C3RF Update, 10 Jun 2022 – Hot washup


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Check it out! Many of you have requested a way to donate without having to use Paypal. Check out our new “Donate” page that now features a separate and independent credit card functionality. Donate away!


Review and participate in Version 10.0 of C3RF’s “One Stop Tyrant Shop”


Take a look at V10.0 of the “One Stop Tyrant Shop” to check out new additions. These changes are in bold text and link to efforts and initiatives that help address individual line items in the “One Stop” table. This rendition draws attention to Bills C-21 and C-261 that fly in the face of Charter “search and seizure” and free speech provisions respectively. The former initiative would see the mandatory “buyback” of legally owned firearms along with arbitrary seizure of same given unjustified “red flag” accusations. It is also accompanied by a link to a relevant Government of Canada petition that awaits your signature.

 

Pandemic “hot washup”


The Royal Canadian Navy term, “hot washup”, denotes a briefing held immediately after the conduct of a naval exercise or operation. The use of the term, and practise, has expanded to both the air force and army where a similar need to capture big picture problems and successes is seen as critical before they are lost in a sea of “cover your ass” report writing and political interference. The hot washup is an operational undertaking conducted by operators who actually performed the mission under discussion in the field. Given the severe consequences associated with Canada’s reaction to the Wuhan virus crisis - consequences that included broken supply chains, rampant inflation, mentally stressed school children and a medical system in deep disrepair – one would think a hot washup would be a good idea before new such emergencies beset us. Fact is, though, they are nowhere to be seen.

No “hot washup” for our Wuhan virus pandemic response?

Perhaps an ideal time to have held such a washup would have been during the recent Ontario election campaign. The election saw the Progressive Conservative Party skate effortlessly to approach the record 95-seat majority win secured by the Liberal Party in 1987 – all on the back of a record low voter turnout. As it was, the province’s performance in dealing with the pandemic, through lockdowns and mass vaccination programs, warranted no discussion as part of the election process. Indeed, all parties seemed to be in accord with how the incumbent government tyrannized its population over two-plus years of Wuhan virus contagion. The official opposition New Democratic Party, for example, electioneered on “affordability” while the hapless Liberal “minivan” party promised to make vaccination mandatory for little ones. Who needs a washup when there’s no problem?

Ontario Liberal Party secured its "minivan" party status by promising mandatory vaccines for kids?

One could be forgiven for believing the record low voter turnout in the Ontario election had more to do with irrelevant party platforms than with public apathy. After all, each and every party that was allowed to voice their positions in the public square were in total agreement with the pandemic measures employed to deal with the Wuhan virus. Everyday citizens of Ontario might wonder if there was some link between these measures and the declining status of their economic and health prospects to no avail. The only parties paying attention to such possibilities, the New Blue and Ontario parties, were shut out of debates and outright sidelined by mainstream media outlets. The one mainstream party that did posit a position on these measures, the Liberal Party with its plan to immunize all school age children, suffered an ignominious defeat that forced the immediate resignation of its leader, Steven Del Duca, even as the Party failed to secure a “party” status that required at least 12 seats.

All school kids immunized – how’d that work out for Ontario Liberal leader Steven Del Duca?
 

The wrong mission


If anything, a case could be made that the Progressive Conservatives won their huge majority on such a small turnout because they were “the devil you know”. Folks who disagreed with the province’s single-minded, “zero-Covid” approach felt less than motivated to vote for an opposing party that espoused the same philosophy. For them, and there are obviously many as 57% of the eligible population failed to cast a vote, there can only be a disconcerting sense of unease with the thought that this will all happen again given a resurgence of the Wuhan virus or some other contagion – maybe even the household flu! For these folks, a hot washup election would have been the ticket to get then off the couch and into the polling booth.

Ontario voters stay on the couch with no one to vote for?

When it comes to hot washups in the field of emergency planning and operations, one would have to go far to find an expert as capable as LCol Dave Redman (Ret’d). The good colonel has a long and storied history of dealing with thorny logistical and emergency situations in both the military and civil service respectively. In the former, he was responsible for coordinating the drawdowns of all Canadian Armed Forces resources and personnel from Canadian Forces Europe in Lahr, Germany at the end of the Cold War. In the civil service sector after his retirement from the military, he was appointed the Director of Crisis Management Programs in Alberta on the heels of the September 11, 2001 attacks before being tagged to take over the Executive Director position of Emergency Management Alberta (EMA) in 2004. In this latter position he was responsible for leading all emergency management activities for the Government of Alberta.

LCol Dave Redman (Ret'd) - logistical and emergency management point man

LCol Redman (Ret’d) gave what could be seen as an abbreviated hot washup this past January during an interview with Toronto Sun reporter Anthony Furey. In it he stated in no uncertain terms that the fatal flaw associated with Ontario’s pandemic response, and all other provincial and federal responses for that matter, was its singular dependence on input from public health authorities. He called upon his own experience to note that influenza plans developed for Alberta in 2005 took advantage of inputs from all ten provincial Deputy Ministers of which public health was only one. This was appropriate as any pandemic is a “whole-of-society emergency” and “health care shouldn’t be the only voice at the table”. Accordingly, he noted that the mission associated with combatting the Wuhan virus was failed from the start as it dealt with ensuring a minimum impact on medical systems rather than on society as a whole. It was the wrong mission!

Canada's pandemic response was founded on the wrong mission and led to disaster?
 

Doubling down


It’s not as if the good colonel is a Monday-morning-quarterback making criticisms in the rear-view mirror. He was out front lambasting the faux mission that Canada foisted upon its citizens even as the government’s own data confirmed his assertions. This data was made public in April of 2021 and was analyzed expertly by Julius Ruechel shortly afterwards. The fact was, Canada did not so much have a pandemic of the unvaccinated as it had a pandemic of the institutionalized. LCol Redman (Ret’d) agreed and noted that any effective plan needed to protect these vulnerable populations while allowing the healthy to continue on with their daily, unrestricted routines. There was no reason to send a healthy person home from work! One would think that the regime would pay attention to such credible prescriptions but it would not. Rather than this, it would double down on the zero-Covid option while classifying other viewpoints as mis- and disinformation.

Just who is espousing mis- and disinformation?

The government’s efforts to double down on its failed pandemic measures hit an unprecedented highpoint during the Freedom Convoy 2022 trucker protests. So frantic were these efforts that they included misinforming the public about the nature and intent of the protests even as it unconstitutionally froze the bank accounts of its leaders and donors. The fact was that the government of Canada went to unheard of lengths to keep from even talking to the truckers. Truckers who had come to Ottawa in what was likely the longest trucker protest in world history to speak out, legally, on lockdowns and vaccine mandates. The government’s intent in ignoring their protestations may not have been to serve offshore, globalist objectives, as suggested by some, but it certainly had nothing to do with serving the interests of the everyday Canadians they are sworn to represent. One wonders, is our own government doubling down with intimidation tactics to sideline rational debate? Is such doubling down being supported by social media companies acting to disinform as "franchisees of the state"? If so, how can the public be expected to respond?

Did the government's "doubling down" break the spirit of Freedom Convoy 2022?

The problem with “doubling down” is that it might very well motivate the opposition to react in kind. Accordingly, we see an Ontario provincial election characterized by record low turnout as citizens turn away from promises that skirt the real issue – personal freedom. Even more than this, though, we see yet another military veteran stepping forward to march from the Terry Fox Memorial in Vancouver to the Tomb of the Unknown Soldier in Ottawa. Warrant Officer James Topp, inspired by the Freedom Convoy 2022 protests, set out on a 4300 kilometer trek to attain the “three Rs”; namely, repeal mandates, reinstate workers and provide restitution for jobs unnecessarily trashed by useless vaccine mandates. It will be interesting to see if those who join Mr. Topp as he enters Ottawa on 30 June 2022 will form a Freedom Convoy version 2.0. We will keep an eye out and, in the meantime, you can choose to support his efforts on your behalf here.

Military vet James Topp will enter Ottawa on 30 June 2022 as he marches for your freedom
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Vérifiez-le! Beaucoup d'entre vous ont demandé un moyen de faire un don sans avoir à utiliser Paypal. Jetez un coup d'œil à notre nouvelle page "Faire un don" qui dispose désormais d'une fonctionnalité de carte de crédit séparée et indépendante. Faites vos dons!


Examinez et participez à la version 10.0 du « One Stop Tyrant Shop de C3RF ».


Jetez un coup d'œil à la V10.0 du « One Stop Tyrant Shop » pour examiner les nouveaux ajouts. Ces changements sont en caractères gras et renvoient à des efforts et des initiatives qui aident à traiter les lignes individuelles dans le tableau « One Stop ». Cette version attire l'attention sur les projets de loi C-21 et C-261 qui vont à l'encontre des dispositions de la Charte en matière de « perquisitions et de saisies » et de liberté d'expression, respectivement. La première initiative prévoit le « rachat » obligatoire des armes à feu détenues légalement, ainsi que la saisie arbitraire de ces mêmes armes en cas d'accusations injustifiées ou justifiées seulement par des signes « avant-coureur ». Elle est également accompagnée d'un lien vers une pétition pertinente du gouvernement du Canada qui attend votre signature.

 

Le « hot washup » pandémique


Le terme anglais « hot washup » (voir la N.T. plus bas) de la Marine royale canadienne désigne un briefing tenu immédiatement après la conduite d'un exercice ou d'une opération navale. L'utilisation de ce terme et de cette pratique s'est étendue à l'armée de l'air et à l'armée de terre, où l'on considère qu'il est essentiel de saisir les problèmes et les réussites d'ensemble avant qu'ils ne se perdent dans une mer de rapports rédigés à la sauvette et pollué par des interventions politiques. Le « hot washup » est une entreprise opérationnelle menée par des opérateurs qui ont réellement effectué la mission en question sur le terrain. Étant donné les graves conséquences associées à la réaction du Canada à la crise du virus de Wuhan - conséquences qui comprenaient des chaînes d'approvisionnement interrompues, une inflation galopante, des écoliers mentalement stressés et un système médical profondément délabré - on pourrait penser qu'un « hot washup » serait une bonne idée avant que de nouvelles urgences de ce genre ne nous assaillent. Mais le fait est qu'on ne les voit nulle part.


(N.T. Le processus militaire du hot washup est connu en éducation et dans les sciences sous le nom de séance de rétroaction. Il peut être très utile même dans des domaines très abstraits comme les mathématiques pures.)

Pas de « hot washup » pour notre réponse à la pandémie du virus de Wuhan?

Le moment idéal pour tenir une telle « séance de rétroaction » aurait été la récente campagne électorale en Ontario. Lors de cette élection, le Parti progressiste-conservateur s'est approché sans effort de la majorité record de 95 sièges obtenue par le Parti libéral en 1987, et ce, malgré un faible taux de participation sans précédent. En fait, la performance de la province face à la pandémie, par le biais de fermetures et de programmes de vaccination de masse, ne semblait justifier aucune discussion dans le cadre du processus électoral. En effet, tous les partis semblaient d'accord avec la façon dont le gouvernement en place a tyrannisé sa population pendant plus de deux ans de contagion par le virus de Wuhan. Le parti d'opposition officiel, le Nouveau Parti Démocratique, par exemple, a fait des élections sur le thème de « l'accessibilité financière », tandis que le malheureux parti libéral « minivan » a promis de rendre la vaccination obligatoire pour les petits. Qui a besoin d'un hot washup quand nous vivons, comme l'aurait dit Candide, dans le meilleur des mondes possibles?

Le parti libéral de l'Ontario a assuré son statut de parti « minivan » en promettant des vaccins obligatoires pour les enfants?

On pourrait être pardonné de croire que le faible taux de participation aux élections ontariennes est davantage dû au manque de pertinence des programmes des partis qu'à l'apathie du public. Après tout, tous les partis qui ont été autorisés à exprimer leurs positions sur la place publique étaient totalement d'accord avec les mesures pandémiques employées pour faire face au virus de Wuhan. Les citoyens ordinaires de l'Ontario ont pu se demander, en vain, s'il y avait un lien quelconque entre ces mesures et le déclin de leurs perspectives économiques et sanitaires. Les seuls partis qui ont prêté attention à de telles possibilités, le parti New Blue et le parti de l'Ontario, furent exclus des débats et carrément mis à l'écart par les médias conventionnels. Le seul parti dominant qui a pris position sur ces mesures, le Parti libéral, avec son plan d'immunisation de tous les enfants d'âge scolaire, a subi une défaite ignominieuse qui a forcé la démission immédiate de son chef, Steven Del Duca, alors même que le parti n'a pas réussi à obtenir le statut de « parti officiel » qui exigeait au moins 12 sièges.

Tous les écoliers sont vaccinés – est-ce que cela a bien marché pour le chef libéral de l'Ontario Steven Del Duca?
 

La mauvaise mission


En fait, on pourrait dire que les progressistes-conservateurs ont remporté leur énorme majorité avec un si faible taux de participation parce qu'ils étaient « le danger connu ». Les gens qui n'étaient pas d'accord avec l'approche résolue de la province, « zéro Covid », n'étaient pas très motivés pour voter pour un autre parti qui épousait la même philosophie. Pour eux, et ils sont évidemment nombreux puisque 57% de la population éligible n'a pas voté, il ne peut y avoir qu'un sentiment de malaise déconcertant à l'idée que tout cela se reproduira en cas de résurgence du virus de Wuhan ou d'une autre contagion - peut-être même de la grippe ordinaire! Pour ces personnes, une élection accompagnée d'un hot washup aurait encouragé les citoyens de se rendre aux boites de scrutin.

Les électeurs ontariens restent sur le sofa sans pouvoir voter pour personne?

En matière de planification et d'opérations d'urgence, il faut vraiment chercher pour trouver un expert aussi compétent que le LCol Dave Redman (retraité). Notre colonel a une longue et riche expérience de la gestion de situations logistiques et d'urgence épineuses, tant dans l'armée que dans la fonction publique. Dans le premier cas, il a été chargé de coordonner le retrait de toutes les ressources et de tout le personnel des Forces armées canadiennes en Europe à Lahr, en Allemagne, à la fin de la guerre froide. Dans le secteur de la fonction publique, après sa retraite de l'armée, il a été nommé directeur des programmes de gestion de crise en Alberta au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 avant d'être désigné pour occuper le poste de directeur exécutif du « Emergency Management Alberta (EMA) » en 2004. Dans ce dernier poste, il était chargé de diriger toutes les activités de gestion des urgences pour le gouvernement de l'Alberta.

LCol Dave Redman (Ret.) - responsable de la logistique et de la gestion des urgences

En janvier dernier, le LCol Redman (retraité) a donné ce que l'on pourrait considérer comme un mini hot washup lors d'une entrevue avec le journaliste Anthony Furey du Toronto Sun. Il y déclarait sans ambages que le défaut fatal de la réponse de l'Ontario à la pandémie, et de toutes les autres réponses provinciales et fédérales d'ailleurs, était sa dépendance singulière à l'égard de la contribution des autorités de santé publique. Il a fait appel à sa propre expérience pour souligner que les plans de lutte contre la grippe élaborés pour l'Alberta en 2005 ont bénéficié de la contribution des dix sous-ministres provinciaux, dont celui de la santé publique. Cette démarche était appropriée, car toute pandémie est une « urgence pour l'ensemble de la société » et « les soins de santé ne devraient pas être la seule voix à la table ». En conséquence, il a noté que la mission associée à la lutte contre le virus de Wuhan a échoué dès le départ, car elle visait à garantir un impact minimal sur les systèmes médicaux plutôt que sur la société dans son ensemble. Ce n'était pas la bonne mission!

La réponse du Canada à la pandémie était fondée sur une mauvaise mission et a conduit au désastre?
 

Un gouvernement têtu


Ce n'est pas comme si notre colonel était un quaterback du lundi matin qui émet des critiques dans le rétroviseur. Il a dénoncé la fausse mission que le Canada a imposée à ses citoyens, alors même que les données du gouvernement confirmaient ses affirmations. Ces données ont été rendues publiques en avril 2021 et ont été analysées de manière experte par Julius Ruechel peu après. Le fait est que le Canada n'a pas tant connu une pandémie de personnes non vaccinées qu'une pandémie de personnes institutionnalisées. Le LCol Redman (retraité) était d'accord et a fait remarquer que tout plan efficace devait protéger ces populations vulnérables tout en permettant aux personnes en bonne santé de poursuivre leurs activités quotidiennes sans restriction. Il n'y avait aucune raison de renvoyer une personne en bonne santé chez elle! On pourrait penser que le régime prêterait attention à des prescriptions aussi crédibles, mais il n'en est rien. Au contraire, il s'en tient à l'option zéro-Covid tout en classant les autres points de vue dans la catégorie des fausses informations et de la désinformation.

Qui se fait le défenseur de la désinformation et de la mésinformation?

Les efforts déployés par le gouvernement pour redoubler ses mesures pandémiques ratées ont atteint un point culminant sans précédent lors des manifestations des camionneurs du Convoi de la liberté 2022. Ces efforts étaient si frénétiques qu'ils incluaient la désinformation du public sur la nature et l'intention des protestations, alors même que le gouvernement gelait inconstitutionnellement les comptes bancaires de ses dirigeants et donateurs. Le gouvernement du Canada s'est donné tant de mal pour ne même pas parler aux camionneurs---des camionneurs qui étaient venus à Ottawa dans le cadre de ce qui était probablement la plus longue manifestation de camionneurs de l'histoire mondiale pour s'exprimer, légalement, sur les confinements et les mandats de vaccination. En ignorant leurs protestations, le gouvernement n'avait peut-être pas l'intention de servir des objectifs mondialistes étrangers, comme certains l'ont suggéré, mais il n'avait certainement rien à voir avec les intérêts des Canadiens ordinaires qu'il a juré de représenter. On peut se demander si notre propre gouvernement est en train de redoubler ses tactiques d'intimidation pour écarter le débat rationnel? Ce redoublement est-il soutenu par les entreprises de médias sociaux qui agissent pour désinformer en tant que « franchises de l'État »? Si tel est le cas, comment le public doit-il réagir, à quoi devons-nous nous attendre?

Le « redoublement » du gouvernement a-t-il brisé l'esprit du Convoi de la liberté 2022?

Le problème avec le « redoublement obstiné» est qu'il pourrait très bien motiver l'opposition à réagir de la même manière. Par conséquent, nous assistons à une élection provinciale en Ontario caractérisée par un taux de participation record vers le bas, les citoyens se détournant des promesses qui contournent le véritable enjeu - la liberté personnelle. Mais plus encore, nous voyons un autre ancien combattant s'avancer pour marcher du mémorial Terry Fox à Vancouver à la tombe du soldat inconnu à Ottawa. L'adjudant James Topp, inspiré par les manifestations du Convoi de la liberté 2022, a entrepris un périple de 4 300 kilomètres pour atteindre les « trois R » , à savoir l'abrogation des mandats, la réintégration des travailleurs et le dédommagement des emplois inutilement détruits par des mandats de vaccination inutiles. Il sera intéressant de voir si ceux qui se joindront à M. Topp lors de son entrée à Ottawa le 30 juin 2022 formeront un convoi de la liberté version 2.0. Nous garderons l'œil ouvert et, en attendant, vous pouvez choisir de soutenir ses efforts en votre nom encliquant sur ce lien.

James Topp, vétéran militaire, entrera à Ottawa le 30 juin 2022 et défilera pour votre liberté
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags