C3RF Member Update - 09 Oct, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas

View! Clarion Project’s new video, “Covert Cash”, consider related webinar


World-renowned human rights activist, President of “Muslims Facing Tomorrow” and co-founding member of C3RF, Raheel Raza, has joined with the Clarion Project in the production of a new video called Covert Cash”. The video is a short 26 minutes long and goes into great depth behind the scenes to detail just who is funding educational institutions in the West. Problem is, this funding is coming from some of the most egregious nations in the world when it comes to human rights abuses. In addition, it might very well be coming with strings attached.


In the American context, this funding amounts to billions of dollars and manifests itself in the form of centers, foundations and establishments that seek to influence the young minds they come into contact with. The 66 Confucius Institutes across the country are highlighted with emphasis placed on the impact they have on the export of sensitive information and the diminishment of free speech on campus. In a similar fashion, the Canadian context is illustrated by the Saudi Arabian withdrawal of 16,000 of its foreign students and the economic hardship it created at related Canadian universities.


Given the reticence of any institution to criticize a major funder, how could we expect Canadian institutions to commit to open forums and speech that might run afoul of donor inclinations? The troubling questions that are called up by such large amounts of foreign funding are not only addressed in the “Covert Cash” video. The video will also be featured in a webinar open to your questions directed at a panel of experts including Raheel. If you are interested in attending this webinar, contact Raheel at rrdiversityinc@gmail.com.

Free speech on Canadian campuses


Given the known impact of foreign funding on the ability of Canadian universities to maintain free and open lines of communication on campus, it would be interesting to ascertain the overall situation given all factors. Our friends at the Justice Centre for Constitutional Freedom (JCCF) have been very busy doing just that with their analysis of 61 educational institutions across the land. Their analysis in the form of a “2020 Campus Freedom Index”, measured the state of free speech at Canadian public universities. They rated these institutions, and their student unions, with grades from “A” to “F”. The investigation was quite granular in nature as it did a deep dive on related policies and practices in assigning these grades. The findings were an eyeopener as:

  • although 69% of the schools had commitments to “diversity” and “inclusion” in their mission, vision, or values statements, only 21% expressly committed themselves to upholding free expression and open inquiry;

  • only six universities came away with an overall “A” grade while 13 had at least one “F”;

  • only one student union received an “A” grade while 23 earned at least one “F”;

  • overall, when compared to last year, there was a small increase in the number of “A” grades but a much larger increase of “F” grades; and

  • on average, 43% of university funding comes from government grants thereby making the success or failure of these institutions, regards the implementation of free speech and open inquiry, a matter of interest for all taxpaying Canadians.

Of particular note is the performance of the Ontario educational institutions which seemed to fare no better than those in other provinces. Indeed, with three schools racking up multiple “F” ratings in the form of Brock University, the University of Guelph and the University of Ottawa, the province can be seen to have done substantially worse than its neighbour, Quebec. This is notable given the fact the Province’s Premier, Doug Ford, instituted a university free speech policy that threatened financial penalties for failing to develop meaningful policies and following through with effective, free speech practices. This policy was initiated some two years ago and was a bookend to a promise to revise the provinces controversial sex education program. The latter initiative was described by the Premier as confronting “Liberal ideology”. In any event, it would appear that both policies were “all hat and no cattle”.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Version française

Visionnez! La nouvelle vidéo du projet Clarion, "Covert Cash", envisagez un webinaire connexe



Mme Raheel Raza, militante des droits de l'homme de renommée mondiale, présidente de « Muslims Facing Tomorrow » et membre cofondatrice du C3RF, s'est associée au projet Clarion pour produire un nouveau vidéo intitulé « Covert Cash ». Le vidéo, d'une durée de 26 minutes, approfondit les coulisses du financement des établissements d'enseignement en Occident. Le problème, c'est que ce financement provient de certaines des nations qui violent les droits de l'homme de façon flagrante. De surcroit, ce financement pourrait très bien être assorti de conditions.


Dans le contexte américain, ce financement s'élève à des milliards de dollars et se manifeste sous la forme de centres, de fondations et d'établissements qui cherchent à influencer les jeunes avec lesquels ils entrent en contact. Les 66 instituts Confucius du pays sont examinés - l'accent étant mis sur l'impact qu'ils ont sur l'exportation d'informations sensibles et sur réduction de la liberté d'expression sur les campus. De même, le contexte canadien est illustré par le retrait de 16 000 étudiants saoudiens et les difficultés économiques que cela a engendrées dans les universités canadiennes impliquées.


Compte tenu de la réticence de toute institution à critiquer un bailleur de fonds important, comment les institutions canadiennes peuvent-elles aisément participer dans des forums et des discours ouverts qui pourraient aller à l'encontre des inclinations des bailleurs de fonds? Les questions troublantes que soulèvent des montants aussi importants de financement étranger ne sont pas seulement abordées dans la vidéo « Covert Cash ». La vidéo sera également présentée lors d'un webinaire ouvert à vos questions, destiné à un groupe d'experts, dont Mme Raza. Si vous souhaitez participer à ce webinaire, contactez Mme Raza à rrdiversityinc@gmail.com.

La liberté d'expression sur les campus canadiens


Étant donné l'impact du financement étranger sur la capacité des universités canadiennes à maintenir des lignes de communication libres et ouvertes sur le campus, il serait intéressant de connaître la situation générale compte tenu de tous les facteurs. Nos amis du Justice Centre for Constitutional Freedom (Centre de justice pour la liberté constitutionnelle ou JCCF) ont été très occupés à le faire, avec leur analyse de 61 établissements d'enseignement à travers le pays. Leur analyse, sous la forme d'un « indice de liberté sur les campus 2020 », a mesuré l'état de la liberté d'expression dans les universités publiques canadiennes. Ils ont évalué ces institutions, et leurs associations étudiantes, avec des notes allant d'A à F. L'enquête était assez précise, car elle examine en profondeur les politiques et procédures pour attribuer des notes finales. Les résultats ont été révélateurs:

  • Bien que 69 % des écoles aient pris des engagements en faveur de la « diversité » et de l'« inclusion » dans leurs déclarations de mission, de vision ou de valeurs, seuls 21 % s'engagent expressément à respecter la liberté d'expression et recherche;

  • seules six universités ont obtenu une note globale d'A, tandis que 13 ont obtenu au moins un F;

  • une seule association d'étudiants a obtenu la note A, tandis que 23 ont obtenu au moins un F;

  • globalement, par rapport à l'année dernière, il y a eu une légère augmentation du nombre de notes A mais une augmentation beaucoup plus importante des notes F; et

  • en moyenne, 43 % du financement des universités provient de subventions gouvernementales, ce qui fait du succès ou de l'échec de ces institutions dans la mise en œuvre de la liberté d'expression et de la recherche un sujet d'intérêt pour tous les contribuables canadiens.

Il convient de noter en particulier les performances des établissements d'enseignement de l'Ontario, qui ne semblent pas être plus performants que les autres provinces. En effet, avec trois écoles qui ont obtenu plusieurs F, à savoir l'Université Brock, l'Université de Guelph et l'Université d'Ottawa, la province peut être considérée comme ayant fait beaucoup moins bien que son voisin, le Québec. Ceci est remarquable étant donné que le Premier Ministre de la province, Doug Ford, a institué une politique de liberté d'expression dans les universités avec des sanctions financières pour celles qui ne développent pas des politiques significatives et n'ont pas des pratiques efficaces de liberté d'expression. Cette politique a été initiée il y a environ deux ans et a été le prélude à une promesse de révision du programme controversé d'éducation sexuelle de la province. Cette dernière initiative a été décrite par le Premier ministre comme une attaque nécessaire contre « idéologie libérale ». En réalité, il semblerait que les deux politiques étaient dignes d'« un gros parleur mais petit faiseur. »

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​






Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon