C3RF Member Update - 23 Oct, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas

So many problems, so few solutions


So many problems and so few solutions – that work anyway. Save for Sweden, the Wuhan virus in Canada and around the world is being addressed by measures that fly in the face of all that has been learned about epidemiology, infectious diseases and respiratory viruses prior to 2020. Prime among these remedial measures are mandated “lockdowns”. Protection of the vulnerable and quarantining of the sick are no longer seen as enough. Indeed, the isolation of the healthy and the concomitant destruction of civil liberties are now deemed to be part and parcel of the required remedy-of-the-day.

It does not matter that society may suffer even greater damage through untold losses of life due to missed diagnosis and treatments and reduced access to medical services. It does not matter that the economy is being driven into an abyss of structural debt that will hamstring the lives, liberties and prospects of our children, grandchildren and the generations that follow them. Canada is headed for a crash as several provinces descend into lockdown and their citizens cry for mercy. Is all this hardship necessary? Is the “second wave” of new cases simply a reflection of ramped up testing or is it a harbinger of untenable increases in hospitalizations, ICU usage and death by the Wuhan virus? What does the evidence say?

What does the evidence say?


In last week’s update we saw how Ontario’s Premier, Doug Ford, went back on his word to firmly establish an evidentiary base before “locking down” the province. Not only did he fail to do so, he actually saw fit to arbitrarily pick out winners and losers when detailing which activities would be restricted. Accordingly, his government responded favourably to the heartfelt request of an 11-year old girl who pled for an exemption on her indoor dance classes. She was successful even as restaurants were forced to close down their indoor dining operations. Is this scientifically justified or just pure politics? Meanwhile, science and data that has been available for some time refutes the lockdown strategy and calls its efficacy into question. Prime amongst this information is a growing body of evidence that points to the outsized damage that such strategies inflict on whole populations. Even the World Health Organization (WHO) has reversed itself and its initial support of Chinese-style quarantine measures in this regard. It has noted that related restrictions threaten to push 150 million people into poverty worldwide by the end of the year while causing untold anxiety and social discord. In a similar fashion, tens of thousands of medical experts, doctors and professionals have signed off on the Great Barrington Declaration” and related petitions that detail the overwhelming and unsustainable impacts of “locking down”.

These protestations have gone unnoticed by the Main Stream Media (MSM). These news organizations have stubbornly supported the “lockdown” edicts issued by similarly blinkered politicians who claim they are following the advice of their medical experts – bureaucrats that oversee and control them in such matters. There is no excuse for such blinkering as authoritative data, available months ago and as referenced in these “update” pages, reveals that fatality rates associated with the Wuhan virus are comparable with those of the seasonal flu. This conclusion has been verified in a number of serological studies on an ongoing basis with the WHO itself recently publishing, quietly, a related and authoritative metadata study by world-renowned epidemiologist and Stanford medical professor, Dr. John Loaniddis. His study accommodated all regions, populations and age groups and pegged the median “inferred Infection Fatality Rate” (IFR) of the Wuhan virus at .05%. It is of great interest that the same number regards the seasonal flu is .04%. At the end of the day, we are locking down and destroying our free and open market system and society on the basis of seasonal flu mortality rates. The question now becomes, why are our decision-makers so blinkered?

The asymmetrical Canada-China relationship


Last week’s update alluded to the possibility that our infatuation with the “lockdown” strategy came by way of Chinese example and misinformation. After all, the “flatten the curve” mythology that begat the strategy was based on little evidence and has no endgame in sight. We were transfixed by newsreels from the middle kingdom that depicted bodies dropping in the street and 1000-patient hospitals being raised within a matter of days. We were told by China’s pet poodle, the WHO, that such measures were inspired and necessary and that the Wuhan virus death rate was an astronomical 3.4% - a rate that would go on to be used in the Imperial College modelling that pushed the world into lockdown mode. A rate, by the way, that would also be used in Canadian courts to justify limitations on the rights of Canadians to travel interprovincially. It was as if Canada had become a fawning devotee of China and felt compelled to sycophantically support it by:

Such deference to China by Canada raises serious questions regards the motivations involved. It would appear on the face of it that Canadian authorities have been acting more in the interests of China than its own citizens. Corroborating facts that support this supposition include those identified by the joint RCMP-CSIS Sidewinder” Report of 1997. This seminal work found Canada awash in Chinese funding and influence operations that continued “to gain much direct or indirect influence over the Canadian economy and politics”. Most importantly, however, was the fact that the Liberal, Chretien government of the day saw fit to dismiss the report. Accordingly, China has been afforded unfettered access to the highest levels of Canadian business, technology, academic and political circles as shown by:

All this to say, is it time for Canada to place the priorities and rights of its own citizens above those of other nations and, most certainly, above those of its own ruling elite? Should it take seriously the words of Sun Tzu when he said:


"Be so subtle that you are invisible.

Be so mysterious that you are intangible.

Then you will control your rival's fate."


Sun Tzu,

The Art of War (c. 509 BC)

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Version française

Tant de problèmes, si peu de solutions


Tant de problèmes et si peu de solutions qui fonctionnent. À l'exception de la Suède, le virus de Wuhan au Canada et dans le monde entier fait l'objet de mesures qui vont à l'encontre de tout ce qui a été appris sur l'épidémiologie, les maladies infectieuses et les virus respiratoires avant 2020. Parmi ces mesures correctives, les «lockdowns» obligatoires occupent une place de choix. La protection des personnes vulnérables et la mise en quarantaine des malades ne sont plus considérées comme suffisantes. En effet, l'isolement des personnes en bonne santé et la destruction concomitante des libertés civiles sont désormais considérés comme faisant partie intégrante des mesures correctives nécessaires.

Il importe peu que la société puisse subir des dommages encore plus importants en raison des pertes de vies humaines innombrables dues à des diagnostics et des traitements manqués et à un accès réduit aux services médicaux. Il importe peu que l'économie soit entraînée dans un abîme de dette structurelle qui paralysera la vie, les libertés et l'avenir de nos enfants, de nos petits-enfants et des générations futures. Le Canada est sur le point de s'effondrer alors que plusieurs provinces se retrouvent en état d'isolement et que leurs citoyens implorent la délivrance. Toutes ces difficultés sont-elles nécessaires? La «deuxième vague» de nouveaux cas est-elle simplement le reflet d'une intensification des tests ou est-elle le signe avant-coureur d'une augmentation intolérable des hospitalisations, de l'utilisation des soins intensifs et des décès dûs au virus de Wuhan? Que nous disent les preuves à l'appui?

Que nous disent les preuves?


Dans la mise à jour de la semaine dernière, nous avons vu comment le Premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, est revenu sur sa parole pour établir fermement une base de justifications avant de «verrouiller» la province. Non seulement il n'a pas réussi à le faire, mais il a en fait jugé bon de choisir arbitrairement les gagnants et les perdants lorsqu'il a précisé quelles activités seraient restreintes. En conséquence, son gouvernement a répondu favorablement à la demande sincère d'une jeune fille de 11 ans qui a demandé une dérogation pour ses cours de danse en salle. Elle a réussi alors même que les restaurants étaient obligés de fermer leurs portes. Peut-on justifier cela par la science ou est-ce de la politique pure? En attendant, la science et les données disponibles depuis un certain temps réfutent la stratégie de verrouillage et remettent en question son efficacité. Parmi ces informations, on trouve un nombre croissant de preuves qui mettent en évidence les dommages considérables que de telles stratégies infligent à des populations entières. Même l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est revenue sur sa position initiale qui soutenait les mesures de quarantaine de type chinois à cet égard. Elle a noté que les restrictions qui en découlent risquent de faire basculer, mondialement, 150 millions de personnes dans la pauvreté d'ici la fin de l'année, tout en provoquant une anxiété et discorde sociale. De la même manière, des dizaines de milliers d'experts, de médecins et de professionnels de la santé ont signé la «Déclaration de Great Barrington» et des pétitions sur le même sujet, qui décrivent en détail les conséquences écrasantes et intolérables du «verrouillage».

Ces protestations sont passées inaperçues dans les médias traditionnels. Ces organisations de presse ont obstinément soutenu les décrets de «lockdown» émis par des politiciens tout aussi bornés qui prétendent suivre les conseils de leurs experts médicaux - des bureaucrates qui les supervisent et les contrôlent dans ce domaine. Ces aveuglements sont inexcusables, car les données faisant autorité, disponibles depuis des mois et mentionnées dans nos «mises à jour», révèlent que les taux de mortalité associés au virus de Wuhan sont comparables à ceux de la grippe saisonnière. Cette conclusion a été vérifiée dans un certain nombre d'études sérologiques, l'OMS elle-même ayant récemment publié, discrètement, une étude de métadonnées et faisant autorité, réalisée par le Dr John Loaniddis, épidémiologiste de renommée mondiale et professeur de médecine à Stanford. Son étude a pris en compte toutes les régions, populations et groupes d'âge et a fixé le «taux de mortalité infantile» (TMI) médian du virus de Wuhan à 0,05 %. Il est très intéressant de noter que le même chiffre concernant la grippe saisonnière est de 0,04%. En fin de compte, nous verrouillons et détruisons notre système ouvert de marché libre et notre société sur la base de taux de mortalité liés à la grippe saisonnière. La question qui se pose maintenant est la suivante: pourquoi nos dirigeants sont-ils si aveugles?

La relation asymétrique entre le Canada et la Chine


La mise à jour de la semaine dernière faisait allusion à la possibilité que notre engouement pour la stratégie de «verrouillage» soit dû à l'exemple chinois et à la désinformation. Après tout, la mythologie de l' « aplatissement de la courbe » qui a engendré la stratégie était basée sur peu de preuves et n'a pas de fin en vue. Nous avons été stupéfaits par les actualités de l'Empire du Milieu qui montraient des corps tombant dans la rue et des hôpitaux de 1000 patients qui étaient construits en quelques jours. Le petit chien obéissant de la Chine, l'OMS, nous a dit que de telles mesures étaient inspirées et nécessaires et que le taux de mortalité du virus de Wuhan était de 3,4 %, un taux astronomique - un taux qui sera utilisé dans la modélisation du Imperial College qui a poussé le monde en mode de verrouillage. Un taux qui, soit dit en passant, sera également utilisé dans les tribunaux canadiens pour justifier les limitations des droits des Canadiens à voyager entre les provinces. C'était comme si le Canada était devenu un protectorat de la Chine et se sentait obligé de la soutenir de manière sycophante:

Une telle déférence du Canada envers la Chine soulève de sérieuses questions quant aux motivations. Il semblerait à première vue que les autorités canadiennes aient agi davantage dans l'intérêt de la Chine que de ses propres citoyens. Les faits qui corroborent cette hypothèse sont notamment ceux identifiés par le rapport «Sidewinder» de la GRC et du SCRS de 1997. Ce travail fondamental a révélé que le Canada était inondé de fonds chinois et influençait des opérations qui continuaient «à exercer une grande influence directe ou indirecte sur l'économie et la politique canadiennes». Le plus important, cependant, est le fait que le gouvernement libéral de Chrétien a jugé bon de rejeter le rapport. En conséquence, la Chine a pu accéder sans entrave aux plus hauts niveaux des milieux d'affaires, technologiques, universitaires et politiques canadiens, comme le montre le rapport:

Tout cela pour dire qu'il est temps pour le Canada de placer les priorités et les droits de ses propres citoyens au-dessus de ceux des autres nations et, très certainement, au-dessus de ceux de sa propre élite dirigeante. Le Canada doit prendre au sérieux les paroles de Sun Tzu lorsqu'il a dit :


«Sois subtil jusqu'à l'invisible;

sois mystérieux jusqu'à l'inaudible;

alors tu pourras maîtriser le destin de tes adversaires.»

Sun Tzu

L'art de la guerre (509 av. J.-C. )

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​






Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon