top of page

C3RF Update, 12 Jan 2024 – Irresponsible government


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas



For those of you on the run and short of time, here’s a 3-minute video presentation that introduces this C3RF Update!

 

A matter of intent


Recall that we were stunned by last week’s revelation, thanks to C3RF patron Brian Peckford, that the Conservative Party of Canada had chosen to sideline fundamental Charter rights and freedoms as an underpinning principle of its official policy prescriptions.  As Peckford noted, the Party chose in its last September 2023 policy conference to deep-six the “supremacy of God” tenet and replace it with “the supremacy of democratic parliamentary institutions”.  In one fell swoop they crushed the transcendent nature of fundamental individual rights, like the freedom of speech, to tell those who would vote for them that such liberties were no longer bestowed upon them by a higher authority and could therefore be manipulated, mangled and even made moot by an all-powerful regime. 

The last living "first minister" responsible for the patriation of the Charter - Brian Peckford

In all fairness, the Conservative Party of Canada can be seen to be one of the last governance entities to walk away from any need to put the rights of citizens front and center in the country’s rule-making and public service sectors.  After all, the Westminster tradition upon which the Canadian parliamentary system of governance was based decreed that laws made by the parliament were unchallengeable - except by future parliaments.  This was the case until 1982 when first ministers like Brian Peckford, who was the Premier of Newfoundland at the time, riled the supremacy roost with the patriation of the Charter.  The Charter had different thoughts on just how far parliaments could go with their rule-making by throwing fundamental rights into the mix.  The fight was on.

The supremacy of the Charter or parliament, what's the intent?

It could be argued that the supremacy of the Charter, as was intended by its framers, over that of parliament, has had a mixed success rate.  Indeed, whereas the criminal class seems to have found a friend in the Charter’s provisions through court rulings that:

  • tightened the rules around wire taps;

  • protected the accused from having to disprove presumptions of guilt; and

  • required the full disclosure of relevant evidence between the Crown and defence,

everyday citizens would see their rights and freedoms balanced away to satiate the demands of “identifiable groups” and a growing number of victim classes. And so we saw legislation and supportive court rulings that shut down free speech and criminalized parental rights in favour of the diversity agenda.

Criminals protected by the Charter but regular folk not so much?
 

Fight’s on


It is noteworthy that, as the battle between Charter and parliamentary supremacy rages in the political and judicial arenas of the nation, the major political parties have switched sides.  In the case of the Liberal Party of Canada, for instance, we saw its leader in the form of the elder Trudeau lead the fight to create a 1982 Charter that espoused the need for the supremacy of fundamental citizen’s rights.  He stated in no uncertain terms that “the individual in the exercise of his fundamental rights precedes the state, and all individuals are equal”.  In the case of the Conservative Party we saw its predecessor, the Progressive Conservative Party of Canada under Prime Minister Diefenbaker, enact the Canadian Bill of Rights in 1960.  This Bill foreshadowed the Charter itself with its emphatic support for the supremacy of God and the rule of law even as it recognized the importance of the family and property rights within in a society of free men. 

Pierre Trudeau and John Diefenbaker, Charter birds of a feather?

How odd is it then to see the parties of these paragons of the Canadian political establishment flush their lofty support of fundamental rights and freedoms in favour of the “common good”?  The Liberals would go from Trudeau-the-elder leading the drafting of a new Charter to Trudeau-the-younger who would set about knocking down the core values that affirmed the “dignity and worth of the human person”.  For their part the Conservatives would cement their move away from recognizing the intrinsic value of the individual as per the transcendent “supremacy of God” concept to enshrine the “supremacy of democratic parliamentary institutions” in its 2023 policy handbook.  With all of these Charter deserters afoot, who is left on the field to defend the civil liberties of regular Canadian folk?

Trudeau-the-younger and Poilievre, champions of the "common good"?

One valiant and irrepressible warrior fighting for the original intent of the Charter is none other than the last living “first minister” responsible for patriating and drafting this same supreme law, the Honourable Brian Peckford.  Peckford found it necessary to engage in the battle after witnessing the gross abuses of citizen’s rights at the hands of the nation’s political, judicial and public service sectors in response to the Wuhan virus pandemic.  He would summarize his concerns through his private social media channels as establishment media busied itself with blocking “all news that is negative to their narrative”.  One wonders, how could it be that the one first-hand source capable of shedding light on the true intent of the Chater be sidelined so? 

How did a Charter framer become a David in a David v Goliath showdown?
 

Irresponsible government


One might very well wonder how it is that a former politician and premier of Newfoundland and Labrador, Brian Peckford, enjoys seemingly no support whatsoever from Canada’s current crop of political representatives.  After all, isn’t it the job of these representatives in a proudly proclaimed “responsible government” to hold those wielding executive power to account by answering to the citizens that elect them?  Rather than this and based on the resounding silence surrounding Peckford’s powerful arguments against the freedom-crushing pandemic measures pursued and supported by Canadian authorities, it appears that citizen concerns are nowhere to be seen.  Has Canada entered a new age of “irresponsible government”?

Has the Canadian parliament become the seat of an “irresponsible government”?

Perhaps Peckford is more representative of the Canada that preceded the declaration of a new “post-national” Canada that prizes subservience to global institutions over the druthers of mere citizens.  He certainly proved himself to be a tenacious fighter for the interests of the citizens of Newfoundland and Labrador over the course of his political career.  Witness his success in asserting ownership of the province’s offshore resources while regulating the conditions for exploration of same by oil companies.  Some would say that such a political leader, concerned as he was with representing the best interests of his electors, is a remnant of a long-lost past that is no more.  One such observer is retired Member of Parliament Brent Rathegeber as detailed in his book, “Irresponsible Government: The Decline of Parliamentary Democracy in Canada”.

Disillusioned MP and author, Brent Rathgeber

A stalwart of the Conservative Party, Rathgeber became disenchanted with his ability to represent the interest of his constituents as he attempted to progress a private member’s bill in 2014.  The bill would have forced the disclosure of public service sector salaries over $100,000 but failed to even get to the report stage as it was eviscerated by his own party.  The failure proved to be an epiphany for Rathgeber as he realized that a Member’s ability to represent anything outside of a political party’s interest in a manner that “even resembles their role in a system of responsible government” was simply a bridge too far.  The disenchanted MP would leave the Conservative Party as a result and take his seat in parliament as an independent.  Rathgeber and Peckford, then and now, point to a system of irresponsible government that has been introduced behind the backs of befuddled Canadian citizens.  Citizens who deserve much better!

Rathgeber book a must-read for all MPs?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. Please consider clicking here to support C3RF today. And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on X(f.k.a. Twitter), on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Pour ceux qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 3 minutes qui résume cette mise à jour du C3RF!

 

Une question d'intention


Rappelons que nous avons été stupéfaits par la révélation la semaine dernière, due au parrain du C3RF M. Brian Peckford, que le Parti conservateur du Canada avait choisi de mettre de côté les droits et libertés fondamentaux de la Charte en tant que principe sous-jacent de ses prescriptions politiques officielles.  Comme l'a noté M. Peckford, le parti a choisi, lors de sa dernière conférence politique de septembre 2023, de supprimer le principe de la « suprématie de Dieu » et de le remplacer par la « suprématie des institutions parlementaires démocratiques ».  D'un seul coup, ils ont écrasé la nature transcendante des droits individuels fondamentaux, comme la liberté d'expression, pour dire à ceux qui voteraient pour eux que ces libertés ne leur étaient plus accordées par une autorité supérieure et qu'elles pouvaient donc être manipulées, malmenées et même rendues inopérantes par un régime tout-puissant. 

Le dernier « premier ministre » vivant responsable du rapatriement de la constitution - Brian Peckford

En toute honnêteté, le Parti conservateur du Canada peut être considéré comme l'une des dernières entités de gouvernance à avoir renoncé à mettre les droits des citoyens au premier plan  dans l'élaboration des règles et des services publics du pays.  Après tout, la tradition de Westminster sur laquelle repose le système parlementaire canadien de gouvernance décrète que les lois adoptées par le parlement ne peuvent être remises en cause, sauf par les futurs parlements.  C'était le cas jusqu'en 1982, lorsque des premiers ministres comme Brian Peckord, alors Premier ministre de Terre-Neuve, ont ébranlé la suprématie parlementaire en rapatriant la Constitution.  La Charte a des idées différentes sur la portée que les parlements pouvaient donner à leurs règles en y ajoutant les droits fondamentaux.  La lutte fut engagée.

La suprématie de la Charte ou du Parlement, quelle est l'intention?

On pourrait affirmer que la suprématie de la Charte, telle que voulue par ses auteurs, sur celle du Parlement a connu un succès mitigé.  En effet, alors que la classe criminelle semble avoir trouvé un ami dans les dispositions de la Charte par le biais de décisions de justice qui:

  • ont renforcé les règles relatives aux écoutes téléphoniques

  • ont protégé l'accusé en lui évitant d'avoir à réfuter des présomptions de culpabilité; et

  • exigent la divulgation complète des preuves pertinentes entre la Couronne et la défense,

les citoyens ordinaires verraient leurs droits et libertés réduits à néant pour satisfaire les exigences de "groupes identifiables" et d'un nombre croissant de classes de victimes. C'est ainsi que nous avons vu des lois et des décisions de tribunaux favorables à l'abolition de la liberté d'expression et à la criminalisation des droits parentaux en faveur de mesures en faveur de la diversité.

Les criminels sont protégés par la Charte, mais pas les citoyens ordinaires?
 

Le combat est en cours


Il convient de noter que, tandis que la bataille entre la Charte et la suprématie parlementaire fait rage dans les arènes politiques et judiciaires de la nation, les principaux partis politiques ont changé de camp.  Dans le cas du Parti libéral du Canada, par exemple, nous avons vu son leader, Trudeau-père, mener le combat pour la création d'une Charte de 1982 qui épousait la nécessité de la suprématie des droits fondamentaux des citoyens.  Il a déclaré sans ambiguïté que « l'individu, dans l'exercice de ses droits fondamentaux, précède l'État, et tous les individus sont égaux ».  Dans le cas du parti conservateur, nous avons vu son prédécesseur, le parti progressiste-conservateur du Canada, sous la direction du Premier ministre Diefenbaker, adopter la Déclaration canadienne des droits en 1960.  Cette déclaration préfigurait la Charte elle-même avec son soutien emphatique à la suprématie de Dieu et à l'État de droit, tout en reconnaissant l'importance de la famille et des droits de propriété au sein d'une société d'hommes libres.

Trudeau et Diefenbaker, deux proginiteurs de la Charte qui se ressemblent?

Il est donc étrange de voir les partis de ces piliers de l'establishment politique canadien se débarrasser de leur noble soutien aux droits et libertés fondamentaux en faveur du « bien commun ».  Les libéraux ont passé de Trudeau le vieux, qui a dirigé la rédaction d'une nouvelle charte, à Trudeau le jeune, qui a entrepris de démolir les valeurs fondamentales qui affirmaient la « dignité et la valeur de la personne humaine ».  Pour leur part, les conservateurs s'éloigneraient de la reconnaissance de la valeur intrinsèque de l'individu selon le concept transcendant de la « suprématie de Dieu » pour consacrer la "suprématie des institutions parlementaires démocratiques" dans leur manuel politique de 2023.  Avec tous ces déserteurs, qui reste-t-il sur le terrain pour défendre les libertés civiles des citoyens canadiens ordinaires?

Trudeau-fils et Poilievre, champions du « bien commun »?

L'un des vaillants et irrépressibles guerriers qui se battent pour l'intention originale de la Charte n'est nulle autre que le dernier premier ministre vivant responsable du rapatriement et de la rédaction de cette même loi suprême, l'honorable Brian Peckford.  M. Peckford a jugé nécessaire de s'engager dans la bataille après avoir été témoin des abus flagrants des droits des citoyens aux mains des secteurs politique, judiciaire et du service public de la nation en réponse à la pandémie du virus de Wuhan.  Il résumait ses préoccupations sur ses réseaux sociaux privés alors que les médias de l'establishment s'affairaient à bloquer « toutes les nouvelles qui sont défavorables à leur discours ».  On peut se demander comment il se fait que notre seule source originelle capable de faire la lumière sur les véritables intentions du Chater soit ainsi mise à l'écart.

Comment un père de la Charte est-il devenu David dans la bataille de David contre Goliath?
 

Un gouvernement irresponsable


On peut se demander comment il se fait qu'un ancien politicien et premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Brian Peckford, ne bénéficie apparemment d'aucun soutien de la part des représentants politiques actuels du Canada.  Après tout, n'est-ce pas le travail de ces représentants d'un « gouvernement responsable » fièrement proclamé que de demander des comptes à ceux qui exercent le pouvoir exécutif en répondant aux citoyens qui les ont élus?  Au lieu de cela, et au vu du silence retentissant qui entoure les puissants arguments de Peckford contre les mesures anti-pandémie liberticides poursuivies et soutenues par les autorités canadiennes, il semble que les préoccupations des citoyens ne soient pas prises en compte.  Le Canada est-il entré dans une nouvelle ère de « gouvernement irresponsable »?

Le Parlement canadien est-il devenu le siège d'un « gouvernement irresponsable »?

Il se peut que Peckford soit plus représentatif du Canada qui a précédé la déclaration d'un nouveau Canada « post-national » qui privilégie l'asservissement au mondialisme au détriment des intérêts des simples citoyens.  Au cours de sa carrière politique, il s'est certainement révélé être un combattant tenace pour les intérêts des citoyens de Terre-Neuve-et-Labrador.  Son succès dans l'affirmation de la propriété des ressources extracôtières de la province tout en réglementant les conditions d'exploration par les compagnies pétrolières en est la preuve.  Certains diront qu'un tel leader politique, soucieux de représenter au mieux les intérêts de ses électeurs, est un vestige d'un passé révolu.  C'est le cas de Brent Rathegeber, député à la retraite, dans son livre « Irresponsible Government: The Decline of Parliamentary Democracy in Canada ».

Brent Rathgeber, député et auteur désabusé

Pilier du Parti conservateur, M. Rathgeber a perdu confiance en sa capacité à représenter les intérêts de ses électeurs lorsqu'il a tenté de faire avancer un projet de loi d'initiative parlementaire en 2014.  Ce projet de loi aurait imposé la divulgation des salaires de plus de 100 000 dollars dans le secteur de la fonction publique, mais il n'a même pas atteint le stade du rapport, car il a été éviscéré par son propre parti.  Cet échec a été une révélation pour M. Rathgeber, qui s'est rendu compte que la capacité d'un député à représenter tout ce qui n'est pas dans l'intérêt d'un parti politique d'une manière qui "ressemble même à son rôle dans un système de gouvernement responsable" était tout simplement un obstacle insurmontable.  Le député désenchanté quitte alors le Parti conservateur et siège au Parlement en tant qu'indépendant.  Rathgeber et Peckford, hier comme aujourd'hui, mettent en évidence un système de gouvernement irresponsable qui a été mis en place dans le dos de citoyens canadiens désemparés.  Les citoyens qui méritent bien mieux!

Le livre de Rathgeber, une lecture essentielle pour tous les députés?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Cliquez ici pour soutenir le C3RF dès aujourd'hui. Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur X(f.k.a. Twitter), sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

bottom of page