top of page

C3RF Update, 06 Oct 2023 – Standing ovations


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! C3RF billboard campaign info below



For those of you on the run and short of time, here’s a 5-minute video presentation that introduces this C3RF Update!


Version 19.0 of the One Stop Tyranny Shop itemizes the incredible intrusion of the state into our classrooms and homes as perverse “sex cards” are introduced and parents are left out of the loop as their children are transitioned. Dystopian?

 

Clapping seals


The term “bandwagon effect” had its origins in the 19th century and made reference to the contagious effect of bandwagons that encouraged onlookers to join the fun of song and dance and jump aboard. The contagion of such entreaties and the notion of joining the fun was extended to political campaigns that warned potential voters to not “miss out”. The concept has morphed over the years to include manipulation aimed at influencing folk to participate in a political or consumer trend. Significantly, “this phenomenon does not allow for each individual to examine their particular values and beliefs to see if the prevailing trend is something with which they choose to take part”. And now we see “jumping aboard the bandwagon” casting its net over whole societies as related leadership cliques become infected with “herd mentality” or “groupthink”. It would appear that this phenomenon is now so widespread that it has become well and truly entrenched in our own Canadian House of Commons. Witness the 338 clapping seals that gave a WWII Waffen SS veteran not one, but two, standing ovations in the House on 22 September 2023.

Canadian House of Commons a home for clapping seals?

The standing ovations in our house of elected representatives came during the visit and welcoming of the Churchillian leader of the Ukraine - Volodymyr Zelensky. None of the nation’s Members of Parliament, not to mention its top soldier in the form of the Chief of National Defence (CDS), wanted to miss out on the related revelry as the Speaker of the House, Anthony Rota, introduced a WWII combat veteran. This veteran fought on behalf of Ukraine against Russia and, accordingly, was seen to be worth two sustained and unanimous standing ovations for his troubles. Problem was, the good Members of Parliament were so caught up in not wanting to miss the fun that they forget to take context into consideration. The WWII veteran in question fought against Russia when it was the Soviet Union and our ally in fighting a virulent and evil Nazi regime. Not only this, he volunteered to join the 14th Waffen Grenadier Division of the SS (1st Galician) that was implicated in atrocities against civilians and cited by the 1946 Nuremberg Tribunal as a criminal organization involved in mass murder in lockstep with Nazi Germany’s “Final Solution”.

SS leader Heinrich Himmler with the 14th SS Grenadier Division (Galicia)

Canadians can be forgiven for wondering if their political representatives could be so dumb as to suspend their analytical capacities to celebrate a Nazi. After all, the Speaker himself in his introduction of Jaroslav Hunka called him a “Ukrainian war veteran from the Second World War who fought for Ukrainian independence against the Russians and continues to support the troops today”. The inference was unmistakeable and could have easily been verified beforehand with a basic Google search. Mr. Hunka participated in the war as a volunteer member of a SS division that was led by Germans and swore fealty to Hitler. Are we really to believe that all of the members who stood to celebrate the accomplishments of Mr. Hunka and his SS division were so lacking in historical knowledge that they could not see the error of conflating the WWII and 2023 contexts? Are we to believe that not one of them would sit on their hands and refuse to jump on the bandwagon?

Really, no one was capable of performing a Google search?
 

Unintended consequences


If there is one Member of Parliament who was aware of the history and context involved in the House of Commons bruhaha it has to be our Deputy Prime Minister, Chrystia Freeland. A daughter of immigrants from post-WWII Ukraine, she took it upon herself to become fully immersed in the saga and story of Ukraine. Indeed, at the tender age of 18 she was making credible written contributions to a grand Encyclopedia of Ukraine that included its WWII history. These encyclopedic accounts side-stepped the Nuremberg finding that the SS was a criminal organization and that the 14th Waffen SS Division was accused of participating in the killing of 500 Polish civilians in the village of Huta Pieniacka. Still, it is not a stretch to assume that such a brilliant student and author as Ms. Freeland was aware of such historical underpinnings and to wonder why she would have chosen to jump on the bandwagon with all of the other clapping seals.

Deputy Prime Minister and author Chrystia Freeland unaware of Ukrainian WWII history?

The good folk of Canada can be forgiven for wondering just who is at the helm of their ship of state. After all, if their own Deputy Prime Minister and expert on the history of Ukraine was inclined to celebrate an alleged proponent of the “Final Solution”, then what does that say about Canadian citizens as a whole? And so we see Ms. Freeland and her parliamentary cohorts set in motion a train of unintended consequences including the instatement of a deep sense of discomfort and embarrassment across the land. This unease would manifest itself in a series of worrisome questions including:

Come to think of it, where is all of our Ukrainian support money going and why is there no accounting?

How much did Deputy Prime Minister Freeland know about the colours of "Blood and Soil"?

More and more, it seems, Canadians are looking beyond the distractions associated with who vetted whom in the House of Commons to wonder if history is repeating itself with Ukrainian Nazis fighting Russians in the present day. One really can’t blame them, given the sight of Ms. Freeland marching with Ukrainian activists in the streets of Canada under a banner whose colours signified “blood and soil”. The colours speak to the presence of an extreme nationalist element in the Ukraine of today. Combine this with the assimilation of notoriously nazified Azov formations into the Ukrainian military reserve structure and the training of such units by the militaries of Western nations, including Canada, and we begin to see the contours of troubling unintended consequences. These consequences include the possibility that Canada is supporting Nazis in the war against Russia. Could it be that the belated recognition of these adverse consequences, kicked off by multiple, embarrassing standing ovations in the House of Commons, will provide the impetus for the Canadians to ask pointed questions of their leadership class and demand immediate answers? Forget about the distractions of who vetted who and who needs to apologize to whom!

Is Canada training Nazis in Ukraine?
 

Clapping citizens


The irony runs deep as the governing Liberal/NDP party finds itself enmeshed in controversy by virtue of its celebration of the WWII combat record of Jaroslav Hunka. After all, this is the same regime that shamelessly identified the Freedom Convoy 2022 protesters as “white supremacists” on the basis of two flags that showed up, owners unknown, on Parliament Hill. Then again, both the leader of the government and the opposition ripped into Conservative MPs who had the temerity to host a duly elected member of the European Parliament, Christine Anderson. The scene is now set for a tsunami of bottom-up reckoning as the recipients of government insults are in a position to respond in kind. Who could blame Tamara Lich if she demanded that all those who participated in the ill-advised standing ovation were treated as she was? She was jailed without bail for showing her support for the Freedom Convoy protest, should the clapping seals suffer the same treatment for their support of an actual Nazi? Should their bank accounts be frozen? What’s good for the goose…?

EU MP Christine Anderson meets with Canadian MPs, a travesty?

There is a real question as to whether the unintended consequences associated with Canada’s Nazigate can be contained within the confines of the Canadian political scene. The whole issue of misrepresenting the post-WWII ingress of Nazis into Canada has a long pedigree of coverup that included a 1987 Deschênes Commission Report that failed to publish all of its findings. This embarrassing game of hide and seek with the facts now appears to be complemented by our own failing knowledge of our history and the brave actions of those who came before. It’s easy to see how the realization of such societal veiling and ignorance could force Canadians to self-reflect even as they call their leaders to account. In the end, would it be a stretch to see the absurd narratives that have been strangling and dividing the nation for several decades now being rolled back? Would this yearning for transparency and truth have the power to kick off unconstrained and factual discussions? Facts that underpin the cause of the war between Ukraine and Russia? Or is that NATO and Russia?

