C3RF Update, 23 Jul 2021 – The free speech factor


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

Two sides to every story


Our last “Update” seems to have struck a chord. Recall that it questioned allegations of a Canadian “genocide” against the nation’s aboriginal population. It further suggested that such charges could be seen to be premature given the fact that they were founded upon a growing number “unmarked graves” that were, as of yet, both unsubstantiated and uninvestigated. This plain and simple fact was deduced from Canada’s own Truth and Reconciliation Report (TRC) of 2015 which called for such investigations to get to the bottom of just how these alleged graves came about and just who might be responsible. The absence of such investigations has created an information vacuum that is now allowing “unmarked graves” to be presented as proof positive of a “genocide”. This “blood libel”, in turn, has sparked reprisals in the form of church burnings across Canada. These arsons have been allowed to accelerate into an international cause celebre with over 40 churches torched in the face of few recriminations by the powers-that-be.

"Unmarked graves" at residential schools

“Update” reader, John, was so disturbed by these accusations and developments that he felt compelled to draw attention to other thoughts on Canada’s residential school history. In doing so he drew attention to a 2017 article by Brian Geisbrecht entitled, “Teaching the Residential School History”. This article noted that there were many serious problems with this school system and that the unvarnished truth needed to be taught in schools - “warts and all”. It also noted, however, that this truth was not uniformly evil in that:


  • reports, even from respected journals, knowingly generalized the residential school experience to infer that all, or a majority, of indigenous children were compelled to attend them. This is untrue as a small fraction, only 150,000 such children, attended them;

  • in many instances, residential schools often came into existence at the request of progressive indigenous leaders who were “desperate for a means of educating their children”;

  • residential school children did die in residential schools with tuberculosis, influenza and smallpox but so did their counterparts on reservations. These grim mortality rates were simply consistent with the hazards of the times;

  • sexual abuse did occur in these schools as it did in other institutions where children were vulnerable. It is unfair, however, to assume that the vast majority of good intentioned teachers, supervisors, priests, and nuns working in the schools were anything less than “ordinary, decent people”;

  • along these lines and as mentioned in the Truth and Reconciliation Report, the overwhelming number of sexual assaults were committed by older students on younger ones. It is postulated that this behaviour can be understood by the communities that these children were drawn from – communities that were based on dependency and characterized by many, related social pathologies; and

  • these same residential schools that are being slandered so have sourced many strong and effective indigenous leaders – leaders who recognize the schools as having both positive and negative aspects.

Could it be that there is more to the residential school story than we are being led to believe? Is there another side to the story that just cannot seem to raise its head above the ramparts

Two sides to every story?

Such would seem to be the case when one casts back to what indigenous communities themselves said of such schools when they were in full operation. One such example can be seen in a Regina Leader-Post article from 1971. In it, local chiefs are cited as wanting the infamous Marieval Residential School to not just be maintained but expanded. They worried that the loss of the school would deprive communities of much-needed instruction that promoted discipline and the “old traditions”. The consequences of losing the residential school, they believed, would see children moved from broken homes to foster care where they would most certainly suffer discrimination and maltreatment. One wonders, why are such considerations so missing from today’s debate over residential schools and alleged “unmarked graves”?

Cowessess' Reservation’s former Marieval Residential School

When only one side prevails


The good thing about free and unconstrained debate is the concomitant requirement to use logic and reason for one side to prevail over the other. Unfortunately, disallowing one side to share the public square with its opposition removes the need to argue rationally through facts and real-world data. And so it is with the “unmarked graves” allegations as arguments that question the “genocide” narrative are quickly slapped down with hyperbole and invective. Such was the case when Manitoba’s new Minister of Indigenous Reconciliation and Northern Relations stated that he believed that the residential school system was formed with good intentions. He made this comment at his inaugural news conference and was immediately set upon by an opposition leader who insisted the real purpose of residential schools was to “kill the Indian”. The Minister, who is himself Metis, was forced to back down from his position and admit that he “misspoke”. So much for reasoned and respectful debate of the issues at hand.


Manitoba, Minister of Indigenous Reconciliation, Alan Lagimodiere, attacked at the podium for wrong speak

Such coercive tactics not only serve to shut down counter-narrative arguments, they also serve to embolden increasingly abusive measures. And so we see the former head of the British Columbia Civil Liberties Association, Harsha Walia, call to “burn it all down” when referencing the system of catholic churches within the province. To make matters worse, her Association accepted her resignation with a “heavy heart” as she was “misunderstood” and made to suffer as a “racialized woman”. One can understand how Ms. Walia was “misunderstood” when one notes that even the Prime Minister of Canada put himself on record as saying the torching of churches was “understandable”. One wonders, are the Prime Minister, Ms. Walia and others of their ideological bent so vested in the “genocide” narrative that they are incapable of engaging in meaningful, related debate? Are they capable of taking intent and context into consideration or are they stuck in a black and white world that demands that sons pay for the sins of their fathers?

Harsha Walia, former head of BC Civil Liberties Association

The inability to take intent and context into consideration, or outright ignore them, speaks to an inflexibility that beggars any possibility of capturing the truth required to effect reconciliation. We see this pig-headed rigidity at work in the “unmarked graves” instance and beyond in others that include the Wuhan virus file. In both cases we see preferred narratives in play that demand their solutions be recognized as the only authentic ways forward. Accordingly, counter arguments need to be dispatched with up front ridicule and lies even as they are labelled as “misinformation” worthy of censor. And so we see personalities of bygone days, like Canada’s first Prime Minister, John A. MacDonald, ascribed with evil intent. This, even as Sir John A. is on record as alleviating starvation within the native population, calling for the education of indigenous children to advance their social and moral well-being and championing an aboriginal right to vote. This type of historical revisionism is no friend to the free speech and exchange of ideas that society needs to solve its problems.

Ideas are there and ready for use if they are heard

The free speech factor


Without question, free speech is the hallmark of a liberal democracy and the secret of the success of societies that prioritize such open forms of governance. The unfettered ability for all citizens to involve themselves in the public marketplace of ideas sees the advancement of solutions that are tested in the crucible of real-world rationality. Ideas that are advanced on the basis of their related merit. Such freedom, based on the sanctity of the individual and his or her unalienable, God-given rights, gives a society the ability to continually assess its condition, recognize the error of its ways and correct itself. This ability to “self-correct” on the basis of constant, critical reflection is absent from those systems of governance that are stuck in the quicksand of immovable ideology – like Marxism.

Stuck in the quicksand of ideological rigidity

How ironic is it, then, that the “nattering nabobs of negativity” who are so critical of Western society and its history can extol the virtues of equity over equality and the “common good”. In doing so they assert the superiority of the collective over the sovereignty of the individual and justify curtailments on speech to protect the sensibilities of the former at the expense of the freedom of the latter. Their criticism is ironic, however, in that it fails to recognize that it is individual freedom that paves the way for a society to “self-correct” and overcome its failings. After all, “self-correction” is a characteristic that is sadly missing in their preferred, but hard-wired, tyrannical systems of governance – systems like Communism, Nazism and Fascism.

Tyranny v liberty

It is interesting to note that, as a federal election approaches, the political powers-that-be in Canada see issues like climate change, universal basic income and economic recovery as the major issues of the day. How odd is it that the country’s inability to “flatten” the Wuhan virus curve in a few weeks, as promised, is no where in sight? This, as the year-and-a-half period that followed the onset of the virus were distinguished by an obvious failure to contain the contagion and build out the public health and medical systems to deal with it. The related shortfalls were truly sea-change in nature as they led to the loss of civil liberties and the imposition of a police state in a failed attempt to eradicate a virus. To make matters even worse, this imposition of a never-before-implemented lockdown strategy was affected without public consultation and without any acceptance of ideas that wandered from a lockdown-to-vaccine-only solution. How is it that such seismic and freedom-crushing decisions are not seen as central in any upcoming election deliberations? And how is it that our political leadership has no interest in allowing such questions to come forward? What say we begin to raise them and assess the ability of our political betters to address them?

Federal election on the way in 2021?

Summer schedule


C3RF will be active over the summer vacation period as it monitors national developments that seek to divide and tear Canadians and their social fabric apart respectively.We will be particularly engaged with the Wuhan virus and election files which, between them, have the potential to send Canadians down the path to serfdom.It is anticipated that we will be able to do so, given the nature of the season, with bi-monthly “updates” over the July/ August time frame. Strap in for normal operations in September as, hopefully, our political leaders see fit to reinitiate that which we currently lack; a responsible, representative government.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

La médaille a toujours deux côtés


Notre dernière « mise à jour » semble avoir trouvé un écho particulier. Rappelons qu'elle remettait en question les allégations de « génocide » canadien à l'encontre de la population autochtone du pays. Elle suggérait en outre que de telles accusations pouvaient être considérées comme prématurées étant donné qu'elles étaient fondées sur un nombre croissant de « sépultures anonymes » qui n'étaient, à ce jour, ni corroborées ni étudiées. Ce fait clair et simple a été déduit du rapport de 2015 de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) du Canada, qui demandait que de telles enquêtes soient menées pour faire toute la lumière sur la façon dont ces tombes présumées ont été créées et sur les personnes qui pourraient en être responsables. L'absence de telles enquêtes a créé un vide d'information qui permet aujourd'hui de présenter les « sépultures anonymes » comme la preuve positive d'un « génocide ». Cette « diffamation du sang », à son tour, a déclenché des représailles sous la forme d'incendies d'églises dans tout le Canada. Ces incendies ont été autorisés à se transformer en cause célèbre internationale, avec plus de 40 églises incendiées, sans que les pouvoirs en place ne fassent grand-chose.

Sépultures anonymes près des pensionnats autochtones

Le lecteur de la « mise à jour », John, a été tellement perturbé par ces accusations et ces développements qu'il s'est senti obligé d'attirer l'attention sur d'autres réflexions concernant l'histoire des pensionnats canadiens. Ce faisant, il a attiré l'attention sur un article de 2017 de Brian Geisbrecht intitulé « Teaching the Residential School History ». Cet article souligne que ce système scolaire présente de nombreux problèmes graves et que la vérité nue sans fard doit être enseignée dans les écoles - « avec tous ses défauts ». Il notait également, cependant, que cette vérité n'était pas uniformément mauvaise, car:

  • Des rapports, même dans des revues respectées, ont sciemment généralisé l'expérience des pensionnats pour en déduire que tous les enfants autochtones, ou la majorité d'entre eux, ont été contraints de les fréquenter. C'est faux, car une petite fraction de ces enfants, seulement 150 000, les ont fréquentés;

  • dans de nombreux cas, les pensionnats ont vu le jour à la demande de dirigeants autochtones progressistes qui cherchaient « désespérément un moyen d'éduquer leurs enfants »;

  • les enfants des pensionnats mouraient de la tuberculose, de la grippe et de la variole, mais il en allait de même pour leurs homologues des réserves. Ces sinistres taux de mortalité étaient simplement conformes aux risques de l'époque;

  • Les abus sexuels se sont produits dans ces écoles comme dans d'autres institutions où les enfants étaient vulnérables. Il est toutefois injuste de supposer que la grande majorité des enseignants, des surveillants, des prêtres et des religieuses bien intentionnés travaillant dans ces écoles n'étaient rien d'autre que des « personnes ordinaires et décentes »;

  • Dans le même ordre d'idées, et comme le mentionne le rapport sur la « Vérité et réconciliation », l'écrasante majorité des agressions sexuelles ont été commises par des élèves plus âgés sur des plus jeunes. Il est postulé que ce comportement peut être compris par les communautés dont ces enfants étaient issus - des communautés fondées sur la dépendance et caractérisées par de nombreuses pathologies sociales; et

  • ces mêmes pensionnats qui sont calomniés ont donné naissance à de nombreux leaders autochtones forts et efficaces - des leaders qui reconnaissent que les pensionnats eurent des aspects positifs et négatifs.

Se pourrait-il que l'histoire des pensionnats soit plus complexe que ce que l'on veut nous faire croire ? Existe-t-il un autre aspect de l'histoire qui se cache à l'ombre?

