C3RF Update, 24 Jun 2022 – The “Three Rs”


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View! C3RF “In Hot” interview with Dr. Mary O’Connor


Review and participate in Version 11.0 of C3RF’s “One Stop Tyrant Shop”


Take a look at V11.0 of the “One Stop Tyrant Shop” to check out new additions. These changes are in bold text and link to efforts, initiatives and information that address and inform on individual line items in the “One Stop” table. This latest 11.0 version highlights current efforts to resist the implementation of new tyrannical measures including:

  • a notice to participate in a demonstration against the College of Physicians and Surgeons of Ontario for abuse of power and corruption (pp 14);

  • a Government of Canada petition that calls for a two-thirds majority vote in the House to invoke the Emergencies Act (pp 16); and

  • a Government of Canada petition calling for including impartial citizen participation on the Canadian Judicial Council (pp 37).

 

Repeal


It has been just over four months since Warrant Officer James Topp began his 4300 km trek across Canada with a 60-pound pack and a desire to take his freedom protest to the Tomb of the Unknown Soldier in Ottawa. The voyage began at the Terry Fox Monument in Vancouver and wended its way through the wintry passes of the Rockies with nary a note by the mainstream media. Now, as he nears his Ottawa destination, the media wires are crackling with tapped out SOS messages as they equate his mission with that of the “illegal”, Russian-sponsored and foreign funded Freedom Convoy 2022. These latter narratives, of course, were totally debunked by relevant House of Commons investigative committees and the actual purpose of Warrant Officer Topp’s long march, as outlined in his clearly stated “Three Rs” objectives, remains ignored.

James Topp treks through the Rockies as “Canada Marches” for freedom

The “Three Rs” that Topp brings to the political power centre of the nation are:

  • repeal all mandates including those involved with mass vaccination, social isolation and masking programs while protecting the vulnerable. The health system should be protecting the weak - not serving as an excuse to violate the civil liberties of all Canadians;

  • reinstate employees who lost their jobs due to vaccine mandates and prohibit lockdowns of businesses and schools; and

  • provide restitution for lost wages and income while repairing the considerable divide that has been engineered by our own leaders to split Canadians on the basis of their medical status.

Many have been quick to note that Topp’s trek and his objectives are sadly out-of-date now that the federal government has backed away from its own mandates. This decision, made on 14 June 2022, has the suspicious look of being instated specifically to take the air out of Topp’s route march by making temporary promises. What else can one think given the government’s use of the term “suspend” and a promise to re-introduce “vaccination mandates in federally regulated workplaces in the fall, if needed”?

Is the government making time-limited promises when it comes to lifting pandemic measures?

The distance between Topp’s “repeal” and the government’s “suspend” is insurmountable. After all, the former is based on hard evidence that indicates that pandemic measures have done more harm than good while the latter is founded on malleable, “evolving science”. The fact that current vaccines are incapable of dealing with the latest variants of the Wuhan virus has totally escaped the logic that government sources bring to the table. The resulting loss of any credibility these sources may have had on the subject of vaccine mandates has left the Canadian public thirsting for the factual information it needs to make informed decisions on such measures. Such consent-enabling information is on offer with the discussion of Warrant Topp’s “repeal” agenda item as he is making a stable of experts available on his arrival in Ottawa. The related symposium, to be held on 23 June 2033, is urgently required as it appears the federal government is chomping at the bit to re-instate already failed lockdowns and vaccine mandates as soon as the temperature falls in the Canadian autumn.

Will pandemic mandates be revived when Canadian temperatures fall?
 

Reinstate


The initiation of layoffs on the basis of an employee’s medical status had its start in the fall of 2021 when governments of all stripes proceeded to mandate vaccination within their jurisdictions. The logic for these mandates was flawed from the start as the Delta variant of the Wuhan virus was dominant at the time. Problem was, available vaccines were incapable of preventing the spread of this variant. Indeed, it was known that the peak viral loads of the Delta virus in the vaccinated were just as high as in the unvaccinated and that “vaccination has not limited the spread of the Delta virus”. Governments never explained how such mandates could be justified given the fact that the vaccinated presented such a threat to those around them and, worse yet, legacy media outlets were happy to see these mandates installed without question.

Canadian media incapable of questioning, seeing or hearing the problems presented by pandemic measures?

In all fairness, there were some governments that opened the door to the “accommodations” that the Canadian Charter and human rights legislation allow for. One such case was the Ontario government with its Directive #6 aimed at its own health institutions. This Directive allowed health institutions to permit employees, staff, contractors, volunteers and students to be unvaccinated in the workplace as long as they underwent an education program and submitted to regular antigen testing. Amazingly though, the “vast majority” of affected institutions would opt for mandatory vaccination and place those who refused on unpaid leave of absence followed by termination. Such policies would persist at many hospitals, as they do today, after Directive #6 was lifted in March of 2022. The justification for these continuing mandates is less than clear given the fact that the omicron variant is now dominant – a variant whose spread is even less constrained by vaccines than its delta counterpart.

Why mandates when vaccines are less and less effective with new variants?

If unvaccinated healthcare workers were unfairly dealt with, what could one say about those in the travel-related industries where related policies offered no accommodation whatsoever? These include those in the trucking and aviation industries and have, arguably, led to bottlenecks in supply chains and air travel respectively. Indeed, and in the case of the truckers, such policies also led to the international phenomenon that was the Freedom Convoy 2022 protests that embarrassed a recalcitrant and stubborn Canadian government so badly. Where is the justification for firing unvaccinated truckers who, by and large, operate in isolated conditions inside their cabs? Where is the justification for firing pilots who, by the federal government’s own stated evidence, are very unlikely to spread the virus on board the aircraft they fly? As is the case with Topp’s “repeal” agenda item, why should falling autumn temperatures be the cue to keep these good people from earning a living?

Cab-constrained truckers an infection risk to Canadians?
 

Restitution and repair


It is sad to note that the hospital, trucking and aviation staff noted above were summarily dismissed from their positions without even the ability to collect unemployment benefits. It was as if they were being punished for their insistence on preserving their right to bodily autonomy. There may be more to this supposition than meets the eye as some officials are on record as stating that vaccine mandates, for one, were designed to coerce workers into getting their shots. So it was with Ontario’s Chief Medical Officer, Dr. Kieran Moore, who stated that the intention of such policies was to force personnel to “embrace the opportunity to be immunized to protect themselves”. Forget about containing the spread of the virus for, as we’ve seen, the vaccines do not do that. It’s all about personal protection that, apparently, sees an individual’s desires take a back seat to government control and coercion.

Bodily autonomy is a thing - except when it comes to vaccines?

The need for restitution is not a simple matter of restoring lost wages. It also has to do with making whole, as much as is possible, lives that have been irretrievably altered through vaccine injury. Such cases are mounting in an accelerating fashion and are even the subject of doctors’ observations – observations that are not being uploaded by Canadian vaccine adverse event databases. We see such testimonies by professionals like Dr. Mary O’Connor who was recently interviewed by C3RF’s “in Hot” video series. In her interview, over the 18- to 20-minute marks, she describes a multitude of patients who experienced injuries on the heels of being vaccinated with some even dying in their sleep afterwards. As she notes and given the fact that related adverse reaction reports were not even accepted by the system, how are these individuals to be afforded restitution? Certainly, this is a valid question for Warrant Officer Topp to raise with political authorities. No?

Is the reporting of vaccine injuries a hit and miss thing in Canada?

Along with repeal, reinstatement and restitution there is, as Topp notes, a very real need to repair the relationship between the elected and their electors. The fact that such repair is necessary is reflected in the ongoing hardship that the latter are forced to bear as a result of the policies implemented by the former. As a starting point in this healing process, truth and candor must finally be allowed to enter the public square – so many questions remain unanswered. Why, for example, must the previously infected be vaccinated when the protections afforded by their own immune systems are superior? Why must Canadian children be vaccinated when the associated risk/ benefit equation favours not doing so and the country’s own National Advisory Committee on Immunization (NACI) says it is “unknown whether myocarditis/pericarditis will occur after the lower doses of mRNA present within pediatric COVID-19 vaccines for children 5-11 years of age”. It really does appear that policy-makers are proceeding without due consideration of health risk to Canadians – particularly the little ones. Does this not speak, as Topp says, to a need to repair and restore the public’s failing trust in its representative agencies and institutions? Is it past time to discuss the “Three Rs”?

Is it time to repair the public's trust in its institutions?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Visionnez! C3RF « In Hot" interview avec Dr. Mary O'Connor »


Examinez et participez à la « version 11.0 du « One Stop Tyrant Shop » de C3RF. »


Jetez un coup d'oeil à la V11.0 du « One Stop Tyrant Shop » pour vérifier les nouveaux ajouts. Ces changements sont en caractères gras et renvoient à des efforts, des initiatives et des informations qui traitent et informent sur les lignes individuelles du tableau « One Stop ». Cette dernière version 11.0 met en évidence les efforts actuels pour résister à la mise en œuvre de nouvelles mesures tyranniques, notamment :

  • un avis de participation à une manifestation contre l' Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario pour abus de pouvoir et corruption (pp 14);

  • une pétition du gouvernement du Canada qui demande un vote majoritaire des deux tiers à la Chambre pour invoquer la Loi sur les urgences (pp 16); et

  • une pétition du gouvernement du Canada qui demande d'inclure une participation citoyenne impartiale au Conseil canadien de la magistrature (pp 37).

(N.T. Le major Cooper parle des 3 Rs. La traduction a trouvé des synonymes français correspondant aux mots anglais qui commencent avec un "r". Nous nous excusons auprès des lecteurs si le bon usage en français prescrit un autre terme.)

 

Révocation


Cela fait un peu plus de quatre mois que l'adjudant James Topp a entamé son périple de 4300 km à travers le Canada avec un sac de 60 livres et le désir de porter sa protestation pour la liberté à la Tombe du Soldat inconnu à Ottawa. Le voyage a commencé au monument Terry Fox à Vancouver et s'est déroulé à travers les cols hivernaux des Rocheuses sans que les grands médias n'en parlent. Aujourd'hui, alors qu'il s'approche de sa destination à Ottawa, les médias crépitent de messages SOS enregistrés, assimilant sa mission à celle du convoi « illégal » dela liberté 2022, parrainé par la Russie et financé par l'étranger. Ces derniers récits, bien sûr, ont été totalement démystifiés par les comités d'enquête pertinents de la Chambre des communes et le but réel de la longue marche de l'adjudant Topp, tel que décrit dans ses objectifs clairement énoncés des « trois R », reste ignoré.

James Topp parcourt les Rocheuses alors que le « Canada marches » pour la liberté

Les « Trois R » que Topp apporte au centre du pouvoir politique de la nation sont:

  • révoquer tous les mandats, y compris ceux liés aux programmes de vaccination de masse, d'isolement social et de masquage, tout en protégeant les personnes vulnérables. Le système de santé devrait protéger les faibles - et non servir d'excuse pour violer les libertés civiles de tous les Canadiens;

  • réintégrer les employés qui ont perdu leur emploi en raison du mandat de vaccination et interdire le verrouillage des entreprises et des écoles; et

  • fournir un remboursement pour les salaires et les revenus perdus tout en réparant le fossé considérable qui a été créé par nos propres dirigeants pour diviser les Canadiens sur la base de leur statut médical.

Nombreux sont ceux qui n'ont pas hésité à faire remarquer que la randonnée de Topp et ses objectifs sont tristement dépassés, maintenant que le gouvernement fédéral a fait marche arrière par rapport à ses propres mandats. Cette décision, prise le 14 juin 2022, a l'apparence suspecte d'avoir été mise en place spécifiquement pour désamorcer la marche de Topp en faisant des promesses temporaires. Que peut-on penser d'autre étant donné l'utilisation par le gouvernement du terme « suspendre » et la promesse de réintroduire « les mandats de vaccination dans les lieux de travail sous réglementation fédérale à l'automne, si nécessaire »?

Le gouvernement fait-il des promesses temporaires lorsqu'il s'agit de lever les mesures de lutte contre la pandémie?

La distance entre la « révocation » de Topp et la « suspension » du gouvernement est insurmontable. Après tout, la première est fondée sur des preuves tangibles indiquant que les mesures de lutte contre la pandémie ont fait plus de mal que de bien, tandis que la seconde repose sur une « science en évolution» malléable. Le fait que les vaccins actuels soient incapables de faire face aux dernières variantes du virus de Wuhan a totalement échappé à la logique gouvernemental. Leurs pertes de crédibilité sur le sujet des mandats de vaccination a laissé le public canadien assoiffé d'informations factuelles dont il a besoin pour prendre des décisions éclairées sur de telles mesures. De telles informations sont proposées dans le cadre de la discussion sur le point de l'ordre du jour relatif à la « révocation » de l'adjudant Topp, qui met à disposition une équipe d'experts dès son arrivée à Ottawa. Le symposium connexe, qui se tiendra le 23 juin 2033, est nécessaire de toute urgence, car il semble que le gouvernement fédéral soit impatient de rétablir les mesures de confinement et les mandats de vaccination qui ont déjà échoué, dès que la température baissera en automne au Canada.

Les mandats en cas de pandémie seront-ils relancés lorsque les températures canadiennes baisseront?
 

Rétablir


Le déclenchement de licenciements sur la base de l'état de santé d'un employé a débuté à l'automne 2021, lorsque les gouvernements ont entrepris de rendre obligatoire la vaccination dans leurs juridictions. La logique de ces mandats était erronée dès le départ, car la variante Delta du virus Wuhan était dominante à l'époque. Le problème était que les vaccins disponibles étaient incapables d'empêcher la propagation de cette variante. En effet, il était connu que les pics de charge virale du virus Delta chez les personnes vaccinées étaient tout aussi élevés que chez les personnes non vaccinées et que « la vaccination n'a pas limité la propagation du virus Delta ». Les gouvernements n'ont jamais expliqué comment de tels mandats pouvaient être justifiés étant donné que les vaccinés présentaient une telle menace pour leur entourage et, pire encore, les médias traditionnels étaient heureux de voir ces mandats installés sans poser de questions.

Les médias canadiens sont incapables de s'interroger, de voir ou d'entendre les problèmes présentés par les mesures de pandémie?

En toute honnêteté, certains gouvernements ont ouvert la porte aux « accommodements » que la Charte canadienne et la législation sur les droits de la personne permettent. C'est le cas du gouvernement de l'Ontario avec sa directive n° 6 visant ses propres établissements de santé. Cette directive permettait aux établissements de santé d'autoriser les employés, le personnel, les entrepreneurs, les bénévoles et les étudiants à ne pas être vaccinés sur le lieu de travail, à condition qu'ils suivent un programme d'éducation et se soumettent à des tests antigéniques réguliers. Mais, chose étonnante, la « grande majorité » des établissements concernés opteront pour la vaccination obligatoire et placeront les personnes qui refusent en congé sans solde suivi d'une mise à la porte. De telles politiques persisteraient dans de nombreux hôpitaux, après la levée de la directive n° 6 en mars 2022. La justification de ces mandats continus est moins que claire étant donné que la variante omicron est maintenant dominante - une variante dont la propagation est encore moins limitée par les vaccins que la variante delta.

Pourquoi des mandats alors que les vaccins sont de moins en moins efficaces avec les nouvelles variantes?

Si les travailleurs de la santé non vaccinés ont été traités de manière injuste, que dire de ceux qui travaillent dans le secteur des voyages/transport, où les politiques en la matière n'offrent aucun compromis? Il s'agit notamment de ceux des secteurs du camionnage et de l'aviation qui ont, sans doute, entraîné des goulots d'étranglement dans les chaînes d'approvisionnement et les voyages aériens. En effet, dans le cas des camionneurs, ces politiques ont également conduit au phénomène international qu'a été le convoi de la liberté 2022, dont les protestations ont mis dans l'embarras un gouvernement canadien récalcitrant et entêté. Où est la justification du licenciement de camionneurs non vaccinés qui, dans l'ensemble, travaillent isolés à l'intérieur de leur camion? Où est la justification du licenciement des pilotes qui, selon les propres preuves du gouvernement fédéral, sont très peu susceptibles de propager le virus à bord des avions qu'ils pilotent? Comme c'est le cas pour le point de l'ordre du jour «révocation» de Topp, pourquoi la chute des températures automnales devrait-elle être le signal pour empêcher ces gens de gagner leur vie?

Les camionneurs enfermés dans leur cabine représentent-ils un risque d'infection pour les Canadiens?
 

Restitution et réparation


Il est malheureux de constater que les employés des hôpitaux, des entreprises de camionnage et de l'aviation ont été sommairement licenciés de leur poste sans même pouvoir percevoir de prestations de chômage. C'est comme s'ils étaient punis pour avoir insisté sur la préservation de leur droit à l'autonomie corporelle. Cette supposition est peut-être plus grave qu'il n'y paraît, car certains fonctionnaires ont déclaré que les mandats de vaccination, par exemple, étaient conçus pour contraindre les travailleurs à se faire vacciner. C'est le cas du médecin-chef de l'Ontario, le Dr Kieran Moore, qui a déclaré que l'intention de ces politiques était de forcer le personnel à « saisir l'occasion de se faire vacciner pour se protéger ». Oubliez l'idée de contenir la propagation du virus car, comme nous l'avons vu, les vaccins n'y parviennent pas. Il ne s'agit que de protection personnelle qui, apparemment, voit les désirs d'un individu passer au second plan face au contrôle et à la coercition du gouvernement.

L'autonomie corporelle est une chose - sauf quand il s'agit de vaccins?

Le besoin de restitution n'est pas une simple question de restitution des salaires perdus. Il s'agit aussi de réparer, dans la mesure du possible, les vies qui ont été irrémédiablement altérées par une blessure causée par un vaccin. De tels cas s'accumulent de manière accélérée et font même l'objet d'observations de la part de médecins - observations qui ne sont pas téléchargées par les bases de données canadiennes sur les effets indésirables des vaccins. Nous voyons de tels témoignages de la part de professionnels comme le Dr Mary O'Connor qui a récemment été interviewée par la série vidéo « in Hot » de C3RF. Dans son interview, d'une durée de 18 à 20 minutes, elle décrit une multitude de patients qui ont subi des blessures après avoir été vaccinés, certains mourant même dans leur sommeil. Comme elle le fait remarquer, et compte tenu du fait que les rapports sur les effets indésirables n'ont même pas été acceptés par le système, comment ces personnes peuvent-elles être dédommagées? C'est certainement une question valable que l'adjudant Topp doit soulever auprès des autorités politiques. Non?

La déclaration des séquelles des vaccins est-elle aléatoire au Canada?

Parallèlement à la révocation, au rétablissement et à la restitution, il existe, comme le note Topp, un besoin très réel de réparer la relation entre les élus et leurs électeurs. Le fait qu'une telle réparation soit nécessaire se reflète dans les difficultés continues que ces derniers sont contraints de supporter en raison des politiques mises en œuvre par les élus. Comme point de départ de ce processus de guérison, la vérité et la franchise doivent enfin pouvoir entrer sur la place publique - tant de questions restent sans réponse. Pourquoi, par exemple, les personnes déjà infectées doivent-elles être vaccinées alors que leur propre système immunitaire leur offre une protection supérieure? Pourquoi les enfants canadiens doivent-ils être vaccinés alors que l'équation risques/avantages penche en faveur de la non-vaccination et que le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) du pays déclare qu'on « ne sait pas si une myocardite/péricardite se produira après l'administration des faibles doses d'ARNm présentes dans les vaccins pédiatriques COVID-19 pour les enfants de 5 à 11 ans ». Il semble vraiment que les dirigeants politiques agissent sans tenir compte des risques pour la santé des Canadiens, en particulier des plus petits. N'est-ce pas là, comme le dit Topp, un besoin de réparer et de restaurer la confiance défaillante du public dans ses agences et institutions représentatives? N'est-il pas grand temps de discuter des « trois R »?

Est-il temps de rétablir la confiance du public dans ses institutions?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags