C3RF Update, 18 Mar 2022 – Irrational outcomes


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas

 

Irrational fears


Best efforts have failed to sweep Wuhan virus lockdowns, masks and vaccine mandates into the annals of Canadian history. It is as though the federal government has “slow rolled” the removal of such restrictions in much the same way that truckers “slow rolled” their rigs in protest of these same restrictions. Trucker frustration is easy to understand given the fact that other jurisdictions have long since cancelled pandemic measures that crush civil liberties. Florida springs to mind, as does Sweden, with the former slipping the chains and shackles almost a full year ago while the latter never really put them on in the first place. Some provinces, like Ontario, are beginning to relent but perhaps that is because of upcoming June 2022 elections. Is the federal government’s reluctance to dump Wuhan virus measures due to the fact there are no elections looming on the national scene? Or does Canada simply have an irrational fear of change and a related, bad case of metathesiophobia?

Why is Canada slow rolling a return to normality – metathesiophobia?

Could it be that the irrational fears the feds have when it comes to transitioning out of Wuhan virus measures explain their reticence to even discuss the possibility with Freedom Convoy 2022 protesters? After all, we saw irrationality rise to new heights as the national government chose, instead, to issue the first-ever declaration of the Emergencies Act of 1988. In what world was it better to throw the country into a state of martial law rather than dialogue with protesting truckers over the initiating cause of their grievance - the surprise cancellation of vaccine mandate exemptions for unvaccinated, cross-borders truckers? For the trucker’s part, their dismay at losing their livelihoods in such a surprising policy reversal can be seen to be more than rational. And yet, it was they who were characterized by their own government, and the media, as being “extremists”. Just who is being extreme? Just who is being irrational?

Is Canada afflicted with bouncy castle extremism?

Irrational claims of extremism continue to be stoked at the highest levels of the national bureaucracy. This is witnessed by recent claims from the Prime Minister’s own National Security and Intelligence Advisor who stated that the Freedom Convoy 2022 protests were rooted in “ideologically-motivated violent extremism”. Similarly, the Minister for Public Safety noted that participants in the Alberta blockade had “strong ties to a far-right extreme organization”. One could argue that both assertions were logically fallacious and, therefore, irrational in that they were based on hasty generalizations. The former, for example, was based on a “memorandum” that was categorically denied as having anything to do with Freedom Convoy 2022 objectives. The latter lacked specifics even as it attributed group intents to a small sample of outlier hangers-on. One begins to wonder, is the federal government irrationally fearful of change or irrationally committed to keeping vaccine mandates?

Minister of Public Safety, Marco Mendicino, links truckers to extremism – fair?
 

Irrational cures


In line with questioning irrational fears that prolong freedom-crushing pandemic measures, it would seem to be fair to ask the federal government to justify their use of these same measures in the first place. It is common knowledge now, for example, that lockdown strategies have caused more harm than good. This was made more than clear by research conducted by Douglas W. Allen from the University of British Columbia. His flagship study, “Covid Lockdown Cost/Benefits: A Critical Assessment of the Literature”, noted that the lockdown strategy was front-loaded with erroneous assumptions and known to be unjustifiable, through cost/ benefit analyses, as early as the summer of 2020. These findings were corroborated by Johns Hopkins research that similarly found that lockdowns needed to be “rejected out of hand”. How is it that our federal authorities, with their public health overseers in the lead, can still be insisting that Canada needs to be prepared to recede into lockdown mode this fall? Haven’t we committed enough undue hardship and damage to our nation and its citizens already?

Chief Public Health Officer, Theresa Tam, says perpetual lockdowns may be required – is this rational?

As with lockdowns, one can also see that the government’s reliance on vaccines to lead the nation out of the Wuhan virus emergency to be sadly misplaced. What else to think as initial promises of protection from infection and transmission morphed into the simple tamping down of symptoms? Indeed, we have known since the fall of last year, when vaccine mandates were being widely imposed, that vaccines did not stop the spread of the Delta variant, let alone the follow-on omicron rendition. How rational was it to force workers, primarily in the critical transportation field, out of their jobs for refusing to be injected with an experimental gene therapy? This, especially when these jabs did not stop transmission and needed to be boosted after a few months to counter their loss of efficacy? “Matt” was one such professional whose life was turned upside down by such needless, useless, coerced vaccine mandates.

Waning vaccine efficacy after only a few months

Matt worked hard to fulfil the dream of becoming an airliner pilot with one of Canada’s major air carriers. Speaking from personal experience, these particular flying jobs are much sought after, very hard to come by and require a great deal of work and skill to land. One can understand the grief that the loss of such a job can generate, especially since the loss is a result of one’s personal choice to forego an experimental vaccine even as competitor airlines see fit to reverse such policies and put pilots, similarly placed on leave without pay, back on the payroll. Why does Canada hang onto vaccine mandates in such a dogmatic fashion? If a vaccinated pilot passes on the virus just as easily as one who is unvaccinated, where is the benefit in prolonging such a policy? Is it any wonder that Matt has gone on to be a founding member of the “Free to Fly” organization dedicated to restoring flying opportunities for both passengers and aviation professionals?

Matt Sattler of "Free to Fly"
 

Irrational outcomes


The irrational fears and cures noted above seem to have one thing in common - they all seem to emanate from internationalized, cross-border crises that demand resolution at the supranational level. There is no shortage of “existential risks” that have frightened humanity. Many of these may be rooted in reality, but real or not, humanity’s fears have been hyped and used to promote a system of global governance capable of dealing with such universal catastrophes. This was certainly the case for climate change concerns, whether about oncoming ice ages or currently the countervailing global warming narrative and more recently the Wuhan virus contagion. It seems as though each and every instance of worldwide panic has combined to accelerate calls for a global governance system capable of dealing with such universal catastrophes. The answer always comes to us in the form of centralized control effected by a small ruling class aided by a stable of incontestable experts. This new system of global governance can be seen to be called up by a variety of international agencies including the World Health Organization (WHO) and the United Nations. These agencies have been spectacularly successful in usurping national authority as related political leaders acquiesce to revised pandemic planning guidelines and Agenda 2030 initiatives respectively.

A global ruling class is needed to address global problems?

National and personal sovereignty, however, suffer when such centralized governance systems are prioritized over and above those dedicated to serving “we the people…” The resulting installation of policies, absent any rational review at the national or local levels, risks having to live with decidedly irrational outcomes. And so we’ve seen sycophants of globalism implement WHO-approved vaccination programs that have resulted in untold public suffering. This is the case given the fact that most individuals, based on their own personalized risk/ benefit equations, stand to lose more than they could possibly gain from being jabbed. The data is becoming clear now that Pfizer has been forced, by court order, to table results from the first three months of its vaccine being distributed to the public. In the three-month period covered, over 1200 deaths were registered along with over 42,000 adverse events not to mention a myocarditis rate in the 15- to 17-year-old age group that was 133 times more than in the unvaccinated, background population. How could such a product be approved? How could the use of such a product be encouraged let alone continued?

Do risk/ benefit analyses justify the use of Wuhan virus vaccines for all

Given such problematic risk/ benefit relationships associated with vaccines, it’s little wonder that aviation professionals like Matt would rather take a pass. They certainly don’t inspire confidence in the irrational decision to bake-in mandatory, mass vaccination programs, as Canada is now doing, through proposed changes to its Labour Code provisions. Along the same lines but in a different venue, we are seeing the nations of the world throw away a trillion dollars chasing Agenda 2030 targets associated with “climate change”. Given real time data, such expenditures can be seen to be totally irrational with good money chasing bad science that refuses to recognize the objective reality of global cooling. Other irrational outcomes include the shutting down of international travel for the unvaccinated even as illegal migrants and refugees cross our borders freely at Roxham Road and from the Ukraine respectively. One wonders, if globalized programs such as these entail such irrational outcomes, shouldn’t we be making related decisions closer to home with people we can trust?

Does outsourcing decision-making make for irrational outcomes?
 

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Des peurs irrationnelles: les phobies


Tous les efforts déployés n'ont pas réussi à faire disparaître les mesures de confinement, les masques et les vaccins obligatoires du virus de Wuhan des annales de l'histoire canadienne. C'est comme si le gouvernement fédéral avait « ralenti » la suppression de ces restrictions, de la même façon que les camionneurs ont « ralenti » leurs camions pour protester contre ces mêmes restrictions. La frustration des camionneurs est facile à comprendre étant donné que d'autres juridictions ont depuis longtemps annulé les mesures pandémiques qui écrasent les libertés civiles. La Floride vient à l'esprit, tout comme la Suède, la première ayant retiré les chaînes et les entraves il y a presque un an, tandis que la seconde ne les a jamais vraiment mises en place. Certaines provinces, comme l'Ontario, commencent à céder, mais c'est peut-être à cause des élections de juin 2022. La réticence du gouvernement fédéral à abandonner les mesures contre le virus de Wuhan est-elle due au fait qu'il n'y a pas d'élections en vue sur la scène nationale? Ou bien le Canada a-t-il simplement une phobie du changement et un cas de métathésiophobie?

Pourquoi le Canada retarde-t-il le retour à la normale - la métathésiophobie?

Se pourrait-il que les craintes irrationnelles, les phobies, qu'éprouvent les autorités fédérales lorsqu'il s'agit de sortir des mesures anti-virus de Wuhan expliquent leur réticence à même discuter de cette possibilité avec les manifestants du Convoi de la Liberté 2022? Après tout, nous avons vu l'irrationalité atteindre de nouveaux sommets lorsque le gouvernement national a choisi, au contraire, de publier la toute première déclaration de la loi sur les urgences de 1988. Dans quel monde était-il préférable de plonger le pays dans un état de loi martiale plutôt que de dialoguer avec les camionneurs protestataires sur la cause initiale de leur grief - l'annulation surprise des exemptions du mandat de vaccination pour les camionneurs transfrontaliers non vaccinés? En ce qui concerne les camionneurs, leur consternation à l'idée de perdre leur gagne-pain à la suite d'un renversement de politique aussi surprenant est certainement comme plus que rationnelle. Et pourtant, ce sont eux qui ont été qualifiés d' « extrémistes » par leur propre gouvernement et par les médias. Qui est extrémiste? Qui est irrationnel?

Le Canada est-il atteint d'extrémisme de jouets gonflables?

Les déclarations irrationnelles d'extrémisme continuent d'être alimentées aux plus hauts niveaux de la bureaucratie nationale. En témoignent les récentes affirmations du conseiller du premier ministre en matière de sécurité nationale et de renseignement, qui a déclaré que les manifestations du convoi Liberté 2022 étaient fondées sur un « extrémisme violent motivé par une idéologie ». De même, le ministre de la Sécurité publique a noté que les participants au blocus de l'Alberta avaient « des liens étroits avec une organisation d'extrême droite ». On pourrait faire valoir que ces deux affirmations sont logiquement fallacieuses et, par conséquent, irrationnelles, car elles sont fondées sur des généralisations hâtives. La première, par exemple, était fondée sur un « mémorandum » dont on a catégoriquement nié qu'il avait quoi que ce soit à voir avec les objectifs du Convoi de 2022. La seconde manquait de précisions, même si elle attribuait des intentions à un petit échantillon de marginaux. On en vient à se demander si le gouvernement fédéral a une peur irrationnelle du changement ou s'il s'engage de manière irrationnelle à maintenir les mandats de vaccination.

Le ministre de la sécurité publique, Marco Mendicino, associe les camionneurs à l'extrémisme – est-ce juste?
 

Des remèdes irrationnels


Dans la lignée de la remise en question des peurs irrationnelles qui prolongent les mesures de lutte contre les pandémies liberticides, il semblerait juste de demander au gouvernement fédéral de justifier le recours à ces mêmes mesures en premier lieu. Il est maintenant de notoriété publique, par exemple, que les stratégies de confinement ont causé plus de mal que de bien. Les recherches menées par Douglas W. Allen, de l'Université de la Colombie-Britannique, l'ont clairement montré. Sa recherche, intitulé, « Covid Lockdown Cost/Benefits : A Critical Assessment of the Literature », a révélé que la stratégie de verrouillage comportait des hypothèses erronées et qu'elle était injustifiable, selon les analyses coûts/avantages, dès l'été 2020. Ces conclusions ont été corroborées par une étude de Johns Hopkins qui a également conclu que les mesures de confinement devaient être « rejetées d'emblée ». Comment se fait-il que nos autorités fédérales, avec leurs responsables de la santé publique en tête, puissent encore insister sur le fait que le Canada doit être prêt à passer en mode confinement cet automne? N'avons-nous pas déjà causé assez de difficultés et de dommages à notre nation et à ses citoyens?

L'administratrice en chef de la santé publique, Theresa Tam, affirme que des confinements perpétuels pourraient être nécessaires - est-ce rationnel?

Comme pour les confinements, on peut également constater que la confiance du gouvernement dans les vaccins pour sortir la nation de l'urgence du virus de Wuhan était tristement déplacée. Que penser d'autre alors que les promesses initiales de protection contre l'infection et la transmission se sont transformées en simple atténuation des symptômes? En effet, nous savons depuis l'automne de l'année dernière, lorsque l'obligation de vaccination a été largement imposée, que les vaccins n'ont pas arrêté la propagation de la variante Delta, et encore moins celle de la variante omicron. Dans quelle mesure était-il rationnel de forcer des travailleurs, principalement dans le domaine critique des transports, à quitter leur emploi pour avoir refusé de se faire injecter une thérapie génique expérimentale? Et ce, surtout lorsque ces injections n'arrêtaient pas la transmission et devaient être renforcées après quelques mois pour contrer leur perte d'efficacité? « Matt » était l'un de ces professionnels dont la vie a été bouleversée par ces mandats de vaccination inutiles et coercitifs.

Diminution de l'efficacité du vaccin après quelques mois seulement

Matt a travaillé dur pour réaliser son rêve de devenir pilote de ligne pour l'un des principaux transporteurs aériens du Canada. Par expérience personnelle, ces emplois de pilote sont très recherchés, très difficiles à trouver et exigent beaucoup de travail et de compétences pour les obtenir. On peut comprendre le chagrin que peut susciter la perte d'un tel emploi, d'autant plus que cette perte est le résultat d'un choix personnel de renoncer à un vaccin expérimental, alors même que des compagnies aériennes concurrentes jugent bon d'inverser de telles politiques et de remettre au travail des pilotes qui ont été mis en congé sans solde. Pourquoi le Canada s'accroche-t-il aux mandats de vaccination de manière aussi dogmatique? Si un pilote vacciné transmet le virus aussi facilement qu'un pilote non vacciné, quel est l'avantage de prolonger une telle politique? Faut-il s'étonner que Matt soit devenu l'un des membres fondateurs de l'organisation « Free to Fly », qui se consacre à la restauration des possibilités de vol pour les passagers et les professionnels de l'aviation?

Matt Sattler, de "Free to Fly"
 

Des résultats irrationnels


Les phobies et les remèdes mentionnés ci-dessus semblent avoir une chose en commun: ils semblent tous émaner de crises internationalisées et transfrontalières qui exigent une résolution au niveau supranational. Les « risques existentiels » qui ont effrayé l'humanité ne manquent pas. Nombre d'entre eux sont peut-être ancrés dans la réalité, mais réelles ou non, les craintes de l'humanité ont été amplifiées et utilisées pour promouvoir un système de gouvernance mondiale capable de faire face à ces catastrophes universelles. Cela a certainement été le cas pour les inquiétudes liées au changement climatique, qu'il s'agisse des périodes glaciaires à venir ou du récit opposé sur le réchauffement de la planète, et plus récemment de la contagion du virus de Wuhan. Il semble que chaque cas de panique mondiale se soit combiné pour accélérer les appels à un système de gouvernance mondiale capable de faire face à de telles catastrophes universelles. La réponse se présente toujours sous la forme d'un contrôle centralisé exercé par une petite classe dirigeante assistée d'un groupe d'experts incontestables. Ce nouveau système de gouvernance mondiale peut être vu comme étant appelé par une variété d'agences internationales, dont l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et les Nations unies. Ces agences ont réussi de manière spectaculaire à usurper l'autorité nationale, les dirigeants politiques concernés acquiesçant respectivement aux directives révisées de planification des pandémies et aux initiatives de l'Agenda 2030.

Une classe dirigeante mondiale est nécessaire pour résoudre les problèmes mondiaux?

La souveraineté nationale et personnelle, cependant, souffre lorsque de tels systèmes de gouvernance centralisés sont privilégiés par rapport à ceux qui se consacrent à servir « nous, le peuple... » L'installation de politiques qui en résulte, en l'absence de tout examen rationnel aux niveaux national ou local, risque de produire des résultats résolument irrationnels. C'est ainsi que nous avons vu des « vendus » au mondialisme mettre en œuvre des programmes de vaccination approuvés par l'OMS qui ont entraîné des souffrances pour la population. Et ce, alors que la plupart des individus, en fonction de leurs propres équations risques/avantages, ont plus à perdre qu'à gagner en se faisant vacciner. Les données deviennent claires maintenant que Pfizer a été contraint, par décision de justice, de présenter les résultats des trois premiers mois de distribution de son vaccin au public. Au cours de cette période de trois mois, plus de 1 200 décès ont été enregistrés, ainsi que plus de 42 000 effets indésirables, sans parler du taux de myocardite dans le groupe d'âge des 15 à 17 ans qui était 133 fois plus élevé que dans la population de référence non vaccinée. Comment un tel produit a-t-il pu être approuvé? Comment l'utilisation d'un tel produit a-t-elle pu être encouragée et encore moins poursuivie?

Les analyses risques/avantages justifient-elles l'utilisation des vaccins contre le virus Wuhan pour tous?

Compte tenu de ces relations risques/avantages problématiques associées aux vaccins, il n'est pas étonnant que les professionnels de l'aviation comme Matt préfèrent s'abstenir. Ils n'inspirent certainement pas confiance dans la décision irrationnelle d'intégrer des programmes de vaccination de masse obligatoires, comme le fait actuellement le Canada, en proposant des modifications aux dispositions de son Code du travail. Dans le même ordre d'idées, mais dans un cadre différent, nous voyons les nations du monde gaspiller un billion de dollars pour atteindre les objectifs de l'Agenda 2030 associés au « changement climatique ». Compte tenu des données en temps réel, on peut considérer que ces dépenses sont totalement irrationnelles, l'argent étant dépensé pour une mauvaise science qui refuse de reconnaître la réalité objective du refroidissement planétaire. Parmi les autres résultats irrationnels, citons la fermeture des voyages internationaux pour les personnes non vaccinées, alors même que des migrants et des réfugiés illégaux franchissent librement nos frontières, respectivement à Roxham Road et en provenance d'Ukraine. On peut se demander, si des programmes mondialisés tels que ceux-ci entraînent des résultats aussi irrationnels, si nous ne devrions pas prendre les décisions plus près locales, avec des personnes en qui nous pouvons avoir confiance?

L'externalisation de la prise de décision donne-t-elle lieu à des résultats irrationnels?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags