Open Letter to Premiers Legault and Ford on the “decolonization” of light

Remarque! La version française suit un peu plus bas

Editor’s note: Canadian expat and C3RF member Patrice Nishikawa (also known in scientific circles as Etienne Forest) takes Ontario and Quebec Premiers Ford and Legault to task for their acquiescence to teaching Canadian students that Indigenous “elder wisdom” is equivalent to the rigors of the Western scientific method. He worries that such a false narrative will dilute Science, Technology, Engineering and Math (STEM) instruction in Canadian schools to a level inconsistent with that required to sustain, let alone expand upon, a national capability to resolve real-world problems through scientific innovation. Indeed, he suggests that post-modern inclinations such as the "decolonizing of light", subsidized by federal grants and indirectly encouraged by provincial governments through the education system, can only be seen as "child abuse for vile political motives". Patrice knows of what he speaks and this professor of accelerator physics, currently employed as such in Tsukuba, Japan, deserves the full attention of both premiers.

Dear Premiers,

I want to alert you to the danger to sciences, such as physics, posed by Post-Modernist educators who have now taken control of the Humanities and have thus infected the educational systems of Quebec and Ontario, actually of all North America. As provincial leaders you are responsible for the education of children.

This infection is now reaching the hard sciences and threatening the acquisition and proper usage of the scientific method by Canadian students. It should be clear to anyone that there are no substitutes for the Western scientific method.

Recently, I noticed that three Concordia researchers have received $163,000 for the purpose of « decolonizing light ». This grant comes from the federal government of Canada of Mr. Trudeau, to be exact, and I quote the government website, from the “Social Sciences and Humanities Research Council (SSHRC), on behalf of Canada’s three research granting agencies: the Canadian Institutes of Health Research, the Natural Sciences and Engineering Research Council and SSHRC.”

Let me quote from an article about them on a Concordia's webpage :

https://www.concordia.ca/news/stories/2019/09/20/3-concordia-researchers-collaborate-to-engage-indigenous-knowledges-in-the-study-of-physics.html

“The very survival of our Elders depended on observations of weather and animal migration patterns and expertise in subsistence ways of living,” she explains. “Our Elders’ wisdom and their contribution to knowledge creation at Concordia is just as important as that of the Western scientist, maybe more so, given the state of the world today.”

It should be immediately obvious that the first statement is common to all cultures in the world and yet the scientific method is a Western invention. My European ancestors, my Japanese and Korean relatives, could not have survived without understanding weather patterns and the behaviour of plants and animals. The second part of the above paragraph is highly questionable and I will challenge it here, in part, by comparing my adoptive country, Japan, to the West.

In 1860, Japan underwent the so-called Meiji Restoration. This event was not unlike the Quiet Revolution in Quebec in the 1960s and was responsible for a huge cultural change especially in the sciences.

Meiji Japanese realized that the scientific method of the West was superior to anything they had learned from China and indeed anything native to Japan. Therefore they adopted it.

However, the Japanese concept of Shizen, loosely translated as Nature, is very different from the Western concept of Nature. According to professor Ken Kawasaki of Kochi University, Japan must treat science in a « non-self-referential » way. In other words, the Japanese view of Nature, embodied in the word Shizen, is so different from the Western concept of Nature that science has to be taught and justified through its technological achievements mainly. The motive forces behind science in the West are quite unique and not understandable within the framework of most non-Western cultures including Japan. This statement would apply most likely to First Nations and the Inuit.

The philosophical and religious motivations that made Galileo, Kepler, Newton or Descartes discover and use the Scientific Method are absent in most non-Western cultures.

Irrespective of its origin, there are NO substitutes for the scientific method. It is absolutely essential for Japanese or Chinese or Koreans to understand the Scientific Method even if the religious and philosophical ideas that gave rise to it are mysterious, perhaps incorrect and certainly foreign and nonsensical for Shintoist Japan.

The theory of light that must be allegedly decolonized by the Concordia researchers, Quantum Electro-Dynamics, was finalized by two American Jews (Feynman and Schwinger) and one Japanese (Tomonaga). It is the most precise theory ever devised by man. It can predict certain quantities, such as the gyro-magnetic ratio of the electron, to better than one part in a trillion. It integrates in a consistent framework classical Electro-Magnetism (Maxwell, 1860), Special Relativity (Einstein, 1905), Non-Relativistic Quantum Mechanics (Bohr, Heisenberg, Schrödinger, 1920s), Dirac's Relativistic Equation (1928) and Quantum Field Theory (1930-1940s). That theory is highly hierarchical and, in the words of Richard Feynman, is like a tapestry made of a single thread: you pull on one part and it all collapses. It underpins all of chemistry and, thus, biology.

Yet we are told that this theory must be decolonized to be replaced by the wisdom of « Elders ». This is preposterous.

Let me repeat it again: there are no substitutes for the Western Scientific Method. None. No theory from Canada's indigenous Elders can compete with Quantum Electro-Dynamics and above all no scientific method can be found from the « wisdom » of the Elders anymore than it could be found in Edo's Japan or Merovingian Europe.

Acquisition of knowledge can and certainly must involve all cultures especially in the social sciences but the Western Scientific Method is unique and indispensable here in Japan as well as anywhere else on Earth in providing a method to separate solid knowledge from gossips, stories and opinions. This is particularly important in North America where science deniers abound on both the left and the right. The theory of evolution is a prime example of a scientific theory assaulted by religious fundamentalists and leftist activists who promote the false blank-slate hypothesis.

It is totally inappropriate to weaken the teaching of the scientific method by pretending that there is a « First Nations » substitute or for that matter a Japanese, Ainu or Okinawan version of the scientific method.

You have a duty to protect the scientific method against Post-Modernists, radical feminists and all the insane attacks coming from the radical anti-nationalist left, a left which in passing denies the existence of objective knowledge. Everything for them is a social construct. They are the ultimate science deniers.

Western people annoy everyone with their «universal concepts » of human rights, law, democracy, etc... but the scientific method is the one concept emanating from the West which is universally accepted from dictatorial China, theocratic Iran and Shintoist Japan. And yet the Canada of the mentally deranged Justin Trudeau, in concert with the other suicidal Western societies, is now hell bent on destroying it.

The Western religious and philosophical views that gave rise to the scientific method can be taught in philosophy or history classes. This is the proper place to contrast it with indigenous cultures or even with the Western views of the Age of Faith prior to the Renaissance. They should not affect a science class anymore than the beliefs of the alchemists and physicians of the Dark Ages should dictate the curriculum of physics 101.

The Japanese have absolutely no shame nor any inferiority complexes related to their view of Nature incompatible with the motive forces that gave rise to science in the West. This compels the Japanese to teach the scientific method as a tool, void of indigenous philosophical motivations. You can do the same for the Inuit and the First Nations if necessary. What you cannot do is elevate their non-scientific views on an equal par with the scientific method.

Our theory of light, despite its great precision, is almost certainly not the final word. In fact the mathematical series that lead to the precise computation of the gyro-magnetic ratio of the electron is probably asymptotic, i.e, ultimately incorrect and nonsensical if pushed too far. But the better theory will not be found in the chimeric babbling of my merovingian ancestors or the so-called wisdom of the First Nations Elders.

To be fair, the scientific method is a precise amoral instrument to discover the nature of reality, a reality which for some mysterious reasons, seems to be very mathematical. The religious ideas of the late Middle Ages, some would say superstitions, presupposed a world obeying laws set up by a Christian God “who is consistent and reasonable... that He had not left things at the mercy even of His own caprice.” ( Kawasaki quoting The Origins of Modern Science, Butterfield 1995, p. 166). It is possible that these assumptions, which lead to the scientific method, are ultimately false. But this will not change the fact that it remains the most powerful instrument to understand the mathematical reality that seems to permeate the universe we inhabit.

To teach otherwise to Canadians students is nothing short of child abuse for vile political motives.

Patrice Nishikawa

Professor in Accelerator Physics

(formally known as Etienne Forest)

Tsukuba,

Japan

Version française

Lettre ouverte aux premiers ministres MM. Legault et Ford,

Note de l'éditeur : Patrice Nishikawa, expatrié canadien et membre du C3RF (également connu dans les cercles scientifiques sous le nom d'Etienne Forest) prend à partie les premiers ministres Legault et Ford du Québec et de l'Ontario et pour avoir accepté tacitement que l'on enseigne aux étudiants canadiens que la "sagesse des aînés" autochtones est équivalente aux rigueurs de la méthode scientifique occidentale. Il craint qu'un tel faux discours ne dilue l'enseignement des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques (STEM) dans les écoles canadiennes à un niveau incompatible avec celui requis pour maintenir et développer une capacité nationale à résoudre les problèmes du monde réel par l'innovation scientifique. En effet, il suggère que les inclinations postmodernes telles que la "décolonisation de la lumière", subventionnée par le gouvernement fédéral et indirectement encouragée par les gouvernements provinciaux par le biais du système éducatif, ne peuvent être considérées que comme "de la maltraitance de nos enfants pour des motifs politiques odieux". Patrice sait de quoi il parle. Il est professeur de physique des accélérateurs, actuellement employé à Tsukuba, au Japon, mérite toute l'attention des deux premiers ministres.

Messieurs,

Je tiens à vous alerter sur le danger que représentent pour les sciences, comme la physique, les éducateurs postmodernistes qui ont maintenant pris le contrôle des sciences humaines et ont ainsi infecté les systèmes éducatifs du Québec, de l'Ontario et de l'Amérique du Nord tout entière. En tant que dirigeants provinciaux, vous êtes responsables de l'éducation des enfants.

Cette infection atteint maintenant les sciences pures et menace l'acquisition et l'utilisation correcte de la méthode scientifique par les étudiants canadiens. Il devrait être clair à tous qu'il n'existe pas de substitut à la méthode scientifique développée en Occident.

Récemment, j'ai remarqué que trois chercheurs de Concordia ont reçu 163 000 dollars pour "décoloniser la lumière". Cette subvention provient du gouvernement fédéral du Canada de M. Trudeau, pour être exact, du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH).

Permettez-moi de citer un article à leur sujet sur une page web de l'Université Concordia:

www.concordia.ca/fr/actualites/nouvelles/2019/09/20/trois-chercheurs-de-concordia-collaborent-a-la-mobilisation-des-savoirs-autochtones-dans-l-etude-de-la-physique.html

« La survie même de nos aînés dépendait de leur observation des régimes climatiques et des migrations animales ainsi que de leur expertise en matière de subsistance, explique la chercheuse. La sagesse de nos aînés et leur contribution à la création de connaissances à Concordia sont tout aussi importantes que celles des scientifiques occidentaux, voire plus encore, étant donné l’état du monde aujourd’hui. »

La première affirmation est commune à toutes les cultures du monde et pourtant la méthode scientifique est une invention occidentale. Mes ancêtres européens, ma parenté japonaise et coréenne n'auraient jamais pu survivre sans comprendre les régimes climatiques et le comportement des plantes et des animaux. La deuxième partie du paragraphe ci-dessus est très discutable et je la conteste ici, en partie, en comparant mon pays adoptif, le Japon, à l'Occident.

En 1860, le Japon a connu la restauration de Meiji. Cet événement n'est pas sans rappeler la Révolution Tranquille au Québec dans les années soixante. La restauration de Meiji a été à l'origine d'un énorme changement culturel, notamment dans le domaine des sciences.

Les Japonais de Meiji ont réalisé que la méthode scientifique de l'Occident était supérieure à tout ce qu'ils avaient appris de la Chine et à tout ce qui était originaire du Japon. C'est pourquoi ils l'ont adoptée.

Cependant, le concept japonais de Shizen, traduit librement par Nature, est très différent du concept occidental qu'évoque le mot Nature. Selon le professeur Ken Kawasaki de l'université de Kochi, le Japon doit traiter la science d'une manière "non auto-référentielle". En d'autres termes, la vision japonaise de la nature, incarnée par le mot Shizen, est si différente du concept occidental que la science doit être enseignée et justifiée principalement par ses réalisations technologiques. Les forces motrices qui sous-tendent la science en Occident sont tout à fait uniques et incompréhensibles dans le cadre de la plupart des cultures non occidentales, y compris au Japon. Cette affirmation s'applique très probablement aux Premières Nations et aux Inuits.

Les motivations philosophiques et religieuses qui ont fait que Galilée, Kepler, Newton ou Descartes aient découvert et utilisé la méthode scientifique sont absentes dans la plupart des cultures non occidentales.

Quelle que soit son origine, il n'existe pas de substitut à la méthode scientifique occidentale. Il est absolument essentiel pour les Japonais, les Chinois ou les Coréens de comprendre la méthode scientifique, même si les idées religieuses et philosophiques qui l'ont fait naître sont mystérieuses, peut-être incorrectes et certainement étrangères et absurdes pour le Japon shintoïste.

La théorie de la lumière qui doit être décolonisée par les chercheurs de Concordia, l'électrodynamique quantique, fut finalisée par deux juifs américains (Feynman et Schwinger) et un japonais (Tomonaga). Il s'agit de la théorie la plus précise jamais élaborée par l'homme. Elle permet de prédire certaines quantités, comme le rapport gyromagnétique de l'électron, à mieux qu'une partie par billion (mille milliards). Elle intègre dans un cadre cohérent l'électromagnétisme classique (Maxwell, 1860), la relativité restreinte (Einstein, 1905), la mécanique quantique non relativiste (Bohr, Heisenberg, Schrödinger, 1920), l'équation relativiste de Dirac (1928) et la théorie quantique des champs (1930-1940). Cette théorie est très hiérarchisée et, selon Richard Feymann, elle est comme une tapisserie faite d'un seul fil : vous tirez sur une pièce et tout s'effondre. Elle sous-tend toute la chimie et, donc, la biologie.

Pourtant, on nous dit que cette théorie doit être décolonisée pour être remplacée par la «sagesse des aînés». C'est absurde.

Je le répète : il n'existe pas de substitut à la méthode scientifique occidentale. Aucun. Aucune théorie des aînés indigènes du Canada ne peut rivaliser avec l'électrodynamique quantique et, surtout, aucune méthode scientifique ne peut être trouvée dans la "sagesse" des aînés, pas plus qu'elle ne peut l'être dans le Japon d'Édo ou dans l'Europe mérovingienne.

L'acquisition de connaissances peut et doit certainement impliquer toutes les cultures, en particulier dans les sciences sociales, mais la méthode scientifique occidentale est unique et indispensable ici au Japon comme partout ailleurs dans le monde pour fournir une méthode permettant de séparer les connaissances solides des ragots, des histoires et des opinions. Ceci est particulièrement important en Amérique du Nord où les négateurs de la science abondent à gauche comme à droite. La théorie de l'évolution est un excellent exemple d'une théorie scientifique attaquée par les intégristes religieux et les activistes de gauche qui prônent la fausse hypothèse de la tabula rasa

Il est inapproprié de réduire l'enseignement de la méthode scientifique en prétendant qu'il existe un substitut "Premières Nations" ou une version japonaise, aïnou ou okinawienne de la méthode scientifique.

Vous avez le devoir de protéger, par l'intermédiaire de votre ministère de l'éducation, la méthode scientifique contre les postmodernistes, les féministes radicales et toutes les attaques insensées venant de la gauche radicale antinationaliste, une gauche qui nie l'existence de connaissances objectives. Pour eux, tout est une construction sociale. Ils sont les ultimes négateurs de la science.

Les Occidentaux ennuient tout le monde avec leurs "concepts universels" de droits de l'homme, de la primauté du droit, de démocratie, etc... mais la méthode scientifique est le seul concept émanant de l'Occident qui est universellement accepté par la Chine dictatoriale, l'Iran théocratique et le Japon shintoïste. Et pourtant, le Canada du détraqué Justin Trudeau, de concert avec d'autres sociétés occidentales suicidaires, est maintenant bien décidé à la détruire.

Les points de vue religieux et philosophiques occidentaux qui ont donné naissance à la méthode scientifique peuvent être enseignés dans les cours de philosophie ou d'histoire. C'est l'endroit approprié pour la confronter avec les cultures indigènes ou même avec les vues occidentales de l'Âge de la Foi avant la Renaissance. Les croyances des aînés ne devraient pas plus affecter un cours de sciences que les croyances des alchimistes et des médecins du Moyen Âge ne devraient dicter le programme de physique 101.

Les Japonais n'ont absolument aucune honte ni aucun complexe d'infériorité lié à leur vision de la Nature incompatible avec les forces motrices qui ont donné naissance à la science en Occident. Cela oblige les Japonais à enseigner la méthode scientifique comme un outil, dépourvu de motivations philosophiques indigènes. Vous pouvez faire de même pour les Inuits et les Premières nations si nécessaire. Ce que vous ne pouvez pas faire, c'est mettre leurs points de vue non scientifiques sur un pied d'égalité avec la méthode scientifique.

Notre théorie de la lumière, malgré sa grande précision, n'est probablement pas le dernier mot. En fait, les séries mathématiques qui conduisent au calcul précis du rapport gyromagnétique de l'électron sont probablement asymptotiques, c'est-à-dire incorrectes et absurdes si on les pousse trop loin. Mais une meilleure théorie, si elle existe, n'émergera ni du bavardage chimérique de mes ancêtres mérovingiens ni de la sagesse des aînés des Premières Nations.

Par souci de justesse, la méthode scientifique est un instrument amoral précis qui nous permet de découvrir la nature de la réalité, une réalité qui, pour des raisons mystérieuses, semble être très mathématique. Les idées religieuses de la fin du Moyen Âge, certains diraient des superstitions, supposaient un monde obéissant à des lois établies par un Dieu chrétien "qui est cohérent et raisonnable... qu'il n'avait pas laissé les choses à la merci même de son propre caprice". ( Kawasaki citant « Les origines de la science moderne », Butterfield 1995, p. 166). Il est possible que ces hypothèses, qui nous menèrent à la méthode scientifique, soient ultimement fausses. Mais cela ne changera rien au fait que la méthode scientifique reste l'instrument le plus puissant pour comprendre la réalité mathématique qui semble imprégner l'univers que nous habitons.

Enseigner le contraire aux étudiants canadiens n'est rien d'autre que de la maltraitance pour des motifs politiques odieux.

Patrice Nishikawa

Professeur en physique des accélérateurs

(nom antérieur : Étienne Forest)

Tsukuba,

Japan

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon