C3RF Member Update - 11 Sept, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Note! “Political reset” letter-writing campaign challenge below
Consider! The case of free speech warrior Daniel Bordman

The subversion of the Scientific Method

In the 21 August 2020 C3RF Update we discussed a short paper by Patrice Nishikawa, a professor of accelerator physics in Tsukuba, Japan. Patrice was very concerned that the hard sciences, and the scientific method in particular, had become a new battlefield in a war that sees post-modern ideologies attacking the rational world. It was bad enough that the humanities had been taken over by post-modern educators, now we see these same mentors attacking the prize that is the Western scientific method – a method passed down to us from the age of enlightenment and reason and is the “precise amoral instrument” we use to discover the nature of reality. And so, he noted that this invaluable “method” is being undermined by official government actions and funding to bring “elder wisdom” to bear in an effort to “de-colonize” the theory of light. Accordingly, Patrice’s critique took the form of a “letter” to both Premiers Legault of Quebec and Ford of Ontario. The letter petitioned both officials to respect their educational responsibilities and move to restore the scientific method as a means of discerning knowledge over “gossips, stories and opinions”. Problem is, it is just not the scientific method that has come under attack by the post-modernists. The free-wheeling ability for all involved in the process of scientific discovery to communicate is also under assault.

Should reasonable people fear for free speech?

Having made the case for restoring the pre-eminence of the Western scientific method, Patrice turned his attention to emphasizing the critical importance of assuring free and open speech in all scientific endeavours. He has done so in a paper entitled, “Should reasonable people fear for free speech”, and came to the conclusion that Canadians should be very concerned by the impact of post-modern ideologies on the ability to discuss, debate, criticize and solve national problems – especially the scientific ones. He posits in his paper that:

  • Canada is transforming from a country capable of countenancing criticism from its citizens to one that is not. Sensitivity to denunciation of both migration and Wuhan virus crisis policies are cases in point that have been documented by C3RF itself;

  • no country can survive without an ability to solve scientific problems;

  • scientific problems cannot be solved without critical, even adversarial, debate. It is noteworthy that even some of the most despotic regimes allow free speech in matters of hard science;

  • post-modernism is a doctrine that rejects objective reality and views everything through a societal lens. It is dedicated to deconstructing all in relation to the social context;

  • lacking any ability to seek objective knowledge, post-modernism uses its arguments to identify and pit oppressors against the oppressed in the name of power;

  • in its extreme form, post-modernism banishes and persecutes all intellectualism. The results can be catastrophic as witnessed in Pol Pot’s Cambodia or Mao’s Cultural Revolution; and

  • the fight to extract Canada from the post-modern mindset will be long and hard with more than statues falling from their pedestals. Central tenets of Western civilization stand to fall as well.

It would appear that Canada’s embrace of post-modernism has set in motion the toppling of dominos that include free speech, scientific enquiry through the scientific method and, ultimately, a Western civilization that took centuries to build. In place of this civilization and its hallmark achievements of unparalleled prosperity and freedom, we stand to gain a deconstructed world that pits oppressors against the oppressed in the name of power alone. A world where objective reality is surrendered to imagined propositions that need only be willed into existence. In much the way Canada is about to will the proposition of a “resilient economy” based on greenness into existence – come hell or high water.

A re-imagined Canada

As noted in last week’s update in its analysis of the Preliminary Report authored by the “Task Force for a Resilient Recovery”, Canada is set to enter into a system of regulations and subsidies to facilitate the initiation of a new green economy. By definition, Canada will cease to exist as a free market democracy as this new economy will be “command” rather than “demand” driven. After all, the transition from a rich, resource-based economy to one that is underpinned by known technological shortcomings will neither come naturally nor with enthusiastic public support. Of course, the good people of Canada will balk as did those of Ontario when the latter’s own Green Energy Act of 2009 kicked in. Its also safe to say that the required coercion to make the transition happen will not just be effected through the pocketbook but through naming, shaming and the otherwise chilling of speech that disparages the new “resilient economy”. If you have not begun to worry about the prospects associated with our re-imagined Canada you might want to reconsider. After all, even main stream media scribblers like John Ivison, Andrew Coyne and Rex Murphy are beginning to opine on the potential disaster that our political leaders are guiding us into. Perhaps its our political leadership that needs to be re-imagined?

“Political reset” letter writing challenge

Our scribblers are a talented bunch and certainly capable of influencing those who hold the reins of Canadian federal power. At the end of the day, however, it is you the voter who stands to have the greater impact on what your representatives do on your behalf when they are on the job in the House of Commons. The government’s reckless play to “build back better” on the heels of the economic disaster generated by their response to the Wuhan virus pandemic is the height of hubris - if not stupidity. This, especially given the fact that we have been here before with our Ontario experiences with green energy. The upcoming Throne Speech needs to be defeated through a confidence vote as its passage will undoubtedly lead, not to a re-imagined “resilient economy” but, to assured serfdom for the generations of Canadians that follow us. Your letters expressing such an outcome and directed to your Member of Parliament could very well make the difference. If your MP is in the NDP, you might want to point out that he or she will wear the disaster that they enable by swinging in behind the Liberal government initiative. If your MP is in the BLOC or Conservative parties, you might want to express your support for his or her party’s disciplined calls for responsible, ethical government and request they vote accordingly. And if your MP is a Liberal, you might want to stress that the midst of a pandemic is not the time to cynically re-invent the economy on the back of a napkin – its time to stabilize the fiscal situation and move forward while bringing all of the nation’s natural economic advantages to bear. Advise them to break ranks with their leadership if they wish to maintain your respect and your vote.

Your country needs your input in this time of imminent danger. Commit to being a part of the “silent majority” no more. Here’s a link where you can find your MP’s email address.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF





Version française
Note ! Ci-dessous, Nous vous mettons au défi avec notre campagne épistolaire de «réinitialisation politique»
Considérer! Le cas du combattant de la liberté d'expression Daniel Bordman
La subversion de la méthode scientifique

Dans la mise à jour du 21 août 2020 du C3RF, nous avons discuté d'un court article de Patrice Nishikawa, professeur de physique des accélérateurs à Tsukuba, au Japon. Patrice était très préoccupé par le fait que les sciences pures, et la méthode scientifique en particulier, sont devenues un nouveau champ de bataille dans une guerre qui voit les idéologies postmodernes s'attaquer au monde rationnel. C'était déjà assez grave que les sciences humaines aient été prises en charge par des éducateurs postmodernes, maintenant nous voyons ces mêmes acteurs s'attaquer à la méthode scientifique occidentale - une méthode qui nous a été transmise depuis l'époque du Siècle des Lumières et qui est «l'instrument amoral précis» que nous utilisons pour découvrir la nature de la réalité. Ainsi, il a noté que cette «méthode» inestimable est sapée par les actions et les financements des gouvernements pour faire appel à la «sagesse des aînés» dans un effort pour «décoloniser» la théorie de la lumière. En conséquence, la critique de Patrice a pris la forme d'une «lettre» adressée aux Premiers ministres Legault du Québec et Ford de l'Ontario. Par cette lettre il demande aux deux premiers ministres d'assumer leurs responsabilités en matière d'éducation et de rétablir la méthode scientifique comme moyen de discernement entre les connaissances et les «ragots, histoires et opinions». Le problème est que ce n'est pas seulement la méthode scientifique qui a été attaquée par les postmodernistes. La libre communication entre de toutes les personnes impliquées dans le processus de découverte scientifique est également attaquée.

Faut-il craindre pour la liberté d'expression?

Après avoir plaidé pour le rétablissement de la prééminence de la méthode scientifique occidentale, Patrice s'est attaché à souligner l'importance cruciale de garantir la liberté d'expression et l'ouverture d'esprit dans toutes les entreprises scientifiques. Il l'a fait dans un document intitulé «Faut-il craindre pour la liberté d'expression?», et est arrivé à la conclusion que les Canadiens devraient être très préoccupés par l'impact des idéologies postmodernes sur la capacité à discuter, débattre, critiquer et résoudre les problèmes nationaux - en particulier les problèmes scientifiques. Voici ce qu'il affirme dans son article:

  • Le Canada est en train de passer d'un pays capable d'accepter les critiques de ses citoyens à un pays qui ne l'est pas. La sensibilité à la dénonciation des politiques de migration et de crise du virus de Wuhan sont des exemples qui ont été documentés par le C3RF;

  • aucun pays ne peut survivre sans une capacité à résoudre les problèmes scientifiques;

  • Les problèmes scientifiques ne peuvent être résolus sans un débat critique, voire contradictoire. Il convient de noter que même certains des régimes les plus despotiques autorisent la liberté d'expression en matière de sciences pures;

  • Le postmodernisme est une doctrine qui rejette la réalité objective et considère tout à travers une lentille sociétale. Le postmodernisme se consacre à la déconstruction de tout par rapport au contexte social;

  • Dépourvu de toute capacité à rechercher des connaissances objectives, le postmodernisme utilise ses arguments pour identifier et dresser les oppresseurs contre les opprimés au nom du pouvoir;

  • Dans sa forme extrême, le postmodernisme bannit et persécute tout intellectualisme. Les résultats peuvent être catastrophiques, comme en témoignent le Cambodge de Pol Pot ou la révolution culturelle de Mao; et

  • le combat pour extraire le Canada de l'état d'esprit postmoderne sera long et difficile, bien plus que des statues qui tomberont de leur piédestal. Les principes centraux de la civilisation occidentale risquent également de tomber.

Il semblerait que l'adoption du postmodernisme par le Canada ait déclenché un renversement des dominos qui comprennent la liberté d'expression, la recherche scientifique par la méthode scientifique et, finalement, la civilisation occidentale qui a mis des siècles à se construire. Au lieu de cette civilisation et de ses réalisations caractéristiques de prospérité et de liberté inégalées, nous allons vers un monde déconstruit qui oppose les oppresseurs aux opprimés au seul nom de la quête du pouvoir. Un monde où la réalité objective est abandonnée à des propositions imaginaires qui n'ont besoin que d'être voulues pour exister. De la même manière que le Canada est sur le point de faire naître la proposition d'une « économie résiliente » basée sur l'écologie – contre vents et marées.

Un Canada réinventé

Comme l'indiquait la mise à jour de la semaine dernière dans son analyse du rapport préliminaire rédigé par le «groupe de travail pour une reprise économique résiliente», le Canada est sur le point d'entrer dans un système de réglementations et de subventions dont le but est de faciliter le lancement d'une nouvelle économie verte. Par définition, le Canada cessera d'exister en tant que démocratie de libre marché car cette nouvelle économie sera axée sur le «planification impérative» plutôt que sur la « demande». Après tout, la transition d'une économie riche, basée sur les ressources, à une économie qui repose sur des lacunes technologiques connues ne se fera ni naturellement ni avec le soutien enthousiaste du public. Bien sûr, les bons citoyens du Canada vont se rebeller, tout comme ceux de l'Ontario lorsque sa propre loi sur l'énergie verte de 2009 est entrée en vigueur. On peut également affirmer sans risque de se tromper que la coercition nécessaire pour assurer la transition ne se fera pas uniquement par le biais du porte-monnaie, mais aussi par la dénonciation, l'humiliation et le dénigrement des discours qui critiquent la nouvelle «économie résiliente». Si vous n'avez pas commencé à vous inquiéter des perspectives associées à notre Canada réinventé, vous voudrez peut-être reconsidérer la question. Après tout, même les scribouillards des grands médias comme John Ivison, Andrew Coyne et Rex Murphy commencent à se prononcer sur le désastre potentiel dans lequel nos dirigeants politiques nous entraînent. C'est peut-être notre leadership politique qui doit être réinventé?

Réinitialisation politique

Nos scribouillards sont un groupe talentueux et certainement capable d'influencer ceux qui tiennent les rênes du pouvoir fédéral canadien. Mais au bout du compte, c'est vous, l'électeur, qui avez le plus d'influence sur ce que vos représentants font en votre nom lorsqu'ils sont en poste à la chambre des communes. Le jeu imprudent du gouvernement pour «reconstruire en mieux» après le désastre économique généré par sa réponse à la pandémie du virus de Wuhan est le comble de l'orgueil - sinon de la stupidité. D'autant plus que c'est du « déjà-vu » compte tenu notre expérience de l'Ontario en matière d'énergie verte. Le prochain discours du Trône doit être rejeté par un vote de non-confiance, car son adoption conduira sans aucun doute, non pas à une nouvelle conception de «l'économie résiliente», mais à un esclavage assuré pour les générations de Canadiens qui nous suivront. Vos lettres exprimant un tel résultat et adressées à votre député pourraient faire la différence. Si votre député est membre du NPD, vous pourriez lui faire remarquer qu'il sera responsable du prochain désastre en se ralliant à l'initiative du gouvernement libéral. Si votre député fait partie du BLOC ou du parti conservateur, vous pouvez exprimer votre soutien aux appels disciplinés de son parti en faveur d'un gouvernement responsable et honnête, et lui demander de voter en conséquence. Et si votre député est un libéral, vous voudrez peut-être souligner qu'en pleine pandémie, ce n'est pas le moment de réinventer cyniquement l'économie par un calcul sommaire fait sur un napperon du snack bar local - c'est le moment de stabiliser la situation budgétaire et d'aller de l'avant tout en mettant à profit tous les avantages économiques naturels du pays. Conseillez-lui de rompre les rangs avec ses dirigeants s'il souhaite conserver votre respect et votre vote.

Vo tre pays a besoin de votre contribution en cette période de danger imminent. Engagez-vous à ne plus faire partie de la « majorité silencieuse2. Voici un lien où vous pouvez trouver l'adresse électronique de votre député.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​






Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon