C3RF Update, 25 Feb 2022 – This is stupid!


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Sign! Petition to the Governor General of Canada - dismiss Prime Minister Trudeau

 

This is stupid!


Greg Hill is a long-time military and civil aviation professional with over 30 years of piloting experience in both the military and major airliner domains. He is currently out of work due to enforced vaccine mandates at his former airline and now serves as the co-director of the 40,000 strong “Free to Fly” organization.Free to Fly” is yet another emergent organization, along with “Police on Guard for Thee” and “Mounties for Freedom”, that is dedicated to restoring bodily autonomy in their respective workplaces. Greg is a powerful and eloquent speaker and recently twigged my own professional flying memories when he discussed the inflection point that sees a multi-crew flight operation transition from normal to emergency operations. The transition point usually begins with a “three-word disaster-averting, life-saving statement” that usually goes something like “This is stupid!”

Free to Fly Greg Hill thinks “this is stupid"

Such a statement, issued during the course of normal, multi-crew flight, is the cue for both the pilot and co-pilot to drop all activities and begin a dedicated discussion. A discussion aimed at turning something stupid into something that is known and then resolved. I have been a part of many such discussions and decision-making processes with most of them being undertaken during automated flight controlled by sophisticated flight management control (FMS) systems. In these cases, the statement wasn’t so much “this is stupid” but “what’s it doing now?” It is at times such as these that the flight crew needs to act to bring the aircraft under positive control to prevent any further drift away from a cleared flight path. It is time to “click off” automated, managed flight and fly the aircraft by hand while the automated systems are sorted out. It’s time to get back to basics. It’s time to take back the wheel!

Time to take back the wheel when the automation fails?

And so it is now as Canadians, more and more, find themselves describing policies coming out of Ottawa and the provincial capitals as “stupid”. Problem is, their calls to get back to basics and open lines of communication and resolution have been met by counter-productive and dismissive silence by the powers-that-be. And so it was with a Charter-sanctified Freedom Convoy 2022 protest that was allowed to drive into the heart of the nation’s capital only to be ignored and then pilloried with unsubstantiated accusations of “occupation”, extremism and even “terrorism”. The demonization of fellow Canadians in this fashion is even more “stupid” than the policies being protested when one considers that dialogue seems to have been purposely sidelined. Would it not have been better for authorities to make the case for truckers to be vaccinated for cross-border operations and defuse their original reason for organizing? Are the authorities actually saying they have no rationale for imposing such hardships on unvaccinated drivers – even as they move to install similar restrictions on interprovincial trucking operations? Have they signalled, through defaulting on open debate, that the truckers are on the correct side of the argument?

Transport Minister Alghabra calls for interprovincial as well as international trucker restrictions
 

Bloody Sunday


The failure to dialogue, or even initiate one, has led political authorities to double down on stupid with even more stupid in the form of the invocation of Canada’s Emergencies Act of 1988. The invocation became even more surreal with the Prime Minister’s assurance that it would be deployed in full compliance with the Charter of Rights and Freedoms. Given the fact that border-crossing protests were disassembled well before draconian police action was taken to disperse the Ottawa protest, how could this be the case? How could it be the case when the right to free expression, in the form of contributing monetarily to a popular cause, would be punished with the freezing of mom-and-pop bank accounts? How could this be the case when the truckers’ right to protest peacefully and, therefore, legally was termed to be a blockade when it was the Mayor of Ottawa who directed trucks onto Parliament Hill. And how could it be termed an illegal “occupation” when there were no arrests for violent crimes and a judge ruled the gathering to be a rightful protest even as he levelled an injunction against horn honking. Weren’t all of these actions taken in direct contravention to Charter Rights and Freedoms?

Did Ottawa Mayor Jim Watson contribute to the trucker "blockade"

It seems as though the government was angling for a fight by mischaracterizing the nature of the protests even as it proceeded directly to the implementation of a nuclear, Emergencies Act option. Seen in this light, it is almost as though the government was following the playbook of the Russian Czarist regime of 1905. It was then that a large peaceful protest was organized by labour groups to petition the Czar at his Winter Palace in St. Petersburg. Then as now, the Czar removed himself from the scene and left it to local authorities to deal with what began as a peaceful and respectful demonstration. These authorities panicked and used their emergency powers to shoot into the crowd of protesters and create a Russian “Bloody Sunday”. No one may have shot into an Ottawa crowd of protesters, as of yet, but many were placed under the threat of financial ruin, the extermination of their pets and the removal of their children even as some were trampled underfoot by police horses.

Police trample disabled lady in Ottawa trucker protest

In 1905, Bloody Sunday hardened positions to the point of shaping Russia’s future. Will the same be said of Canada’s invocation of the Emergencies Act in 2022? It would seem that this outcome is a distinct possibility as the Liberal government, aided by a fawning NDP Party, is resolutely committed to a course of action that sees the Emergencies Act invoked as a first line of defense to its hegemony over Canadian political power rather than its last. Accordingly, there was no submission of evidence to the protesting truckers that “demonstrably justified” the imposition of the original policies that they had issue with. This not only flew in the face of the Charter protections but in the face of international conventions that Canada is signatory to. Prime among these is the International Covenant on Civil and Political Rights (ICCPR) that is derived from the United Nations Declaration of Human Rights of 1948.

Canada is bound by international law like the UN ICCPR
 

Taking back the wheel


This binding international law is reflected in Canada’s own Crimes Against Humanity and War Crimes Act of 2000 and calls for prohibitions against “cruel, inhuman or degrading treatment or punishment” (Article 7). It goes without saying that the federal government’s decision to use the Emergencies Act to freeze protest supporter bank accounts is particularly cruel and punishing as it has the power to deprive same of the ability to feed and service the needs of themselves and their families. This is particularly egregious given the fact that alleged supporters were targeted on the basis of illegally hacked GiveSendGo data distributed by elements of the State’s own broadcast system and by fawning media personalities. In addition, police forces, throughout the Ottawa protest, went out of their way to deprive demonstrators of the basics of life by depriving them of the food and fuel required to stay warm in -30-degree temperatures. All this for the lack of tow trucks and a bunch of bylaw infractions!

Ottawa police conduct night raid to apprehend protester fuel

Such degrading treatment runs afoul of both domestic and international definitions of “crimes against humanity” as stated in the Canadian Crimes Against Humanity and War Crimes Act and the Rome Statute of the International Criminal Court. These recognize “crimes against humanity” as “inhumane acts…intentionally causing great suffering, or serious injury to body or to mental or physical health”. Most certainly, the freezing of financial assets with the concomitant threat to both physical and mental health qualifies as such a crime – particularly when it can be levelled with the mere suspicion of being “pro-Trump”! And so we see international figures point a finger at Canada as an abuser of human rights. Australian MP Craig Kelly has made such a claim on the basis of Canada’s reckless invocation of the Emergencies Act as has an American candidate for the United States Senate and a U.S. House Representative. Throw in online memes that mock our Prime Minister’s perceived proclivity for jailing his political opponents and one can see that the world is watching as Canada drifts into tyranny under his leadership. A leadership, by the way, that is forcing law enforcement officials to become accessories to his human rights violations as “following orders” is no excuse under domestic and international law. Or so says Section 13 of the Canadian Crimes Against Humanity and War Crimes Act.

Prime Minister Trudeau explains Charter will be maintained during Emergencies Act. A joke?

As Canada hurtles down the path to a one-party, tyrannical state untethered from its Charter of Rights and Freedoms and its international obligation to defend human rights, one can hear the words forming in one’s own mind – “this is stupid!” As in the case of automated flight gone awry, it’s time to “click off” sophisticated, hands-off systems and get back to the basics of responsible government by whatever legal means are possible. When it comes to the basics in Canada, it’s all about representative leadership that is bound by the Charter domestically and human rights obligations internationally. That leadership begins at the top and, with no disrespect meant to the good people of Papineau who elected Justin Trudeau, the “oppressive Trudeau-led government” needs a new, Charter-friendly hand at the wheel. Accordingly, and in line with the legal, reserve powers assigned to the Governor General of Canada, our head of state needs to stop the drive to despotism and appoint a new Prime Minister. After all, the Governor General and Lieutenant Governors “have the power to dismiss a first minister involved in criminality or blatantly unconstitutional”. In aid of that prospect, please consider signing this petition and requesting our Governor General to place a new “responsible” representative at the wheel of the Canadian state.

Her Excellency the Right Honourable Mary Simon - Governor General of Canada
 

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Signez! Pétition à la gouverneure générale du Canada – rejeter le premier ministre Trudeau

 

Ça c'est stupide!


Greg Hill est un professionnel de l'aviation civile et militaire de longue date, avec plus de 30 ans d'expérience en tant que pilote dans les domaines militaire et civil. Il est actuellement au chômage en raison de l'obligation de se faire vacciner par son ancienne compagnie aérienne et est maintenant codirecteur de l'organisation « Free to Fly », forte de 40 000 membres. « Free to Fly » est une autre nouvele organisation, avec « Police on Guard for Thee » et « Mounties for Freedom », qui se consacre à la restauration de l'autonomie corporelle sur leurs lieux de travail respectifs. Greg est un orateur éloquent et il a récemment éveillé mes propres souvenirs de vol professionnel lorsqu'il a parlé du point d'inflexion durant lequel une opération de vol passe d'un fonctionnement normal à un fonctionnement d'urgence. Le point d'inflexion commence généralement par une « déclaration en trois mots pour éviter un désastre et sauver une vie » qui ressemble à quelque chose comme « Ça c'est stupide! ».

« Free to Fly » Greg Hill pense que "ça c'est stupide"

Une telle déclaration, émise au cours d'un vol normal, est le signal pour le pilote et le copilote d'abandonner toute activité et d'entamer une discussion spécifique. Une discussion visant à transformer quelque chose de stupide en quelque chose qui est connu et ensuite résolu. J'ai participé à de nombreuses discussions et processus de décision de ce type, la plupart ayant eu lieu pendant un vol automatisé contrôlé par des systèmes sophistiqués de gestion de vol (FMS). Dans ces cas, la déclaration n'était pas tant « ça, c'est stupide » que « qu'est-ce qu'il se passe? ». C'est dans ces moments-là que l'équipage doit agir pour ramener l'avion sous contrôle afin d'éviter toute dérive supplémentaire par rapport à une trajectoire de vol voulue. Il est temps de « désactiver » le vol automatisé et de piloter l'avion à la main pendant que les systèmes automatisés sont réglés. Il est temps de revenir à l'essentiel. Il est temps de reprendre le volant!

Il est temps de reprendre le volant lorsque le pilote automatique échoue?

Et c'est ainsi que les Canadiens, de plus en plus, se retrouvent à qualifier de « stupides » les politiques émanant d'Ottawa et des capitales provinciales. Le problème est que leurs appels à revenir à l'essentiel et à ouvrir des lignes de communication et de résolution ont été accueillis par un silence contre-productif et dédaigneux de la part du pouvoir en place. C'est ce qui s'est passé avec le Freedom Convoy 2022, protégé par la Charte, qui a été autorisé à se rendre au cœur de la capitale nationale pour être ignoré, puis cloué au pilori par des accusations non fondées d' « occupation », d'extrémisme et même de « terrorisme ». Cette diabolisation de nos concitoyens canadiens est encore plus « stupide » que les politiques contestées si l'on considère que le dialogue semble avoir été délibérément mis de côté. N'aurait-il pas été préférable que les autorités plaident en faveur de la vaccination des camionneurs pour les opérations transfrontalières et désamorcent la raison initiale de leur organisation? Les autorités sont-elles en train de dire qu'elles n'ont aucune raison d'imposer de telles contraintes aux conducteurs non vaccinés, alors même qu'elles s'apprêtent à imposer des restrictions similaires aux opérations de camionnage interprovinciales? Ont-elles signalé, en refusant un débat ouvert, que les camionneurs sont du bon côté de l'argument?

Le ministre des transports, M. Alghabra, demande des restrictions interprovinciales et internationales pour les camionneurs
 

Un dimanche rouge


L'échec du dialogue, ou même de l'amorce d'un dialogue, a conduit les autorités politiques à redoubler de stupidité avec encore plus de stupidité sous la forme de l'invocation de la Loi canadienne sur les urgences de 1988. Cette invocation est devenue encore plus surréaliste lorsque le premier ministre a assuré que cette loi serait déployée dans le plein respect de la Charte des droits et libertés. Étant donné que les manifestations aux frontières ont été démantelées bien avant que des mesures policières draconiennes soient prises pour disperser la manifestation d'Ottawa, comment cela a-t-il pu être le cas? Comment cela peut-il être le cas lorsque le droit à la libre expression, sous la forme d'une contribution financière à une cause populaire, est puni par le gel des comptes bancaires des familles? Comment cela pourrait-il être le cas lorsque le droit des camionneurs de protester pacifiquement et, par conséquent, légalement, a été qualifié de blocus alors que c'est le maire d'Ottawa qui a dirigé les camions vers la colline du Parlement. Et comment peut-on parler d'une « occupation » illégale alors qu'il n'y a eu aucune arrestation pour crime violent et qu'un juge a jugé que le rassemblement était une protestation légitime, même s'il a émis une injonction contre le klaxon. Toutes ces actions n'étaient-elles pas en contradiction directe avec la Charte des droits et libertés?

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, a-t-il contribué au « blocus » des camionneurs?

Il semble que le gouvernement ait cherché la bagarre en déformant la nature des protestations alors même qu'il passait directement à la mise en œuvre de l'option nucléaire pas le biais de la loi sur les urgences. Vu sous cet angle, c'est presque comme si le gouvernement suivait le livre de jeu du régime tsariste de 1905. C'est alors qu'une grande manifestation pacifique a été organisée par des groupes de travailleurs pour adresser une pétition au tsar au palais d'hiver de Saint-Pétersbourg. Comme aujourd'hui, le tsar s'est retiré de la scène et a laissé aux autorités locales le soin de gérer ce qui n'était au départ qu'une manifestation pacifique et respectueuse. Ces autorités ont paniqué et ont utilisé leurs pouvoirs d'urgence pour tirer dans la foule des manifestants et créer un « dimanche rouge » russe. Personne n'a encore tiré sur une foule de manifestants à Ottawa, mais beaucoup ont été menacés de ruine financière, d'extermination de leurs animaux domestiques et d'enlèvement de leurs enfants, tandis que certains étaient piétinés par les chevaux de la police.

La police piétine une dame handicapée lors de la manifestation des camionneurs à Ottawa

En 1905, le dimache rouge a durci les positions au point de façonner l'avenir de la Russie. En sera-t-il de même pour l'invocation par le Canada de la Loi sur les urgences en 2022? Il semblerait que cela soit une possibilité distincte, car le gouvernement libéral, aidé par un parti néo-démocrate en pâmoison, est résolument engagé dans une ligne de conduite qui voit l'invocation de la Loi sur les urgences comme une première ligne de défense de son hégémonie sur le pouvoir politique canadien plutôt que comme sa dernière. Par conséquent, aucune preuve n'a été présentée aux camionneurs protestataires pour « justifier de manière évidente » l'imposition des politiques initiales qu'ils contestaient. Cela va à l'encontre non seulement des protections de la Charte, mais aussi des conventions internationales dont le Canada est signataire. Le plus important d'entre eux est le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), qui découle de la Déclaration des droits de l'homme des Nations Unies de 1948.

Le Canada est lié par le droit international, comme le Pacte international relatif aux droits civils et politiques des Nations unies
 

Reprendre le volant


Ce droit international se reflète dans la Loi canadienne sur les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre de 2000, qui interdit les « peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants » (article 7). Il va sans dire que la décision du gouvernement fédéral d'utiliser la Loi sur les mesures d'urgence pour geler les comptes bancaires des partisans de la protestation est particulièrement cruelle et punitive, puisqu'elle a le pouvoir de priver ces personnes de la capacité de se nourrir et de subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille. Cela est d'autant plus flagrant que les partisans présumés ont été ciblés sur la base de données GiveSendGo illégalement piratées et diffusées par des éléments du système de diffusion de l'État et par des personnalités médiatiques. En outre, les forces de police, tout au long de la manifestation d'Ottawa, ont fait tout leur possible pour priver les manifestants en les privant de la nourriture et du carburant nécessaires pour rester au chaud par des températures de -30 degrés. Tout cela pour l'absence de camions remorques et un tas d'infractions aux règlements municipaux!

La police d'Ottawa effectue un raid nocturne pour confisquer le carburant des manifestants

Ce traitement dégradant va à l'encontre des définitions nationales et internationales des « crimes contre l'humanité », telles qu'elles figurent dans la Loi canadienne sur les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre et dans le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. Ces textes reconnaissent les « crimes contre l'humanité » comme des « actes inhumains [...] causant intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves à l'intégrité physique ou à la santé mentale ou physique ». Le gel des avoirs financiers, accompagné d'une menace pour la santé physique et mentale, est certainement un crime de ce type, surtout lorsqu'il peut être déclenché par la simple suspicion d'être « pro-Trump »! Et c'est ainsi que nous voyons des personnalités internationales pointer du doigt le Canada comme violateur des droits de l'homme. Le député australien Craig Kelly a fait une telle affirmation sur la base de l'invocation irréfléchie de la Loi sur les urgences par le Canada, tout comme un candidat américain au Sénat des États-Unis et un représentant de la Chambre des représentants des États-Unis. Ajoutez à cela des mèmes en ligne qui se moquent de la propension apparente de notre premier ministre à emprisonner ses opposants politiques et vous comprendrez que le monde entier observe la dérive du Canada vers la tyrannie sous Trudeau. Un leadership qui, soit dit en passant, oblige les responsables de l'application de la loi à se rendre complices de ses violations des droits de l'homme, car « suivre les ordres » n'est pas une excuse en vertu du droit national et international. C'est ce que dit l'article 13 de la Loi canadienne sur les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre.

Le premier ministre Trudeau explique que la Charte sera maintenue pendant la Loi sur les urgences. Une blague?

Alors que le Canada s'engage sur la voie d'un État tyrannique à parti unique, sans lien avec sa Charte des droits et libertés et avec son obligation internationale de défendre les droits de la personne, on peut entendre les mots qui se forment dans son propre esprit : « Ça c'est stupide! » Comme dans le cas du vol par pilote automatique qui a mal tourné, il est temps de « déconnecter » les systèmes sophistiqués et sans intervention et de revenir aux principes de base du gouvernement responsable par tous les moyens légaux possibles. Pour ce qui est de l'essentiel au Canada, il s'agit d'un leadership représentatif qui est lié à la Charte au niveau national et aux obligations en matière de droits de la personne au niveau international. Ce leadership commence au sommet et, sans vouloir manquer de respect aux gens de Papineau qui ont élu Justin Trudeau, le « gouvernement oppressif dirigé par Trudeau » a besoin d'une nouvelle main au volant, respectueuse de la Charte. Par conséquent, et conformément aux pouvoirs légaux et de réserve attribués au gouverneur général du Canada, notre chef d'État doit mettre fin à la tendance au despotisme et nommer un nouveau premier ministre. Après tout, le gouverneur général et les lieutenants-gouverneurs « ont le pouvoir de révoquer un premier ministre impliqué dans une affaire criminelle ou manifestement inconstitutionnelle ». Dans cette perspective, veuillez envisager de signer cette pétition et de demander à notre gouverneur général de placer un nouveau représentant « responsable » à la barre de l'État canadien.

Son Excellence la très honorable Mary Simon - Gouverneure générale du Canada
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags