C3RF Member Update - 12 April, 2019


Remarque! La version française suit
French Canadians have long been strong supporters of C3RF. Makes sense when one considers the pride they have in their culture, language and ability to speak freely in the defence of both. Accordingly, French translation of this “update” follows the English version below. Please scroll down to access it.
Note! Consider, sign and distribute this petition. Make it go viral. An Ontario “Day against Islamophobia” is a bigoted initiative that insults you!
Canada’s “democratic deficit” – cause and effect
Last week’s “update” highlighted Canada’s “democratic deficit”. It postulated that a potential cause could be found in a governance system that lacked the required checks and balances to separate the nation’s executive, legislative and judicial powers. It went on to state that this political imbalance was manifesting itself through the increasing powers assumed by a “troika” of political players. These players included the Prime Minister (PM), the Prime Minister’s Office (PMO) and the Privy Council Office (PCO). After all, this troika of Canadian power “is responsible for appointments across the executive, legislative and judicial spectrums and is virtually unknown to the formal Constitution”.

As for related effects, such an unconstrained “troika” is free to reward its friends, punish its enemies and manoeuvre at will to preserve its own power with little regard for the wishes of those it’s sworn to serve. Accordingly, unpopular initiatives, like Motion M-103, can be conjured up out of thin air and spin off into the “questionable funding of questionable enterprises”. One such enterprise includes the allotment of related funds to organizations alleged to support terrorist operations abroad. This whole issue now finds itself within the Canadian judicial system in the form of a defamation suit levelled by Islamic Relief Canada (IRC), the plaintiff, against terrorism expert Tom Quiggin and six others, the defendants.

How deep does the rot of our “democratic deficit” go?
The SNC-Lavalin scandal has been very instructive when it comes to understanding just how deep the rot created by our “democratic deficit” potentially goes. We have to say “potentially” as efforts to study the level of related “political interference” have been stymied by majority-controlled parliamentary committees. It would seem that both the House of Commons’ Justice and Ethics Committees have something to hide as testimony from star witness, Jody Wilson-Raybould, is persistently constrained or sidetracked. Still, allowed testimony to date has been devastating and certainly seems to speak to political interference at the highest levels aimed at “rewarding friends, punishing enemies and retaining power”. Missed until now, though, is a tiny note that both national columnist Andrew Coyne and blogger “Black Rod” have picked up on.

For his part in a 29 March, 2019 column, Coyne notes that Raybould’s contemporaneous notes include a reference to a conversation her Chief of Staff, Jessica Prince, had with the PM’s Principal Secretary, Gerald Butts. The latter floated the idea of having an outside expert, like former Chief Justice of the Supreme Court of Canada, Beverly McLachlin, “’advise’ the former attorney general on her ‘options’”. This, of course, would be highly unusual and speaks to the pressure that Raybould had come under but there is something else here. As both Coyne and “Black Rod” note, Prince queried Butts on what would be done if the “expert advisor” recommended against offering SNC-Lavalin a Deferred Prosecution Agreement (DPA) to which Butts responded “It wouldn’t say that”. This begs several questions, was Butts saying the fix was in with a former Chief Justice of the Supreme Court? If so, can “political interference” be assumed in other Supreme Court decisions she had a part in? And, finally, is there requirement to review all cases she was involved with in the interests of fairness to the parties involved? Perhaps one should start with those cases that featured reversals of previous Supreme Court decisions that resulted in turning Charter Rights on their heads. These could include cases like Trinity Western University, the euthanasia case of 2015 and the “truth is no defense case” of Bill Whatcott in 2013 (pictured above). In the very least, these disturbing developments and possibilities demand the initiation of a public inquiry to get to the bottom of just how far the rot goes and to begin the remediation process.

The “democratic deficit” in action – the Tom Quiggin civil defamation suit
It’s hard to imagine a more hated government initiative than Motion M-103. It levelled unsubstantiated claims of a “rising tide of hate and fear” across the nation while accusing Canada and Canadians of systemic racism and religious discrimination – including Islamophobia. It harkened back to another time in the history of the Liberal Party of Canada when “crosses were burning” on the lawns of Prince George, British Columbia. Canadians were not fooled by the false narratives propagated in either case with only 14% supporting the M-103 initiative. Didn’t matter what Canadians thought though, the “democratic deficit” kicked in and, before you knew it, the Motion passed on a majority vote even as expert testimony on the problems associated with the term “Islamophobia” was subsequently ignored. More than this, taxpayer dollars were conjured up from the omni-bus budget of 2018 to fund related Islamophobia initiatives. Problem is, terrorist expert Tom Quiggin researched the disposition of some of those dollars and, based on his efforts, alleged that some of it found its way to terrorist operations abroad. Mr. Quiggin then used his research to draft a criminal complaint that was sent off to the Commissioner of the RCMP thus prompting IRC’s Statement of Claim for defamation. The RCMP criminal complaint, by the way, remains active under file #18-004212.
The Defendants
“The defendants” “Statement of Defence” is now before the Ontario Superior Court of Justice and fully fixed in the public square. It begins with background information on each of the defendants commencing with Tom Quiggin - a court-qualified terrorism expert whose testimony is welcomed in the highest Courts of the land. In reading these biographical summaries, one is struck by the service to country by each and every one of the individual defendants. There is more than one Queen’s Jubilee Medal amongst them and half of the defendants, like C3RF’s own Raheel Raza, serve as Muslim advocates for the reform and modernization of Islam. The defendants appear to be very accomplished individuals with their work recognized at both the national and international levels.
The risk faced by the defendants is in the order of millions of dollars as IRC seeks compensation for damages to its good name and ongoing financial prospects. The Plaintiff is claiming damages for defamation in the amount of $1,000,000.00, special damages in the amount of $500,000.00, aggravated damages in the amount of $500,000.00, punitive damages in the amount of $500,000.00 and permanent injunctions restraining the Defendants, or any person acting on the behalf of the Defendants, from publishing the alleged libelous material.
The Statement of Defence
Most certainly, the defendants face great jeopardy for expressing their considered thoughts on issues they claim were of national interest. Their Statement of Defence says as much and goes on to cite Ontario’s Libel and Slander Act and its allowable defences. These are primarily situated within Sections 22, 23 and 25 of the Act and include:
  • justification by virtue of the truth of the charges;

  • “fair comment” in the public square; and

  • The “qualified privilege” that two or more persons have in discussing matters of public interest that they themselves have a direct interest in.

Other instruments cited by “the defendants” in their defence are Section 2(b) of the Charter that calls for freedom of thought, belief, opinion and expression. There can be little doubt that a ruling against “the defendants” in this case stands to “chill” the willingness of all Canadians to discuss and comment on matters they believe to be of great public interest. Rest assured, C3RF will continue to track developments in this case and pass them on to you as our valued allies in the fight for individual, fundamental Charter Rights.

We need your continued support
Please note that efforts aimed at preserving the fundamental rights and freedoms of Canadians are not without cost. For those of you who have recently contributed to our coffers, thank you very much. We cannot continue to operate and progress such initiatives without such aid. The funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings, such as the Ottawa Public Library fight, and charitable activities when able. Please consider a one-time donation or a monthly contribution. Monthly donations, no matter how small, even $5/month, help us plan our finances in advance and provide us with greater flexibility. Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

Co-Chair C3RF

Version française

Remarque! Considérez, signez et distribuez cette pétition. Faites-le devenir viral. Une «Journée contre l'islamophobie» de l'Ontario est une initiative fanatique qui vous insulte!
Le ‘’déficit démocratique’’ au Canada – lien de cause à effet
La "mise à jour" de la semaine dernière soulignait le "déficit démocratique" du Canada. Elle postule que ce déficit émanerait possiblement du fait que notre système de gouvernance ne serait pas doté des contrepoids nécessaires afin de séparer les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire du pays. Ce déséquilibre politique se manifeste à travers les pouvoirs croissants assumés par une "troïka" d'acteurs politiques. Parmi ces intervenants, mentionnons le premier ministre (PM), le cabinet du premier ministre (CPM) et le Bureau du Conseil privé (BCP). Après tout, cette troïka qui constitue le pouvoir canadien " est responsable des nominations dans les domaines exécutif, législatif et judiciaire et est pratiquement inconnue de la constitution officielle".

Quant aux effets connexes, une telle "troïka" sans contrainte est libre de récompenser ses amis, de punir ses ennemis et de manœuvrer à volonté pour préserver son propre pouvoir sans tenir compte des souhaits de ceux qu'elle a juré de servir. Ainsi, des initiatives impopulaires, comme la motion M-103, peuvent surgir de nulle part et se transformer en "financement douteux d'entreprises douteuses". L'une de ces entreprises comprend l'affectation de fonds connexes à des organisations soupçonnées d'appuyer des opérations terroristes à l'étranger. Toute cette question se retrouve maintenant dans le système judiciaire canadien sous la forme d'une poursuite en diffamation intentée par Islamic Relief Canada (IRC), le plaignant, contre Tom Quiggin, expert en terrorisme, et six autres personnes.

À quel point notre "déficit démocratique" est-il rongé ?
Le scandale SNC-Lavalin a été très instructif pour nous permettre de comprendre l’étendue ‘’potentielle’’ de notre "déficit démocratique". Nous disons bien "potentielle", car les efforts visant à étudier le niveau d'"ingérence politique" ont été contrecarrés par les comités parlementaires contrôlés par la majorité. Il semblerait que le Comité de la justice et le Comité de l'éthique de la Chambre des communes ont tous deux quelque chose à cacher, car le témoignage de Jody Wilson-Raybould, témoin vedette, est constamment limité ou détourné. Pourtant, les témoignages autorisés jusqu'à présent ont été dévastateurs et semblent certainement parler d'ingérence politique aux plus hauts niveaux visant à "récompenser les amis, punir les ennemis et conserver le pouvoir". Mais jusqu'à présent, il manque une petite note que le chroniqueur national Andrew Coyne et le blogueur "Black Rod" ont tous deux captée.

Pour sa part, dans une chronique du 29 mars 2019, Coyne note que les notes récentes de Raybould font référence à une conversation que sa chef de cabinet, Jessica Prince, a eue avec le secrétaire principal du PM, Gerald Butts. Ce dernier a lancé l'idée de consulter un expert externe, comme l'ancienne juge en chef de la Cour suprême du Canada, Beverly McLachlin, afin qu’elle "conseille" l'ancienne procureure générale sur les "options‘’ qui se présentaient devant elle. Cela, bien sûr, serait très inhabituel et témoigne de la pression que Raybould avait subie, mais il y a autre chose ici. Comme le notent Coyne et Black Rod, Prince a interrogé Butts pour savoir ce qui serait fait si le "conseiller expert" recommandait de ne pas offrir à SNC-Lavalin une entente de poursuite différée (APD). Butts a répondu "Il ne dirait pas cela". Cela soulève plusieurs questions: Butts disait-il que la solution était dans le camp d'un ancien juge en chef de la Cour suprême? Dans l'affirmative, peut-on supposer qu'il y a eu "ingérence politique" dans d'autres décisions de la Cour suprême dans lesquelles elle a joué un rôle? Enfin, est-il nécessaire d'examiner tous les cas dans lesquels elle a été impliquée, par équité envers les parties en cause? Il faudrait peut-être commencer par les affaires dans lesquelles la Cour suprême a infirmé des décisions antérieures qui ont eu pour effet de leur faire perdre les droits garantis par la Charte. Il pourrait s'agir d'affaires comme celle de la Trinity Western University, celle de l'euthanasie en 2015, et celle de Bill Whatcott en 2013, où il fut statué que la "vérité n'est pas un argument que peut utiliser la défense" (photo ci-dessus). À tout le moins, cette perspective inquiétante exige l'ouverture d'une enquête publique pour aller au fond des choses afin de déterminer jusqu'où le système est rongé et de remédier à la situation.

Le "déficit démocratique" en action - la poursuite civile en diffamation de Tom Quiggin
Difficile d'imaginer une initiative gouvernementale plus détestée que la motion M-103 et ses affirmations non fondées d'une vague croissante de haine et de peur dans tout le pays, accompagnée de racisme systémique et de discrimination religieuse - y compris d'islamophobie. Cela remonte à une autre époque de l'histoire du Parti libéral du Canada, lorsque des "croix brûlaient" sur les pelouses de Prince George, en Colombie-Britannique. Dans les deux cas, les Canadiens ne se sont pas laissés berner par les faux récits, 14 % d'entre eux seulement appuyant l'initiative M-103. Peu importe, le "déficit démocratique" a été comblé et, avant même que vous ne vous en rendiez compte, la motion a été adoptée à la majorité. Les témoignages d'experts sur les problèmes associés au terme "islamophobie" ont par la suite été ignorés et des fonds ont été puisés dans le budget omnibus de 2018 pour financer des initiatives qui abordent la question de l’islamophobie. Le problème est que l'expert en terrorisme Tom Quiggin a fait des recherches sur l’usage de certains de ces dollars et, en se fondant sur ses efforts, a allégué qu'une partie de cet argent avait servi à des opérations terroristes à l'étranger. De plus, M. Quiggin s'est servi de ses recherches pour rédiger une plainte criminelle qui a été envoyée au commissaire de la GRC, ce qui a donné lieu à la déclaration de diffamation de l'IRC. Soit dit en passant, la plainte au criminel de la GRC est toujours en cours sous le numéro de dossier 18-004212.
Les accusés
"L’Exposé de la défense" des ‘’accusés’’ est maintenant devant la Cour supérieure de justice de l'Ontario et exposée sur la place publique. Il commence par des renseignements généraux sur chacun des accusés, en commençant par Tom Quiggin - un expert en terrorisme qualifié par le tribunal - dont le témoignage est bienvenu dans les plus hautes cours du pays. En lisant ces résumés biographiques, on est frappé par le service rendu au pays par chacun des accusés. Il y a plus d'une Médaille du Jubilé de la Reine parmi eux et près de la moitié des accusés, comme Raheel Raza du C3RF, sont des partisans musulmans de la réforme et de la modernisation de l'Islam. Les accusés semblent être des personnes très accomplies dont le travail est reconnu tant au niveau national qu'international.

Le risque encouru par les accusés est de l'ordre de millions de dollars à devoir être versés alors que l'IRC cherche à obtenir réparation pour les dommages causés à sa réputation et à ses perspectives financières actuelles. Le plaignant réclame des dommages et intérêts pour diffamation de 1,000,000 $, des dommages et intérêts spéciaux de 500,000 $, des dommages et intérêts majorés de 500,000 $, des dommages et intérêts punitifs de 500,000 $ et des injonctions permanentes empêchant les accusés, ou toute personne agissant en leur nom, de publier le matériel diffamatoire allégué.

Leur plaidoyer de défense
Il est très certain que les accusés font face à de grands risques parce qu'ils ont exprimé leurs réflexions réfléchies sur des questions qui, selon eux, étaient d'intérêt national. Leur plaidoirie en dit long et cite la Loi sur la diffamation de l'Ontario et les moyens de défense permis par cette loi. Celles-ci se trouvent principalement dans les articles 22, 23 et 25 de la Loi et comprennent :
  • la justification en vertu de la véracité des accusations ;

  • un "commentaire juste" sur la place publique ; et

  • L'"immunité relative" que deux personnes ou plus ont lorsqu'elles discutent de questions d'intérêt public dans lesquelles elles ont elles-mêmes un intérêt direct.

D'autres instruments cités par "les accusés" dans leur défense sont l'article 2(b) de la Charte qui appelle à la liberté de pensée, de croyance, d'opinion et d'expression. Il ne fait guère de doute qu'une décision rendue contre "les accusés" dans cette affaire pourrait "refroidir" la volonté de tous les Canadiens de discuter et de commenter des questions qu'ils estiment être d'un grand intérêt public. Soyez assurés que C3RF continuera de suivre l'évolution de cette affaire et vous les transmettra en tant que nos précieux alliés dans la lutte pour les droits individuels et fondamentaux garantis par la Charte.

Nous avons besoin de votre soutien continu
Veuillez noter que les efforts visant à préserver les droits et libertés fondamentaux des Canadiens ne sont pas sans frais. Pour ceux d'entre vous qui ont récemment contribué financièrement, nous vous remercions. Nous ne pouvons pas continuer à mettre en œuvre et à faire progresser de telles initiatives sans cette aide. Les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts de la technologie et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens dans un Canada fort et libre. Nous contribuons également à des procédures judiciaires connexes, comme la lutte de la Bibliothèque publique d'Ottawa, et à des activités de bienfaisance lorsque cela est possible. Veuillez considérer un don unique ou une contribution mensuelle. Les dons mensuels, aussi petits soient-ils, même 5 $/mois, nous aident à planifier nos finances à l'avance et nous offrent une plus grande flexibilité. Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!
Et pendant que vous songez à faire une différence, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon