C3RF Update, 13 May 2022 – Democratic deficits


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! May is C3RF Funding Drive month - see notice below!


View! All C3RF “In Hot” interviews here


Review and participate in Version 7.0 of C3RF’s “One Stop Tyrant Shop”


Take a look at V7.0 of the “One Stop Tyrant Shop” to check out new additions. These changes are in bold text and link to efforts and initiatives that help address individual line items in the “One Stop” table. This rendition provides a link to a comprehensive call by the “citizens of Canada” for the Manitoba law enforcement community to investigate alleged crimes emanating from provincial pandemic measures. This effort can be found on page eight of the “One Stop” table and is remarkable for the expert evidence it presents even as it reminds law enforcement that they have a “sworn duty to investigate and pursue criminal charges as required by the laws and statues of Canada.”

 

Democratic deficits incurred


A democratic deficit can be defined as “an insufficient level of democracy in political institutions and procedures in comparison with a theoretical ideal of a democratic government”. The topic is not a new one for C3RF members as such deficits have been discussed at length in previous “updates”. Recall three years ago when the power triumvirate that is the Prime Minister, the Prime Minister’s Office (PMO) and the Privy Council Office (PCO) countermanded a Minister of Justice recommendation for a new Chief Justice for the Supreme Court of Canada. The Minister wanted to select the Chief Justice of Manitoba’s Court of Queen’s Bench, Glenn Joyal. Joyal, at that time, was known to oppose an activist Supreme Court of Canada but was bounced by the triumvirate responsible for appointments across the executive, legislative and judicial spectrums. This, even though these power elites had no standing within the formal Constitution of Canada to do so. Fast forward to the present day and we see the same judge ruling against the civil liberties of Canadian citizens to show the government a “margin of appreciation” in matters related to Wuhan virus pandemic measures. It would seem the courts are trending toward activism and incurring “democratic deficits” as they do?

Minister of Justice Wilson-Raybould pick for Chief Supreme Court Justice thwarted by power elite?

It's easy to see how such concentrations of political power, built up outside of any constitutional authorization, have the ability to thwart the fundamental rights and freedoms guaranteed by its Charter. Removed from the numerous instances where governments have circumvented the liberties of Canadians in the name of protecting them from the Wuhan virus, we now have the installation of a House of Commons “Motion 11” that shamelessly strips our own elected representatives of any oversight or opposition. The Motion does so by ignoring constitutionally-mandated quorum rules while allowing for no-notice extensions of House business hours. The dispensing of quorum means work extensions can be used to displace committee work with no expenditure of manpower required. Such committee work includes that dedicated to finding out why the Emergency Act was deployed against Freedom Convoy 2022 protesters. How convenient, and unconstitutional, is that?

Motion 11 work extensions planned to limit committee work?

Further afield on the international scene, we see the Canadian government working with international agencies to relieve Canadians of their ability to control their own destinies. Prime among these is the World Health Organization that, with Canada’s help, is in the process of engineering a treaty that would give it the ability to influence national responses to declared pandemics. More than this, though, is Canada’s efforts in pushing a related American amendment that would give the WHO full authority to intervene as it sees fit to fully displace the national authority in such emergencies. The time fuse on this freedom-crushing initiative is extremely short as related deliberations will take place over the 22 to 28 May 2022 period – and then there will only be six months allowed for nations to withdraw from the arrangement. Have you even heard about this looming train wreck? Talk about keeping an eye out for the rights of Johnny and Janey Canuck. Talk about keeping their elected representatives in the loop on their behalf? Anyway, given the world’s response to the Wuhan virus over the past two-plus years, what could go wrong?

Canada in discussion with the WHO on pandemic treaty and regulations. Good thing?
 

Democratic deficits sustained


Such surreptitious manipulations, however, should not surprise. After all, these same circles of extra-curricular political power gave us an unpopular Motion 103 (Islamophobia) that accused the whole nation of “systemic racism” and “religious discrimination”. These unsupported notions plague the nation to this day as they have been used to strip names like “Ryerson” and “Dundas” from the institutions and streets of today’s Canada. But such historical revisions are nothing compared to the shutting down of representative government on the heels of the declaration of a Wuhan virus “pandemic”. While other governments around the world found ways to accommodate elected representatives, Canada cut back numbers from 338 to 35 using bogus data that declared the fatality rate of the Wuhan virus to be an astounding 4.5%. Our government then went on to try to give itself a two-year blank cheque on spending and taxing and, to this day, an accounting of monies spent in the name of the Wuhan virus has yet to be made.

Did the pandemic allow government to escape oversight?

The government’s convenient escape from effective opposition was further evidenced by the complete suspension, and then prorogation, of Parliament to sidestep raging scandals. These evasions continue to this day with NDP-supported innovations like Motion 11. It is critical to note, however, that these manipulations could not succeed without the dedicated support of a fawning media. As noted in these pages many times in the past few years, this ability has been aided by a blatant “buyout” of the mainstream media that is more than happy to sell itself off in the name of Liberal messaging. Add to this the government’s own legislative efforts to control the national media scene through “digital charters” and full-fledged bills like C-11 and C-261 and we have the development of an Orwellian communications landscape. The “digital charter” aims to define and prevent “online harm” while C-11 (Online Streaming Act) provides the government with the means to regulate “user content”. The real threat to free speech, however, is realized with the draconian Bill C-261 (Hate Speech) initiative.

Control of speech means government control?

Bill C-261 takes up where Bill C-36 (Hate Speech) left off in the last session of the Canadian Parliament. Both are children of the infamous, and now repealed, Section 13 of the Canadian Human Rights Act. They all deal with online hate speech with C-261 having the power to punish those who even pose a threat of posting something that might “harm” someone, somehow. This can be done through the laying of “an information before a court” by an individual who has “reasonable grounds to fear” he or she may be the subject of a “hate crime”. Punishments for such arbitrary and ill-defined crimes are considerable and include fines in the 10s of thousands of dollars and a year in prison. What better way to control your conversations and pave the way for the uncontested political power needed to shape Canada into a fascist utopia?

Will Bill C-261 transform Canada into a fascist utopia
 

Democratic deficits reversed


As noted in a recent C3RF “update”, the dominos are beginning to fall as witnessed by the mass, worldwide phenomenon known as Freedom Convoy 2022. Indeed, this global event, spurred by Canadian truckers, was such a powerful display of the yearning of everyday citizens to be free of government mandates and control that it struck terror into the hearts of these same mandarins. So terrified were the political elite that they invoked the Emergency Act of 1988 and summarily proceeded to freeze the bank accounts of moms and pops for daring to support freedom protesters – in stark contravention of Section 8 of the Canadian Charter. It is very interesting to note how the mainstream media was surprised by how many of the Conservative Party leadership hopefuls came out in support of the truckers during last week’s “unofficial debate”. Could it be that the candidates have a better sense of just where the Canadian public is on the subject of their own fundamental rights and freedoms than does the media?

Conservative Party leadership debate of 05 May 2022 - a scramble for trucker support?

Worldwide trucker protests are one thing but the support of their initiative by previously uninterested politicians is quite another. It was quite remarkable to see Conservative Party leadership hopefuls scramble to highlight their Freedom Convoy 2022 bona fides. Some wished them well even as others recounted how they delivered doughnuts and coffee to protesters freezing in minus 20-degree temperatures. There was one notable exception to this bevy of late-to-the-party admirers of the trucking community, however, in the form of Roman Baber. Mr. Baber was the only hopeful who could point to personal political losses for supporting calls to do away with lockdowns and vaccine mandates. Losses that included being kicked out of the provincial Progressive Conservative Party of Ontario and calls that were in line with his personal notions of the importance of individual freedom. These notions, for him, were derived from life in a Soviet bloc country before emigrating to Canada.

Unapologetic supporter of Freedom Convoy 2022 - Roman Baber

It is noteworthy that more politicians like Mr. Baber are coming forward to throw their hats into the Canadian political ring. On a provincial scale and running as the New Blue Party of Ontario candidate in the Lanark-Frontenac-Kingston riding is Marcin Lewandowski. Mr. Lewandowski, like Mr. Baber, hails from a former Soviet bloc country and knows just how valuable freedom can be. His parents were members of the Solidarity movement of the late 1980s and used to publish underground materials aimed at furthering the prospect of a free and independent Poland. He had no plans to ever enter into the political arena but found himself inspired by Freedom Convoy 2022. He noted that there were “lots of Polish flags” at the protests and postulates that the reason for them was that “Polish people who went through communism recognize the signs of totalitarianism.” How ironic is it that Mr. Lewandowski finds himself in a Canada trying to reverse course away from the same tyranny that his parents fought against?

Marcin Lewandowski - New Blue Party candidate for Lanark-Frontenac-Kingston
 

May is C3RF fund drive month


The past year has been extremely busy for C3RF as attacks on your Charter Rights have accelerated and spread over an increasing number of initiatives. With your help, we have been able to push back on many fronts. Furthermore, in this year of the Wuhan virus, we have fought vigorously on your behalf to preserve these same civil liberties as governments move to tear them down in knee-jerk fashion. Never has the country faced such a sustained and unprincipled attack on its hard-won freedoms – not in any world war or any national confrontation.


All this to say we are defenseless without your financial support and that support is required now as the threats continue to pile up. Accordingly, we have decided to dedicate the month of May to replenishing our coffers in advance of a very busy fall and winter season. Hopefully this approach will meet with your favour and keep us from talking of such things on a continuous basis throughout the year. We suggest an amount of $50.00 annually to help us fight for Canadian security, freedoms and values so that you, your children and grandchildren will continue to enjoy the free country that Canada has been to this point.


Keep in mind that Monthly donations, no matter how small, even $5/month, help us plan our finances in advance and provide us with greater flexibility.Also keep in mind that donations in kind, such as computer services and even legal advice can help greatly. Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Note! Mai est le mois de la campagne de financement du C3RF - voir l'avis ci-dessous!


A voir! Toutes les interviews « In Hot » du C3RF ici


Regardez et participez à «La version 7.0 de one stop tyrant shop » du C3RF


Jetez un coup d'oeil à la version 7.0 du « One Stop Tyrant Shop » pour vérifier les nouveaux ajouts. Ces changements sont en caractères gras et renvoient à des efforts et des initiatives qui aident à traiter les lignes individuelles du tableau « One Stop ». Cette version fournit un lien vers un appel global lancé par les « citoyens du Canada » aux forces de l'ordre du Manitoba pour qu'elles enquêtent sur les crimes présumés découlant des mesures provinciales de lutte contre la pandémie. Cet effort se trouve à la page huit du tableau « One Stop » et est remarquable pour les preuves d'experts qu'il présente, même s'il rappelle aux forces de l'ordre qu'elles ont « le devoir assermenté d'enquêter et de porter des accusations criminelles comme l'exigent les lois et les statuts du Canada ».

 

Déficits démocratiques encourus


Un déficit démocratique peut être défini comme « un niveau insuffisant de démocratie dans les institutions et procédures politiques par rapport à l'idéal théorique d'un gouvernement démocratique ». Le sujet n'est pas nouveau au C3RF puisque de tels déficits ont été longuement discutés dans des « mises à jour » précédentes. Rappelez-vous, il y a trois ans, lorsque le triumvirat du pouvoir, c'est-à-dire le Premier ministre, le Cabinet du Premier ministre (CPM) et le Bureau du Conseil privé (BCP), a annulé une recommandation du ministre de la Justice concernant un nouveau juge en chef pour la Cour suprême du Canada. Le ministre voulait choisir le juge en chef de la Cour du Banc de la Reine du Manitoba, Glenn Joyal. Joyal, à l'époque, était connu pour son opposition à une Cour suprême du Canada activiste, mais il a été rejeté par la troïka responsable des nominations dans les domaines exécutif, législatif et judiciaire. Et ce, même si ces élites du pouvoir n'avaient pas le droit de le faire en vertu de la Constitution officielle du Canada. Avançons rapidement jusqu'à aujourd'hui et nous voyons le même juge statuer contre les libertés civiles des citoyens canadiens pour montrer au gouvernement une « marge d'appréciation » dans les affaires liées aux mesures de lutte contre la pandémie du virus Wuhan. Il semblerait que les tribunaux tendent vers l'activisme et encourent des « déficits démocratiques » à mesure qu'ils le font?

Le choix du ministre de la Justice Wilson-Raybould comme juge en chef de la Cour suprême contrecarré par l'élite du pouvoir?

Il est facile de voir comment de telles concentrations de pouvoir politique, constituées en dehors de toute autorisation constitutionnelle, ont la capacité de contrecarrer les droits et libertés fondamentaux garantis par la Charte. Après les nombreux cas où les gouvernements ont contourné les libertés des Canadiens au nom de leur protection contre le virus Wuhan, nous avons maintenant l'installation de la « motion 11 » de la Chambre des communes qui prive sans pudeur nos propres représentants élus de toute surveillance ou opposition. Pour ce faire, la motion ne tient pas compte des règles de quorum imposées par la Constitution et permet de prolonger sans préavis les heures de travail de la Chambre. La dispense de quorum signifie que les prolongations des heures de travail peuvent être utilisées pour déplacer le travail des comités sans aucune dépense de main-d'œuvre. Ces travaux de commission comprennent ceux qui sont consacrés à découvrir pourquoi la loi d'urgence a été déployée contre les manifestants du convoi de la liberté de 2022. Comme c'est pratique et anticonstitutionnel!

Motion 11 : extensions de travail prévues pour limiter le travail en commission?

Plus loin sur la scène internationale, nous voyons le gouvernement canadien travailler avec des agences internationales pour priver les Canadiens de leur capacité à contrôler leur propre destin. Le premier de ces organismes est l'Organisation mondiale de la santé qui, avec l'aide du Canada, est en train d'élaborer un traité qui lui donnerait la capacité d'influencer les réponses nationales aux pandémies. Mais ce qui est encore plus important, c'est que le Canada s'efforce de faire adopter un amendement américain qui donnerait à l'OMS toute l'autorité nécessaire pour intervenir comme elle l'entend et remplacer complètement l'autorité nationale dans de telles situations d'urgence. Le délai de cette initiative liberticide est extrêmement court, puisque les délibérations à ce sujet se dérouleront du 22 au 28 mai 2022 - et les nations ne disposeront alors que de six mois pour se retirer de l'accord. Avez-vous déjà entendu parler de cette catastrophe imminente? Vous parlez de garder un œil vigilant sur les droits du canadien ordinaire. Vous parlez de garder leurs représentants élus informés en leur nom? Quoi qu'il en soit, étant donné la réaction du monde au virus de Wuhan au cours des deux dernières années, que pourrait-il arriver de mal?

Le Canada discute avec l'OMS du traité et de la réglementation en matière de pandémie. Une bonne chose?
 

Le maintien des déficits démocratiques


Ces manipulations sournoises ne devraient toutefois pas surprendre. Après tout, ces mêmes cercles louches du pouvoir politique nous ont donné une motion 103 impopulaire (islamophobie) qui accusait la nation entière de « racisme systémique » et de « discrimination religieuse ». Ces notions sans fondement sont encore aujourd'hui un fléau pour la nation, car elles ont été utilisées pour rayer des noms comme « Ryerson » et « Dundas » de la toponymie du Canada d'aujourd'hui. Mais ces révisions historiques ne sont rien comparées à la fermeture d'un gouvernement représentatif à la suite de la déclaration d'une « pandémie » du virus de Wuhan. Alors que d'autres gouvernements dans le monde ont trouvé des moyens d'accommoder les représentants élus, le Canada a réduit le nombre de 338 à 35 en utilisant des données bidon qui déclaraient que le taux de mortalité du virus de Wuhan était de 4,5%. Notre gouvernement a ensuite essayé de s'accorder un chèque en blanc de deux ans pour dépenser et taxer et, à ce jour, il n'a toujours pas rendu compte des sommes dépensées au nom du virus de Wuhan.

La pandémie a-t-elle permis au gouvernement d'échapper à toute surveillance?

L'évitement commode d'une opposition efficace par le gouvernement a été mis en évidence par la suspension complète, puis la prorogation, du Parlement pour éviter les scandales qui font rage. Ces esquives se poursuivent à ce jour avec des initiatives soutenues par le NPD comme la motion 11. Il est essentiel de noter, cependant, que ces manipulations ne pourraient pas réussir sans le soutien dévoué d'un média servile. Comme nous l'avons noté dans ces pages à maintes reprises au cours des dernières années, cette capacité a été favorisée par un « rachat » flagrant des médias grand public qui sont plus qu'heureux de se prostituer au nom des messages du parti libéral. Ajoutez à cela les efforts législatifs du gouvernement pour contrôler la scène médiatique nationale par le biais de « chartes numériques » et de projets de loi à part entière comme C-11 et C-261, et vous obtenez un paysage de communication orwellien. La « charte numérique » vise à définir et à prévenir le « préjudice en ligne », tandis que le projet de loi C-11 (loi sur la diffusion en ligne) donne au gouvernement les moyens de réglementer le « contenu des utilisateurs ». La véritable menace pour la liberté d'expression, cependant, se concrétise avec l'initiative draconienne du projet de loi C-261 (discours haineux).

Le contrôle de la parole signifie le contrôle du gouvernement?

Le projet de loi C-261 reprend là où le projet de loi C-36 (discours haineux) s'est arrêté lors de la dernière session du Parlement canadien. Tous deux sont des enfants du tristement célèbre article 13 de la Loi canadienne sur les droits de la personne, maintenant abrogé. Ils traitent tous du discours haineux en ligne, le projet de loi C-261 ayant le pouvoir de punir ceux qui ne font que menacer de publier quelque chose qui pourrait « nuire » à quelqu'un, d'une manière ou d'une autre. Cela peut se faire par le dépôt d'une « dénonciation devant un tribunal » par une personne qui a des « motifs raisonnables de craindre » qu'elle puisse faire l'objet d'un « crime haineux ». Les sanctions pour ces crimes arbitraires et mal définis sont considérables et comprennent des amendes de plusieurs dizaines de milliers de dollars et un an de prison. Quelle meilleure façon de contrôler vos conversations et d'ouvrir la voie au pouvoir politique incontesté nécessaire pour transformer le Canada en une utopie fasciste?

Le projet de loi C-261 transformera-t-il le Canada en une utopie fasciste?
 

Les déficits démocratiques annulés


Comme nous l'avons noté dans une récente « mise à jour » du C3RF, les dominos commencent à tomber, comme en témoigne le phénomène mondial de masse connu sous le nom du Convoi de la liberté 2022. En effet, cet événement mondial, initié par les camionneurs canadiens, était une démonstration si puissante du désir ardent des citoyens ordinaires d'être libérés des mandats et des contrôles gouvernementaux qu'il a semé la terreur dans le cœur de ces mêmes mandarins. L'élite politique était si terrifiée qu'elle a invoqué la Loi sur l'état d'urgence de 1988 et a sommairement procédé au gel des comptes bancaires de ceux qui avaient osé soutenir les manifestants pour la liberté - en violation flagrante de l'article 8 de la Charte canadienne. Il est très intéressant de noter que les médias grand public ont été surpris par le nombre de candidats à la direction du Parti conservateur qui ont appuyé les camionneurs lors du « débat non officiel » de la semaine dernière. Se pourrait-il que les candidats aient une meilleure idée de la position du public canadien au sujet de leurs propres droits et libertés fondamentaux que les médias?

Débat sur la direction du Parti conservateur du 5 mai 2022 - une ruée vers le soutien des camionneurs?

Les manifestations mondiales de camionneurs sont une chose, mais le soutien de leur initiative par des politiciens auparavant indifférents en est une autre. Il était assez remarquable de voir les candidats à la direction du Parti conservateur se démener comme des diables pour appuyer la bonne foi du Convoi de la liberté 2022. Certains leur ont souhaité bonne chance alors que d'autres ont raconté comment ils ont livré des beignets et du café à des manifestants gelés par des températures de moins 20 degrés. Il y avait toutefois une exception notable à cette foule d'admirateurs tardifs de la communauté des camionneurs, en la personne de Roman Baber. M. Baber était le seul candidat qui pouvait invoquer des pertes politiques personnelles pour soutenir les appels à la suppression des cofinements et des vaccins obligatoires. Des pertes qui incluaient le fait d'être expulsé du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario et des appels qui étaient en accord avec l'importance qu'il attache à la liberté individuelle. Ces notions, pour lui, découlent de sa vie dans un pays du bloc soviétique avant d'émigrer au Canada.

Soutien inconditionnel du convoi de la liberté 2022 - Roman Baber

Il est intéressant de noter que de plus en plus de politiciens comme M. Baber se présentent dans l'arène politique canadienne. À l'échelle provinciale, Marcin Lewandowski est le candidat du Nouveau parti bleu de l'Ontario dans la circonscription de Lanark-Frontenac-Kingston. M. Lewandowski, comme M. Baber, est originaire d'un ancien pays du bloc soviétique et sait à quel point la liberté peut être précieuse. Ses parents étaient membres du mouvement Solidarność à la fin des années 1980 et publiaient des documents clandestins visant à promouvoir la perspective d'une Pologne libre et indépendante. Il n'avait pas l'intention d'entrer un jour dans l'arène politique, mais il a été inspiré par le convoi 2022. Il a noté qu'il y avait « beaucoup de drapeaux polonais » lors des manifestations et postule que la raison en est que « les Polonais qui ont connu le communisme reconnaissent les signes du totalitarisme. » N'est-il pas ironique que M. Lewandowski se retrouve dans un Canada qui tente de faire marche arrière pour s'éloigner de la même tyrannie que celle contre laquelle ses parents se sont battus?

Marcin Lewandowski - Nouveau candidat du Parti bleu pour Lanark-Frontenac-Kingston
 

Le mois de mai est le mois de la collecte de fonds du C3RF


L'année écoulée a été extrêmement chargée pour le C3RF, les attaques contre vos droits garantis par la Charte s'étant accélérées et s'étant étendues à un nombre croissant d'initiatives. Avec votre aide, nous avons pu faire reculer de nombreux fronts. Plus que cela, en cette année du virus de Wuhan, nous nous sommes battus vigoureusement en votre nom pour préserver ces mêmes libertés civiles alors que les gouvernements s'efforcent de les détruire de manière impulsive. Jamais le pays n'a été confronté à une attaque aussi soutenue et sans principe contre ses libertés durement gagnées, et ce, dans aucune guerre mondiale ni aucun conflit national.


Tout cela pour dire que nous sommes sans défense sans votre soutien financier et que ce soutien est nécessaire maintenant que les menaces continuent de s'accumuler. C'est pourquoi nous avons décidé de consacrer le mois de mai à reconstituer nos coffres avant une saison automnale et hivernale très chargée. Nous espérons que cette approche vous sera favorable et nous empêchera de parler de ces choses de façon continue tout au long de l'année. Nous suggérons un montant de 50,00 $ par an pour nous aider à lutter pour la sécurité, les libertés et les valeurs Canadiennes afin que vous, vos enfants et petits-enfants continuent de profiter du pays libre qu'a été le Canada jusqu'à présent.


Gardez à l'esprit que les dons mensuels, même petits, même de 5 $ par mois, nous aident à planifier nos finances à l'avance et nous donnent une plus grande souplesse. N'oubliez pas non plus que les dons en nature, tels que les services informatiques et même les conseils juridiques, peuvent être d'une grande aide. Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags