C3RF Member Update - 15 Jan, 2021


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! Sign the C3RF petition to Canadian police authorities – stop the tyranny!


Last week’s update showcased a C3RF petition that called upon supporters of civil liberties to side with a growing number of like-minded police officers. These officers, who formed the group “On Guard for Thee”, are worried that they are being commanded to harass the public they are sworn to serve and protect. They fear that the related draconian, “lockdown” measures they are forced to use are arbitrarily contravening Canada’s Charter of Rights and Freedoms. Unfortunately, within minutes of posting the petition I was made aware of difficulties by a multitude of potential signatories. Folks just couldn’t get the “sign” button to work.

I took the issue up with CitizenGo, the petition host, and they responded with a suggestion for a fix. Unfortunately, we are back at square one and I need to ask you to give the petition a second try if you had difficulties last week. I regret the inconvenience but note that the petition stands to provide brave police with the support they need to continue their call for the receipt of reasoned and solid evidence – evidence that demonstrates the need for such radical impositions on Canadian citizens. They need this support more than ever now as they have decided to take their case forward to legal proceedings spearheaded by constitutional lawyer, Rocco Galati. These police officers may very well face repercussions, even job-related penalties, for doing so. They are not alone in this, however, as a growing number of other professionals are encountering resistance as they dare swim against the tide of the preferred “lockdown” narrative. By the way, if you find yourself being harassed by the police in contravention to your Charter Rights our friends at Action4Canada have come up with a handy information sheet. Here it is.


These other professionals include Canadian doctors who have been researching and proposing alternatives to the current strategies being used to mitigate the Wuhan virus crisis. These current strategies are founded upon a social distancing scheme that sees locking down all “non-essential” human activity until a vaccine arrives on scene. “Flattening the curve” becomes a citizen’s responsibility and it’s the fault of each-and-every citizen if case counts rise. There is no talk of scaling up the capacities of medical systems to handle the crush of cases and there is certainly no talk of seeking therapeutic solutions capable of keeping folks out of hospitals and ICUs. Indeed, there seems to be vitriol and retribution for doctors like Doctor Kulvinder Kaur Gill from Ontario who speak out on such alternatives.

Swimming upstream


Dr. Gill is a practicing, frontline physician with a stellar background in virology and clinical immunology. She has conducted related research at Canada’s Level 4 facility in Winnipeg and serves as President and Co-founder of “Concerned Ontario Doctors” – a frontline group that advocates for health issues of provincial and national interest. In the latter capacity, she has been an energetic proponent of therapeutic measures to deal with the Wuhan virus even as she derided “lockdown” strategies of causing more harm than good. Her observations and recommendations were cogent and based on authoritative research and studies. Some of these were controversial as they stood apart from accepted dogma championed by a variety of governmental authorities and medical associations. One such issue was her recommendation that hydroxychloroquine be considered for the early treatment of the Wuhan virus on an out-patient basis.

Dr. Gill received considerable pushback for her views from a variety of medical professionals and news outlets. These criticisms were deemed by her to be so strident and defamatory that she filed suit against a variety of these critics and claims millions in costs and damages. Her Statement of Claim is chock full of insults that were levelled upon her and impugned her reputation. She was categorized as a “conspiracy theorist” even though her opinions were based on solid science and shared by a good portion of scientific and medical communities around the world. Defendant Statement of Defence papers are not available at this time but, rest assured, they will be showcased here if, and when, they are made available.

The defendants in this case may find Canadian defamation law working against them. Unlike the free speech bastion that is, or used to be, the United States, they will be compelled to show that their words and criticisms were truthful or could be construed as fair comment in the public square. This is where it will get very interesting as their charges of incompetence and conspiracy theory all hinge on whether-or-not Dr. Gill’s approach to lockdowns, therapeutics (hydroxychloroquine specifically) and vaccines are false and potentially harmful. This might be a steep hill to climb as strong and authoritative evidence exists that her prescriptions are valid and helpful in the fight against the Wuhan virus. Indeed, at the end of the day a watchful public might begin to wonder how such prescriptions could have been ignored for so long and by who.

The return of the Robber Barons


Besides the impact on Dr. Gill’s reputation, the alleged ganging-up and intimidation she cites can prove devastating to the free exchange of ideas within a professional community. It is hard to see how such a community, responsible for an unfettered and disinterested analysis of public issues, could possibly be effective if it was straight-jacketed by a forced, preferred narrative. In the case of the Ontario medical community, that narrative is alleged to prioritize the lockdown plus vaccine strategy at the expense of all others. South of the border we see other sacrosanct narratives at play that defy challenge. The most recent, unassailable narrative that is currently playing havoc with the concept of free speech is that fraud allegations associated election 2020 are beneath contempt – not worthy of discussion let alone investigation.

We have seen this in stark terms with Trump’s speech to a near million-person crowd on the Washington Mall on 06 January 2021. This speech overlapped happenings at Capitol Hill characterized by a breach of that facility and charges that Trump had “incited” a related “insurrection”. Problem is, Trump did not incite violence during his speech but rather told his audience to protest at Capitol Hill “peacefully”. Combine this with a timeline that makes it highly improbable that his audience could make the 45-minute walk to the Hill in time to enjoin the “insurrection” and we have some real questions when it comes to the veracity of the incitement charge. What followed the events of 06 January, though, are truly troubling as we have not seen their like since the “Robber Baron” days of the late 19th century. We saw Twitter shut down the President’s account even as Google, Amazon and Apple de-platformed his alternative social media site, “Parler”. He was left voiceless and defenceless against the accusations of his critics and enemies.

Just as in the days of the “Robber Barons” when a small group of “captains of industry” monopolized the energy, finance, transportation and industrial sectors and crushed any and all competition, the big tech players got together to choke off President Trump’s free speech and any chance of a fair hearing. To add insult to injury, our own Prime Minister piled on by accusing the President of “incitement” of violence without so much as a “how do you do”. We shouldn’t be that surprised over the Prime Minister’s bad manners, given his early judgement of Vice Admiral Norman’s guilt in a naval ship procurement scandal, but we should be worried he has so little respect for the free speech and due process rights of a head of state. After all, he has yet to issue any kind of a reprimand for big tech’s move to constrain speech and squash its competitors. If they could penalize a president so, what would they do to you – with your Prime Minister’s concurrence? Is it time to address and restrict the power of these new age “Robber Barons”?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Remarque! Signez la pétition du C3RF aux autorités policières canadiennes - arrêtez la tyrannie!


La mise à jour de la semaine dernière présentait une pétition du C3RF qui appelait les défenseurs des libertés civiles à se ranger du côté d'un nombre croissant de policiers partageant les mêmes idées. Ces policiers, qui ont formé le groupe « On Guard for Thee », s'inquiètent du fait qu'on leur ordonne de harceler le public qu'ils ont juré de servir et de protéger. Ils craignent que les mesures draconiennes de « confinement » qu'ils sont obligés d'imposer contreviennent à la Charte canadienne des droits et libertés d'une façon arbitraire. Malheureusement, dans les minutes qui ont suivi la publication de la pétition, j'ai été informé des difficultés par une multitude de signataires potentiels. Les gens n'arrivaient pas à faire fonctionner le bouton « signer ».

J'ai abordé la question avec CitizenGo, l'hôte de la pétition, et ils ont répondu en suggérant une solution. Malheureusement, nous sommes de retour à la case départ et je dois vous demander de réessayer de signer la pétition si vous avez eu des difficultés la semaine dernière. Je regrette ce problème technique, mais notez que la pétition est destinée à fournir aux policiers courageux le soutien dont ils ont besoin pour poursuivre leur appel à la réception de preuves motivées et solides - preuves qui démontrent la nécessité d'imposer des mesures aussi radicales aux citoyens canadiens. Ils ont besoin de ce soutien plus que jamais maintenant qu'ils ont décidé de porter leur affaire devant les tribunaux sous la direction de l'avocat constitutionnel Rocco Galati. Ces policiers pourraient très bien subir des répercussions, voire des sanctions liées à leur travail, pour avoir agi de la sorte. Mais ils ne sont pas les seuls, car un nombre croissant d'autres professionnels se heurtent à des résistances lorsqu'ils osent nager à contre-courant du récit privilégié du « lockdown ». Au fait, si vous vous trouvez harcelé par la police en violation de vos droits garantis par la Charte, nos amis d'Action4Canada ont élaboré une fiche d'information pratique. La voici.


Parmi ces autres professionnels, on trouve des médecins canadiens qui ont fait des recherches et proposé des alternatives aux stratégies actuelles utilisées pour atténuer la crise du virus de Wuhan. Ces stratégies actuelles sont fondées sur un système de distanciation sociale qui consiste à bloquer toute activité humaine « non essentielle » jusqu'à ce qu'un vaccin arrive sur place. L'« aplatissement de la courbe » devient la responsabilité du citoyen et c'est la faute de chacun si le nombre de cas augmente. Personne ne parle d'augmenter les capacités des systèmes médicaux pour gérer l'écrasement des cas et il n'est certainement pas question de chercher des solutions thérapeutiques capables de maintenir les gens hors des hôpitaux et des unités de soins intensifs. En effet, il semble y avoir du vitriol et des représailles pour les médecins comme le docteur Kulvinder Kaur Gill de l'Ontario qui s'expriment sur de telles alternatives.

Nager en amont


Le Dr Gill est un médecin de première ligne qui a une excellente formation en virologie et en immunologie clinique. Elle a mené des recherches dans ce domaine au centre de niveau 4 du Canada à Winnipeg et est présidente et cofondatrice de « Concerned Ontario Doctors », un groupe de première ligne qui défend les questions de santé d'intérêt provincial et national. En cette dernière qualité, elle a été une ardente partisane des mesures thérapeutiques pour lutter contre le virus de Wuhan, même si elle a tourné en dérision les stratégies de « verrouillage » qui consistent à faire plus de mal que de bien. Ses observations et ses recommandations étaient convaincantes et fondées sur des recherches et des études faisant autorité. Certaines d'entre elles étaient controversées car elles se démarquaient des dogmes acceptés et défendus par diverses autorités gouvernementales et associations médicales. L'une de ces questions était sa recommandation d'envisager l'utilisation de l'hydroxychloroquine pour le traitement précoce du virus de Wuhan en ambulatoire.

Le Dr Gill a reçu un soutien considérable pour ses opinions de la part de divers professionnels de la médecine et de médias. Ces critiques ont été jugées par elle si véhémentes et diffamatoires qu'elle a intenté un procès contre plusieurs d'entre eux et réclame des millions de dollars de frais et de dommages et intérêts. Sa déclaration soumise aux tribunaux est pleine d'insultes qui lui ont été adressées et qui ont porté atteinte à sa réputation. Elle a été qualifiée de « théoricienne du complot » alors que ses opinions étaient fondées sur des données scientifiques solides et partagées par une bonne partie des communautés scientifiques et médicales du monde entier. Les documents de la défenderesse ne sont pas disponibles pour le moment mais, soyez assurés qu'ils seront présentés ici si, et quand, ils seront disponibles.

Les défendeurs dans cette affaire peuvent trouver que la loi canadienne sur la diffamation leur est défavorable. Contrairement au bastion de la liberté d'expression qu'est, ou était, les États-Unis, ils seront obligés de montrer que leurs paroles et leurs critiques étaient véridiques ou pouvaient être interprétées comme des commentaires justes sur la place publique. C'est là que cela deviendra très intéressant, car leurs accusations d'incompétence et leur théorie du complot dépendent toutes de l'approche du Dr Gill en matière de confinement, de thérapeutique (l'hydroxychloroquine en particulier) et de vaccins, qui est fausse et potentiellement nuisible. Il pourrait s'agir d'une pente raide à gravir, car il existe des preuves solides et faisant autorité que ses prescriptions sont valables et utiles dans la lutte contre le virus de Wuhan. En effet, en fin de compte, un public attentif pourrait commencer à se demander comment de telles prescriptions ont pu être ignorées pendant si longtemps et par qui?

Le retour des barons voleurs


Outre l'impact sur la réputation du Dr Gill, les allégations de regroupement et d'intimidation qu'elle cite peuvent s'avérer dévastatrices pour le libre échange d'idées au sein d'une communauté professionnelle. Il est difficile de voir comment une telle communauté, responsable d'une analyse libre et désintéressée des questions d'intérêt public, pourrait être efficace si elle était entourée d'une narration forcée et privilégiée. Dans le cas de la communauté médicale de l'Ontario, ce récit est censé donner la priorité à la stratégie de verrouillage et de vaccination au détriment de toutes les autres. Au sud de la frontière, nous voyons d'autres récits sacro-saints en jeu qui défient toute contestation. La plus récente, et la plus inattaquable, qui fait actuellement des ravages dans le concept de la liberté d'expression est que les allégations de fraude liées à l'élection de 2020 sont méprisables - elles ne méritent pas d'être discutées et encore moins d'être examinées.

Nous l'avons vu en termes frappants avec le discours de Trump devant une foule de près d'un million de personnes au Washington Mall le 6 janvier 2021. Ce discours fut donné en même temps que les événements survenus à Capitol Hill, caractérisés par une violation de cette installation et des accusations selon lesquelles Trump avait « incité » à l'« insurrection ». Le problème est que M. Trump n'a pas incité à la violence pendant son discours, mais a plutôt dit à son public de protester « pacifiquement » à Capitol Hill. Si l'on ajoute à cela une chronologie qui rend très improbable que son auditoire ait pu faire les 45 minutes de marche jusqu'à la colline à temps pour enjoindre l'«insurrection », on se pose de vraies questions quant à la véracité de l'accusation d'incitation. Ce qui a suivi les événements du 6 janvier est cependant vraiment troublant, car nous n'avions pas vu cela depuis l'époque des «barons voleurs» à la fin du 19e siècle. Nous avons vu Twitter fermer le compte du président alors même que Google, Amazon et Apple avaient démantelé (de-platform en anglais) son site alternatif de médias sociaux, « Parler ». Il est resté sans voix et sans défense face aux accusations de ses détracteurs et de ses ennemis.

Tout comme à l'époque des « barons voleurs », lorsqu'un petit groupe de « capitaines d'industrie » monopolisait les secteurs de l'énergie, de la finance, des transports et de l'industrie et écrasait toute concurrence, les grands acteurs technologiques se sont réunis pour étouffer la liberté d'expression du président Trump et toute chance d'être entendu. Pour le comble de l'insulte, notre propre Premier ministre a poursuivi en accusant le Président d'« incitation » à la violence sans aucune forme de politesse. Nous ne devrions pas être si surpris par les mauvaises manières du Premier ministre, étant donné son jugement précoce de la culpabilité du vice-amiral Norman dans un scandale d'achat de navires de guerre, mais nous devrions nous inquiéter qu'il ait si peu de respect pour la liberté d'expression et le droit à une procédure régulière d'un chef d'État. Après tout, il n'a pas encore prononcé la moindre réprimande pour les manœuvres des grandes entreprises technologiques visant à limiter la liberté d'expression et à écraser leurs concurrents. S'ils pouvaient ainsi pénaliser un président, que vous feraient-ils - avec l'accord de votre Premier ministre? Est-il temps d'aborder et de restreindre le pouvoir de ces « barons voleurs» de la nouvelle ère?

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts
Recent Posts