C3RF Update, 20 May 2022 – Be not afraid


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! May is C3RF Funding Drive month - see notice below!


View! C3RF “In Hot” interview with Marcin Lewandowski


View! All C3RF “In Hot” interviews here


Review and participate in Version 8.0 of C3RF’s “One Stop Tyrant Shop”


Take a look at V8.0 of the “One Stop Tyrant Shop” to check out new additions. These changes are in bold text and link to efforts, initiatives and information that address and inform on individual line items in the “One Stop” table. This latest 8.0 version highlights the implementation of new tyrannical measures including:

  • Canadian efforts to offshore national sovereignty over public health responses to pandemics by supporting U.S. amendments to WHO regulations;

  • Canadian efforts to offshore national sovereignty over public health responses to pandemics by supporting a new WHO treaty along with a link to a related petition;

  • passage in the House of Commons of a “Motion 11” that forestalls committee work and breaks constitutional quorum requirements; and

  • the importation of the concept of affording governments a “margin of appreciation” so that fundamental, individual rights may be more easily displaced by government mandates.

 

Be not afraid


Peace I leave with you, my peace I give unto you: not as the world giveth, give I unto you. Let not your heart be troubled, neither let it be afraid. John 14:27


Last week’s “In Hot” interview with New Blue Party of Ontario candidate, Marcin Lewandowski, was remarkable for the historical analogies it brought to the fore. Of greatest interest to believers in individual rights and freedoms were those that were drawn between the Poland of the 70s and 80s and present-day Canada. Mr. Lewandowski related how, in 1979, a Poland mired in communism and human rights failures had its hopes lifted by the visit of Pope John Paul II. He noted that the Pope’s hopeful messaging was magnified tremendously by the sheer sizes of the crowds that assembled to hear a Polish Pope speak to the Polish people. For the first time in a very long time Poles immersed within a crowd of millions were able to look around and understand that they were not alone. They were not the only ones who yearned for the personal freedom to make their own life plans within a free Poland.

Pope John Paul II speaking to millions in 1979 Poland

The 1979 visit of Pope John Paul II to Poland would go on to inspire the peaceful Solidarity Movement of the 80s and 90s – a movement that would be a major player in the taking down of the Iron Curtain that separated Western and Eastern Europe. It was as if the Poles were acting upon the Pope’s famous words from his first inaugural address in 1978, “Be not afraid – open wide the doors for Christ”, as they took to underground “Samizdat” publishing and organized against the state to bring human freedom and dignity back to Polish citizens and their families. The analogy with Canada’s own Freedom Convoy 2022 is inescapable as, in present-day Canada, Canadians came to see they were not alone in feeling isolated and downtrodden by state mandates. As in 1979 Poland, state authorities were put on a back foot and confused by the loss of a favourite weapon – fear. Perhaps of even greater concern to them was the fact that, as Mr. Lewandowski observed, it took Solidarity a decade to realize success while things seemed to be moving much faster in the Canada of 2022.

Marcin Lewandowski - fight for freedom moving much faster in Canada now than in 1980s Poland?

The Solidarity/ Freedom Convoy 2022 analogy contains a worrisome twist for one Canadian political party in the form of the New Democratic Party of Canada (NDP). How ironic is it that both parties prioritize working class issues but, while Solidarity succeeded in doing so, the NDP of today has actually aligned itself with forces dedicated to repressing blue-collar Canadians. The Party, under leader Jagmeet Singh, has strayed far from the visions of the NDP’s founding leader, Tommy Douglas. Douglas was a hard-nosed pragmatist who believed in government planning that benefitted the working class rather than running roughshod over it by implementing unjustified mandates and edicts. Indeed, if we transposed today’s NDP into 1979 Poland we would very likely see it working on behalf of the communist government of the day!

NDP leader Jagmeet Singh - would he have been working for Polish communism in 1979?
 

Roosters laying eggs


So have no fear of them, for nothing is covered that will not be revealed, or hidden that will not be known. Matthew 10:26


As it stands now, Mr. Singh finds himself on the receiving end of insults coming from the same salt-of-the-earth Canadians that used to be stalwart supporters of a pragmatic, socialist NDP. He has assessed that such invective has its roots in the polarization of the Canadian political scene that is being perpetrated by irresponsible politicians who are stoking hostility. What he fails to consider, however, is the part being played by a Liberal-NDP uni-party that is using wedge politics, in the form of vaccine mandates, to divide Canadians. In hitching his wagon to the Liberals and participating in the politics of demagoguery, he appears much like a third-world leader pitting one tribe against another. A far cry from the principled leadership displayed consistently by Tommy Douglas?

Founding leader of the NDP - Tommy Douglas

The insults and mockery being levelled at the Liberal-NDP uni-party is not good for the solidarity of either party. Indeed, it might even force the latter party to peel away from the alliance in order to retain at least a portion of its once solid base. That being the case, Canadians might be in for a federal election much sooner than the 2025 target date foreseen by current uni-party plans. This eventuality appears to be more than likely now that Liberal policies, conceived as early as 2015, are coming home to roost. These include those that have vociferously insisted that Canada is a racist, genocidal country and is now the first post-national state – a state where roosters can lay eggs if they so imagine.

Post national Canada - a state where the roosters lay eggs

Canada as a racist, transphobic state is the downstream conclusion propagated by the “cancel culture” narratives associated with Motion M-103 (Islamophobia), Bill C-16 (Gender Identity and Expression) and Bill C-4 (Conversion Therapy). Problem is, these underpinning narratives were allowed to proceed uncontested with little or no debate even as main stream media outlets actively participated in suppressing such rebuttal. The cacophony of orchestrated approval of such legislative efforts are so powerful that preening politicians fell over each other to be their greatest supporters. And so it was that the Conservative Party established its postmodern bona fides by unanimously moving to speed Bill C-4 through the legislative process without debate. Let the irreversible hormone treatments and surgeries commence in the name of affirming the sexual orientations and identities of confused little ones! Let roosters lay eggs.

Conservative opposition justice critic Rob Moore moved to approve Bill C-4 unanimously
 

The definition of insanity


They speak falsehood to one another;

With flattering lips and with a double heart they speak. Psalm 12:2


And so we see Canada morphing into a land where anything is possible if only it can be imagined and then narrated ad nauseum. Men can be women, women, men and roosters can lay eggs. Not only that, Canada, on its own, can provide the leadership that will inspire the world to hold increases in global temperatures to less than 1.5 degrees centigrade above pre-industrial levels as per the Paris Agreement. This, even though Canada pumps out less than 1.6% of the world’s green house gases. Again, a bit of uncontested narrative and a dollop of crippling carbon taxes will see our hero politicians save the day. No need to mention the fact that Canada may already be a “net-zero” nation by virtue of the fact that it's forests and lands absorb 20 to 30% more carbon than the country produces. Unless its all about virtue signalling, why should Canada destroy its national economy over climate change when a solution is already at hand?

If planting trees is good for climate change, why can't we take credit for the ones we already have?

Similarly in other fields of science, we are seeing narratives being raised that support new notions of how to educate the young and deal with viruses even though they confound objective reality. In the former case, we see schools in British Columbia, on First Nations territory no less, giving four-year-olds homework on where and how best to masturbate at home. In the latter instance, epidemiological practices that have worked for centuries must be shunted aside so that society, along with its supply chains and economy, can be more easily destroyed. No lessons can be learned as we are told to get ready for yet more lockdowns and vaccines in the fall time frame even as new, uncontestable treaties are put in place to ensure that future pandemics are handled by global agencies beyond the reach of a Canadian voter. We must do the same thing over and over again because the narrative says so – even though it deconstructs personal liberty, the traditional nuclear family, a free enterprise economy and is the very definition of insanity.

Are governments really working to benefit you, your family and community?

The time of the public-writ-large sitting back politely and pretending to believe in nonsensical narratives has come and gone. The realization has set in that they exist as magical concoctions that are being foisted upon a guinea pig population. It has all become too real now that kindergarteners are undergoing sexual grooming and teenagers are being indoctrinated into a brave new world where there are dozens of different kinds of genders. There is a rumbling across the land as the ground begins to shift from polite resignation to indignation. Witness Diane Bederman’s recent declaration of war on the leadership of the land. She spares no horses in drawing attention to the lies and manipulations of political leaders who have no qualms about cutting off the fundamental liberties of Canadians even as they aid and abet globalist projects with the public’s purse. Perhaps Pope John Paul II’s entreaty to “be not afraid” does not apply to them?

Diane Weber Bederman – Canadians deserve better leadership?
 

May is C3RF fund drive month


The past year has been extremely busy for C3RF as attacks on your Charter Rights have accelerated and spread over an increasing number of initiatives. With your help, we have been able to push back on many fronts. Furthermore, in this year of the Wuhan virus, we have fought vigorously on your behalf to preserve these same civil liberties as governments move to tear them down in knee-jerk fashion. Never has the country faced such a sustained and unprincipled attack on its hard-won freedoms – not in any world war or any national confrontation.


All this to say we are defenseless without your financial support and that support is required now as the threats continue to pile up. Accordingly, we have decided to dedicate the month of May to replenishing our coffers in advance of a very busy fall and winter season. Hopefully this approach will meet with your favour and keep us from talking of such things on a continuous basis throughout the year. We suggest an amount of $50.00 annually to help us fight for Canadian security, freedoms and values so that you, your children and grandchildren will continue to enjoy the free country that Canada has been to this point.


Keep in mind that Monthly donations, no matter how small, even $5/month, help us plan our finances in advance and provide us with greater flexibility.Also keep in mind that donations in kind, such as computer services and even legal advice can help greatly. Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Note! Mai est le mois de la campagne de financement du C3RF - voir l'avis ci-dessous!


A voir! C3RF "In Hot" interview avec Marcin Lewandowski


A voir! Toutes les interviews « In Hot » du C3RF ici


Regardez et participez à «La version 8.0 de one stop tyrant shop » du C3RF


Jetez un coup d'œil à la version 8.0 du « One Stop Tyrant Shop » pour vérifier les nouveaux ajouts. Ces changements sont en caractères gras et renvoient à des efforts, des initiatives et des informations qui traitent et informent sur les points individuels du tableau « One Stop ». Cette dernière version 8.0 met en évidence la mise en œuvre de nouvelles mesures tyranniques, notamment:

  • Les efforts canadiens pour délocaliser la souveraineté nationale sur les réponses de santé publique aux pandémies en soutenant les amendements américains aux règlements de l'OMS;

  • les efforts du Canada pour délocaliser la souveraineté nationale sur les réponses de santé publique aux pandémies en soutenant un nouveau traité de l'OMS, ainsi qu'un lien vers une pétition connexe;

  • l'adoption à la Chambre des communes de la « motion 11 » qui empêche le travail en comité et brise les exigences constitutionnelles en matière de quorum; et

  • l'importation du concept d'accorder aux gouvernements une « marge d'appréciation » afin que les droits individuels fondamentaux puissent être plus facilement supplantés par les mandats gouvernementaux.

 

Ne vous alarmez pas: n'ayez pas peur


Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point. Jean 14:27 (Louis Segond 1910)

L'interview « In Hot » de la semaine dernière avec le candidat du Nouveau parti bleu de l'Ontario, Marcin Lewandowski, était remarquable pour les analogies historiques qu'elle a mises en évidence. Celles qui ont été établies entre la Pologne des années 70 et 80 et le Canada d'aujourd'hui sont les plus intéressantes pour les défenseurs des droits et libertés individuels. M. Lewandowski a raconté comment, en 1979, une Pologne embourbée dans le communisme et les violations des droits de l'homme a vu ses espoirs ravivés par la visite du pape Jean-Paul II. Il a noté que le message d'espoir du pape a été amplifié par la taille des foules qui se sont rassemblées pour entendre un pape polonais s'adresser au peuple polonais. Pour la première fois depuis très longtemps, les Polonais immergés dans une foule de millions de personnes ont pu regarder autour d'eux et comprendre qu'ils n'étaient pas seuls. Ils n'étaient pas les seuls à aspirer à la liberté dans une Pologne libre.

Le pape Jean-Paul II s'adresse à des millions de personnes en Pologne en 1979

La visite du pape Jean-Paul II en Pologne en 1979 allait inspirer le mouvement pacifique Solidarność des années 80 et 90, un mouvement qui allait jouer un rôle majeur dans la chute du rideau de fer qui séparait l'Europe occidentale de l'Europe orientale. C'était comme si les Polonais agissaient selon les célèbres paroles du Pape lors de son premier discours inaugural en 1978, « N’ayez pas peur! Ouvrez, ouvrez toutes grandes les portes au Christ!», alors qu'ils prenaient le chemin de la publication clandestine « Samizdat » et s'organisaient contre l'État pour ramener la liberté et la dignité humaine aux citoyens polonais et à leurs familles. L'analogie avec le convoi de la liberté 2022 du Canada est inévitable, car dans le Canada d'aujourd'hui, les Canadiens ont compris qu'ils n'étaient pas les seuls à se sentir isolés et opprimés par les mandats de l'État. Comme en Pologne en 1979, les autorités étatiques ont été désorientées par la perte d'une arme favorite - la peur. Ce qui les préoccupe peut-être encore plus, c'est le fait que, comme l'a fait remarquer M. Lewandowski, il a fallu dix ans à Solidarité pour connaître le succès, alors que les choses semblent aller beaucoup plus vite dans le Canada de 2022.

Marcin Lewandowski: la lutte pour la liberté avance beaucoup plus vite au Canada aujourd'hui que dans la Pologne des années 1980?

L'analogie entre Solidarność et le Convoi de la liberté 2022 contient une tournure inquiétante pour le Nouveau parti démocratique du Canada (NPD). Il est ironique que les deux partis accordent la priorité aux problèmes de la classe ouvrière mais, alors que Solidarité a réussi à le faire, le NPD d'aujourd'hui s'est en fait aligné sur les forces qui se consacrent à la répression des cols bleus canadiens. Le parti, sous la direction de Jagmeet Singh, s'est éloigné des visions du chef fondateur du NPD, Tommy Douglas. Douglas était un pragmatique endurci qui croyait en une planification gouvernementale qui profitait à la classe ouvrière plutôt que de la bafouer en mettant en œuvre des mandats et des décrets non justifiés. En effet, si nous transposions le NPD d'aujourd'hui dans la Pologne de 1979, nous le verrions très probablement travailler pour le compte du gouvernement communiste de l'époque!

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, aurait-il travaillé pour le communisme polonais en 1979?
 

Les coqs pondent des œufs


Ne les craignez donc point; car il n’y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être connu. Matthieu 10:26 (Louis Segond 1910)


Dans l'état actuel des choses, M. Singh se retrouve à recevoir des insultes de la part des mêmes Canadiens de souche qui étaient autrefois de fervents partisans d'un NPD pragmatique et socialiste. Il a estimé que ces invectives trouvent leur origine dans la polarisation de la scène politique canadienne, perpétrée par des politiciens irresponsables qui attisent l'hostilité. Ce que M. Singh ne semble pas tenir compte, cependant, c'est le rôle joué par un parti libéral et néo-démocrate uni qui utilise une politique de division, sous la forme de mandats vaccinaux, pour diviser les Canadiens. En s'associant aux libéraux et en participant à la politique de la démagogie, il ressemble beaucoup à un dirigeant du tiers-monde qui dresse une tribu contre une autre. On est loin du leadership fondé sur les principes de Tommy Douglas?

Chef fondateur du NPD - Tommy Douglas

Les insultes et les moqueries dont fait l'objet l'alliance libérale-néo-démocrate ne sont pas bonnes pour la solidarité des deux partis. En effet, cela pourrait même forcer ce dernier parti à se détacher de l'alliance afin de conserver au moins une partie de sa base autrefois solide. Dans ce cas, les Canadiens pourraient être confrontés à des élections fédérales beaucoup plus tôt que la date cible de 2025 prévue par les plans actuels de l'unipartisme. Cette éventualité semble plus que probable maintenant que les politiques libérales, conçues dès 2015, se retournent contre eux. Il s'agit notamment de celles qui ont insisté avec véhémence sur le fait que le Canada est un pays raciste et génocidaire et qu'il est désormais le premier État post-national - un État où les coqs peuvent pondre des œufs s'ils l'imaginent.

Le Canada post-national - un état où les coqs pondent des œufs

Le Canada en tant qu'État raciste et transphobe est la conclusion propagée par les récits de «cancel culture» associés à la motion M-103 (islamophobie), au projet de loi C-16 (identité et expression sexuelles) et au projet de loi C-4 (thérapie de conversion). Le problème, c'est que les récits sous-jacents ont été autorisés à se poursuivre sans être contestés, avec peu ou pas de débat, même si les principaux médias ont activement participé à la suppression de toute réfutation. La cacophonie de l'approbation orchestrée de ces efforts législatifs est si puissante que les politiciens prétentieux se bousculent pour être leurs plus grands partisans. Et c'est ainsi que le Parti conservateur a établi sa bonne foi postmoderne en proposant à l'unanimité d'accélérer le processus législatif du projet de loi C-4 sans débat. Que les traitements hormonaux et les chirurgies irréversibles commencent au nom de l'affirmation de l'orientation et de l'identité sexuelles de petits êtres confus! Que les coqs pondent des œufs.

Le porte-parole de l'opposition conservatrice en matière de justice, Rob Moore, a proposé d'approuver le projet de loi C-4 à l'unanimité
 

La définition de la folie


On se dit des faussetés les uns aux autres, On a sur les lèvres des choses flatteuses,

On parle avec un cœur double.. Psaumes 12:2 (Louis Segond 1910)


Ainsi, nous voyons le Canada se transformer en un pays où tout est possible, à condition de l'imaginer et de le raconter ad vitam aeternam. Les hommes peuvent être des femmes, les femmes, des hommes et les coqs peuvent pondre des œufs. De plus, le Canada, à lui seul, peut assurer le leadership qui incitera le monde à maintenir l'augmentation des températures mondiales à moins de 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels, conformément à l'Accord de Paris. Et ce, même si le Canada émet moins de 1,6 % des gaz à effet de serre dans le monde. Là encore, un peu de narration incontestée et une bonne dose de taxes sur le carbone paralysantes permettront à nos héros politiques de sauver la situation. Inutile de mentionner que le Canada est peut-être déjà une nation « nette zéro » du fait que ses forêts et ses terres absorbent 20 à 30 % de carbone de plus que ce que le pays produit. À moins qu'il ne s'agisse d'une question de vertu, pourquoi le Canada devrait-il détruire son économie nationale à cause du changement climatique alors qu'une solution est déjà à portée de main?

Si planter des arbres est bon pour le changement climatique, pourquoi ne pouvons-nous pas nous féliciter de ceux que nous avons déjà?

De même, dans d'autres domaines scientifiques, nous assistons à l'émergence de récits qui soutiennent de nouvelles notions sur la manière d'éduquer les jeunes et de traiter les virus, même si elles contredisent la réalité objective. Dans le premier cas, nous voyons des écoles de Colombie-Britannique, sur le territoire des Premières nations, donner à des enfants de quatre ans des devoirs sur le lieu et la manière de se masturber à la maison. Dans le second cas, les pratiques épidémiologiques qui ont fonctionné pendant des siècles doivent être mises de côté pour que la société, ainsi que ses chaînes d'approvisionnement et son économie, puissent être plus facilement détruites. Aucune leçon ne peut être tirée si l'on nous dit de nous préparer à de nouvelles fermetures et à de nouveaux vaccins à l'automne,alors même que de nouveaux traités coulés de le béton sont mis en place pour garantir que les futures pandémies seront gérées par des agences mondiales hors de la portée d'un électeur canadien. Nous devons faire la même chose ad vitam aeternam parce que le récit le dit - même si cela détruit la liberté personnelle, la famille traditionnelle, une économie de libre entreprise et est la définition même de la folie.

Les gouvernements travaillent-ils vraiment pour votre bien, celui de votre famille et de votre communauté?

Le temps où le grand public s'asseyait poliment et faisait semblant de croire à des récits absurdes est révolu. On s'est rendu compte qu'il s'agissait de concoctions magiques que l'on imposait à une population de cobayes. Tout cela est devenu trop réel maintenant que les enfants de maternelle subissent un toilettage sexuel et que les adolescents sont endoctrinés dans un « Meilleur des Mondes » où il existe des dizaines de genres différents. Un grondement se fait entendre dans tout le pays, alors que le terrain commence à passer de la résignation polie à l'indignation. La récente déclaration de guerre de Diane Bederman aux dirigeants du pays témoigne de ce fait. Elle n'épargne rien pour attirer l'attention sur les mensonges et les manipulations des dirigeants politiques qui n'ont aucun scrupule à restreindre les libertés fondamentales des Canadiens alors même qu'ils aident et soutiennent les projets mondialistes avec les fonds publics. Peut-être que l'exhortation du pape Jean-Paul II à « ne pas avoir peur » ne s'applique pas à eux.

Diane Weber Bederman - Les Canadiens méritent un meilleur leadership?
 

Le mois de mai est le mois de la collecte de fonds du C3RF


L'année écoulée a été extrêmement chargée pour le C3RF, les attaques contre vos droits garantis par la Charte s'étant accélérées et s'étant étendues à un nombre croissant d'initiatives. Avec votre aide, nous avons pu faire reculer de nombreux fronts. Plus que cela, en cette année du virus de Wuhan, nous nous sommes battus vigoureusement en votre nom pour préserver ces mêmes libertés civiles alors que les gouvernements s'efforcent de les détruire de manière impulsive. Jamais le pays n'a été confronté à une attaque aussi soutenue et sans principe contre ses libertés durement gagnées, et ce, dans aucune guerre mondiale ni aucun conflit national.


Tout cela pour dire que nous sommes sans défense sans votre soutien financier et que ce soutien est nécessaire maintenant que les menaces continuent de s'accumuler. C'est pourquoi nous avons décidé de consacrer le mois de mai à reconstituer nos coffres avant une saison automnale et hivernale très chargée. Nous espérons que cette approche vous sera favorable et nous empêchera de parler de ces choses de façon continue tout au long de l'année. Nous suggérons un montant de 50,00 $ par an pour nous aider à lutter pour la sécurité, les libertés et les valeurs Canadiennes afin que vous, vos enfants et petits-enfants continuent de profiter du pays libre qu'a été le Canada jusqu'à présent.


Gardez à l'esprit que les dons mensuels, même petits, même de 5 $ par mois, nous aident à planifier nos finances à l'avance et nous donnent une plus grande souplesse. N'oubliez pas non plus que les dons en nature, tels que les services informatiques et même les conseils juridiques, peuvent être d'une grande aide. Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags