top of page

C3RF Update, 03 Nov 2023 – Remembrance as revolution


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! C3RF billboard campaign info below



For those of you on the run and short of time, here’s a 4-minute video presentation that introduces this C3RF Update!

 

Remembrance displaced


As 11 November 2023 approaches so too the pace of coerced guilt and division quickens. This never used to be the case as Remembrance Day, until the recent past, was a day of unity. It was a day when Canadians came together to recall the sacrifices of those who fought and died for the way of life and liberties that we celebrate to this day. I, for one, recall public school assemblies where all staff and students gathered to sing the national anthem (the one before all the equity-based amendments) and view wartime films (including Holocaust footage) before honouring our veterans with a minute’s silence. Now the day is fuzzified by accusations that divide and distract.

Vimy Memorial a foregone symbol of national sacrifice and unity?

I have noted in discussing previous runups to Remembrance Day that this pattern is quite discernible. In 2018, for example, the push was on across the nation to displace the traditional red poppy with a white one so that the “freedom is not free” message might be replaced with “peace at any cost”. Then in 2019 we had our remembrance sidelined by the kerfuffle created by Don Cherry’s outburst on Mississauga’s “you people” and their proclivity to not bother wearing any kind of poppy at all. The saga continued in 2020 as the Whole Foods grocery chain instituted a policy that actually forbade employees from wearing a poppy as it represented a “cause”. This, even as the grocer made a point of celebrating “Pride” the year before. So many distractions so close to the Day of Remembrance itself, one might think it was all on purpose.

Don Cherry chides poppyless "you people" and loses his job

The chronicle of distraction accelerated in 2021 as we were witness to two competing Remembrance Days. One, on 08 November, was dedicated to indigenous veterans who sacrificed for their country while the other traditional day, on 11 November, was dedicated to all of the racists and bigots who discriminated against their aboriginal cohorts even as they fought the enemy side -by-side. This divisive parsing of the day into two was exacerbated by claims of Indian Residential School graves chock full of tortured indigenous students. These charges, unsubstantiated though they were, would still become a feature of the 2022 remembrance scene. Now in 2023, with the unmarked grave allegations looking less true and coming under closer scrutiny, a new distraction is required.

Hero "Tommy Prince" fought with other Canadians in the "Devil's Brigade"
 

Remembrance without prayer


True to form and just in time, that distraction has arrived in the form of a decree by the Canadian military’s Chaplain General, Brigadier-General Guy Belisle, to cease Remembrance Day prayers. This was no ordinary decree as it hit hard at the whole raison d’être of the Chaplain service; that of tending to the spiritual needs of the soldiers, sailors and airmen under their charge. From here on in and just in time for Remembrance Day, this service would be greatly degraded by the decree’s forbiddance of prayer or the display of related symbols and garb in public settings. It may have been acceptable in the old “systemically racist” Canada to do so but that was then. Now the Canadian Armed Forces (CAF) would be “mindful of the Gender-Based Analysis (GBA+)”. Understandably, the decree has met with pushback and forced the military to backtrack. Chaplains will be allowed to pray but they still must be “inclusive” and preface their prayers with a warning in the form of a “preamble”.

CAF Chaplain General, Brigadier General Guy Belisle – no non-inclusive public prayers allowed?

At first blush, it’s hard to see how such a draconian and anti-religious policy could soothe the sensibilities of those it intended to comfort. After all, secularists and non-believers have been attending public prayer sessions associated with ceremonies like those held during Remembrance Day for decades with no ill effect. On the other hand, these ceremonies, conducted by a Chaplain Service that accommodates all of the Abrahamic faiths, go a long way to ministering to the military community in accord with its mission to support and care “for all CF personnel and their families, wherever they live and serve, empowering them spiritually and morally to meet the demands of military service.” CAF chaplains have been devastated and demoralized by the new policy and wonder if “an officer in charge of culture change” should be doing their job.

CAF chaplains to be replaced with “culture change” officers?

White poppy programs, Don Cherry’s musings on “you people”, separate Remembrance Days for the indigenous and, now, no non-inclusive prayers allowed for our war dead. One very wise colleague of mine posits that these disparate agitations cannot be motivated by happenstance but are operating under a single standard, a standard that assesses all things that advance a cultural revolution as good and those that don’t as bad. Given the fact that all of the attacks arrayed against Remembrance Day over the past several years have diminished our collective ability to pay homage to those who sacrificed all for the sake of preserving a legacy of freedom that is bound tightly to our traditions and core values, does he have a point? Does the “Drag Race” TV program better advance Canadian values?

Forget about Remembrance Day ceremonies, “Drag Race” is the place to be
 

Remembrance as revolution


The attack on CAF chaplains and their commitment to public prayer on behalf of the military communities they serve can certainly be seen to be operating against the principles that underpin our Western society. These principles, so aptly described in the preamble to the Canadian Charter as the “supremacy of God” and the “rule of law”, are the stuff of the prayers that our chaplains cannot now evoke. These prayers, now censured, speak to the majority of a population that organizes itself in accordance with rights and freedoms that are bestowed by a transcendent authority and are beyond the control of man or state. Accordingly, they speak to militaries dedicated to executing “just wars” and to chaplains who would support those who fight them.

Chaplains who pray for and with our troops are now silenced as the concept of “just war” is cancelled?

The concept of a cultural revolution dedicated to disassembling a free and democratic society does make sense. Particularly when one ties together all of the silly, nonsensical and counter-factual disparagements of Canadian history and traditions over the past several decades. The process can be seen to have begun with small incursions including admonishments to not utter “Merry Christmas” lest some become fearful for their own safety. These baby steps, however, became giant over time and now include the toppling of statues, the burning of churches and, evidently, the disallowance of any prayer in the CAF that might honour the supremacy of God and its consequential impact on the establishment of individual rights and freedoms. Those pesky things that Canadians have fought and died for.

Is Canadian Remembrance Day being subsumed by a cultural revolution?

The erosion of the principles and prayer that buttress the very fabric of a once free and democratic society is not lost on those who, in previous times, have fought to preserve them on a field of battle. After all, such expressions of societal fealty are not made lightly and can only be expected when the rights and values being defended are seen as worthwhile. So it was for myself when I joined the military at the tender age of 17 as, I’m sure, it was with the buddies I went to war with at the tail end of my 30s. Could it be that herein lies the reason for flagging recruitment and retention rates within the CAF? Could it be that a military that denies prayers that remember its dead and founding principles is not worth fighting for? Could it be time for a cultural counter-revolution? Or has that revolution already started?

Has the counter-revolution begun?
 

Help! Contribute to expanding the C3RF bill board campaign!


C3RF has noted with some concern the ever-increasing restrictions being placed on the speech of Canadians by their own political class. They had their start with Motion M-103 when unfounded accusations of widespread “systemic racism” and “Islamophobia” set the tone for punishing communications that challenged such narratives. And so it goes today that we find ourselves in a place where Canadians actually lose their jobs for daring to discuss the expansionist and exclusionary aspects of Sharia Law or taking their “unacceptable views” to Parliament Hill in hopes of airing their vaccine mandate concerns.

Are Canadian truckers "fringe" folks with "unacceptable views"?

It was particularly telling that our own Prime Minister would pigeon-hole the trucker protests as being “fringe” and unworthy of dialogue. And so we here at C3RF were prompted to ask the question, “does the Charter forbid ‘unacceptable views’?” and to do so on a large billboard situated on a busy Ottawa-Toronto highway. The intent is to get Canadians thinking about just how far their government has gone to restrict their speech and their right to use it to grieve the loss of what used to be guaranteed civil liberties – even as we ask them to join the online C3RF family. With your gracious support, we also hope to expand the number of billboards to other highly travelled locations across Ontario initially and then the rest of Canada.

 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

A noter! Campagne d'affichage du C3RF ci-dessous



Pour ceux qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 4 minutes qui résume cette mise à jour du C3RF!

 

Souvenirs déplacés


À l'approche du 11 novembre 2023, le rythme de la culpabilité forcée et de la division s'accélère. Cela n'a jamais été le cas, car le jour du Souvenir était, jusqu'à un passé récent, un jour d'unité. C'était un jour où les Canadiens se réunissaient pour se rappeler des sacrifices de ceux qui se sont battus et sont morts pour le mode de vie et les libertés que nous célébrons encore aujourd'hui. Pour ma part, je me souviens des assemblées des écoles publiques où tout le personnel et les élèves se réunissaient pour chanter l'hymne national (celui avant tous les amendements fondés sur l'équité [1]) et visionner des films sur la guerre (y compris des séquences de l'Holocauste) avant d'honorer nos anciens combattants en observant une minute de silence. Aujourd'hui, la journée est brouillée par des accusations qui divisent et détournent l'attention.


[1] Ici je parle évidemment du « Ô Canada » en anglais. En français l'hymne s'il a un défaut ce serait celui d'être toujours un reflet du Canada français de 1880. R.C.

Le mémorial de Vimy, symbole du sacrifice et de l'unité nationale?

J'ai noté, en discutant des préparatifs précédents le jour du Souvenir, que ce schéma est tout à fait discernable. En 2018, par exemple, la nation s'est efforcée de remplacer le traditionnel coquelicot rouge par un coquelicot blanc afin que le message "la liberté n'est pas libre" soit remplacé par « la paix à tout prix ». Puis, en 2019, notre souvenir a été mis à l'écart par l'agitation créée par la sortie de Don Cherry sur le « vous-autres » de Mississauga et leur tendance à ne pas porter de coquelicot du tout. La saga s'est poursuivie en 2020, lorsque la chaîne d'épicerie Whole Foods a instauré une politique qui interdisait aux employés de porter un coquelicot parce qu'il représentait une « cause ». Et ce, alors même que l'épicerie avait tenu à célébrer la « Fierté » l'année précédente. Autant de distractions, si près du jour du Souvenir lui-même, on pourrait penser que tout cela est voulu.

Don Cherry, qui a critiqué le « vous-autres » sans coquelicot, perd son emploi

La chronique de la distraction s'est accélérée en 2021 lorsque nous avons été témoins de deux journées du souvenir concurrentes. L'une, le 8 novembre, était dédiée aux vétérans autochtones qui se sont sacrifiés pour leur pays, tandis que l'autre, le 11 novembre, était consacrée à tous les racistes et bigots qui ont discriminé leurs cohortes autochtones alors même qu'ils combattaient l'ennemi côte à côte. Cette division de la journée en deux a été exacerbée par les affirmations selon lesquelles les tombes des pensionnats indiens étaient remplies d'élèves autochtones torturés. Ces accusations, pour infondées qu'elles soient, continueront à faire partie du paysage commémoratif de 2022. En 2023, alors que les allégations de tombes anonymes semblent moins fondées et font l'objet d'un examen plus approfondi, une nouvelle distraction s'impose.

Le héros « Tommy Prince » a combattu avec d'autres Canadiens dans la « brigade du diable »
 

Le souvenir sans la prière


Fidèle à son habitude et juste à temps, cette distraction est arrivée sous la forme d'un décret de l'aumônier général de l'armée canadienne, le brigadier-général Guy Bélisle, visant à mettre un terme aux prières du jour du Souvenir. Il ne s'agit pas d'un décret ordinaire, car il touche de plein fouet la raison d'être du service d'aumônerie, qui est de répondre aux besoins spirituels des soldats, des marins et des aviateurs dont ils ont la charge. À partir de maintenant, et juste à temps pour le jour du Souvenir, ce service sera fortement dégradé par l'interdiction, prévue par le décret, de la prière ou de l'affichage de symboles et de vêtements religieux dans les lieux publics. Il était peut-être acceptable de le faire dans l'ancien Canada « systémiquement raciste », mais c'était à l'époque. Désormais, les Forces armées canadiennes (FAC) seraient « attentives à l'analyse comparative entre les sexes (ACS+) ». Il est compréhensible que ce décret ait suscité des réactions négatives et ait contraint l'armée à faire marche arrière. Les aumôniers seront autorisés à prier, mais ils devront être « inclusifs » et faire précéder leurs prières d'un avertissement sous la forme d'un « préambule ».

L'aumônier général de la CAF, le général de brigade Guy Bélisle, interdit les prières publiques non inclusives

À première vue, on voit mal comment une politique aussi draconienne et antireligieuse pourrait calmer les sensibilités de ceux qu'elle vise à rassurer. Après tout, les laïcs et les non-croyants assistent depuis des décennies à des séances de prières publiques associées à des cérémonies telles que celles organisées à l'occasion du jour du Souvenir, sans que cela n'entraîne de conséquences néfastes. D'autre part, ces cérémonies, organisées par un service d'aumônerie qui accepte toutes les religions abrahamiques, contribuent grandement à l'exercice du ministère auprès de la communauté militaire, conformément à sa mission qui consiste à soutenir et à prendre soin « de tous les membres des FC et de leurs familles, où qu'ils vivent et servent, en leur donnant les moyens spirituels et moraux de répondre aux exigences du service militaire ». Les aumôniers des FAC ont été dévastés et démoralisés par la nouvelle politique et se demandent si « un officier chargé du changement de culture » devrait faire leur travail.

Les aumôniers de la CAF vont être remplacés par des officiers chargés du « changement de culture »?

Les programmes de coquelicots blancs, les réflexions de Don Cherry sur le « vous-autres », les journées du souvenir distinctes pour les indigènes et, maintenant, les prières non inclusives interdites pour nos morts à la guerre. Un de mes collègues, très avisé, affirme que ces agissements disparates ne peuvent être motivés par le fruit du hasard, mais qu'ils obéissent à une norme unique, une norme qui considère comme bonnes toutes les choses qui font avancer une révolution culturelle, et comme mauvaises celles qui ne le font pas. Étant donné que toutes les attaques lancées contre le jour du Souvenir au cours des dernières années ont réduit notre capacité collective à rendre hommage à ceux qui se sont sacrifiés pour préserver un héritage de liberté étroitement lié à nos traditions et à nos valeurs fondamentales, mon collègue marque-t-il un point ? L'émission télévisée « Drag Race » fait-elle mieux avancer les valeurs canadiennes?

Oubliez les cérémonies du jour du Souvenir, la « Drag Race » est l'endroit où il faut être
 

Le souvenir comme révolution


L'attaque contre les aumôniers des FAC et leur engagement à prier publiquement au nom des communautés militaires qu'ils servent peut certainement être considérée comme allant à l'encontre des principes qui soutiennent notre société occidentale. Ces principes, si bien décrits dans le préambule de la Charte canadienne comme la « suprématie de Dieu » et la « primauté du droit », sont à l'origine des prières que nos aumôniers ne peuvent désormais plus évoquer. Ces prières, aujourd'hui censurées, s'adressent à la majorité d'une population qui s'organise en fonction de droits et de libertés conférés par une autorité transcendante et qui échappent au contrôle de l'homme ou de l'État. En conséquence, elles s'adressent aux armées qui se consacrent à l'exécution de « guerres justes » et aux aumôniers qui soutiennent ceux qui les mènent.

Les aumôniers qui prient avec et pour nos troupes sont désormais réduits au silence, alors que le concept de « guerre juste » est « cancellé »?

Le concept d'une révolution culturelle visant à démanteler une société libre et démocratique a du sens. Surtout si l'on fait le lien entre tous les dénigrements stupides, absurdes et contre-factuels de l'histoire et des traditions canadiennes au cours des dernières décennies. Le processus a commencé par de petites incursions, notamment des admonestations à ne pas prononcer « Joyeux Noël » de peur que certains ne craignent pour leur propre sécurité. Ces petits pas sont toutefois devenus géants au fil du temps et comprennent désormais le renversement de statues, l'incendie d'églises et, de toute évidence, l'interdiction de toute prière dans le CAF qui pourrait faire honneur à la suprématie de Dieu et à son impact sur l'établissement des droits et des libertés individuels. Ces choses ennuyeuses pour lesquelles les Canadiens se sont battus et sont morts.

Le jour du Souvenir canadien est-il en train d'être absorbé par une révolution culturelle?

L'érosion des principes et de la prière qui soutiennent le tissu même d'une société autrefois libre et démocratique n'échappe pas à ceux qui, dans le passé, sur un champ de bataille, se sont battus pour les préserver sur un champ de bataille. Après tout, de telles expressions de fidélité sociétale ne se font pas à la légère et ne peuvent être attendues que lorsque les droits et les valeurs défendus sont jugés dignes d'intérêt. C'est ce qui s'est passé pour moi lorsque je me suis engagé dans l'armée à l'âge de 17 ans et, j'en suis sûr, pour les copains avec lesquels je suis parti à la guerre à la fin de la trentaine. Se pourrait-il que ce soit là la raison pour laquelle les taux de recrutement et de fidélisation au sein de la CAF sont au plus bas? Se pourrait-il qu'une armée qui refuse les prières en souvenir de ses morts et de ses principes fondateurs ne vaille pas la peine de se battre? Ne serait-il pas temps de procéder à une contre-révolution culturelle? Ou bien cette révolution a-t-elle déjà commencé?

La contre-révolution a-t-elle commencé?
 

Aidez-nous! Contribuez à l'expansion de la Campagne d'affichage du C3RF


Le C3RF a noté avec une certaine inquiétude les restrictions de plus en plus importantes imposées à la liberté d'expression des Canadiens par leur propre classe politique. Ces restrictions ont commencé avec la motion M-103, lorsque des accusations infondées de « racisme systémique » et d' « islamophobie » généralisés ont donné le ton pour punir les communications qui remettaient en question de tels récits. C'est ainsi que nous nous retrouvons aujourd'hui dans une situation où des Canadiens perdent leur emploi pour avoir osé discuter des aspects expansionnistes et d'exclusion de la charia ou pour avoir exprimé leurs « opinions inacceptables » sur la colline du Parlement dans l'espoir de faire connaître leurs préoccupations concernant le mandat vaccinal.

Les camionneurs sont-ils des « marginaux » aux « opinions inacceptables »?

Il était particulièrement révélateur que notre propre Premier ministre qualifie les manifestations des camionneurs de « marginales » et indignes d'un dialogue. C'est ainsi que le C3RF a été amené à poser la question suivante: « La Charte interdit-elle les 'opinions inacceptables'? » et à le faire sur un grand panneau d'affichage situé sur une autoroute très fréquentée entre Ottawa et Toronto. L'objectif est d'amener les Canadiens à réfléchir à la mesure dans laquelle leur gouvernement est allé jusqu'à restreindre leur liberté d'expression et leur droit de l'utiliser pour pleurer la perte de ce qui était autrefois garanti comme des libertés civiles - alors même que nous leur demandons de rejoindre la famille en ligne du C3RF. Avec votre généreux soutien, nous espérons également étendre le nombre de panneaux d'affichage à d'autres lieux très fréquentés de l'Ontario dans un premier temps, puis à tout le reste du Canada.

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Twitter, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

コメント


bottom of page