top of page

C3RF Update, 26 Apr 2024 – Wilfully blind


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View! A video introduction of this update here


For those of you on the run and short of time, here’s a 15-minute video presentation that introduces this C3RF Update!


Summary for C3RF Update, 12 Apr 2024 - Game on
 

Behind closed doors


The idiom, “behind closed doors” can have both positive and negative connotations.  On the positive side, it could relate to discussions or actions that are personal in nature and deserve the privacy afforded basic human dignity.  In such instances it is readily understood that such private matters are no one’s business other than the persons involved.  On the negative side of the ledger, we have those occurrences that are in the public’s interest and yet that same public is shut out of related proceedings and left in the dark to be either surprised or victimized once the doors are finally opened.  How ironic is it that we find ourselves in a day and age when so many major issues of public interest confront us but are being played out beyond our ken behind closed doors?


Can Western liberal democracies operate effectively when issues are hidden behind closed doors?
Can Western liberal democracies operate effectively when issues are hidden behind closed doors?

One such issue of interest to the Canadian public is the imminent convening of the 77th World Health Assembly over the period 27 May to 01 June 2024.  The Assembly is of critical importance to Canada as it features an agenda that will discuss, and potentially lock us into, a worldwide pandemic treaty and a body of heavily amended and complementary International Health Regulations (IHR).  The treaty and the IHRs are already in place as a result of years of negotiations that have largely escaped the attention of rank-and-file Canadians.  Essentially, they have been conducted behind closed doors by bureaucrats lacking both our votes and our inputs.  This is a troubling prospect as the field has been left open for Wuhan virus pandemic measures and policies, all raised in a slapdash fashion on the back of table napkins with the help of big pharma and the Chinese Communist Party (CCP), that have proven themselves to be no friend of individual rights and civil liberties.


The 77th World Health Assembly is upon an unaware Canadian populace. Will their ignorance prove painful?
The 77th World Health Assembly is upon an unaware Canadian populace. Will their ignorance prove painful?

The treaty and regulations that are being solidified in next month’s World Health Assembly deliberations can be seen to be the brainchild of entities that exercise both financial and political control over the sponsoring World Health Organization (WHO).  These interests include private pharmaceutical corporations and foundations, with Bill Gates providing as much as 45% of the WHO’s funding from non-governmental entities.  This, along with a CCP that was instrumental in installing the organization’s current Director General.  This outsized and concentrated influence is worrisome as Article 12 of the amended regulations will allow the WHO to declare a public health emergency when confronted with an “extraordinary event” of its determination.  Such events could include a climate change emergency that would see participating states locked down in the name of reducing their carbon footprints.  After all, the treaty and its regulations will be “binding” on all states and their sovereignty will be limited accordingly.


Canadian sovereignty will be subject to big pharma and CCP interests?
Canadian sovereignty will be subject to big pharma and CCP interests?
 

Sleep walking


The fact that Canadians may be sleepwalking into a new world that sees their national and personal sovereignties taken over by the WHO’s International Health Regulations is readily apparent in the draft document.  These draft IHRs make it clear that we are on the path to tyrannical control and include, but are not limited to:


  • a recommendation made by the WHO regarding health emergencies are no longer advisory in nature but mandatory (Article 42);

  • designating “potential” rather than actual health emergencies as worthy of engaging WHO’s emergency powers over states (Article 2);

  • the trashing of full respect for dignity, human rights, and the fundamental freedoms of persons as these elements are stroked out in the amended text. (Article 3);

  • giving the WHO the authority to dictate mandatory medical treatments, quarantines, vaccines, proof of vaccination and related digital ID health certificates (article 18); and

  • providing the WHO with greatly expanded powers over censoring information it deems to be mis- or disinformation. (Annex 1, page 36).


These are but a few of the expanded powers that the WHO will be provided over member signatory states like Canada. Should Canadians be worried?


Should this man be given control over Canada's health concerns and actions?
Should this man be given control over Canada's health concerns and actions?

The determination of whether or not Canadians should worry over just who is in charge of Canada’s health emergency measures is a simple thing.  After all, all one needs to do is review the success or failure of the nation’s handling of the Wuhan virus pandemic.  We have been afforded the opportunity to see just what happens when a public health authority is assigned absolute power at the expense of traditional emergency response measures and organizations that have been built up over the years.  This novel notion of displacing comprehensive emergency preparedness and response plans with public health measures was superbly addressed by emergency planning expert, LCol David Redman (Ret’d) during his testimony to the National Citizen’s Inquiry in 2023.  The Colonel left no stone unturned as this former Executive Director of Emergency Management Alberta noted that in-place emergency preparedness plans capable of addressing economic and social considerations were lost so that the WHO could call the shots through Canada’s public health agencies. 


Emergency preparedness expert, LCol David Redman (Ret'd), saw longstanding plans trashed during the Wuhan virus pandemic
Emergency preparedness expert, LCol David Redman (Ret'd), saw longstanding plans trashed during the Wuhan virus pandemic

The fact that the benefits of handing over Canada’s emergency response mechanisms to a single national, let alone international, public health authority risk much greater social, civil liberty and economic costs is one thing, but what if the health benefits are similarly dwarfed by adverse events?  This would seem to be the case with Canada’s “all eggs in one basket approach” as “zero-Covid” on the way to a “one-size-fits-all” vaccination program was a spectacular failure!  So we see in recent court-sanctioned testimony given during Finnish judicial proceedings by world-renowned cardiologist, Aseem Malhotra.  He sees great cause for concern as he believes definitive links can be made between the rollout of Wuhan virus mRNA vaccines and a surge in excess deaths and cancers in highly vaccinated countries.  The doctor has gone from initially being “wilfully blind” to calling for the identification of those who are “likely at risk of developing problems in the future, including cancer”.


Dr. Aseem Malhotra calls for identification of the vaccine injured as quickly as possible
Dr. Aseem Malhotra calls for identification of the vaccine injured as quickly as possible
 

Wilfully blind


Dr. Malhotra’s wilful blindness would lead him to be among the first to receive two doses of the mRNA vaccines during its initial rollout in January of 2021.  This unconditional acceptance of the “science” behind the shots would be challenged over time as he saw loved ones and close friends succumb to uncharacteristic sicknesses and cancers even as rates of death and injury surged by 25% across the UK.  Indeed, the situation worsened to the point that ambulances couldn’t keep up with the demand on their services.  In his court testimony Malhotra stated his belief that “wilful blindness” continued to be a factor in society’s seeming inability to address the wave of unforeseen medical emergencies.  And so we see the vast majority of experts and laymen turning a blind eye to the truth “in order to feel safe, avoid conflict, reduce anxiety and to protect prestige and fragile egos.” 


Wilful blindness may protect prestige and fragile egos but it will not solve the problem!
Wilful blindness may protect prestige and fragile egos but it will not solve the problem!

The fact that wilful blindness in the face of “institutional corruption” has taken hold in Canada is amply evidenced by the exception to the rule in the form of Member of Parliament Leslyn Lewis.  Ms. Lewis was fully engaged by her efforts to warn Canadians that things were amiss with the Canadian response to the Wuhan crisis and went to great lengths to advise against cementing failed policies into place by signing onto the WHO’s pandemic treaty and amended International Health Regulations.  She instituted a successful petition campaign that said as much while simply asking for a fulsome national debate on the terms of the treaty and its associated regulations.  The terse government response to the concerns raised by the petition sidestepped the issues while failing to explain just how national sovereignty would be maintained in the face of stated and expanded WHO powers.


Member of Parliament Leslyn Lewis, the exception to the "wilful blindness" rule?
Member of Parliament Leslyn Lewis, the exception to the "wilful blindness" rule?

Ms. Lewis would respond to the government’s sketchy and totally inadequate skirting of citizen concerns by noting that assurances were not what was being requested – it was actual debate.  She went on to further note that the amended timelines for national responses to proposed treaty and regulatory changes, apparently agreed to by Canadian bureaucrats, were insufficient to allow for the debate required.  Indeed, the associated schedules are not seen as valid as they circumvent any ability for ratification by the House and Senate and this, in and of itself, is a perversion of any understanding of how our Canadian representative democracy was designed to work.  In her own words, “Canada has never operated by lapse of law, silence or inaction as a means of altering fundamental international treaties and agreements, yet this government’s silence and inaction is a derogation of the treaty review process”.  Wilful blindness indeed as Canada is shepherded by its own leaders into a new dystopia captured by medical fascism of the international variety.


Are wilfully blind leaders walking Canadians into a new world of medical fascism?
Are wilfully blind leaders walking Canadians into a new world of medical fascism?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians.  Please consider clicking here to support C3RF today.  And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter rights in Canada. You can also view our social media archive here and view our videos here as well as on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




Willful blindness sees no end of damage done.
 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Voir! Une vidéo de présentation de cette mise à jour est disponible ici


Pour ceux d'entre vous qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 15-minutes qui introduit cette mise à jour du C3RF!


 

À huis clos


L'expression idiomatique « à huis clos » peut avoir des connotations à la fois positives et négatives.  D'un point de vue positif, elle peut se rapporter à des discussions ou à des actions de nature personnelle qui méritent le respect de l'intimité et de la dignité humaine.  Dans ce cas, il est bien entendu que ces questions privées ne concernent personne d'autre que les personnes concernées.  Du côté négatif, nous avons ces événements qui sont dans l'intérêt du public et pourtant ce même public est tenu à l'écart des procédures connexes et laissé dans l'obscurité pour être soit surpris, soit victime une fois que les portes sont enfin ouvertes.  Quelle ironie que nous nous trouvions à une époque où tant de questions majeures d'intérêt public se posent à nous, mais se jouent à huis clos, sans que nous puissions en prendre connaissance.


Les démocraties libérales occidentales peuvent-elles fonctionner efficacement lorsque les questions sont gardées à huis clos?
Les démocraties libérales occidentales peuvent-elles fonctionner efficacement lorsque les questions sont gardées à huis clos?

L'une des questions qui intéressent le public canadien est la convocation imminente de la 77e Assemblée mondiale de la santé, qui se tiendra du 27 mai au 1er juin 2024.  L'Assemblée est d'une importance capitale pour le Canada, car son programme prévoit l'examen d'un traité mondial sur les pandémies et d'un ensemble de règlements sanitaires internationaux (RSI) complémentaires et fortement modifiés, et l'adoption éventuelle d'un tel traité.  Le traité et le RSI sont déjà en place après des années de négociations qui ont largement échappé à l'attention des Canadiens.  Pour l'essentiel, ces négociations ont été menées à huis clos par des bureaucrates qui n'ont bénéficié ni de nos votes ni de nos contributions.  Il s'agit là d'une perspective inquiétante, car le champ est libre pour les mesures et les politiques relatives à la pandémie du virus de Wuhan, toutes élaborées à la sauvette sur des serviettes de table avec l'aide des grandes sociétés pharmaceutiques et du Parti communiste chinois (PCC), qui ont prouvé qu'ils n'étaient pas des amis des droits de l'homme et des libertés civiles.


La 77e Assemblée mondiale de la santé se déroule devant une population canadienne indifférente. Leur ignorance s'avérera-t-elle douloureuse?
La 77e Assemblée mondiale de la santé se déroule devant une population canadienne indifférente. Leur ignorance s'avérera-t-elle douloureuse?

Le traité et les règlements qui sont en train d'être consolidés lors des délibérations de l'Assemblée mondiale de la santé le mois prochain peuvent être considérés comme le fruit de l'imagination d'entités qui exercent un contrôle financier et politique sur l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui les parraine.  Ces intérêts comprennent des sociétés pharmaceutiques privées et des fondations, Bill Gates fournissant jusqu'à 45 % du financement de l'OMS provenant d'entités non gouvernementales.  Ces intérêts s'ajoutent à ceux d'un PCC qui a joué un rôle déterminant dans l'installation de l'actuel directeur général de l'organisation.  Cette influence démesurée et concentrée est inquiétante car l'article 12 du règlement modifié permettra à l'OMS de déclarer une urgence de santé publique lorsqu'elle sera confrontée à un « événement extraordinaire » de son choix.  Ces événements pourraient inclure une urgence liée au changement climatique, qui verrait les États participants bloqués au nom de la réduction de leur empreinte carbone. Après tout, le traité et ses règlements seront « obligatoires » pour tous les États et leur souveraineté sera limitée en conséquence.


La souveraineté canadienne sera soumise aux intérêts des grandes sociétés pharmaceutiques et de la CCP?
La souveraineté canadienne sera soumise aux intérêts des grandes sociétés pharmaceutiques et de la CCP?
 

Somnambulisme


Le projet de document de l'OMS montre clairement que les Canadiens sont peut-être en train de somnoler dans un nouveau monde où leurs souverainetés nationales et personnelles seront confisquées par le Règlement sanitaire international (RSI) de l'OMS.  Ce projet de RSI montre clairement que nous sommes sur la voie d'un contrôle tyrannique et comprend, entre autres, les éléments suivants:


  • une recommandation de l'OMS selon laquelle les urgences sanitaires ne sont plus de nature consultative mais obligatoire (article 42);

  • la désignation d'urgences sanitaires "potentielles" plutôt que réelles comme justifiant l'exercice des pouvoirs d'urgence de l'OMS à l'égard des États (article 2);

  • le rejet du respect intégral de la dignité, des droits de l'homme et des libertés fondamentales des personnes, ces éléments étant supprimés dans le texte modifié. (Article 3);

  • donner à l'OMS le pouvoir d'imposer des traitements médicaux obligatoires, des quarantaines, des vaccins, des preuves de vaccination et des certificats de santé numériques (article 18); et

  • en conférant à l'OMS des pouvoirs très étendus en matière de censure des informations qu'elle considère comme étant des informations erronées ou de la désinformation. (Annexe 1, page 36).


Ce ne sont là que quelques-uns des pouvoirs accrus dont l'OMS disposera à l'égard des États membres signataires comme le Canada. Les Canadiens doivent-ils s'inquiéter?


Cet homme devrait-il se voir confier le contrôle des problèmes et des actions du Canada en matière de santé?
Cet homme devrait-il se voir confier le contrôle des problèmes et des actions du Canada en matière de santé?

La question de savoir si les Canadiens doivent s'inquiéter de savoir qui est en charge des mesures d'urgence sanitaire au Canada est simple.  Après tout, il suffit d'examiner le succès ou l'échec de la gestion de la pandémie du virus de Wuhan.  Nous avons eu l'occasion de voir ce qui se passe lorsqu'une autorité de santé publique se voit attribuer un pouvoir absolu au détriment des mesures d'urgence traditionnelles et des organisations qui se sont constituées au fil des ans.  L'expert en planification d'urgence, le lieutenant-colonel David Redman (retraité), a superbement abordé cette nouvelle notion de remplacement des plans globaux de préparation et de réponse aux urgences par des mesures de santé publique lors de son témoignage devant la commission d'enquête nationale sur les citoyens en 2023.  Le colonel n'a rien laissé au hasard, puisque cet ancien directeur exécutif de l'Emergency Management Alberta a souligné que les plans de préparation aux situations d'urgence en place, capables de prendre en compte les considérations économiques et sociales, ont été abandonnés pour permettre à l'OMS de prendre les décisions par l'intermédiaire des agences de santé publique du Canada.


L'expert en préparation aux situations d'urgence, le LCol David Redman (retraité), a vu des plans de longue date réduits à néant lors de la pandémie du virus de Wuhan.
L'expert en préparation aux situations d'urgence, le LCol David Redman (retraité), a vu des plans de longue date réduits à néant lors de la pandémie du virus de Wuhan.

Le fait que les avantages de confier les mécanismes d'intervention d'urgence du Canada à une seule autorité de santé publique nationale, voire internationale, risquent d'entraîner des coûts sociaux, économiques et de liberté civile bien plus importants est une chose, mais qu'en est-il si les avantages en matière de santé sont également réduits à néant par des événements indésirables?  Il semblerait que ce soit le cas avec l'approche « tous les œufs dans le même panier » du Canada, puisque le « zéro-Covid » sur la voie d'un programme de vaccination "unique" a été un échec spectaculaire!  C'est ce qui ressort du récent témoignage d'Aseem Malhotra, cardiologue de renommée mondiale, dans le cadre d'une procédure judiciaire finlandaise.  Il estime qu'il y a tout lieu de s'inquiéter, car il pense qu'il est possible d'établir des liens définitifs entre le déploiement des vaccins à ARNm contre le virus de Wuhan et l'augmentation de la surmortalité et des cancers dans les pays où la vaccination est très répandue.  Le médecin est passé d'un état de « cécité volontaire » à un appel à l'identification des personnes « susceptibles de développer des problèmes à l'avenir, y compris des cancers ».


Le Dr Aseem Malhotra demande que l'on identifie le plus rapidement possible les personnes lésées par le vaccin
Le Dr Aseem Malhotra demande que l'on identifie le plus rapidement possible les personnes lésées par le vaccin
 

Aveuglement volontaire


L'aveuglement volontaire du Dr Malhotra l'a conduit à être l'un des premiers à recevoir deux doses de vaccins ARNm lors du lancement initial en janvier 2021.  Cette acceptation inconditionnelle de la « science » qui sous-tend les vaccins sera remise en question au fil du temps, lorsqu'il verra des proches et des amis succomber à des maladies et à des cancers inhabituels, alors même que les taux de mortalité et de morbidité ont augmenté de 25 % au Royaume-Uni.  En effet, la situation s'est aggravée au point que les ambulances n'ont pas pu répondre à la demande de leurs services.  Dans son témoignage devant le tribunal, M. Malhotra s'est dit convaincu que « l'aveuglement volontaire » continuait d'être un facteur de l'incapacité apparente de la société à faire face à la vague d'urgences médicales imprévues.  C'est ainsi que nous voyons la grande majorité des experts et des profanes fermer les yeux sur la vérité « afin de se sentir en sécurité, d'éviter les conflits, de réduire l'anxiété et de protéger le prestige et les orgueils fragiles ». 


Wilful blindness may protect prestige and fragile egos but it will not solve the problem!
L'aveuglement volontaire peut protéger le prestige et les egos fragiles, mais il ne résoudra pas le problème!

Le fait que l'aveuglement volontaire face à la « corruption institutionnelle » se soit installé au Canada est amplement démontré par l'exception à la règle que constitue la députée Leslyn Lewis.  Mme Lewis s'est pleinement investie dans ses efforts pour avertir les Canadiens que la réponse du Canada à la crise de Wuhan n'était pas satisfaisante et s'est donné beaucoup de mal pour déconseiller de cimenter des politiques défaillantes en signant le traité de l'OMS sur les pandémies et le règlement sanitaire international amendé.  Elle a lancé une campagne de pétition qui a remporté un vif succès, tout en demandant simplement un débat national exhaustif sur les termes du traité et des règlements associés.  La réponse laconique du gouvernement aux préoccupations soulevées par la pétition a éludé les problèmes tout en n'expliquant pas comment la souveraineté nationale serait maintenue face aux pouvoirs déclarés et élargis de l'OMS.


La députée Leslyn Lewis, l'exception à la règle de l'aveuglement volontaire?
La députée Leslyn Lewis, l'exception à la règle de l'aveuglement volontaire?

Mme Lewis répondra à l'esquisse de réponse du gouvernement, totalement inadéquate, aux préoccupations des citoyens en notant que ce ne sont pas des garanties qui sont demandées, mais un véritable débat.  Elle a ajouté que les délais modifiés pour les réponses nationales aux propositions de modifications des traités et des réglementations, apparemment acceptés par les bureaucrates canadiens, étaient insuffisants pour permettre le débat requis.  En effet, les calendriers associés ne sont pas considérés comme valables puisqu'ils contournent toute possibilité de ratification par la Chambre et le Sénat, ce qui, en soi, est une perversion de la façon dont notre démocratie représentative canadienne a été conçue pour fonctionner.  Selon ses propres termes, « le Canada n'a jamais eu recours à la caducité, au silence ou à l'inaction pour modifier les traités et accords internationaux fondamentaux, mais le silence et l'inaction de ce gouvernement constituent une dérogation à la procédure d'examen des traités ».  Il s'agit bien là d'un aveuglement volontaire, alors que le Canada est conduit par ses propres dirigeants vers une nouvelle dystopie capturée par le fascisme médical de la variété internationale.


Les dirigeants volontairement aveugles sont-ils en train d'entraîner les Canadiens dans un nouveau monde de fascisme médical?
Les dirigeants volontairement aveugles sont-ils en train d'entraîner les Canadiens dans un nouveau monde de fascisme médical?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens.  Cliquez ici pour soutenir C3RF dès aujourd'hui.  Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





L'aveuglement volontaire n'en finit pas de faire des dégâts.
 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

コメント


bottom of page