top of page

C3RF Update, 03 May 2024 – Robber barons


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas



Consulting investigator, Natasha Gonek, provides Canadians with her expert analysis of Freedom of Information derived documents particular to the Edmonton Police Service’s handling of the Wuhan virus in that fair city. Her discoveries are shocking and point to measures foisted upon the public with little or no justification even as related orders were initiated by offshore and unelected authorities. Strap in for some serious and worrisome revelations!


View! A video introduction of this update here


For those of you on the run and short of time, here’s a 10-minute video presentation that introduces this C3RF Update!


Summary for C3RF Update, 12 Apr 2024 - Game on
 

In a pickle


The expression “in a pickle” comes to us from the 17th century and references the idea of being as “mixed up and disorientated” as the pickled vegetables in a jar.  It appears that Canadians will find themselves in such a condition with the conclusion of the World Health Organization’s (WHO) 77th World Health Assembly.  The Assembly will be held over the period 27 May to 01 June 2024 and, given the draft pandemic treaty and International Health Regulations (IHR) under discussion, Canadians might very well become discombobulated as they come to realize that, in a flash, their civil liberties and national control over their health emergencies is vaporized and outsourced to an unelected and unrepresentative World Health Organization regime.  As last week’s update detailed, the loss of personal liberties will include the loss of free speech rights as signatory nations, with Canada at the head of the pack, will be obligated to crack down on perceived mis- and disinformation critical of the new rules.


Canadians are about to find themselves “in a pickle” with the loss of personal and national sovereignty?
Canadians are about to find themselves “in a pickle” with the loss of personal and national sovereignty?

Canadians can be forgiven for wondering just how their personal freedoms and national public health responsibilities could be fobbed off to an international organization thousands of miles away in Geneva.  This is especially the case given the fact that the Wuhan virus pandemic, declared and ramrodded by the same international organization on our behalf, was so spectacularly mishandled.  What else to think of measures that continue to resist any application of common sense?  How could it be, for example, that Alberta could revise its immunization schedules to include the injection of problematic mRNA Wuhan virus vaccines into children as young as six months every six months?   The fact that these vaccines are being passed out like candy, to infants no less, is worrisome given National Citizens Inquiry (NCI) findings that “chief medical officers across the country repeatedly assured Canadians that the Covid-19 vaccines were ‘safe and effective’ – the general Canadian population had no understanding that their authorization process had not required objective proof of safety nor efficacy”. 


Alberta Health Services endangering kids by jabbing them with problematic mRNA vaccines?
Alberta Health Services endangering kids by jabbing them with problematic mRNA vaccines?

The fact that Canadians could be lied to with the “safe and effective” mantra and continue to inject their children with medical products known to be contaminated with dangerous DNA contaminants raises many questions.  Among them is just how public health systems dedicated to their physical well-being could be allowed to run amok and foist measures on them without the information required to make an informed consent.  Obviously, these agencies have accrued so much power, from their international and national support networks, that they have little problem exercising their will over every institution they touch.  How else to explain Ontario’s Premier Ford stating that he might as well put a rope around his neck and jump off of a bridge rather than cross his public health authorities.  To understand how this came about, perhaps we need to go back in time.


Premier Ford - might as well tie a rope around my neck and jump off a bridge!
Premier Ford - might as well tie a rope around my neck and jump off a bridge!
 

From deficits to penury


The fact that the Premier of Canada’s most populous and powerful province is so fearful of his public health juggernaut that he would afford them a monopoly over emergency response measures is of great concern.  In doing so he effectively displaced his own province’s multi-faceted emergency preparedness plans to make way for the unchallengeable pronouncements of a monopolistic “science table”.  The prospect is worrisome as the “table” was heavily populated by acolytes of the pharmaceutically connected Dalla Lana School of Public Health not to mention relations with pharmaceutical firms, labour unions, vaccine promotion foundations, the World Health Organization, the Chinese CDC and the World Economic Forum.  Premier Ford’s fear of big pharma remains to this day as he and his government stand by idly in the face of a WHO-sponsored pandemic treaty and its affiliated International Health Regulations (IHR).


Is big pharma taking control of the Canadian public health system? Has it already?
Is big pharma taking control of the Canadian public health system? Has it already?

The flourishing of big pharma power in Ontario can, arguably, be seen to take hold in the 1990s after decades of deficit spending by both the Liberal (Trudeau Sr.) and Progressive Conservative (Mulroney) Parties of Canada.  The results were nothing less than penury.  The wild ride of profligate spending would be brought to its knees by the economic “basket-case moment” of 1994.  It was then that the Chretien government initiated a spending U-turn after very nearly failing to finance Canada’s debt during a nail-biting bond auction.  Programs were slashed as were transfers to the provinces, with health monies taking huge hits.  The hollowing out of health care funds would empty provincial coffers and the way was cleared for private interests, like pharmaceutical enterprises, to make up the difference.  Long story short, by the time the Wuhan virus rolled around fully 90% of the nation’s public health system would be funded by the pharmaceutical industry.


Prime Minister P.E. Trudeau cleared the way for a big pharma monopoly by virtue of his profligate spending?
Prime Minister P.E. Trudeau cleared the way for a big pharma monopoly by virtue of his profligate spending?

The growing power of a big pharma monopoly over public health would be demonstrated as early as the mid-90s with the case of medical researcher Dr. Nancy Oliveri.  This principled professional would upset the apple cart by insisting that safety warnings be issued to the subjects of an experimental drug trial.  Her recommendations were met with stiff resistance by the drug manufacturer and a years-long battle in and out of courts would ensue.  Oliveri and her supporters would be pilloried and threatened with career consequences but they persisted and, in the end, an inquiry would rule in their favour.  The inquiry noted that the federal regulatory agency needed to act in a way that “strictly upholds the Food and Drugs Act and Regulations and should exercise its authority in the public interest”.  Given the approval process afforded experimental Wuhan virus vaccines as noted by the National Citizen’s Inquiry above, it was an admonition that fell on deaf ears.


Dr. Aseem Malhotra calls for identification of the vaccine injured as quickly as possible
Dr. Nancy Oliveri, conscientious medical researcher whose warnings fell on deaf ears?
 

Robber barons


Where deep pockets meet political need there is always a risk that untoward influence operations are not far off.  This can certainly be seen to be the case in the Canadian public health scene as the whole enterprise has come to be dependent on private sources of income derived from a pharmaceutical fee structure.  There is a parallel here with the past in the form of the American  “gilded age” over the years between the end of the Civil War and the turn of the 20th century.  It was then, as the Western frontier was being opened and a second industrial revolution was kicked off, that a small handful of powerful men managed to monopolize critical industries.  The money and power they accrued was put to use in the political field in the form of donations, and even bribes, to “any lawmaker willing to do bidding on their behalf”. 


Robber barons of the "gilded age" are making a comeback today?
Robber barons of the "gilded age" are making a comeback today?

Fast forward to today and we can see where a big pharma, banking, tech and non-governmental organization (NGO) monopolists have taken the place of past railway, oil, shipping and steel titans to create a new “gilded age”. This cabal, however, is seeking more than greed and power as they pursue a woke agenda that “seeks to destroy all social bonds between humanity”.  Some would call the holders of such priorities nefarious, anti-humanist and indicative of a corporate totalitarianism that operates on the basis of three core themes; “alienation, fear and authoritarianism”.  These three themes, reflected in an ideology of “diversity, inclusion and equity” (DIE) that picks favourites at the expense of the “rule of law”, atomizes people and confounds any ability for them to unite and challenge these new robber barons.


Corporate totalitarianism will take what you own to make you happy?
Corporate totalitarianism will take what you own to make you happy?

The loss of personal freedoms on the cusp of the rise of corporate totalitarianism and its robber barons has been quite evident over the course of the past nine years.  The whole process went on steroids with the advent of the Wuhan virus and the installation of related , draconian measures with everyday citizens, atomized or not, now desiring to change course.  One might look to Argentina to see where this change might lead as newly elected president, Javier Milei, is following through on a call for “Menos Marx, Mais Mises” (less Marx, more Mises).  This call would see the ideas of economist Ludwig von Mises, in the form of free markets that honoured individual ingenuity and access, displace the centralized notions favoured and exploited by our corporate totalitarians – just as the “Sherman Antitrust Act” of 1890 broke up the holdings of the original robber barons.


As in Argentina, Canada needs more free individuals and fewer robber barons?
As in Argentina, Canada needs more free individuals and fewer robber barons?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians.  Please consider clicking here to support C3RF today.  And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter rights in Canada. You can also view our social media archive here and view our videos here as well as on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




Only the individual thinks,  Only the individual reasons,  Only the individual acts.
 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Voir! Entretien “In Hot” du C3RF avec Natasha Gonek


Natasha Gonek, enquêteuse-conseil, présente aux Canadiens son analyse experte des documents obtenus en vertu de la liberté d'information et portant sur la façon dont le service de police d'Edmonton a traité le virus Wuhan dans cette ville.  Ses découvertes sont choquantes et indiquent que des mesures ont été imposées au public avec peu ou pas de justification, alors même que des ordres correspondants ont été lancés par des autorités étrangères et non élues.  Préparez-vous à des révélations sérieuses et inquiétantes!


Voir! Une présentation vidéo de cette mise à jour ici


Pour ceux qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 10 minutes de cette mise à jour du C3RF!


Summary for C3RF Update, 12 Apr 2024 - Game on
 

Dans le pétrin


L'expression dans le pétrin nous vient du 18e siècle et fait référence à l'idée d'être aussi « mélangé, désorienté et tout gluant » que des objets qui ont tombésdans in bac pour pétrir la pâte.  Il semble que les Canadiens se trouveront dans une telle situation à l'issue de la 77e Assemblée mondiale de la santé de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).  L'Assemblée se tiendra du 27 mai au 1er juin 2024 et, compte tenu du projet de traité sur les pandémies et du Règlement sanitaire international (RSI) en cours de discussion, les Canadiens pourraient bien être déconcertés en réalisant que, en un clin d'œil, leurs libertés civiles et le contrôle national de leurs urgences sanitaires seront vaporisés et confiés à un régime non élu et non représentatif de l'Organisation mondiale de la santé.  Comme nous l'avons expliqué dans la mise à jour de la semaine dernière, la perte des libertés individuelles comprendra la perte de la liberté d'expression, car les pays signataires, le Canada en tête, seront obligés de sévir contre les fausses informations et les désinformations critiques à l'égard des nouvelles règles.


Les Canadiens sont sur le point de se retrouver « dans le pétrin » avec la perte de leur souveraineté personnelle et nationale?
Les Canadiens sont sur le point de se retrouver « dans le pétrin » avec la perte de leur souveraineté personnelle et nationale?

On peut pardonner aux Canadiens de se demander comment leurs libertés personnelles et leurs responsabilités nationales en matière de santé publique peuvent être confiées à une organisation internationale, à Genève, située à des milliers de kilomètres.  C'est d'autant plus vrai que la pandémie du virus de Wuhan, déclarée et pilotée en notre nom par cette même organisation internationale, a été si spectaculairement mal gérée.  Que penser d'autre de mesures qui continuent à résister à toute application du bon sens?  Comment se fait-il, par exemple, que l'Alberta ait pu réviser ses calendriers de vaccination pour y inclure l'injection tous les six mois de vaccins problématiques à ARNm contre le virus de Wuhan à des enfants de six mois?   Le fait que ces vaccins soient distribués comme des bonbons, à des nourrissons qui plus est, est inquiétant compte tenu des conclusions de la National Citizens Inquiry (NCI) selon lesquelles « les médecins en chef de tout le pays ont à plusieurs reprises assuré aux Canadiens que les vaccins Covid-19 étaient « sûrs et efficaces » - la population canadienne en général ne comprenait pas que leur processus d'autorisation n'avait pas exigé de preuve objective de la sécurité ou de l'efficacité ».


Les services de santé de l'Alberta mettent les enfants en danger en leur administrant des vaccins problématiques à ARNm?
Les services de santé de l'Alberta mettent les enfants en danger en leur administrant des vaccins problématiques à ARNm?

Le fait que l'on puisse mentir aux Canadiens avec le mantra « sûr et efficace » et continuer à injecter à leurs enfants des produits médicaux dont on sait qu'ils sont contaminés par de dangereux contaminants de l'ADN soulève de nombreuses questions.  L'une d'entre elles est de savoir comment des systèmes de santé publique dédiés à leur bien-être physique peuvent être autorisés à se déchaîner et à leur imposer des mesures sans les informations nécessaires pour obtenir un consentement éclairé.  De toute évidence, ces agences ont accumulé tellement de pouvoir, grâce à leurs réseaux de soutien internationaux et nationaux, qu'elles n'ont aucun mal à exercer leur volonté sur toutes les institutions qu'elles touchent.  Comment expliquer autrement que le premier ministre de l'Ontario, M. Ford, ait déclaré qu'il pourrait tout aussi bien se mettre une corde autour du cou et sauter d'un pont plutôt que de croiser ses autorités de santé publique.  Pour comprendre comment on en est arrivé là, il faut peut-être remonter dans le temps.


Premier ministre Ford - Autant m'attacher une corde autour du cou et sauter d'un pont!
Premier ministre Ford - Autant m'attacher une corde autour du cou et sauter d'un pont!
 

Des déficits à la pénurie


Le fait que le premier ministre de la province la plus peuplée et la plus puissante du Canada craigne à ce point son groupe de pression en matière de santé publique qu'il lui accorde le monopole des mesures d'intervention d'urgence est très préoccupant.  Ce faisant, il a effectivement déplacé les plans de préparation aux situations d'urgence à multiples facettes de sa propre province pour faire place aux déclarations incontestables d'une « table scientifique » monopolistique.  Cette perspective est inquiétante, car la « table » était largement peuplée d'acolytes de l'école de santé publique Dalla Lana, qui entretient des relations avec des firmes pharmaceutiques, des syndicats, des fondations de promotion des vaccins, l'Organisation mondiale de la santé, le CDC chinois et le Forum économique mondial.  La crainte du premier ministre Ford à l'égard des grandes entreprises pharmaceutiques est toujours d'actualité, puisque lui et son gouvernement restent inactifs face à un traité sur les pandémies parrainé par l'OMS et au Règlement sanitaire international (RSI) qui lui est associé.


Les grandes entreprises pharmaceutiques sont-elles en train de prendre le contrôle du système de santé publique canadien ? Est-ce déjà le cas?
Les grandes entreprises pharmaceutiques sont-elles en train de prendre le contrôle du système de santé publique canadien ? Est-ce déjà le cas?

On peut considérer que l'essor du pouvoir des grandes sociétés pharmaceutiques en Ontario a commencé dans les années 1990, après des décennies de dépenses déficitaires de la part des partis libéral (Trudeau père) et progressiste-conservateur (Mulroney) du Canada.  Les résultats n'ont été rien de moins que la pénurie.  La course effrénée aux dépenses somptuaires a été interrompue par la crainte économique de 1994.  C'est alors que le gouvernement Chrétien a amorcé un virage à 180 degrés en matière de dépenses, après avoir failli ne pas réussir à financer la dette du Canada lors d'une vente aux enchères d'obligations qui s'est révélée particulièrement difficile.  Les programmes ont été réduits, de même que les transferts aux provinces, et les fonds destinés à la santé ont subi des coupes massives.  La réduction des fonds alloués à la santé allait vider les caisses des provinces et la voie était libre pour que des intérêts privés, comme les entreprises pharmaceutiques, comblent la différence.  En bref, au moment où le virus de Wuhan est apparu, 90 % du système de santé publique du pays était financé par l'industrie pharmaceutique.


Le Premier ministre P.E. Trudeau a ouvert la voie au monopole des grandes sociétés pharmaceutiques en raison de ses dépenses inconsidérées?
Le Premier ministre P.E. Trudeau a ouvert la voie au monopole des grandes sociétés pharmaceutiques en raison de ses dépenses inconsidérées?

Le pouvoir croissant du monopole des grandes sociétés pharmaceutiques sur la santé publique a été démontré dès le milieu des années 90 avec le cas de la chercheuse médicale Nancy Oliveri.  Cette professionnelle de principe a bouleversé la hiérarchie en insistant pour que des avertissements de sécurité soient délivrés aux sujets d'un essai de médicament expérimental.  Ses recommandations se sont heurtées à la résistance farouche du fabricant du médicament et une bataille de plusieurs années, devant et hors des tribunaux, s'en est suivie.  Mme Oliveri et ses partisans ont été cloués au pilori et menacés de conséquences sur leur carrière, mais ils ont persisté et, en fin de compte, une enquête leur a donné raison.  La commission d'enquête a noté que l'agence fédérale de réglementation devait agir de manière à « respecter strictement la loi et les règlements sur les aliments et les médicaments et exercer son autorité dans l'intérêt public ».  Compte tenu de la procédure d'approbation des vaccins expérimentaux contre le virus de Wuhan, comme l'a souligné la National Citizen's Inquiry ci-dessus, cet avertissement est tombé dans l'oreille d'un sourd.


Dr. Nancy Oliveri, chercheuse médicale consciencieuse dont les avertissements sont tombés dans l'oreille d'un sourd?
Dr. Nancy Oliveri, chercheuse médicale consciencieuse dont les avertissements sont tombés dans l'oreille d'un sourd?
 

Barons voleurs


Lorsque les riches répondent aux besoins politiques, il y a toujours un risque que des opérations d'influence fâcheuses ne soient pas loin de se produire.  C'est certainement le cas dans le domaine de la santé publique au Canada, où toute l'entreprise en est venue à dépendre de sources de revenus privées dérivées d'une structure de redevances pharmaceutiques.  Il existe ici un parallèle avec le passé, sous la forme du « gilded age » américain, entre la fin de la guerre de Sécession et le tournant du XXe siècle.  C'est à cette époque, alors que la frontière occidentale s'ouvrait et qu'une deuxième révolution industrielle était lancée, qu'une petite poignée d'hommes puissants est parvenue à monopoliser des industries cruciales.  L'argent et le pouvoir qu'ils ont accumulés ont été utilisés dans le domaine politique sous la forme de dons, voire de pots-de-vin, à « tout législateur disposé à faire des démarches en leur nom ». 


Les barons voleurs du gilded age font leur retour aujourd'hui?
Les barons voleurs du gilded age font leur retour aujourd'hui?

Aujourd'hui, nous constatons qu'un grand nombre de monopoles pharmaceutiques, bancaires, technologiques et d'organisations non gouvernementales (ONG) ont pris la place des anciens magnats des chemins de fer, du pétrole, du transport maritime et de l'acier pour créer un nouvel « gilded age ». Toutefois, cette cabale ne cherche pas seulement la cupidité et le pouvoir, car elle poursuit un programme qui « cherche à détruire tous les liens sociaux entre l'humanité ».  Certains qualifieraient les détenteurs de telles priorités de néfastes, d'anti-humanistes et d'indicateurs d'un totalitarisme d'entreprise qui fonctionne sur la base de trois thèmes centraux: « l'aliénation, la peur et l'autoritarisme ».  Ces trois thèmes, reflétés dans une idéologie de « diversité, d'inclusion et d'équité » (DIE) qui fait la promotion des favoris au détriment de « l'État de droit », atomisent les gens et réduisent à néant toute capacité à s'unir et à défier ces nouveaux barons voleurs.


Le totalitarisme des entreprises prendra ce que vous possédez pour vous rendre heureux?
Le totalitarisme des entreprises prendra ce que vous possédez pour vous rendre heureux?

La perte des libertés individuelles à l'aube de la montée du totalitarisme d'entreprise et de ses barons voleurs a été assez évidente au cours des neuf dernières années.  L'ensemble du processus s'est accéléré avec l'apparition du virus de Wuhan et l'instauration de mesures draconiennes qui lui sont étroitement liées, les citoyens ordinaires, atomisés ou non, souhaitant à présent changer de cap.  On pourrait se tourner vers l'Argentine pour voir où ce changement pourrait conduire, puisque le président nouvellement élu, Javier Milei, donne suite à un appel en faveur de « Menos Marx, Mais Mises » (moins de Marx, plus de Mises).  Cet appel verrait les idées de l'économiste Ludwig von Mises, sous la forme de marchés libres qui honoreraient l'ingéniosité et l'accès individuels, remplacer les notions centralisées favorisées et exploitées par nos entreprises totalitaires - tout comme la « Sherman Antitrust Act » de 1890 a brisé les holdings des premiers barons voleurs.


Comme en Argentine, le Canada a besoin de plus d'individus libres et de moins de barons voleurs?
Comme en Argentine, le Canada a besoin de plus d'individus libres et de moins de barons voleurs?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens.  Cliquez ici pour soutenir C3RF dès aujourd'hui.  Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





Seul l'individu pense,  Seul l'individu raisonne,  Seul l'individu agit.
 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Comentários


bottom of page