C3RF Update, 18 Feb 2022 – It’s the Charter, stupid


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas

 

It’s the Charter, stupid


The Freedom Convoy 2022 protests have been primarily made up of an oversized assembly of peaceful truckers and Canadians-at-large from across the country. The nation’s capital has been inundated and official Canada, at the municipal, provincial and federal levels, have been of one voice in calling the protesters criminals, terrorists and the ultimate threat to “peace, order and good government”. For their part, the protesters began with a simple demand to lift all of the mandates that have crushed their freedoms for over two years through the Wuhan virus contagion. The ground has shifted, however, as these localized demands have morphed into calls for freedom across the board. This is now a call for the return of liberties as everyday Canadians understand them to be installed in their own Charter. Liberties that are founded on principles that recognize the unique value of each individual and the rule of law. Principles that motivate salt-of-the-earth Canadians to proudly display the Charter on their Freedom Convoy 2022 vehicles.

The Charter strikes a chord with Freedom Convoy 2022 protesters

It is important to note that the Charter displayed by truckers and everyday Canadians in Ottawa is not the one that has stood by flaccidly over the course of the past two years. That Charter couldn’t care less about individual liberties as it allowed Wuhan virus mandate measures to shutter citizens in their homes, coerce them into taking unwanted, experimental vaccines and divide them on the basis of this same vaccine status – all without any evidence that such measures were necessary. No, the Charter deployed by protesters on their trucks is the one that was originally intended by its framers including the last living First Minister responsible for its patriation – the Honourable Brian Peckford. It was this Charter that took its lead from the Bill of Rights statute implemented in 1960 by then Prime Minister John Diefenbaker to become the supreme law of the land. It was this Charter that promised to protect Canadians from government overreach by constitutionalizing “the dignity and worth of the human person and the position of the family in a society of free men and institutions”.

The problem is, the Charter might have been seen by rank-and-file Canadians as a guarantee of their individual and “fundamental” rights and freedoms but it was seen by the ruling elite as hostile to a preferred British parliamentary system that guaranteed no such liberties. It was this latter system that characterized Canadian politics both before and after the inception of the British North America Act (BNA) in 1867 and prioritized “peace, order and good government” above all else. The Charter was intended to change all this but it would meet with tough and sustained resistance from the highest levels. After all, how could control be maintained over a population that actually expected, at the individual level, to call its own shots and make its own, distinct life plans on a person-by-person basis? How could the “public good” be addressed with such a herd of cats?

Governments see individual rights in terms of “herding cats”?
 

Notwithstanding


If there was a tussle in formulating the Charter, it had to be with the drafting of the Section 1 “limitations” clause. Its call to subject individual rights to such “reasonable” limits as were prescribed by law and could be “demonstrably justified in a free and democratic society” were seen by some as problematic. At the forefront of this concern were the prairie premiers Lougheed, Blakeney and Lyon of Alberta, Saskatchewan and Manitoba respectively. Accordingly, they spearheaded the call for a “notwithstanding” clause that could operate to ensure parliamentary supremacy as a check and balance against judicial overreach. After all, the limitations clause gave the judiciary a heavy hammer that it could wield to shape the rights of both individuals and collectives alike. The need for such a protection would prove to be prescient.

Premier Lougheed of Alberta floated the "notwithstanding" clause

The fact that some saw political advantage in providing the judiciary with such Section 1 interpretive powers can be seen in the public record of the day. Whereas some, like Premier Peckford, saw the intent of the Charter as one of securing civil liberties with Section 1 limitations only coming out of the closet during times of war-like emergencies, others, like Jean Chretien, saw things differently. He saw the Section as an opportunity for the courts to shape public policies, and society-writ-large, in an “open-ended” fashion. Accordingly, his view was that the question of shaping and limiting rights was best left to the courts of the land. Some years later this would lead some, including Stephen Harper, to say that the Liberal Party was using the courts as a “back-channel” to achieve in courts what they didn’t want to do in Parliament.

Alliance Party leader, Stephen Harper, saw Liberals using the courts as a "back-channel"

In the intervening years since the patriation of the Constitution and its embedded Charter, we have seen ample evidence of both judges and politicians acting against the Charter intent on ensuring “fundamental” rights. And so it has been since 1985 when Justices Wilson and Lamer disavowed the framers’ intent to embrace a “purposive approach to constitutional interpretation consistent with the living tree doctrine which sees the Constitution as ‘capable of growth and expansion within its natural limits’”. And so, we began to see the highest court of the land seek to “balance” rights and, in doing so, ignore the “fundamental” nature of some, including speech, religion and assembly, so that others might be bolstered. One example of rulings that reflect this “evolution of society” approach is the Trinity Western University case of 2018. This was a case in which rights of religion and association were “balanced away” in favour of the desires of special interest groups and well-monied lobbyists. Forget about a “people’s” Charter, we have a “judge’s” Charter.

Was Trinity Western University a casualty of the "Judge’s Charter"?
 

The reckoning


This evolutionary or “living tree” approach to the Charter that seeks to appease the desires of “identifiable groups”, at the expense of individual rights, is very much subject to the narratives and social pieties of the day. The impact of these narratives on decisions of the court, and the ability of “cancel culture” efforts to negate others, is further exacerbated by the concept of “Judicial Notice”. This concept, which came into being officially with the Supreme Court review of the case R. v. Find in 2001, dispenses with the need for proof of facts that are clearly uncontroversial or beyond reasonable dispute”. And so, we’ve seen the notions of man-made climate change and Wuhan virus lockdown and vaccine mandates become facts beyond dispute even as competing facts are disallowed from entering the public square.

Supreme Court of Canada rules that some things cannot be disputed by virtue of “judicial notice”

We now see the courts deferring to indisputable, but unproven, “facts” such as vaccine mandates prevent the spread of the omicron variant even as governments refuse to discuss with Freedom Convoy 2022 protesters the possibility that these vaccines do nothing of the sort. Accordingly, the scene was set for a showdown between the two Charters – the one of “We the people…” and the one of judges who operate as servants of the state and, concomitantly, the progressive elites. The fact that the former is losing ground to the latter is evident in emerging public policy initiatives that see labour codes being revised to accommodate the inevitability of never-ending vaccine mandates and the introduction of bio-digital convergence technologies that will have Canadians redefining what is human or natural. All this along with the declaration of the federal Emergencies Act to nix the ability of protesters to air their grievances and raise funds. It would seem the people’s Charter has gone the way of the dodo? What can be done to reverse this slide into totalitarianism?

Has the people's Charter gone the way of the Dodo? Extinct?

Perhaps it is time for a reckoning in the friendly, unassuming Dominion of Canada. Questions need to be asked and answered in no uncertain terms even as leadership capable of unabashedly fielding and resolving these same questions is installed. We may be losing our “fundamental” rights at an unprecedented clip but we still enjoy a Section 3 democratic right to vote for our representatives – for now at any rate. If ever there was a time to employ this right, it is now. We are in desperate need of voting those into power who are prepared to promote the original intent of the Charter and install judicial, civil service and regulatory leaders cut from a similar cloth. This leadership will need to be sought out as it is apparent that it is not resident within the current array of political options. In addition to voting for change, Canadians will need to step up and volunteer to fill positions that are now overwhelmed by those determined to shape minds through woke ideologies and uncontested absurdities. The reckoning that is required is one that is characterized by both voting and volunteering and it is required now.

Are voting and volunteering the way to a reckoning?
 

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Hé! C'est la Charte!


Les manifestations du convoi de la liberté 2022 ont été principalement constituées d'un rassemblement important camionneurs paysibles et de Canadiens en général de tout le pays. La capitale nationale a été inondée et le Canada officiel, aux niveaux municipal, provincial et fédéral, a parlé d'une seule voix pour qualifier les manifestants de criminels, de terroristes et de menace ultime pour « la paix, l'ordre et le bon gouvernement ». Pour leur part, les manifestants ont commencé par une simple demande de levée de tous les mandats qui ont écrasé leurs libertés depuis plus de deux ans dû à la contagion du virus Wuhan. Mais le terrain s'est déplacé, ces revendications localisées se sont transformées en appels à la liberté tous azimuts. Il s'agit maintenant d'un appel au retour des libertés telles que les Canadiens ordinaires les conçoivent dans leur propre Charte. Des libertés fondées sur des principes qui reconnaissent la valeur unique de chaque individu et la primauté du droit. Des principes qui motivent les Canadiens ordinaires à afficher fièrement la Charte sur leurs véhicules du Convoi de la liberté 2022.

La Charte touche une corde sensible chez les manifestants du Convoi de la Liberté 2022

Il est important de noter que la Charte affichée par les camionneurs et les Canadiens ordinaires à Ottawa n'est pas celle qui est restée impuissante au cours des deux dernières années. Cette Charte se moquait bien des libertés individuelles puisqu'elle a permis au virus de Wuhan d'imposer des mesures visant à enfermer les citoyens chez eux, à les contraindre à prendre des vaccins expérimentaux non désirés et à les diviser sur la base de ce même statut vaccinal - le tout sans aucune preuve que ces mesures étaient nécessaires. Non, la Charte déployée par les manifestants sur leurs camions est celle qui avait été prévue à l'origine par ses rédacteurs, y compris le dernier Premier ministre vivant responsable de son rapatriement - l'honorable Brian Peckford. C'est cette Charte qui s'est inspirée de la Déclaration des droits mise en œuvre en 1960 par le premier ministre de l'époque, John Diefenbaker, pour devenir la loi suprême du pays. C'est cette Charte qui promettait de protéger les Canadiens contre les excès du gouvernement en constitutionnalisant « la dignité et la valeur de la personne humaine et la place de la famille dans une société d'hommes et d'institutions libres ».

Le problème est que la Charte aurait pu être perçue par les Canadiens comme une garantie de leurs droits et libertés individuels et « fondamentaux », mais elle était considérée par l'élite dirigeante comme hostile à un système parlementaire britannique privilégié qui ne garantissait pas de telles libertés. C'est ce dernier système qui caractérisait la politique canadienne avant et après l'entrée en vigueur de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique (AANB) en 1867 et qui donnait la priorité à « la paix, l'ordre et le bon gouvernement » au delà tout. La Charte devait changer tout cela, mais elle allait se heurter à une résistance dure et soutenue de la part des plus hautes instances. Après tout, comment maintenir le contrôle sur une population qui s'attendait, au niveau individuel, à prendre ses propres décisions et à établir ses propres plans de vie, personne par personne? Comment le « bien public » pourrait-il être abordé avec une telle meute de chats?

Les gouvernements considèrent les droits individuels comme une «meute de chats »?
 

Disposition dérogatoire (clause nonobstante)


Si la formulation de la Charte a donné lieu à un conflit, c'est bien au niveau de la rédaction de la clause des «limites raisonables» de l'article 1. Son appel à soumettre les droits individuels à des limites « raisonnables » prescrites par la loi et dont la justification peut se démontrer dans le cadre d'une société libre et démocratique a été considéré par certains comme problématique. Les premiers ministres des Prairies Lougheed, Blakeney et Lyon, respectivement de l'Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba, sont à l'avant-garde de cette préoccupation. Par conséquent, ils ont lancé l'appel en faveur d'une clause « dérogatoire » qui pourrait garantir la suprématie du Parlement en tant que contrepoids aux excès des tribunaux. Après tout, la clause limitative donne au pouvoir judiciaire un lourd marteau qu'il peut brandir pour façonner les droits des individus et des collectivités. La nécessité d'une telle protection s'est avérée prémonitoire.

Le premier ministre Lougheed de l'Alberta a lancé la clause « nonobstante »

Le fait que certains aient vu un avantage politique à accorder à la magistrature de tels pouvoirs d'interprétation de l'article 1 peut être trouvé dans les archives publiques de l'époque. Alors que certains, comme le premier ministre Peckford, considéraient que l'intention de la Charte était de protéger les libertés civiles et que les limites de l'article 1 ne sortaient du placard qu'en cas d'urgence de type guerre, d'autres, comme Jean Chrétien, voyaient les choses différemment. Il voyait dans l'article une occasion pour les tribunaux de façonner les politiques publiques, et la société dans son ensemble, d'une manière « illimitée ». Par conséquent, il était d'avis qu'il était préférable de laisser aux tribunaux du pays le soin de façonner et de limiter les droits. Quelques années plus tard, cela a amené certains, dont Stephen Harper, à dire que le Parti libéral se servait des tribunaux comme d'une « voie détournée » pour réaliser devant les tribunaux ce qu'il ne voulait pas faire au Parlement.

Le chef de l'Alliance canadienne, Stephen Harper, a vu les libéraux utiliser les tribunaux comme un « back-canal »

Au cours des années qui se sont écoulées depuis le rapatriement de la Constitution et de la Charte qui y est intégrée, nous avons pu constater que les juges et les politiciens ont agi à l'encontre de l'intention de la Charte de garantir les droits « fondamentaux ». Il en est ainsi depuis 1985, lorsque les juges Wilson et Lamer ont désavoué l'intention des auteurs de la Charte d'adopter une « approche téléologique de l'interprétation constitutionnelle conforme à la doctrine de l'arbre vivant qui considère la Constitution comme capable de croître et de s'étendre dans ses limites naturelles ». C'est ainsi que nous avons commencé à voir la plus haute juridiction du pays chercher à « équilibrer » les droits et, ce faisant, à ignorer la nature « fondamentale » de certains d'entre eux, notamment la liberté d'expression, de religion et de réunion, afin d'en renforcer d'autres. L'affaire de la Trinity Western University de 2018 est un exemple de décisions qui reflètent cette approche de « l'évolution de la société ». Il s'agit d'une affaire dans laquelle les droits de religion et d'association ont été « jetés » en faveur des désirs de groupes d'intérêts spéciaux et de lobbyistes bien rémunérés. Oubliez la Charte du « peuple », nous avons une Charte des « juges ».

L'université Trinity Western a-t-elle été victime de la « charte des juges »?
 

La prise de conscience


Cette approche évolutive ou « d'arbre vivant » de la Charte, qui cherche à apaiser les désirs des « groupes identifiables » aux dépens des droits individuels, est fortement assujettie aux récits pieux de l'époque. L'impact de ces récits sur les décisions des tribunaux, et la capacité des efforts de la « cancel culture» à en nier d'autres, est encore exacerbé par le concept de « connaissance d’office ». Ce concept, qui a vu le jour officiellement avec l'examen par la Cour suprême de l'affaire R. c. Find en 2001, dispense de la nécessité de prouver des faits « qui ne prêtent clairement pas à controverse ou qui sont à l’abri de toute contestation de la part de personnes raisonnables. ». C'est ainsi que nous avons vu les notions de changement climatique d'origine humaine, de confinement du virus de Wuhan et d'obligation de vaccination devenir des faits incontestables, alors même que les faits concurrents ne sont pas autorisés à entrer sur la place publique.

La Cour suprême du Canada décide que certaines choses ne peuvent être contestées en vertu de la « connaissance d'office »

Nous voyons maintenant les tribunaux s'en remettre à des « faits » indiscutables, mais non prouvés, tels que les mandats de vaccination empêchent la propagation de la variante omicron, même si les gouvernements refusent de discuter avec les manifestants de Convoi de la liberté de 2022 de la possibilité que ces vaccins ne fassent rien de tel. Par conséquent, les jeux sont faits pour une épreuve de force entre les deux Chartes - celle de « Nous, le peuple » et celle des juges qui fonctionnent comme des serviteurs de l'État et des élites progressistes. Le fait que la première perd du terrain au profit de la seconde est évident dans les initiatives de politique publique émergentes qui voient les codes du travail être révisés pour s'adapter à l'inévitabilité des mandats de vaccination sans fin et à l'introduction de technologies de convergence bio-numérique qui amèneront les Canadiens à redéfinir ce qui est humain ou naturel. Tout cela s'accompagne de la déclaration de la Loi fédérale sur les urgences pour empêcher les manifestants d'exprimer leurs griefs et de recueillir des fonds. Il semblerait que la Charte du peuple ait disparu? Que peut-on faire pour inverser ce glissement vers le totalitarisme?

La Charte du peuple a-t-elle disparu comme le dodo? Éteinte?

Le moment est peut-être venu de faire le point dans le sympathique et non-prétentieux Dominion du Canada. Il faut poser des questions et y répondre sans ambiguïté, tout en mettant en place un leadership capable de les aborder et de les résoudre sans détour. Nous perdons peut-être nos droits « fondamentaux » à un rythme sans précédent, mais nous jouissons toujours du droit démocratique de l'article 3 de voter pour nos représentants - pour le moment en tout cas. S'il y a jamais eu un moment pour utiliser ce droit, c'est maintenant. Nous avons désespérément besoin de voter pour ceux qui sont prêts à promouvoir l'intention originale de la Charte et à installer des dirigeants judiciaires, de la fonction publique et de la réglementation taillés dans le même moule. Ce leadership devra être recherché, car il est évident qu'il ne se trouve pas dans l'éventail actuel des options politiques. En plus de voter pour le changement, les Canadiens devront se mobiliser et se porter volontaires pour occuper des postes qui sont maintenant accaparés par ceux qui sont déterminés à façonner les esprits au moyen d'idéologies fantaisistes et d'absurdités incontestées. La prise de conscience qui s'impose est caractérisée à la fois par le vote et le bénévolat, et elle s'impose maintenant.

Le vote et le volontariat sont-ils la voie vers une prise de conscience?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags