C3RF Update, 07 May 2021 – Politics as medicine


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! May is C3RF Funding Drive month - see notice below!

Designed by committee


Funny how truth has a way of coming out on the heels of a throwaway comment. Take the instance in mid-March 2021 when Premier Ford of Ontario confessed that he would never go against the advice of his public health officials. After all, he might as well put a “rope around his neck and jump off a bridge” if he did. The comment was a startling admission of the feebleness of the elected head of Canada’s most populous and influential province in the face of unelected bureaucrats. How is it that such a multi-faceted problem, one that encompassed the health of citizens, their economic prospects and their individual Charter rights, could be shunted away from the one authority capable of pulling all these elements together? How is it that such a problem could be given over to bit players? Or has it been?

Figure 1 Premier Ford of Ontario

If the good Premier is set on handing his Wuhan virus crisis decision-making authority over to his public health officials, wouldn’t Dr. David Williams, his Chief Medical Officer, be prime among them? That would not seem to be the case given yet another set of throwaway comments by the same doctor and his deputy, Dr. Barbara Jaffe. The two of them were caught making embarrassing comments into a hot mike. Dr Jaffe related that she doesn’t need to look at the papers before her as she just says “whatever they write down for me” even as Dr. Williams chortled in agreement. So, if the Premier has delegated the driving of the Wuhan virus bus to his top public health officials and they themselves admit they are mere passengers, who’s in charge?

Figure 2 Ontario Chief Medical Officer - David Williams
Figure 3 Ontario Associate Chief Medical Officer - Barbara Jaffe

The Ontario Auditor General’s report on Covid-19 Preparedness and Management from November of last year is instructive when considering just who is driving Ontario’s Wuhan virus bus. The report seems to confirm the suspicion that neither the Premier nor his public health establishment is in charge of the greatest contagion of our time. It noted that:

  • the “Health Command Table” that advises the Premier is made up of over 30 “experts” with over 500 inputting and advising on Wuhan virus measures;

  • public health experts did not play a leading role in providing scientific and technical advice;

  • expert advice was not always implemented. Examples include the wasteful testing of the asymptomatic and the institution of lax measures to deal with foreign workers on farms; and

  • precautionary principles recommended in the SARS Report of nearly 20 years previous were not employed. This lapse resulted in poor decisions that included the promotion of travel for March break purposes and assessing the risk from countries like China as “low”.

One wonders, who are these 500-odd people and just what makes them qualified to deal with the Wuhan virus emergency on our behalf?

Figure 4 A crowd of 500

Mission creep


The problem with design or rule by committee is that it brings a variety of agendas to the fore that may have very little to do with the mission at hand. The end result, in the absence of strong leadership, can be the disastrous broadening of original objectives to the extent that the original mission suffers. In addition, and given that politics is involved to a great extent in the handling of the Wuhan virus crisis, this mission creep can involve the dressing up of ideological, social pieties as public health issues. And so, we should not be surprised to see various self-interest groups squabbling for their “jabs” on a priority basis as:

Given the scarcity of Wuhan virus vaccines in Canada to date, it’s hard to see how such political considerations can be allowed to impact related distribution. Shouldn’t the emphasis be on serving those who need vaccines most as determined by a rigorous risk/ benefit analysis? One wonders, are those who are making decisions on behalf of elected leaders doing so with ulterior motives in hand?

Figure 5 The squabble over vaccines

Ontario’s Health Command table is populated by a number of folks whose intentions could stand review. They include a number of influential personalities who are dedicated to a lockdown mantra that calls for the “eradication” of the Wuhan virus until such time as herd immunity, by vaccine, is attained. This “zero Covid” approach flies in the face of science accepted up to the advent of the Wuhan virus itself. This science refuted the assertion that a virus could be eradicated even as it promoted data-driven best practices that embraced the use of therapeutics. The Ontario Health Command Table, populated as it is to a large extent by the University of Toronto’s Dalla Lana School of Public Health, doesn’t see it that way.

Figure 6 Dalla Lana School of Public Health

The Dalla Lana School of Public Health was the home of Connaught Laboratories for some 50 years. Connaught was heavily invested in the production of vaccines, insulin and other pharmaceuticals and this heritage seems to be alive and well in the Dalla Lana School. Witness several Ontario Health Command Table members who deny the effects of seasonality on respiratory viruses and laud the Chinese approach of locking down society to control them. Witness as well the seeming conflicts of interest that members have regards their relations with pharmaceutical firms, labour unions, vaccine promotion foundations, the World Health Organization, the Chinese CDC and the World Economic Forum. The latter linkages can be seen as being doubly conflicted as they speak to the possibility that the Wuhan virus is being used as a gateway to a global, economic “Great Reset”. A “reset” that is being engineered by the WEF and supported by our own federal government.

Figure 7 The "Great Reset"

Politics as medicine


Unfortunately, the “mission creep” being manifested in the new sciences of lockdown, social isolation and vaccinated herd immunity is not just happening at the political level. We are now seeing it raise its ugly head in our own medical communities in the form of a “zero Covid” narrative. On the Ontario scene once again, this narrative is so powerful that it has shunted aside any pretence of using science and the scientific method in developing courses of action capable of dealing with the Wuhan virus. Rather than this, any recommendation to consider solutions outside of the “lockdown to vaccinate” box is batted down as heresy and quickly named, shamed and punished. As noted in these same pages, such was the case with the College of Physicians and Surgeons Ontario (CPSO) as it issued a caution to Dr. Kulvinder Kaur Gill for having the gall to criticize the harms visited upon citizens through lockdown strategies even as she proposed the use of cheap, safe, plentiful and proven therapeutics to brush back the Wuhan virus.

Figure 8 College of Physicians and Surgeons of Ontario

The College must be feeling like there is a mutiny brewing within its ranks as it recently decided to formally advise its doctors to cease and desist. Cease and desist with communications that are “anti-vaccine, anti-masking, anti-distancing and anti-lockdown statements”. The response has been less than enthusiastic as some of these same doctors responded by reminding the college that medicine is based on evidence and not diktats. They further note that if keeping quiet is the answer then why is Canada scoring 13 out of 15 countries when it comes to the latest version of the Covid Misery Index as published by the Macdonald-Laurier Institute? Shouldn’t the country’s professional medical class be knee-deep in animated discussions aimed at uncovering and implementing best practices that are working to address the Wuhan virus crisis worldwide? Just what is keeping authorities at the CPSO from understanding this basic tenet of medical science?

Figure 9 The Macdonald-Laurier Institute
Figure 10 Dr. Vladimir Zelenko

When it comes to best practices, perhaps the College, and the country at large, would be well advised to heed Dr. Gill’s study-based criticisms of lockdowns and the non-use of therapeutics. In the latter instance, her recommendations regarding the out-patient use of a drug cocktail centered on hydroxychloroquine have been upheld by no less than the Nobel Prize organization. Witness its nomination of American doctor, Vladimir Zelenko, along with over 100 other doctors worldwide, for their work in advancing the treatment of the Wuhan virus through this therapeutic approach. This work has been lauded as critical in helping poorer countries deal with the virus effectively and is reflective of the efficacy of hydroxychloroquine use – particularly in the early stages of a Wuhan virus infection. With this in mind and noting the adverse effects of introducing political priorities into the Wuhan virus mix, Dr. Zelenko related that there was no need to fear the virus. Indeed, he states that there are only two risk factors associated with dying from a related infection - the State you live in and the doctor you choose. Is it time for Canadians to stop fearing and be given evidence-based choices?

May is C3RF fund drive month

The past year has been extremely busy for C3RF as attacks on your Charter Rights have accelerated and spread over an increasing number of initiatives. With your help, we have been able to push back on many fronts. More than this and in this year of the Wuhan virus, we have fought vigorously on your behalf to preserve these same civil liberties as governments move to tear them down in knee-jerk fashion. Never has the country faced such a sustained and unprincipled attack on its hard-won freedoms – not in any world war or any national conflagration.


All this to say we are defenseless without your financial support and that support is required now as the threats continue to pile up. Accordingly, we have decided to dedicate the month of May to replenishing our coffers in advance of a very busy fall and winter season. Hopefully this approach will meet with your favour and keep us from talking of such things on a continuous basis throughout the year. We suggest an amount of $50.00 annually to help us fight for Canadian security, freedoms and values so that you, your children and grandchildren will continue to enjoy the free country that Canada has been to this point.


Keep in mind that Monthly donations, no matter how small, even $5/month, help us plan our finances in advance and provide us with greater flexibility. Also keep in mind that donations in kind, such as computer services and even legal advice can help greatly. Click here to support C3RF today!

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Votre attention s'il vous plaît! Mai est le mois de notre campagne de financement au C3RF. Voir avis ci-dessous!

Conçu par un comité


Il est amusant de constater que la vérité a tendance à surgir à la suite d'un commentaire désinvolte. Prenez l'exemple du premier ministre Ford de l'Ontario qui, à la mi-mars 2021, a avoué qu'il n'irait jamais à l'encontre de l'avis de ses responsables de la santé publique. Après tout, il pourrait aussi bien se mettre une « corde autour du cou et sauter d'un pont » s'il le faisait. Ce commentaire était un aveu surprenant de la faiblesse du chef élu de la province la plus peuplée et la plus influente du Canada face à des bureaucrates non élus. Comment se fait-il qu'un problème aussi complexe, qui englobe la santé des citoyens, leurs perspectives économiques et leurs droits individuels garantis par la Charte, puisse être soustrait à la seule autorité capable de rassembler tous ces éléments? Comment se fait-il qu'un tel problème ait pu être confié à des petits joueurs? L'a-t-on fait?

Figure 1 : le Premier ministre Ford de l'Ontario

Si le bon Premier ministre est décidé à confier son pouvoir de décision sur la crise du virus de Wuhan à ses responsables de la santé publique, le Dr David Williams, son médecin-chef, ne serait-il pas le vrai leader? Cela ne semble pas être le cas, compte tenu d'une nouvelle série de commentaires désinvoltes de ce même médecin et de son adjointe, la Dre Barbara Jaffe. Tous deux ont été surpris en train de faire des commentaires embarrassants dans un micro. La Dre Jaffe a raconté qu'elle n'a pas besoin de regarder les documents qu'elle a devant elle car elle lit simplement « tout ce qu'ils écrivent pour moi », alors que le Dr Williams gloussait en signe d'approbation. Donc, si le Premier ministre a délégué la conduite du virus de Wuhan à ses principaux responsables de la santé publique et qu'ils admettent eux-mêmes qu'ils ne sont que de simples passagers, qui est responsable?

Figure 2 : David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario
Figure 3 : Barbara Jaffe, assistant médecin hygiéniste de l'Ontario

Le rapport du vérificateur général de l'Ontario sur l'état de préparation et la gestion du virus Covid-19, publié en novembre de l'année dernière, est instructif lorsqu'il s'agit de déterminer qui est en charge du dossier du virus de Wuhan en Ontario. Le rapport semble confirmer le soupçon que ni le premier ministre ni son établissement de santé publique ne sont en charge de la plus grande contagion de notre époque. Il est noté que:

  • le « Groupe de commandement en santé » qui conseille le premier ministre est composée de plus de 30 « experts », dont plus de 500 ont contribué et donné leur avis sur des mesures relatives au virus Wuhan;

  • les experts en santé publique n'ont pas joué un rôle de premier plan dans la fourniture de conseils scientifiques et techniques;

  • les conseils des experts n'ont pas toujours été mis en œuvre. Parmi les exemples, citons le gaspillage de tests sur les personnes asymptomatiques et l'institution de mesures laxistes à l'égard des travailleurs étrangers dans les exploitations agricoles; et

  • les principes de précaution recommandés dans le rapport sur le SRAS de près de 20 ans auparavant n'ont pas été appliqués. Ce manquement a entraîné de mauvaises décisions, notamment la promotion des voyages pour les vacances de mars et l'évaluation du risque provenant de pays comme la Chine comme étant « faible ».

On peut se demander qui sont ces quelque 500 personnes et en quoi sont-elles qualifiées pour gérer l'urgence du virus de Wuhan en notre nom?

Figure 4 : une foule de 500 personnes

La mission dérape


Le problème de la conception ou de la réglementation par un comité est qu'elle met en avant une variété d'agendas qui n'ont peu de rapport avec la mission à accomplir. Le résultat final, en l'absence de leadership, peut être un élargissement désastreux des objectifs initiaux, au point que la mission initiale en souffre. En outre, et étant donné que la politique est largement impliquée dans la gestion de la crise du virus de Wuhan, cette dérive de la mission peut l'inclusion de piécettes idéologiques et sociales peu reliées à la santé publique. Il ne faut donc pas s'étonner de voir divers groupes d'intérêt se disputer pour obtenir l'inclusion de leurs priorités:

Compte tenu de la présenterareté des vaccins contre le virus Wuhan au Canada, il est difficile de voir comment de telles considérations politiques peuvent avoir un impact sur leur distribution. Ne devrait-on pas plutôt s'attacher à servir ceux qui ont le plus besoin de vaccins, selon une analyse rigoureuse des risques et des avantages? On peut se demander si ceux qui prennent des décisions au nom des dirigeants élus le font avec des arrière-pensées.

Figure 5 : la chicane au sujet des vaccins

Le groupe de commandement en santé de l'Ontario est peuplée d'un certain nombre de personnes dont les intentions devraitent être examinées. Il s'agit notamment d'un certain nombre de personnalités influentes qui se consacrent à un mantra de confinement qui appelle à l' « éradication » du virus de Wuhan jusqu'à ce que l'immunité collective, par le vaccin, soit atteinte. Cette approche « zéro Covid » va à l'encontre de la science acceptée jusqu'à l'apparition du virus Wuhan lui-même. Cette science réfutait l'affirmation selon laquelle un virus pouvait être éradiqué, tout en faisant la promotion de pratiques exemplaires fondées sur des données qui préconisaient l'utilisation de produits thérapeutiques. Le groupe de commandement en santé de l'Ontario, alimentée comme il l'est en grande partie par l'École de santé publique Dalla Lana de l'Université de Toronto, ne voit pas les choses de cette façon.

Figure 6 : l'école de santé publique Dalla Lana

L'école de santé publique Dalla Lana a accueilli les laboratoires Connaught pendant une cinquantaine d'années. Connaught a beaucoup investi dans la production de vaccins, d'insuline et d'autres produits pharmaceutiques, et cet héritage semble bien vivant à l'École Dalla Lana. Plusieurs membres du groupe de commandement en santé de l'Ontario nient les effets de la saisonnalité sur les virus respiratoires et louent l'approche chinoise consistant à confiner la société pour les contrôler. On peut également constater les conflits d'intérêts apparents des membres en ce qui concerne leurs relations avec les entreprises pharmaceutiques, les syndicats, les fondations de promotion des vaccins, l'Organisation mondiale de la santé, le CDC chinois et le Forum économique mondial. Ces derniers liens peuvent être considérés comme doublement conflictuels car ils évoquent la possibilité que le virus de Wuhan soit utilisé comme une passerelle vers une « grande réinitialisation » économique mondiale. Une « réinitialisation » qui est conçue par le WEF et soutenue par notre propre gouvernement fédéral.

Figure 7 : la grande réinitialisation

La politique comme médecine


Malheureusement, la « dérive de la mission » qui se manifeste dans les nouvelles sciences du confinement, de l'isolement social et de l'immunité collective vaccinale ne se produit pas seulement au niveau politique. Nous la voyons maintenant lever sa tête hideuse dans nos propres communautés médicales sous la forme d'un récit de « zéro Covid ». Sur la scène ontarienne une fois de plus, ce discours est si puissant qu'il a écarté toute prétention à utiliser la science et la méthode scientifique pour élaborer des plans d'action capables de faire face au virus de Wuhan. Au lieu de cela, toute recommandation d'envisager des solutions en dehors du récit «confiner pour vacciner » est considérée comme une hérésie et rapidement honie et punie. Comme nous l'avons noté dans ces mêmes pages, c'est ce qui s'est passé avec l'Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario (OCSO), qui a émis un avertissement au Dr Kulvinder Kaur Gill. Elle avait eu le culot de critiquer les dommages causés aux citoyens par les stratégies de confinement, alors même qu'elle proposait l'utilisation de thérapies bon marché, sûres, abondantes et éprouvées pour repousser le virus de Wuhan.

Figure 8 : Collège des médecins et chirurgiens de l'Ontario

Le Collège doit avoir l'impression qu'une mutinerie se prépare dans ses rangs, car il a récemment décidé de conseiller officiellement à ses médecins la cessation et l'interdiction. Cesser et renoncer aux communications qui sont « des déclarations anti-vaccins, anti-masques, anti-distances et anti-blocage ». La réponse a été moins qu'enthousiaste puisque certains de ces mêmes médecins ont répondu en rappelant au collège que la médecine est basée sur des preuves et non sur des diktats. Ils font également remarquer que si se taire est la solution, pourquoi le Canada obtient-il un score de 13 sur 15 pays dans la dernière version de l'indice de misère Covid publié par l'Institut Macdonald-Laurier? La classe médicale professionnelle du pays ne devrait-elle pas être plongée dans des discussions animées visant à découvrir et à mettre en œuvre les meilleures pratiques qui permettent de résoudre la crise du virus Wuhan dans le monde entier? Qu'est-ce qui empêche les autorités du CPSO de comprendre ce principe de base de la science médicale?

Figure 9 : L'institut Macdonald-Laurier
Figure 10 : Le Dr. Vladimir Zelenko

En ce qui concerne les meilleures pratiques, le Collège, et le pays en général, seraient peut-être bien avisés de tenir compte des critiques du Dr Gill, fondées sur des études, concernant le confinement et la non-utilisation de produits thérapeutiques. Dans ce dernier cas, ses recommandations concernant l'utilisation d'un cocktail de médicaments centré sur l'hydroxychloroquine ont été confirmées par l'organisation du prix Nobel. Comme il en témoigne la nomination du médecin américain Vladimir Zelenko, ainsi que de plus de 100 autres médecins du monde entier, pour leurs travaux visant à faire progresser le traitement du virus de Wuhan par cette approche thérapeutique. Ces travaux ont été salués comme essentiels pour aider les pays pauvres à lutter efficacement contre le virus et témoignent de l'efficacité de l'utilisation de l'hydroxychloroquine, en particulier aux premiers stades d'une infection par le virus Wuhan. Dans cette optique et compte tenu des effets néfastes de l'introduction de priorités politiques dans la lutte contre le virus Wuhan, le Dr Zelenko a déclaré qu'il n'y avait pas lieu de craindre le virus. En effet, il affirme qu'il n'y a que deux facteurs de risque associés au fait de mourir d'une infection reliée au virus: l'État dans lequel vous vivez et le médecin que vous choisissez. Est-il temps pour les Canadiens de cesser d'avoir peur et de se voir offrir des choix fondés sur des données probantes?

Le mois de mai est le mois de la collecte de fonds du C3RF


L'année écoulée a été extrêmement chargée pour le C3RF, les attaques contre vos droits garantis par la Charte s'étant accélérées et s'étant étendues à un nombre croissant d'initiatives. Avec votre aide, nous avons pu faire reculer de nombreux fronts. Plus que cela et en cette année du virus de Wuhan, nous nous sommes battus vigoureusement en votre nom pour préserver ces mêmes libertés civiles alors que les gouvernements s'efforcent de les détruire de manière impulsive. Jamais le pays n'a été confronté à une attaque aussi soutenue et sans principe contre ses libertés durement gagnées, et ce, dans aucune guerre mondiale ni aucun conflit national.


Tout cela pour dire que nous sommes sans défense sans votre soutien financier et que ce soutien est nécessaire maintenant que les menaces continuent de s'accumuler. C'est pourquoi nous avons décidé de consacrer le mois de mai à reconstituer nos coffres avant une saison automnale et hivernale très chargée. Nous espérons que cette approche vous sera favorable et nous empêchera de parler de ces choses de façon continue tout au long de l'année. Nous suggérons un montant de 50,00 $ par an pour nous aider à lutter pour la sécurité, les libertés et les valeurs Canadiennes afin que vous, vos enfants et petits-enfants continuent de profiter du pays libre qu'a été le Canada jusqu'à présent.


Gardez à l'esprit que les dons mensuels, même petits, même de 5 $ par mois, nous aident à planifier nos finances à l'avance et nous donnent une plus grande souplesse. N'oubliez pas non plus que les dons en nature, tels que les services informatiques et même les conseils juridiques, peuvent être d'une grande aide. Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts