C3RF Update, 14 Oct 2022 – Following the science


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Consider! Sponsoring an “In Hot” interview

 

Following the science


The refrain, “follow the science”, has been with us since the dawn of the Wuhan virus crisis and has been used to harangue those who dare challenge the measures put in place to deal with the contagion. These measures have included social isolation, masking and mass vaccination programs and have persisted long past their installation as initial reactions to a “novel” disease of unknown, but feared, lethality. Instead, they live on to defy the very notion of science as a “process of continual revision and refinement” subject to ongoing qualification. Rather than this, “follow the science” has become a cudgel used to repress any notion of refinement through qualification even as the civil liberties of Canadians have been offered up as the price for doing so.

Has "following the science" become an excuse for repression?

The fact that “follow the science” has become a command to do anything but is nowhere clearer than it is with mandates emanating from the College of Physicians and Surgeons of Ontario (CPSO). This organization, responsible for overseeing the competence of Ontario’s doctors on behalf of their patients, is particularly concerned with the maintenance of mass, experimental vaccination programs as a priority Wuhan virus countermeasure. This is so much the case that they have recommended that their doctors consider the administration of drugs and psychotherapy to remedy the reactionary thoughts of the vaccine-hesitant – how far off can the gulag be? Given that these same doctors are beholden to the CPSO for their medical licences and very livelihoods, could such recommendations not be seen as coercing the good doctors of Ontario to coerce their patients into right-think? Are Ontario’s doctors being told to “follow the science” or to “follow orders”?

Is the CPSO coercing its doctors to coerce patients?

The use of “following the science” to badger medical professionals into conformity goes well beyond Ontario’s borders. We see it operating full bore both inside and outside of Canada by virtue of the outsized response to the “Great Barrington Declaration” initiative of 2020. This declaration, written in the early phases of the onset of the Wuhan virus in North America, has been signed by over 900,000 concerned infectious disease epidemiologists and public health scientists. Their call to move away from debilitating lock downs and, instead, concentrate on protecting the vulnerable was, allegedly, met by a coordinated effort by the Biden Administration and big tech to shut down such thinking. This claimed abridgement of American first amendment rights is now before the courts as a group of Barrington signatories, including Dr. Jay Bhattacharya from Stanford University, insist these parties have colluded against their free speech rights.

Dr. Jay Bhattacharya of Stanford University, not one to "follow science"
 

Following orders


Dr. Bhattacharya and his “Great Barrington Declaration” co-signatories stand apart from rank-and-file Canadian doctors who have fallen into line with their respective professional Colleges. By and large, our Canadian medical professionals have chosen to toe the line when it comes to Wuhan virus countermeasures that have remained unchanged since the onset of the contagion. One would think that the common oath they all share in the form of “do no harm” would have worked as a check and balance against unsubstantiated conformity but such is not the case. In trying to understand such a phenomenon, particularly given the advent of countervailing, authoritative research, one must keep in mind that our medical professionals are only human and just as motivated by the fear of losing their careers and livelihoods as any other citizen would be. It is here that we begin to see the power and influence that their oversight organizations can have upon their workplace decisions. Indeed, it would not be a stretch to draw parallels between our current medical oversight systems and the German Medical Society of the 1930s for, then as now, “physician economic insecurity and incentives for economic advancement” remain powerful inducements to replace “do no harm” with “follow orders”.

Has Western medicine exchanged “do no harm” for “follow orders”?

Still, following unethical orders in aid of ideological gains does not happen out of thin air. It must be prefaced by plausible narratives that can be used to explain the transition and justify the new paradigm. Problem is, the ethical mission is, more often than not, buttressed by solid arguments if not demonstrable facts and data that can be hard to dislodge – especially given an environment characterized by the free flow of information and debate. Hence the need for a blossoming, ideologically driven regime to crush such a free-wheeling marketplace of ideas as a first order priority. And so we saw book-burnings in 1930s Germany and the present-day installation of speech-crushing legislation in Canada to include Bill C-11 (Online Streaming) and Bill C-261 (Hate Speech). Fearing for their jobs and lacking any ability to challenge the new narrative, many come to believe that following orders is, by far, the line of least resistance.

Protection from hate speech or curtailment of wrong speech?

Following orders is even more attractive given the eradication of checks and balances originally intended to protect the individual from arbitrary and belittling treatment. These included Charter guarantees to treat all equally by virtue of the principle of the “rule of law” and the installation of a free press operating as the “watchdog of democracy”. Unfortunately, we’ve seen the former check come under sustained attack by the very judiciary charged with ensuring its use in the nation’s courts of law. The “living tree” concept of interpreting our Constitution through the lens of an “evolving society” combined with the Supreme Court notion of “Judicial Notice”, allows the judiciary to make determinations on the basis of preferred facts. And so it was as the Supreme Court of Canada ruled against Alberta and constitutionally mandated separation of powers to impose federal carbon taxes as climate change, and the method of dealing with it, were beyond dispute. The court would follow orders and disavow any recognition of the fact that climate change science and modeling have been spectacularly wrong in forecasting climate-based doom. Forecasting that included the Fourth National Climate Assessment of the U.S. Global Change Research Program as analysed by Canada’s own John Robson.

John Robson refuses to "follow orders" with his analysis of climate change research and modelling?
 

Following your conscience


For there shall arise false christs and false prophets and shall show great signs and wonders, insomuch that, if it were possible, they shall deceive the very elect. Matthew 24:24


Mattias Desmet, professor of psychology at Ghent University in Belgium and the author of the “Psychology of Totalitarianism”, notes that the likes of John Robson form a minority of between 10 and 30 percent in any given society. These “independent thinkers” aren’t necessarily society’s most intelligent or educated. Indeed, these latter, most gifted among us seem to be quite receptive to despotism - especially when “science is enlisted in the cause”. Instead, the John Robsons of society, or those with “unacceptable views” as declared by Prime Minister Trudeau, seem to harbour a heightened respect for objective reality and “cause and effect” logic. The 10 to 30 percent number highlighted by Desmet seems to apply on the Canadian vaccination scene as relevant data indicates that just under 20 percent of all Canadians have failed to avail themselves of a completed primary series of shots. From a different era, it is also interesting to note that Christopher Browning, in his book on WWII German police atrocities entitled “Ordinary Men”, assessed that only between 10 and 20 percent of men assigned to kill Jews and civilians in conquered territories refused to participate. Their consciences wouldn’t allow it even under pain of social stigma.

Mattias Desmet, only 10 to 30% are independent thinkers?

The work of Desmet and Brown was foreshadowed by that of Hannah Arendt who coined the term “the banality of evil” as she analyzed the trial of Adolf Eichmann in 1961. Eichmann, by all accounts, was a normal man who carried out the bureaucratic duties associated with organizing the orderly extermination of Europe’s Jews during WWII. Arendt noted that the evil perpetrated by this bureaucrat, premised on his explanation that he was simply following orders, did not present as an immediate horror but spread over the surface of the earth “like a fungus” – a fungus that came from a “failure to think”. We can see this same failure operating in today’s Canada where political leaders fail to ask obvious questions while lazily offloading pandemic decision-making processes to public health authorities. Problem is, these same authorities have uncomfortable links to big money and international NGOs that might not have the Canadian national interest at heart. It’s in times such as these that the independent thinkers, the 10 to 30 percent as noted, are worth their weight in gold.

Hannah Arendt, evil is banal and spreads like a fungus

Those who think for themselves and insist on exercising the free conscience rights guaranteed to them by the Charter are not going away. They remain at the forefront of efforts to bring common sense and logic to the great fears of our day including the Wuhan virus, climate change and now, nuclear conflagration in defence of Ukraine. Indeed, this small contingent can be seen to be shifting gears to go on the offensive through worldwide movements inspired by Canada’s own Freedom Convoy 2022. These personalities include billionaire entrepreneur Steve Kirsch with his calls to revamp laws so that truth is designated as protected speech and “social media companies with over 1M users shall be considered to be public squares where speech shall not be censored”. They also include Canadians like Jordan Peterson who warn globalists that they are poking a bear when they try to centralize power unto themselves in the name of a virus. To paraphrase, the panic you sow amongst us does not justify the washing away of democratic principles so, “leave us alone”. Then again and better yet, how about the standing up of independent, public-sponsored investigations aimed at getting to the bottom of how such campaigns of fear got started and were sustained on Canadian soil? One wonders, are the 10 to 30 percent of Canadians who believe in following their own consciences about to see their ranks swell?

Jordan Peterson to globalists, "leave us alone"
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also review our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Pensez-y! Parrainer une interview « In Hot »

 

Obéir aveuglément, de façon religieuse et idéologique à la science*


Le mantra « Follow the science », titre utilisé dans ma version anglaise, nous accompagne depuis le début de la crise du virus de Wuhan et est utilisé pour haranguer ceux qui osent contester les mesures mises en place pour faire face à la contagion. Ces mesures, qui comprennent l'isolement social, le masquage et des programmes de vaccination de masse, ont persisté bien au-delà de leur mise en place en tant que réactions initiales à une maladie « nouvelle » dont la létalité est inconnue, mais redoutée. Au lieu de cela, elles continuent à défier la notion même de la science en tant que « processus de révision et de raffinement continus » soumis à une qualification permanente. Au lieu de cela, « Follow the science » est devenu une massue utilisée pour réprimer toute notion de raffinement par la qualification, même si les libertés civiles des Canadiens ont été offertes comme prix pour le faire.


*N.T. Le mantra « Follow the science », est apparu dans la presse anglophone depuis les débats sur le changement climatique. L'anglais, comme le vieux français, permet de dire « Follow science ». L'usage de l'article « the » implique « une certaine science », médicale par exemple. Comparez « j'ai peur », « j 'ai une peur des serpents » et « j'ai eu lapeur de ma vie ». Le major Cooper nous met en garde contre cette expression pernicieuse. Le consensus scientifique qu'implique « follow the science » est un concept valable mais n'est pas en soi un argument scientifique puisque c'est un argument basé sur l'autorité.

Le fait de « follow the science » est-il devenu une excuse pour la répression?

Le fait que « follow the science » soit devenu un commandement n'est nulle part plus clair qu'avec les mandats émanant de l'Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario (OCSO). Cet organisme, chargé de superviser la compétence des médecins de l'Ontario au nom de leurs patients, est particulièrement préoccupé par le maintien des programmes de vaccination expérimentale de masse comme contre-mesure prioritaire au virus Wuhan. C'est tellement le cas qu'ils ont recommandé à leurs médecins d'envisager l'administration de médicaments et de psychothérapie pour remédier aux pensées réactionnaires des personnes qui hésitent à se faire vacciner – on n'est pas loin du goulag n'est-ce pas? Étant donné que ces mêmes médecins sont redevables à l'Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario pour leur licence et donc leur gagne-pain, de telles recommandations ne pourraient-elles pas être perçues comme une coercition exercée sur les médecins de l'Ontario pour qu'ils forcent leurs patients à penser correctement? Demande-t-on aux médecins de l'Ontario de « tenir compte de la science » ou d' « obéir aux ordres »?

Le CPSO contraint-il ses médecins à contraindre les patients?

L'utilisation de l'expression « follow the science » pour forcer les professionnels de la santé à se conformer va bien au-delà des frontières de l'Ontario. Nous constatons qu'elle fonctionne à plein régime tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du Canada en raison de la réaction démesurée à l'initiative de la « Déclaration de Great Barrington » de 2020. Cette déclaration, rédigée dans les premières phases de l'apparition du virus de Wuhan en Amérique du Nord, a été signée par plus de 900 000 épidémiologistes et scientifiques de la santé publique concernés par les maladies infectieuses. Leur appel à s'éloigner des confinements débilitants et à se concentrer sur la protection des personnes vulnérables a été, semble-t-il, contré par un effort coordonné de l'administration Biden et des grandes entreprises technologiques pour mettre un terme à cette réflexion. Cette prétendue restriction des droits du premier amendement américain est maintenant devant les tribunaux car un groupe de signataires de Barrington, dont le Dr Jay Bhattacharya de l'Université de Stanford, insiste sur le fait que ces parties ont agi de concert contre leurs droits à la liberté d'expression.

Le Dr Jay Bhattacharya de l'université de Stanford, qui n'est pas du genre à « se plier aveuglément devant la science »
 

Obéir aux ordres


Le Dr Bhattacharya et ses cosignataires de la « Déclaration de Great Barrington » se distinguent des médecins canadiens ordinaires qui ont suivi les directives de leurs collèges professionnels respectifs. Dans l'ensemble, nos professionnels de la santé canadiens ont choisi de se conformer aux mesures de lutte contre le virus de Wuhan qui sont restées inchangées depuis le début de la contagion. On pourrait penser que le serment commun qu'ils partagent tous sous la forme de « ne pas faire de mal » aurait servi de contrepoids à une conformité sans fondement, mais ce n'est pas le cas. En essayant de comprendre un tel phénomène, en particulier depuis l'avènement de recherches faisant autorité, il faut garder à l'esprit que nos professionnels de la santé ne sont que des êtres humains et qu'ils sont tout aussi motivés par la peur de perdre leur carrière et leur gagne-pain que n'importe quel autre citoyen. C'est ici que nous commençons à voir le pouvoir et l'influence que leurs organisations de surveillance peuvent avoir sur leurs décisions professionnelles. En effet, il ne serait pas exagéré d'établir des parallèles entre nos systèmes de surveillance médicale actuels et la Collège des médecins allemand des années 1930, car, à l'époque comme aujourd'hui, « l'insécurité économique des médecins et les incitations à l'avancement économique » restent des incitations puissantes à remplacer «ne pas faire de mal» par « obéir aux ordres ».

La médecine occidentale a-t-elle troqué le principe « ne pas faire de mal » pour celui « d'obéir aux ordres »?

Cependant, obéir à des ordres contraires à l'éthique dans le but de réaliser des gains idéologiques ne va pas de soi. Il doit être précédé de récits plausibles qui peuvent être utilisés pour expliquer la transition et justifier le nouveau paradigme. Le problème est que la mission éthique est, le plus souvent, étayée par des arguments solides, si ce n'est des faits et des données démontrables, qui peuvent être difficiles à déloger - surtout dans un environnement caractérisé par la libre circulation de l'information et le débat. D'où la nécessité, pour un régime idéologiquement motivé, d'écraser ce marché libre des idées comme une priorité de premier ordre. C'est ainsi que l'on a assisté aux autodafés de livres dans l'Allemagne des années 1930 et à la mise en place actuelle d'une législation visant à écraser les discours au Canada, notamment le projet de loi C-11 (diffusion en ligne) et le projet de loi C-261 (discours haineux). Craignant pour leur emploi et n'ayant aucune possibilité de contester le nouveau discours, beaucoup en viennent à croire que se plier aux ordres est, de loin, la ligne de moindre résistance.

Protection contre les discours haineux ou limitation des discours illicites?

Obéir aux ordres est d'autant plus attrayant que l'on a éradiqué les freins et contrepoids destinés à l'origine à protéger l'individu contre un traitement arbitraire et dévalorisant. Il s'agissait notamment des garanties de la Charte de traiter tout le monde de manière égale en vertu du principe de la « primauté du droit » et de l'installation d'une presse libre fonctionnant comme le « cerbère de la démocratie ». Malheureusement, nous avons vu le premier contrôle faire l'objet d'une attaque soutenue de la part du pouvoir judiciaire même chargé de veiller à son utilisation dans les tribunaux de la nation. Le concept d' « arbre vivant », qui consiste à interpréter notre Constitution à travers le prisme d'une « société en évolution », combiné à la notion de « connaisance d'office »** de la Cour suprême, permet au pouvoir judiciaire de prendre des décisions sur la base de faits privilégiés. Et c'est ainsi que la Cour suprême du Canada s'est prononcée contre l'Alberta et la séparation des pouvoirs prévue par la Constitution pour imposer des taxes fédérales sur le carbone, car le changement climatique et la méthode pour y faire face étaient incontestables. La cour a suivi les ordres et désavoué toute reconnaissance du fait que la science et la modélisation du changement climatique se sont spectaculairement trompées dans les prévisions de la catastrophe climatique. Ces prévisions comprenaient la quatrième évaluation nationale du climat du programme américain de recherche sur le changement climatique, analysée par le Canadien John Robson.


**N.T. Judicial Notice ou connaissance d'office est un concept qui a évolué à partir du Common Law anglo-saxon et qui permet l'introduction de faits scientifiques ou autre dans une argumentation sans l'avis d'un expert qu'une contre-expertise pourrait mettre en doute.

John Robson refuse de « se conformer aux ordres » dans son analyse de la recherche et de la modélisation du changement climatique?
 

Se fier à sa conscience


Car il s'élèvera de faux Christs et de faux prophètes; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s'il était possible, même les élus. Matthieu 24:24 (Louis Segond, 1910)


Mattias Desmet, professeur de psychologie à l'université de Gand, en Belgique, et auteur de « Psychology of Totalitarianism », note que les personnes comme John Robson constituent une minorité de 10 à 30 % dans une société donnée. Ces « penseurs indépendants » ne sont pas nécessairement les plus intelligents ou les plus instruits de la société. En effet, ces derniers, les plus doués d'entre nous, semblent être tout à fait réceptifs au despotisme - surtout lorsque « la science est mobilisée dans la cause ». Au contraire, les John Robson de la société, ou ceux qui ont des « opinions inacceptables » comme l'a déclaré le premier ministre Trudeau, semblent avoir un respect accru pour la réalité objective et la logique de « cause à effet ». Le chiffre de 10 à 30 % souligné par M. Desmet semble s'appliquer à la vaccination au Canada, car les données pertinentes indiquent qu'un peu moins de 20 % de tous les Canadiens n'ont pas bénéficié d'une série complète de vaccins de base. À une autre époque, il est également intéressant de noter que Christopher Browning, dans son livre sur les atrocités commises par la police allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, intitulé « Ordinary Men », estime que seuls 10 à 20 % des hommes chargés de tuer des Juifs et des civils dans les territoires conquis ont refusé de participer. Leur conscience ne le leur permettait pas, même sous peine de stigmatisation sociale.

Mattias Desmet, seulement 10 à 30% sont des penseurs indépendants?

Les travaux de Desmet et Brown ont été précédés par ceux de Hannah Arendt, qui a inventé l'expression « la banalité du mal » en analysant le procès d'Adolf Eichmann en 1961. Au dire de tous, Eichmann était un homme normal qui s'acquittait des tâches bureaucratiques liées à l'organisation de l'extermination des Juifs d'Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Arendt a noté que le mal perpétré par ce bureaucrate, en partant du principe qu'il ne faisait que suivre les ordres, ne s'est pas présenté comme une horreur immédiate mais s'est répandu sur la surface de la terre « comme un champignon » - un champignon qui provenait d'une « incapacité à penser ». Nous pouvons constater la même défaillance dans le Canada d'aujourd'hui, où les dirigeants politiques ne posent pas les questions évidentes et se déchargent paresseusement des processus de décision en matière de pandémie sur les autorités de santé publique. Le problème est que ces mêmes autorités ont des liens inconfortables avec les grandes entreprises et les ONG internationales qui n'ont peut-être pas à cœur l'intérêt national canadien. C'est dans des moments comme celui-ci que les penseurs indépendants, les 10 à 30 % comme indiqué, valent leur pesant d'or.

Hannah Arendt, le mal est banal et se propage comme un mycose

Ceux qui pensent par eux-mêmes et insistent pour exercer les droits de libre conscience qui leur sont garantis par la Charte ne disparaîtront pas. Ils restent à l'avant-garde des efforts visant à apporter le bon sens et la logique aux grandes peurs de notre époque, notamment le virus de Wuhan, le changement climatique et, maintenant, la conflagration nucléaire pour défendre l'Ukraine. En effet, on peut voir ce petit contingent changer de vitesse pour passer à l'offensive par le biais de mouvements mondiaux inspirés par le Convoi de la liberté 2022 du Canada. Parmi ces personnalités, citons l'entrepreneur milliardaire Steve Kirsch, qui appelle à réviser les lois afin que la vérité soit considérée comme un discours protégé et que « les entreprises de médias sociaux comptant plus d'un million d'utilisateurs soient considérées comme des places publiques où les discours ne peuvent être censurés ». Il s'agit également de Canadiens comme Jordan Peterson qui préviennent les mondialistes qu'ils provoquent un ours en colère lorsqu'ils tentent de centraliser le pouvoir sur eux-mêmes au nom d'un virus. Pour paraphraser, la panique que vous semez parmi nous ne justifie pas l'abandon des principes démocratiques, alors « sacrez-nous patience ». Et mieux encore, que diriez-vous de la mise en place d'enquêtes indépendantes et publiques visant à faire la lumière sur la façon dont de telles campagnes de peur ont été lancées et maintenues sur le sol canadien? On peut se demander si les 10 à 30 % de Canadiens qui croient qu'il faut suivre sa propre conscience sont sur le point de voir leurs rangs grossir?

Jordan Peterson aux mondialistes : « foutez-nous la paix »
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT