C3RF Update, 21 Jan 2022 – Mushroom nation


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! Mama Bears partner with Police on for Guard for Thee to say “It’s OK to Wait” when it comes to vaccinating your kids. Take a look!

 

Mushroom nation


One can be forgiven for believing that Canada has come to be ruled by a progressively secretive regime over the course of the past seven years. This accelerating process can be seen to have taken root in 2015 with the ascension of the Liberal Party to majority rule in their election win of that year. How odd that the new majority government would promise a new era of transparency that would become “a fundamental principle across the federal government” only to go on to carefully cosset and conceal selected bits of information. Rather than letting the truth shine through, the poor denizens of the nation would be shielded from the harsh realities of the day by a ruling class intent on keeping its secrets. It was, and is, almost as if these same citizens came to reside in a dark place sustained by bowls of slurry in the form of silence, half-truths and outright lies - like mushrooms in a mushroom farm they are kept in the dark and fed crap.

Canadians – mushrooms kept in the dark and fed crap?

Efforts aimed at controlling the information that Canadians have access to are legion and can be traced back to the beginnings of the Liberal regime. Not to be confused with alleged run-of-the-mill scandals and suspicious exchanges of monies and favours, like million dollar contributions to the Trudeau Foundation by Chinese Communist Party-endorsed industry groups or the Aga Khan vacation kerfuffle, these instances involve information campaigns that either hide the truth or invent alternative narratives designed to confuse and confound. In the former case we have the WE and Winnipeg Level 4 Laboratory scandals that speak to the concerted use of political power to hide information from our political representatives. In the case of the WE outrage we saw the Liberal government actually prorogue Parliament to avoid an investigation and then go on to shut down committee proceedings when the opposition sought to revive it. In the case of the Winnipeg Level 4 lab controversy, we saw an unprecedented move by the Liberal government to take the Speaker of the House to court in an effort to forestall the provision of documents relevant to the firing of two Chinese scientists from the Winnipeg facility in 2019. Damn parliamentary privilege, there are some things that Canadians just can’t see when it comes to the workings of a federal government.

Why were Xiangguo Qiu and husband Keding Cheng fired from a Canadian Level 4 virology lab?

Then we have those many instances where the government initiated projects to better control and shape narratives that benefitted their political objectives. These include core pieces of legislation that will give it the power to punish those seen to be out of step with such efforts, including the revival of Bills C-10 and 36 from the last sitting of Parliament. These bills have been discussed in these pages on previous occasions and include the ability to place miscreants under house arrest if someone even thinks they are about to commit a “thought crime”. This penchant to control and shape public narratives is not confined to rulemaking but extends to government agency operations as well. How else to explain a new RCMP initiative that encourages you to “snitch” on your “hateful” neighbours or our own military creating propaganda campaigns aimed at shaping your opinions on the government’s handling of the Wuhan virus crisis? One wonders, are the police and military the only government agencies involved in Operation “mushroom nation”?

Is the Canadian state watching over you?
 

Mushroom medicine


Not to be outdone, the advent of a worldwide medical crisis, in the form of the Wuhan virus pandemic, opened the door for the nation’s most powerful government agencies to conduct their own propaganda campaigns. Included, of course, are the myriad public health agencies that span both federal and provincial jurisdictional control and have unimpeded access to the public purse through both levels. One-payer, socialized medicine was a perfect medium for the propagation of skewed messaging capable of moving the public into a state of “mass formation thinking”. After all, this massive, centralized system is tightly controlled by a small number of highly placed bureaucrats that can easily commit to a common messaging scheme. As noted in last week’s update, this messaging includes “flatten the curve”, vaccines are the magic bullet and it’s a “pandemic of the unvaccinated”. Messages that will suffer no opposition.

Is Canada an easy target for medical propaganda?

In the end, and given political leaders that are either in league with this tightly knit group of medical bureaucrats or afraid of the media onslaught that would follow if they opposed it, a whole nation is taken over by the unelected and their uncontested emergency edicts. It’s hard to see this new system of governance as anything but “medical fascism” and it’s just as hard to see how it can be broken absent any ability for countervailing viewpoints to come forward in an open, rational and public debate. This is “mushroom medicine” at its most powerful and this is a grand vehicle for the immolation of an entire society – a society formerly built up on the concept of free men and women exercising free will within a system of governance that respected the rule of law. Kind of like what is posited in the Magna Carta of 1215 and our own Charter “preamble” from 1982.

Is "medical fascism" occluding the Preamble of our own Charter?

The side-stepping of individual Charter rights and freedoms to impose measures aimed at soothing the sensibilities of the majority is a dangerous game that risks grave societal outcomes. We can see this taking place now as official, government-sanctioned narratives associated with emergency measures are designated as “right think” worthy of displacing countervailing “wrong think” ideas. The concomitant diminishment of free speech that is required to give succor to these sanctioned narratives only works to cripple any application of a scientific method that is central to discerning truthfulness from falsehood. We have seen this happen over and over again during the course of the last two years as individual rights have been sacrificed in the name of unsubstantiated pandemic measures. Measures that have only resulted in five successive waves of contagion with no end in sight and no discussion of alternate approaches allowed.

Is it wise to clamp down on speech that proposes alternative solutions?
 

Mushroom cloud


Problem is, governing through unsubstantiated emergency mandates stands to set off a chain reaction capable of disassembling society itself. The resulting collapse risks the formation of a towering mushroom cloud free to blow its radioactive toxins throughout the land. We are beginning to see these toxins impacting children, both in and outside of the womb, as “spontaneous abortions” are reported to be skyrocketing and the immune systems of school children risk degradation. The reckless endangerment of our young ones may stand to set off a number of other chain reactions capable of impacting Canadian society for generations to come. But what of more immediate societal concerns? Concerns that include the ability to feed one’s family in the here and now?

Are uncontested pandemic measures creating a toxic mushroom cloud?

Feeding that family just might become a very arduous chore in the coming weeks given a Canadian government decision to shut down the American border to unvaccinated truckers. Those of the American persuasion who are unjabbed (about 40% of the total) will be turned back at this border while Canadian drivers (some 10%) will need to show a negative PCR test within the past 72 hours before being placed into quarantine for 14 days. The knock-on effects of such restrictions stand to decimate already strained supply chains and result in empty shelves accompanied by additional and inevitable inflationary pressures. All this hurt with no explanation given on just how this will improve the public health picture – especially given the experiences of the past two years when unrestricted cross-border trucking did not result in a noticeable spread of contagion? If none of this makes sense, how can it be about public health?

Is the Canadian government making a supply chain mess that has nothing to do with public health?

Journalist Spencer Fernando posits that, when it comes to cross border trucking restrictions, it appears that the Canadian government, under Prime Minister Trudeau, is purposely damaging the national economy. After all, what better way to accrue power than to cause troubles, blame a scapegoat, and then impose additional draconian measures to become the hero-of-the-day? Related developments in Quebec on this count might be instructive as this province is undoubtably leading the charge for the vaccine mandates and passports that are now being forced upon our, heretofore, “essential” trucking industry. This province is on record, through highly placed medical bureaucrat Gaston De Serres, as stating that administrative efficiency, not public health, is the driver in determining when the province will make the acquisition of booster shots a new condition for the validation of related vaccine passports. Public health be damned, we have a vaccine passport system to run and its needs are paramount. But back to Mr. Fernando’s assertions – if it quacks like a duck…?

Spencer Fernando wonders if the aim of Wuhan virus measures is to damage Canada
 

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Note! Mama Bears s'associe à « Police on for Guard for Thee » pour dire qu'il n'y a pas de mal à attendre lorsqu'il s'agit de vacciner vos enfants. Regardez!

 

Le Canada: une champignonnière


On peut être pardonné de croire que le Canada a fini par être dirigé par un régime de plus en plus secret au cours des sept dernières années. Ce processus accéléré a pris racine en 2015 avec l'accession du Parti libéral majoritaire lors de sa victoire aux élections de cette année-là. Il est étrange que le nouveau gouvernement majoritaire ait promis une nouvelle ère de transparence qui deviendrait « un principe fondamental dans l'ensemble du gouvernement fédéral », mais qu'il ait ensuite soigneusement protégé et dissimulé certaines informations. Plutôt que de laisser la vérité transparaître, les pauvres habitants de la nation seraient protégés des dures réalités du jour par une classe dirigeante déterminée à garder ses secrets. C'était, et cela reste, presque comme si ces mêmes citoyens avaient fini par résider dans un endroit sombre alimenté par des bols de purin sous forme de silence, de demi-vérités et de mensonges purs et simples - comme des champignons dans une champignonnière qui sont maintenus dans l'obscurité et nourris de conneries.

Les Canadiens - des champignons gardés dans l'obscurité et nourris avec du purin?

Les efforts visant à contrôler l'information à laquelle les Canadiens ont accès sont nombreux et peuvent être retracés depuis les débuts du régime libéral. Il ne faut pas les confondre avec les scandales habituels et les échanges suspects d'argent et de faveurs, comme les contributions d'un million de dollars à la Fondation Trudeau par des groupes industriels soutenus par le Parti communiste chinois ou l'affaire des vacances de l'Aga Khan, mais plutôt avec les campagnes d'information qui cachent la vérité ou inventent d'autres récits conçus pour confondre les gens. Dans le premier cas, nous avons les scandales de WE et du laboratoire de niveau 4 de Winnipeg qui témoignent de l'utilisation concertée du pouvoir politique pour cacher des informations à nos représentants politiques. Dans le cas du scandale de WE, nous avons vu le gouvernement libéral proroger le Parlement pour éviter une enquête, puis mettre fin aux travaux du comité lorsque l'opposition a cherché à les relancer. Dans le cas de la controverse sur le laboratoire de niveau 4 de Winnipeg, nous avons assisté à une démarche sans précédent du gouvernement libéral qui a intenté une action en justice contre le président de la Chambre dans le but d'empêcher la communication de documents relatifs au licenciement de deux scientifiques chinois du laboratoire de Winnipeg en 2019. Que le diable emporte le privilège parlementaire! Il y a des choses que les Canadiens ne peuvent tout simplement pas voir lorsqu'il s'agit des rouages d'un gouvernement fédéral.

Pourquoi Xiangguo Qiu et son mari Keding Cheng ont-ils été licenciés d'un laboratoire de virologie canadien de niveau 4?

Ensuite, il y a les nombreux cas où le gouvernement a lancé des projets visant à contrôler ou à façonner les récits au profit de ses objectifs politiques. Ces projets comprennent des textes législatifs fondamentaux qui lui donneront le pouvoir de punir ceux qui ne sont pas en phase avec ces efforts, y compris la reprise des projets de loi C-10 et 36 de la dernière séance du Parlement. Ces projets de loi ont déjà été discutés dans ces pages à plusieurs reprises et prévoient la possibilité d'assigner à résidence les mécréants si quelqu'un pense qu'ils sont sur le point de commettre un « Crimepensée ». Ce penchant à contrôler et à façonner les récits publics ne se limite pas à l'élaboration de règles, mais s'étend également aux activités des organismes gouvernementaux. Comment expliquer autrement une nouvelle initiative de la GRC qui vous encourage à la délation envers vos voisins « haineux » ou la création par nos propres militaires de campagnes de propagande visant à façonner vos opinions sur la façon dont le gouvernement a géré la crise du virus Wuhan? On peut se demander si la police et l'armée sont les seuls organismes gouvernementaux impliqués dans l'opération « nation champignonnière ».

L'État canadien veille-t-il sur vous?
 

La médecine des champignons


Pour ne pas être en reste, l'avènement d'une crise médicale mondiale, sous la forme de la pandémie du virus de Wuhan, a ouvert la porte aux agences gouvernementales les plus puissantes du pays pour mener leurs propres campagnes de propagande. Parmi ces organismes, on compte bien sûr la myriade d'agences de santé publique qui relèvent à la fois de la compétence fédérale et provinciale et qui ont un accès illimité aux fonds publics à ces deux niveaux. La médecine socialisée à payeur unique était un moyen parfait pour la propagation de messages biaisés capables d'amener le public à un état de « pensée de formation de masse ». Après tout, ce système massif et centralisé est étroitement contrôlé par un petit nombre de bureaucrates haut placés qui peuvent facilement s'engager dans un schéma de message commun. Comme nous l'avons indiqué dans la mise à jour de la semaine dernière, ce message comprend « l'aplatissement de la courbe », les vaccins sont la solution miracle et il s'agit d'une « pandémie de personnes non vaccinées ». Des messages qui ne souffriront d'aucune opposition.

Is Canada an easy target for medical propaganda?

En fin de compte, et avec des dirigeants politiques qui sont soit de mèche avec ce groupe très fermé de bureaucrates médicaux, soit effrayés par l'assaut médiatique qui suivrait s'ils s'y opposaient, une nation entière est prise en charge par les non-élus et leurs décrets d'urgence incontestés. Il est difficile de voir dans ce nouveau système de gouvernance autre chose qu'un « fascisme médical » et il est tout aussi difficile de voir comment il peut être brisé en l'absence de toute possibilité de présenter des points de vue opposés dans un débat ouvert, rationnel et public. C'est la « médecine de la champignonnière » dans toute sa puissance et c'est un véhicule grandiose pour l'immolation d'une société entière - une société autrefois construite sur le concept d'hommes et de femmes libres exerçant leur libre arbitre dans un système de gouvernance qui respectait la règle de droit: un peu comme ce qui est proposé dans la Magna Carta de 1215 et le « préambule » de notre propre Charte de 1982.

Le "fascisme médical" occulte-t-il le préambule de notre propre Charte?

Le fait d'outrepasser les droits et libertés individuels garantis par la Charte pour imposer des mesures visant à apaiser les sensibilités de la majorité est dangereux et risque d'entraîner de graves conséquences pour la société. C'est ce qui se produit aujourd'hui, alors que les récits officiels, sanctionnés par le gouvernement et associés aux mesures d'urgence, sont désignés comme étant des « idées justes », dignes de supplanter les idées contraires « fausses ». La diminution de la liberté d'expression, nécessaire pour soutenir ces récits sanctionnés, ne fait que paralyser toute application de la méthode scientifique qui est essentielle pour discerner la vérité de la fausseté. Nous avons vu cela se produire maintes et maintes fois au cours des deux dernières années, alors que les droits individuels ont été sacrifiés au nom de mesures pandémiques non fondées. Des mesures qui n'ont abouti qu'à cinq vagues successives de contagion, sans fin en vue et sans discussion sur les autres approches possibles.

Est-il judicieux de réprimer les discours qui proposent des alternatives?
 

Champignon atomique


Le problème est que gouverner par le biais de mandats d'urgence non fondés risque de déclencher une réaction en chaîne capable de démanteler la société elle-même. L'effondrement qui en résulterait risquerait de provoquer la formation d'un gigantesque champignon atomique capable de répandre ses toxines radioactives sur tout le territoire. Nous commençons à voir l'impact de ces toxines sur les enfants, à l'intérieur et à l'extérieur de l'utérus, alors que les « avortements spontanés » montent en flèche et que le système immunitaire des écoliers risque de se dégrader. La mise en danger irréfléchie de nos jeunes pourrait déclencher un certain nombre d'autres réactions en chaîne susceptibles d'avoir un impact sur la société canadienne pour les générations à venir. Mais qu'en est-il des préoccupations sociétales plus immédiates? Des préoccupations qui incluent la capacité de nourrir quotidiennement sa famille?

Les mesures incontestées de lutte contre les pandémies créent-elles un champignon toxique?

Nourrir cette famille pourrait bien devenir une tâche très ardue dans les semaines à venir, le gouvernement canadien ayant décidé de fermer la frontière américaine aux camionneurs non vaccinés. Ceux d'entre eux qui ne sont pas vaccinés (environ 40 % du total) seront refoulés à cette frontière tandis que les chauffeurs canadiens (environ 10 %) devront présenter un test PCR négatif au cours des 72 dernières heures avant d'être placés en quarantaine pendant 14 jours. Les effets en chaîne de ces restrictions risquent de décimer des chaînes d'approvisionnement déjà mises à rude épreuve et de se traduire par des rayons vides accompagnés de pressions inflationnistes supplémentaires et inévitables. Tout cela fait mal sans qu'aucune explication ne soit donnée sur la manière dont cela améliorera la situation en matière de santé publique - surtout si l'on tient compte des expériences des deux dernières années, au cours desquelles le transport frontalier par camion sans restriction n'a pas entraîné de propagation notable de la contagion? Si rien de tout cela n'a de sens, comment peut-on parler de santé publique?

Le gouvernement canadien est-il en train de faire un gâchis de la chaîne d'approvisionnement qui n'a rien à voir avec la santé publique?

Le journaliste Spencer Fernando affirme qu'en ce qui concerne les restrictions sur le camionnage frontalier, il semble que le gouvernement canadien, sous la direction du Premier ministre Trudeau, nuise délibérément à l'économie nationale. Après tout, quelle meilleure façon d'accroître le pouvoir que de causer des problèmes, de désigner un bouc émissaire, puis d'imposer des mesures draconiennes supplémentaires pour devenir le héros du jour? L'évolution de la situation au Québec à cet égard pourrait être instructive, car cette province est sans aucun doute à l'origine des mandats de vaccination et des passeports qui sont maintenant imposés à notre industrie du camionnage, jusqu'ici « essentielle ». Le Québec a déclaré, par l'intermédiaire de Gaston De Serres, un bureaucrate médical haut placé, que c'est l'efficacité administrative, et non la santé publique, qui détermine quand la province fera de l'acquisition de vaccins de rappel une nouvelle condition pour la validation des passeports de vaccination. Peu importe la santé publique, nous avons un système de passeports vaccinaux à gérer et ses besoins sont primordiaux. Mais revenons aux affirmations de M. Fernando - si ça cancane comme un canard... ?

Spencer Fernando se demande si les mesures prises par Wuhan pour lutter contre le virus n'ont pas pour but de nuire au Canada
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags