top of page

C3RF Update, 08 Sep 2023 – Says who?


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! C3RF billboard campaign info below


View! A video summary of this update here


For those of you on the run and short of time, here’s a 8-minute video presentation that summarizes this C3RF Update!

 

Says who?


We all remember the childhood refrain, “says who?” It was oft times forcefully expressed on the heels of being ordered to do something that was not in our immediate childhood plans. It might have been in response to someone telling you to get off the monkey bars or out of the pool and it was a quick and easy way of saying “on whose authority are you bossing me around!” Oh, for the days when our personal freedoms were so highly valued that our young selves were more than prepared to demand justification for their diminishment. As we leave three years of lost civil liberties in the name of the “public good”, are we about to enter a new season of panic and fear-induced demands to comply? Is it time now to do what we failed to do the first-time round by defying orders that are neither in our interests nor “demonstrably justified”? Will it be a case of “fool me once, shame on you - fool me twice, shame on me” if we fail to demand, “says who”?

Will we demand “says who” the second time round?

The evidence that a new season of coerced compliance is upon us in the name of the “public good” is everywhere. South of the border we hear serious rumblings of newly minted travel, mask and lockdown mandates. It would appear that these measures are planned to be ramped up in a coordinated fashion and eventually include the masking of “pilots, flight staff, passengers, and all airport patrons”. Here in Canada, we see our National Advisory Committee on Immunization (NACI) recommending fall booster mRNA vaccines to bolster personal defences against new “immune-evasive SARS-CoV-2 variants”. This recommendation seems to be less than targeted as it calls for basically all age groups from six months to the over 65 to be immunized with special emphasis on the pregnant, the “racialized” and indigenous communities. It appears that the American and Canadian public health sectors are getting ready to mandate the same measures that failed to mitigate the same virus over the past three years. Should we be asking them, “says who”?

Time to inject the little ones? Again?

Asking just who is responsible for recommending the reinstatement of failed policies is not just a public health issue. Our educational systems are likewise captured by a need to foist questionable information, and even ideologies, on our youngest and most impressionable on a never-ending basis. Their insistence, for example, on pushing Critical Race (CRT) and gender-fluid theories on students is encouraging them to hate certain races and question their own biology and all of this at wildly inappropriate ages. Come to think of it, is there ever an appropriate age to learn how to hate others and deny one’s own biology? After all, keeping such divisive and non-normal concepts in school curricula is destroying the trust between educational professionals and the parents they depend on for support. CRT, for example, is being used to bully educators who won’t go along with promoted narratives, often resulting in intramural animosity and leading one, Richard Bilkszto, to commit suicide. Meanwhile, parents have begun to push back against secretive policies that leave them in the cold regarding the “transitioning” of their own children.”

Was retired educator Richard Bilkszto a victim of Critcal Race Theory?
 

Fool me once


Canadians can be forgiven for failing to follow through on their childhood defiance and loudly proclaim “says who” in response to calls to shut down their lives for the Wuhan virus crisis. After all, in early 2020 they were witness to Chinese falling in the streets due to the contagion even as videos of elderly, intubated Italians seemed to justify that country’s decision to shut down whole towns to contain the disease. Could Canadians social distance, mask up and stay home for a few weeks to “flatten the curve”? Of course they could and they would do so gladly to help our medical systems re-position to prepare for the onslaught that was to come. It seemed a small price to pay for a disease that was touted to have a 3.4% fatality rate and was so novel that there were no early treatment options or anti-viral therapeutics available. Anyways, it was only going to be for a few weeks, wasn’t it?

Chinese dead in the streets and Italians on respirators. Panic justified?

As it turned out, the Wuhan virus was not that deadly and the 3.4% fatality claim proved to be an exaggeration by at least a factor of 10. The fact that the virus was about as lethal as the seasonal flu for those under the age of 70 was reported as was the fact that it was the elderly with comorbidities in government-run institutions that needed to be shielded. Indeed, as it turned out the Wuhan virus was not a disease of the unvaccinated but, rather, a disease of the institutionalized under government care. Accordingly, there was no need to lock down the working population and certainly no need to consign our children and grandchildren to facemasks and remote learning away from their friends and playmates. All this and nearly $350 billion in additional and unwarranted debt over the course of fiscal year 2020/21, not to mention a loss of Charter rights and freedoms that persists to this day, was the hefty price that Canadians paid to “flatten the curve”. Still, they can hardly be blamed for being “fooled once” this time round.

Was nearly $350 billion in deficit spending unnecessary?

Rank and file Canadians can be forgiven for failing to ask, “says who” during their first dance with the Wuhan virus. After all, the real news regarding the nature of the Wuhan virus may have been uncovered by expert notables such as Canada’s own Byram Bridle and Stanford’s Dr. Jay Bhattarachya, and even broadcast within the pages of these C3RF Updates, but the coordinated efforts of big government, media and pharma would keep such information out of the public square proper. So insidious and widespread was this collusion that whole programs would be developed so that government entities could direct the likes of Twitter to cancel and promote messaging in accordance with its aims. And so, we saw Stanford University’s “Virality Project” come into being to control the Wuhan virus narrative and a number of American three-letter agencies creating the “Global Engagement Center” to ensure they had a monopoly on the “disinformation” market. How were Canadians to know that they were being lied to when so many, at such high levels, including their own governments and agencies, were propagating the false narratives?

Drs. Byram Bridle and Jay Bhattarcharya stifled by big narratives?
 

Fool me twice


The problem with lies is that they just don’t have the staying power to outlast the truth. And so, we are beginning to see the truth wend its way into the open as the Bridles and Bhattacharys of our day persist in taking their studied observations and claims into the public square. A case in point is the landmark Missouri v Biden case that is progressing through the American court system. Evidence deduced from these proceedings have painted a dystopian picture of government agencies operating full tilt to orchestrate “Orwellian Ministry of Truth” censorship programs aimed at shutting down information critical of Wuhan virus vaccines, climate change and Hunter Biden’s laptop. North of the border we see the likes of Dr. Jordan Peterson engage his own licensing authority, the Ontario College of Psychologists, over the right to express his own opinions in public. Of particular concern to the good doctor are the efforts of “butchers” in the medical profession who salivate over the prospect of irreversibly mutilating minors with “gender-affirming” surgery. Just who presents “a harm to the public”?

Is Dr. Jordan Peterson the real "harm to the public"?

The fact that emerging truths are now impacting parental concerns over their own children has brought the Canadian “culture wars” to a tipping point. It’s one thing to idly stand by and accept ideological gobbledegook as bone fide if 97% of scientists say its so when there are no personal consequences associated with going along. That is all changing now that our kids and grandkids have been placed on the firing line of wokeism as:

All of a sudden, parents are being called upon to protect their own flesh and blood. Just how energetic will the blowback be?

Parents or governments, who protects the little ones?

It would appear that the blowback from parents seeking to protect their children from predatory ideologies in the classroom is going to be considerable. Witness the grassroots initiative that sees parents of all persuasions banding together to launch a “million-person march” in communities across the country on 20 September 2023. The protest organizer, Muslim activist and businessman Kamel El-Cheikh, is optimistic that Canadians from coast to coast will be inspired to show support for innocent kids and the families that are ultimately responsible for their safety and security. The movement is picking up steam and being noted by politicians across the land. This is evidenced by the fact that an initiative by New Brunswick Premier Blaine Higgs to require parental approval before trans pronouns can be used in the classroom has gained worldwide attention and led to several other provinces following suit. It would appear that the gender-affirming activists are losing their political power and losing it fast as Canadian parents, at least, refuse to be fooled twice and ask, “says who”.

 

Help! Contribute to expanding the C3RF bill board campaign!


C3RF has noted with some concern the ever-increasing restrictions being placed on the speech of Canadians by their own political class. They had their start with Motion M-103 when unfounded accusations of widespread “systemic racism” and “Islamophobia” set the tone for punishing communications that challenged such narratives. And so it goes today that we find ourselves in a place where Canadians actually lose their jobs for daring to discuss the expansionist and exclusionary aspects of Sharia Law or taking their “unacceptable views” to Parliament Hill in hopes of airing their vaccine mandate concerns.

Are Canadian truckers "fringe" folks with "unacceptable views"?

It was particularly telling that our own Prime Minister would pigeon-hole the trucker protests as being “fringe” and unworthy of dialogue. And so we here at C3RF were prompted to ask the question, “does the Charter forbid ‘unacceptable views’?” and to do so on a large billboard situated on a busy Ottawa-Toronto highway. The intent is to get Canadians thinking about just how far their government has gone to restrict their speech and their right to use it to grieve the loss of what used to be guaranteed civil liberties – even as we ask them to join the online C3RF family. With your gracious support, we also hope to expand the number of billboards to other highly travelled locations across Ontario initially and then the rest of Canada.

 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

A noter! Campagne d'affichage du C3RF ci-dessous


Voir! Un résumé vidéo de cette mise à jour ici


Pour ceux qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 8 minutes qui résume cette mise à jour du C3RF!

 

D'après qui?


Nous nous souvenons tous de la rengaine de l'enfance, « qui dit ça? ». C'était souvent exprimé avec force lorsqu'on nous ordonnait de faire quelque chose qui ne faisait pas partie de nos projets d'enfance. C'était peut-être en réponse à quelqu'un qui vous demandait de descendre des cadres à grimper ou de sortir de la piscine, et c'était une façon rapide et facile de dire « de quel droit me donnes-tu des ordres »? Ah, le temps où nos libertés personnelles étaient si précieuses que nos jeunes étaient prêts à exiger une justification pour leur diminution. Alors que nous sortons de trois années de perte de libertés civiles au nom du « bien public », sommes-nous sur le point d'entrer dans une nouvelle saison de panique et d'exigences de conformité induites par la peur? Le moment est-il venu de faire ce que nous n'avons pas fait la première fois en défiant des ordres qui ne sont ni dans notre intérêt ni « manifestement justifiés »? Sera-t-il question de « Tu m'y prends une fois, tu es une fripouille, tu m'y prends deux fois, je suis une andouille. » si nous ne parvenons pas à exiger « d'après qui »?

Demanderons-nous « d'après qui » la deuxième fois?

La preuve qu'une nouvelle saison de conformité forcée est à nos portes au nom du "bien public" est omniprésente. Au sud de la frontière, nous entendons de sérieuses rumeurs sur les nouveaux mandats de voyage, de masquage et d'enfermement. Il semblerait que ces mesures soient destinées à être renforcées de manière coordonnée et qu'elles incluent à terme le masquage des « pilotes, du personnel de bord, des passagers et de tous les usagers des aéroports ». Au Canada, le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) recommande des vaccins de rappel à ARNm pour renforcer les défenses individuelles contre les nouvelles « variantes du SRAS-CoV-2 qui ont un pouvoir d'invasion immunitaire ». Cette recommandation semble moins que ciblée puisqu'elle demande que toutes les tranches d'âge, de six mois à plus de 65 ans, soient vaccinées, en mettant l'accent sur les femmes enceintes, les personnes « racialisées » et les communautés autochtones. Il semble que les secteurs de la santé publique américain et canadien s'apprêtent à imposer les mêmes mesures que celles qui n'ont pas permis de lutter contre le même virus au cours des trois dernières années. Devrions-nous leur demander: « d'après qui »?

C'est le moment d'injecter les petits? Encore?

La question de savoir qui est responsable de recommander le rétablissement de politiques qui ont échoué n'est pas seulement une question de santé publique. Nos systèmes éducatifs sont également pris par le besoin de transmettre sans cesse des informations douteuses, voire des idéologies, aux plus jeunes et aux plus impressionnables d'entre nous. Leur insistance, par exemple, à imposer aux élèves les principes de la Critical Race Theory (CRT) et les théories du gender-fluidity les encourage à haïr certaines races et à remettre en question leur propre biologie, et tout cela à des âges tout à fait inappropriés. À bien y penser, y a-t-il jamais un âge approprié pour apprendre à haïr les autres et à nier sa propre biologie? Après tout, le maintien de concepts aussi clivants et anormaux dans les programmes scolaires détruit la confiance entre les professionnels de l'éducation et les parents dont ils dépendent pour leur soutien. La CRT, par exemple, est utilisée pour intimider les éducateurs qui n'acceptent pas les récits préconisés, ce qui entraîne souvent une animosité au sein de l'école et a conduit l'un d'entre eux, Richard Bilkszto, à se suicider. Entre-temps, les parents ont commencé à s'opposer aux politiques secrètes qui les laissent dans l'ignorance en ce qui concerne la « transition » de leurs propres enfants.

Richard Bilkszto, éducateur à la retraite, a-t-il été victime de la Critical Race Theory?
 

Tu m'y prends une fois


On peut pardonner aux Canadiens de ne pas avoir donné suite à leur audace d'enfance et de ne pas avoir clamé haut et fort « d'après qui » en réponse aux appels à fermer leur vie pour lutter contre la crise du virus de Wuhan. Après tout, au début de l'année 2020, ils ont été témoins de Chinois tombant dans les rues à cause de la contagion, alors même que des vidéos d'Italiens âgés et intubés semblaient justifier la décision de ce pays de fermer des villes entières pour endiguer la maladie. Les Canadiens pourraient-ils prendre leurs distances sociales, se masquer et rester chez eux pendant quelques semaines pour « aplanir la courbe »? Bien sûr, et ils le feraient volontiers pour aider nos systèmes médicaux à se repositionner en vue de l'assaut à venir. Cela semblait être un petit prix à payer pour une maladie dont le taux de mortalité était annoncé à 3,4 % et qui était si nouvelle qu'il n'existait aucune option de traitement précoce ou de thérapeutique antivirale. De toute façon, cela n'allait durer que quelques semaines, n'est-ce pas?

Des Chinois morts dans les rues et des Italiens sous respirateurs. Panique justifiée?

Il s'est avéré que le virus de Wuhan n'était pas si mortel que cela et que l'annonce d'une létalité de 3,4 % s'est révélée être une exagération numérique et sonore d'au moins dix « décibel ». Le fait que le virus était à peine plus mortel que la grippe saisonnière pour les personnes âgées de moins de 70 ans a été signalé, de même que le fait que ce sont les personnes âgées présentant des comorbidités et vivant dans des institutions publiques qui devaient être protégées. En effet, il s'est avéré que le virus de Wuhan n'était pas une maladie des personnes non vaccinées, mais plutôt une maladie des personnes institutionnalisées sous la tutelle du gouvernement. Par conséquent, il n'était pas nécessaire d'enfermer la population active et encore moins de condamner nos enfants et petits-enfants à porter des masques et à apprendre à distance, loin de leurs amis et de leurs camarades de jeu. Tout cela et près de 350 milliards de dollars de dette supplémentaire et injustifiée au cours de l'exercice fiscal 2020/21, sans parler de la perte des droits et libertés garantis par la Charte qui persiste encore aujourd'hui, est le prix élevé que les Canadiens ont payé pour « aplatir la courbe ». Pourtant, on ne peut pas leur reprocher de s'être fait avoir une fois, cette fois-ci.

Près de 350 milliards de dollars de dépenses déficitaires n'étaient-ils pas nécessaires?

On peut pardonner aux Canadiens ordinaires de ne pas s'être demandé « d'après qui » lors de leur première expérience avec le virus de Wuhan. Après tout, les vraies informations concernant la nature du virus de Wuhan auraient pu être découvertes par des experts notables tels que le Canadien Byram Bridle et le Dr Jay Bhattarachya de Stanford, et même diffusées dans les pages de mises à jour du C3RF, mais les efforts coordonnés du gros gouvernement, des médias et de l'industrie pharmaceutique ont empêché ces informations d'être diffusées sur la place publique proprement dite. Cette collusion était si insidieuse et répandue que des programmes entiers ont été développés pour que les entités gouvernementales puissent ordonner à des sites comme Twitter d'annuler et de promouvoir des messages conformes à leurs objectifs. C'est ainsi que le « Virality Project » de l'université de Stanford a vu le jour pour contrôler le récit du virus de Wuhan et qu'un certain nombre d'agences américaines aux acronymes à trois lettres ont créé le « Global Engagement Center » pour s'assurer qu'elles avaient le monopole du marché de la « désinformation ». Comment les Canadiens pouvaient-ils savoir qu'on leur mentait lorsque tant de personnes, à des niveaux si élevés, y compris leurs propres gouvernements et agences, propageaient de faux récits?

Byram Bridle et Jay Bhattarcharya étouffés par les grands récits?
 

Tu m'y prends deux fois


Le problème avec les mensonges, c'est qu'ils n'ont pas la capacité de perdurer au-delà de la vérité. Ainsi, nous commençons à voir la vérité se frayer un chemin au grand jour, car les Bridles et les Bhattachary de notre époque persistent à porter leurs observations et leurs affirmations sur la place publique. L'affaire Missouri contre Biden, qui fait jurisprudence et qui est en cours devant les tribunaux américains, en est un bon exemple. Les preuves déduites de cette procédure ont dressé un tableau dystopique d'agences gouvernementales fonctionnant à plein régime pour orchestrer des programmes de censure du « ministère orwellien de la vérité » visant à faire taire les informations critiques sur les vaccins contre le virus de Wuhan, le changement climatique et l'ordinateur portable d' Hunter Biden. Au nord de la frontière, nous voyons des gens comme le Dr Jordan Peterson engager un dialogue avec son propre organisme de certification, l'Ordre des psychologues de l'Ontario, au sujet du droit d'exprimer ses propres opinions en public. Le docteur est particulièrement préoccupé par les efforts des « dépeceurs » de la profession médicale qui salivent à l'idée de mutiler de manière irréversible des mineurs par une chirurgie « d'affirmation du genre ». Qui, au juste, représente « un danger pour le public »?

Le Dr Jordan Peterson est-il le véritable « danger pour le public »?

Le fait que les nouvelles vérités aient désormais un impact sur les préoccupations des parents concernant leurs propres enfants a amené les « guerres culturelles » canadiennes à un point de non-retour. C'est une chose de rester les bras croisés et d'accepter le charabia idéologique comme étant de bonne foi si 97 % des scientifiques le disent et qu'il n'y a pas de conséquences personnelles associées au fait de suivre le mouvement. Tout cela est en train de changer maintenant que nos enfants et nos petits-enfants ont été placés sur la ligne de tir du wokeism:

Tout à coup, les parents sont appelés à protéger leur propre progéniture. Quelle sera l'ampleur de la réaction?

Parents ou gouvernements, qui protège les plus petits?

Il semblerait que la réaction des parents qui cherchent à protéger leurs enfants des idéologies prédatrices dans les salles de classe va être considérable. En témoigne l'initiative populaire qui voit des parents de tous bords s'unir pour lancer une « marche d'un million de personnes » dans les communautés de tout le pays le 20 septembre 2023. L'organisateur de la manifestation, Kamel El-Cheikh, militant musulman et homme d'affaires, a bon espoir que les Canadiens d'un océan à l'autre seront incités à manifester leur soutien à des enfants innocents et aux familles qui sont, en fin de compte, responsables de leur sécurité. Le mouvement prend de l'ampleur et est remarqué par les politiciens de tout le pays. Pour preuve, l'initiative du premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, visant à exiger l'approbation des parents avant l'utilisation de pronoms transgenres dans les salles de classe, a attiré l'attention du monde entier et a incité plusieurs autres provinces à suivre son exemple. Il semblerait que les militants de l'affirmation du genre soient en train de perdre leur pouvoir politique et qu'ils le perdent rapidement, car les parents canadiens, au moins, refusent d'être dupés deux fois et se demandent « d'après qui ».

 

Aidez-nous! Contribuez à l'expansion de la campagne d'affichage du C3RF!


Le C3RF a noté avec une certaine inquiétude les restrictions de plus en plus importantes imposées à la libre expression des Canadiens par leur propre classe politique. Ces restrictions ont commencé avec la motion M-103, lorsque des accusations infondées de « racisme systémique » et d'« islamophobie » ont donné le ton pour punir les communications qui remettaient en question de tels récits. C'est ainsi que nous nous retrouvons aujourd'hui dans une situation où des Canadiens perdent leur emploi pour avoir osé discuter des aspects expansionnistes et d'exclusion de la charia ou pour avoir exprimé leurs « opinions inacceptables » sur la colline du Parlement dans l'espoir d'exprimer leurs préoccupations concernant le mandat vaccinal.

Les camionneurs sont-ils des « marginaux » aux « opinions inacceptables »?

Il était particulièrement révélateur que notre propre Premier ministre qualifie les manifestations des camionneurs de « marginales » et indignes d'un dialogue. C'est ainsi que le C3RF a été amené à poser la question suivante: « La Charte interdit-elle les 'opinions inacceptables'? » et à le faire sur un grand panneau d'affichage situé sur une autoroute très fréquentée entre Ottawa et Toronto. L'objectif est d'amener les Canadiens à réfléchir à la mesure dans laquelle leur gouvernement est allé jusqu'à restreindre leur liberté d'expression et leur droit de l'utiliser pour pleurer la perte de ce qui était autrefois garanti comme des libertés civiles - alors même que nous leur demandons de rejoindre la famille en ligne du C3RF. Avec votre généreux soutien, nous espérons également étendre le nombre de panneaux d'affichage à d'autres lieux très fréquentés de l'Ontario dans un premier temps, puis à tout le reste du Canada.

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Twitter, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Comments


bottom of page