top of page

C3RF Update, 02 Feb 2024 – Going down swinging


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas



For those of you on the run and short of time, here’s a 3-minute video presentation that introduces this C3RF Update!

 

Lizard brain


How could it be that the country that once called itself “strong and free” could have fallen so far from grace?  The fact that it has done so is evidenced by a plethora of instances that have put a new national coarseness and vacuity on display.  One of the most sad and cringeworthy is the case of Stephanie Warriner and her needless death at the hands of security staff at the Toronto General Hospital.  Stephanie, a professional animal groomer with bi-polar and dependency issues but beloved by family and friends, was admitted to hospital with breathing problems in May of 2020.  Unfortunately for her, she wandered towards the hospital’s food court looking for a bite to eat with her face mask around her neck.  Her failure to accommodate proper masking protocols was motivated by her need to breathe but, ironically, would prove to be her undoing.


Stephanie Warriner lost her life while trying to breathe?

When confronted by two hospital security staff she had the temerity to refuse their order to mask up.  From that point on the situation descended rapidly into a physical confrontation in which the “use of force continuum” was thrown out the window.  The context of the day was one in which the Wuhan virus presented a lethal threat when combined with an improperly worn mask.  It was a fight or flight situation for the security officers as their “lizard brains” kicked in to control a situation they saw as threatening and out of their control.  Thinking creatively or collaboratively is not a lizard brain’s strong point so the fight was on and the diminutive Ms. Warriner would be “wrangled like cattle”.  Hospital cameras would see her pushed out of view behind a wall before they were conveniently turned away.  She would next be seen coming out from behind the wall lifelessly slumped in a wheelchair.


A lifeless Ms. Warriner a victim of lizard brain?

The instances of fear-instilled lizard brain would not be limited to Canadian medical institutions but would be in evidence across the land.  Some would be seen as monumentally stupid and would resonate on social media platforms internationally.  These included but are not limited to:



In these and many other cases, Canadians and their authorities would let fear take over and use their lizard brains to snitch on their neighbours or crush civil liberties respectively.  Its as though the whole nation had succumbed to groupthink.


Lizard brain Quebec neighbours snitch on New Year's Eve house party
 

Groupthink


Although fear may have induced the lizard brain “fight or flight” response in the case of Ms. Warriner, the question remains how is it that an improperly worn mask can instill such fear?  Wouldn’t any reasonable person understand that while masking might keep the spittle at bay it in no way stops the spread of microscopic viruses that a symptomatic host might be shedding?  After all, doesn’t the warning on a box of magic medical masks explicitly state that the product does not prevent the spread of Covid-19?  And while we’re at it, what would motivate a neighbour to snitch on a next-door party that was a few folks above the “gathering restriction”?  Didn’t Canada use to be a place where citizens looked out for each other?


How did Canadians miss the warning on boxes of surgical masks when it came to the Wuhan virus?

The term “groupthink” was coined in 1971 and it was used to describe “a phenomenon that occurs when a group of well-intentioned people makes irrational or non-optimal decisions spurred by the urge to conform or the belief that dissent is impossible”.  As an esteemed C3RF member put it to me recently, a certain amount of groupthink is a good thing and, indeed, a necessity as we live in complex societies that require “a huge amount of specialization and thus trust” based upon an “agreed upon body of knowledge”.  The type of knowledge that merits such conformance is that which was hard-won through careful observation compliant with the scientific method – knowledge like that embodied within the World Health Organization’s pandemic response plan of 2019 that was unceremoniously given the heave-ho with the advent of the Wuhan virus.



The creation of a groupthink capable of displacing hard-won science like that embodied in the WHO’s former pandemic planning guidelines cannot come out of thin air.  It must be carefully crafted and placed in control of a society’s levers of power to make irrational decisions the go-to response for harried situations while having the means to make dissent impossible.  Once in place the groupthink morphs into a psychological trap that sees the duped, like the Quebec New Year’s Eve neighbours and the Calgary police, become the protectors of the dogma as they need to lie to themselves to maintain a ”psychological equilibrium”.  How else to cement their positions within a matrix of believers while avoiding any need to confront the logical inconsistencies associated with their stance?  One is left wondering, who or what is behind the curtain pulling the groupthink levers?


Who is the wizard behind the groupthink curtain?
 

Going down swinging


Yeah, it had to come in time

And she said I'm never goin' back

She said at last I'm free

I wish ma could see me now, she'd be so proud of me


She went down swingin'

Like Glenn Miller

Yeah, she went down ”Swingin” Tom Petty 2012


For groupthink and the social need to conform to take hold there needs to be a catalyst that gets the herd converging on itself and moving in the prescribed direction.  History teaches us that the catalyst of choice is fear compounded by an urgent timeline.  In the Province of Ontario context, we can see that the fear and urgency associated with the Wuhan virus were called up from sources external to the province.  After all, Premier Doug Ford justified the need for draconian measures on the basis of public health advice gleaned from his “science table” which, in turn, was parroting the World Health Organization and its sycophantic support of a novel Chinese approach that called for the locking down of whole cities.  Indeed, Ford stated that he could not go against this advice as doing so was akin to tying a rope around his neck and jumping off of a bridge


Ontario Premier Ford would rather tie a rope around his neck and jump off of a bridge than cross his public health minders

At the federal level we saw the same logic put in play as the prime minister alluded to the need to follow the newfound “science” being rolled out from the WHO and China.  Forget about any need to assess hard data and evidence through a “separation of powers” structure that had been put in place to guard against such tyrannical rule.  Courts would give the government a “margin of appreciation” when it came to which experts could be listened to and would even declare charges of Charter abuse “moot” if freedom-crushing measures were temporarily suspended.  Missed in the rush to conform to this groupthink was the part played by international organizations like the Rockefeller Foundation and the World Economic Forum in gaming, preparing and foisting a pandemic on the world.


Are off-shore agencies and organizations in charge of Canada?

The Rockefeller Foundation sponsored a tabletop exercise in 2010 that sought to detail how geo-political elites could “springboard for further creative thinking about how technology could shape development”.  The preferred scenario that was offered up for consideration was the “lockstep” approach to dealing with a worldwide pandemic.  Lockstep lauded a China model that was characterized by extensive population control and surveillance measures that were the hallmark of the Wuhan virus response.  Another international tabletop exercise was jointly engineered by NGOs like the World Economic Forum a mere few months ahead of the advent of the Wuhan virus in March of 2020.  This “Event 201” stressed the need for rapid vaccine development and, in conjunction with Lockstep and an uncontrolled “gain of function” technology, we begin to see the wizard behind the curtain as a seamless cycle of virus and vaccine development accompanied by airtight surveillance and control measures.  Such a development is not going unopposed, however, as Freedom Convoy 2022 and the recent Mosley decision that cited the related invocation of the Emergencies Act as unconstitutional are indicative of a willingness to follow Stephanie Warriner and go down swinging.


Federal Court Judge Richard Mosley’s decision vindicates Freedom Convoy 2022 commitment to go down swinging?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. Please consider clicking here to support C3RF today. And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on X(f.k.a. Twitter), on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Pour ceux qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 3 minutes qui résume cette mise à jour du C3RF!

 

Le cerveau reptilien


Comment est-il possible que le pays qui se disait autrefois "fort et libre"(strong and free)  ait pu tomber si bas.  Cette déchéance est attestée par une multitude d'événements qui ont mis en évidence une nouvelle grossièreté et une nouvelle vacuité nationales.  L'un des cas les plus tristes et les plus choquants est celui de Stephanie Warriner et de sa mort inutile aux mains du personnel de sécurité de l'hôpital général de Toronto.  Stephanie, une toiletteuse d'animaux professionnelle souffrant de troubles bipolaires et de dépendance, mais aimée de sa famille et de ses amis, a été admise à l'hôpital pour des problèmes respiratoires en mai 2020. Malheureusement pour elle, elle s'est dirigée vers l'aire de restauration de l'hôpital, à la recherche d'une bouchée, avec son masque autour du cou.  Le fait qu'elle n'ait pas respecté les protocoles de masquage appropriés était motivé par son besoin de respirer, mais, ironiquement, cela s'est avéré être sa perte.


Stephanie Warriner a perdu la vie en essayant de respirer?

Face à deux agents de sécurité de l'hôpital, elle a eu la témérité de refuser leur ordre de se masquer.  À partir de ce moment, la situation a rapidement dégénéré en une confrontation physique au cours de laquelle le « recours au continuum de la force » a été jeté par la fenêtre.  Le contexte de la journée était le suivant: le virus de Wuhan représentait une menace mortelle lorsqu'il était associé à un masque mal porté.  Les agents de sécurité se sont retrouvés dans une situation de lutte ou de fuite, leur « cerveau reptilien » s'étant mis en branle pour contrôler une situation qu'ils considéraient comme menaçante et hors de leur contrôle.  La pensée créative ou la collaboration n'étant pas le point fort du cerveau reptilien, le combat s'est engagé et la petite Mme Warriner a été « manipulée comme un animal ».  Les caméras de l'hôpital l'ont vue repoussée derrière un mur avant d'être écartée comme il se doit.  On la voit ensuite sortir de derrière le mur, sans vie, affalée dans un fauteuil roulant.


Une Mme Warriner sans vie, victime d'un cerveau reptilien?

Les cas de cerveau reptilien inspiré par la peur ne se limiteraient pas aux institutions médicales canadiennes, mais se manifesteraient dans tout le pays.  Certains seraient considérés comme monumentalement stupides et trouveraient un écho sur les plateformes de médias sociaux à l'échelle internationale.  Il s'agit notamment, mais pas exclusivement, des cas suivants:



Dans ces cas et dans bien d'autres, les Canadiens et leurs autorités ont laissé la peur prendre le dessus et ont utilisé leur cerveau reptilien pour dénoncer leurs voisins ou écraser les libertés civiles. C'est comme si toute la nation avait succombé à la pensée de groupe.


Le cerveau reptilien: des délateurs au Québec, des porte-panier, dénoncent leurs voisins
 

La pensée de groupe


Bien que la peur ait pu induire la réaction de combat ou de fuite dans un cerveau reptilien dans le cas de Mme Warriner, la question demeure: comment se fait-il qu'un masque mal porté puisse inspirer une telle peur?  Toute personne raisonnable ne comprendrait-elle pas que si le masque peut tenir les crachats à distance, il n'empêche en rien la propagation des virus microscopiques que son propriétaire symptomatique peut excréter?  Après tout, l'avertissement figurant sur les boîtes de masques médicaux magiques n'indique-t-il pas explicitement que le produit n'empêche pas la propagation de Covid-19?  Et pendant que nous y sommes, qu'est-ce qui pousserait un voisin à dénoncer une fête organisée à côté de chez lui et dépassant de quelques personnes la « limite de rassemblement »?  Le Canada n'était-il pas autrefois un pays où les citoyens veillaient les uns sur les autres?


Comment les Canadiens ont-ils pu manquer l'avertissement figurant sur les boîtes de masques chirurgicaux lorsqu'il s'est agi du virus de Wuhan?

Le terme « pensée de groupe ou groupthink » a été inventé en 1971 pour décrire « un phénomène qui se produit lorsqu'un groupe de personnes bien intentionnées prend des décisions irrationnelles ou non optimales, poussées par l'envie de se conformer ou la croyance que la dissidence est impossible ».  Comme me l'a dit récemment un membre estimé du C3RF, une certaine dose de pensée de groupe est une bonne chose et, en fait, une nécessité car nous vivons dans des sociétés complexes qui requièrent « une grande spécialisation et donc de la confiance » basée sur un « ensemble de connaissances reconnues ».  Le type de connaissances qui mérite une telle conformité est celui qui a été durement acquis par une observation minutieuse conforme à la méthode scientifique - des connaissances telles que celles contenues dans le plan de réponse à la pandémie de 2019 de l'Organisation mondiale de la santé, qui a été abandonné sans cérémonie avec l'arrivée du virus de Wuhan.



La création d'une pensée de groupe capable de supplanter la science durement acquise, comme celle incarnée par les anciennes lignes directrices de l'OMS en matière de planification des pandémies, ne peut pas surgir de nulle part.  Elle doit être soigneusement élaborée et placée sous le contrôle des leviers de pouvoir d'une société--- pour faire des décisions irrationnelles la réponse à apporter aux situations difficiles, tout en ayant les moyens de rendre toute dissidence impossible.  Une fois en place, la pensée de groupe se transforme en un piège psychologique qui voit les dupes, comme les voisins québécois du Nouvel An et la police de Calgary, devenir les protecteurs du dogme, car ils doivent se mentir à eux-mêmes pour maintenir un « équilibre psychologique ».  Comment faire autrement pour consolider leur position au sein d'une matrice de croyants tout en évitant d'avoir à affronter les incohérences logiques associées à leur position?  On peut se demander qui ou quoi se trouve derrière le rideau et tire les leviers de la pensée collective.


Qui est le magicien derrière le rideau de la pensée collective?
 

Se battre jusqu'au bout


Yeah, it had to come in time

And she said I'm never goin' back

She said at last I'm free

I wish ma could see me now, she'd be so proud of me


She went down swingin'

Like Glenn Miller

Yeah, she went down ”Swingin” Tom Petty 2012


Pour que la pensée de groupe et le besoin social de se conformer s'installent, il faut un catalyseur qui fasse converger le troupeau sur lui-même et le fasse avancer dans la direction prescrite.  L'histoire nous enseigne que le catalyseur de choix est la peur combinée à un calendrier urgent.  Dans le contexte de la province de l'Ontario, nous pouvons constater que la peur et l'urgence associées au virus de Wuhan ont été suscitées par des sources extérieures à la province.  Après tout, le premier ministre Doug Ford a justifié la nécessité de prendre des mesures draconiennes sur la base de conseils de santé publique émanant de sa "table scientifique" qui, à son tour, se faisait l'écho de l'Organisation mondiale de la santé et de son soutien sycophante à une approche chinoise novatrice qui prévoyait le confinement de villes entières.  En effet, Ford a déclaré qu'il ne pouvait pas aller à l'encontre de ces conseils, car cela reviendrait à s'attacher une corde autour du cou et à sauter d'un pont


Le premier ministre de l'Ontario, M. Ford, préférerait s'attacher une corde autour du cou et sauter d'un pont plutôt que d'affronter ses responsables de la santé publique

Au niveau fédéral, la même logique a été mise en œuvre lorsque le Premier ministre a fait allusion à la nécessité de suivre la nouvelle « science » diffusée par l'OMS et la Chine.  Oubliez tout besoin d'évaluer des données et des preuves tangibles par le biais d'une structure de « séparation des pouvoirs » qui avait été mise en place pour se prémunir contre de telles règles tyranniques.  Les tribunaux accorderaient au gouvernement une « marge d'appréciation » en ce qui concerne les experts à écouter et déclareraient même les accusations d'abus de la Charte « sans objet » si les mesures liberticides étaient temporairement suspendues.  Dans la précipitation à se conformer à cette pensée de groupe, le rôle joué par des organisations internationales telles que la Fondation Rockefeller et le Forum économique mondial dans le jeu, la préparation et l'imposition d'une pandémie au monde n'a pas été pris en compte.


Les agences et organisations outre-mer sont-elles en charge du Canada?

En 2010, la Fondation Rockefeller a parrainé un exercice sur table qui visait à expliquer comment les élites géopolitiques pouvaient « faire naître une réflexion créative sur la manière dont la technologie pouvait influencer le développement ». Le scénario privilégié qui a été proposé à l'examen était l'approche « par étapes » de la gestion d'une pandémie mondiale.  Ce scénario fait l'éloge d'un modèle chinois caractérisé par des mesures étendues de contrôle et de surveillance de la population, qui ont été la marque de fabrique de la réponse au virus de Wuhan.  Un autre exercice international sur table a été organisé conjointement par des ONG et le Forum économique mondial quelques mois seulement avant l'apparition du virus de Wuhan en mars 2020.  Cet « événement 201 » a mis l'accent sur la nécessité de développer rapidement des vaccins et, en conjonction avec Lockstep et une technologie incontrôlée de « gain de fonction », nous commençons à voir le magicien derrière le rideau comme un cycle continu de développement de virus et de vaccins accompagné d'une surveillance et de mesures de contrôle hermétiques.  Une telle évolution ne va pas sans opposition, cependant, puisque le convoi de la liberté 2022 et la récente décision Mosley, qui a qualifié d'inconstitutionnelle l'invocation de la loi sur les situations d'urgence, témoignent d'une volonté de suivre Stephanie Warriner et d'aller au bout de la logique.


La décision du juge Richard Mosley de la Cour fédérale donnet-elle raison au Convoi de la liberté 2022, qui s'est engagé à se battre pour nos droits?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Cliquez ici pour soutenir le C3RF dès aujourd'hui. Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur X(f.k.a. Twitter), sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Comments


bottom of page