains, for some reason, are blank slates. People with such false beliefs will fall prey to postmodernism faster than a physicist or a chemist whose sole reason to exist is the study of a Nature which seems to follow universal laws unrelated to human existence.

Deadly threat to freedom of speech

Imagine for one second that you do not believe in an objective reality. Then, what is the purpose of discussing a “theory of light”? Why is Einstein's General Relativity better than Newton's Gravity? Why the periodic table in Chemistry and not something from the Inuits? Why do we have two genders?

The postmodernists insist that all natural phenomena must always be studied within a social context of some sort that includes a feminist and indigenous perspective. Our “light” decolonizers are not alone: we have also “ice/glacier” feminist/indigenous decolonizers. These people believe and I quote, that “Ice is not just ice. The dominant way Western societies understand it through the science of glaciology is not a neutral representation of nature. The feminist glaciology framework draws attention to those who dominate and frame the production of glaciological knowledge, the gendered discourses of science and knowledge, and the ways in which colonial, military, and geopolitical domination co-constitute glaciological knowledge.“ Notice that this take on ice formation allows extra-physical aspects to creep into the topic; notwithstanding that our behaviour might be the cause of ice melting. But that should stay outside the pure physics of ice formation. In a way, we are going back to the pre-Galilean period when our religious narrative influenced our neutral observation of Nature. Questions of «why» dominated instead of a neutral descriptive «how». Now the new religion is centred on Feminism and Indigenous studies.

Aliens in the Milky Way with different reproduction systems should listen if they have problems with ice and glaciers, because apparently the physical behaviour of glaciers might depend on Earthlings' genitals, skin colour and tribal structures.

Therefore at one extreme, if everything is a social construct, then all these questions are societal. Change the society and all the truck drivers can be female. Change the society and all our understanding of light could come from the Inu Indians of Eastern Quebec. Change the society and the male gender could be removed.

Therefore, why would one enter into an argument about the nature of light or ice since this argument by definition is not based on reality. What is the purpose of my arguing about a theory of light if it is just as subjective as preferring real maple syrup over Aunt Jemima?

The answer of the postmodernists, especially the American kind, is to state that the argument is about power. (An article by Farber and Sherry is quite illuminating about postmodernism and power.)

I use my freedom of speech to argue that my version of light, peddled by my group, is best so as to increase the power of my group. This has to be true if we agree in the first place that all these things are social constructions.

From this extreme point of view, a theory of light is indeed an instrument of colonization since it largely does not depend nor does it originate from an objective reality. Thus, the true nature of my argument is to be found in the position of my group in the hierarchy of domination. Intersectionality is the “theoretical tool” which allows our social justice warriors to decide where, for example, a French Canadian, Quebecois, white, Japanese citizen, with green eyes, 184 cm, stands in the hierarchy of oppression, and then my arguments should be judged as weapons to advance the cause of “my group” and kindred ones.

Physics and Western Science are tools of oppression

Most physics departments are male dominated. A department I often visit, that of Cornell University, has 51 faculty members on its web page: seven female and not a single “African-American”. In looking at the names and faces, 20 to 25% are probably Ashkenazim. Thus, European Jews form more than 20% of the department while occupying 2% of the USA population. Incidentally, this it also in line with the percentage of Nobel Laureates. Also, three of the women are East Asian!

These percentages are further proof, according to the postmodernist left, that physics must be decolonized. It must be deconstructed.

Historically the hard sciences were among the least sexist. For example, when the great mathematician Emmy Nöther, who had the misfortune of being a woman and a Jewess, tried to get a position in Germany, it was the philologists and historians who blocked her admission as “Privatdozent”. The great mathematician David Hibert, defending Nöther's appointment, famously said that the “University of Göttingen is not a bath house”.

But here is the catch: even if you can prove to the satisfaction of the leftist postmodernists that there is no discrimination by the mathematicians and the physicists on a personal level, the postmodernists will argue that the field itself was constructed so as to exclude women, blacks or indigenous Canadians.

Again, I, Patrice Nishikawa, might be the most tolerant feminist, a lover of all African things, an ardent supporter of LGBT+ rights, a gay activist, a transgender, etc., etc., etc., but the field that I decided to study was constructed to perpetuate the domination of the “white race” and other evil subgroups such as the Zionist Jews.

Therefore, my field must be decolonized, deconstructed and emasculated. Physics must be deconstructed and rebuilt along lines that favour all «oppressed and racialized» groups.

Any speech on my part to justify the existing state of physics is a weapon of aggression against the oppressed and the racialized. Therefore, this free speech must be suppressed.

The end game

It is a mistake to look at these people as old fashion Marxists. The old fashion Marxists did not have such a nihilistic view of culture.

Perhaps the closest thing that resembles this new movement is Polpot's Cambodia or, to some extent, Mao's Cultural Revolution. All forms of intellectualism were banished and persecuted. The result was millions of dead in one of the largest purges in human history coupled with a destruction of the economy leading to famine.

Fighting this cancer

To make matters more complicated, you will also find that many of the complaints from the postmodernists are actually based upon facts. It is their analysis which is incorrect and extremely dangerous. If you accept their post-modernist premises, you will never extricate yourself from this nightmare. Unfortunately, all the education departments of Canada are polluted by radical feminists and post-modernist educators.

Thus, the fight will be long and violent. It is not only statues that will fall from their pedestals, but central tenets of Western Civilization.

You will be coerced into accepting their views if you care about your job.

Tomonaga, studying in Leipzig in 1937, did not have to write how his studies of Quantum Field Theory helped in the Aryanization of Germany. I did not have to write how my work helps the Communist Party in China when I was there 2 years ago. And even Andrei Sakharov was never expelled from the Soviet Academy of Science for being a dissident. But now scientists in Canada, the USA and Australia who want grants must explain how the study of prime numbers helps Diversity, Inclusion and Equity (DIE).

I will conclude with the following anecdote. One year ago I stated publicly (in Ottawa) that if a heterosexual daughter of a friend wanted to study mathematics or physics, I would advise she attend Shahid Beheshti University in Tehran over Queen's University in Kingston, my own daughter's Alma Mater. I meant it.

This is where your country is: galloping full speed towards the crossroad between Islamization and pure lunacy.

Whether it will be Islam or a leftist nightmare is perhaps a topic for a future essay.

Acknowledgement: I received help from Prof. Janice Fiamengo of the University of Ottawa who, during the past few years, has also hardened my views on feminism by her writings and media appearances.

Patrice Nishikawa

Professor in Accelerator Physics

(formally known as Etienne Forest)

Tsukuba,

Japan

Version française

Faut-il craindre pour la liberté d'expression ?

Note de l'éditeur: Dans ce document qui accompagne son article sur le C3RF "Lettre ouverte aux premiers ministres MM. Legault et Ford sur la décolonisation de la lumière" du 16 août 2020, Patrice Nishikawa passe de la subversion postmoderne de la méthode scientifique à son attaque connexe et beaucoup plus dangereuse contre la liberté d'expression. Il affirme que peu importe que vous veniez de la gauche, du centre ou de la droite, si vous êtes une personne raisonnable, vous devez arriver à la conclusion que c'est la réalité objective qui est en jeu, ainsi que notre capacité personnelle à la reconnaître et à la gérer. Après tout, comme le fait remarquer Patrice, même les régimes les plus malveillants de l'histoire l'humanité ont pris soin de préserver et d'appliquer le concept de liberté d'expression pour faire face aux réalités objectives des science pures. Comment éprouver autre chose que de la crainte, lorsque les autorités canadiennes jugent qu'un tel respect est erroné?

Dans un récent article, le major Cooper, PDG de C3RF, m'a généreusement laissé utiliser le site web de C3RF pour exprimer mon point de vue sur les récentes tentatives de subversion de la méthode scientifique au Canada. Le lien entre la liberté d'expression et ma "diatribe" n'était pas évident. Pour aggraver les choses, j'ai noté que la méthode scientifique fonctionne bien dans la Chine dictatoriale et l'Iran théocratique, qui ne sont guère des guides en matière de liberté d'expression et de droits de l'homme. Alors comment cela est-ce possible?

La liberté d'expression comme droit individuel de critiquer les autorités

La liberté d'expression est le plus souvent comprise comme le droit inaliénable d'un individu de critiquer, voire d'insulter, toutes choses et idées - même celles liées à l'existence d'un pays en tant qu'État : système politique, dirigeants, partis, constitution, symboles sacrés, religions officielles, etc.

Au Canada, vous êtes libre de critiquer le pays lui-même : il existe deux solides mouvements séparatistes. Pour protéger les citoyens, il est légal, sans crainte de diffamation, d'insulter et de profaner l'un des éléments susmentionnés. Dans des pays comme la Chine ou l'Iran, vous pouvez vous attirer d'énormes ennuis. Il est donc courant de dire que ces pays n'ont «aucune liberté d'expression».

Mais cette affirmation s'applique seulement à un aspect de la liberté d'expression.

La liberté d'expression comme outil de recherche de connaissances objectives

Aucun pays ne peut fonctionner sans la capacité de résoudre des problèmes : des problèmes économiques, des problèmes sociaux, des problèmes technologiques et finalement des problèmes scientifiques.

En tant que telle, la liberté d'expression est un outil qui permet aux individus de résoudre un problème en faisant appel à la sagesse collective des spécialistes et même des gens ordinaires. De soi-même, nous ne parvenons souvent pas à atteindre la vérité si nous ne confrontons pas nos préjugés ou nos idées à des positions qui sont diamétralement opposées. Le système britannique de tribunaux "accusatoires et contradictoires" tire parti de cet échec en n'essayant même pas d'avoir des avocats neutres : chacun se consacre à une seule partie.

Rien n'est mieux que de soumettre nos idées à l'épreuve de la critique de nos pairs.

Régimes autoritaires

Les régimes autoritaires ont plus de succès s'ils définissent strictement et clairement les sujets qui sont interdits et permettent une discussion libre sur tout le reste.

Dans l'Allemagne nazie, la critique de l'idéologie raciale et du Führerprinzip n'était pas autorisée. Si vous n'étiez ni Juif ni Roms et que vous n'étiez pas impliqué dans un sujet ayant un impact sur l'idéologie raciale, vous étiez assez libre de discuter de tout. Ainsi, la plupart des problèmes quotidiens pouvaient être abordés et discutés librement. La science et la technologie ont prospéré malgré la fuite des cerveaux causée par la migration juive.

Dans la Chine de Deng Xiao Ping, avant Xi Jinping ou "Winnie l'ourson", la plupart des questions scientifiques pouvaient être abordées à condition de laisser de côté les questions de séparatisme (Taïwan, le Tibet, Hong Kong, les régions occidentales) et de suprématie du parti communiste. En fait, des scientifiques chinois ont récemment publié des résultats sur la phrénologie, un sujet dont l'étude vous mettrait dans le pétrin au Canada.

Le régime canadien

Dans le régime canadien, les citoyens peuvent critiquer de nombreux aspects de l'État mais, de plus en plus, ils se heurtent à une résistance lorsque certaines notions postmodernes sont prises à partie. Ces notions ont été amplement documentées par le C3RF, mais elles doivent maintenant inclure le discours qui cherche à résoudre des problèmes intellectuels et pratiques. Ces contraintes sur la méthode scientifique elle-même peuvent être considérées comme un cancer qui s'attaque à l'âme créative de l'être humaine. La principale source de ce cancer provient de la gauche postmoderniste qui a complètement noyauté le système éducatif canadien.

Postmodernisme

Le postmodernisme est une doctrine qui, dans sa plus mauvaise incarnation, rejette l'existence d'une réalité objective. C'est une invention française qui a conduit à une réinterprétation du marxisme standard qui, à son tour, a été militarisé politiquement par nos voisins américains. La lutte des classes est désormais basée sur des caractéristiques immuables telles que la race ou le sexe. Les Américains ont ajouté de nouveaux concepts tels que l' « intersectionnalité » et l' «appropriation culturelle» pour politiser davantage ce qu'ils ont emprunté des philosophes français.

Le postmodernisme rejette une autre invention française, le cartésianisme. Sans le cartésianisme, il est difficile d'imaginer comment les mathématiques pures peuvent survivre. Les sciences pures comme la physique sont basées sur un mélange pratique de cartésianisme et d'empirisme aristotélicien. Cette attaque est illustrée dans un article qui déconstruit la liberté d'expression dans le contexte juridique.

La conséquence ultime du postmodernisme est le rejet partiel ou total d'une réalité objective. Tout est une construction sociale et toutes les idéologies, outre le postmodernisme, doivent être déconstruites - y compris la science.

Sous l'influence du postmodernisme, les professeurs des études X (X=femmes, genre, noir, etc...), d'anthropologie et de nombreuses sciences humaines ont colporté la fausse théorie de la tabula rasa. L'homme est né comme un ruban magnétique vierge, rien d'inné. Alors que la plus grande partie de notre corps est le résultat de millions d'années d'évolution, notre cerveau, pour une raison quelconque, est vide à la naissance. Les personnes ayant de telles fausses croyances seront plus facilement la proie du postmodernisme qu'un physicien ou un chimiste dont la seule raison d'être est l'étude d'une Nature qui semble suivre des lois universelles sans rapport avec l'existence humaine.

Une menace mortelle pour la liberté d'expression

Imaginez que vous ne croyez pas en une réalité objective. Alors, quel est l'intérêt de discuter d'une «théorie de la lumière»? Pourquoi la relativité générale d'Einstein est-elle meilleure que la gravité de Newton ? Pourquoi avons-nous le tableau périodique en chimie et pas quelque chose des Inuits? Pourquoi avons-nous deux sexes?

Les postmodernistes insistent sur le fait que tous les phénomènes naturels doivent toujours être étudiés dans un contexte social qui inclut une perspective féministe et indigène. Nos décolonisateurs «de la lumière» ne sont pas les seuls: nous avons aussi des décolonisateurs féministes/indigènes des « glaciers ». Ces personnes croient, je cite, que «la glace n'est pas seulement de la glace. La façon dominante dont les sociétés occidentales la comprennent à travers la science de la glaciologie n'est pas une représentation neutre de la nature. Le cadre de la glaciologie féministe attire l'attention sur ceux qui dominent et encadrent la production de la connaissance glaciologique, sur les discours sexistes de la science et de la connaissance, et sur les façons dont la domination coloniale, militaire et géopolitique co-constitue la connaissance glaciologique.» Remarquez que ce point de vue sur la formation de la glace permet aux aspects extra-physiques de se glisser dans le sujet; même si notre comportement peut être la cause de la fonte des glaces. Mais cela doit rester en dehors de la physique de la formation de la glace. D'une certaine manière, nous retournons à la période pré-galiléenne, lorsque notre religiosité influençait notre observation neutre de la nature. Les questions du "pourquoi" dominaient au lieu d'un "comment" descriptif neutre. Aujourd'hui, la nouvelle religion est centrée sur le féminisme et les études indigènes.

Des extraterrestres de la Voie lactée ayant des systèmes de reproduction différents devraient écouter s'ils ont des problèmes avec la glace et les glaciers, car apparemment le comportement physique des glaciers pourrait dépendre des organes génitaux, de la couleur de la peau et des structures tribales des Terriens.

Par conséquent, à l'extrême, si tout est une construction sociale, alors toutes ces questions sont sociétales. Changez la société et tous les camionneurs peuvent être des femmes. Changer la société et toute notre compréhension de la lumière pourrait venir des Indiens Inu de l'Est du Québec. Changer la société et le sexe masculin pourrait être supprimé.

Par conséquent, pourquoi entrer dans une discussion sur la nature de la lumière ou de la glace puisque cette discussion n'est pas basée sur la réalité ? Quel est le but de mon argumentation sur une théorie de la lumière si elle est tout aussi subjective que de préférer le vrai sirop d'érable au sirop de poteau?

La réponse des postmodernistes, en particulier du type américain, est d'affirmer que l'argument est une question de pouvoir. (Un article de Farber et Sherry est assez explicatif sur le postmodernisme et le pouvoir).

J'utilise ma liberté d'expression pour faire valoir que ma version de la lumière, colportée par mon groupe, est la meilleure afin d'accroître le pouvoir de mon groupe. Cela doit être vrai si nous présupposons que toutes ces choses sont des constructions sociales.

De ce point de vue extrême, une théorie de la lumière est en effet un instrument de colonisation puisqu'elle ne dépend pas, ni ne provient, dans une large mesure, d'une réalité objective. Ainsi, la vraie nature de mon argument se trouve dans la position de mon groupe dans la hiérarchie de la domination. L'intersectionnalité est «l'outil théorique» qui permet à nos guerriers de la justice sociale de décider où, par exemple, un Canadien français, un Québécois, un blanc, un citoyen japonais, aux yeux verts, de 184 cm, se situe dans la hiérarchie de l'oppression, et alors mes arguments devraient être jugés comme des armes pour faire avancer la cause de «mon groupe» et de ses semblables.

La physique et la science occidentale sont des outils d'oppression

La plupart des départements de physique ont un personnel principalement composé d'hommes. Un département que je visite souvent, celui de l'université de Cornell, compte 51 professeurs sur sa page web: sept femmes et pas un seul «Afro-Américain». En regardant les noms et les visages, 20 à 25 % sont probablement ashkénazes. Ainsi, les Juifs d'origine européenne forment plus de 20 % du département tout en occupant 2 % de la population américaine. Soit dit en passant, cela correspond également au pourcentage de lauréats du prix Nobel. De plus, trois des femmes sont originaires d'Asie de l'Est!

Ces pourcentages sont une preuve supplémentaire, selon la gauche postmoderniste, que la physique doit être décolonisée. Elle doit être déconstruite.

Historiquement, les sciences pures étaient parmi les moins sexistes. Par exemple, lorsque la grande mathématicienne Emmy Nöther, qui eut le malheur d'être une femme et une Juive, a essayé d'obtenir un poste en Allemagne, ce sont les philologues et les historiens qui ont bloqué son admission comme "Privatdozentin". Le grand mathématicien David Hibert, qui a défendu la nomination de Nöther, déclara que "l'université de Göttingen n'est pas un établissement de bains".

Mais voici le hic: même si vous pouvez prouver à la satisfaction des postmodernistes de gauche qu'il n'y a pas de discrimination de la part des mathématiciens et des physiciens sur le plan personnel, les postmodernistes soutiendront que le domaine lui-même a été construit de manière à exclure les femmes, les noirs ou les autochtones.

Encore une fois, moi, Patrice Nishikawa, je suis peut-être le féministe le plus tolérant, un amoureux de toutes les choses africaines, un ardent défenseur des droits des LGBT+, un activiste gay, un transsexuel, etc., etc., mais le domaine que j'ai décidé d'étudier fut construit pour perpétuer la domination de la «race blanche» et d'autres sous-groupes maléfiques tels que les Juifs sionistes.

Par conséquent, mon domaine doit être décolonisé, déconstruit et émasculé. La physique doit être déconstruite et reconstruite selon des lignes qui favorisent tous les groupes «opprimés et racialisés».

Tout discours de ma part visant à justifier l'état actuel de la physique est une arme d'agression contre les opprimés et les racialisés. Par conséquent, cette liberté d'expression doit être supprimée.

Les jeux sont faits, rien ne va plus

C'est une erreur de considérer ces gens comme des marxistes de la vieille école. Les marxistes de la vieille école n'avaient pas une vision aussi nihiliste de la culture.

Ce qui ressemble le plus à ce nouveau mouvement est peut-être le Cambodge de Polpot ou la Chine de la révolution culturelle de Mao. Toutes les formes d'intellectualisme furent bannies et persécutées. Le résultat fut des millions de morts dans l'une des plus grandes purges de l'histoire de l'humanité, accompagnée d'une catastrophe économique conduisant à la famine.

Pour compliquer les choses, vous constaterez également que de nombreuses plaintes des postmodernistes sont fondées sur des faits. C'est leur analyse qui est erronée et extrêmement dangereuse. Si vous acceptez leurs prémisses postmodernistes, vous ne sortirez jamais de ce cauchemar. Malheureusement, tous les ministères de l'éducation au Canada sont pollués par des féministes radicales et des éducateurs postmodernes.

Ainsi, le combat sera long et violent. Ce ne sont pas seulement les statues qui tomberont de leur piédestal, mais les principes centraux de la civilisation occidentale.

Vous serez contraint d'accepter leurs points de vue si vous tenez à votre travail.

Tomonaga, qui étudiait à Leipzig en 1937, n'a pas eu à écrire comment ses études sur la théorie des champs quantiques ont contribué à l'aryanisation de l'Allemagne. Je n'ai pas eu à écrire comment mon travail a aidé le parti communiste en Chine lorsque j'y étais il y a deux ans. Et même Andreï Sakharov n'a jamais été expulsé de l'Académie des sciences de l'Union soviétique pour avoir été dissident. Mais aujourd'hui, les scientifiques du Canada, des États-Unis et d'Australie qui souhaitent obtenir des subventions doivent expliquer comment l'étude des nombres premiers contribue à la diversité, l'inclusion et l'équité (DIE: juste et bel acronyme en anglais!).

C'est là que se trouve votre pays: galopant à toute vitesse vers le carrefour entre islamisation et pure folie.

Aurons-nous l'islam ou un cauchemar gauchiste, c'est peut-être le sujet d'un futur article.

Je conclurai par l'anecdote suivante, qui est peut-êtreun avant-goût de mon futur "délire epistolaire": il y a un an, j'ai déclaré publiquement (à Ottawa) que si la fille hétérosexuelle d'un ami voulait étudier les mathématiques ou la physique, je lui conseillerais de fréquenter l'université Shahid Beheshti à Téhéran plutôt que l'université Queen's à Kingston, l'Alma Mater de ma propre fille. Je suis sérieux.

J'exprime ma gratitude à la professeure Janice Fiamengo de l'Université d'Ottawa qui, au cours des dernières années, a également durci mes vues sur le féminisme par ses écrits et ses apparitions médiatiques.

Patrice Nishikawa

Professeur en physique des accélérateurs

(nom antérieur: Étienne Forest)

Tsukuba,

Japan

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon