top of page

C3RF Update, 23 Jun 2023 – Involuntary dissidents


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


 

This isn’t right!


It has been mentioned in past “updates” that pilots in multi-crew aircraft are always on the lookout for phrases that signal the onset of a serious problem. First and foremost in the array of verbal expressions that are harbingers of disaster is the tagline, “this is stupid”. Once this observation is let loose in the cockpit, usually accompanied by an expletive or two, it’s time for all hands-on deck as the flight crew is obliged to discern the issue at hand and solve it through a collaborative, formal decision-making process. Outside of the cockpit and in the wider world, “this is stupid” is likely replaced by “something’s wrong” or “this isn’t right” but the follow-on requirements are the same as a problem needs to be identified and then solved. More and more in today’s Canada, we are hearing these expressions pop up in a variety of environs controlled by those we trust to represent our interests. Among these are those controlled by our own governments who seem more interested in fronting international causes than dealing with the concerns of everyday Canadians.

I've got a bad feeling, this just isn't right!

There are exceptions to this rule as we see some government officials muttering, “this isn’t right”. These include provincial premiers like Alberta’s Danielle Smith and Saskatchewan’s Scott Moe. The former leader has placed federal politicians on notice as she attempts to manage a “smooth energy transition that maximizes the province’s wealth”. It does not help that the national government is imposing unrealistic goals that would see the country off LNG by 2035. Similarly, it is less than helpful when its Climate-Change Minister threatens Saskatchewan with criminal charges if its companies use coal for power past this same year. For her part, Smith stands ready to deploy the province’s Sovereignty Act to secure its financial viability even as Premier Moe threatens to deploy the Saskatchewan First Act to ensure his province retains control over its natural resources while also fighting back against proposed cuts of 30% in its use of fertilizers. All this as Ontario picks up billions of dollars to institute an electric vehicle industry that will not have the infrastructure or energy required to power what it produces post 2035. “This isn’t right” indeed.

Danielle Smith and Scott Moe prepare to deploy provincial sovereignty legislation

If provincial governments are feeling set upon by their federal counterparts, what about the everyday citizen? There were, once upon a time, protections from such overreach afforded the lowly Canadian by the Charter and its “fundamental rights” provisions. These provisions recognized that individual citizens were uniquely valuable and deserving of dignity and respectful treatment by those they elect to political office – even more so than well-monied foreign lobbyists or powers. One could be excused for believing that ship has long sailed as these same civil liberties have been dashed at every turn through heavy-handed edicts, decrees, and legislation that salt-of-the-earth Canadians have neither asked for nor had the chance to discuss. At the end of the day, we begin to see the formation of two opposing blocs that are set to “clash for the control of history”. As J.B. Shurk notes, on one side throughout the formerly free West we have the “ruling class” building CCP-style walls while on the other we have a “middle class” preparing to tear these same walls down.

J.B. Shurk sees a rising middle class being walled in by a “ruling class"
 

Involuntary dissidents


There are many examples of the Canadian “ruling class” taking advantage of their positions to wall in those they are responsible for serving and protecting. One such depressing case saw Canada’s top soldier, Chief of Defence Staff (CDS) General Wayne Eyre, mandate Wuhan virus vaccines for his troops even though his senior legal and medical advisors warned him not to. These advisors were adamant that the risk of such an order being illegal was very real and, as such, could create a crisis of confidence within a military that exists to execute “lawful commands”. After all, governing Queen’s Orders and Regulations (QR&Os) emphatically state that, “every officer and non-commissioned member shall obey lawful commands and orders of a superior officer” thereby inferring that “unlawful commands” only stand to severely compromise military morale and operational effectiveness. Vaccine mandates were pressed upon the rank and file regardless, with many hundreds of experienced personnel lost in the process. Many were left with the impression that something just wasn’t right with the Commander’s decision and at least one lowly Master Corporal decided to become an involuntary dissident and submit a related Redress of Grievance.

CDS Gen Wayne Eyre vaccine mandate challenged by Master Corporal's grievance

The David and Goliath battle that saw the military’s highest-ranking soldier taken on by a Master Corporal was waged within the confines of the Military Grievances External Review Committee (MGERC). The MGERC is “an independent administrative tribunal that reviews military grievances and provides findings and recommendations to the Chief of the Defence Staff and the CAF member who submitted the grievance” and its deliberations produced a shocking but just result. It decided that the CDS had overstepped the bounds of the Charter with mandates that were both “arbitrary” and “overly broad” even as they abrogated the plaintiff’s Section 7 “due process” expectations in accordance with the “principles of fundamental justice”. This was a shocking determination as it was the first time that a judicial body had set aside the “Margin of Appreciation” that other judicial bodies had afforded government authorities and that allowed expert evidence to be sidelined. It was a just determination for this reason and for the fact that it dispensed with the shop-worn admonition that soldiers were not forced to be vaccinated but had a choice not to. In dealing with this codswallop, the presiding authority, Nina Frid, stated that “the consequences of a refusal are such that this choice is not really a choice”.

Nina Frid - the choice of losing a job due to vaccination status was “not really a choice”!

Involuntary dissidents, like the good Master Corporal, are piling up as the “ruling class” builds the walls around them higher and higher. More and more of these polite, tolerant, and patriotic citizens are chaffing at the restrictions and unsupported attacks on their fundamental rights and freedoms. One such attack that has generated yet another David and Goliath donnybrook is the May 2020 Order-in-Council (OIC) that arbitrarily determined more than 1500 previously legal firearms were now “prohibited”. This OIC “gun grab” was just too much for Christine Generoux as she refused to believe that such an end run on “due process” rights could be justified. Accordingly, she would choose to self represent her case against the federal government in court and argue she was being deprived of a culture, history and family tradition that had turned her life around. Her C3RF “In Hot” interview reveals a brilliant mind that is now in the process of embarrassing the ruling class with evidence that supports her allegations of their lies and fraud.

Christine Generoux takes feds to the woodshed over the "gun grab" OIC
 

Involuntary uprisings


Involuntary dissidents like Christine Generoux and the good Master Corporal may be prepared to take on the Goliaths they see as unjust but they do not cause many sleepless nights for the “ruling class”. More concerning than these “individual dissidents” is the coming together of a multitude of such persons under a common banner of dissent. To their chagrin, the “ruling class” saw such a development come together with the Freedom Convoy 2022 protests that swamped Parliament Hill for three weeks in a challenge of draconian vaccine mandates for international truckers. In her interview with Jamie Glasov one of the Convoy organizers, Tamara Lich, discussed her best selling book, “Hold the Line”, and stated that a whole trucking community came together in protest over these nonsensical mandates. How could it be that they were not required in the past two years of the Wuhan virus but were now required to be put in place? And more than this, how could it be that such restrictions were to be placed on interprovincial trucking operations? Something was not right and a whole community of independent-minded truckers came to this realization en masse.

Another community of surprising bedfellows is coming together to challenge the “ruling class” notion that trans children can only be saved from suicide if all their fellow students are indoctrinated and made to affirm gender-based ideologies. Accordingly, public school and library venues are being used to sponsor “drag queen story hours” even as their female washrooms are opened to accommodate biological males who “identify” as the opposite sex. These indoctrination techniques include explicit sexual reading resources and come with little, if any, in the way of scientific justification. Indeed, so-called scientific work conducted in the field of gender fluidity by sexologist Dr. John Money ended in disaster as a twin he was experimenting on failed to assume a non-biological gender and committed suicide. Given such underpinnings, is it any wonder parents believe “this is not right” when they are asked to hand over their children to those who would affirm a child’s musings on becoming the opposite sex and guide them into irreversible hormone and surgical treatments?

Dr. John Money, the failed father of gender fluidity?

Given the intrapersonal dynamics generated by an indignant and condescending “ruling class” and the fearful apprehensions of middle-class parents, it is little wonder that involuntary dissidents like high schooler Josh Alexander and father “Billboard Chris” have been joined by traditional, religiously inclined Canadians to spearhead an involuntary uprising. And so, we have seen at schools and in towns across the country a wave of protest joined co-operatively by Muslim, Jewish and Christian parents and students. This amalgamated protest group cuts across all generational and political divides and represents a nightmare for any who claim to belong to the “ruling class”. As in the Hungary Soviet Republic of 1956 when citizens rebelled against Marxists like Georg Lukács who were instilling “sexual promiscuity education for children at the elementary level” to bring about the destruction of “the family structure and the existential bonds that derive from that”, Canadians are pushing back with bitter resistance as they say in no uncertain terms, “leave our kids alone”. The “ruling class” should worry as these same parents will next want to know, what else are you trying to do to my family, my community, and my country”?

Are Canadian parents fighting back against Georg Lukács-style sexual indoctrination?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 
 

Ce n'est pas juste!


Il a été mentionné dans des mises à jour antérieures que les pilotes d'avions à équipage multiple sont toujours à l'affût de phrases qui signalent l'apparition d'un problème grave. La première et la plus importante des expressions verbales qui annoncent un désastre est le slogan « c'est stupide ». Une fois que cette observation est lâchée dans le cockpit, généralement accompagnée d'un ou deux jurons, il est temps de mettre tout le monde sur le pont, car l'équipage de conduite est obligé de discerner le problème et de le résoudre grâce à un processus de prise de décision collaboratif et formel. En dehors du cockpit et dans le monde, le « c'est stupide » est probablement remplacé par « quelque chose ne va pas » ou « ce n'est pas bien », mais les exigences qui en découlent sont les mêmes: un problème doit être identifié et ensuite résolu. Dans le Canada d'aujourd'hui, nous entendons de plus en plus souvent ces expressions dans divers environnements contrôlés par ceux à qui nous faisons confiance pour représenter nos intérêts. Il s'agit notamment de ceux contrôlés par nos propres gouvernements qui semblent plus intéressés à défendre des causes internationales qu'à s'occuper des préoccupations du Canadien moyen.

J'ai un mauvais pressentiment, il y a quelque chose de pas normal!

Il y a toutefois des exceptions à cette règle, puisque certains représentants du gouvernement marmonnent que « ce n'est pas normal ». Il s'agit notamment de premiers ministres provinciaux comme Danielle Smith (Alberta) et Scott Moe (Saskatchewan). L'ancienne dirigeante a mis les politiciens fédéraux au pied du mur alors qu'elle tente de gérer une « transition énergétique en douceur qui maximise la richesse de la province ». Le fait que le gouvernement national impose des objectifs irréalistes qui permettraient au pays de se passer de GNL d'ici 2035 n'est pas d'un grand secours. De même, il n'est pas très utile que son ministre du changement climatique menace la Saskatchewan de poursuites pénales si ses entreprises utilisent du charbon pour produire de l'électricité au-delà de cette même année. Pour sa part, Mme Smith est prête à recourir à la loi sur la souveraineté de la province pour garantir sa viabilité financière, alors même que le premier ministre Moe menace de recourir à la loi « Saskatchewan First » pour s'assurer que sa province conserve le contrôle de ses ressources naturelles, tout en luttant contre la proposition de réduire de 30 % son utilisation d'engrais. Tout cela alors que l'Ontario débourse des milliards de dollars pour mettre en place une industrie du véhicule électrique qui ne disposera pas de l'infrastructure ou de l'énergie nécessaire pour alimenter ce qu'elle produira après 2035. « Ce n'est pas juste », en effet.

Danielle Smith et Scott Moe se préparent à déployer la législation sur la souveraineté provinciale

Si les gouvernements provinciaux se sentent lésés par leurs homologues fédéraux, qu'en est-il du citoyen ordinaire? Il fut un temps où la Charte et ses dispositions relatives aux « droits fondamentaux » protégeaient le citoyen ordinaire contre de tels excès. Ces dispositions reconnaissaient que les citoyens avaient une valeur unique et méritaient d'être traités avec dignité et respect par ceux qu'ils élisaient à des fonctions politiques - plus encore que les lobbyistes ou les puissances étrangères bien rémunérés. On pourrait être excusé de croire que c'est une chose du passé, car ces mêmes libertés civiles ont été réduites à néant à chaque fois par des édits, des décrets et des législations autoritaires que les Canadiens ordinaires n'ont ni demandés, ni eu l'occasion de discuter. En fin de compte, nous assistons à la formation de deux blocs opposés qui vont « s'affronter pour le contrôle de l'histoire ». Comme le note J.B. Shurk, d'un côté, dans l'Occident autrefois libre, nous avons la « classe dirigeante » qui construit des murs à la manière du PCC, tandis que de l'autre, nous avons une « classe moyenne » qui s'apprête à abattre ces mêmes murs.

Pour J.B. Shurk, une classe moyenne en plein essor se heurte à une « classe dirigeante »
 

Dissidents involontaires


Il existe de nombreux exemples de la « classe dirigeante » canadienne qui profite de sa position pour emmurer ceux qu'elle est chargée de servir et de protéger. L'un de ces exemples déprimants est celui du général Wayne Eyre, chef d'état-major de la défense (CEMD), qui a ordonné à ses troupes d'être vaccinées contre le virus de Wuhan, bien que ses principaux conseillers juridiques et médicaux l'aient déconseillé de le faire. Ces conseillers ont insisté sur le fait que le risque d'illégalité d'un tel ordre était très réel et qu'il pouvait donc créer une crise de confiance au sein d'une armée dont la raison d'être est d'exécuter des « ordres légaux ». Après tout, les Ordonnances et Règlements royaux applicables (ORFC) stipulent clairement que « tout officier et militaire du rang doit obéir aux ordres légaux et aux ordres d'un supérieur », ce qui signifie que les « ordres illégaux » ne peuvent que compromettre gravement le moral des militaires et l'efficacité des opérations. Les mandats de vaccination ont été imposés aux militaires du rang malgré tout, ce qui a entraîné la perte de plusieurs centaines de personnes expérimentées. Beaucoup ont eu l'impression que quelque chose n'allait pas dans la décision du commandant et au moins un petit caporal-chef a décidé de devenir un dissident involontaire et de soumettre un grief.

Le mandat de vaccination du CEMD Gen Wayne Eyre remis en cause par le grief d'un caporal-chef

Le combat de David et Goliath qui a vu le soldat le plus gradé de l'armée affronter un caporal-chef s'est déroulé dans le cadre du Comité d'examen externe des griefs militaires (CEEMM). Le CEEMM est « un tribunal administratif indépendant qui examine les griefs militaires et fournit des conclusions et des recommandations au chef d'état-major de la défense et au membre des FAC qui a soumis le grief » et ses délibérations ont abouti à un résultat choquant mais juste. Il a décidé que le CEMD avait dépassé les limites de la Charte avec des mandats qui étaient à la fois « arbitraires » et « trop étendus » alors même qu'ils abrogeaient les attentes du plaignant en matière de « procédure régulière » de l'article 7 conformément aux « principes de justice fondamentale ». Cette décision était choquante car c'était la première fois qu'un organe judiciaire mettait de côté la « marge d'appréciation » que d'autres organes judiciaires avaient accordée aux autorités gouvernementales et qui permettait la mise à l'écart des preuves d'experts. Il s'agissait d'une décision juste pour cette raison et pour le fait qu'elle s'affranchissait de l'admonestation consacrée selon laquelle les soldats n'étaient pas obligés d'être vaccinés mais avaient le choix de ne pas l'être. Face à ces balivernes, la présidente du tribunal, Nina Frid, a déclaré que « les conséquences d'un refus sont telles que ce choix n'en est pas vraiment un ».

Nina Frid - Le choix de perdre un emploi en raison du statut vaccinal n'était « pas vraiment un choix »!

Les dissidents involontaires, comme le caporal-chef, s'accumulent à mesure que la « classe dirigeante » érige des obstacles de plus en plus importants autour d'eux. Ces citoyens polis, tolérants et patriotes sont de plus en plus nombreux à s'irriter des restrictions et des attaques injustifiées contre leurs droits et libertés fondamentaux. L'une de ces attaques, qui a donné lieu à une nouvelle querelle entre David et Goliath, est le décret de mai 2020 qui a arbitrairement déterminé que plus de 1 500 armes à feu auparavant légales étaient désormais « interdites ». Cette « prise d'armes » du décret était trop importante pour Christine Generoux, qui refusait de croire qu'une telle atteinte au droit à une procédure régulière pouvait être justifiée. En conséquence, elle a choisi de se défendre elle-même devant les tribunaux contre le gouvernement fédéral et de faire valoir qu'elle était privée d'une culture, d'une histoire et d'une tradition familiale qui avaient changé sa vie. Son entretien avec C3RF « In Hot » révèle un esprit brillant qui est maintenant en train d'embarrasser la classe dirigeante avec des preuves qui soutiennent ses allégations de leurs mensonges et de leurs fraudes.

Christine Generoux s'en prend aux autorités fédérales à propos de la saisie d'armes à feu
 

Révoltes spontanées


Les dissidents involontaires comme Christine Generoux et le caporal-chef peuvent être prêts à affronter les Goliaths qu'ils considèrent comme injustes, mais ils ne causent pas beaucoup d'insomnies à la « classe dirigeante ». Plus que ces « dissidents individuels », c'est le rassemblement d'une multitude de ces personnes sous une bannière commune de dissidence qui est inquiétant. À son grand chagrin, la « classe dirigeante » a vu une telle évolution se produire avec les manifestations du Convoi de la liberté 2022 qui ont envahi la Colline du Parlement pendant trois semaines pour contester les obligations draconiennes en matière de vaccination imposées aux camionneurs internationaux. Dans son interview avec Jamie Glasov, l'une des organisatrices du convoi, Tamara Lich, a parlé de son livre à succès, « Hold the Line », et a déclaré que toute une communauté de camionneurs s'est réunie pour protester contre ces mandats absurdes. Comment se fait-il qu'ils n'aient pas été exigés au cours des deux dernières années du virus de Wuhan, mais qu'ils doivent maintenant être mis en place? Et surtout, comment se fait-il que de telles restrictions soient imposées aux opérations de camionnage interprovinciales? Quelque chose ne tournait pas rond et toute une communauté de camionneurs indépendants s'en est rendu compte en masse.

Une autre communauté de partenaires surprenants se réunit pour contester l'idée de la « classe dirigeante » selon laquelle les enfants transgenres ne peuvent être sauvés du suicide que si tous leurs camarades de classe sont endoctrinés et amenés à affirmer des idéologies fondées sur le genre. En conséquence, les écoles publiques et les bibliothèques sont utilisées pour parrainer des « heures de lecture pour drag queens », alors même que leurs toilettes pour femmes sont ouvertes pour accueillir les hommes biologiques qui « s'identifient » au sexe opposé. Ces techniques d'endoctrinement comprennent des ressources de lecture explicitement sexuelles et ne s'accompagnent que de peu, voire d'aucune, justification scientifique. En effet, les prétendus travaux scientifiques menés dans le domaine de la fluidité des genres par le sexologue John Money se sont soldés par un désastre: un jumeau sur lequel il faisait des expériences n'a pas réussi à adopter un genre non biologique et s'est suicidé. Dans ces conditions, il n'est pas étonnant que les parents pensent que « ce n'est pas bien » lorsqu'on leur demande de confier leurs enfants à des personnes qui confirmeraient les rêves d'un enfant de devenir le sexe opposé et le guideraient vers des traitements hormonaux et chirurgicaux irréversibles.

John Money, le père raté de la fluidité des genres?

Compte tenu de la dynamique intrapersonnelle générée par une « classe dirigeante » indignée et condescendante et des appréhensions des parents de la classe moyenne, il n'est pas étonnant que des dissidents involontaires comme le collégien Josh Alexander et le père « Billboard Chris (babillarde Chris)» aient été rejoints par des Canadiens traditionnels à tendance religieuse pour être le fer de lance d'un soulèvement spontané. C'est ainsi que nous avons assisté, dans les écoles et les villes de tout le pays, à une vague de protestation à laquelle ont coopéré des parents et des élèves musulmans, juifs et chrétiens. Ce groupe de protestation amalgamé transcende tous les clivages générationnels et politiques et représente un cauchemar pour tous ceux qui prétendent appartenir à la « classe dirigeante ». Comme dans la République soviétique de Hongrie en 1956, lorsque les citoyens se sont rebellés contre des marxistes comme Georg Lukács qui inculquaient « l'éducation à la promiscuité sexuelle aux enfants au niveau élémentaire » afin de détruire « la structure familiale et les liens existentiels qui en découlent », les Canadiens opposent une résistance amère en déclarant sans ambages: « Laissez nos enfants tranquilles ». La « classe dirigeante » devrait s'inquiéter, car ces mêmes parents voudront ensuite savoir ce que vous essayez encore de faire à ma famille, à ma communauté et à mon pays.

Les parents canadiens se défendent-ils contre l'endoctrinement sexuel à la Georg Lukács?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Twitter, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

bottom of page