C3RF Update, 23 Sep 2022 – Conspiracy theories


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View! C3RF « In Hot » interview with Dr. Stephen Malthouse

 

Hidden agendas


My goodness, talk about microaggressions sparking panicked frenzy in Canada’s establishment media. It looks like Pierre Poilievre’s ascension to the top office of the Conservative Party of Canada has done just that. How else to explain a seasoned and professional journalist losing control over his inner voice to loudly and irreverently keep the new leader from beginning a press conference? This was the case as David Akin sought to drown out Poilievre’s opening remarks with demands that his questions be answered immediately – to heck with what a prospective Prime Minister might have to say. It would appear that the first shot has been fired across the bow of a newly led Conservative Party by a not-so-impartial legacy media. And it looks like this media is hellbent on framing and defining the new leader while replacing his agenda with their own.

David Akin of Global News wants his agenda and questions served, now!

The fact that the Canadian establishment media should want to selectively frame and define a right-leaning political party should not come as a surprise. After all, they have been doing so for some time now as evidenced by the coverage of a hapless Progressive Conservative leader, Robert Stanfield, during the 1974 federal election campaign. It mattered not that Stanfield was respected for both his honesty and intelligence and reputed to be the “best Prime Minister Canada never had”, what mattered was that he was photographed fumbling a football pass during the campaign and was defined by it for the rest of his political career. Stanfield would lose that election and his competitor, Pierre Trudeau, would go on to break an election promise by instituting wage and price controls that would create more problems than they solved. In the end, Canada’s economic agenda suffered as it lost a free market-minded leader only to re-elect a deficit-creating interventionist.

Robert Stanfield, the best Prime Minister Canada never had?

Moving on beyond the Stanfield years we also saw media attempts to sideline the political agenda of Prime Minister Stephen Harper. During this era, the talking heads claimed he and his Conservative Party had a “hidden agenda”. Large sections of the nation’s health care system, for example, would be privatized, even though they were the purview of the provinces, and “soldiers would be in the streets”. And so it is now with Poilievre taking the helm and stories breaking on how he is linked to a “growing right-wing extremism in Canada”. The CTV article that makes this latter connection offers the observations of certain “anti-hate” groups as evidence. These groups cracked open this new “hidden agenda” by reporting on Poilievre’s interactions with Freedom Convoy 2022 folk - not to mention with a long-serving combat veteran who was protesting coerced vaccine mandates by marching across the country. This was not a fumbled football; this was serious stuff and a threat to the nation.

Pierre Poilievre talks with combat veteran, James Topp - reason for national security concerns?
 

Conspiracy theories


Accordingly, it was noted that such people were dangerous as they conducted “illegal” protests, were fueled by “conspiracy theories” and their ranks were growing to the point of “becoming a political force in Canada”. This far right movement, potentially led by Poilievre, was a threat to “climate change, racial injustice and sound immigration policies” and needed to be “interrogated by the press about its beliefs and ideas so other people can be inoculated from its views”. The fact that these misguided “fringe” citizens were latching onto conspiracy theories was of great concern and spoke to the need to rid the nation of such misinformation, no - disinformation, through legislation such as an “Online Harms Act”. Such speech had to be shut down! After all, the conspiracy theories that these “fringe” Canadians were falling for were so off the wall that they included a belief that the World Economic Forum “has a secret strategy to impose its economic plans across the globe”. How could such drivel be allowed to enter the public square? How could any country allow its citizens to be subjected to such codswallop?

Klaus Schwab of the World Economic Forum - an organization that is not concerned with worldwide economic plans?

Funny thing is though, existing facts on the ground contradict these “anti-hate” and legacy media suppositions. The assertion that the Freedom Convoy 2022 protests in Ottawa were illegal, for example, is contradicted by the legal record on hand. The only case that has dealt with this issue is that presided over by Ontario Superior Court Justice McLean and he ruled the protest legal provided that an injunction against “honking” was respected. That being the case, and it was, he declared that the “defendants and other persons remain at liberty to engage in a peaceful, lawful and safe protest.” As for the claim that the World Economic Forum has secret designs to impact the global economy, one could easily say that they are not so secret at all.

Are WEF plans for the world economy just a little too obvious to miss?

We seem to live in an age where conspiracy theories are not so conspiratorial at all. Indeed, many of them are closer to the truth than the best postulations proffered by our most esteemed experts. Recall the Wuhan virus that could not have been produced in a lab and a pandemic of the unvaccinated that justified the curtailment of the civil liberties of those who refused the jab. It’s all up in the air now as new, hitherto suppressed, data comes to light. And so it is with the worldwide economic designs of the WEF as it declared the need for a “Great Reset”. This reset flatly asserts that capitalism needs to be re-imagined in line with the United Nations’ Agenda 2030 and its 17 Sustainability Development Goals – including addressing climate change. So it was stated in 2020 when HRH Prince Charles partnered with Klaus Schwab to introduce the WEF initiative to a worldwide audience. The Prince and Mr. Schwab would find ready and willing helpmates in Canadian political circles as Schwab noted that one half of Prime Minister Trudeau’s cabinet, including the PM, were graduates of the WEF’s “young global leader” program. When it comes to legacy media claims that Poilievre is linking up with truckers and citizens besotted with conspiracy theories, maybe we should be glad that at least one Canadian politician is prepared to take a closer look at the claim?

Some conspiracy theories should not be discounted out of hand?
 

Stranger than fiction


Rather than taking a closer look at the conspiracy theory that is the “Great Reset”, the Canadian political system-writ-large has chosen to move Canadians on – there is nothing to see here! These efforts became obvious in the House of Commons this past March when a Member’s question on the subject was bounced as incomprehensible. What to think when this hapless Member of Parliament had the temerity to ask, on behalf of a constituent, which Liberal Cabinet ministers were seized with the “Great Reset” on behalf of WEF desires. Well, you could have heard a pin drop as the Speaker of the House claimed sound system difficulties even as another Member, Charlie Angus (NDP), admitted he heard the question but deemed it to be too conspiratorial to answer. The elephant had no sooner entered the House than it was ushered out through its green curtains. That question has yet to be asked again and one wonders, will a conspiracy theory-minded Pierre Poilievre dare to ask it again? Will the establishment media scorn him if he does?

No conspiracy theory questions allowed in the House - even if they are relevant

Wondering whether or not the establishment media will clutch at its pearls if Poilievre repeats the question in the House is a bit like wondering whether bears doo-doo in the woods – of course they will. The real concern for Canadians, however, is just what else is being kept out of the light of day by curtailing a discussion on the WEF and its “Great Reset”. A review of the book of the same name, co-authored by the Executive Director of the WEF, Klaus Schwab, reveals a vacuous litany of “reprocessed nostrums” that speak to the need to replace market economies with “stakeholder capitalism” and inclusive “environment, social and governance” (ESG) initiatives. Much more than this, however, is the reset’s call for the inauguration of a “fourth industrial revolution”. This revolution would follow on the heels of the first three that saw societies benefit from the onset of mechanization, mass production and information technology respectively. This fourth industrial revolution would be characterized by “cyber-physical systems” that would clear the way for “transhumanism”.

HRH Prince Charles and Klaus Schwab introduce "The Great Reset" in 2020


When it comes to “transhumanism” one needs to think beyond the implantation of robotic eyes to consider the actual “hacking” of the human genome by an elite class of experts. So says Israeli historian and lead advisor to the WEF on such matters, Yuval Noah Harari, when he says that “History began when humans invented gods, and will end when humans become gods”. Harari goes beyond conspiracy theory to enter the realm of stranger than fiction when he further states that free will is a dangerous myth in a new transhumanist utopia where all will behave and act in accordance with the needs of the common good. One wonders though, if a person has no free will, are they really a god or just livestock? Do they still have access to a spirit that connects them to a higher authority and is the seat of their emotions and character – their soul? Perhaps Canadians would do well to go beyond the restraints their own governments place on such questions and ask them nonetheless. After all, the Government of Canada’s own, official “Policy Horizons” documentation states that when it comes to transhumanism; “this biodigital convergence may transform the way we understand ourselves and cause us to redefine what we consider human or natural”. One might also wonder, if our own government is operating to actualize a world that they tell us is conspiracy theory and even stranger than fiction, who is doing the misinforming or disinforming and who needs to be corrected? Them or the questioner?

Yuval Noah Harari - Free will is a dangerous myth
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also review our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

À voir! C3RF « In Hot » interview avec Dr. Stephen Malthouse

 

Agendas cachés


Mon Dieu, on parle de microagressions et cela déclenche une frénésie dans les médias de l'establishment canadien. Il semble que l'ascension de Pierre Poilievre à la tête du Parti conservateur du Canada ait eu cet effet. Comment expliquer autrement qu'un journaliste chevronné et professionnel perde le contrôle pour empêcher bruyamment et irrévérencieusement le nouveau chef de commencer une conférence de presse? C'est ce qui s'est passé lorsque David Akin a tenté d'étouffer les premières remarques de M. Poilievre en exigeant que l'on réponde immédiatement à ses questions - au diable ce qu'un futur Premier ministre pourrait avoir à dire. Il semblerait que le premier coup de feu ait été tiré par des médias traditionnels pas si impartiaux que cela contre un parti conservateur avec un nouveau chef. Et il semble que ces médias soient déterminés à encadrer et à définir le nouveau leader tout en remplaçant son programme par le leur.

David Akin de Global News veut qu'on lui serve son agenda et ses questions, maintenant!

Le fait que les médias de l'establishment canadien veuillent encadrer et définir de manière sélective un parti politique de droite ne devrait pas être une surprise. Après tout, ils le font depuis un certain temps déjà, comme en témoigne la couverture d'un malheureux chef progressiste-conservateur, Robert Stanfield, pendant la campagne électorale fédérale de 1974. Peu importe que Stanfield soit respecté pour son honnêteté et son intelligence et qu'il ait la réputation d'être le « meilleur premier ministre que le Canada n'a jamais eu », ce qui compte, c'est qu'il ait été photographié en train d'échouer une passe de football pendant la campagne et que cela l'ait marqué pour le reste de sa carrière politique. Stanfield a perdu cette élection et son concurrent, Pierre Trudeau, a brisé une promesse électorale en instaurant un contrôle des salaires et des prix qui a créé plus de problèmes qu'il n'en a résolu. En fin de compte, le programme économique du Canada a souffert de la perte d'un leader favorable au libre marché et de la réélection d'un interventionniste générateur de déficits.

Robert Stanfield, le meilleur Premier ministre que le Canada n'a jamais eu?

Au-delà des années Stanfield, nous avons également assisté à des tentatives médiatiques de mettre de côté le programme politique du premier ministre Stephen Harper. À cette époque, les « experts des médias » affirmaient que lui et son Parti conservateur avaient un « programme caché ». Par exemple, de grandes parties du système de santé du pays seraient privatisées, même si elles étaient du ressort des provinces, et « les soldats seraient dans les rues ». Et c'est ce qui se passe aujourd'hui avec l'arrivée de Poilievre à la barre et les articles qui paraissent sur la façon dont il est lié à un « extrémisme de droite croissant au Canada ». L'article de CTV qui établit ce dernier lien présente comme preuve les observations de certains groupes « anti-haine ». Des groupes qui ont découvert ce nouvel agenda caché en rapportant les interactions de Poilievre avec les membres du Convoi de la liberté 2022 - sans parler d'un vétéran de longue date qui protestait contre les mandats de vaccination forcés en marchant à travers le pays. Il ne s'agissait pas d'un ballon échappé, mais d'une affaire sérieuse et d'une menace pour la nation.

Pierre Poilievre s'entretient avec James Topp, un ancien combattant. Pourquoi s'inquiéter de la sécurité nationale?
 

Théories du complot


En conséquence, il a été noté que ces personnes étaient dangereuses car elles organisaient des manifestations « illégales », alimentées par des « théories du complot » et leurs rangs grossissaient au point de « devenir une force politique au Canada ». Ce « mouvement d'extrême droite », potentiellement dirigé par Poilievre, représentait une menace pour « le changement climatique, l'injustice raciale et les bonnes politiques d'immigration » et devait être « interrogé par la presse sur ses croyances et ses idées afin que d'autres personnes puissent être inoculées contre leurs opinions ». Le fait que ces citoyens sous-développés et « marginaux » s'accrochent à des théories du complot est très préoccupant car il montre la nécessité de débarrasser la nation d'une telle information érronée, non d'une désinformation, par le biais d'une législation telle qu'une « loi sur les préjudices en ligne ». De tels discours devaient être interdits! Après tout, les théories du complot auxquelles ces Canadiens « marginaux » se laissaient prendre étaient si farfelues qu'elles incluaient la conviction que le Forum économique mondial « a une stratégie secrète pour imposer ses plans économiques dans le monde entier ». Comment peut-on permettre à de telles inepties d'entrer sur la place publique? Comment un pays peut-il permettre à ses citoyens d'être soumis à de telles balivernes?

Klaus Schwab du Forum économique mondial - une organisation qui ne s'occupe pas des plans économiques mondiaux?

Ce qui est amusant, c'est que les faits contredisent ces suppositions « anti-haine » et celles des médias traditionnels. L'affirmation selon laquelle les manifestations du Convoi de la liberté 2022 à Ottawa étaient illégales, par exemple, est contredite par le dossier juridique disponible. La seule affaire qui a traité de cette question est celle présidée par le juge McLean de la Cour supérieure de l'Ontario, qui a jugé la manifestation légale à condition qu'une injonction contre les « klaxons » soit respectée. Si tel était le cas, et c'était le cas, il a déclaré que « les défendeurs et d'autres personnes restent libres de s'engager dans une manifestation pacifique, légale et sécuritaire». Quant à l'affirmation selon laquelle le Forum économique mondial a des projets secrets pour influencer l'économie mondiale, on pourrait facilement dire qu'ils ne sont pas si secrets que cela.

Les plans du WEF pour l'économie mondiale sont-ils un peu trop évidents pour être manqués?

Nous semblons vivre à une époque où les théories de la conspiration ne sont pas si conspiratrices que cela. En effet, nombre d'entre elles sont plus proches de la vérité que les meilleures hypothèses avancées par nos experts les plus estimés. Rappelez-vous le virus de Wuhan qui n'aurait pas pu être produit dans un laboratoire et la pandémie de personnes non vaccinées qui a justifié la restriction des libertés civiles de ceux qui ont refusé le vaccin. Tout cela est en suspens maintenant que de nouvelles données, jusqu'alors supprimées, sont mises en lumière. Il en va de même pour les conceptions économiques mondiales du WEF, qui a déclaré la nécessité d'une « grande réinitialisation ». Cette réinitialisation affirme catégoriquement que le capitalisme doit être réimaginé conformément à l'Agenda 2030 des Nations unies et à ses 17 objectifs de développement durable, y compris le changement climatique. C'est ce qui a été affirmé en 2020 lorsque Son Altesse Royale, le Prince Charles, s'est associé à Klaus Schwab pour présenter l'initiative du WEF à un public mondial. Le prince et M. Schwab ont trouvé des partenaires prêts à les aider dans les cercles politiques canadiens, puisque M. Schwab a noté que la moitié du cabinet du Premier ministre Trudeau, y compris le Premier ministre, était diplômée du programme « Young Global Leader » du WEF. En ce qui concerne les allégations des médias selon lesquelles M. Poilievre s'associe à des camionneurs et à des citoyens férus de théories de la conspiration, nous devrions peut-être nous réjouir qu'au moins un politicien canadien soit prêt à examiner de plus près cette allégation?

Certaines théories du complot ne doivent pas être écartées d'emblée?
 

Plus étrange que la fiction


Plutôt que d'examiner de plus près la théorie de la conspiration qu'est la « grande réinitialisation », le système politique canadien dans son ensemble a choisi de faire passer les Canadiens à autre chose - « y a rien là! » Ces efforts sont devenus évidents à la Chambre des communes, en mars dernier, lorsque la question d'un député a été rejetée parce qu'elle était incompréhensible. Que penser lorsque cet infortuné député a eu la témérité de demander, au nom d'un électeur, quels ministres du Cabinet libéral étaient en charge de la « Grande Réinitialisation » au nom des désirs du WEF. On aurait pu entendre une épingle tomber lorsque le président de la Chambre a invoqué des problèmes de sonorisation, alors qu'un autre député, Charlie Angus (NPD), a admis avoir entendu la question mais l'avoir jugée trop conspiratrice pour y répondre. L'éléphant dans le magasin de porcelaine, à peine entré dans la Chambre quand qu'il fut expulsé. Cette question n'a jamais été posée depuis et on peut se demander si Pierre Poilievre, animé par la théorie du complot, osera la poser à nouveau. Les médias de l'establishment le mépriseront-ils s'il le fait?

Les questions sur les théories de la conspiration ne sont pas autorisées dans le parlement, même si elles sont pertinentes

Se demander si les médias de l'establishment s'accrocheront ou non à leurs jugements si Poilievre répète la question à la Chambre, c'est un peu comme se demander si les ours font leurs crottes dans les bois - bien sûr qu'ils le feront. Ce qui préoccupe vraiment les Canadiens, cependant, c'est de savoir ce que l'on cache d'autre en empêchant une discussion sur le WEF et sa « grande réinitialisation ». Un examen du livre du même nom, co-écrit par le directeur exécutif du WEF, Klaus Schwab, révèle une litanie vide de « rengaines recyclées » qui parlent de la nécessité de remplacer les économies de marché par le « capitalisme des parties prenantes » et des initiatives inclusives « environnementales, sociales et de bonne gouvernance » (ESG). Bien plus que cela, cependant, est l'appel de la réinitialisation à l'inauguration d'une « quatrième révolution industrielle ». Cette révolution s'inscrirait dans le prolongement des trois premières, qui ont vu les sociétés bénéficier respectivement de l'apparition de la mécanisation, de la production de masse et des technologies de l'information. Cette quatrième révolution industrielle serait caractérisée par des « systèmes cyber-physiques » qui ouvriraient la voie au « transhumanisme ».

SAR le Prince Charles et Klaus Schwab présentent « The Great Reset » en 2020


En matière de « transhumanisme », il ne suffit pas d'implanter des yeux robotisés, il faut aussi envisager le « piratage » du génome humain par une élite d'experts. C'est ce qu'affirme Yuval Noah Harari, historien israélien et principal conseiller du WEF sur ces questions, lorsqu'il déclare que « l'histoire a commencé lorsque les humains ont inventé les dieux et qu'elle se terminera lorsque les humains deviendront des dieux ». Harari va au-delà de la théorie du complot pour entrer dans un domaine où la réalité dépasse la fiction lorsqu'il affirme que le libre arbitre est un mythe dangereux dans une nouvelle utopie transhumaniste où tous se comporteront et agiront en fonction des besoins du bien commun. On peut toutefois se demander, si une personne n'a pas de libre arbitre, est-elle vraiment un dieu ou simplement du bétail? A-t-elle encore accès à un esprit qui la relie à une autorité supérieure et qui est le siège de ses émotions et de son caractère - son âme? Les Canadiens feraient peut-être bien d'aller au-delà des restrictions que leur gouvernement impose à ces questions et se les poser quand même. Après tout, la documentation officielle du gouvernement du Canada intitulée « Horizons politiques » indique qu'en ce qui concerne le transhumanisme, « cette convergence bionumérique pourrait transformer la façon dont nous nous comprenons et nous amener à redéfinir ce que nous considérons comme humain ou naturel ». On peut également se demander, si notre propre gouvernement opère pour créer un monde qu'il nous dit être une théorie de conspiration et encore plus étrange que la fiction: qui fait de la désinformation et qui a besoin d'être corrigé? Eux ou le questionneur?

Yuval Noah Harari - Le libre arbitre est un mythe dangereux
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags