C3RF Update, 05 Feb 2021 - Canadians speak out


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! Sign the C3RF petition to Canadian police authorities – stop the tyranny!

The Shirky Principle

More than one year into the Wuhan virus crisis and one could be forgiven for wondering – is the whole thing being prolonged on purpose? After all, the news-of-the-day seems to change to keep the embers of panic glowing within the public realm. First we were plied with rising numbers of deaths and then, when these waned, we were beset by the numbers of mounting cases. It mattered not that authoritative reports called the efficacy of these tests into question. Indeed, they made the case that the high “cycling thresholds” being used by the PCR tests were prone to detect fragments of viruses that in no way indicated any potential for infection or its transmission. Does the resulting potential for false positives, in conjunction with the seemingly coordinated campaign to discredit the use of proven therapeutics, point to the use of the Shirky Principle?


The Shirky Principle makes a simple, but brilliant, observation, it states that “institutions will try to preserve the problem to which they are the solution”. And so we see in Canada, and in other Western nations, seemingly deliberate efforts to shape the Wuhan virus crisis to keep a preferred solution in play – a solution that sees government largess being used to counter the impact of the government’s own “lockdowns”. In this scenario “lockdowns” are the problem that only the government can solve with astronomical deficit spending. The end result is a vicious circle with the two reinforcing each other and the country entering a death spiral. If there is to be a recovery from this spiral, it looks like it won’t be coming from the government agencies that are central to its creation.

The Shirky Principle foresees this likelihood and postulates that solutions are much more likely to come from the “margins of society”. And so we’ve chronicled in these pages the efforts by authoritative outriders, like Drs. Gulvinder Kaur Gill and Simone Gold, to open up the debate to include the use of therapeutics.Their admonitions, so far, have fallen on deaf ears at the bureaucratic and political levels.They are not alone in petitioning these agencies for change, however, as other concerned citizens representing the “many” of Canadian society have joined in the debate.These “many” include those with both expert and everyday backgrounds – like Preston Manning and Kay Cooper respectively

Canadians speak out


Former Reform Party leader, Preston Manning, laid down a well-reasoned and forceful argument in his recent letter to Canada’s Minister of Justice and Attorney General. In it he notes that:

  • “fundamental” rights of Canadians are being overridden by lockdown strategies and the Justice Minister needs to intervene;

  • abrogation of these rights is increasing and becoming more draconian. The trendline is disturbing and now includes violations by colleges of physicians and surgeons, government bodies themselves, which are threatening physicians for expressing opinions on the “grave harms that lockdowns are inflicting on Canadians”;

  • loss of the right to make a living and maintain a business are particularly worrisome;

  • government is liable, by virtue of Section 1 of the Charter, to explain and demonstrate why such limitations are required and produce a plan that addresses related impacts even as it establishes end dates; and

  • courts need to declare laws that run afoul of the Constitution to be of “no force or effect”;

Mr. Manning clearly believes that the government is on the wrong track and in need of a course correction, but what do everyday citizens think?


One such everyday Canadian is Kay Cooper from Oshawa, Ontario. This 91-year old citizen has spent her life contributing to the success of the country by raising and nurturing a family. Her family now extends to include grandchildren and great grand children – all proud Canadians. She hails from the “greatest generation” that has seen existential threats to Canadian freedom and liberty. The same generation that stepped up to fight and defeat such tyrannies. A generation that would, no doubt, scoff at any Prime Minister that called upon them to cringe, cower and hide from such dangers. In her letter she notes that:

  • her “golden years” are in taters as she is locked down and unable to see her loved ones – including grandchildren and great grandchildren;

  • the family ties she has enjoyed for so long are being stripped away with no improvement in the virus crisis evident;

  • they are hiding from a virus that the vast majority survive even as more and more people spiral into depression;

  • no opposing voices are being allowed to be heard and that itself speaks to collusion;

  • she has a hard time breathing when she is forced to wear a mask and worries that they cause more health issues than they solve even as they erode our immune systems; and

  • people need to unite to protest the lockdowns and regain their civil rights. She looks forward to being with her loved ones and being able to hug them once again.

Well said Kay and what a contrast you present in comparison to our lockdown leaders. Leaders that have no idea about what makes a great generation but do think they know how to engineer a “great reset”!

We are the many, they are the few


The protestations of Preston Manning and Kay Cooper will not go silently into the night. Big media, big tech, big pharma and big government can try to stifle them and sweep the issues they raise under the carpet but they are on borrowed time. Witness the demonstrations around the world that they are so adamant you not see. From Greece, to France to Holland and even Kensington Market in Toronto, folks are rising up against attacks on their freedoms and civil liberties. Our Canadian leaders are in quite the pickle as all of this seems to be directed at their lockdowns.

Unlike other nations who can hold up the promise of close-at-hand vaccinations, Canada’s fumbling of the vaccine file puts this remedy well down the road with some estimates being as late as mid 2022 before the majority of the population is inoculated. Perhaps this is why we are beginning to see the likes of our Prime Minister fade into the background as related questions are raised by a previously fawning group of so-called reporters. Isn’t it odd that hapless Generals are now being called to the forefront to explain why our life-saving vaccines are so delayed?

To make matters worse for Canada’s ruling elite as the popular tide rises against them, irony and hypocrisy have combined in the form of Bell’s “Let’s Talk” day to further embarrass them. The day was dedicated to mental health issues and the need for frank, informed discussion. How odd, then, to see the likes of Premier Ford of Ontario extolling the virtues of such a day even as his stay-at-home policies can be seen to cause a rising tide of depression, suicide and even child abuse. How is it that the Premier can be so narrow-minded as to ignore the impact of his policies on the mental health of those he is responsible for? A narrow-mindedness that refuses to consider alternate solutions let alone countenance those who hold them within his own political party. Such was the case when he summarily fired MPP Roman Baber from his caucus – all for proposing a reasoned and respectful call for doing away with the lockdown strategy. The medicine may be worse than the disease but challenges to preferred narratives will not be allowed.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Remarque! Signez la pétition du C3RF aux autorités policières canadiennes - arrêtez la tyrannie!

Le principe de Shirky

Plus d'un an après le début de la crise du virus de Wuhan, on pourrait se demander si toute cette affaire a été prolongée intentionnellement. Après tout, les nouvelles du jour semblent changer pour maintenir la panique dans le domaine public. Tout d'abord, nous avons été confrontés à un nombre croissant de décès et ensuite, lorsque ceux-ci ont diminué, nous avons été assaillis par le nombre croissant de cas. Peu importe que des rapports faisant autorité remettent en question l'efficacité de ces tests. En effet, ils ont démontré que les « seuils de cycle » élevés utilisés par les tests PCR étaient susceptibles de détecter des fragments de virus qui n'indiquaient en aucun cas un potentiel d'infection ou de transmission. Le potentiel de faux positifs qui en résulte, associé à la campagne apparemment coordonnée visant à discréditer l'utilisation de thérapies efficaces, laisse-t-il supposer l'utilisation du principe de Shirky?


Le principe Shirky est basé sur une observation simple, mais brillante qui stipule que « les institutions tenteront de préserver le problème dont elles sont la solution ». Et c'est ainsi que nous voyons au Canada, et dans d'autres pays occidentaux, des efforts apparemment délibérés pour façonner la crise du virus de Wuhan afin de maintenir une solution privilégiée - une solution qui voit l'ampleur du gouvernement être utilisée pour contrer l'impact des propres « confinements » du gouvernement. Dans ce scénario, les « confinements » sont le problème que seul le gouvernement peut résoudre avec un déficit astronomique. Le résultat final est un cercle vicieux où les deux se renforcent mutuellement et où le pays entre dans une spirale de la mort. Si l'on veut sortir de cette spirale, il semble que la reprise ne viendra pas des agences gouvernementales qui sont au cœur de sa création.

Le principe Shirky prévoit cette possibilité et postule que les vraies solutions sont beaucoup plus susceptibles de venir des « marges de la société ». C'est pourquoi nous avons décrit dans ces pages les efforts déployés par des marginaux faisant autorité, comme les docteurs Gulvinder Kaur Gill et Simone Gold, pour ouvrir le débat à l'utilisation de la thérapeutique. Leurs remontrances, jusqu'à présent, sont tombées dans l'oreille d'un sourd aux niveaux bureaucratique et politique. Elles ne sont cependant pas les seules à demander à ces agences de changer, car d'autres citoyens concernés représentant un « grand nombre » de la société canadienne ont rejoint le débat. Parmi ceux-ci, on trouve des experts et des gens ordinaires, comme Preston Manning et Kay Cooper.


Les Canadiens s'expriment


L'ancien chef du Parti réformatiste du Canada, Preston Manning, a présenté un argument solide et bien fondé dans sa récente lettre au ministre de la Justice et au procureur général du Canada. Dans cette lettre, il note que:

  • les droits « fondamentaux » des Canadiens sont bafoués par des stratégies de confinement et le ministre de la justice doit intervenir;

  • l'abrogation de ces droits est de plus en plus fréquente et devient de plus en plus draconienne. La tendance est inquiétante et comprend maintenant des violations par les collèges des médecins et des chirurgiens, organismes gouvernementaux eux-mêmes, qui menacent les médecins pour avoir exprimé des opinions sur les « graves préjudices que les mesures de confinement infligent aux Canadiens »;

  • La perte du droit de gagner sa vie et de maintenir une entreprise est particulièrement inquiétante;

  • le gouvernement est tenu, en vertu de l'article 1 de la Charte, d'expliquer et de démontrer pourquoi de telles limitations, dans le temps et l'espace, sont nécessaires et de produire un plan qui traite des impacts ; et

  • les tribunaux doivent déclarer que les lois contraires à la Constitution sont « caduques »

Manning pense de toute évidence que le gouvernement est sur la mauvaise voie et a besoin d'une correction de trajectoire, mais qu'en pensent les citoyens ordinaires?


L'une de ces Canadiennes ordinaires est Mme Kay Cooper, d'Oshawa, en Ontario. Cette citoyenne de 91 ans a passé sa vie à contribuer au succès du pays en élevant et en prenant soin d'une famille. Sa famille s'étend maintenant à ses petits-enfants et arrière-petits-enfants, tous fiers d'être Canadiens. Elle est issue de la « grande génération » qui a vu des menaces existentielles peser sur les libertés canadiennes. La même génération qui s'est engagée dans la lutte contre des tyrannies et les a vaincues. Une génération qui, sans aucun doute, se moquerait de tout Premier ministre qui l'appellerait à se recroqueviller, à se cacher et à se protéger de tels dangers. Dans sa lettre, elle note que:

  • ses "années de l'âge d'or" sont en lambeaux car elle est enfermée et ne peut pas voir ses proches - y compris ses petits-enfants et arrière-petits-enfants;

  • les liens familiaux qu'elle a entretenus pendant si longtemps lui sont retirés sans que la crise du virus ne s'améliore;

  • elle se cache d'un virus dont la grande majorité survit alors même que de plus en plus de personnes sombrent dans la dépression;

  • aucune voix opposée ne peut être entendue et cela constitue en soi une collusion;

  • elle a du mal à respirer lorsqu'elle est obligée de porter un masque et s'inquiète du fait que les masques causent plus de problèmes de santé qu'ils n'en résolvent, alors même qu'ils érodent notre système immunitaire; et

  • Les gens doivent s'unir pour protester contre les fermetures et retrouver leurs droits civils. Elle a hâte d'être avec ses proches et de pouvoir à nouveau les embrasser.

Bien dit Kay! Et quel contraste vous présentez par rapport à nos leaders du confinement. Des dirigeants qui n'ont aucune idée de ce que fut une grande génération mais qui pensent savoir comment organiser une « grande remise à zéro »!

Nous sommes nombreux, eux sont peu nombreux


Les protestations de Preston Manning et de Kay Cooper ne resteront pas sans effet. Les grands médias, les grandes entreprises technologiques, les grandes entreprises pharmaceutiques et les grands gouvernements peuvent essayer de les étouffer et de balayer sous le tapis les questions qu'ils soulèvent, car ils sont en sursis. Soyez témoins des manifestations qui ont lieu dans le monde entier et qui sont si évidentes que vous ne les voyez pas. De la Grèce à la France, en passant par la Hollande et même le Kensington Market de Toronto, les gens se soulèvent contre les atteintes à leurs libertés et à leurs droits civils. Nos dirigeants canadiens sont dans le pétrin, car tout cela semble viser leur confinement.

Contrairement à d'autres pays qui peuvent tenir la promesse d'une vaccination prochaine, le Canada, en tâtonnant dans le dossier des vaccins, remet ce remède à la semaine des quatre jeudis, certaines estimations avançant jusqu'au milieu de l'année 2022 avant que la majorité de la population ne soit vaccinée. C'est peut-être la raison pour laquelle nous commençons à voir des personnes comme notre Premier ministre passer à l'arrière-plan, alors que des questions sont soulevées par un groupe de soi-disant journalistes. N'est-il pas étrange que de malheureux généraux soient maintenant appelés au front pour expliquer pourquoi nos vaccins vitaux sont si tardifs?

Pour aggraver les choses pour l'élite dirigeante du Canada , alors que la marée populaire monte contre elle, l'ironie et l'hypocrisie se sont combinées sous la forme de la journée "Bell Cause" pour l'embarrasser davantage. Cette journée était consacrée aux questions de santé mentale et à la nécessité d'une discussion franche et informée.Il est donc étrange de voir des personnes comme le premier ministre Ford de l'Ontario vanter les mérites d'une telle journée, alors même que sa politique de séjour à domicile peut être considérée comme une source de dépression, de suicide et même de maltraitance des enfants.Comment se fait-il que le Premier ministre Ford puisse être si borné qu'il ignore l'impact de ses politiques sur la santé mentale de ceux dont il est responsable?Une étroitesse d'esprit qui refuse d'envisager des solutions alternatives et encore moins d'approuver ceux qui les défendent au sein de son propre parti politique.Tel a été le cas lorsqu'il a sommairement renvoyé le député Roman Baber de son caucus - tout cela pour avoir proposé un appel raisonné et respectueux à la suppression de la stratégie de confinement.Le remède est peut-être pire que la maladie, mais les contestations des récits préférés ne seront pas autorisées.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts