top of page

C3RF Update, 04 Aug 2023 – Rocket ships to Mars


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Help! Contribute to expanding the C3RF bill board campaign!


C3RF has noted with some concern the ever-increasing restrictions being placed on the speech of Canadians by their own political class. They had their start with Motion M-103 when unfounded accusations of widespread “systemic racism” and “Islamophobia” set the tone for punishing communications that challenged such narratives. And so it goes today that we find ourselves in a place where Canadians actually lose their jobs for daring to discuss the expansionist and exclusionary aspects of Sharia Law or taking their “unacceptable views” to Parliament Hill in hopes of airing their vaccine mandate concerns.


Are Canadian truckers "fringe" folks with "unacceptable views"?

It was particularly telling that our own Prime Minister would pigeon-hole the trucker protests as being “fringe” and unworthy of dialogue. And so we here at C3RF were prompted to ask the question, “does the Charter forbid ‘unacceptable views’?” and to do so on a large billboard situated on a busy Ottawa-Toronto highway. The intent is to get Canadians thinking about just how far their government has gone to restrict their speech and their right to use it to grieve the loss of what used to be guaranteed civil liberties – even as we ask them to join the online C3RF family. With your gracious support, we also hope to expand the number of billboards to other highly travelled locations across Ontario initially and then the rest of Canada.

 

Rocket ships


Some time ago I had the pleasure of interviewing one Dr. Barry Englehardt on Canada’s response to the public health emergency presented by the Wuhan virus. During our discussions the good doctor introduced an expression that has stuck with me since. His memorable retort came in the form of a comparison that likened the rollout of a one-size-fits-all vaccination program with demanding all Canadian citizens “board a rocket ship and fly it all the way to Mars”. There was no other solution as folks were required to wait for the rocket ship to be built and then blast off to worlds yet unexplored. In the meantime, the best that could be done was for all and sundry to hunker down, avoid social contact with friends, neighbours and family and hide behind paper masks. It would matter not that these same vaccines were incapable of benefitting the young among them as the contagion was known to have little impact on this age group. Everyone needed to board the rocket ship to keep grandma and grandpa safe.

Why did children have to board the rocket ship?

Getting the rocket ship that was the one-size-fits-all vaccination program airborne was not an easy task. After all, it was constructed out of whole cloth in the form of the FDA’s “Emergency Use Authorization” (EUA) injections that could more realistically be characterized as “gene therapies” rather than vaccines. The situation was replicated in Canada with these same therapies cleared for use under “Interim Order” regulations that allows for less-than-fully-tested products to fill in the public health gaps created by the advent of novel diseases. Problem is, these experimental remedies, by definition, cannot be considered to have proven “safe and effective” track records and are only authorized when “there are no adequate, approved, and available alternatives”. This was problematic as herding Canadians onto the vaccine rocket ship would prove difficult with reports coming in from around the world regards the efficacy of early, out-patient treatments like ivermectin and hydroxychloroquine. Keeping the rocket ship program going would require the suppression of such protocols though both word and deed.

Were early, out-patient treatments suppressed to keep the vaccine rocket ship airborne?

And so it was as the authorities responsible for keeping rank and file citizens safe would collude with big tech to disparage those who insisted there were immediate and effective alternatives to the rocket ship. Such underhanded and dishonest efforts would not be restricted to manipulating public opinion regarding the Wuhan virus pandemic as there were other rocket ships that needed to be boarded – including the one built to fly us away to safety from the “climate change” emergency. As the vaccine narrative was successfully challenged by the inconvenient revelations associated with the Missouri v Biden court case, the global warming storyline would be forced to buck against strong headwinds in the form of opinions from an increasing number of scientific giants, including Nobel Prize laureates. One such colossus, John Clauser, noted that when it comes to climate change hysteria the “wrong information is being spread by those with political and opportunistic purposes.”

John Clauser, Nobel Physics Prize winner 2022, says IPCC is disseminating climate misinformation
 

Mars


One is left wondering, why are all these rocket ships being built and why are they all going to Mars? The answer to these questions might best be ascertained by studying what it is about Mars that makes it such an attractive destination and who benefits by its designation as a preferred terminus for mankind (or “peoplekind”?) The one thing that really stands out about Mars, besides the proscriptions against speaking out against it, is its social outlook. Forget about living one’s life in accordance with personal dreams or the fulfillment of one’s own personal happiness, living on Mars is all about putting the collective first and doing right by the “public good”. Given these social responsibilities, it is no wonder that the best interests of little ones can be sacrificed to keep grandma and grandpa safe from the Wuhan virus or whole economies can be trashed to make way for lower, but greener, standards of living. After all, Mars is a place where effective altruism blooms and science goes on bended knee before it in the name of a new world and social order.

The new Mars will be purpose-built for "peoplekind"?

Life in the new social order of Mars will, of course, be accompanied by growing pains as you cannot make an omelette without breaking a few eggs. Prime among the injured will be a Western liberal system of governance that sees individual rights and the traditional family as the cornerstones of a self-sustaining social order. This order, long associated with giving its citizens the latitude required to seek their own personal happiness, will need to be consigned to the past. After all, the control required to assure public safety and “good” cannot countenance a herd of cats running around seeking to benefit themselves and their loved ones. Better that our Martian society be populated by sheep or, better yet, cattle that can be easily cajoled onto the new rocket ships that can be seen to be operating like cattle cars. Lacking such across-the-board obedience, as is likely to be the case, will call up the need for life on Mars to ruled more by the stick than by the carrot.

Are rocket ships the new cattle cars?

The Martian “stick” will be deployed on several fronts to keep the formerly free folk of Canada in check. As mentioned previously, it is used daily to beat the scientific method into an unrecognizable pulp as facts and data are turned into “conspiracy theory”. So it is with peer-reviewed, high quality Swiss research that tells us that the Moderna mRNA jab creates heart ailments in one out of every 35 individuals subjected to it. Adverse events such as these that approach 3% of a sampled population are unheard of in the field of vaccinology and would never be allowed to persist anywhere other than on the planet Mars. Using ad hominem attack as the stick used to beat back challenges to the “safe and effective” vaccine narrative can be seen to be criminal when it’s associated with the infliction of pain and suffering on a trusting, unsuspecting populace. It would appear, then, that Mars is not characterized so much by a pursuit of the “public good” than it is in wielding a stick to control the imposition of a preferred narrative on an enfeebled citizenry.

More sticks than carrot in getting rocket ships to Mars?
 

Flight test plans


Given the costs associated with loading up rocket ships and blasting off to Mars, both through the journey itself and once installed on a new planet, one would think the whole exercise would be preceded by a comprehensive flight test plan. Such a plan would feature a building block approach that tested all rocket systems and sub-systems through simulation and modelling techniques before they were all assembled and tested further in the airborne environment. The world of flight test learned the need for such plans through blood-soaked lessons that included the De Haviland DH-106 (Comet) program. The Comet was proudly entered into service in the early 1950s as the world’s first jet airliner only to lose its airworthiness certificate after three deadly crashes. In the end, it was determined that the original flight test program was deficient in its assessment of the aircraft’s fatigue life as it underestimated the impact of pressure cycles and the square windows deployed on the aircraft.

The short-lived 1st jet airliner in service, the De Haviland DH-106 Comet

The Comet may have won the race against the Boeing 707 to be the first jet airliner in service but the success was pyrrhic. At the end of the day, however, the world of flight test would be forever changed as new and novel designs along with unique environments would have to be recognized and addressed through enhanced testing protocols. Compare these lessons learned with the development of today’s rocket ships meant to deal with pandemic response and climate change and it becomes readily apparent that the authorities in charge are in over their heads and playing with fire. What to think when the Moderna mRNA vaccines rushed through testing and blessed with Emergency Use Authorization (EUA) are now clocking serious heart ailments in one of 35 persons who use them or that Cleveland Clinic studies are indicating the more booster shots you get the more Wuhan virus you will come down with? Then there is the rocket ship that is taking us to climate change nirvana. What to think of the continuous and breathless claims that Summer 2023 is the hottest ever with the greatest number of wildfires when the data quoted has been twisted beyond recognition? Are we being had? How are we to believe anything they say let alone get on their rocket ships?

Wild fires from climate change or arson and lightning?

As the Canadian government and “administrative state” herd us onto:

  • pandemic rocket ships that include signing on to international treaties that destroy any national sovereignty in related areas;

  • climate change rocket ships that include throwing billions upon billions of Canadian taxpayer dollars on vehicles and batteries that leave everyday citizens with “range anxiety”; and

  • 15-minute city rocket ships that stand to immobilize the good folk of Canada while crushing their civil liberties,

it seems timely to ask whether the rocket ships we are being herded onto need more testing and whether the rewards offered by Mars are worth it. The sooner the better for, as the passengers of three Comet flights will tell you, rocket ships to Mars can quickly turn into barrels going over Niagara Falls.

I thought this was the rocket ship to Mars
 

Summer schedule


C3RF will be active over the summer vacation period as it monitors national developments that seek to divide and tear Canadians and their social fabric apart respectively. We will be prepared to comment on such developments as they arise over the summer period but do not plan to institute regular, weekly updates until 08 September 2023. One initiative that we will be coming to you for your financial support is a dedicated C3RF “billboard” campaign that asks Canadians a simple but needed question – does the Charter forbid “unacceptable views”? It’s a question that would never even be considered in a Canada of not so long ago but here we are, a nation on the cusp of losing the speech rights that underpin all other civil liberties. When we come to you to support this effort, we hope you will feel inclined to engage and contribute to reversing our current trajectory away from a Canada, strong and free!

 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Aidez-nous! Contribuez à l'expansion de la campagne d'affichage du C3RF!


Le C3RF a noté avec une certaine inquiétude les restrictions de plus en plus importantes imposées à la libre expression des Canadiens par leur propre classe politique. Ces restrictions ont commencé avec la motion M-103, lorsque des accusations infondées de « racisme systémique » et d'« islamophobie » ont donné le ton pour punir les communications qui remettaient en question de tels récits. C'est ainsi que nous nous retrouvons aujourd'hui dans une situation où des Canadiens perdent leur emploi pour avoir osé discuter des aspects expansionnistes et d'exclusion de la charia ou pour avoir exprimé leurs « opinions inacceptables » sur la colline du Parlement dans l'espoir d'exprimer leurs préoccupations concernant le mandat vaccinal.

Les camionneurs sont-ils des « marginaux » aux « opinions inacceptables »?

Il était particulièrement révélateur que notre propre Premier ministre qualifie les manifestations des camionneurs de « marginales » et indignes d'un dialogue. C'est ainsi que le C3RF a été amené à poser la question suivante: « La Charte interdit-elle les 'opinions inacceptables'? » et à le faire sur un grand panneau d'affichage situé sur une autoroute très fréquentée entre Ottawa et Toronto. L'objectif est d'amener les Canadiens à réfléchir à la mesure dans laquelle leur gouvernement est allé jusqu'à restreindre leur liberté d'expression et leur droit de l'utiliser pour pleurer la perte de ce qui était autrefois garanti comme des libertés civiles - alors même que nous leur demandons de rejoindre la famille en ligne du C3RF. Avec votre généreux soutien, nous espérons également étendre le nombre de panneaux d'affichage à d'autres lieux très fréquentés de l'Ontario dans un premier temps, puis à tout le reste du Canada.

 

Des fusées


Il y a quelque temps, j'ai eu le plaisir d'interviewer le Dr Barry Englehardt sur la réponse du Canada à l'urgence de santé publique que constituait le virus de Wuhan. Au cours de nos discussions, le docteur a utilisé une expression qui m'est restée en mémoire. Sa réplique mémorable a pris la forme d'une comparaison entre le déploiement d'un programme de vaccination unique et le fait d'exiger de tous les citoyens canadiens qu'ils « montent à bord d'une fusée et se rendent jusqu'à Mars ». Il n'y avait pas d'autre solution, car les gens devaient attendre que la fusée soit construite et s'envoler ensuite vers des mondes encore inexplorés. En attendant, le mieux que l'on puisse faire est de se terrer, d'éviter les contacts sociaux avec les amis, les voisins et la famille et de se cacher derrière des masques en papier. Peu importe que ces mêmes vaccins soient incapables de profiter aux plus jeunes d'entre eux, car on sait que la contagion a peu d'impact sur cette frange d'âge. Tout le monde devait monter à bord de la fusée pour mettre grand-mère et grand-père à l'abri.

Pourquoi les enfants doivent-ils monter à bord de la fusée?

Il n'a pas été facile de faire décoller la fusée qu'était le programme de vaccination à taille unique. Après tout, elle a été construite de toutes pièces sous la forme d'une « autorisation d'utilisation d'urgence » (EUA) de la FDA pour des injections qu'il serait plus réaliste de qualifier de « thérapies génétiques » plutôt que de vaccins. La situation s'est répétée au Canada, où ces mêmes thérapies ont été autorisées en vertu de la réglementation « Arrêté d'urgence », qui permet à des produits n'ayant pas fait l'objet de tests complets de combler les lacunes en matière de santé publique créées par l'avènement de nouvelles maladies. Le problème est que ces remèdes expérimentaux, par définition, ne peuvent être considérés comme ayant fait leurs preuves en termes de sécurité et d'efficacité et ne sont autorisés que lorsqu'il n'existe pas d'alternative adéquate, approuvée et disponible. Cette situation était problématique, car il allait être difficile d'embarquer les Canadiens dans la fusée des vaccins, compte tenu des rapports en provenance du monde entier concernant l'efficacité des traitements précoces et ambulatoires tels que l'ivermectine et l'hydroxychloroquine. Pour que le programme de vaccination se poursuive, il fallait supprimer ces protocoles par la parole et par l'action.

Les traitements ambulatoires ont-ils été supprimés pour maintenir la fusée vaccinale en vol?

C'est ainsi que les autorités chargées d'assurer la sécurité des citoyens se sont entendues avec les grandes entreprises technologiques pour dénigrer ceux qui insistaient sur l'existence d'alternatives immédiates et efficaces. Ces efforts sournois et malhonnêtes ne se sont pas limités à la manipulation de l'opinion publique concernant la pandémie du virus de Wuhan, car il y avait d'autres fusées dans lesquelles il fallait monter, y compris celle construite pour nous mettre à l'abri de la situation d'urgence liée au « changement climatique ». Alors que la thèse des vaccins a été remise en cause par les révélations gênantes de l'affaire Missouri contre Biden, celle du réchauffement climatique a dû faire face à des vents contraires, sous la forme d'avis émanant d'un nombre croissant de géants de la science, y compris des lauréats du prix Nobel. L'un de ces colosses, John Clauser, a fait remarquer qu'en ce qui concerne l'hystérie du changement climatique, « des informations erronées sont diffusées par ceux qui poursuivent des objectifs politiques et opportunistes ».

John Clauser, lauréat du prix Nobel de physique 2022, affirme que le GIEC diffuse des informations erronées sur le climat
 

Mars


On peut se demander pourquoi toutes ces fusées sont construites et pourquoi elles vont toutes vers Mars? La meilleure façon de répondre à ces questions est d'étudier ce qui fait de Mars une destination si attrayante et qui profite de sa désignation comme terminus préféré de l' humanité (ou du « peoplekind » de Trudeau). La seule chose qui ressort vraiment de Mars, outre les interdictions de s'exprimer contre elle, est sa vision sociale. Oubliez les rêves personnels et l'accomplissement de votre bonheur personnel, vivre sur Mars, c'est faire passer la collectivité avant tout et respecter le « bien public ». Compte tenu de ces responsabilités sociales, il n'est pas étonnant que l'intérêt supérieur des enfants puisse être sacrifié pour protéger les grands-parents contre le virus de Wuhan ou que des économies entières puissent être détruites pour faire place à des niveaux de vie moins élevés, mais plus écologiques. Après tout, Mars est un lieu où fleurit l'altruisme et où la science s'agenouille devant lui au nom d'un nouvel ordre mondial et social.

La nouvelle planète Mars sera spécialement conçue pour le « peoplekind » de Trudeau?

La vie dans le nouvel ordre social martien s'accompagnera, bien sûr, de difficultés de croissance, car on ne fait pas d'omelette sans casser quelques œufs. Parmi les blessés, le premier sera un système de gouvernance libéral occidental qui considère les droits individuels et la famille traditionnelle comme les pierres angulaires d'un ordre social viable. Cet ordre, longtemps associé à l'octroi à ses citoyens de la latitude nécessaire pour rechercher leur propre bonheur, devra être relégué au passé. Après tout, le contrôle nécessaire pour assurer la sécurité publique et le "bien" ne peut tolérer une cabale de citoyens qui courent dans tous les sens à la recherche de leur propre intérêt et de celui de leurs proches. Il est préférable que notre société martienne soit peuplée de moutons ou, mieux encore, de bétail que l'on peut facilement cajoler en l'embarquant dans les nouvelles fusées dont on peut voir qu'elles fonctionnent comme des wagons à bestiaux. Faute d'une telle obéissance généralisée, comme ce sera probablement le cas, la vie sur Mars devra être gouvernée davantage par le bâton que par la carotte.

Les fusées sont-elles les nouveaux wagons à bestiaux?

Le « bâton » martien sera déployé sur plusieurs fronts pour tenir en échec les citoyens canadiens autrefois libres. Comme indiqué précédemment, il est utilisé quotidiennement pour réduire la méthode scientifique en bouillie méconnaissable, les faits et les données étant transformés en « théorie du complot ». C'est ainsi qu'une recherche suisse de grande qualité, évaluée par des pairs, nous apprend que la piqûre d'ARNm Moderna provoque des troubles cardiaques chez une personne sur 35 qui y est soumise. De tels effets indésirables, qui concernent près de 3 % d'une population échantillonnée, sont sans précédent dans le domaine de la vaccinologie et ne seraient jamais autorisés à persister ailleurs que sur la planète Mars. L'utilisation de l'attaque ad hominem comme bâton pour repousser les contestations de la thèse du vaccin « sûr et efficace » peut être considérée comme criminelle lorsqu'elle est associée à l'infliction de douleurs et de souffrances à une population confiante et sans méfiance. Il semblerait donc que Mars ne se caractérise pas tant par la recherche du « bien public » que par le maniement d'un bâton pour contrôler l'imposition d'un discours privilégié à une population fragilisée.

Plus de bâtons que de carottes pour envoyer des fusées sur Mars?
 

Plans d'essai en vol


Compte tenu des coûts associés au chargement des fusées et au décollage vers Mars, tant pendant le voyage lui-même qu'une fois installé sur une nouvelle planète, on pourrait penser que l'ensemble de l'exercice serait précédé d'un plan d'essai en vol complet. Ce plan comporterait une approche modulaire permettant de tester tous les systèmes et sous-systèmes de la fusée par le biais de techniques de simulation et de modélisation avant qu'ils ne soient assemblés et testés plus avant dans l'environnement aérien. Le monde des essais en vol a appris la nécessité de tels plans par des leçons sanglantes, notamment dans le cadre du programme DH-106 (Comet) de De Haviland. Le Comet a été fièrement mis en service au début des années 1950 en tant que premier avion de ligne à réaction au monde, mais il a perdu son certificat de navigabilité après trois crashs meurtriers. En fin de compte, il a été établi que le programme d'essais en vol initial présentait des lacunes dans l'évaluation de la résistance à l'usure de l'avion, car il sous-estimait l'impact des cycles de pression et des fenêtres carrées utilisées sur l'avion.

L'éphémère premier avion de ligne à réaction en service, le De Haviland DH-106 Comet

Le Comet a peut-être remporté la course contre le Boeing 707 pour devenir le premier avion de ligne à réaction en service, mais le succès était à la Pyrrhus. En fin de compte, cependant, le monde des essais en vol allait être modifié à jamais, car des conceptions nouvelles et inédites, ainsi que des environnements uniques, devaient être reconnus et traités par des protocoles d'essai améliorés. Si l'on compare ces leçons avec le développement des fusées actuelles destinées à faire face aux pandémies et au changement climatique, il devient évident que les autorités en charge sont dépassées et jouent avec le feu. Que penser lorsque les vaccins à ARNm Moderna, testés à la hâte et bénéficiant d'une autorisation d'utilisation d'urgence (EUA), provoquent aujourd'hui de graves troubles cardiaques chez une personne sur 35 qui les utilise ou que des études de la Cleveland Clinic indiquent que plus on reçoit de piqûres de rappel, plus on attrape le virus de Wuhan? Et puis il y a la fusée qui nous emmène vers le nirvana du changement climatique. Que penser des affirmations incessantes et à bout de souffle selon lesquelles l'été 2023 sera le plus chaud jamais enregistré, avec le plus grand nombre d'incendies de forêt, alors que les données citées ont été déformées au point d'en être méconnaissables? Sommes-nous en train de nous faire avoir? Comment croire ce qu'ils disent, sans parler de monter dans leurs fusées?

Incendies de forêt dus au changement climatique ou incendies criminels et foudre?

Le gouvernement canadien et « l'État administratif » nous entraînent dans des fusées pandémiques qui comprennent la signature de traités internationaux qui détruisent toute souveraineté nationale dans des domaines connexes:

il semble opportun de se demander si les fusées dans lesquelles nous sommes entassés ont besoin d'être testées davantage et si les récompenses offertes par Mars en valent la peine. Le plus tôt sera le mieux car, comme vous le diront les passagers de trois vols de la Comet, les fusées vers Mars peuvent rapidement se transformer en tonneaux dégringolant les chutes du Niagara.

Je croyais que c'était la fusée pour Mars
 

Programme d'été


C3RF sera actif pendant les vacances d'été pour surveiller les développements nationaux qui cherchent à diviser et à déchirer les Canadiens et leur tissu social respectivement. Nous serons prêts à commenter ces développements au fur et à mesure qu'ils se produiront pendant la période estivale, mais nous ne prévoyons pas d'instituer des mises à jour régulières et hebdomadaires avant le 08 septembre 2023. Une initiative pour laquelle nous vous demanderons votre soutien financier est une campagne d'affichage du C3RF qui pose aux Canadiens une question simple mais nécessaire: la Charte interdit-elle les "opinions inacceptables"? C'est une question qui n'aurait jamais été envisagée dans un Canada d'il n'y a pas si longtemps, mais nous voici, une nation sur le point de perdre les droits d'expression qui sont à la base de toutes les autres libertés civiles. Lorsque nous nous adressons à vous pour soutenir cet effort, nous espérons que vous serez enclins à vous engager et à contribuer à inverser notre trajectoire actuelle qui nous éloigne du Canada de nos aïeux!

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Twitter, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Comments


bottom of page