C3RF Update, 26 Mar 2021 – Frog in a pot


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

Frog in a pot


Canada is no longer recognizable as the free and democratic country that I grew up in. So said Erin Coates, wife of pastor James Coates, in a recent interview with Tucker Carlson. One can understand her startling statement given the fact that her husband was jailed in solitary confinement at a maximum-security prison for doing his job – preaching and tending to his congregation at the GraceLife Church of Edmonton. You see, the good pastor had the temerity to exercise his Charter rights to both conscience and religion in the face of Alberta’s Public Health Act. All this, even as the local Walmart and Costco kept ringing up their profits.

Tucker Carlson was visibly shaken by Mrs. Coates assertion that Canada was no longer free. How could this have happened, he asked, to a country that was so firmly fixed within the matrix of Western liberal democracies? Her answer was simple and had the straightforward, commonsensical feel of truth about it. It had all happened gradually over time, she said, with one freedom falling after the other a little bit at a time. Like a frog in a pot that has the heat turned up gradually, the water had reached a boil without the frog noticing and it was now immobilized and unable to save itself. And so it was with Canadians, she noted, as their silent acquiescence to the gradual stripping of their liberties had left them with none to fight back with.

The frog in a pot analogy is not new to Canadians. Recall a similar parallel invoked by then Quebec Premier Jacques Parizeau in 1995. In the runup to the Quebec separation referendum of that same year he likened Quebec voters to “lobsters thrown into a boiling pot”. He surmised this to be the case once they gave a majority “yes” vote to the separation proposition. They would be defenseless in the aftermath as his preparations behind the scenes would kick in with irreversible consequences. One has to wonder, has Canada realized a present-day “yes” vote by virtue of its insistence on locking down its citizens in the face of the Wuhan virus? Have preparations been made behind the scenes to usurp the freedoms we now need to fight our way out of a newly installed tyranny?

The shrinking of Canadian civil liberties


When it coms to the usurpation of Canadian civil liberties, one is struck by the steady, incessant encroachment on individual rights even as those of various collectives have been augmented. Recall that Marshal McLuhan’s observation that “the medium is the message” offered an explanation for this “balancing away” of rights away from the individual. He saw Western society moving away from the enlightened “individualism” that arose out of the print medium era to a new “tribalism” brought in by the digitization of the communications landscape. Problem is, the transition from “individual man” to “tribal man” comes with a “global village” perspective that prizes conformance over self-determination and alters the social fabric of the nation. In turn, we see this new social context shaping how we deal with our, heretofore, sacred civil liberties.

The shaping of our fundamental freedoms, as annotated in our Charter, has been spearheaded by a judicial system that recognizes “social context” as a compelling motivator for change. An excellent case in point is the 20-year saga that is the nation’s treatment of the euthanasia question. In 1993 the issue was dealt with by the Supreme Court in the Sue Rodriguez case. Ms. Rodriguez suffered from ALS and appealed to the court to allow her an “assisted death”. The Court of the day ruled against her application by calling up the need to respect the longstanding Common Law precedent that prioritized the “sanctity of life”. In doing so it affirmed the preamble of the same Charter that hailed back to such precedents with its recognition that Canada was “founded upon principles that recognize the supremacy of God and the rule of law”. Social context, however, lives outside of any obligation to prize each individual life as a unique and valued entity worthy of protection and preservation. It is, after all, ever-changing – especially in a world driven by digitized narratives.

By 2015 the social context had indeed changed and a new court case, “Carter v Canada”, saw a unanimous decision by the Supreme Court give mentally competent adults the right to a doctor-assisted suicide. Common Law precedent be damned, the Court found within the right to life provisions of the Charter a right to death. The decision was seen as “activist” in nature as it overturned centuries-old legislation with the explanation that a new “matrix of legislative and social facts” demanded the change. One wonders, given such zealous adherence to such an everchanging matrix, what sacrosanct societal principle or value is safe? As Erin Coates opined, they can be picked off one at-a-time quietly when the context is allowed to reign supreme by a disinterested citizenry.

The slippery slope


Lacking a map of societal principles capable of charting a worthwhile and meaningful course into the future can lead to grave consequences. We can see such rudderless meandering in the case of the Netherlands and its experience with the euthanasia file. The file was opened some 20 years ago when this tiny western nation pioneered assisted-suicide with a clear intention to address “unbearable suffering with no prospect of improvement”. This noble cause, however, was subverted by calls to place autonomy over the sanctity of life and thereby begin an accelerated slide down a “slippery slope”. The country is now so far down this slope that young adults with no prospect of death, and even the mentally ill, are viable candiates for their own assisted demise. Indeed, a new proposal would see the distribution of “completed life” pills that would “give anyone over 70 years of age the right to receive a lethal poison” and cut the doctor out of the process completely. Is this where Canada is headed with its new mandate to conform with the “matrix of legislated and social facts”?

It would appear that this, indeed, might very well be in Canada’s near-term future. The recent passage of Bill C-7 (Medical Assistance in Dying) speaks to this fact as it builds upon the 2015 Carter-based legislation to open death’s door to a whole new cavalcade of candidates. These now include those who do not see a natural death ahead in the “reasonably foreseeable future” but those who may have decades of life left to them. Additionally, although the Bill fell short of authorizing an assisted death for those suffering solely from mental illness, it did offer some promise in the form of a two-year study period to see how such an accommodation can be made. Meanwhile back in the Netherlands, a doctor is being prosecuted for breaching the county’s euthanasia laws by administering a lethal drug on an elderly lady even as her family held her down. Question becomes, can you back your way up a slippery slope once on it?

Unfortunately, finding our way back up such slippery slopes will require a re-ordering of rights that sees the “individual man” come out ahead of the “tribal man”. For this re-ordering to happen, the most fundamental of all individual rights, that of free speech, will have to be buttressed and re-invigorated to give “individual man” a chance at displacing the “social context” of his “tribal” counterpart. Problem is, free speech has come under relentless attack over the recent years and is in such a state of disrepair that we are not only being told what not to say, we are actually in a state of “compelled speech”. Witness the predictions made by Jordan Peterson on the heels of passing Bill C-16 (Gender Identity and Expression) in 2016. He was ridiculed for suggesting folks would be going to jail for not using self-assigned pronouns and yet here we are – a father is being shipped off to the slammer for referring to his biological daughter as his daughter. Escaping back up the slippery slope and recovering the rights that Erin’s frog in the pot allowed to slip away will require the restoration of free speech. Clearly, free speech is the priority battle that must be won before we can head back up that slope and save the frog.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

La grenouille ébouillantée


Le Canada n'est plus reconnaissable comme le pays libre et démocratique dans lequel j'ai grandi. C'est ce qu'a déclaré Erin Coates, épouse du pasteur James Coates, lors d'une récente interview avec l'animateur américain Tucker Carlson. On peut comprendre sa déclaration surprenante étant donné que son mari a été emprisonné et isolé dans une prison à sécurité maximale pour avoir fait son travail - prêcher et s'occuper de sa congrégation à l'église GraceLife d'Edmonton. Voyez-vous, le bon pasteur a eu la témérité d'exercer les droits de conscience et de religion que lui confère la Charte, en dépit de la Public Health Act de l'Alberta. Tout cela, alors même que les Walmart et Costco locaux continuaient d'encaisser leurs profits.

M. Carlson était visiblement ébranlé par l'affirmation de Mme Coates selon laquelle le Canada n'était plus libre. Comment cela a-t-il pu arriver, a-t-il demandé, à un pays qui était si fermement ancré au sein des démocraties libérales occidentales? La réponse de Mme Coates était simple et avait l'air d'être la vérité. Tout s'est passé progressivement au fil du temps, dit-elle, une liberté tombant l'une après l'autre, « tranquillement pas vite ». Comme une grenouille dans une marmite dont on augmente progressivement le feu, l'eau a atteint son point d'ébullition sans que la grenouille ne s'en aperçoive, et elle est maintenant immobilisée et incapable de se sauver. C'est ce qui s'est passé avec les Canadiens, a-t-elle noté, car leur acquiescement à la suppression progressive de leurs libertés ne leur a laissé aucun moyen de se défendre.

L'analogie de la grenouille dans un pot n'est pas nouvelle pour les Canadiens. Rappelez-vous un parallèle similaire invoqué par Jacques Parizeau, alors premier ministre du Québec, en 1995. Dans la période précédant le référendum sur la séparation du Québec, il a comparé les électeurs québécois à des "homards jetés dans l'eau bouillante". Il pensait que ce serait le cas une fois qu'ils auraient voté majoritairement « oui » à la proposition de séparation. Ils seraient sans défense par la suite, car ses préparatifs en coulisses auraient des conséquences irréversibles. On peut se demander si le Canada a obtenu un « oui » actuel en raison de son insistance à confiner ses citoyens face au virus de Wuhan. Des préparatifs ont-ils été faits en coulisses pour usurper les libertés dont nous avons maintenant besoin pour nous sortir de cette nouvelle tyrannie?

Le rétrécissement des libertés civiles canadiennes


Lorsqu'il s'agit de l'usurpation des libertés civiles canadiennes, on est frappé par l'empiètement constant et incessant sur les droits individuels, alors même que ceux de diverses collectivités ont été augmentés. Rappelez-vous que l'observation de Marshal McLuhan selon laquelle « le médium est le message » offrait une explication à ce « balancement » des droits au détriment de l'individu. Il voyait la société occidentale s'éloigner de l' « individualisme » éclairé issu de l'ère de l'imprimerie pour faire place à un nouveau « tribalisme » induit par la numérisation du monde des communications. Le problème est que la transition de « l'homme individuel » à « l'homme tribal » s'accompagne d'une perspective de « village global » qui privilégie la conformité à l'autodétermination et modifie le tissu social de la nation. En retour, nous voyons ce nouveau contexte social façonner la façon dont nous traitons nos libertés civiles, jusqu'ici sacrées.

Le façonnement de nos libertés fondamentales, telles qu'elles sont annotées dans notre Charte, a été mené par un système judiciaire qui reconnaît le « contexte social » comme une motivation impérieuse pour le changement. Un excellent exemple en est la saga de 20 ans que représente le traitement de la question de l'euthanasie. En 1993, la question a été traitée par la Cour suprême dans l'affaire Sue Rodriguez. Mme Rodriguez souffrait de la SLA et a demandé à la Cour de lui permettre une "aide à mourir". La Cour de l'époque s'est prononcée contre sa demande en rappelant la nécessité de respecter le précédent de longue date de la Common Law qui donnait la priorité au « caractère sacré de la vie ». Ce faisant, la Cour a confirmé le préambule de la même Charte qui renvoie à des précédents qui reconnaissent que le Canada est « fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit ». Le contexte social, cependant, échappe à toute obligation de considérer chaque vie individuelle comme une entité unique et précieuse, digne d'être protégée et préservée. Après tout, il est en constante évolution, surtout dans un monde régi par des récits numérisés sur l'Internet ou ailleurs.

En 2015, le contexte social avait effectivement changé et une nouvelle affaire judiciaire, « Carter c. Canada », a vu une décision unanime de la Cour suprême donner aux adultes mentalement compétents le droit à un suicide assisté par un médecin. Au mépris des précédents de la Common Law, la Cour a trouvé dans les dispositions de la Charte sur le droit à la vie un droit à la mort. La décision a été perçue comme étant de nature « activiste » puisqu'elle a renversé une législation vieille de plusieurs siècles en expliquant qu'une nouvelle « ensemble de faits législatifs et sociaux" » exigeait ce changement. On peut se demander, devant une telle adhésion zélée à un ensemble en constante évolution, quel principe ou valeur sociétale sacro-sainte est sauvegardée? Comme l'a fait remarquer Erin Coates, ils peuvent être éliminés un par un, tranquillement, lorsque le contexte est autorisé à régner en maître par des citoyens désintéressés.


(N.T. Le texte anglais du jugement utilise le mot matrice au lieu d'ensemble. Ceci donne encore plus l'impression que « les faits législatifs et sociaux » génèrent d'eux-mêmes les interprétations juridiques de notre « Charte vivante. »)

La pente glissante


L'absence de principes sociétaux capable de tracer une voie valable et significative pour l'avenir peut entraîner de graves conséquences. Le cas des Pays-Bas et de son expérience dans le dossier de l'euthanasie témoigne de ces errements. Le dossier a été ouvert il y a une vingtaine d'années, lorsque cette petite nation occidentale a fait œuvre de pionnier en matière d'euthanasie, avec l'intention claire de s'attaquer aux « souffrances insupportables et sans perspective d'amélioration ». Cette noble cause a toutefois été subvertie par des appels à placer l'autonomie au-dessus du caractère sacré de la vie et à entamer ainsi une descente accélérée sur une « pente glissante ». Le pays est maintenant si loin sur cette pente que les jeunes adultes sans perspective de mort, et même les malades mentaux, sont des candidats viables au suicide assisté. En effet, une nouvelle proposition prévoit la distribution de pilules « d'achèvement de la vie » qui « donneraient à toute personne âgée de plus de 70 ans le droit de recevoir un poison mortel » et élimineraient complètement le médecin du processus. Est-ce là la direction que prend le Canada avec son nouveau mandat de se conformer à l' "ensemble des faits législatifs et sociaux"?

Il semblerait en effet que cela pourrait très bien être dans l'avenir proche du Canada. L'adoption récente du projet de loi C-7 (aide médicale à mourir) en témoigne, car il s'appuie sur jugement Carter de 2015 pour ouvrir la porte de la mort à une toute nouvelle cavalcade de candidats. Ceux-ci comprennent maintenant ceux qui ne voient pas de mort naturelle dans un « avenir raisonnablement prévisible », mais ceux qui peuvent avoir des décennies de vie devant eux. En outre, bien que le projet de loi n'autorise pas la mort assistée pour les personnes souffrant uniquement d'une maladie mentale, il offre une certaine promesse sous la forme d'une période d'étude de deux ans pour voir si une accomodation peut être envisagée. Pendant ce temps, aux Pays-Bas, un médecin est poursuivi pour avoir enfreint la législation nationale sur l'euthanasie en administrant un médicament mortel à une dame âgée, alors que sa famille la maintenait par la force. La question qui se pose est la suivante : une fois sur une pente glissante, peut-on revenir en arrière?

Malheureusement, pour remonter ces pentes glissantes, il faudra réorganiser les droits de manière à ce que « l'homme individuel » l'emporte sur « l'homme tribal ». Pour que cette réorganisation ait lieu, le plus fondamental de tous les droits individuels, celui de la liberté d'expression, devra être renforcé et revigoré pour donner à « l'homme individuel » une chance de supplanter le « contexte social » de son homologue « tribal ». Le problème est que la liberté d'expression a fait l'objet d'attaques incessantes au cours des dernières années et qu'elle est dans un tel état de délabrement que non seulement on nous dit ce qu'il ne faut pas dire, mais que nous sommes en fait dans un état de « discours contraint ». En témoignent les prédictions faites par le professeur Jordan Peterson au lendemain de l'adoption du projet de loi C-16 (identité et expression du genre) en 2016. Il a été ridiculisé pour avoir suggéré que les gens iraient en prison s'ils n'utilisaient pas les pronoms que se sont attribués certaines personnes, et pourtant, un père est envoyé en prison pour avoir appelé sa fille biologique sa fille. Pour remonter la pente et recouvrer les droits que la grenouille d'Erin a laissé s'échapper, il faut rétablir la liberté d'expression. Il est clair que la liberté d'expression est la bataille prioritaire qui doit être gagnée avant de pouvoir remonter la pente et sauver la grenouille.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2021 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon