C3RF Member Update - 06 Mar, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Note! C3RF is in need of a volunteer English-French translator for the “update”. Please contact r.cooper@canadiancitizens.org if interested in helping out
Our translator will be leaving Canada shortly to pursue advanced studies abroad. You could help greatly by filling in and keeping the French translation of C3RF Member Updates going. Your opportunity to put an oar in? Please advise.

Note! Consider attending CFTRL 2020 Teach-In. Engage in promoting the rights of all to protection under the Rule of Law in Canada.

Given the current “rule of law” situation in Canada, there is no better time to bone up on, and involve yourself in, making Canada the “rule of law” country it was meant to be. Take advantage of excellent and relevant speakers and training sessions that will inform and improve your efforts to restore Canadian justice.

C3RF members speak out

Our last few updates have been hitting the Canadian “rule of law” issue very hard and have kicked up quite a bit of dust in doing so. So much so that we are seeing many C3RF members engage the topic and write us with their concerns. Two such letters stand out; one from James and one from Rick (not their real names).

James came to Canada from a Warsaw Pact country over 50 years ago. He was a military officer-pilot in his previous home and flew Migs as a fighter pilot. As such, he was well versed in the ways of centralized planning and command economics and considered himself lucky to wind up on Canadian soil. He became a proud Canadian and fell in love with the freedom and opportunity that the country afforded. He now notes, however, a precipitous slide into socialism begun by the elder Trudeau and now accelerated by his “uneducated” and ideological son. He fears we are not far from becoming the police state and the socialist’s dictatorship that he left behind. Indeed, Canada is now a “different country” than the one he migrated to and he regrets not landing south of the border. Canada is “slowly becoming a communist country”

Rick comes from yet another Warsaw Pact country but has a different cut on the loss of the “rule of law” in Canada. He showcases the Wet’suwet’en situation and suggests that the “chickens are coming home to roost”. Maybe Canada’s colonial ways and leaders are getting what they deserve for stealing indigenous lands and installing their own laws. Unlike James, he sees capitalism as the problem and wants to see the clock turned back to a time when the world was more humane, a world where the person counted more than any money-orientated system. It appears that James and Rick are at odds. Where James sees the “rule of law” faltering as a result of the Country’s transition to socialism, Rick sees the erosion as a result of a dissatisfaction with the Western economic system – “chickens are coming home to roost” and folks are showing their disaffection. What if both were true? What if the country was being inexorably moved towards socialism even as the proponents of such a move were helping things along with civil disobedience?

The real “monkey in the middle”

Last week’s update postulated that the government of Canada has become a “monkey in the middle”. This, as it struggles to address the concerns of two special interests. On one hand there is the Wet’suwet’en hereditary chiefs who balked at having a gas pipeline on their traditional territory. On the other are those who sympathetically blockaded the nation’s transportation systems. The update went on to suggest that the federal government might not be a real but, rather, a willing “monkey in the middle”. After all, it had much to gain in the way of its stated “climate change” objectives if it became a referee between two like-minded interests. What better way to coordinate an attack on Canada’s oil and gas sector and commence the transition to the “green” economy. In this light, the federal government isn’t so much a victim than it is a coordinator of entities dedicated to the transformation of Canada. A transformation that would see the nation go from a sovereign, resource-based power house to a global constituent of a socialistic, “climate change” world order. Could this be possible? If it was, who would the real “monkey” be? Those who had their futures uprooted by the “climate change” juggernaut?

The UN “climate change” juggernaut

One factor stressing the “monkey in the middle”, whomever that might be, is the UN’s frantic and alarmist rush to address “climate change”. The rush entails taking a large chunk of economic activity out of the Canadian economy by the magic year of 2030 and then requiring the nation to be “net zero” by 2050. Certainly, these prodigious targets will require a centralized and draconian authority to bring them into being. The fact that the UN sees the need for such despotic governance systems is flatly stated by its own leaders. The UN climate chief Christiana Figueres, for example, is on record as stating that Communism is the best political system to see “climate change“ goals come to fruition. After all, democracies are just too indecisive when it comes to making the hard calls that most certainly will be required. With communism comes the need for a command economy and so she also stated publicly, in a Brussels news conference, that “this is the first time in the history of mankind that we are setting ourselves the task of intentionally, within a defined period of time, to change the economic development model that has been reigning for at least 150 years, since the Industrial Revolution”.
The Canadian government – a part of the juggernaut?

Combine this love for globalized, centralized decision-making with money and you begin to see a force capable of advocating for change through both civil and violent means. The money part of the equation has been investigated thoroughly by Vivien Krause. She found that offshore funding of “climate change” protests has flowed with little resistance from Canadian authorities into the country. This money is also thought to be supporting the Wet’suwet’en hereditary chiefs opposed to the CGL pipeline and the “shut down Canada” protesters further afield across the nation. All this as Canadian political and security authorities allow the chaos created by “shut down Canada” to continue. Indeed, enforcement of the law is seen by these entities as “a last resort”. Really, what are the chances that the government of Canada is a “monkey in the middle”? Especially given the fact that this same government is colluding with Wet’suwet’en hereditary chiefs on the CGL file - even as it ignores the vast majority of indigenous communities and nations that want to see resource plays go ahead

The real victims – indigenous communities and Canadian freedom

The majority of Wet’suwet’en hereditary chiefs, their elected counterparts and their constituents all support resource development on their lands. This dynamic, however, was not reflected in negotiations between the federal government and the minority of Wet’suwet’en heriditary chiefs who oppose such developments. This is no small thing as this same government contemplates legislating the United Nations Declaration on Indigenous Peoples (UNDRIP) thereby locking in its article 18. Article 18 gives Indigenous peoples the right to choose their decision-making representatives “in accordance with their own procedures” and develop their “own indigenous decision-making institutions”. It would appear that the federal government, and recent Supreme Court decisions, are telegraphing a preference for giving hereditary chiefs these representative and decision-making powers rather than seeing them vested in indigenous communities and democratic processes. This, in opposition to the nation’s own Charter traditions and at the expense of indigenous peoples who crave the capital and resource developments capable of lifting current and future generations out of poverty and dependency. Then again, perhaps the government-of-the-day sees such dependency as a good thing.

Emerging indigenous voices

More and more, indigenous voices are speaking out about the need to escape the dependency foisted upon them by colonialism in its widest sense. For them it’s not just the constricting Indian Act of 1876 that needs to be addressed, it’s the opportunistic exploitation of indigenous prospects by those who would stymy access to the investment and technology needed to energize their communities. These include those that seek to curtail such opportunities in the name of “climate change”. One such emerging voice is that of Ellis Ross, a former elected Chief of the Haisa tribe and current MLA for Skeena, BC, who declares, “One project gets built, then I have the ability to say ‘no’ to funding coming from Ottawa. I mean that is independence! And it was always a dream of mine to say to Ottawa ‘I don’t need your $5-7 million/year come to my band. I can handle my own. I can handle my own infrastructure, my own sewer water. I can handle all of it. I don’t need you.” Mr. Ross has had enough of the grifters and ambulance chasers that have bedeviled his community. He wants the government and the protesters to get out of the way so that he and his can make their own way - in their own way and on their own two feet. Laudable objectives that are more than doable given political forces that simply ensure a level playing field, maintain the rule of law and move away from an UNDRIP aimed at becoming an Indian Act v 2.0.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d) Co-Chair C3RF

Version française
A noter! Le C3RF a besoin d'un traducteur bénévole anglais-français pour la "mise à jour". Veuillez contacter r.cooper@canadiancitizens.org si vous souhaitez nous aider.

Notre traucteur quittera bientôt le Canada pour poursuivre des études supérieures à l'étranger. Vous pourriez nous aider grandement en remplissant et en maintenant la traduction française des mises à jour des membres du C3RF. Veuillez nous en informer.

Attention! Envisagez de participer au CFTRL 2020 Teach-In. Engagez-vous dans la promotion des droits de tous à la protection en vertu de la primauté du droit au Canada.

Compte tenu de la situation actuelle de la "primauté du droit" au Canada, il n'y a pas de meilleur moment pour vous impliquer et faire du Canada le pays de la "primauté du droit" qu'il était censé être. Profitez d'excellents conférenciers et de sessions de formation pertinentes qui vous informeront et amélioreront vos efforts pour rétablir la justice Canadienne.

Les membres du C3RF prennent la parole

Nos dernières mises à jour ont frappé de plein fouet la question de l'"État de droit" au Canada et ont ainsi fait beaucoup de bruit. A tel point que nous voyons de nombreux membres du C3RF s'engager sur le sujet et nous écrire pour nous faire part de leurs préoccupations. Deux de ces lettres se distinguent : l’une de James et une de Rick (ce ne sont pas leurs vrais noms).

James est arrivé au Canada en provenance d'un pays du Pacte de Varsovie il y a plus de 50 ans. Il était officier-pilote militaire dans son ancien pays et pilotait des Migs en tant que pilote de chasse. En tant que tel, il connaissait bien les méthodes de planification centralisée et de commandement économique et se considérait chanceux de se retrouver sur le sol Canadien. Il est devenu un fier Canadien et il est tombé amoureux de la liberté et des opportunités que le pays lui offrait. Il constate cependant aujourd'hui un glissement précipité vers le socialisme, commencé par Trudeau père et maintenant accéléré par son fils "non éduqué" et idéologue. Il craint que nous ne soyons pas loin de devenir l'État policier et la dictature socialiste qu'il a laissés derrière lui. En effet, le Canada est aujourd'hui un "pays différent" de celui où il a émigré et il regrette de ne pas avoir atterri au sud de la frontière. Le Canada est en train de "devenir lentement un pays communiste".

Rick vient d'un autre pays du Pacte de Varsovie, mais il a une vision différente de la perte de l'"État de droit" au Canada. Il met en avant la situation de Wet'suwet'en et suggère que "les poulets rentrent au poulailler pour se percher". Peut-être que les méthodes et les dirigeants coloniaux du Canada obtiennent ce qu'ils méritent pour avoir volé les terres indigènes et installé leurs propres lois. Contrairement à James, il voit le capitalisme comme le problème et veut que l'on revienne à une époque où le monde était plus humain, un monde où la personne comptait plus que tout système axé sur l'argent. Il semble que James et Rick soient en désaccord. Alors que James voit l'"État de droit" vaciller en raison de la transition du pays vers le socialisme, Rick voit l'érosion comme le résultat d'un mécontentement à l'égard du système économique occidental - "les poulets rentrent au poulailler pour se percher" et les gens montrent leur désaffection. Et si les deux étaient vrais? Et si le pays s'orientait inexorablement vers le socialisme alors même que les partisans d'une telle évolution aidaient les choses en même temps que la désobéissance civile?

Singe du milieu

“La mise à jour de la semaine dernière postulait que le gouvernement du Canada était devenu le “singe du milieu”. Ceci, alors qu'il s'efforce de répondre aux préoccupations de deux intérêts particuliers. D'une part, il y a les chefs héréditaires Wet'suwet'en qui se sont opposés à l'installation d'un gazoduc sur leur territoire traditionnel. D'autre part, ceux qui ont bloqué avec sympathie les systèmes de transport de la nation. La mise à jour suggère que le gouvernement fédéral n'est peut-être pas un vrai "singe au milieu", mais plutôt un "singe volontaire". Après tout, il aurait beaucoup à gagner dans la réalisation de ses objectifs déclarés en matière de "changement climatique" s'il devenait un arbitre entre deux intérêts de même sensibilité. Quelle meilleure façon de coordonner une attaque contre le secteur pétrolier et gazier du Canada et d'entamer la transition vers l'économie "verte". Dans cette optique, le gouvernement fédéral n'est pas tant une victime qu'un coordinateur d'entités vouées à la transformation du Canada. Une transformation qui verrait la nation passer d'une puissance souveraine, basée sur les ressources, à une composante globale d'un ordre mondial socialiste, "le changement climatique". Cela serait-il possible? Si c'était le cas, qui serait le véritable "singe"? Ceux qui ont vu leur avenir déraciné par le poids du "changement climatique"?

Le jongleur de l'ONU en matière de "changement climatique"

​​Un facteur qui souligne le "singe du milieu", quel qu'il soit, est la précipitation frénétique et alarmiste des Nations unies pour s'attaquer au "changement climatique". Cette ruée consiste à retirer une grande partie de l'activité économique Canadienne d'ici l'année magique 2030, puis à exiger que le pays soit "net zéro" d'ici 2050. Il est certain que ces objectifs prodigieux nécessiteront une autorité centralisée et draconienne pour les réaliser. Le fait que les Nations unies voient la nécessité de tels systèmes de gouvernance despotiques est catégoriquement affirmé par leurs propres dirigeants. La responsable des Nations unies pour le climat, Christiana Figeures, par exemple, a déclaré que le communisme est le meilleur système politique pour voir les objectifs en matière de "changement climatique" se concrétiser. Après tout, les démocraties sont tout simplement trop indécises lorsqu'il s'agit de prendre les décisions difficiles qui seront certainement nécessaires. Avec le communisme vient la nécessité d'une économie planifiée et c'est pourquoi elle a également déclaré publiquement, lors d'une conférence de presse à Bruxelles, que "c'est la première fois dans l'histoire de l'humanité que nous nous donnons pour tâche de changer intentionnellement, dans un délai défini, le modèle de développement économique qui règne depuis au moins 150 ans, depuis la révolution industrielle".

Le gouvernement Canadien - une partie du casse-tête?

Combinez cet amour de la prise de décision mondialisée et centralisée avec l'argent et vous commencez à voir une force capable de plaider pour le changement par des moyens à la fois civils et violents. La partie de l'équation qui concerne l'argent a fait l'objet d'une enquête approfondie par Vivien Krause. Elle a découvert que le financement offshore des manifestations contre le "changement climatique" a afflué dans le pays sans grande résistance de la part des autorités Canadiennes. On pense également que cet argent soutient les chefs héréditaires de Wet'suwet'en opposés au gazoduc CGL et les manifestants "pour la fermeture du Canada" plus loin dans le pays. Tout cela alors que les autorités politiques et de sécurité Canadiennes laissent le chaos créé par la "fermeture du Canada" se poursuivre. En effet, l'application de la loi est considérée par ces entités comme "un dernier recours". Vraiment, quelles sont les chances que le gouvernement du Canada soit un "singe au milieu"? D'autant plus que ce même gouvernement est de connivence avec les chefs héréditaires Wet'suwet'en dans le dossier CGL - alors même qu'il ignore la grande majorité des communautés et nations indigènes qui veulent voir les jeux de ressources se poursuivre.

Les vraies victimes - les communautés indigènes et les libertés Canadiennes

​​La majorité des chefs héréditaires des Wet'suwet'en, leurs homologues élus et leurs électeurs soutiennent tous le développement des ressources sur leurs terres. Cette dynamique ne s'est toutefois pas reflétée dans les négociations entre le gouvernement fédéral et la minorité des chefs héréditaires Wet'suwet'en qui s'opposent à de tels développements. Ce n'est pas une mince affaire puisque ce même gouvernement envisage de légiférer sur la Déclaration des Nations Unies sur les peuples autochtones (UNDRIP), verrouillant ainsi son article 18. L'article 18 donne aux peuples indigènes le droit de choisir leurs représentants décisionnels "conformément à leurs propres procédures" et de développer leurs "propres institutions décisionnelles indigènes". Il semblerait que le gouvernement fédéral, et les récentes décisions de la Cour Suprême, préfèrent donner aux chefs héréditaires ces pouvoirs de représentation et de décision plutôt que de les confier aux communautés autochtones et aux processus démocratiques. Ceci, en opposition avec les traditions de la Charte de la nation elle-même et aux dépens des peuples indigènes qui ont soif du capital et des développements de ressources capables de sortir les générations actuelles et futures de la pauvreté et de la dépendance. Mais peut-être que le gouvernement actuel considère cette dépendance comme une bonne chose.

Les voix indigènes émergentes

De plus en plus, des voix indigènes s'expriment sur la nécessité d'échapper à la dépendance que leur impose le colonialisme au sens le plus large. Pour eux, ce n'est pas seulement la loi sur les Indiens de 1876 qui est contraignante, mais aussi l'exploitation opportuniste des perspectives des indigènes par ceux qui veulent empêcher l'accès aux investissements et aux technologies nécessaires pour dynamiser leurs communautés. Il s'agit notamment de ceux qui cherchent à réduire ces possibilités au nom du "changement climatique". L'une de ces voix émergentes est celle d'Ellis Ross, ancien chef élu de la tribu Haisa et actuel député de Skeena, en Colombie-Britannique, qui déclare : "Un projet est construit, alors j'ai la possibilité de dire ‘non’ à un financement venant d'Ottawa. Je veux dire que c'est ça l'indépendance! Et j'ai toujours rêvé de pouvoir dire à Ottawa: ‘Je n'ai pas besoin que votre groupe reçoive 5 à 7 millions de dollars par an’. Je peux me débrouiller tout seul. Je peux m'occuper de mes propres infrastructures, de mon propre réseau d'égouts. Je peux m'occuper de tout cela. Je n'ai pas besoin de vous". M. Ross en a assez des arnaqueurs et des chasseurs d'ambulances qui ont mis sa communauté à mal. Il veut que le gouvernement et les manifestants s'écartent pour que lui et les siens puissent faire leur propre chemin - à leur manière et sur leurs deux pieds. Des objectifs louables qui sont plus que réalisables étant donné les forces politiques qui assurent simplement des conditions de concurrence équitables, maintiennent l'État de droit et s'éloignent d'une DNUDPA visant à devenir une loi sur les Indiens v 2.0.

Merci pour votre soutien continu

Votre parrainage fait toute la différence dans la capacité du C3RF à informer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités caritatives lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité) Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon