top of page

C3RF Update, 15 Sep 2023 – Charter wars


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! C3RF billboard campaign info below




For those of you on the run and short of time, here’s a 4-minute video presentation that introduces this C3RF Update!

 

Charter wars


Last week’s “In Hot” interview with the president of the Justice Center for Constitutional Freedoms (JCCF), John Carpay, was both informative and worrisome. After being on the frontlines of defending the civil liberties of Canadian citizens for years, John has come to the conclusion that Canada is now in the midst of a war. This war sees these same freedoms coming under attack by powerful forces both domestic and foreign. We see evidence of this raging, multi-front conflict by virtue of the extent to which our own judiciary and government institutions are marching in lockstep with ideologies imposed by authorities that reside outside of our own sovereign borders. This march has seen our Charter protections either sidelined or ignored even as ordinary Canadians make harried calls for their implementation. And so, we are now witness to judges turning aside the Charter’s Section 1 requirement to “demonstrably justify” the limitations of these same rights in favour of affording government authorities a “margin of appreciation” that, in the end, enables the prioritization of narrative over substance.

JCCF president, John Capay. We are "at war"

John knows that of which he speaks. He has seen first hand the decision of judges to diminish the presentation of authoritative evidence from the likes of world-renowned epidemiologist Dr. Jay Bhattarchrya. The good doctor was one of the authors of the “Great Barrington Declaration” that argued factually against the imposition of lockdowns. His efforts, along with those of other experts, were summarily dismissed with a call to give government witnesses a “margin of appreciation” as they presented modelling based on questionable assumptions. More than this and even when petitioners who applied for Charter relief won their cases, the Charter would be a non-entity in their win. Such was the case with Pastor James Coates who had his case dismissed in Alberta’s courts over his sermonizing in contravention of lockdown mandates. He won his case not on its Charter merits but because the lockdown mandate itself had been improperly implemented by the political powers-that-be.

Pastor James Coates cleared on procedural, not Charter, basis

End-running the Charter in court settings has reached such levels that even the most obvious of evasions is unashamedly engineered. And so, we were not surprised when the case against travel mandates levelled by C3RF patron, the Honourable Brian Peckford, was dismissed as “moot”. The evidence presented in this case was powerful and included statements by responsible bureaucrats in the know that there was no evidence supporting the implementation of travel mandates immediately before they were authorized by the Liberal government. This game-changing evidence would not be ruled on, however, as this same government would pull the mandates back and request the case be dismissed accordingly. And so it was as the judge ruled the case be set aside as its progression was “moot” now that the mandates had been lifted. It was as though such mandates would never be imposed in the future even as now, in the fall of 2023, the same players are warming up in the bull pen getting ready to re-introduce them all over again.

Judge Jocelyn Gagné, Charter rights can be circumvented by "mootness”?
 

Charter of compassion


If the courts aren’t dismissing the need to investigate and demonstrate that limits on our fundamental rights need to be justified, they are just as happy to declare that untried social innovations are good to go as they have yet to generate any evidence of harm. Precautionary principle be damned as an absence of harm in a particular instance can be offered up as proof that a negative outcome anywhere, as a result of imposing limits, is not possible - there are no big green Martians here so there are none anywhere. The landmark case of Halpern v Ontario is instructive in this sense in that it used this fallacious logic to justify same-sex marriage. In its Section 1 deliberations of the issue it noted that “social science research is not capable of establishing the proposition (that same sex couples were not equally capable as opposite-sex couples of childrearing) one way or another”. The court went on to say that, “in the absence of cogent evidence, it is our view that the objective is based on a stereotypical assumption that is not acceptable in a free and democratic society that prides itself on promoting equality and respect for all persons.” In saying so the Court had basically stated that the lack of evidence of a harm was sufficient to clear the Section 1 hurdle that calls for the repression of an individual, fundamental right to be “demonstrably justified”. After all, doesn’t compassion trump solid evidence?

2003 Halpern decision Court of Appeal for Ontario judges Gillese, McMurtry and MacPherson

The fundamental right that escaped the Court’s attention in this case was the right of an individual to hold a traditional view of marriage. Indeed, such views, by its account, were now “unacceptable in a free and democratic society” and obviously promulgated by those prone to make “stereotypical assumptions”. It was at this point where it can be seen that the same-sex marriage issue, generally supported by the public-at-large as an affirmation that “there is no place for the state in the bedrooms of the nation”, began to careen into one dedicated to affirming the equality of same and opposite sex marriage. As the years rolled by it would become less and less acceptable to disagree with such a prospect by expressing a Judeo-Christian worldview on the matter. Indeed, the Supreme Court of Canada would rule in 2013 that criticism of things homosexual, whether they be based in truth or not, could be classified as hate speech and prosecuted as such. In their words, “truthful statements can be presented in a manner that would meet the definition of hate speech, and not all truthful statements must be free from restriction”.

Supreme Court of Canada Justices 2013. Truth is no defense?

The Court of Appeal for Ontario decision in 2003 and that of the Supreme Court in 2013 can be seen as expressions of a judicial intent to erase any notion that traditional values should enjoy priority status over the more progressive ones. It is no coincidence that they find themselves downstream of an “Egan v Canada” decision of 1995 and an earlier Andrews v Law Society of British Columbia that solidified “sexual orientation” as a grounds for discrimination in an “analogous” fashion. And so it was that the “sex” ground for discrimination found in Section 15 of the Charter grew into “sexual orientation” and then “gender identity and expression”. These innovations were seen as compassionate additions even as they were controversial. After all, the framers of the Charter never intended to codify such grounds in its equality section and the move by courts to “read them in” created serious constitutional tension. Indeed, it is safe to say that the inclusion of “sexual orientation” in the original draft of the Charter’s Section 15 as a ground for discrimination might very well have deep-sixed the whole project due to public pushback. One could also argue that its inclusion subsequent to the patriation of the Charter could be seen to be so significant that it deserved to be treated as a major amendment and therefore subject to the approval process outlined in Part V of the Constitution Act of 1982. Then again, that would not be the compassionate thing to do, would it?

James Egan v Canada reads sexual orientation into the Charter
 

Charter as cudgel


But whoso shall offend one of these little ones which believe in me, it were better for him that a millstone were hanged about his neck, and that he were drowned in the depth of the sea. Matthew 18:6


Needless to say, the assumption by Canadian courts that it is within their wheelhouse to pronounce on what can be “read-into” the Charter and our Constitution has the power to create much social instability. This is particularly the case given the reading-in of grounds for discrimination that exist in stated opposition to the principles that underpin our supreme law. These principles are eloquently expressed in our Charter’s own preamble which states that Canada is a nation “founded upon principles that recognize the supremacy of God and the rule of law:” The last living First Minister responsible for drafting and patriating the Charter, the Hon Brian Peckford, makes no bones about the fact that the supremacy clause was intended to reflect the fact that the framers “only knew a Judeo Christian God” and it was self-evident that this is the deity that the Charter speaks to. It is this worldview that has infused Canada and Canadians with a sense that “all are endowed with dignity, autonomy and equal moral worth” and that these concepts exist as natural rights that “could not be anchored in reason and required a leap of Christian faith” to be realized.

Charter framer Brian Peckford, "supremacy of God" was intended

What are the vast majority of Canadians who believe in the worth of such principles to think when they must deny them and, rather, positively affirm ideologies that underpin a gender-fluid world in which God regularly makes mistakes? Not only this, in addition they are told that they cannot pass on their “preamble” beliefs to their children. Indeed, when it comes to the transitioning of these same children in public school environments, parents must remain uninformed lest their hateful beliefs infect their children and set them off on a suicidal path. All this without any supportive evidence and in direct opposition to research that indicates that the vast majority of children experiencing confusion over their born biology grow out of their discomfort by adulthood. It would appear that the “transition or suicide” dichotomy was “purposeful disinformation”. Better for parents to disregard such research and stay dutifully quiet as their children’s testicles and breasts are removed by “butchers”?

Dr. Jordan Peterson does not mince words over "butchers"

Undaunted and oblivious to such parental concerns, and even Supreme Court of Canada rulings that stipulate it is “plain that the right to nurture a child, to care for its development, and to make decisions for it in fundamental matters…are part of the liberty interest of a parent”, trans activists are now using their newfound, Charter-sanctioned victim status as a cudgel to beat parents into submission. Witness the Saskatchewan court case that has just been launched against the provincial government’s recently instituted policy that requires parental permission for their under-age children to use preferred names and pronouns. It would appear that Section 7 of the Charter that guarantees life, liberty and the security of the person is being used to bash parents who insist on a Charter recognized and God-given right to care for and protect their own children. It would seem that such concern for one’s kids is “unconstitutional”. One is left wondering, if Canadian courts could have looked ahead to see the confusion and damage that their “reading-in” of new grounds for discrimination would cause to the social fabric of the nation, would they have proceeded to do so? In the meantime, what are you doing on 20 September 2023?

 

Help! Contribute to expanding the C3RF bill board campaign!


C3RF has noted with some concern the ever-increasing restrictions being placed on the speech of Canadians by their own political class. They had their start with Motion M-103 when unfounded accusations of widespread “systemic racism” and “Islamophobia” set the tone for punishing communications that challenged such narratives. And so it goes today that we find ourselves in a place where Canadians actually lose their jobs for daring to discuss the expansionist and exclusionary aspects of Sharia Law or taking their “unacceptable views” to Parliament Hill in hopes of airing their vaccine mandate concerns.

Are Canadian truckers "fringe" folks with "unacceptable views"?

It was particularly telling that our own Prime Minister would pigeon-hole the trucker protests as being “fringe” and unworthy of dialogue. And so we here at C3RF were prompted to ask the question, “does the Charter forbid ‘unacceptable views’?” and to do so on a large billboard situated on a busy Ottawa-Toronto highway. The intent is to get Canadians thinking about just how far their government has gone to restrict their speech and their right to use it to grieve the loss of what used to be guaranteed civil liberties – even as we ask them to join the online C3RF family. With your gracious support, we also hope to expand the number of billboards to other highly travelled locations across Ontario initially and then the rest of Canada.

 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

A noter! Campagne d'affichage du C3RF ci-dessous




Pour ceux d'entre vous qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 4 minutes qui introduit cette mise à jour de C3RF!

 

Les guerres de la Charte


L'interview « In Hot » de la semaine dernière avec le président du Justice Center for Constitutional Freedoms (JCCF), John Carpay, était à la fois instructive et inquiétante. Après avoir été en première ligne pour défendre les libertés civiles des citoyens canadiens pendant des années, M. Carpay en est venu à la conclusion que le Canada est maintenant au milieu d'une guerre. Cette guerre voit ces mêmes libertés attaquées par des forces puissantes, tant nationales qu'étrangères. La preuve de ce conflit qui fait rage sur plusieurs fronts est la mesure dans laquelle nos propres institutions judiciaires et gouvernementales marchent au pas avec des idéologies imposées par des autorités qui résident à l'extérieur de nos propres frontières souveraines. Cette marche a vu les protections de notre Charte mises à l'écart ou ignorées, alors même que les Canadiens ordinaires réclament avec insistance leur mise en œuvre? Ainsi, nous sommes maintenant témoins de juges qui écartent l'exigence de l'article 1 de la Charte de « justifier de façon démontrable » les limitations de ces mêmes droits en faveur d'une « marge d'appréciation » accordée aux autorités gouvernementales qui, en fin de compte, permet de donner la priorité à la narration plutôt qu'à la substance.

John Capay, président de la JCCF. Nous sommes « en guerre »

John sait de quoi il parle. Il a vu de ses propres yeux la décision des juges de réduire la présentation de preuves faisant autorité, comme celle de l'épidémiologiste de renommée mondiale, le Dr Jay Bhattarchrya. Le docteur était l'un des auteurs de la « Déclaration Great Barrington », qui s'opposait de manière factuelle à l'imposition de confinements. Ses efforts, ainsi que ceux d'autres experts, ont été sommairement rejetés et il a été demandé d'accorder une « marge d'appréciation » aux témoins du gouvernement qui présentaient des modélisations fondées sur des hypothèses douteuses. En outre, même lorsque les pétitionnaires qui ont demandé un allègement de la Charte ont obtenu gain de cause, la Charte n'a pas été prise en compte dans leur victoire. C'est le cas du pasteur James Coates qui a été débouté par les tribunaux de l'Alberta parce qu'il avait prononcé des sermons en violation des mandats de confinement. Il a gagné son procès non pas sur la base de la Charte, mais parce que le mandat de confinement lui-même avait été mis en œuvre de manière inappropriée par le pouvoir politique en place.

Le pasteur James Coates innocenté sur la base d'une procédure et non de la Charte

Le contournement de la Charte devant les tribunaux a atteint un tel niveau que même les évasions les plus évidentes sont réalisées sans honte. C'est pourquoi nous n'avons pas été surpris de voir que la plainte contre les mandats de voyage déposée par le patron du C3RF, l'honorable Brian Peckford, a été rejetée comme étant « sans objet ». Les preuves présentées dans ce cas étaient puissantes et incluaient des déclarations de bureaucrates responsables et au courant qu'il n'y avait aucune preuve soutenant la mise en œuvre des mandats de voyage immédiatement avant qu'ils ne soient autorisés par le gouvernement libéral. Cette preuve n'a cependant pas été retenue, car ce même gouvernement a retiré les mandats et a demandé que l'affaire soit rejetée en conséquence. C'est ainsi que le juge a décidé que l'affaire devait être mise de côté car sa progression était « sans objet » maintenant que les mandats avaient été levés. C'était comme si de tels mandats ne seraient plus jamais imposés à l'avenir, alors qu'aujourd'hui, à l'automne 2023, les mêmes acteurs se préparent à les réintroduire.

Pour la juge Jocelyn Gagné, les droits garantis par la Charte peuvent être contournés par le « concept de sans objet »?
 

Charte de la compassion


Si les tribunaux ne rejettent pas la nécessité d'enquêter et de démontrer que les limites imposées à nos droits fondamentaux doivent être justifiées, ils sont tout aussi heureux de déclarer que les innovations sociales non testées sont bonnes à prendre puisqu'elles n'ont pas encore apporté la moindre preuve de préjudice. Que le principe de précaution soit banni, car l'absence de préjudice dans un cas particulier peut être présentée comme la preuve qu'un résultat négatif n'est possible nulle part - il n'y a pas de gros martiens verts ici, donc il n'y en a nulle part. Il n'y a pas de martiens verts ici, donc il n'y en a nulle part. L'affaire Halpern contre Ontario est instructive en ce sens qu'elle a utilisé cette logique fallacieuse pour justifier le mariage entre personnes du même sexe. Dans ses délibérations sur la section 1 de la question, le tribunal a noté que « la recherche en sciences sociales n'est pas en mesure d'établir la proposition (selon laquelle les couples de même sexe ne sont pas aussi capables que les couples de sexe opposé d'élever des enfants) d'une manière ou d'une autre ». La Cour a ajouté qu' « en l'absence de preuves convaincantes, nous sommes d'avis que l'objectif repose sur une hypothèse stéréotypée qui n'est pas acceptable dans une société libre et démocratique qui s'enorgueillit de promouvoir l'égalité et le respect de toutes les personnes ». En disant cela, la Cour a essentiellement déclaré que l'absence de preuve d'un préjudice était suffisante pour franchir l'obstacle de l'article 1, qui exige que la répression d'un droit individuel et fondamental soit « manifestement justifiée ». Après tout, la compassion ne l'emporte-t-elle pas sur les preuves solides?

Arrêt Halpern de la Cour d'appel de l'Ontario juges Gillese, McMurtry et MacPherson (2003)

Le droit fondamental qui a échappé à l'attention de la Cour dans cette affaire est le droit d'un individu d'avoir une vision traditionnelle du mariage. En effet, de tels points de vue, selon la Cour, sont désormais « inacceptables dans une société libre et démocratique » et manifestement promulgués par ceux qui sont enclins à faire des « suppositions stéréotypées ». C'est à ce moment-là que l'on peut constater que la question du mariage homosexuel, généralement soutenue par le grand public comme une affirmation que « l'État n'a pas sa place dans les chambres à coucher de la nation », a commencé à se transformer en une question consacrée à l'affirmation de l'égalité entre le mariage homosexuel et le mariage hétérosexuel. Au fil des ans, il est devenu de moins en moins acceptable de s'opposer à une telle perspective en exprimant une vision judéo-chrétienne du monde sur la question. En effet, la Cour suprême du Canada a statué en 2013 que les critiques à l'égard de l'homosexualité, qu'elles soient fondées ou non sur la vérité, pouvaient être qualifiées d'incitation à la haine et faire l'objet de poursuites à ce titre. Selon la Cour, « des déclarations véridiques peuvent être présentées d'une manière qui répondrait à la définition d'un discours haineux, et toutes les déclarations véridiques ne doivent pas être exemptes de restrictions ».

Les juges de la Cour suprême du Canada 2013. La vérité n'est pas une défense?

La décision de la Cour d'appel de l'Ontario en 2003 et celle de la Cour suprême en 2013 peuvent être considérées comme l'expression d'une intention judiciaire d'effacer toute notion selon laquelle les valeurs traditionnelles devraient bénéficier d'un statut prioritaire par rapport aux valeurs plus avant-gardistes. Ce n'est pas une coïncidence s'ils se trouvent en aval d'une décision « Egan c. Canada » de 1995 et d'une décision antérieure Andrews c. Law Society of British Columbia qui a consolidé « l'orientation sexuelle » comme motif de discrimination d'une manière « analogue ». C'est ainsi que le motif de discrimination fondé sur le « sexe » figurant à l'article 15 de la Charte s'est transformé en « orientation sexuelle », puis en « identité et expression de genre ». Ces innovations ont été considérées comme des ajouts bienveillants, même si elles étaient controversées. Après tout, les auteurs de la Charte n'avaient jamais eu l'intention de codifier ces motifs dans la section relative à l'égalité et la décision des tribunaux de les « intégrer » a créé de sérieuses tensions constitutionnelles. En effet, on peut affirmer sans risque de se tromper que l'inclusion de l' « orientation sexuelle » dans le projet initial de l'article 15 de la Charte en tant que motif de discrimination aurait très bien pu faire échouer l'ensemble du projet en raison de l'opposition du public. On pourrait également soutenir que son inclusion après le rapatriement de la Constitution pourrait être considérée comme tellement importante qu'elle mériterait d'être traitée comme un amendement majeur et donc soumise à la procédure d'approbation décrite dans la partie V de la loi constitutionnelle de 1982. Mais là encore, ce ne serait pas faire preuve de compassion!

James Egan c. Canada inscrit l'orientation sexuelle dans la Charte
 

La Charte, un outil de pression


Mais, si quelqu'un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu'on suspendît à son cou une meule de moulin, et qu'on le jetât au fond de la mer. Matthieu 18:6 (Louis Segond 1910)


Il va sans dire que l'hypothèse des tribunaux canadiens selon laquelle il est de leur ressort de se prononcer sur ce qui peut être « intégré » à la Charte et à notre Constitution a le pouvoir de créer une grande instabilité sociale. C'est particulièrement le cas lorsqu'il s'agit d'intégrer des motifs de discrimination qui sont en opposition flagrante avec les principes qui soutiennent notre loi suprême. Ces principes sont exprimés avec éloquence dans le préambule de notre Charte, qui stipule que le Canada est une nation « fondée sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit ». Le dernier Premier ministre vivant responsable de la rédaction et du rapatriement de la Constitution, l'honorable Brian Peckford, ne cache pas que la clause de suprématie visait à refléter le fait que les rédacteurs « ne connaissaient qu'un Dieu judéo-chrétien » et qu'il allait de soi que c'est à cette divinité que la Constitution s'adresse. C'est cette vision du monde qui a insufflé au Canada et aux Canadiens le sentiment que « tous sont dotés de dignité, d'autonomie et d'une valeur morale égale » et que ces concepts existent en tant que droits naturels qui « ne pouvaient être ancrés dans la raison et nécessitaient un acte de foi chrétienne » pour être réalisés.

Selon Brian Peckford, auteur de la charte, la "suprématie de Dieu" était censée

Que doivent penser la grande majorité des Canadiens qui croient en la valeur de ces principes lorsqu'ils doivent les nier et, au contraire, affirmer positivement des idéologies qui renforcent un monde sexuellement fluide dans lequel Dieu commet régulièrement des erreurs? De plus, on leur dit qu'ils ne peuvent pas transmettre leurs croyances du « préambule » à leurs enfants. En effet, lorsqu'il s'agit de la transition de genre de ces mêmes enfants dans les écoles publiques, les parents doivent rester dans l'ignorance de peur que leurs croyances haineuses n'infectent leurs enfants et ne les entraînent sur une voie suicidaire. Tout cela sans aucune preuve et en opposition directe avec la recherche qui indique que la grande majorité des enfants qui éprouvent de la confusion au sujet de leur biologie naturelle se débarrassent de leur malaise à l'âge adulte. Il semblerait que la dichotomie « transition ou suicide » soit une « désinformation délibérée ». Les parents feraient mieux de ne pas tenir compte de ces recherches et de rester consciencieusement silencieux pendant que les testicules et les seins de leurs enfants sont enlevés par des « charcutiers »?

Le Dr Jordan Peterson ne mâche pas ses mots à propos des « charcutiers »

Sans se laisser décourager et sans tenir compte des préoccupations des parents, ni même des arrêts de la Cour suprême du Canada qui stipulent qu'il est « évident que le droit d'élever un enfant, de veiller à son développement et de prendre des décisions pour lui sur des questions fondamentales font partie du droit à la liberté d'un parent », les activistes du mouvement transgenre utilisent désormais leur nouveau statut de victime, sanctionné par la Charte, comme un glaive pour contraindre les parents à la soumission. En témoigne le procès qui vient d'être intenté en Saskatchewan contre la politique récemment mise en place par le gouvernement provincial, qui exige la permission des parents pour que leurs enfants mineurs utilisent leurs noms et pronoms préférés. Il semblerait que l'article 7 de la Charte, qui garantit la vie, la liberté et la sécurité de la personne, soit utilisé pour dénigrer les parents qui insistent sur le droit, reconnu par la Charte et donné par Dieu, de s'occuper de leurs propres enfants et de les protéger. Il semblerait qu'une telle préoccupation pour ses enfants soit « anticonstitutionnelle ». On peut se demander si les tribunaux canadiens auraient pu anticiper la confusion et les dommages que leur « lecture » de nouveaux motifs de discrimination causerait au tissu social de la nation, et s'ils l'auraient fait. En attendant, que ferez-vous le 20 septembre 2023?

 

Aidez-nous! Contribuez à l'expansion de la campagne d'affichage du C3RF!


Le C3RF a noté avec une certaine inquiétude les restrictions de plus en plus importantes imposées à la libre expression des Canadiens par leur propre classe politique. Ces restrictions ont commencé avec la motion M-103, lorsque des accusations infondées de « racisme systémique » et d'« islamophobie » ont donné le ton pour punir les communications qui remettaient en question de tels récits. C'est ainsi que nous nous retrouvons aujourd'hui dans une situation où des Canadiens perdent leur emploi pour avoir osé discuter des aspects expansionnistes et d'exclusion de la charia ou pour avoir exprimé leurs « opinions inacceptables » sur la colline du Parlement dans l'espoir d'exprimer leurs préoccupations concernant le mandat vaccinal.

Les camionneurs sont-ils des « marginaux » aux « opinions inacceptables »?

Il était particulièrement révélateur que notre propre Premier ministre qualifie les manifestations des camionneurs de « marginales » et indignes d'un dialogue. C'est ainsi que le C3RF a été amené à poser la question suivante: « La Charte interdit-elle les 'opinions inacceptables'? » et à le faire sur un grand panneau d'affichage situé sur une autoroute très fréquentée entre Ottawa et Toronto. L'objectif est d'amener les Canadiens à réfléchir à la mesure dans laquelle leur gouvernement est allé jusqu'à restreindre leur liberté d'expression et leur droit de l'utiliser pour pleurer la perte de ce qui était autrefois garanti comme des libertés civiles - alors même que nous leur demandons de rejoindre la famille en ligne du C3RF. Avec votre généreux soutien, nous espérons également étendre le nombre de panneaux d'affichage à d'autres lieux très fréquentés de l'Ontario dans un premier temps, puis à tout le reste du Canada.

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Twitter, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

bottom of page