NATO Secretary General, Jens Stoltenberg, admits NATO expansion a cause of the Ukraine war

Indeed, this calling to account has already begun in earnest in Canada. It makes sense that it is not originating in our befuddled leadership class but in a bottom-up fashion by the likes of everyday citizens like Joel Sussman of Aurora, Ontario. In an impassioned and scholarly witness statement to the Town Council, he identified the issues and problems associated with heretofore unchallenged 15-minute cities. His cogent arguments traced the intrusion of international Non-Governmental Organizations, like the C40 Cities group and the International Council for Local Environmental Initiatives (ICLEI) (otherwise known as Local Governments for Sustainability) onto the municipal scene. He noted that this participation was not subject to electoral approval and stood to circumvent normal democratic processes. He concluded with a call to put political power back where it belonged with the citizens through their own elected representatives. Mr. Sussman’s cogent and factually based observations resulted in a standing ovation from his peers. An ovation that stands in stark contrast to the ill-informed one offered by the clapping seals in the Canadian House of Commons for a Nazi.

Joel Sussman engenders a standing ovation of a different sort to the one in the H of C
 

Help! Contribute to expanding the C3RF bill board campaign!


C3RF has noted with some concern the ever-increasing restrictions being placed on the speech of Canadians by their own political class. They had their start with Motion M-103 when unfounded accusations of widespread “systemic racism” and “Islamophobia” set the tone for punishing communications that challenged such narratives. And so it goes today that we find ourselves in a place where Canadians actually lose their jobs for daring to discuss the expansionist and exclusionary aspects of Sharia Law or taking their “unacceptable views” to Parliament Hill in hopes of airing their vaccine mandate concerns.

Are Canadian truckers "fringe" folks with "unacceptable views"?

It was particularly telling that our own Prime Minister would pigeon-hole the trucker protests as being “fringe” and unworthy of dialogue. And so we here at C3RF were prompted to ask the question, “does the Charter forbid ‘unacceptable views’?” and to do so on a large billboard situated on a busy Ottawa-Toronto highway. The intent is to get Canadians thinking about just how far their government has gone to restrict their speech and their right to use it to grieve the loss of what used to be guaranteed civil liberties – even as we ask them to join the online C3RF family. With your gracious support, we also hope to expand the number of billboards to other highly travelled locations across Ontario initially and then the rest of Canada.

 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




Ukrainian residents of Poland honor the victims; Meanwhile, Canada honours the executioners?
 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

A noter! Campagne d'affichage du C3RF ci-dessous



Pour ceux qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 5 minutes qui résume cette mise à jour du C3RF!


La version 19.0 du One Stop Tyrant Shop détaille l'incroyable intrusion de l'État dans nos salles de classe et nos foyers, alors que des « cartes sexuelles » perverses sont introduites et que les parents sont tenus à l'écart de la transition de leurs enfants. Dystopique?

 

Les moutons de Panurge qui applaudissent


L'expression « effet bandwagon » ou effet de contagion trouve son origine au XIXe siècle et fait référence à l'effet contagieux des bandwagons qui encouragent les spectateurs à se joindre au plaisir de la chanson et de la danse et à sauter à bord. La contagion de ces invitations et la notion de participation au plaisir ont été étendues aux campagnes politiques qui avertissaient les électeurs potentiels de ne pas « rater le rendez-vous ». Le concept a évolué au fil des ans pour inclure la manipulation visant à influencer les gens à participer à une tendance politique ou de consommation. Il est important de noter que « ce phénomène ne permet pas à chaque individu d'examiner ses valeurs et ses croyances particulières pour voir si la tendance dominante est quelque chose à laquelle il choisit de participer ». Aujourd'hui, nous constatons que le « saut dans le train en marche » étend ses filets sur des sociétés entières, à mesure que les cliques dirigeantes concernées sont infectées par la « mentalité de troupeau » ou la « pensée de groupe ». Il semblerait que ce phénomène soit aujourd'hui si répandu qu'il s'est bel et bien ancré dans notre propre Chambre des communes canadienne. En témoignent les 338 moutons applaudisseurs qui ont ovationné un vétéran de la Waffen SS de la Seconde Guerre mondiale, non pas une, mais deux fois, à la Chambre le 22 septembre 2023.

La Chambre des communes du Canada abrite des moutons qui applaudissent?

Les ovations dans notre assemblée de représentants élus ont eu lieu lors de la visite et de l'accueil du leader churchillien de l'Ukraine, Volodymyr Zelensky. Aucun des députés de la nation, sans parler de son plus haut soldat en la personne du chef de la défense nationale (CDS), n'a voulu manquer les réjouissances qui ont suivi, lorsque le président de la Chambre, Anthony Rota, a présenté un ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale. Cet ancien combattant s'est battu au nom de l'Ukraine contre la Russie et, par conséquent, on a estimé qu'il méritait deux ovations soutenues et unanimes pour ses efforts. Le problème, c'est que nos innocents députés étaient tellement occupés à ne pas manquer le spectacle qu'ils ont oublié de prendre le contexte en considération. L'ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale en question s'est battu contre la Russie à l'époque où elle était l'Union soviétique et notre alliée dans la lutte contre un régime nazi virulent et maléfique. En outre, il s'est porté volontaire pour rejoindre la 14e division de grenadiers de la SS (1re division galicienne), qui a été impliquée dans des atrocités contre des civils et citée par le tribunal de Nuremberg en 1946 comme une organisation criminelle impliquée dans des meurtres de masse en accord avec la « solution finale » de l'Allemagne nazie.

Reichsführer SS Heinrich Himmler, chef de la SS, avec la 14e division de grenadiers SS (Galice)

On peut pardonner aux Canadiens de se demander si leurs représentants politiques peuvent être stupides, si « innocents », au point de suspendre leurs capacités d'analyse pour célébrer un nazi. Après tout, le Président lui-même, dans sa présentation de Jaroslav Hunka, l'a qualifié d' « ancien combattant ukrainien de la Seconde Guerre mondiale qui s'est battu pour l'indépendance de l'Ukraine contre les Russes et qui continue à soutenir les troupes aujourd'hui ». L'allusion était sans équivoque et aurait pu être facilement vérifiée à l'avance par une simple recherche sur Google. M. Hunka a participé à la guerre en tant que membre volontaire d'une division SS dirigée par les Allemands et ayant juré fidélité à Hitler. Devons-nous vraiment croire que tous les membres qui se sont levés pour célébrer les exploits de M. Hunka et de sa division SS manquaient à ce point de connaissances historiques qu'ils ne pouvaient pas voir l'erreur consistant à confondre les contextes de la Seconde Guerre mondiale et de 2023? Devons-nous croire qu'aucun d'entre eux n'est resté les bras croisés et n'a refusé de prendre le train en marche?

Vraiment, personne n'était capable d'effectuer une recherche sur Google?
 

Des conséquences inattendues


S'il y a un député qui était au courant de l'histoire et du contexte de ce bruhaha de la Chambre des communes, c'est bien notre vice-premier ministre, Chrystia Freeland. Fille d'immigrants originaires de l'Ukraine d'après la Seconde Guerre mondiale, elle a pris l'initiative de s'immerger totalement dans la saga et l'histoire de l'Ukraine. En effet, à l'âge de 18 ans, elle apportait des contributions écrites crédibles à une grande encyclopédie de l'Ukraine qui incluait l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Ces récits encyclopédiques ont évité la conclusion de Nuremberg selon laquelle la SS était une organisation criminelle et que la 14e division de la Waffen SS était accusée d'avoir participé au meurtre de 500 civils polonais dans le village de Huta Pieniacka. Néanmoins, il n'est pas exagéré de supposer qu'une étudiante et auteure aussi brillante que Mme Freeland était consciente de ces fondements historiques et de se demander pourquoi elle a choisi de sauter dans le train en marche avec tous les autres moutons de Panuge qui applaudissaient.

La vice-première ministre et auteure Chrystia Freeland ignore l'histoire de la Seconde Guerre mondiale en Ukraine?

On peut pardonner aux citoyens canadiens de se demander qui est à la barre du navire de l'État. Après tout, si leur propre vice-première ministre et experte de l'histoire de l'Ukraine est disposée à célébrer un partisan présumé de la « solution finale", qu'est-ce que cela signifie pour les citoyens canadiens dans leur ensemble? C'est ainsi que Mme Freeland et ses cohortes parlementaires ont mis en branle un train de conséquences imprévues, notamment l'instauration d'un profond sentiment de malaise et d'embarras dans tout le pays. Ce malaise se manifesterait par une série de questions inquiétantes, notamment:

En y réfléchissant, où va tout l'argent du soutien ukrainien et pourquoi n'y a-t-il pas de comptabilité?

Que savait la vice-première ministre Freeland des couleurs de "Blood and Soil"?

De plus en plus, il semble que les Canadiens regardent au-delà des distractions associées à qui a contrôlé qui à la Chambre des communes pour se demander si l'histoire ne se répète pas avec les nazis ukrainiens qui combattent les Russes aujourd'hui. On ne peut vraiment pas les blâmer, étant donné que Mme Freeland a défilé avec des activistes ukrainiens dans les rues du Canada sous une bannière dont les couleurs signifiaient signifiant « blood and soil ». Les couleurs parlent de la présence d'un élément nationaliste extrême dans l'Ukraine d'aujourd'hui. Si l'on ajoute à cela l'assimilation des formations Azov, notoirement nazifiées, à la structure de réserve militaire ukrainienne et l'entraînement de ces unités par les armées des pays occidentaux, y compris le Canada, on commence à entrevoir les contours de conséquences involontaires troublantes. Ces conséquences incluent la possibilité que le Canada soutienne les nazis dans la guerre contre la Russie. Se pourrait-il que la reconnaissance tardive de ces conséquences néfastes, déclenchée par de multiples et embarrassantes ovations à la Chambre des communes, incite les Canadiens à poser des questions pertinentes à leur classe dirigeante et à exiger des réponses immédiates? Oubliez les distractions sur qui a contrôlé qui et qui doit s'excuser auprès de qui!

Le Canada forme-t-il des nazis en Ukraine?
 

Des citoyens qui applaudissent


L'ironie du sort veut que le parti libéral/néo-démocrate au pouvoir se retrouve au cœur d'une controverse en raison de sa célébration des faits d'armes de Jaroslav Hunka pendant la Seconde Guerre mondiale. Après tout, il s'agit du même régime qui a qualifié sans honte les manifestants du Freedom Convoy 2022 de "suprémacistes blancs" sur la base de deux drapeaux apparus, propriétaires inconnus, sur la colline du Parlement. Par ailleurs, le chef du gouvernement et l'opposition se sont déchaînés contre les députés conservateurs qui ont eu la témérité d'accueillir une députée européenne dûment élue, Christine Anderson. La scène est maintenant prête pour un tsunami d'accusations de la base vers le sommet, car les destinataires des insultes du gouvernement sont en mesure de répondre en retour. Qui pourrait blâmer Tamara Lich si elle exigeait que tous ceux qui ont participé à l'ovation malavisée soient traités comme elle l'a été? Elle a été emprisonnée sans caution pour avoir manifesté son soutien au convoi de la liberté. Les montons de Panurge qui applaudissent doivent-ils subir le même traitement pour leur soutien à un vrai nazi? Leurs comptes bancaires devraient-ils être gelé? Deux poids deux mesures...?

Christine Anderson, députée européenne, rencontre des députés canadiens: une parodie?

On peut vraiment se demander si les conséquences involontaires associées au Nazigate du Canada peuvent être contenues dans les limites de la scène politique canadienne. L'ensemble de la question de la présentation erronée de l'entrée des nazis au Canada après la Seconde Guerre mondiale a une longue histoire de dissimulation qui inclut le rapport de la Commission Deschênes de 1987 qui n'a pas publié l'ensemble de ses conclusions. Ce jeu embarrassant de cache-cache avec les faits semble maintenant être complété par notre propre méconnaissance de notre histoire et des actions courageuses de ceux qui nous ont précédés. Il est facile de comprendre comment la prise de conscience d'un tel voile sociétal et d'une telle ignorance pourrait forcer les Canadiens à s'interroger sur eux-mêmes alors même qu'ils demandent des comptes à leurs dirigeants. En fin de compte, serait-il exagéré de voir les récits absurdes qui étouffent et divisent la nation depuis plusieurs décennies faire marche arrière? Cette aspiration à la transparence et à la vérité aurait-elle le pouvoir de donner le coup d'envoi à des discussions factuelles et sans contrainte? Des faits qui soutiennent la cause de la guerre entre l'Ukraine et la Russie? Ou plutôt entre l'OTAN et la Russie?

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, admet que l'expansion de l'OTAN est à l'origine de la guerre en Ukraine

En effet, ce rappel à l'ordre a déjà commencé sérieusement au Canada. Il est logique qu'elle n'émane pas de notre classe dirigeante déboussolée, mais qu'elle soit le fait de citoyens ordinaires comme Joel Sussman, d'Aurora, en Ontario. Dans un témoignage passionné et érudit devant le conseil municipal, il a identifié les questions et les problèmes liés aux villes du quart d'heure, jusqu'ici incontestées. Ses arguments convaincants retracent l'intrusion d'organisations non gouvernementales internationales, telles que le groupe des villes C40 et le Conseil international pour les initiatives écologiques locales (ICLEI) (également connu sous le nom de Gouvernements locaux pour le développement durable) sur la scène municipale. Il a noté que cette participation n'était pas soumise à l'approbation des électeurs et qu'elle permettait de contourner les processus démocratiques normaux. Il a conclu en appelant à remettre le pouvoir politique à la place qui lui revient, c'est-à-dire aux citoyens par l'intermédiaire de leurs propres représentants élus. Les observations convaincantes et factuelles de M. Sussman ont été ovationnées par ses pairs. Une ovation qui contraste fortement avec celle, mal informée, offerte par les moutons de Panurge applaudisseurs de la Chambre des communes du Canada pour un nazi.

Joel Sussman suscite une ovation d'une autre nature que celle de la chambre des communes
 

Aidez-nous! Contribuez à l'expansion de la Campagne d'affichage du C3RF


Le C3RF a noté avec une certaine inquiétude les restrictions de plus en plus importantes imposées à la liberté d'expression des Canadiens par leur propre classe politique. Ces restrictions ont commencé avec la motion M-103, lorsque des accusations infondées de « racisme systémique » et d' « islamophobie » généralisés ont donné le ton pour punir les communications qui remettaient en question de tels récits. C'est ainsi que nous nous retrouvons aujourd'hui dans une situation où des Canadiens perdent leur emploi pour avoir osé discuter des aspects expansionnistes et d'exclusion de la charia ou pour avoir exprimé leurs « opinions inacceptables » sur la colline du Parlement dans l'espoir de faire connaître leurs préoccupations concernant le mandat vaccinal.

Les camionneurs sont-ils des « marginaux » aux « opinions inacceptables »?

Il était particulièrement révélateur que notre propre Premier ministre qualifie les manifestations des camionneurs de « marginales » et indignes d'un dialogue. C'est ainsi que le C3RF a été amené à poser la question suivante: « La Charte interdit-elle les 'opinions inacceptables'? » et à le faire sur un grand panneau d'affichage situé sur une autoroute très fréquentée entre Ottawa et Toronto. L'objectif est d'amener les Canadiens à réfléchir à la mesure dans laquelle leur gouvernement est allé jusqu'à restreindre leur liberté d'expression et leur droit de l'utiliser pour pleurer la perte de ce qui était autrefois garanti comme des libertés civiles - alors même que nous leur demandons de rejoindre la famille en ligne du C3RF. Avec votre généreux soutien, nous espérons également étendre le nombre de panneaux d'affichage à d'autres lieux très fréquentés de l'Ontario dans un premier temps, puis à tout le reste du Canada.

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Twitter, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





Les résidents ukrainiens de Pologne rendent hommage aux victimes; Pendant ce temps, le Canada honore les bourreaux?
 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Comments


bottom of page