C3RF Update, 17 Sep 2021 – A new “Family Compact”


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

A modern-day “Family Compact”?


The Election 2021 debates have come and gone and confirmed the notion that our mainstream politicians and media are far removed from the concerns of everyday Canadians. The debates, two in French and one in English, were heavily invested in economic recovery, climate change and indigenous relations with minor excursions down the child care, health care and foreign policy trails. The mind boggles as to how such topics could be top priorities given the last 18 months of pandemic policies that have stripped Canadians of their civil liberties. This, even as vaccine mandates and passports are the order of the day. How could this be?

Political birds of a feather?

One could be forgiven for seeing very definite parallels between today’s constituent/ political representative disconnect and the one that existed in early 19th century Canada. In the latter time frame both Upper (Ontario) and Lower (Quebec) Canada operated as independent entities both controlled by tight groups of oligarchs. These officials controlled influential offices and agencies and rewarded friends and family with related patronage appointments. In Upper Canada they were disparagingly referred to as the “Family Compact”. In Lower Canada they were the “Château Clique” and, in both cases, these powerful cabals operated to promote the interests of their imperial overseers rather than those of the everyday citizen. They were second generation loyalists who despised the American democratic experiment to the south and believed the Canadian colonies needed to be ruled by an aristocracy – an aristocracy faithful to minders thousands of miles away in the English homeland.

James McGill, member of the “Château Clique”

Now as then, we see an aristocracy discussing false priorities amongst themselves even as institutions, controlled by hand-picked associates in the legal, media and financial realms, lend a hand. Now as then, these false priorities meet muster with faraway authorities but ring hollow with Johnny and Jane Canuck. Seen in this light, it is little wonder that the debate topics of last week are grounded in United Nations initiatives including the 17 “Sustainability Development Goals” (SDGs) in Agenda 2030. Climate change, of course, is a reflection of SDG 13, “Climate Action”, indigenous relations are a derivative of the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples (UNDRIP) while child care can be seen to fall under SDG 3 and 4, reproductive health and quality education respectively. How odd is it that these objectives, so lionized by the political elites of our day, have little to do with the individual freedoms posited by the UN’s own Universal Declaration of Human Rights from 1948? It would appear that, as the UN and our elites move towards collectivism, the Canadian public writ large is re-discovering the primacy of that organization’s original push to secure individual rights and freedoms.

UN Universal Declaration of Human Rights of 1948

“Those people”


Even as Canadians strain against measures that curtail their freedoms and economic prospects, as witnessed by the surging of the People’s Party of Canada (PPC) in election polls, the “Family Compact” of the day readies the whip hand in response. And so we see solid tax-paying, law-abiding citizens characterized as “anti-vaxx mobs” for protesting against restrictions to their travel and work lives as a result of vaccine passports. Indeed, the Prime Minister has taken to adding the label, “those people”, to the sullied masses that threaten the health of his children. No substantiation is offered, however, and recent Israeli studies that refute the need for such passports are conveniently ignored. These studies affirm that, in the case of the “delta” variant:

It would appear that the Prime Minister is speaking both out of turn and demagogically. But is this to be expected?

PM Trudeau facing the "anti-vax mobs"

C3RF patron Janice Fiamengo provides us with a considered overview of the man in her recent article, “Why Justin Trudeau Does Not Deserve to Lead Canada” and says, yes, it is to be expected. She notes his hypocritical treatment of the Boston Bombers in comparison to the “hulks” that assert it’s their body and their choice. In the former case he coddles the jihad terrorists as victims who have been “excluded” from society. In the latter case he assumes the worst of intentions when discussing the “gravel-throwing, irresponsible malcontents”. Indeed, she asserts that in his efforts to disparage the “evil-doers” the Prime Minister is mere “steps away from incitement to violence”.

C3RF patron, Janice Fiamengo

The Prime Minister’s differing treatment of those he identifies with, the victims, and those he abhors, the oppressors, is not so different from how it worked in the “Family Compact” days of Canada in the 1820’s and early 30’s. Those days saw friends being awarded and enemies punished even as the ends always justified the means. Then as now with Prime Minister Trudeau, “Many members of the Family Compact showed a willingness to break the law when they believed the survival of the colony was at stake”. And so we see today, as a former Attorney General Jody Wilson-Raybould details in writing, the pressure she felt from the Prime Minister to lie in the SNC Lavalin case. In the end she refused to trade in her oath of office for political expediency and was surprised, along with many others, at the level of advocacy that industry enjoyed in the halls of Canadian political power. Just more evidence of a modern-day “Family Compact””?

Former Attorney General, Jody Wilson-Raybould

Imperial inclinations


A full 18 months-plus after the few weeks promised to “flatten the curve” we find ourselves in a perennial cycle that alternates between lockdown or threat of lockdown. As in days gone by, we see our own “Family Compact”, or “Château Clique”, deferring to faraway authorities while domestic, representative political systems are left to twist aimlessly in the wind. Whereas the imperial circles of “Rule Britannia” were once the initiating and final authority in early Canada we now see international organizations like the World Health Organization, backed strongly by money from Bill Gates, superseding our own legislative processes. And so we have public health officials using WHO “science” and emergency decrees to circumvent the cut and thrust of representative government. This “science”, based on novel Chinese lockdown strategies, is the uncontested order of the day and will suffer no disagreement – not even from Nobel Laureates!

Nobel Laureate and world-renowned virologist, Luc Montagnier

Seen in the light of a modern-day “Family Compact” that feels obligated to an imperial authority, the Canadian Wuhan virus experience makes sense. It comes as no surprise, for example, that pandemic maneuverings can be dovetailed into the overall economic “reset” initiative that promises to “build back better”. This, given both are directed by United Nations agencies. It is no conspiracy theory, then, when we see the Prime Minister laud the virtues of a pandemic that opens the way to a “re-imagination” of capitalism. We are not making it up when the same Prime Minister notes that his handling of the Wuhan virus can be used as a template for solving the “climate change” emergency or when his Minister of Finance touts lockdowns as the gateway to the new green economy. Neither are we making it up when we say that, based on recent Election 2021 debate topics, the other frontrunner political parties acquiesce and are in full agreement that it’s not Canada first, it’s the common worldwide good that matters most.

Wuhan virus as the gateway to a great” reset”

Absent any meaningful political remedies, the “Family Compact” of early 19th century Canada was not dislodged until citizens rallied in the streets with pitchforks and converted flintlocks. And so we saw the Lower and Upper Canada Rebellions of 1837/38 with failed military efforts that, nonetheless, resulted in the “Durham Report”, the follow-on amalgamation of the two Canadas and the institution of “responsible government”. How odd that, after almost 200 years, the country finds itself burdened with a new “Family Compact” that looks beyond the interests and rights of its citizens to serve an imperial power instead. If anything, Election 2021 debates confirm that our frontrunner parties are united in the pursuit of imperial pats-on-the-head and see their constituents as serfs rather than masters of their own fate. This is the antithesis of responsible government and prompts the question, why not bounce these parties and their camp-followers in Election 2021 three days hence?

Election 2021 - Go vote

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Un « Family Compact » des temps modernes?


Les débats de l'élection 2021 sont passés et confirment l'idée que nos politiciens et nos médias sont très éloignés des préoccupations des Canadiens ordinaires. Les débats, deux en français et un en anglais, ont été fortement investis dans la reprise économique, le changement climatique et les relations avec les autochtones, avec des excursions mineures dans les domaines de la garde d'enfants, des soins de santé et de la politique étrangère. Il est difficile de comprendre comment de tels sujets peuvent être des priorités absolues étant donné les 18 derniers mois de politiques de pandémie qui ont privé les Canadiens de leurs libertés civiles. Et ce, alors même que les mandats de vaccination et passeports sont à l'ordre du jour. Comment cela est-il possible?

Politiciens qui se ressemblent s'assemblent?

On pourrait être pardonné de voir des parallèles très nets entre la déconnexion entre les électeurs et les représentants politiques d'aujourd'hui et celle qui existait au Canada au début du 19e siècle. À cette époque, le Haut-Canada (Ontario) et le Bas-Canada (Québec) fonctionnaient comme des entités indépendantes, toutes deux contrôlées par des groupes d'oligarques. Ces fonctionnaires contrôlaient des bureaux et des organismes influents et récompensaient leurs amis et leur famille par des nominations partisanes. Dans le Haut-Canada, on les appelait de façon désobligeante le « Family Compact ». Dans le Bas-Canada, il s'agissait de la « Clique du Château » et, dans les deux cas, ces puissantes cabales agissaient pour promouvoir les intérêts de leurs superviseurs impériaux plutôt que ceux du citoyen ordinaire. Il s'agit de loyalistes de deuxième génération qui méprisaient l'expérience démocratique américaine au sud et qui croyaient que les colonies canadiennes auraient dû être dirigées par une aristocratie - une aristocratie fidèle à des gardiens situés à des milliers de kilomètres dans leur mère patrie anglaise.

James McGill, membre de la « Clique du château ».

Aujourd'hui comme auparavant, nous voyons une aristocratie discuter entre elle de fausses priorités, alors même que les institutions, contrôlées par des associés triés sur le volet dans les domaines juridique, médiatique et financier, lui prêtent main forte. Aujourd'hui comme hier, ces fausses priorités sont acceptées par les autorités distantes mais sonnent faux pour le Canadien ordinaire. Vu sous cet angle, il n'est pas étonnant que les sujets de débat de la semaine dernière furent ancrés dans les initiatives des Nations unies, notamment les 17 « objectifs de développement durable » (ODD) de l'Agenda 2030. Le changement climatique, bien sûr, est un reflet de l'ODD 13, « la lutte contre les changements climatiques », les relations avec les autochtones sont un dérivé de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones (DNUDPA), tandis que les soins aux enfants peuvent être considérés comme relevant des ODD 3 et 4, respectivement la santé reproductive et l'éducation de qualité. Comment se fait-il que ces objectifs, tant vantés par les élites politiques de notre époque, n'aient pas grand-chose à voir avec les libertés individuelles énoncées dans la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations unies de 1948? Il semblerait qu'à mesure que l'ONU et nos élites se dirigent vers le collectivisme, le grand public canadien redécouvre la primauté de l'effort initial de cette organisation pour garantir les droits et libertés individuels.

Déclaration universelle des droits de l'homme de l'ONU, 1948

« Ces gens-là »


Alors même que les Canadiens s'insurgent contre les mesures qui restreignent leurs libertés et leurs perspectives économiques, comme en témoigne la montée en flèche du Parti populaire du Canada (PPC) dans les sondages, le « Family Compact » du jour prépare le coup de fouet en réponse. C'est ainsi que nous voyons de solides citoyens et contribuable respectueux de la loi être qualifiés de « foules anti-vaccin » pour avoir protesté contre les restrictions imposées à leurs déplacements et à leur vie professionnelle par les passeports de vaccination. En effet, le Premier ministre a pris l'habitude d'ajouter l'étiquette « ces gens-là » aux masses de crottés, comme l'aurait dit Elvis Graton, qui menacent la santé de leurs enfants. Cependant, aucune justification n'est offerte et les récentes études israéliennes qui réfutent la nécessité de tels passeports sont commodément ignorées. Ces études affirment que, dans le cas de la variante « delta »:

Il semblerait que le Premier ministre tienne des propos à la fois déplacés et démagogiques. Mais faut-il s'y attendre?

Le Premier ministre Trudeau affrontant les « foules anti-vaccin ».

Janice Fiamengo, « parrain honoraire » du C3RF, nous donne un aperçu réfléchi de l'homme dans son récent article intitulé « Pourquoi, il va de soi, que Justin Trudeau ne mérite pas de diriger le Canada ». Elle note le traitement hypocrite qu'il a réservé aux auteurs de la bombe de Boston par rapport aux « gros bras » qui affirment que c'est leur corps et leur choix. Dans le premier cas, il dorlote les terroristes du djihad en les considérant comme des victimes qui ont été « exclues » de la société. Dans le second cas, il suppose les pires intentions lorsqu'il parle des « mécontents irresponsables qui jettent de la gravelle». En effet, elle affirme que dans ses efforts pour dénigrer les « malfaiteurs », le Premier ministre n'est qu'à « quelques pas de l'incitation à la violence ».

Janice Fiamengo, « parrain honoraire » du C3RF

Le traitement différent que le premier ministre réserve à ceux avec qui il s'identifie, les victimes, et à ceux qu'il abhorre, les oppresseurs, n'est pas si différent de la façon dont cela fonctionnait à l'époque du « Family Pact » du Canada dans les années 1820 et au début des années 1830. À cette époque, les amis étaient récompensés et les ennemis punis car la fin justifiait toujours les moyens. À l'époque, tout comme aujourd'hui avec le premier ministre Trudeau, « de nombreux membres du « Family Compact » se furent montrés prêts à enfreindre la loi lorsqu'ils croyaient que la survie de la colonie était en jeu ». Et c'est ainsi que nous voyons aujourd'hui, comme le détaille par écrit une ancienne ministre de la justice, Jody Wilson-Raybould, la pression qu'elle a ressentie de la part du premier ministre pour mentir dans l'affaire SNC Lavalin. En fin de compte, elle a refusé de trahir son serment pour des simples raisons d'opportunité politique et a été surprise, comme beaucoup d'autres, du niveau de défense de l'industrie dans les couloirs du pouvoir politique canadien. Une preuve de plus de l'existence d'un « Family Compact moderne»?

Ancienne ministre de la justice, Jody Wilson-Raybould

Inclinaisons impériales


Plus de 18 mois après les quelques semaines promises pour « aplanir la courbe », nous nous trouvons dans un cycle perpétuel qui alterne entre confinement ou menace de confinement. Comme par le passé, nous voyons notre propre « Family Compact », ou « Clique du Château », s'en remettre à des autorités lointaines tandis que les systèmes politiques nationaux et représentatifs sont laissés à l'abandon. Alors que les cercles impériaux de « Rule Britannia » étaient autrefois l'autorité initiatrice et finale au début du régime anglais, nous voyons maintenant des organisations internationales comme l'Organisation mondiale de la santé, fortement soutenue par l'argent de Bill Gates, supplanter nos propres processus législatifs. Ainsi, les responsables de la santé publique se servent de la « science » de l'OMS et des décrets d'urgence pour contourner la coupe et la poussée du gouvernement représentatif. Cette « science », fondée sur de nouvelles stratégies chinoises de confinement, est l'ordre du jour incontesté et ne souffrira d'aucun désaccord, pas même de la part des lauréats du prix Nobel!

Luc Montagnier, lauréat du prix Nobel et virologue de renommée mondiale.

Vu sous l'angle d'un « Family Compact » moderne qui se sent obligé de respecter une autorité impériale, l'expérience canadienne du virus de Wuhan est logique. Il n'est pas surprenant, par exemple, que les manœuvres de pandémie puissent être intégrées dans l'initiative globale de « réinitialisation » économique qui promet de « reconstruire en mieux ». Ceci, étant donné que les deux sont dirigées par des agences des Nations Unies. Ce n'est donc pas une théorie du complot lorsque nous voyons le Premier ministre louer les vertus d'une pandémie qui ouvre la voie à une « réimagination » du capitalisme. Nous n'inventons rien lorsque le même Premier ministre fait remarquer que sa gestion du virus de Wuhan peut servir de modèle pour résoudre l'urgence du « changement climatique » ou lorsque son ministre des Finances présente les confinements comme la porte d'entrée de la nouvelle économie verte. Nous n'inventons rien non plus lorsque nous disons que, d'après les récents sujets de débat de l'élection 2021, les autres partis politiques en tête de liste acquiescent et sont tout à fait d'accord pour dire que ce n'est pas le Canada d'abord, mais le bien commun mondial qui compte le plus.

Le virus de Wuhan, porte d'entrée d'une grande « réinitialisation ».

En l'absence de remèdes politiques significatifs, le « Family Compact » du Canada du début du XIXe siècle n'a été délogé que lorsque les citoyens se sont rassemblés dans les rues avec des fourches et des mousquets rafistolés. C'est ainsi qu'ont eu lieu les rébellions du Bas et du Haut-Canada en 1837 et 1838, dont les efforts militaires ont échoué, mais qui ont néanmoins abouti au « Rapport Durham », à la fusion des deux Canadas et à l'institution du « gouvernement responsable ». Il est étrange qu'après presque 200 ans, le pays se retrouve accablé par un nouveau « Family Compact » qui va au-delà des intérêts et des droits de ses citoyens pour servir un pouvoir impérial. Les débats de l'élection 2021 confirment en tout cas que nos partis favoris sont unis dans la poursuite de désirs impériaux et considèrent leurs électeurs comme des serfs plutôt que les maîtres de leur propre destin. C'est l'antithèse d'un gouvernement responsable et cela nous amène à nous demander pourquoi ne pas rejeter ces partis et leurs partisans lors des élections de 2021, dans trois jours.

Élections 2021 - Allez voter

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook , sur Gab, sur Parler et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter iciet consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts