top of page

C3RF Update, 01 Sep 2023 – Following orders – not?


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! C3RF billboard campaign info below


View! A video summary of this update here


For those of you on the run and short of time, here is a 5-minute video presentation that summarizes this C3RF Update!

 

Nuremberg lessons


It took a while but the lessons learned from the Nuremberg trials of 1946 seem to have been totally lost. Recall that these proceedings took place on the heels of WWII and were convened to address the atrocities perpetrated by the Nazis against Germany’s neighbours and the world at large. The destruction witnessed during this conflagration had its beginnings in a toxic ideology that postulated that certain races were superior to others and fully justified the displacement of lessor peoples by the “master race”. “Lebensraum”, or “living space”, had become the order of the day as Darwin’s theory of “natural selection” was pressed into service to justify the rule of the strong over the weak. This worldview was central in kick-starting a process that saw the sorting of humanity based on race and the de-humanizing of those who fell on the wrong side of this blood-based equation.

Lebensraum an outcropping of "natural selection"?

The Nuremberg trials would call out such “master race” theories for what they were – the progenitors of unimagined evil that were pushed by those who deserved the ultimate punishment. These evil-doers were charged with three basic crimes: crimes against peace, crimes against humanity and war crimes or violations of the laws of war. The crimes against humanity charges would engage the world-writ-large and spur the formation of the United Nations (UN) in 1945, an organization dedicated to the protection of human rights and the self-determination of peoples. In service of these aims, the UN would coordinate the efforts of a world shocked by Nazi atrocities to draft a “United Nations Declaration of Human Rights”. This Declaration would catalogue a list of rights that would become “scarcely less than the sum of most of the important traditional political and civil rights of national constitutions and legal systems” throughout the free world. Accordingly, it affirmed in black and white the promise that the world would “never again” allow itself to succumb to ideologies that tickled the ear but turned men and women into cattle.

Jews from northern Hungary herded to Auschwitz, 26 May 1944 - "never again"?

The United Nations Declaration of Human Rights would go on to confirm the “individual as sovereign” notion that is embedded in constitutions founded upon the Magna Carta of 1215 and the constitutions of other nations throughout the world. It would emphasize equality before the law for all regardless of race, creed, or religion while serving as an example that would enshrine protections against arbitrary arrest and retroactive criminal laws. These guarantees, including the right to assemble and associate peacefully, would be re-affirmed to Canadians through their own Constitution of 1982 and its embedded Charter of Rights and Freedoms. How odd is it, then, that the country would see these same liberties dashed in the face of:

Have the lessons from Nuremberg been lost?

Was Richard Bilkszto a victim de-humanizing ideologies?
 

Warning bells


The lessons that were distilled from the Nuremberg proceedings were not unforeseen by some denizens of the Nazi regime. There were those, like a young Helmuth Hübener, who saw the Nazi ideology and its aggressive “master race” stance as a millstone around the necks of Germans that had the potential to sink them all. This teenager from the Mormon community of Hamburg had this epiphany on the heels of “Kristallnacht” in 1938 when Jewish shops and residences across Germany were vandalized and their occupants dragged into the streets to be beaten. He would leave the Hitler Youth as a result and begin a peaceful campaign of distributing literature that challenged the Nazi narrative and its war time lies. He would be charged with treason for his efforts and, at the tender age of 17, be beheaded as the youngest German to suffer a Nazi death sentence. He would retain his pluck and his principles to the end by telling his sentencing “Blood Tribunal” judge that, "Now I must die, even though I have committed no crime. So now it's my turn, but your turn will come."

Nazi Germany teenage dissident - Helmuth Hübener

Hübener was one of very few Germans who had the gumption to challenge the Nazi regime and its turn to “terror and tyranny”. He himself explained the reason for his lonely vigil when he said in one of his pamphlets that the Nazis had succeeded in intimidating the population-at-large “through their unscrupulous terror tactics against young and old, men and women, …making you spineless puppets to do their bidding." It would appear everyday folk failed to heed Hübener’s warning bells out of fear for their own safety and prospects. After all, by the time of the young pamphleteer’s death in 1942 the Nazis had long acquired control of all state security agencies and had demonstrated a proclivity to use them ruthlessly against their own citizens. And so it seems to be in present day Canada as those few who buck against the woke notions of the state are summarily fingered out and persecuted for their insubordination.

The execution chamber where Helmuth Hübener was beheaded on October 27, 1942

One such Canadian who is being pilloried for colouring outside allowed lines is Ottawa police detective Helen Grus. Ms. Grus is employed by that city’s police department as an investigator within its Sexual Assault and Child Abuse (SACA) section. As such, she felt compelled to look at a worrisome cluster of nine infant deaths in the early 2022 time-frame. Armed with research from authorities like the CDC that indicated that the Wuhan virus vaccine was potentially detrimental to the health of newborns via their mother’s milk, she saw the need to investigate the vaccination status of the mothers involved. Such lines of investigation certainly contradicted the “safe and effective” mantra carefully contrived for these mRNA vaccines. In the end, her efforts were kiboshed by her superiors and she herself was brought under investigation for “discreditable conduct” for daring to conduct an “unauthorized” investigation. Frank Serpico of 1970s NYPD corruption fame would take note of this development and slam the Ottawa Police Service for “covering up an investigation into the potential connection between mRNA vaccines and Sudden Infant Deaths”. Warning bells or what?

Ottawa police detective Helen Grus and retired NYPD detective Frank Serpico ringing the alarm bells?
 

Following orders – not so much?


For folks and societies who believe that governments exist to represent individual rights and freedoms and national interests, the likes of Hübener, Grus and Serpico are shining examples of distinguished civic service. The reasons are easy to discern as these iconic leader/servants operate under the premise that all individuals are deserving of their best efforts and, most importantly, the truth. These principled men and women can be counted on to hold fast to their oaths of service and, in doing so, generate bonds of trust with those whose well-being they are responsible for. They will inevitably find themselves conflicted with orders that misrepresent a situation, diverge from the truth or can be seen to serve ulterior motives. Inevitably, such orders wither before concerted questions that challenge their underpinning assumptions even as their issuers are placed on the back foot. Is it any wonder, then, that a governance system dedicated to controlling its constituents rather than freeing them would feel compelled to muffle, punish and sideline such reluctant followers?

Reluctant followers must be punished?

Given the Canadian experience over the course of the last three years of Wuhan virus pandemic, one could surmise that our administrative state and its political spokespersons have been fully engaged in de-legitimizing those who dared to question related narratives. The Grus affair can be seen to be representative of such tactics as Ottawa police authorities systematically moved to restrict Grus’ investigative authority and then limit media coverage of the follow-on inquiries. The message is clear for other wannabe, truth-seeking investigators, better check in with the mothership before you dare ask questions out-of-turn. Lest anyone think that the Grus affair was simply an outlier event, one need only observe similar “kill the messenger” events arising in other sectors including the one ramrodded by Ontario’s College of Psychologists. Unbelievably, this College is demanding one of its members, Dr. Jordan Peterson, attend re-education training aimed at addressing his wayward public statements on gender ideology and related, irreversible surgical interventions.

Dr. Jordan Peterson's opinions runs afoul of accepted narratives. Re-education camp required?

Given such concerted and widespread efforts to keep the reluctant follower in line, it may be that Canadians in general have not so much put the Nuremberg lessons in the rear-view mirror as they have simply decided that raising their heads above the parapets is just not worth it. Accordingly, they can be seen to be mimicking their German counterparts from the 1930s and 40s by “following orders” to keep from being intimidated and tyrannized by their own leadership. Tens of thousands of Canadians may have died so that such tyranny may “never again” befall everyday citizens of a free and democratic society, but here we are with whimsical, malformed ideologies ruling the day. One wonders, if the “fundamental” freedoms annotated in the Charter do not protect us from these toxic doctrines does the Section 52(1) “supremacy” clause provide relief? It states that any law “that is inconsistent with the provisions of the Constitution is, to the extent of the inconsistency, of no force or effect”. The question now becomes, are Canadians ready to continue to follow such laws and regulations?

Will Canadians reject laws based on fear rather than the Charter?
 

Help! Contribute to expanding the C3RF bill board campaign!


C3RF has noted with some concern the ever-increasing restrictions being placed on the speech of Canadians by their own political class. They had their start with Motion M-103 when unfounded accusations of widespread “systemic racism” and “Islamophobia” set the tone for punishing communications that challenged such narratives. And so it goes today that we find ourselves in a place where Canadians actually lose their jobs for daring to discuss the expansionist and exclusionary aspects of Sharia Law or taking their “unacceptable views” to Parliament Hill in hopes of airing their vaccine mandate concerns.

Are Canadian truckers "fringe" folks with "unacceptable views"?

It was particularly telling that our own Prime Minister would pigeon-hole the trucker protests as being “fringe” and unworthy of dialogue. And so we here at C3RF were prompted to ask the question, “does the Charter forbid ‘unacceptable views’?” and to do so on a large billboard situated on a busy Ottawa-Toronto highway. The intent is to get Canadians thinking about just how far their government has gone to restrict their speech and their right to use it to grieve the loss of what used to be guaranteed civil liberties – even as we ask them to join the online C3RF family. With your gracious support, we also hope to expand the number of billboards to other highly travelled locations across Ontario initially and then the rest of Canada.

 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

A noter! Campagne d'affichage du C3RF ci-dessous


Voir! Un résumé vidéo de cette mise à jour ici


Pour ceux qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 5 minutes qui résume cette mise à jour du C3RF!

 

Les leçons de Nuremberg


Il a fallu du temps, mais les leçons tirées des procès de Nuremberg de 1946 semblent avoir été totalement perdues. Rappelons que ce procès a eu lieu au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et a été convoqué pour traiter des atrocités perpétrées par les nazis contre les voisins de l'Allemagne et le monde en général. Les destructions observées au cours de cette conflagration trouvent leur origine dans une idéologie toxique qui postulait que certaines races étaient supérieures à d'autres et justifiait pleinement le déplacement des peuples inférieurs par la « race maîtresse ». Le «Lebensraum», ou « espace vital », était devenu l'ordre du jour, tandis que la théorie de la « sélection naturelle » de Darwin était mise en œuvre pour justifier la domination des plus forts sur les plus faibles. Cette vision du monde a joué un rôle central dans le lancement d'un processus qui a vu un tri de l'humanité fondé sur la race et la déshumanisation de ceux qui se trouvaient du mauvais côté de cette formule fondée sur le sang.

Le Lebensraum, un résultat de la « sélection naturelle »?

Les procès de Nuremberg ont mis en évidence ces théories de « race maîtresse » pour ce qu'elles étaient: les géniteurs d'un mal inimaginable, poussés par ceux qui méritaient le châtiment ultime. Ces malfaiteurs étaient accusés de trois crimes fondamentaux: les crimes contre la paix, les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre ou violations des lois de la guerre. Les accusations de crimes contre l'humanité allaient interpeller le monde entier et susciter la création de l'Organisation des Nations unies (ONU) en 1945, une organisation dédiée à la protection des droits de l'homme et à l'autodétermination des peuples. Au service de ces objectifs, l'ONU coordonnera les efforts d'un monde choqué par les atrocités nazies pour rédiger une « Déclaration des droits de l'homme des Nations unies ». Cette déclaration énumère une liste de droits qui devient « à peine moins que la somme de la plupart des droits politiques et civils traditionnels importants des constitutions et des systèmes juridiques nationaux » du monde libre. En conséquence, elle affirmait noir sur blanc la promesse que le monde ne se laisserait « plus jamais » succomber à des idéologies qui titillent l'oreille mais transforment les hommes et les femmes en bétail.

Juifs du nord de la Hongrie rassemblés à Auschwitz, 26 mai 1944 - « plus jamais »?

La déclaration des droits de l'homme des Nations unies confirma la notion d' « individu souverain » qui est inscrite dans les constitutions fondées sur la Magna Carta de 1215 et dans les constitutions d'autres nations à travers le monde. Elle mettra l'accent sur l'égalité devant la loi pour tous, sans distinction de race, de croyance ou de religion, tout en servant d'exemple pour consacrer les protections contre les arrestations arbitraires et les lois pénales rétroactives. Ces garanties, y compris le droit de se réunir et de s'associer pacifiquement, sera réaffirmées aux Canadiens dans leur propre Constitution de 1982 et dans la Charte des droits et libertés qui y est incorporée. Il est donc étrange que le pays voie ces mêmes libertés réduites à néant par l'adoption d'une loi sur l'immigration et la protection des réfugiés:

Les leçons de Nuremberg ont-elles été perdues?

Richard Bilkszto a-t-il été victime d'idéologies dés humanisantes?
 

Sonnettes d'alarme


Les leçons tirées des procès de Nuremberg ont été anticipées par certains membres du régime nazi. Certains, comme le jeune Helmuth Hübener, considéraient l'idéologie nazie et sa position agressive de « race maîtresse » comme un boulet autour du cou des Allemands, susceptible de les faire tous sombrer. Cet adolescent de la communauté mormone de Hambourg a eu cette révélation au lendemain de la « Nuit de Cristal », en 1938, lorsque des magasins et des résidences juives ont été vandalisés dans toute l'Allemagne et leurs occupants traînés dans les rues pour y être battus. Il quitte alors les Jeunesses hitlériennes et entame une campagne pacifique de distribution de littérature qui remet en cause le discours nazi et ses mensonges de guerre. Il sera accusé de trahison pour ses efforts et, à l'âge de 17 ans, sera décapité, devenant ainsi le plus jeune Allemand à subir une condamnation à mort par les nazis. Il conservera son courage et ses principes jusqu'au bout en déclarant au juge du « Tribunal du sang » qui le condamne: « Maintenant, je dois mourir, même si je n'ai commis aucun crime. C'est donc mon tour, mais votre tour viendra ».

Dissident adolescent de l'Allemagne nazie - Helmuth Hübener

Hübener était l'un des rares Allemands à avoir eu le courage de contester le régime nazi et son virage vers la « terreur et la tyrannie ». Il a lui-même expliqué la raison de sa vigilance solitaire en déclarant dans l'une de ses brochures que les nazis avaient réussi à intimider l'ensemble de la population « grâce à leurs tactiques de terreur sans scrupules contre les jeunes et les vieux, les hommes et les femmes, [...] faisant de vous des marionnettes molles qui obéissent à leurs ordres ». Il semblerait que les gens de tous les jours n'aient pas tenu compte des avertissements de Hübener par crainte pour leur propre sécurité et leurs perspectives d'avenir. Après tout, au moment de la mort du jeune pamphlétaire en 1942, les nazis avaient depuis longtemps pris le contrôle de toutes les agences de sécurité de l'État et avaient démontré leur penchant à les utiliser sans pitié contre leurs propres citoyens. Il semble en être de même dans le Canada d'aujourd'hui, où les quelques personnes qui s'opposent aux notions de l'État sont sommairement pointées du doigt et persécutées pour leur insubordination.

La chambre d'exécution où Helmuth Hübener a été décapité le 27 octobre 1942

Helen Grus, inspecteur de la police d'Ottawa, est l'une de ces Canadiennes qui est mise au pilori pour avoir sorti des sentiers battus. Mme Grus est employée par le service de police de cette ville en tant qu'enquêtrice au sein de la section des agressions sexuelles et des abus envers les enfants (SACA). À ce titre, elle s'est sentie obligée d'examiner un groupe inquiétant de neuf décès de nourrissons au début de l'année 2022. S'appuyant sur des recherches menées par des autorités telles que le CDC, qui indiquent que le vaccin contre le virus de Wuhan est potentiellement préjudiciable à la santé des nouveau-nés par l'intermédiaire du lait maternel, elle a jugé nécessaire d'enquêter sur le statut vaccinal des mères concernées. De telles pistes d'investigation contredisaient certainement le mantra « sûr et efficace » soigneusement élaboré pour ces vaccins ARNm. En fin de compte, ses efforts ont été réduits à néant par ses supérieurs et elle a elle-même fait l'objet d'une enquête pour « conduite déshonorante » pour avoir osé mener une enquête « non autorisée ». Frank Serpico, célèbre pour la corruption au sein de la police de New York dans les années 1970, a pris note de cette évolution et a dénoncé le service de police d'Ottawa pour avoir « dissimulé une enquête sur le lien potentiel entre les vaccins à ARNm et la mort subite du nourrisson ». Des signaux d'alarme ou quoi?

Helen Grus, inspecteur de la police d'Ottawa, et Frank Serpico, inspecteur retraité de la police de New York, tirent-ils la sonnette d'alarme?
 

Obéir aux ordres - pas tant que ça?


Pour les personnes et les sociétés qui croient que les gouvernements existent pour représenter les droits et libertés individuels et les intérêts nationaux, des personnes comme Hübener, Grus et Serpico sont de brillants exemples de service civique remarquable. Les raisons sont faciles à discerner, car ces leaders/serviteurs partent du principe que tous les individus méritent qu'on leur consacre le meilleur de leurs efforts et, surtout, qu'on leur dise la vérité. On peut compter sur ces hommes et ces femmes de principe pour respecter leur serment de service et, ce faisant, créer des liens de confiance avec ceux dont ils sont responsables du bien-être. Ils se trouveront inévitablement en conflit avec des ordres qui déforment une situation, s'écartent de la vérité ou peuvent être perçus comme servant des ambitions cachées. Inévitablement, ces ordres flétrissent devant des questions concertées qui remettent en cause les hypothèses qui les sous-tendent, alors même que leurs émetteurs sont mis sur la sellette. Faut-il s'étonner, dès lors, qu'un système de gouvernance visant à contrôler ses membres plutôt qu'à les libérer se sente obligé d'étouffer, de punir et de mettre à l'écart des adeptes aussi réticents?

Les adeptes réticents doivent être punis?

Au vu de l'expérience canadienne au cours des trois dernières années de la pandémie du virus de Wuhan, on peut supposer que notre État administratif et ses porte-parole politiques se sont pleinement engagés à délégitimer ceux qui ont osé remettre en question les récits qui s'y rapportent. L'affaire Grus peut être considérée comme représentative de ces tactiques, puisque les autorités policières d'Ottawa ont systématiquement pris des mesures pour restreindre l'autorité d'investigation de Grus et limiter la couverture médiatique des enquêtes qui ont suivi. Le message est clair pour les autres aspirants enquêteurs à la recherche de la vérité: mieux vaut vérifier auprès du vaisseau mère avant d'oser poser des questions en dehors du cadre de l'enquête. Au cas où quelqu'un penserait que l'affaire Grus n'est qu'un cas isolé, il suffit d'observer des cas similaires de « tuer le messager » dans d'autres secteurs, y compris celui qui a été lancé par l'Ordre des psychologues de l'Ontario. Aussi incroyable que cela puisse paraître, cet ordre exige que l'un de ses membres, le Dr Jordan Peterson, intellectuel du Canada anglais de réputation mondiale, suive une formation de rééducation visant à remédier à ses déclarations publiques erronées sur l'idéologie du genre et les interventions chirurgicales irréversibles qui en découlent.

Les opinions du Dr Jordan Peterson vont à l'encontre des idées reçues. Camp de rééducation nécessaire?

Compte tenu de ces efforts concertés et généralisés pour maintenir le suiveur réticent dans le droit chemin, il se peut que les Canadiens en général n'aient pas absorbé les leçons de Nuremberg et concluent qu'elles n'en valent tout simplement pas la peine. En conséquence, on peut considérer qu'ils imitent leurs homologues allemands des années 1930 et 1940 en « suivant les ordres » pour éviter d'être intimidés et tyrannisés par leurs propres dirigeants. Des dizaines de milliers de Canadiens sont peut-être morts pour qu'une telle tyrannie ne s'abatte « plus jamais » sur les citoyens ordinaires d'une société libre et démocratique, mais nous nous retrouvons avec des idéologies fantaisistes et mal formées qui font la loi. Si les libertés « fondamentales » annotées dans la Charte ne nous protègent pas de ces doctrines toxiques, on peut se demander si la clause de « suprématie » de l'article 52(1) peut nous soulager. Elle stipule que toute loi « incompatible avec les dispositions de la Constitution est, dans la mesure de l'incompatibilité, inopérante ». La question qui se pose maintenant est la suivante: les Canadiens sont-ils prêts à continuer à suivre de telles lois et réglementations?

Les Canadiens rejetteront-ils les lois fondées sur la peur plutôt que sur la Charte?
 

Aidez-nous! Contribuez à l'expansion de la campagne d'affichage du C3RF!


Le C3RF a noté avec une certaine inquiétude les restrictions de plus en plus importantes imposées à la libre expression des Canadiens par leur propre classe politique. Ces restrictions ont commencé avec la motion M-103, lorsque des accusations infondées de « racisme systémique » et d'« islamophobie » ont donné le ton pour punir les communications qui remettaient en question de tels récits. C'est ainsi que nous nous retrouvons aujourd'hui dans une situation où des Canadiens perdent leur emploi pour avoir osé discuter des aspects expansionnistes et d'exclusion de la charia ou pour avoir exprimé leurs « opinions inacceptables » sur la colline du Parlement dans l'espoir d'exprimer leurs préoccupations concernant le mandat vaccinal.

Les camionneurs sont-ils des « marginaux » aux « opinions inacceptables »?

Il était particulièrement révélateur que notre propre Premier ministre qualifie les manifestations des camionneurs de « marginales » et indignes d'un dialogue. C'est ainsi que le C3RF a été amené à poser la question suivante: « La Charte interdit-elle les 'opinions inacceptables'? » et à le faire sur un grand panneau d'affichage situé sur une autoroute très fréquentée entre Ottawa et Toronto. L'objectif est d'amener les Canadiens à réfléchir à la mesure dans laquelle leur gouvernement est allé jusqu'à restreindre leur liberté d'expression et leur droit de l'utiliser pour pleurer la perte de ce qui était autrefois garanti comme des libertés civiles - alors même que nous leur demandons de rejoindre la famille en ligne du C3RF. Avec votre généreux soutien, nous espérons également étendre le nombre de panneaux d'affichage à d'autres lieux très fréquentés de l'Ontario dans un premier temps, puis à tout le reste du Canada.

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Twitter, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

コメント


bottom of page