Il y a toujours deux aspects à chaque histoire

Il semblerait que ce soit le cas si l'on se réfère à ce que les communautés autochtones elles-mêmes disaient de ces écoles lorsqu'elles étaient en pleine activité. On peut en trouver un exemple dans un article du Leader-Post de Regina datant de 1971. Dans cet article, les chefs locaux sont cités comme souhaitant que le tristement célèbre pensionnat de Marieval ne soit pas seulement maintenu mais étendu. Ils craignaient que la disparition du pensionnat ne prive les communautés d'un enseignement indispensable qui favorisait la discipline et les « anciennes traditions ». Selon eux, la disparition du pensionnat aurait pour conséquence de transférer des enfants de foyers brisés vers des foyers d'accueil où ils seraient très certainement victimes de discrimination et de mauvais traitements. On peut se demander pourquoi de telles considérations sont si absentes du débat actuel sur les pensionnats et les prétendues « sépultures anonymes »?

L'ancien pensionnat Marieval de la réserve Cowesses

Quand un seul camp l'emporte


Ce qu'il y a de bien dans un débat libre et sans contrainte, c'est l'obligation d'utiliser la logique et la raison pour qu'un camp l'emporte sur l'autre. Malheureusement, en interdisant à un camp de partager la place publique avec son opposition, on supprime la nécessité d'argumenter rationnellement à partir de faits et de données concrètes. C'est le cas des allégations de « sépultures anonymes », car les arguments qui remettent en question le récit du « génocide » sont rapidement balayés par des hyperboles et des invectives. C'est ce qui s'est passé lorsque le nouveau ministre de la Réconciliation autochtone et des Relations du Nord du Manitoba a déclaré qu'il croyait que le système des pensionnats avait été créé avec de bonnes intentions. Il a fait ce commentaire lors de sa conférence de presse inaugurale et a immédiatement été pris à partie par un chef de l'opposition qui a insisté sur le fait que le véritable objectif des pensionnats était de « tuer les Indiens ». Le ministre, qui est lui-même métis, a été contraint de revenir sur sa position et d'admettre qu'il s'était « mal exprimé ». Voilà ce qui en reste du débat raisonné et respectueux des questions en jeu.

le ministre de la Réconciliation autochtone du Manitoba, Alan Lagimodiere, attaqué à la tribune pour avoir mal parlé

Ces tactiques coercitives ne servent pas seulement à étouffer les arguments opposés, elles servent aussi à encourager des mesures de plus en plus abusives. C'est ainsi que nous voyons l'ancienne directrice de l'Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique, Harsha Walia, appeler à « tout brûler » en faisant référence au système d'églises catholiques de la province. Pour ne rien arranger, son association a accepté sa démission avec un « cœur lourd », car elle a été « incomprise » et a dû souffrir en tant que « femme racialisée ». On peut comprendre que Mme Walia ait été « incomprise » quand on sait que même le Premier ministre du Canada a déclaré publiquement que l'incendie des églises était « compréhensible ». On peut se demander si le Premier ministre, Mme Walia et d'autres personnes de leur tendance idéologique sont tellement vendus au récit du « génocide » qu'ils sont incapables de s'engager dans un débat pertinent? Sont-ils capables de prendre en considération l'intention et le contexte ou sont-ils coincés dans un monde en noir et blanc qui exige que les fils paient pour les péchés de leurs pères?

Harsha Walia, ancienne chef de l'Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique

L'incapacité à prendre en considération l'intention et le contexte, ou à les négliger purement et simplement, témoigne d'une rigidité qui exclut toute possibilité de saisir la vérité nécessaire à la réconciliation. Nous voyons cette rigidité à l'œuvre dans le cas des « sépultures anonymes» et, au-delà, dans d'autres cas, notamment celui du dossier du virus de Wuhan. Dans les deux cas, nous voyons des récits préférés en jeu qui exigent que leurs solutions soient reconnues comme les seules voies authentiques à suivre. En conséquence, les contre-arguments doivent être couverts par le ridicule et le mensonge, et sont même qualifiés de « désinformation » digne de la censure. C'est ainsi que des personnalités d'autrefois, comme le premier Premier Ministre canadien, John A. MacDonald, se voient attribuer de mauvaises intentions. Et ce, même si Sir John A. MacDonald a lutté contre la famine au sein de la population autochtone, a préconisé l'éducation des enfants autochtones afin de favoriser leur bien-être social et moral et a défendu le droit de vote des Autochtones. Ce type de révisionnisme historique n'est pas favorable à la liberté d'expression et à l'échange d'idées dont la société a besoin pour résoudre ses problèmes.

Les idées sont là et prêtes à être utilisées si elles sont entendues

Le facteur liberté d'expression


La liberté d'expression est sans conteste la marque de fabrique d'une démocratie libérale et le secret du succès des sociétés qui privilégient ces formes ouvertes de gouvernance. La capacité sans entrave de tous les citoyens à s'impliquer dans le marché des idées permet de faire avancer des solutions qui sont testées dans le creuset de la rationalité d'un univers objectif par des idées qui sont avancées sur la base de leurs mérites respectifs. Une telle liberté, fondée sur le caractère sacré de l'individu et de ses droits inaliénables et divins, donne à une société la capacité d'évaluer continuellement son état, de reconnaître ses erreurs et de se corriger. Cette capacité à « s'auto-corriger » sur la base d'une réflexion critique constante est absente des systèmes de gouvernance qui sont enlisés dans les sables mouvants d'une idéologie inamovible - comme le marxisme.

Coincé dans les sables mouvants de la rigidité idéologique

Quelle ironie, alors, que les « nababs de la négativité » qui critiquent tant la société occidentale et son histoire puissent vanter les vertus de l'équité contre l'égalité et le « bien commun ». Ce faisant, ils affirment la supériorité du collectif sur la souveraineté de l'individu et justifient les restrictions d'expression pour protéger les sensibilités du premier au détriment de la liberté du second. Leur critique est cependant ironique, car elle ne reconnaît pas que c'est la liberté individuelle qui ouvre la voie à une société pour « s'auto-corriger » et surmonter ses défauts. Après tout, l' « autocorrection » est une caractéristique qui fait cruellement défaut dans leurs systèmes de gouvernance tyranniques préférés, - des systèmes comme le communisme, le nazisme et le fascisme.

La tyrannie contre la liberté

Il est intéressant de constater qu'à l'approche d'une élection fédérale, les pouvoirs politiques au Canada considèrent des questions comme le changement climatique, le revenu de base universel et la reprise économique comme les principaux enjeux du jour. Il n'est pas étrange que l'incapacité du pays à « aplatir » la courbe virale de Wuhan en quelques semaines, comme promis, ne soit pas en vue. En effet, la période d'un an et demi qui a suivi l'apparition du virus s'est caractérisée par une incapacité manifeste à contenir la contagion et à mettre en place les systèmes de santé publique et médicaux nécessaires pour y faire face. Les lacunes en la matière ont véritablement changé la société, puisqu'elles ont entraîné la perte des libertés civiles et l'imposition d'un État policier dans une tentative ratée d'éradiquer un virus. Pour aggraver encore les choses, cette imposition d'une stratégie de confinement jamais mise en œuvre auparavant a été effectuée sans consultation publique et sans aucune acceptation des idées qui s'éloignaient d'une solution de confinement à base de vaccins uniquement. Comment se fait-il que des décisions aussi graves et liberticides ne soient pas considérées comme centrales dans les délibérations électorales à venir? Et comment se fait-il que nos dirigeants politiques n'aient aucun intérêt à permettre que de telles questions soient soulevées? Et si nous commencions à les soulever et à évaluer la capacité de nos dirigeants politiques à y répondre?

Des élections fédérales en route en 2021?

Programme d'été


Le C3RF sera actif pendant la période des vacances d'été en surveillant les développements nationaux qui cherchent à diviser et à déchirer les Canadiens et leur tissu social. Nous nous intéresserons particulièrement au virus Wuhan et aux dossiers électoraux qui, à eux deux, ont le potentiel d'envoyer les Canadiens sur le chemin du servage. Compte tenu de la nature de la saison, nous prévoyons de faire des mises à jour bimensuelles en juillet et en août. Nous espérons que nos dirigeants politiques jugeront bon de rétablir ce qui nous fait actuellement défaut: un gouvernement responsable et représentatif.

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts