C3RF Update, 01 Jul 2022 – At the crossroads


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas

 

The tale of two Canada Days


This year’s Canada Day is remarkable given the tension between those who would celebrate their country and its accomplishments and those who would frame Canada as a scar upon the face of the earth. In the former camp we see the likes of war hero and unapologetic patriot, Warrant Officer James Topp, capping off a 4300 km trek across the nation with a visit to the Tomb of the Unknown Soldier in downtown Ottawa on the eve of Canada Day. In the other we see his detractors, in the form of city officials and their police forces, calling for an “unprecedented security response” to deal with the potential for Freedom Convoy 2022-like demonstrations. Topp carries with him a message of freedom and the need to forever repeal destructive vaccine mandates while restoring jobs lost and recompensing the damage done – the “Three Rs” he calls them. How could such Canadian messaging be seen as a threat to authorities responsible for fielding such grievances?

James Topp completes his cross Canada march against pandemic measures

Further afield in the City of Winnipeg we see more evidence that Canada Day has fallen on hard times. Here we see locals calling the actual name of the day into question as “Canada Day” speaks to a shameful history replete with colonialism and the marginalization of Indigenous peoples. Better to rename the day the “New Day” and dedicate it to celebrating reconciliation with these same peoples by providing “spaces for healing”. Such historical revisionisms, of course, come on the heels of last year’s discovery of “probable” mass graves that are proof positive of Residential School policies dedicated to “cultural genocide”. Indeed, the “probable” graves are those of Indigenous little ones that were allegedly abused and thrown away by an evil Canada. Forget about the day, maybe we should rename the whole country to better distance it from its wicked past!

No more "Canada Days" in the City of Winnipeg?

There’s just one major, elephant-in-the-room problem with the assertions that impute disfavour on the efforts of Warrant Officer Topp and the very name of “Canada Day” – they suffer no debate, or even query, whatsoever. Topp’s observation that vaccine mandates have split the country so badly that he no longer recognizes Canada as the place he grew up in falls on deaf ears. Indeed, he goes so far as to say that what he sees now is akin to what he saw in “war zones”. Similarly, charges of the existence of mass graves of Indigenous children go unanswered by the nation’s police forces with no investigations opened or excavations commenced. Was it really the intent of federal and religious authorities to create a killing machine through the Residential School system? How is it that no one notes that while Canada was committing to the education of Indigenous children our neighbours to the south were executing war operations against them? As National Post columnist Terry Glavin authoritatively reported, did the media get this story terribly wrong?

Terry Glavin - did the media get the "mass graves" story terribly wrong?
 

Silver linings


If there is a silver lining in all of these quasi-official narratives that now assail the very concept of Canada Day itself, it’s that their untested pedigree is supremely vulnerable to critical review. So ridiculous and, in many cases, removed from reality are they that they can only persist given unsupported ad hominem attacks on the well-balanced arguments that dare to challenge them. And so we see Topp’s “Three Rs” initiative immediately suffering through disconnected comparisons with the Freedom Convoy 2022 protest which, itself, was arbitrarily deemed to be without merit and unworthy of a respectfully requested dialogue. And so we also see one-sided assertions of “cultural genocide” flying in the face of a long history of mutually beneficial alliances and economic interdependences that characterized the “relatively peaceful patterns of Indigenous-European relations in Canada.” Indeed Canada, the “Grandmother’s Country”, would offer refuge for Sitting Bull and his people in 1877 from American military attacks even as residential schools were in the process of being built.

Chief Sitting Bull led his people to refuge in “Grandmother's Country”

The list of counter-intuitive, reality-busting narratives that Canadians are being subjected to is long indeed. They include the now officially sanctioned claim that men can be women and vice versa or neither – if they so choose. Accordingly, the way becomes clear to mutilate little ones in the name of affirming their immaturely “felt” genders. God forbid, though, if one should express a desire to receive therapy aimed at distancing oneself from unwanted, non-traditional genders or sexual orientations – the legislation just doesn’t work that way. It would seem an initial objective to “keep the state out of the bedrooms of the nation” has morphed into one that sees these bedrooms taking over our streets, our schools and our national institutions. Then again there is the case of the medical narratives that dispense with age-old epidemiological knowledge and experience to tout new, CCP/ WHO-approved wisdoms that do away with such concepts as “natural immunity” and “immune escape”. These narratives then go on to advance “unconscionable” practises that include the unnecessary vaccination of children.

Geert Van Den Bossch warns against mass vaccination in midst of spreading virus

Yet another silver lining staring us in the face is the ease of identifying those who would foist such absurdities upon us. They stand before us proud to push inane ideologies that impact every walk of Canadian life through decrees that emanate from all levels of political power, from our courts and most certainly from our medical and educational institutions. These personalities include a Prime Minister who would rather declare the Emergencies Act than answer the questions of irate citizens, a provincial premier who would enact a Bill 100 that gives him and his police forces the ability to seize the personal property of protesters without due process and courts that would reflexively decide in favour of government mandates over the rights of citizens by affording the former a “margin of appreciation”. Is Canada now in a perpetual emergency that demands the permanent withdrawal of all civil liberties? Is a state of emergency now the new normal? In short, we know exactly what untruths are being shoved down our gullets and we know exactly who is doing the shoving – including a Prime Minister who would vindictively lift federal mandates everywhere except for truckers who dared ask they be removed in the first place.

Provincial premiers now legislating as if emergencies are the new normal?
 

At the crossroads


This is what the LORD says: “Stand at the crossroads and look; ask for the ancient paths, ask where the good way is, and walk in it, and you will find rest for your souls. But you said, ‘We will not walk in it.’ I appointed watchmen over you and said, ‘Listen to the sound of the trumpet!’ But you said, ‘We will not listen.’ Therefore hear, you nations; you who are witnesses, observe what will happen to them. Hear, you earth: I am bringing disaster on this people, the fruit of their schemes, because they have not listened to my words and have rejected my law. Jeremiah 6: 16-19


The unhiding of lies and the purveyors of same gives the observant a vantage point from which the contours of an upcoming crossroad can be discerned. One road obviously leads to a further loss of individual rights and freedoms as this end is confidently telegraphed by our own authorities. The nation’s Minister of Health, for example, is telling us upfront that the meaning of “fully vaccinated” needs to change as “science evolves”. A hearty welcome to all double-dosed Canadians who will soon join the unwashed ranks of the unvaccinated as second-class citizens as his new definitions are put in place. Then again and as if in lockstep, our national chief public health official tells us that the fall will be a challenging time and require Canadians to get boosted. Boosted with the same vaccines that have proven ineffective against current variants of the Wuhan virus? Here we go again?

Chief public health official, Theresa Tam, says get ready for more boosters and lockdowns

The other road takes us to a place that our own Charter of Rights and Freedoms originally intended. A place where certain “fundamental” rights, like those protecting speech, religion and conscience, form a bedrock that secures all other rights and, therefore, cannot be abrogated by the whim of politicians, judges or bureaucrats. This is a hard road to take as the obstacles placed in its path are large and numerous and make its navigation an arduous and exhausting enterprise. It would take leaving behind “a civic religion of trust in benign government authority” that Canadians have enjoyed from the day it was confederated way back in 1867. Some, like C3RF patron Salim Mansur, see this as an almost impossible task given Canada’s history as a “vassal” state – a state continually on the lookout for powerful political benefactors to take care of it. First, we had the mighty British Empire to protect our prospects and receive our fealty and then we had the shade of the American umbrella to keep us in comfort. Now we seek, as the first post-national state, a global authority to sooth our brow – even if the price we pay for our new security blanket entails giving up everything and owning nothing.

C3RF patron, Salim Mansur, observes that Canada is a "vassal state"

Salim may very well have a point but one wonders, given the Freedom Convoy 2022 experience, if present-day Canadians are still of a mind to continue to seek such feudal arrangements of homage and allegiance. The growing clamor arising from the unwashed Canadian masses, masses that N.S. Lyons identifies as the “physicals”, is unapologetic in demanding that the Charter rights of each citizen be respected. There is no question in the mind of the “physicals” that these rights, as originally intended, are not state regulated privileges but endowments that have authority over state action. These citizen-owned rights serve as the ultimate check and balance on wayward executives and define the very nature of the relationship between the citizen and his or her chosen representative. If there is allegiance to be offered up, it will be by the elected to his or her elector and not some intervening political or institutional force. Moving down this path of freedom will require Canadians to choose their representatives wisely. These choices, much to the chagrin of judges who have declared the preamble to the Charter a “dead letter” issue, need to result in the installation of a new leadership dedicated to the reality that “Canada is founded upon principles that recognize the supremacy of God and the rule of law”. Indeed, the “physicals” understand that no such leadership will be found in those who espouse nonsensical, unsupported ideologies or dumb ideas and have no intention of compromising with such. Let alone choose them as leaders.

No compromise when it comes to fundamental rights and freedoms?
 

Summer schedule


C3RF will be active over the summer vacation period as it monitors national developments that seek to divide and tear Canadians and their social fabric apart respectively. We will be particularly engaged with the civil liberties file as the nation moves away from Wuhan virus “emergency” measures only to find itself moving towards the fall flu season. Will we be forced back into our pens to prove once again that “zero-Covid” causes more harm than good? It is anticipated that we will be able to do so, given the nature of the season, with bi-monthly “updates” over the July/ August time frame. Strap in for normal operations in September as, hopefully, our political leaders see the error of their ways and restore that which we currently lack; a responsible, representative government.

 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

L'histoire de deux fêtes du Canada


La fête du Canada de cette année est remarquable en raison de la tension entre ceux qui célèbrent leur pays et ses réalisations et ceux qui considèrent le Canada comme une cicatrice sur la surface de la terre. Dans le premier camp, nous voyons des gens comme le héros de guerre et patriote inconditionnel, l'adjudant James Topp, qui termine un voyage de 4300 km à travers le pays par une visite à la Tombe du soldat inconnu au centre-ville d'Ottawa, la veille même de la fête du Canada. Dans l'autre, nous voyons ses détracteurs, sous la forme de responsables municipaux et de leurs forces de police, appeler à une « réponse de sécurité sans précédent » pour faire face à la possibilité de manifestations de type Convoi de la liberté 2022. Topp porte avec lui un message de liberté et la nécessité d'abroger à jamais les mandats de vaccination destructeurs tout en restaurant les emplois perdus et en réparant les dommages causés - les « trois R », comme il les appelle. Comment un tel message canadien pourrait-il être considéré comme une menace pour les autorités chargées de répondre à ces doléances?

James Topp achève sa marche à travers le Canada contre les mesures déployées contre les pandémies

Plus loin, dans la ville de Winnipeg, nous voyons d'autres preuves que la fête du Canada a connu des temps difficiles. Les habitants remettent en question le nom même de cette journée, car la « fête du Canada » évoque une histoire honteuse, marquée par le colonialisme et la marginalisation des peuples autochtones. Mieux vaut rebaptiser cette journée « New Day » et la consacrer à la célébration de la réconciliation avec ces mêmes peuples en leur offrant des « espaces de guérison ». Ce révisionnisme historique, bien sûr, font suite à la découverte, l'année dernière, de fosses communes « présumées » qui sont la preuve positive des politiques des pensionnats dédiées au « génocide culturel ». En effet, les tombes « présumées » sont celles de petits indigènes qui auraient été maltraités et jetés par un Canada malfaisant. Oublions cette journée, nous devrions peut-être renommer le pays tout entier pour mieux l'éloigner de son passé malfaisant!

Plus de « Fête du Canada » dans la ville de Winnipeg?

Il n'y a qu'un seul problème majeur, une ombre qui plane, avec les affirmations qui désavouent les efforts de l'adjudant Topp et le nom même de la « Fête du Canada » - elles ne souffrent aucun débat, ni même aucune remise en question. L'observation de Topp selon laquelle les mandats de vaccination ont tellement divisé le pays qu'il ne reconnaît plus le Canada comme l'endroit où il a grandi tombe dans l'oreille d'un sourd. En effet, il va jusqu'à dire que ce qu'il voit maintenant ressemble à ce qu'il a vu dans les « zones de guerre ». De même, les accusations concernant l'existence de fosses communes d'enfants autochtones restent sans réponse de la part des forces de police du pays, sans qu'aucune enquête ne soit ouverte ou que des fouilles ne soient entreprises. Les autorités fédérales et religieuses avaient-elles vraiment l'intention de créer un génocide par le biais du système des pensionnats? Comment se fait-il que personne ne remarque que, pendant que le Canada s'engageait à éduquer les enfants autochtones, nos voisins du Sud menaient des opérations de guerre contre eux? Comme le chroniqueur du National Post Terry Glavin l'a rapporté avec autorité, les médias se sont-ils terriblement trompés dans cette histoire?

Terry Glavin - les médias se sont-ils terriblement trompés dans l'histoire des « fosses communes »?
 

Les bons côtés


S'il y a une lueur d'espoir dans tous ces récits quasi-officiels qui attaquent maintenant le concept même de la fête du Canada, c'est que leur fondement est extrêmement vulnérable à un examen critique. Ils sont si ridicules et, dans bien des cas, si éloignés de la réalité qu'ils ne peuvent persister que grâce à des attaques ad hominem sans fondement contre ceux qui osent les contester. C'est ainsi que nous voyons l'initiative des « Trois R » de Topp souffrir immédiatement de comparaisons déconnectées avec la manifestation du Convoi de la Liberté 2022 qui, elle-même, a été arbitrairement jugée sans mérite et indigne d'un dialogue respectueusement demandé. Ainsi, nous voyons également des affirmations unilatérales de « génocide culturel » qui vont à l'encontre d'une longue histoire d'alliances mutuellement bénéfiques et d'interdépendances économiques qui ont caractérisé les « modèles relativement pacifiques des relations entre les Autochtones et les Européens au Canada ». En effet, le Canada, le « pays de la Grand-Mère, de bienveillante Reine Victoria », offrait en 1877 un refuge à Sitting Bull et à son peuple contre les attaques militaires américaines, alors même que les pensionnats étaient en cours de construction.

Le chef Sitting Bull a conduit son peuple à se réfugier au pays « de bienveillante Reine Victoria ».

La liste des récits contre-intuitifs et déformant la réalité auxquels les Canadiens sont soumis est en effet longue. Elle comprend l'affirmation, désormais officiellement sanctionnée, que les hommes peuvent être des femmes et vice versa ou ni l'un ni l'autre - s'ils le souhaitent. En conséquence, la voie est libre pour mutiler les petits encore immatures au nom de l'affirmation de leurs genres « ressentis ». Mais que Dieu nous protège, si quelqu'un exprime le désir de suivre une thérapie visant à se distancier de genres ou d'orientations sexuelles non désirés et non traditionnels, la législation ne fonctionne pas de cette façon. Il semblerait que l'objectif initial de « garder l'État en dehors des chambres à coucher de la nation » se soit transformé en un objectif qui voit ces chambres à coucher envahir nos rues, nos écoles et nos institutions nationales. Il y a aussi le cas des récits médicaux qui se passent des connaissances et de l'expérience épidémiologiques séculaires pour vanter de nouvelles sagesses approuvées par le PCC et l'OMS, qui suppriment des concepts tels que « l'immunité naturelle » et « l'évasion immunitaire ». Ces récits font ensuite la promotion de pratiques « inadmissibles », dont la vaccination inutile des enfants.

Geert Van Den Bossch met en garde contre la vaccination de masse en pleine propagation du virus

Un autre aspect positif qui nous saute aux yeux est la facilité d'identifier ceux qui veulent nous imposer de telles absurdités. Ils se tiennent devant nous, fiers de promouvoir des idéologies absurdes qui ont un impact sur tous les aspects de la vie canadienne par le biais de décrets émanant de tous les niveaux du pouvoir politique, de nos tribunaux et très certainement de nos institutions médicales et éducatives. Ces personnalités comprennent un premier ministre qui préfère déclarer la Loi sur les urgences plutôt que de répondre aux questions des citoyens en colère, un premier ministre provincial qui promulgue le projet de loi 100 qui lui donne, à lui et à ses forces policières, la capacité de saisir les biens personnels des manifestants sans application régulière de la loi, et des tribunaux qui tranchent par réflexe en faveur des mandats gouvernementaux plutôt que des droits des citoyens en accordant aux premiers une « marge d'appréciation ». Le Canada est-il maintenant dans une situation d'urgence perpétuelle qui exige le retrait permanent de toutes les libertés civiles? L'état d'urgence est-il maintenant la nouvelle norme? En bref, nous savons exactement quelles contre-vérités on nous fait avaler et nous savons exactement qui les fait avaler - y compris un premier ministre qui lèverait vindicativement les mandats fédéraux partout sauf pour les camionneurs qui ont osé demander qu'ils soient retirés en premier lieu.

Les premiers ministres provinciaux légifèrent désormais comme si les situations d'urgence étaient la nouvelle norme?
 

À la croisée des chemins


Ainsi parle l'Éternel: Placez-vous sur les chemins, regardez, Et demandez quels sont les anciens sentiers, Quelle est la bonne voie; marchez-y, Et vous trouverez le repos de vos âmes! Mais ils répondent: Nous n'y marcherons pas. J'ai mis près de vous des sentinelles: Soyez attentifs au son de la trompette! Mais ils répondent: Nous n'y serons pas attentifs. C'est pourquoi écoutez, nations! Sachez ce qui leur arrivera, assemblée des peuples! Écoute, terre! Voici, je fais venir sur ce peuple le malheur, Fruit de ses pensées; Car ils n'ont point été attentifs à mes paroles, Ils ont méprisé ma loi. (Jérémie 6 : 16-19, Louis Segond, 1910)


Le démasquage des mensonges et de ceux qui les profèrent donne à l'observateur un point de vue à partir duquel il peut discerner les contours d'un carrefour à venir. L'une des voies mène manifestement à une nouvelle perte des droits et libertés individuels, comme l'annoncent avec assurance nos propres autorités. Le ministre de la santé du pays, par exemple, nous dit d'emblée que la signification de l'expression « entièrement vacciné » doit changer à mesure que « la science évolue ». Bienvenue à tous les Canadiens ayant reçu une double dose de vaccin, qui rejoindront bientôt les rangs des non-vaccinés en tant que citoyens de seconde classe, au fur et à mesure que ses nouvelles définitions seront mises en place. Puis, comme s'il était en phase, notre responsable national de la santé publique nous dit que l'automne sera une période difficile et que les Canadiens devront re-vaccinés. Renforcés par les mêmes vaccins qui se sont avérés inefficaces contre les variantes actuelles du virus de Wuhan? Ça recommence?

La responsable en chef de la santé publique, Theresa Tam, dit qu'il faut se préparer à d'autres rappels et fermetures

L'autre voie nous mène à un endroit que notre propre Charte des droits et libertés visait à l'origine. Un endroit où certains droits « fondamentaux », comme ceux qui protègent la libre exprression, la religion et la conscience, forment un socle qui garantit tous les autres droits et, par conséquent, ne peuvent être abrogés par le caprice des politiciens, des juges ou des bureaucrates. C'est un chemin difficile à emprunter, car les obstacles placés sur son chemin sont grands et nombreux et font de sa navigation une entreprise ardue et épuisante. Il faudrait abandonner « une religion civique de confiance dans l'autorité bénigne du gouvernement » dont les Canadiens jouissent depuis le jour de leur confédération, en 1867. Certains, comme le patron du C3RF, Salim Mansur, considèrent qu'il s'agit d'une tâche presque impossible compte tenu de l'histoire du Canada en tant qu'État « vassal » - un État continuellement à la recherche de puissants bienfaiteurs politiques pour prendre soin de lui. D'abord, nous avons eu le puissant Empire britannique pour protéger nos perspectives et recevoir notre fidélité, puis nous avons eu l'ombre du parapluie américain pour nous maintenir dans le confort. Aujourd'hui, nous recherchons, en tant que premier État post-national, une autorité mondiale pour apaiser notre front - même si le prix à payer pour notre nouveau doudou de sécurité implique de renoncer à tout et de ne rien posséder.

Le patron du C3RF, Salim Mansur, observe que le Canada est un « État vassal ».

Le professeur Mansur a peut-être raison, mais on peut se demander, compte tenu de l'expérience du convoi de la liberté 2022, si les Canadiens d'aujourd'hui sont encore prêts à rechercher de tels arrangements féodaux d'hommage et d'allégeance. La clameur croissante provenant des masses canadiennes, masses que N.S. Lyons identifie comme « les personnes physiques », exige sans hésitation que les droits de la Charte de chaque citoyen soient respectés. Il ne fait aucun doute dans l'esprit des « personnes physiques » que ces droits, tels qu'ils ont été conçus à l'origine, ne sont pas des privilèges réglementés par l'État, mais des dotations qui ont une autorité sur l'action de l'État. Ces droits appartenant aux citoyens servent de contrepoids ultime aux exécutifs désaxés et définissent la nature même de la relation entre le citoyen et le représentant qu'il a choisi. Si une allégeance doit être offerte, elle le sera par l'élu à son électeur et non par une quelconque force politique ou institutionnelle intervenante. Pour avancer sur cette voie de la liberté, les Canadiens devront choisir leurs représentants avec sagesse. Ces choix, au grand désespoir des juges qui ont déclaré que le préambule de la Charte était une question « lettre morte », doivent aboutir à l'installation d'un nouveau leadership dédié à la réalité que « le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit ». En effet, les « personnes physiques » comprennent qu'ils ne trouveront pas un tel leadership chez ceux qui épousent des idéologies absurdes, non soutenues ou des idées stupides et n'ont aucune intention de faire des compromis avec eux. Et encore moins de les choisir comme dirigeants.

Pas de compromis lorsqu'il s'agit des droits et libertés fondamentaux?
 

Programme d'été


C3RF sera actif pendant la période des vacances d'été en surveillant les développements nationaux qui cherchent à diviser et à déchirer les Canadiens et leur tissu social respectivement. Nous serons particulièrement engagés dans le dossier des libertés civiles alors que la nation s'éloigne des mesures "d'urgence" du virus de Wuhan pour se retrouver à l'approche de la saison automnale de la grippe. Serons-nous obligés de reprendre nos stylos pour prouver une fois de plus que le "zéro-Covid" fait plus de mal que de bien? Nous pensons pouvoir le faire, compte tenu de la nature de la saison, avec des "mises à jour" bimensuelles en juillet-août. Nous espérons que nos dirigeants politiques comprendront leur erreur et rétabliront ce qui nous manque actuellement: un gouvernement responsable et représentatif.

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts