top of page

C3RF Update, 08 Mar 2024 – Muck and mire


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View! A video introduction of this update here


For those of you on the run and short of time, here’s a 4-minute video presentation that introduces this C3RF Update!



Thanks from C3RF


To all those who answered our February calls for financial support, your generosity has made a real difference and is humbling.  Allons-y!

 

Augean stables


The mythology of Greek hero Hercules is detailed and complex and includes numerous accounts of superhuman strength.  Among these are the “12 labours of Hercules” that were assigned to our hero as a penance for the killing of his own wife and children.  The fifth labour entailed the cleaning out of the stables of one of ancient Greece’s richest citizens; Augeas, King of Elis.  The Augean Stables were chock full of muck and mire as the king was one of the richest individuals in Greece and blessed with its biggest herd of cattle and other livestock.  This would be a “dirty and smelly” task for one man that was made all the harder when Hercules was told it had to be done in a single day.


Hercules' fifth task, the cleaning of the Augean stables

As innovative as he was strong, Hercules came up with a solution to his cleaning problem by tearing two holes in opposite ends of the livestock yards while diverting the paths of two nearby rivers with dedicated canals.  The diverted water would be directed to one of his newly created stable entrances and the rushing flow would sweep through the stables taking all of the filth along with it as it exited out the opposite side.  The cleaning of the Augean stables would forever after be a story that would be raised in connection with situations characterized by massive corruption that required gargantuan or Herculean effort to put right.  And so it is today as we see analysts like Britian’s Neil Oliver bring this analogy forward in describing the venality, distortion and immorality being visited upon everyday British citizens by their own overlords.


Analyst and GB News presenter, Neil Oliver, calls for the cleaning of a new Augean Stable

For his part Neil Oliver says in no uncertain terms that a “’self described elite' have been carefully and deliberately dismantling Western democracies”.  He notes with great concern that Westminster itself seems populated by a “uniparty” that may try to distinguish itself as a whole made up of diverse parts all of which are dedicated to serving the good people of the United Kingdom.  This, he declares, is far from reality as the whole bunch operate as “squatters” who sit in parliament in service of their own priorities.  And so, he says, it is time to take a page out of the fifth labour of Hercules and “flush out the filth”.  The problem that Oliver sees extends well beyond the shores of Jolly Old to include the whole of uniparty Europe where laws have been made to criminalize the bad-mouthing of mandated medical treatments.  It would appear that uniparty handlers, in the form of big banks and pharma, must come first.


French President Macron will put you in the slammer for bad-mouthing vaccines
 

International stables


When it comes to an international uniparty and its related accumulation of muck and mire one needs to consider the grandaddy of all such organizations- the United Nations (UN).  The UN rose from the ashes of the League of Nations, with both having their geneses in the conclusion of successive World Wars.  Both organizations would operate in the name of collective security but the UN would take on a very special role as the guarantor of human rights.  This task was supported by nations across the board and necessitated by the grotesque exceedances of the Nazis in the name of a “Final Solution”.  The heart of the effort to secure the “inherent dignity and of the equal and inalienable rights of all members of the human family” would take the form of the United Nations Declaration of Human Rights of 1948 and it would be recognized as a clarion call for freedom.


The United Nations Declaration of Human Rights - a clarion call for freedom

The UNDHR would get the UN off to a great start.  In terms of a stable analogy, it could be said that the Declaration gave the UN clean and swept floors by virtue of its clear and resonating message.  The muck and mire, however, would pile up in due time as competing interests would see the approval of other conventions and resolutions that would slowly unravel the intent of the UNDHR.  Among these was the International Covenant on Civil and Political Rights (ICCPR) of 1966  which would put riders on the concept of free speech.  It would do so by additions to the UNDHR’s Article 19 that effectively introduced restrictions on free speech.  To the original that specified that, “Everyone has the right to freedom of opinion and expression…without interference and to seek, receive and impart information and ideas through any media and regardless of frontiers” was added the provision that “any advocacy of national, racial or religious hatred that constitutes incitement to discrimination, hostility or violence” was disallowed. 


ICCPR opens the door in Canada to create "hate speech" laws

This wording of the ICCPR of 1966 was found to be vague and controversial by American signatories.    Accordingly, U.S. authorities would only ratify the agreement in 1992 under condition that “it could not be interpreted as authorizing or requiring restrictions on freedom of speech and association in contravention of the U.S. Constitution or other laws.”  Canada, on the other hand, would accept the Covenant unconditionally in 1976 and commit to making “the necessary changes to domestic law to ensure that it is compliant with the ICCPR.”  In a similar vein, Canada would open up its legislative and cheque books to accommodate other international agreements including the Global Compact on Migration and the Paris Agreement of 2015.  The muck and mire in the Canadian stable would accumulate rapidly and it continues to mount with agreements like the WHO Pandemic Treaty that is now waiting in the wings for a Canadian signature.


The WHO waits in the wings to pile on more muck and mire in the form of a sovereignty-crushing pandemic treaty
 

Canadian stables


With international organizations filling their own stables with muck and mire and a Canada that is more than happy to import the waste for its own use, it’s no wonder that Charter rights to free expression have come under attack through the tabling of Bill C-63.  At first glance the bill can be seen to deserve plaudits as it addresses harms visited upon youth through sexual exploitation and upon adults who are exposed online without their consent.  It’s all a bit of a head fake, however, that serves as cover for some serious degradations in the civil liberties of everyday Canadians.  Prime among these is the creation of a new “hate crimes” regime, the reprising of a formerly repealed Section 13 to the Canadian Human Rights Act (CHRA) and the formation of an online information control mechanism in the form of a Digital Safety Commission of Canada that is afforded “sweeping powers” to make and interpret new law and then serve as “judge, jury, and executioner”.


Minister of Justice Virani introduces Bill C-63, 27 February 2024

The underpinning degradation imported from our international betters, however, has to be the use of a subjective emotion like hatred as a descriptor of harm.  The bill does try to raise the bar on just how bad a hate has to be before it can be considered to be harmful for criminal or discrimination purposes.  It does so by identifying a “detestation or vilification” as the required animus behind the infraction instead of a mere “disdain or dislike” that “discredits, humiliates, hurts or offends”.  The fact remains that hatred, no matter how it is defined, is very susceptible to interpretation.  Unlike the commission of an objective act like a physical assault or an incitement to actual violence, the eye of the beholder will have a great deal to say about the pain dished out by a hateful remark.  The extent to which authorities will need to go to satiate the sensibilities of all of these eyes can be seen in the 2013 Supreme Court of Canada decision in the matter of one Bill Whatcott.


Free speech advocate Bill Whatcott taken to task by Supreme Court decision of 2013

In its decision the Supreme Court of Canada would rule that truth was no defense in human rights contexts as truthful statements “can be presented in a manner that would meet the definition of hate speech, and not all truthful statements must be free from restriction”.  The muck and mire resident within international stables had well and truly overflowed into those of Canada’s as the paramount concern was not free expression for all as such might stifle the ability of members of a vulnerable group to respond.  In one fell swoop and given an anti-white Critical Race Theory (CRT) that is exempt from hate speech restrictions, the Supreme Court codified the fact that the definition of hate is very much a subjective enterprise subject to the eye of the beholder.  Considering the fact that much more muck and mire are on the way as globalist migration compacts, climate change edicts and pandemic treaties are being foisted upon Canadians, all of which cite “misinformation” as requiring active countermeasures, isn’t it time to flush our stables clean!


2013 Supreme Court of Canada confirms the subjective nature of hatred to the benefit of some but not others. Time to flush the stables?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. Please consider clicking here to support C3RF today. And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on X(f.k.a. Twitter), on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Voir! Une vidéo de présentation de cette mise à jour est disponible ici


Pour ceux d'entre vous qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 4 minutes qui introduit cette mise à jour du C3RF!



Remerciements du C3RF


A tous ceux qui ont répondu à nos appels de soutien financier en février, votre générosité a fait une réelle différence et nous rend humbles.  Allons-y!

 

Les écuries d'Augias


La mythologie du héros grec Hercule est détaillée et complexe et comprend de nombreux récits de force surhumaine.  Parmi ceux-ci figurent les « 12 travaux d'Hercule », qui ont été confiés à notre héros en guise de pénitence pour le meurtre de sa propre femme et de ses enfants.  Le cinquième travail consistait à nettoyer les écuries de l'un des plus riches citoyens de la Grèce antique, Augias, roi d'Elide.  Les écuries d'Augias étaient pleines de boue et de fumier, car le roi était l'une des personnes les plus riches de Grèce et possédait le plus grand troupeau de bovins et d'autres animaux d'élevage.  Il s'agissait d'une tâche « sale et malodorante » pour un seul homme, d'autant plus difficile qu'Hercule s'est vu signifier qu'elle devait être réalisée en une seule journée.


Le cinquième travail d'Hercule, le nettoyage des écuries d'Augias

Aussi innovant que fort, Hercule trouva une solution à son problème de nettoyage en perçant deux trous aux extrémités opposées des cours de bétail et en détournant le cours de deux rivières voisines à l'aide de canaux spécialisés.  L'eau détournée était dirigée vers l'une des entrées des écuries nouvellement créées et le flot impétueux balayait les écuries en emportant toutes les saletés avec lui en sortant par le côté opposé.  Le nettoyage des écuries d'Augis resterait à jamais une histoire évoquée dans le cadre de situations caractérisées par une corruption massive dont le redressement exige un effort gargantuesque ou herculéen.  Il en va de même aujourd'hui, lorsque des analystes comme le Britannique Neil Oliver utilisent cette analogie pour décrire la vénalité, la distorsion et l'immoralité dont sont victimes les citoyens britanniques ordinaires de la part de leurs propres dirigeants.


L'analyste et présentateur de GB News, Neil Oliver, réclame le nettoyage d'une nouvelle écurie d'Augias

Pour sa part, Neil Oliver affirme sans hésitation qu'une « élite autoproclamée  a soigneusement et délibérément démantelé les démocraties occidentales ».  Il note avec une grande inquiétude que Westminster semble peuplé d'un "parti unique" qui tente de se distinguer comme un tout composé de diverses parties, toutes dédiées au service du bon peuple du Royaume-Uni.  Cela, déclare-t-il, est loin d'être la réalité, car toute cette bande fonctionne comme des « squatters » qui siègent au Parlement au service de leurs propres priorités.  Il est donc temps, selon lui, de s'inspirer du cinquième travail d'Hercule et de « balayer la crasse ».  Pour Oliver, le problème dépasse largement les frontières de la bonne vieille Angleterre et s'étend à toute l'Europe unipartite, où des lois ont été adoptées pour criminaliser la dénonciation des traitements médicaux obligatoires.  Il semblerait que les manipulateurs unipartites, sous la forme de grandes banques et de sociétés pharmaceutiques, doivent passer en premier.


Le président français Macron vous enverra en prison pour avoir dit du mal des vaccins
 

Les écuries internationales


Lorsqu'il est question d'unipartisme international et de l'accumulation de boue et de fumier qui en découle, il convient de prendre en considération le grand-père de toutes les organisations de ce type: l'Organisation des Nations unies (ONU). L'ONU est née des cendres de la Société des Nations, toutes deux ayant leurs origines dans la conclusion des guerres mondiales successives.  Les deux organisations fonctionneront au nom de la sécurité collective, mais l'organisation des Nations unies joueront un rôle très particulier en tant que garante des droits de l'homme.  Cette tâche était soutenue par l'ensemble des nations et rendue nécessaire par les excès grotesques des nazis au nom de la « solution finale ».  Le cœur de l'effort visant à garantir « la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables » prendra la forme de la Déclaration des droits de l'homme des Nations unies de 1948, qui sera reconnue comme un appel à la liberté.


La déclaration des droits de l'homme des Nations unies - un appel à la liberté

La Déclaration universelle des droits de l'homme a permis à l'ONU de prendre un excellent départ.  En termes d'analogie stable, on pourrait dire que la Déclaration a donné à l'ONU un sol propre et balayé grâce à son message clair et percutant.  Toutefois, la boue et la crasse allaient s'accumuler, car des intérêts concurrents allaient entraîner l'approbation d'autres conventions et résolutions qui allaient peu à peu dénaturer l'intention de la DUDH.  Parmi celles-ci, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) de 1966 a mis un frein au concept de liberté d'expression.  Il le fit par des ajouts à l'article 19 de la DUDH qui introduisaient effectivement des restrictions à la liberté d'expression.  À l'article original, qui stipule que « tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression... sans ingérence aucune et à la liberté de rechercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit », a été ajoutée une disposition interdisant « tout appel à la haine nationale, raciale ou religieuse qui constitue une incitation à la discrimination, à l'hostilité ou à la violence ». 


Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques ouvre la porte au Canada à la création de lois sur le « discours haineux »

Cette formulation du Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966 a été jugée vague et controversée par les signataires américains.    En conséquence, les autorités américaines n'ont ratifié l'accord qu'en 1992, à condition qu'il « ne puisse être interprété comme autorisant ou exigeant des restrictions à la liberté d'expression et d'association en violation de la Constitution des États-Unis ou d'autres lois ».  Le Canada, quant à lui, acceptera le Pacte sans condition en 1976 et s'engagera à apporter « les modifications nécessaires à sa législation nationale pour la rendre conforme au Pacte international relatif aux droits civils et politiques ».  Dans le même ordre d'idées, le Canada ouvrirait son carnet de chèques et de lois pour accueillir d'autres accords internationaux, notamment le Pacte mondial sur les migrations et l'Accord de Paris de 2015.  La boue et la saleté dans l'écurie canadienne s'accumuleraient rapidement et continuent de s'accumuler avec des accords tels que le traité de l'OMS sur les pandémies qui attend maintenant dans les coulisses la signature du Canada.


L'OMS attend dans les coulisses d'ajouter de la boue et du fumier sous la forme d'un traité sur les pandémies qui détruirait la souveraineté
 

Les écuries canadiennes


Avec des organisations internationales qui remplissent leurs propres écuries de boue et de fumier et un Canada qui est plus qu'heureux d'importer des déchets pour son propre usage, il n'est pas étonnant que les droits à la liberté d'expression garantis par la Charte aient été attaqués par le dépôt du projet de loi C-63.  À première vue, le projet de loi peut être considéré comme méritant des éloges puisqu'il traite des préjudices causés aux jeunes par l'exploitation sexuelle et aux adultes qui sont exposés en ligne sans leur consentement.  Cependant, il s'agit d'un simulacre qui sert de couverture à de sérieuses dégradations des libertés civiles des Canadiens ordinaires.  Il s'agit notamment de la création d'un nouveau régime de « crimes haineux », de la reprise de l'article 13 de la Loi canadienne sur les droits de la personne (LCDP), qui avait été abrogé, et de la formation d'un mécanisme de contrôle de l'information en ligne sous la forme d'une Commission de la sécurité numérique du Canada, dotée de « pouvoirs étendus » lui permettant d'élaborer et d'interpréter de nouvelles lois, puis de jouer le rôle de « juge, jury et bourreau ».


Le ministre de la Justice Virani présente le projet de loi C-63, 27 février 2024

Toutefois, la dégradation importée de nos intentions internationales doit être fondée sur l'utilisation d'une émotion subjective telle que la haine comme indicateur d'un préjudice.  Le projet de loi tente de relever le niveau de gravité de la haine avant qu'elle puisse être considérée comme nuisible à des fins criminelles ou de discrimination.  Il le fait en identifiant une « détestation ou vilification » comme l'animus requis derrière l'infraction au lieu d'un simple « dédain ou aversion » qui « discrédite, humilie, blesse ou offense ».  Il n'en reste pas moins que la haine, quelle que soit sa définition, est très sujette à interprétation.  Contrairement à la commission d'un acte objectif tel qu'une agression physique ou une incitation à la violence, le regard de l'observateur aura beaucoup à dire sur la douleur infligée par une remarque haineuse.  L'arrêt rendu en 2013 par la Cour suprême du Canada dans l'affaire Bill Whatcott montre jusqu'où les autorités devront aller pour satisfaire la sensibilité de tous ces yeux.


Bill Whatcott, défenseur de la liberté d'expression, mis en cause par la décision de la Cour suprême de 2013

Dans sa décision, la Cour suprême du Canada a estimé que la vérité n'était pas une défense dans le contexte des droits de l'homme, car des déclarations véridiques "peuvent être présentées d'une manière qui répondrait à la définition d'un discours haineux, et toutes les déclarations véridiques ne doivent pas être exemptes de restrictions".  La boue et le fumier résidant dans les écuries internationales avaient bel et bien débordé sur celles du Canada, la préoccupation première n'étant pas la liberté d'expression pour tous, car elle risquait d'étouffer la capacité de réaction des membres d'un groupe vulnérable.  D'un seul coup, la Cour suprême a codifié le fait que la définition de la haine est en grande partie une entreprise subjective soumise à la perception de l'observateur, en donnant à la Théorie de la race critique (TRC) anti-blancs une exemption des restrictions sur les discours haineux.  Si l'on considère qu'il y a encore beaucoup plus de boue et de crasse en perspective, avec les pactes migratoires mondialistes, les édits sur le changement climatique et les traités sur les pandémies qui sont imposés aux Canadiens, et qui citent tous la « désinformation » comme nécessitant des contre-mesures actives, n'est-il pas temps de tirer la chasse d'eau sur nos écuries!


2013 La Cour suprême du Canada confirme la nature subjective de la haine au profit de certains mais pas d'autres. Il est temps de tirer la chasse sur les écuries?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Cliquez ici pour soutenir le C3RF dès aujourd'hui. Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur X(f.k.a. Twitter), sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Comments


bottom of page