C3RF Update, 14 Jan 2022 – Striking out


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View! Epoch Times article on the C3RF/ Police on Guard for Thee “following orders” video panel


View! C3RF “In Hot” interview with Julius Ruechel – the missing flu


Note! Mama Bears partner with Police on for Guard for Thee to say “It’s OK to Wait” when it comes to vaccinating your kids. Take a look!

 

Strike 1


If Canada’s efforts to defeat the Wuhan virus were compared to an “at bat” in a game of baseball it would have to called a “strikeout”. How else to describe the nation’s ineffectual swings and misses that have given us, after two full years of being at the plate, a situation that is worse than the one we began with. After all, if we use our own Public Health Agency of Canada (PHAC) penchant of measuring the severity of the crisis in terms of “cases”, we are definitely in choppier waters today. How else to describe the situation where today (as of 11 January 2022) a Canada that is over 80% vaccinated is registering 28,000 cases when it only chronicled 8,000 in December 2020 - when vaccines were still in cold storage? Given that we have been coerced and cajoled into giving up our civil liberties so that our political and public health authorities might swing away on our behalf, shouldn’t this be a concern?

Five waves of the Wuhan virus and the cases are spiking into record territory?

The first pitch of the Wuhan virus crisis was responded to by a “flatten the curve” swing that came out of nowhere. How else to portray the related strategy of hunkering down in isolation until we could be saved by a magic vaccine? Locking down, wearing masks and maintaining social distancing, by walking away from one’s “non-essential” employment, if need be, had no precedent at all in the long history of epidemiological practice. What this strategy did have, however, was the overwhelming support of social media voices that chaffed and shrieked at every call by nations to use longstanding pandemic planning guidelines that had been so carefully put in place over the centuries. The United Kingdom was a case in point when Boris Johnson proposed a “herd immunity” approach but then had his Twitter feed stormed, on 13 March 2020, by “suspicious accounts” that likened “his plan to genocide”. The United Kingdom relented and locked down on 23 March of the same year.

Boris Johnson cowed into lockdown by "bots"?

And so other Western nations followed the call to lockdown – but only for a few weeks to allow our medical systems to bulk up against the Wuhan virus threat. One would think that such a “bulking up” would entail an immediate expenditure of large sums of money by our political masters but such would not be the case. Indeed, rather than plow dollars into field hospitals, additional medical personnel (perhaps by re-engaging the recently retired?) and the acquisition of best practice therapeutics governments moved to pay the national workforce to stay home. Two years later we are left with a medical system that is still so fragile that we must continue to give up on our Charter rights to help it survive. And if that wasn’t bad enough, we have incurred deficits that are creating a debt load that stretches beyond the horizon and any ability for our children and grandchildren to pay. “Flatten the curve” was a swing and a miss indeed. Strike one!

Are the Canadian medical system and Charter rights mutually exclusive
 

Strike 2


No sooner had the “flatten the curve” mantra been put in place than we learned that its longevity was not dependant on the time it took to reinforce the medical system but, rather, on the time it took to field a vaccine. And so we saw our political masters stepping up to the plate to first declare successive emergencies, in each province and territory, and then mandate related lockdowns until “safe and effective” vaccines could be developed, produced and distributed to each and every Canadian. An unprecedented feat that could only be achieved by rushing experimental, or in the case of Canada, “interim order”, vaccines into existence. By their very nature, these experimental products are meant to treat those in life threatening or severely debilitating situations when no other “standard treatment” is available and only after individuals are allowed to exercise enhanced, “informed consent” requirements. Were all of these conditions in play with the experimental (interim order) Wuhan virus vaccines? Are such vaccines really meant for widespread, mass immunization? Should the refusal to debate such central issues be cause for forfeiture of that debate by the recalcitrant?

Are experimental vaccines really designed for mass immunization?

Given the parameters that constrain the delivery of these vaccines into actual human arms, how is it that they are now being proposed as being mandatory treatments for all Canadians? Somewhere along the line there has been a shift away from the concept of applying such less-than-fully-tested vaccines in a judicious fashion and only when the perceived benefit of doing so outweighs the potential risks. How is it, for example, that children should be jabbed when long standing data shows that they have little to gain and much to lose if they are? And how is it that whole populations need to be inoculated when it is known, by Public Health Canada’s own data, that at least 75% of deaths attributed to the Wuhan virus take place in institutional settings that comprise a total population of some 292,000 folks? Using an experimental array of vaccines to immunize whole populations on a “one size fits all” basis has to be seen as yet another swing and a miss. Strike two!

 

Strike 3


It is also noteworthy that, in addition to the benefit/ risk requirements associated with experimental vaccines, the rollout of a mass immunization campaign proceeded without a clear understanding of whether or not there was another “standard treatment” available. It would appear, from the onset, that there were many nations, including India, Japan and Brazil, that were able to apply therapeutics on an out-patient basis to bring the contagion under control. So, if the benefit/ risk factor was sidestepped by rolling out mass immunization programs, as was the “no-other” standard treatment proviso, what about the need to provide “informed consent”? Was the information required by a Canadian citizen to make such a consent readily available?

Is "informed consent" a staple of Canada's mass immunization program?

It’s not a stretch to say that “informed consent” requires an open and transparent exchange of related information. This, unfortunately, has not been the case in Canada where not all sides of the pandemic measures debate have been allowed to present their cases. Accordingly, it has been very easy for a one-size-fits-all lockdown/ vaccine narrative to take charge of the information battle space and become a shibboleth that defies all efforts to crack its unsubstantiated underpinnings. And so, we see the next pitch arriving over the plate in the form of an uncontested assertion that this is a “pandemic of the unvaccinated”. It matters not that data coming out of highly vaccinated Iceland, or even Ontario, presents a different picture. The primacy of a vaccine solution cannot be disputed and if there are problems the cause must lie elsewhere. Indeed, it must be because of those who refuse to honour vaccine supremacy by failing to inject it into their arms. Thing is, such lazy thinking, floated within a society that is both anxious and unstable, quickly turns into finger pointing and scapegoating.

Is it really the "pandemic of the unvaccinated"? Can we even discuss?

These scapegoating efforts are now becoming quite ugly as the unvaccinated succumb to a dizzying array of ad hominem attacks. Indeed, the demonization of “anti-vaxxers” proceeds unabated in our mainstream media to the point that it appears to be coordinated in nature. The incessant insults and scapegoating are reminiscent of past such campaigns in places like Nazi Germany and Rwanda and include popular talking heads like this one at the 33:400 mark of this national news program or perhaps this one at the 32:20 point. Some might insist that such comparisons are irresponsible while others, like Diane Bederman, insist that it is irresponsible not to draw them. Going beyond the talking heads we even see our own Prime Minister scapegoating the unvaccinated as “those people” who are likely “racists and misogynists”. The swing and a miss that is the “pandemic of the unvaccinated” narrative is surely strike three – especially when it involves the creation of division and despair through scapegoating. This batter is out. Time for a new one?

PM Trudeau scapegoats the unvaxxed as bad people
 

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Voir! Article d'Epoch Times sur le panneau vidéo C3RF/ Police on Guard for Thee « following orders »


Voir! C3RF "In Hot" interview avec Julius Ruechel - la grippe manquante


Note! Mama Bears s'associe à « Police on for Guard for Thee » pour dire qu'il n'y a pas de mal à attendre lorsqu'il s'agit de vacciner vos enfants. Regardez!

 

Première prise


Si l'on comparait les efforts du Canada pour vaincre le virus de Wuhan à une partie de baseball, on parlerait de « retrait sur 3 prises ». En effet, comment décrire autrement les coups et les ratés inefficaces de la nation qui nous ont donné, après deux années complètes de présence au marbre, une situation pire que celle que nous avions au départ. Après tout, si l'on se fie au penchant de notre propre Agence de la santé publique du Canada (ASPC) à mesurer la gravité de la crise en termes de « cas », nous sommes certainement dans des eaux plus troubles aujourd'hui. Comment décrire autrement la situation où, aujourd'hui (au 11 janvier 2022), un Canada vacciné à plus de 80 % enregistre 28 000 cas alors qu'il n'en recensait que 8 000 en décembre 2020 - lorsque les vaccins étaient encore entreposés? Étant donné que nous avons été contraints et cajolés pour renoncer à nos libertés civiles afin que nos autorités politiques et de santé publique puissent agir en notre nom, ne devrait-on pas s'en inquiéter?

Cinq vagues du virus de Wuhan et les cas atteignent des sommets?

Le premier lancer de la crise du virus de Wuhan a été suivi d'un swing pour « aplatir la courbe » sorti de nulle part. Comment décrire autrement la stratégie consistant à s'isoler jusqu'à ce qu'un vaccin magique nous sauve? Se cloîtrer, porter des masques et maintenir une distance sociale, en quittant son emploi « non essentiel », si nécessaire, n'avait aucun précédent dans la longue histoire de la pratique épidémiologique. En revanche, cette stratégie a bénéficié du soutien massif des médias sociaux, qui se sont insurgés contre tous les appels lancés par les pays pour qu'ils appliquent les directives de planification de la pandémie mises en place avec tant de soin au fil des siècles. Le Royaume-Uni en est un bon exemple lorsque Boris Johnson a proposé une approche d' « immunité collective », avant de voir son fil Twitter pris d'assaut, le 13 mars 2020, par des « comptes suspects » qui assimilaient « son plan à un génocide ».Le Royaume-Uni a cédé et a confiné sa population le 23 mars de la même année.

Boris Johnson intimidé par des bots?

C'est ainsi que d'autres pays occidentaux ont suivi l'appel au confinement, mais seulement pendant quelques semaines, afin de permettre à nos systèmes médicaux de se renforcer contre la menace du virus Wuhan. On pourrait penser qu'un tel « renforcement » entraînerait une dépense immédiate d'importantes sommes d'argent par nos maîtres politiques, mais ce n'est pas le cas. En effet, au lieu d'injecter des fonds dans les hôpitaux de campagne, dans du personnel médical supplémentaire (peut-être en réengageant les retraités récents?) et dans l'acquisition des meilleures pratiques thérapeutiques, les gouvernements ont décidé de payer la main-d'œuvre nationale pour qu'elle reste chez elle. Deux ans plus tard, nous nous retrouvons avec un système médical qui est encore si fragile que nous devons continuer à renoncer aux droits que nous confère la Charte pour l'aider à survivre. Et comme si cela ne suffisait pas, nous avons contracté des déficits qui créent une dette monumentale au-delà de la capacité de paiement de nos enfants et petits-enfants. « L'aplatissement de la courbe » a été un coup de batte dans le beurre. Première prise!

Le système médical canadien et les droits de la Charte s'excluent-ils mutuellement?
 

Deuxième prise


À peine le mantra « aplatir la courbe » avait-il été mis en place que nous avons appris que sa longévité ne dépendait pas du temps nécessaire pour renforcer le système médical, mais plutôt du temps nécessaire pour produire un vaccin. C'est ainsi que nous avons vu nos maîtres politiques déclarer des urgences successives dans chaque province et territoire, puis ordonner des mesures de confinement jusqu'à ce que des vaccins « sûrs et efficaces » puissent être mis au point, produits et distribués à tous les Canadiens. Un exploit sans précédent qui n'a pu être réalisé qu'en précipitant l'apparition de vaccins expérimentaux ou, dans le cas du Canada, d'une « ordonnance provisoire ». De par leur nature même, ces produits expérimentaux sont destinés à traiter les personnes dont la vie est menacée ou qui sont gravement malades, lorsqu'aucun autre « traitement standard » n'est disponible et seulement après que les personnes aient été autorisées à exercer des exigences. Toutes ces conditions étaient-elles réunies dans le cas des vaccins expérimentaux (ordonnance provisoire) contre le virus Wuhan? Ces vaccins sont-ils vraiment destinés à une immunisation massive et généralisée? Le refus de débattre ces questions aussi centrales devrait-il être un motif de renonciation au débat pour les récalcitrants?

Les vaccins expérimentaux sont-ils vraiment conçus pour une immunisation de masse?

Compte tenu des paramètres qui limitent l'administration de ces vaccins dans des bras humains, comment se fait-il qu'on propose maintenant de les rendre obligatoires pour tous les Canadiens? Quelque part, on s'est éloigné du concept d'application judicieuse de ces vaccins qui n'ont pas fait l'objet de tests approfondis, et seulement lorsque les avantages perçus l'emportent sur les risques potentiels. Comment se fait-il, par exemple, que les enfants doivent être vaccinés alors que des données de longue date montrent qu'ils ont peu à gagner et beaucoup à perdre s'ils le sont? Et comment se fait-il que des populations entières doivent être inoculées alors que l'on sait, selon les propres données de Santé publique Canada, qu'au moins 75 % des décès attribués au virus de Wuhan surviennent dans des établissements qui regroupent une population totale de quelque 292 000 personnes? L'utilisation d'une gamme expérimentale de vaccins pour immuniser des populations entières sur la base d'un modèle unique doit être considérée comme un autre coup d'épée dans l'eau. Deuxième prise!

Le Dr Robert Malone, inventeur de la technologie de l'ARN messager, est suspendu par Twitter
 

Troisième prise


Il convient également de noter que, outre les exigences en matière de bénéfices/risques associées aux vaccins expérimentaux, le déploiement d'une campagne de vaccination de masse s'est déroulé sans que l'on sache clairement s'il existait ou non un autre « traitement standard » disponible. Il semblerait, dès le départ, que de nombreux pays, dont l'Inde, le Japon et le Brésil, aient été en mesure d'appliquer des traitements ambulatoires pour maîtriser la contagion. Donc, si le facteur bénéfice/risque a été contourné par le déploiement de programmes d'immunisation de masse, comme l'a été la clause de traitement standard « unique », qu'en est-il de la nécessité de fournir un « consentement éclairé »? L'information requise par un citoyen canadien pour donner un tel consentement était-elle facilement accessible?

Le « consentement éclairé » est-il un élément essentiel du programme d'immunisation de masse du Canada?

Il n'est pas exagéré de dire que le « consentement éclairé » exige un échange ouvert et transparent d'informations. Malheureusement, cela n'a pas été le cas au Canada, où toutes les parties au débat sur les mesures de lutte contre la pandémie n'ont pas été autorisées à présenter leurs arguments. Par conséquent, il a été très facile pour un récit unique sur le confinement et les vaccins de s'emparer de l'espace médiatique et de devenir une doctrine arbitraire qui défie tous les efforts visant à briser ses fondements non corroborés. Et c'est ainsi que nous voyons arriver le prochain lancer sous la forme d'une affirmation incontestée selon laquelle il s'agit d'une « pandémie de personnes non vaccinées ». Peu importe que les données provenant de l'Islande, ou même de l'Ontario, pays hautement vacciné, présentent un tableau différent. La primauté de la solution vaccinale ne peut être contestée et s'il y a des problèmes, la cause doit être ailleurs. En effet, ce doit être à cause de ceux qui refusent d'honorer la suprématie du vaccin en ne l'injectant pas dans leurs bras. Le problème, c'est qu'un tel raisonnement paresseux, entretenu dans une société à la fois anxieuse et instable, se transforme rapidement en désignation de coupables et de boucs émissaires.

S'agit-il vraiment de la « pandémie des non-vaccinés »? Peut-on même en discuter?

Ces efforts de désignation de boucs émissaires deviennent maintenant assez déplaisants, les non-vaccinés succombant à un éventail vertigineux d'attaques personnelles. En effet, la diabolisation des « anti-vaccins» se poursuit sans relâche dans nos grand médias, à tel point qu'elle semble être coordonnée. Les insultes incessantes et la désignation de boucs émissaires rappellent les campagnes de ce genre menées dans le passé dans des endroits comme l'Allemagne nazie et le Rwanda, et incluent des chroniqueurs populaires comme de ce programme d'information national ou peut-être celui-là à la marque 32:20. Certains pourraient insister sur le fait que de telles comparaisons sont irresponsables, tandis que d'autres, comme Diane Bederman, insistent sur le fait qu'il est irresponsable de ne pas les établir. Au-delà des chroniqueurs, nous voyons même notre propre Premier ministre faire des non-vaccinés les boucs émissaires de « ces gens » qui sont probablement « racistes et misogynes ». Le récit de la « pandémie des personnes non vaccinées » est certainement la troisième prise, surtout lorsqu'il s'agit de créer la division et le désespoir en désignant des boucs émissaires. Ce batteur est « out ». Il est temps de le changer?

Le Premier ministre Trudeau fait des non-vaccinés des boucs émissaires
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook , sur Gab, sur Parler et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags