C3RF Update, 27 May 2022 – Information warfare


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! May is C3RF Funding Drive month - see notice below!


View! All C3RF “In Hot” interviews here


Review and participate in Version 9.0 of C3RF’s “One Stop Tyrant Shop”


Take a look at V9.0 of the “One Stop Tyrant Shop” to check out new additions. These changes are in bold text and link to efforts, initiatives and information that address and inform on individual line items in the “One Stop” table. This latest 9.0 version highlights a recent Canadian Taxpayer’s Federation petition that calls for the government of Canada to cease its legislative efforts to censor Canadians online.

 

Mis and disinformation


The concepts of disinformation and misinformation on the Canadian political scene just got a lot more confused last week with Wednesday’s “question period” in the House of Commons. Our own Prime Minister, in response to a question from Conservative MP Melissa Lantsman, admitted that vaccine mandates for travel were more required than ever. This, because more Canadians were dying now than at any other time over the past two-plus years of implementing Wuhan virus measures – measures that were anchored by a national vaccination program. Surely the Prime Minister, in saying so, is inferring that the vaccine program that nearly 90% of Canadians have taken advantage of is less than “safe and effective”. No?

MP Lantsman highlights the selective nature of “misinformation” through her questions in parliament

It would appear that the Prime Minister, based on analysis of the government’s own data, was speaking truth to power when he said more Canadians are dying now then ever since the start of the Wuhan virus emergency – particularly in the boosted population. Now the question becomes, if he, his government and all public health agencies in Canada are aware of this information and are “not paying attention”, are they “guilty of criminally negligent homicide”. On the other hand, if they “know exactly what is happening”, are they “guilty of pre-meditated murder”? These are serious charges that need to be investigated. The question is, if it were not for the chilling of such allegations by associating them with misinformation, and the more villainous charge of disinformation, would such investigations already be under way?

Do lockdowns and vaccine mandates need to be investigated criminally?

Indeed, when it comes to commentary on Wuhan virus measures, and a growing number of other politically orientated issues, those on the wrong side of the narrative can expect to come under withering attack from a cabal of sanctioned “experts” - experts who monopolize the nation’s main stream media and press outlets? It is certainly not for the unworthy to declare that the Wuhan virus situation is worse in Canada now than it was before the initiation of draconian lockdown and vaccination efforts. If they did, they would have been singled out as “misinformers”, if not black-hearted “disinformers”, and summarily punished. After all, suggesting that data shows that such efforts are not as “safe and effective” as avowed by the “science” has gotten many a medical professional in serious hot water. And so, we’ve seen in these pages the trashing of many careers by bureaucratic mandate including those of Drs. Kulvinder Gill and Patrick Phillips. Who knew that accusations of misinformation and disinformation could be so selectively applied?

Dr. Patrick Phillips has career trashed for espousing "misinformation" on the vaccine file
 

Information warfare


Examples of the ruling elite outright suppressing information they disapprove of goes beyond the realm of the Wuhan virus. We see them playing out in other areas including those related to climate change and immigration policies – both of which, by the way, are supportive of well-established Agenda 2030 Sustainability Development Goals. In all cases, the issue of identifying misinformation or disinformation on the basis of the ideas or opinions expressed, or the person expressing them, smacks of information manipulation. You can say this or that if it goes along with an accepted narrative but heaven help you if you stray. The whole concept of restricting speech under penalty of punishment can be seen to meet the United States Air Force (USAF) definition of “information warfare”. As described in its own “Cornerstones of Information Warfare” document, the USAF states that information warfare is “any action to deny, exploit, corrupt or destroy the enemy’s information and its functions”.

Are Canada and Canadians on the receiving end of "information warfare"?

Are not the “deny” and “destroy” aspects of this definition being put into practise when governments and related agencies crush the livelihoods of those who speak out against sanctioned narratives? One is left wondering, why are these entities, elected and employed by public-writ-large, utilizing such information warfare tactics on well-intended citizens and non-conforming professionals? In doing so, are they not implicitly admitting that they have no interest in allowing the truth of a matter, or matters, to come forward? Are they not committed to securing narratives that best serve their own objectives rather than those of the citizens and nation they are sworn to serve? Is it not as though they see themselves in a wartime situation at odds with a public clamoring for the transparency promised by a representative democracy?

Are Canada's elected and bureaucratic classes in revolt against the citizenry?

Unfortunately, we are now seeing an expansion of information warfare tactics as they go beyond speech denial and career destruction to embrace the exploitation and corruption of information through outright propaganda campaigns. How else to explain the Russian, baby formulae and “Monkeypox” distractions to keep Canadians from debating the risks and benefits associated with the draconian and never-ending Wuhan virus measures and mandates? Is our current inflation dilemma really caused by Russia’s invasion of Ukraine or by profligate government spending aimed at keeping Canadians away from their work during two-years worth of lockdowns? Are supply chain issues and shortages really about irresponsible citizens failing to get vaccinated or about public health policies that force workers out of their jobs to begin with? These are questions well worth asking as related answers have the potential to move us away from circling the drain of failure.

Is unencumbered debate required to stop circling the drain of Wuhan virus failure?
 

Body of lies


The great leader, Winston Churchill, asserted that the truth was so important in wartime that it needed to be accompanied by a “bodyguard of lies”. He was speaking, of course, of guarding the operational security of a nation from its foreign enemies. How counterintuitive is it, then, that we find our own national authorities seemingly guarding its secrets from us – the law abiding, tax paying citizens of the realm? It’s as if our own elected representatives have joined with offshore allies to rebel against the desires of Johnny and Janey Canuck. This decidedly undemocratic arrangement presents incredible dangers for an unsuspecting public as it is led down a primrose path with lies and propaganda to outcomes that are both catastrophic and irreversible.

Are Canadian officials using lies to keep the truth from its their own constituents?

Prime among these dangerous outcomes are those that are arranged by our own trusted officials as they enter into agreements on our behalf without consultation – let alone consent. These include international agreements such as the Global Compact for Safe, Orderly and Regular Immigration and the soon to be WHO Pandemic Treaty. The former initiative was billed as a “non-binding” agreement that now sees signatories like Canada obliged to meet objectives that are not-so-subtly biased in favour of both regular and irregular migrants from around the world. These goals are now in the process of becoming fully instated in national legislation and subject to international oversight and affirmation. And so it is with a WHO Pandemic Treaty that displaces Canadian sovereignty in the field of public health to make way for unelected, international representatives to drive our ship of state in such matters. Given our experiences with offshore WHO and CDC inputs into our Wuhan virus responses, what could go wrong?

Will the WHO be assigned authority over Canadian public health responses under its new treaty?

Another leader of repute, Margaret Thatcher, noted that there were “three pillars” to Western liberal democracy in the form of “personal liberty”, “economic freedom” and the “rule of law”. The three were interdependent with the loss of one leading to the downfall of the others. And so we see rogue governmental, media and judicial systems adversely impacting personal liberty (through in-progress C-11 (Online Streaming Act) legislation), economic freedom (through profligate and reckless pandemic spending) and rule of law (through the division of Canadians on the basis of their medical status) to threaten the very existence of a strong and free Canada. With free speech on the outs, as indicated in both Global Comact on Immigration and WHO Pandemic Treaties that stipulate that “misinformation and disinformation” will not be countenanced, all we have left is our vote to fight back? Or is that next on the chopping block?

Margaret Thatcher proposes three pillars to Western liberal democracy
 

May is C3RF fund drive month


The past year has been extremely busy for C3RF as attacks on your Charter Rights have accelerated and spread over an increasing number of initiatives. With your help, we have been able to push back on many fronts. Furthermore, in this year of the Wuhan virus, we have fought vigorously on your behalf to preserve these same civil liberties as governments move to tear them down in knee-jerk fashion. Never has the country faced such a sustained and unprincipled attack on its hard-won freedoms – not in any world war or any national confrontation.


All this to say we are defenseless without your financial support and that support is required now as the threats continue to pile up. Accordingly, we have decided to dedicate the month of May to replenishing our coffers in advance of a very busy fall and winter season. Hopefully this approach will meet with your favour and keep us from talking of such things on a continuous basis throughout the year. We suggest an amount of $50.00 annually to help us fight for Canadian security, freedoms and values so that you, your children and grandchildren will continue to enjoy the free country that Canada has been to this point.


Keep in mind that Monthly donations, no matter how small, even $5/month, help us plan our finances in advance and provide us with greater flexibility.Also keep in mind that donations in kind, such as computer services and even legal advice can help greatly. Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Note! Mai est le mois de la campagne de financement du C3RF - voir l'avis ci-dessous!


A voir! Toutes les interviews « In Hot » du C3RF ici


Regardez et participez à «La version 9.0 de one stop tyrant shop » du C3RF


Jetez un coup d'œil à la version 9.0 du « One Stop Tyrant Shop »pour vérifier les nouveaux ajouts. Ces changements sont en caractères gras et renvoient à des efforts, des initiatives et des informations qui traitent et informent sur les points individuels du tableau « One Stop ». Cette dernière version 9.0 met en avant une récente pétition de la Fédération canadienne des contribuables qui demande au gouvernement du Canada de cesser ses efforts législatifs pour censurer les Canadiens en ligne.

 

Mésinformation et désinformation


Les concepts de désinformation et de mésinformation sur la scène politique canadienne sont devenus beaucoup plus confus la semaine dernière avec la « période de questions » de mercredi à la Chambre des communes. Notre propre premier ministre, en réponse à une question de la députée conservatrice Melissa Lantsman, a admis que les mandats de vaccination pour les voyages étaient plus nécessaires que jamais. Cela, parce que plus de Canadiens mouraient maintenant qu'à n'importe quel autre moment au cours des plus de deux années de mise en œuvre des mesures relatives au virus de Wuhan - mesures qui étaient ancrées dans un programme national de vaccination. En disant cela, le premier ministre laisse sûrement entendre que le programme de vaccination dont près de 90 % des Canadiens se sont prévalus est loin d'être « sûr et efficace ». Vraiment?

La députée Lantsman souligne la nature sélective de la « désinformation » à travers ses questions au Parlement

Il semblerait que le premier ministre, d'après l'analyse des données du gouvernement, ait dit la vérité lorsqu'il a déclaré que le nombre de Canadiens qui meurent aujourd'hui est plus élevé que jamais depuis le début de la crise du virus Wuhan - en particulier dans la population qui a reçu le vaccin de rappel. La question qui se pose maintenant est la suivante: si lui, son gouvernement et toutes les agences de santé publique du Canada sont au courant de cette information et « n'y prêtent pas attention », sont-ils « coupables d'homicide par négligence criminelle ». D'autre part, s'ils « savent exactement ce qui se passe », sont-ils « coupables de meurtre prémédité »? Ce sont des accusations sérieuses qui doivent faire l'objet d'une enquête. La question qui se pose est la suivante: si ces allégations n'étaient pas enterrées par le fait qu'elles sont associées à la mésinformation, et à l'accusation plus crapuleuse de désinformation, de telles enquêtes seraient-elles déjà en cours?

Les confinements et les mandats de vaccination doivent-ils faire l'objet d'une enquête criminelle?

En effet, lorsqu'il s'agit de commenter les mesures relatives au virus Wuhan et de poser un nombre croissant de questions à caractère politique, ceux qui sont du mauvais côté de la narration peuvent s'attendre à subir des attaques virulentes de la part d'une cabale d'« experts » sanctionnés - des experts qui monopolisent les principaux médias et organes de presse du pays? Il n'appartient certainement pas aux indignes de déclarer que la situation du virus Wuhan est pire au Canada aujourd'hui qu'elle ne l'était avant le lancement des mesures draconiennes de confinement et de vaccination. S'ils l'avaient fait, ils auraient été désignés comme des « mésinformateurs », voire des « désinformateurs », c'est à dire des menteurs, et sommairement punis. Après tout, suggérer que les données montrent que de tels efforts ne sont pas aussi « sûrs et efficaces » que le prétend la « science » a valu à de nombreux professionnels de la santé de graves ennuis. Ainsi, nous avons vu dans ces pages la destruction de nombreuses carrières par mandat bureaucratique, y compris celles des docteurs Kulvinder Gill et Patrick Phillips. Qui aurait cru que les accusations de désinformation et mésinformation pouvaient être appliquées de manière aussi sélective?

Le Dr Patrick Phillips a vu sa carrière saccagée pour avoir diffusé des « informations erronées » sur le dossier des vaccins
 

Guerre de l'information


Les exemples de suppression pure et simple par l'élite dirigeante des informations qu'elle désapprouve ne se limitent pas au virus de Wuhan. Nous les voyons se manifester dans d'autres domaines, notamment ceux liés au changement climatique et aux politiques d'immigration - qui, soit dit en passant, vont tous deux dans le sens des objectifs de développement durable bien établis de l'Agenda 2030. Dans tous les cas, la question de l'identification de la désinformation ou de la mésinformation sur la base des idées ou des opinions exprimées, ou de la personne qui les exprime, sent la manipulation de l'information. Vous pouvez dire ceci ou cela si cela va dans le sens d'un récit accepté, mais que Dieu vous vienne en aide si vous vous en écartez. L'ensemble du concept de restriction de la liberté d'expression sous peine de sanction peut être considéré comme correspondant à la définition de la « guerre de l'information » de l'armée de l'air américaine (USAF) comme décrit dans son propre document « Cornerstones of Information Warfare », l'USAF déclare que la guerre de l'information est « toute action visant à nier, exploiter, corrompre ou détruire l'information de l'ennemi et ses fonctions ».

Le Canada et les Canadiens font-ils l'objet d'une « guerre de l'information »?

Les aspects « nier » et « détruire » de cette définition ne sont-ils pas mis en pratique lorsque les gouvernements et les agences écrasent les moyens de subsistance de ceux qui s'élèvent contre les récits sanctionnés? On peut se demander pourquoi ces entités, élues et employées par le grand public, utilisent de telles tactiques de guerre de l'information sur des citoyens bien intentionnés et des professionnels non-conformes? En agissant ainsi, n'admettent-elles pas implicitement qu'elles n'ont aucun intérêt à permettre à la vérité d'une ou plusieurs affaires d'éclater au grand jour? Ne s'engagent-ils pas à garantir des récits qui servent au mieux leurs propres objectifs plutôt que ceux des citoyens et de la nation qu'ils ont juré de servir? N'est-ce pas comme s'ils se voyaient dans une situation de guerre en désaccord avec un public qui réclame la transparence promise par une démocratie représentative?

Les classes élues et bureaucratiques du Canada sont-elles en révolte contre les citoyens?

Malheureusement, nous assistons aujourd'hui à une expansion des tactiques de guerre de l'information, qui vont au-delà du déni de parole et de la destruction de carrière pour englober l'exploitation et la corruption de l'information par des campagnes de propagande pure et simple. Comment expliquer autrement les distractions russes, les formules pour bébés et la « variole simienne » pour empêcher les Canadiens de débattre des risques et des avantages associés aux mesures et aux mandats draconiens et interminables du virus Wuhan? Le dilemme actuel de l'inflation est-il vraiment dû à l'invasion de l'Ukraine par la Russie ou à des dépenses gouvernementales excessives visant à éloigner les Canadiens de leur travail pendant deux ans de confinements? Les problèmes de chaîne d'approvisionnement et les pénuries sont-ils vraiment dus à des citoyens irresponsables qui ne se font pas vacciner ou à des politiques de la santé publique qui obligent les travailleurs à quitter leur emploi? Ce sont des questions qui méritent d'être posées, car les réponses qui y sont apportées peuvent nous permettre d'éviter de sombrer dans l'échec.

Un débat sans entrave est-il nécessaire pour cesser de sombrer dans la spirale de l'échec du virus de Wuhan?
 

Corps de mensonges


Le grand leader Winston Churchill a affirmé que la vérité était si importante en temps de guerre qu'elle devait être accompagnée d'un « garde du corps de mensonges ». Il parlait, bien sûr, de la protection de la sécurité opérationnelle d'une nation contre ses ennemis étrangers. N'est-il pas contre-intuitif, alors, que nos propres autorités nationales semblent garder leurs secrets pour nous, les citoyens du royaume qui respectent la loi et paient leurs impôts? C'est comme si nos propres représentants élus s'étaient joints à des alliés étrangers pour se rebeller contre les désirs du canadien moyen. Cet arrangement résolument antidémocratique présente des dangers incroyables pour un public non averti, car il est conduit sur un chemin par des mensonges et de la propagande vers des résultats à la fois catastrophiques et irréversibles.

Les fonctionnaires canadiens utilisent-ils des mensonges pour cacher la vérité à leurs propres électeurs?

Parmi ces résultats dangereux, il y a tout d'abord ceux qui sont organisés par nos propres fonctionnaires de confiance, qui concluent des accords en notre nom sans nous consulter, et surtout sans notre consentement. Il s'agit notamment d'accords internationaux tels que le Pacte mondial pour une immigration sûre, ordonnée et régulière et le futur traité de l'OMS sur les pandémies. La première initiative a été présentée comme un accord « non contraignant » qui oblige maintenant les signataires, comme le Canada, à atteindre des objectifs qui ne sont pas si subtilement biaisés en faveur des migrants réguliers et irréguliers du monde entier. Ces objectifs sont maintenant en passe d'être pleinement inscrits dans la législation nationale et de faire l'objet d'une surveillance et d'une affirmation internationales. Il en va de même pour le traité de l'OMS sur les pandémies qui déplace la souveraineté canadienne dans le domaine de la santé publique pour laisser la place à des représentants internationaux non élus pour la conduite de notre navire d'État dans ces domaines. Compte tenu de nos expériences avec les contributions extraterritoriales de l'OMS et des CDC dans nos réponses au virus de Wuhan, franchement qu'est-ce qui pourrait mal tourner?

L'OMS se verra-t-elle attribuer l'autorité sur les interventions de santé publique canadiennes en vertu de son nouveau traité?

Un autre dirigeant de renom, Margaret Thatcher, a fait remarquer que la démocratie libérale occidentale reposait sur « trois piliers », à savoir la « liberté personnelle », la « liberté économique » et l'« État de droit ». Ces trois piliers sont interdépendants, la perte de l'un d'entre eux entraînant la chute des autres. Et c'est ainsi que nous voyons des systèmes gouvernementaux, médiatiques et judiciaires malhonnêtes avoir un impact négatif sur la liberté personnelle (par le biais de la loi C-11, Loi sur la diffusion en ligne, en cours d'élaboration), la liberté économique (par le biais de dépenses prodigues et inconsidérées liées à la pandémie) et la primauté du droit (par la division des Canadiens sur la base de leur statut médical), menaçant ainsi l'existence même d'un Canada fort et libre. La liberté d'expression étant mise à mal, comme l'indiquent le Pacte mondial sur l'immigration et les traités de l'OMS sur les pandémies, qui stipulent que « la désinformation et l'information erronée « ne seront pas tolérées, il ne nous reste que notre vote pour nous défendre? Quelle est-ce la prochaine étape que nous préparent ces élites?

Margaret Thatcher propose trois piliers à la démocratie libérale occidentale
 

Le mois de mai est le mois de la collecte de fonds du C3RF


L'année écoulée a été extrêmement chargée pour le C3RF, les attaques contre vos droits garantis par la Charte s'étant accélérées et s'étant étendues à un nombre croissant d'initiatives. Avec votre aide, nous avons pu faire reculer de nombreux fronts. Plus que cela, en cette année du virus de Wuhan, nous nous sommes battus vigoureusement en votre nom pour préserver ces mêmes libertés civiles alors que les gouvernements s'efforcent de les détruire de manière impulsive. Jamais le pays n'a été confronté à une attaque aussi soutenue et sans principe contre ses libertés durement gagnées, et ce, dans aucune guerre mondiale ni aucun conflit national.


Tout cela pour dire que nous sommes sans défense sans votre soutien financier et que ce soutien est nécessaire maintenant que les menaces continuent de s'accumuler. C'est pourquoi nous avons décidé de consacrer le mois de mai à reconstituer nos coffres avant une saison automnale et hivernale très chargée. Nous espérons que cette approche vous sera favorable et nous empêchera de parler de ces choses de façon continue tout au long de l'année. Nous suggérons un montant de 50,00 $ par an pour nous aider à lutter pour la sécurité, les libertés et les valeurs Canadiennes afin que vous, vos enfants et petits-enfants continuent de profiter du pays libre qu'a été le Canada jusqu'à présent.


Gardez à l'esprit que les dons mensuels, même petits, même de 5 $ par mois, nous aident à planifier nos finances à l'avance et nous donnent une plus grande souplesse. N'oubliez pas non plus que les dons en nature, tels que les services informatiques et même les conseils juridiques, peuvent être d'une grande aide. Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags